Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
L'architecture et la ville fouriériste

Charles Fourier, Théorie de l'unité universelle, 1822

Texte intégral

Introduction par Florent Perrier

Présentée comme la pièce maîtresse du Phalanstère par Charles Fourier (1772-1837), la rue-galerie n’est toutefois décrite par son inventeur qu’avec parcimonie, les textes successifs où il l’évoque semblant ne donner lieu en outre qu’à des répétitions. Il faut pourtant voir au-delà pour constater qu’entre les redondances avérées se glissent, détails inaperçus, des précisions, des accentuations propres à mieux nous faire saisir la fonction primordiale de cette architecture inédite dans l’économie du Palais sociétaire.

Ruban ininterrompu d’une hauteur de quatre étages, la rue-galerie, vaste espace lumineux ouvert aux déplacements de tous, rend possible et préserve ce qui est au cœur du système fouriériste : le mouvement des corps, les rencontres et échanges entre singuliers. À cet égard, elle ridiculise l’indigence manifeste des palais civilisés et Fourier dépeint sans vergogne le roi de France en petit bourgeois miteux, le fond même de sa pauvreté étant rapporté au fait qu’il ne peut, maître chez lui, ni circuler ni jouir sans entraves là où le plus misérable des harmoniens, toujours en mouvement, peut multiplier à souhait les sources de ses plaisirs. Avec cette innovation structurelle, Fourier ne s’affranchit pas seulement des entraves politiques opposées à la liberté de déplacement, mais des entraves climatiques qui en restreignent la portée ; placées à distance, celles-ci deviennent des objets de contemplation extérieurs, le décor animé d’un espace habité, traversé par les arts.

1. « Idée d'un ph...1. « Idée d'un phalanstère. Habitation d'une phalange de 400 à 500 familles associées ... »

1. « Idée d'un phalanstère. Habitation d'une phalange de 400 à 500 familles associées ... »

Dans La Phalange, journal de la science sociale découverte et constituée par Charles Fourier, Paris, T. 1, 1836-1837, p. 1


***

Charles FOURIER, Théorie de l'unité universelle, [1822], Paris, Anthropos, 1966, t. IV, p. 462-468.

1Galeries internes ou Rues-Galeries, formant péristyle fermé et continu.

  • 1  Le « composé » chez Fourier suppose un jeu sur les contrastes, les écarts, les transitions ou les (...)

2Les rues-galeries sont une méthode de communication interne qui suffirait seule à faire dédaigner les palais et les belles villes de civilisation. Quiconque aura vu les rues-galeries d'une Phalange, envisagera le plus beau palais civilisé comme un lieu d'exil, un manoir d'idiots qui, en 3 000 ans d'études sur l'architecture, n'ont pas encore appris à se loger sainement et commodément ; ils n'ont su spéculer que sur le luxe simple, sans avoir eu aucune idée du composé1 [ou collectif.]

3Notre maladresse en ce genre est à tel point, que les rois mêmes, loin d'avoir des communications en galerie fermée, n'ont souvent pas un porche pour monter en voiture à l'abri de la pluie. Le roi de France est un des premiers monarques de civilisation ; il n'a point de porche dans son palais des Tuileries. Le roi, la reine, la famille royale, soit qu'ils montent en voiture, soit qu'ils en descendent, sont obligés de se mouiller comme de petits bourgeois qui font venir un fiacre devant leur boutique. Sans doute il se trouvera, en cas de pluie, force laquais et force courtisans pour tenir un parapluie sur le prince qui descend de voiture ; mais c'est toujours manquer de porche et d'abri, n'être pas logé.

4Un roi est bien plus dépourvu, s'il s'agit de communiquer entre les divers corps de son palais : s'il veut aller du château aux écuries, à l'orangerie, il sera obligé de se mouiller et crotter. On ne connaît, en civilisation, ni les rues-galeries, ni les rues souterraines, ni la vingtième partie des agréments matériels dont jouit en Harmonie le plus pauvre des hommes.

5Un Harmonien des plus misérables, un homme qui n'a ni sou, ni maille, monte en voiture dans un porche bien chauffé et fermé ; il communique du palais aux étables par des souterrains parés et sablés ; il va de son logement aux salles publiques et aux ateliers, par des rues-galeries qui sont chauffées en hiver et ventilées en été. On peut en Harmonie parcourir en janvier les ateliers, étables, magasins, salles de bal, de « banquet », d'assemblée, etc., sans savoir s'il pleut ou vente, s'il fait chaud ou froid ; et les détails que je vais donner sur ce sujet, m'autorisent à dire que si les civilisés, en 3 000 ans d'études, n'ont pas encore appris à se loger, il est peu surprenant qu'ils n'aient pas encore appris à diriger et harmoniser leurs passions. Quand on manque les plus petits calculs en matériel, on peut bien manquer les grands calculs en passionnel.

6Passons à la description des rues-galeries, qui sont un des charmes les plus précieux d'un Palais d'Harmonie.

7Une Phalange qui peut contenir jusqu'à 1 600 et 1 800 personnes, dont plusieurs familles très-opulentes, est vraiment une petite ville ; d'autant mieux qu'elle a de vastes bâtiments ruraux, que nos propriétaires et citadins relèguent dans leurs habitations champêtres.

8La Phalange n'a point de rue extérieure ou voie découverte exposée aux injures de l'air ; tous les quartiers de l'édifice hominal peuvent être parcourus dans une large galerie, qui règne au 1er étage et dans tous les corps de bâtiment ; aux extrémités de cette voie, sont des couloirs sur colonnes, ou des souterrains ornés, ménageant dans toutes les parties et attenances du Palais, une communication abritée, élégante, et tempérée en toutes saisons par le secours des poêles ou des ventilateurs.

9Cette communication abritée est d'autant plus nécessaire en Harmonie, que les déplacements y sont très-fréquents, les séances des groupes ne durant jamais qu'une heure ou deux, conformément aux lois des l1e et 12e passions (Papillonne et Compos, 407, 409). S'il fallait, dans ces transitions d'une salle à l'autre, d'une étable à un atelier, communiquer en plein air, il arriverait que les Harmoniens en une semaine de gros hiver, de temps brumeux, seraient criblés de rhumes, de fluxions et de pleurésies, quelle que fût leur vigueur. Un état de choses qui oblige à des déplacements si fréquents, exige impérieusement les communications abritées ; et c'est une des raisons pour lesquelles il sera très-difficile d'organiser dans un grand monastère la moindre des Harmonies, le degré minime, qui pourtant n'emploiera que la classe populaire, assez aguerrie contre les injures de l'air.

10La rue-galerie ou Péristyle continu est placée au 1er étage. Elle ne peut pas s'adapter au rez-de-chaussée, qu'il faut percer en divers points par des arcades à voiture.

11Ceux qui ont vu la galerie du Louvre ou Musée de Paris peuvent la considérer comme modèle d'une rue-galerie d'Harmonie, qui sera de même parquetée et placée au 1er étage, sauf la différence des jours et de la hauteur.

12Les rues-galeries d'une Phalange ne prennent pas jour des deux côtés ; elles sont adhérentes à chacun des corps de logis ; tous ces corps sont à double file de chambres, dont une file prend jour sur la campagne, et une autre sur la rue-galerie. Celle-ci doit donc avoir toute la hauteur des trois étages qui d'un côté prennent jour sur elle.

13Les portes d'entrée de tous les appartements de 1er, 2e, 3e étages, sont sur la rue-galerie, avec des escaliers placés d'espace en espace, pour monter aux 2e et 3e étages.

14Les grands escaliers, selon l'usage, ne conduisent qu'au 1er étage ; mais deux des grands escaliers latéraux conduisent au 4e étage, où se trouve en frise le camp cellulaire dont nous parlerons plus loin.

15La rue-galerie occupera en largeur 6 toises en centre, et 4 en ailes, quand on construira les bâtiments définitifs au bout de 30 ans ; mais provisoirement, le globe n'étant pas riche se bernera à des bâtiments économiques, et avec d'autant plus de raison, qu'il faudra les refaire, au bout de 30 ans, sur un plan beaucoup plus vaste. On réduira donc la rue-galerie aux environs de 4 toises en centre, et 3 en ailes.

16Les corps de logis auront environ 12 toises dans œuvre, selon le compte suivant : tablé en pieds de Paris.

17Aperçu de dimensions.
Dans œuvre. 12 toises ou 72. P., sauf avant-corps.

  • Une galerie… 18 à 24 p

  • Chambre sur galerie… 20

  • Chambre sur la campe… 24

  • Deux murs intérieurs… 4

18« Certaines » salles publiques pourront à ce compte être portées à 8 toises de largeur, et prendre jour sur la galerie et la campagne.

19Il convient de donner environ 8 toises d'épaisseur aux corps de logis, la galerie non-comprise, afin de pouvoir ménager dans les deux files de chambres, des alcôves et cabinets qui épargneront beaucoup d'édifices ; car une alcôve profonde de 8 pieds et garnie de son cabinet vaut une seconde chambre. Le minimum de logement pour la classe pauvre sera donc une chambre à alcôve et cabinet pour chacun. Ainsi l'exige une Harmonie de 7e degré, et même de 6e et 5e (402). On se rédimera beaucoup dans une Phalange de 1er degré et dans le degré minime ʞ, où il suffira de donner une cellule à chaque paysan.

20Les croisées de la galerie pourront être, comme celles des églises, de forme haute et cintrée. Il n'est pas nécessaire qu'elle ait trois rangs de croisées, comme les trois étages qui prennent jour sur elle.

21Le rez-de-chaussée contient, sur quelques points, des salles publiques et cuisines, dont la hauteur absorbe l'entresol. On y ménage des trappes d'espace en espace, pour élever les buffets dans les salles du 1er étage. Cette percée sera très-utile aux jours de fêtes et aux passages de caravanes et légions, qui ne pourraient pas être contenues dans les salles publiques ou Séristères, et qui mangeront sur double rang de tables dans la rue-galerie.

22On doit éviter de placer au rez-de-chaussée toutes les salles de relations publiques, et pour double raison.

23La première est qu'il faut ménager au rez-de-chaussée les logements des patriarches dans le bas, et des enfants à l'entresol.

24La deuxième est qu'il faut isoler habituellement les enfants des relations non industrielles de l'âge mûr ; c'est pour cela que les Séristères des enfants sont au rez-de-chaussée, où règne aussi une galerie comme au 1er étage, sauf les interruptions inévitables des arcades.

25La galerie peut se rétrécir jusqu'à 3 toises dans les « ailerons » de bâtiment peu fréquentés ; mais on ne doit pas la réduire à 2 toises, comme les corridors de monastères, parce qu'elle fait service de salle publique pour les repas d'armée industrielle.

26Je ne parle pas des bassins supérieurs pour le cas d'incendie ; c'est une précaution de rigueur en Harmonie, où les bassins sont entretenus comme dans une salle d'opéra.

27Les corps de logis parallèles et rapprochés d'un 20e de toise sont joints par des couloirs sur colonnes, au 1er étage : les communications au 1er seront sans interruption, moyennant des couloirs de 50 en 50 toises.

28Cette facilité de communiquer partout, à l'abri des injures de l'air, d'aller pendant les frimas au bal, au spectacle en habit léger, en souliers de couleur, sans connaître ni boue ni froid, est un charme si nouveau, qu'il suffirait seul à rendre nos villes et châteaux détestables à quiconque aura passé une journée d'hiver dans un Phalanstère.

Lire le texte original

Notes

1  Le « composé » chez Fourier suppose un jeu sur les contrastes, les écarts, les transitions ou les pivots et non le développement simplement linéaire d’une propriété univoque Note de l’éditeur

Table des illustrations

Titre 1. « Idée d'un phalanstère. Habitation d'une phalange de 400 à 500 familles associées ... »
Légende Dans La Phalange, journal de la science sociale découverte et constituée par Charles Fourier, Paris, T. 1, 1836-1837, p. 1
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Pour citer cet article

Référence papier

« Charles Fourier, Théorie de l'unité universelle, 1822 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Charles Fourier, Théorie de l'unité universelle, 1822 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/5256

Droits d’auteur

Tous droits réservés