Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Contre « l'art pour l'art »

Delrieu, Du désordre dans la peinture, 1836

Entrées d’index

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Suivant les aperçus théoriques de Fourier, Delrieu constate l’incapacité actuelle des arts à faire appel aux passions, faute d’une compréhension approfondie de leurs ressorts. Cette situation, aggravée par le climat répressif d’une société gouvernée par un étroit moralisme contraire aux instincts naturels de l’homme, empêche l’artiste de toucher le spectateur et d’implanter chez lui « une disposition involontaire, spontanée, curieuse, d’accomplir l’acte dont le spectacle peint l’aurait frappé ». Un tel pouvoir, résultat d’une pleine acceptation des découvertes de Fourier sur les passions, permettrait à l’artiste d’élaborer des visions exaltantes d’un avenir harmonieux, ainsi que des critiques sanglantes de la société actuelle, avec une assurance inébranlable de leur efficacité affective sur le spectateur. Avec cette influence rehaussée, l’artiste bénéficierait d’un bien-être matériel sans précédent – promesse qui fait écho de celle de Fourier dans sa Théorie de l’unité universelle (1822), où il déclare : « Gloire et fortune, tel est le but commun des savants et artistes » dans son nouveau monde sociétaire.

Le texte de Delrieu, en esquissant le contraste entre un art qui dénonce les injustices de la société actuelle et un art qui peint les gloires d’un monde organisé selon les principes découverts par Fourier, envisage l’antithèse entre art « critique » et art « prophétique » développée par d’autres disciples, tel Désiré Laverdant. La suite de cet article, promise par Delrieu, n’apparut pas et l’identité de l’auteur reste incertaine. Il s’agit peut-être d’André Delrieu, auteur en 1837 d’un roman, Virginité, et de La Vie d’artiste (1843), compte rendu de ses séjours en Allemagne en 1832, 1835 et 1838.


***

DELRIEU, « Du désordre dans la peinture », La Phalange, vol. 1, 1 septembre 1836, cols. 194-196. Extrait cols. 194-195.

1Il est évident que l'art a une haute mission d'enseignement, et dans cette mission la peinture, comme la musique et la poésie, tient une place qu'on lui refuse encore maintenant ainsi qu'à ses deux compagnes, mais dans laquelle tôt ou tard elle sera définitivement assise. Par malheur, sous ce mot enseignement, les partisans de l'art inutile prétendent de nos jours renfermer exclusivement quelques scènes niaises, sentimentales, morales et historiques, et du succès plus ou moins lucratif que rapportent ces œuvres en frappant avec plus ou moins d'adresse l'imagination du public, ils tirent la conséquence que toute espèce de théorie nouvelle est absurde, qu'un journaliste représente un ignorant méprisable et que le peintre doit vivre uniquement dans son horizon comme le castor sur ses lacs. Il y a des peintres fort spirituels qui vous déclament ces choses-là avec un grand sang-froid.

2Certes la critique actuelle est pauvre en théorie ; ses champions ne se composent guère que de quelques amateurs qui fréquentent les ateliers et combinent élégamment des phrases sur le ton, la couleur, les lignes et le chique d'un tableau : toute la critique française en peinture est à peu de choses près de cette puissance. Mais ce n'est pas une raison pour souhaiter que les peintres seuls aient le monopole de la critique et pour dire que les peintres seuls ont la clé du jugement dans leur art. La critique, dans la peinture comme dans le reste, appartient aux hommes d'intelligence qui ont une idée nouvelle au service de leur polémique ; c'est sous ce point de vue qu'il faut estimer le droit de chacun à prendre la parole, et si nous la prenons nous-même avec des allures hardies, nous demanderons aux peintres de pardonner aujourd'hui notre outrecuidance, parce que bientôt on saura ce que nous voulons. Pareil contrat n'a pas été depuis longtemps proposé au public. C'est dans ce contrat en partie que consiste un enseignement.

3On nous accordera donc que l'art, et par conséquent la peinture qui en est une branche, a pour but d'enseigner. Chaque fois que le cœur de l'homme est ému, chaque fois qu'un des sentiments ou un des ressorts de l'âme humaine s'éveille ou vibre, il y a, selon nous, enseignement. De telles conditions subsistent bien à cette heure sous le coup de l'effet produit par une œuvre remarquable en peinture, mais ces conditions agissent sur le public d'une manière divergente. On est ému, mais on ne sait ni pourquoi, ni comment, ni à quoi bon ; que dis-je ? On se défend même contre une émotion trop forte, et ce qui fait l'essence du progrès dans l'art a des limites que la société défend de franchir sous peine d'inconvenance, d'immoralité, d'illégalité et de beaucoup d'autres raisons. Voilà une peinture fort embarrassée ! On lui prescrit de remuer l'âme humaine d'un côté, et de l'autre on s'effarouche qu'elle la remue ; on lui montre le progrès, et on la prie de rétrograder dans sa marche. Qu'est-ce que c'est, dites-moi, qu'un enseignement borné dans ses développements vers le bien par des craintes sur son influence pour le mal ? Qu'est-ce que c'est qu'une peinture où le pinceau de l'artiste est retenu dans une sagesse qui est incompatible soit avec le caprice de son génie, soit avec l'instinct de sa nature ? qu'est-ce que c'est enfin qu'un système dans les beaux-arts tellement en désaccord avec lui-même qu'il ne peut avancer sur toutes ses faces vers sa perfection sans courir le péril de troubler la société, au sein et dans l'harmonie de laquelle il puise ses éléments d'ordre et de durée et de progrès ? Si c'est là de l'enseignement, il faut changer la langue, ou convenir que l'enseignement est quelquefois une école d'absurdité.

4Ah ! si la société actuelle reposait sur l'équilibre des passions convenablement satisfaites, si la plus brûlante manifestation de l'énergie humaine, au lieu d'être une occasion de trouble, devenait au contraire un moyen d'accord et de paix, si les productions de l'art servaient d'interprètes librement écoutés aux besoins comme aux désirs de l'homme, de même que les désirs et les besoins de l'homme serviraient de texte inépuisable aux productions de l'art, peut-être trouverions-nous plus de logique dans l'enseignement de la peinture. Alors cette branche magnifique des beaux-arts recevrait en même temps un développement enchanteur et profitable ; il y aurait dans sa puissance charme pour les yeux, aliment pour l'esprit, émotion pour l'âme, mais principalement utilité pour l'économie entière. Le spectateur sentirait naître en lui, à la vue d'une belle toile, des idées correspondant à l'idée du peintre, et ressentirait une disposition involontaire, spontanée, curieuse d'accomplir l'acte dont le spectacle peint l'aurait frappé. C'est précisément l'accord de la pensée de l'artiste et de l'émotion de son public qui a fait de la peinture du seizième siècle une si prodigieuse peinture. Elle résultait de la foi chrétienne, de l'idée chrétienne, de la civilisation chrétienne, de la société chrétienne ; tout était chrétien dans ce qu'elle exprimait et dans ce qu'elle faisait éprouver. Les exagérations mêmes étaient chrétienne comme les naïvetés, les délicatesses comme les rudesses. Le tableau, le peintre, le juge, l'exécution, le spectateur, tout cela se sentait entraîné, porté, excité par un semi vertige, et ce vertige se composait d'une pensée unique, de la plus radieuse pensée qui pût illuminer l'artiste et toucher son public, de la pensée du ciel. Or, de bonne foi, même dans notre civilisation tout au plus encore chrétienne, cette pensée-là n'existe plus.

5Supposons toujours pour un moment qu'il y ait par hasard une harmonie quelconque, providentielle, entre les besoins sensitifs de l'homme et ses jouissances terrestres ; à quoi servirait la peinture ? Elle servirait, comme la musique, comme la poésie, tantôt à nous ramener sous les lois tutélaires de cette harmonie, tantôt à nous inspirer l'envie de les rendre plus hospitalières et plus consolantes. Par exemple, ne serait-ce pas une belle mission pour l'artiste, même dans le cas où cette harmonie paraîtrait imaginaire, que de chercher à nous en rapprocher moralement davantage, comme d'un but qu'on ne saurait atteindre, à cause de sa sublimité lointaine et de sa perspective éthérée, mais vers lequel on tend pour s'améliorer dans ses voies ? Ne serait-ce pas également, pour parler le langage de l'époque, un moyen sûr de fortune et de succès dans les beaux-arts que leur emploi à formuler uniquement les indigences du cœur et les viduités d'affections qui ne se rencontrent que trop souvent dans nos limbes sociaux ? Siècle d'argent, si l'argent est ta foi, sois donc au moins religieux selon tes dogmes, et que la peinture travaille dans les plus heureuses et dans les logiques chances de lucre qui lui sourient ; que l'art soit banquier, puisqu'il ne saurait être encore initiateur, mais au moins qu'il soit banquier sans faillite, et que l'expression du pinceau se mette au vrai pour rester à la hausse !

6Contrairement à ce résultat, tout est subversion dans la peinture, tout y semble non-sens et anarchie. On nous représente avec une magie criminelle et infâme des batailles sanglantes, quand la destinée de l'homme est bien évidemment d'échapper un jour à la guerre, et quand la conscience, à part aucune arrière-pensée de théorie, devrait faire à l'artiste un devoir de s'abstenir ! On bafoue la grandeur d'une religion éteinte, mais dont la vie a éclairé le monde, en trafiquant de ses mystères, de ses légendes, de ses confessions pour amuser un public qui n'y croit plus, ou dont toute l'admiration intelligente se reporte vers la peinture du seizième siècle ! on épuise sur des toiles officielles, sur des portraits de rois, de despotes ou de malfaisants personnages, la finesse d'un art dont le but sacré est d'exprimer seulement la suprématie des qualités de l'esprit et des passions du cœur, auxquelles appartient la future direction de l'espèce !

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Delrieu, Du désordre dans la peinture, 1836 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Delrieu, Du désordre dans la peinture, 1836 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5229

Droits d’auteur

Tous droits réservés