Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Contre « l'art pour l'art »

Eugène d’Izalguier, Loi de la corrélation de la forme sociale et de la forme esthétique, 1836

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

S’inspirant des lois de l’attraction matérielle découvertes par Leibnitz et Newton, Charles Fourier expose sa théorie de l’attraction passionnelle dans son ouvrage La Théorie des quatre mouvements, publié en 1808. Au cours des années 1830, les « découvertes » de Fourier, longtemps ignorées, commencent à attirer des disciples qui, en 1832, publient Le Phalanstère, la première revue s’inspirant des idées du maître. La mort de Fourier en 1837, une année après le discours consacré à l’esthétique par Eugène d’Izalguier, laisse la place à son disciple le plus influent, Victor Considerant, qui diffuse la doctrine auprès d’un public plus large, tout en supprimant ses aspects les plus controversés, et notamment l’importance accordée aux rapports sexuels, dans les œuvres de Fourier lui-même.

Le texte d’Izalguier s’inspire pleinement des lois de l’attraction sur laquelle Fourier avait élaboré sa vision d’une « harmonie universelle », promesse de bonheur fondée sur le plein épanouissement des instincts humains réprimés dans la société actuelle, cette « civilisation » tant dédaignée par le fondateur du mouvement sociétaire. Izalguier lui-même devait publier une étude sur « l’Application aux arts esthétiques de la loi d’harmonie universelle », restée inédite, et son engagement au sein du mouvement semble avoir été éphémère – en 1841 un militant le juge « hostile aux idées qu’il a soutenues autrefois ». Le discours sur la forme sociale et la forme esthétique représente, néanmoins, une des premières tentatives d’appliquer la théorie passionnelle de Fourier aux questions artistiques. Prononcé lors dun congrès organisé par l’Institut historique où Buchez jouait un grand rôle, l’intervention d’Izalguier convie les artistes à obéir à « la loi de convergence, de co-opération au bonheur humanitaire » découverte par Fourier en abandonnant l’égoïsme qui avait inspiré l’art pour l’art. En appliquant à leurs œuvres la loi de « l’harmonie universelle » et en révélant la signification de la beauté naturelle comme expression de cette harmonie compromise par les appareils répressifs de l’église et de l’état, les artistes pourraient remplir « un sacerdoce universel et permanent ». Les découvertes de Fourier sur la psychologie humaine sont ainsi associées à une esthétique parfaitement adaptée à la gamme passionnelle des hommes et, par conséquent, capable d’exercer un effet sûr et prévisible sur leur public.


***

Eugène d’IZALGUIER, « Loi de la corrélation de la forme sociale et de la forme esthétique », Trois Discours prononcés à l’Hôtel de ville, faisant complément à la publication du Congrès historique, Paris, 1836, p. 111-148. Extrait p. 112-114.

1Divergence partout, dans toute œuvre et toute pensée. Divergence ! c'est l'égoïsme dans toutes ses variétés, présidant à toutes les sphères de l'activité humaine ; c'est la plaie hideuse que l'on trouve au fond de toute chose, le cancer qui ronge l'humanité au cœur. C'est aujourd'hui le mot sacré, le mot inscrit au drapeau de toute école intellectuelle ; et naguères vous l'avez vu sur l'oriflamme de la secte artistique : L'ART POUR L'ART. Jamais immoralité ne s'afficha avec plus d'impudeur.

2Or, que cela soit immoral, en vérité il importe peu à grand nombre de ceux qui s'ingèrent au travail artistique, et il n'y a nul profit à le leur dire. Peu soucieux qu'ils sont des convenances, il n'est guère possible de les attentionner aux questions esthétiques qu'en traitant ces questions dans un but d'exploitation plastique. Loin de leur dire que la divergence est anti-morale, anti-religieuse, anti-sociale, mieux vaut leur faire voir qu'elle leur est nuisible, qu'à elle seule il faut demander compte de leur stérilité actuelle, de la paralysie de leur génie, de la stagnation de leur travail ; et que la loi contraire qu'ils méconnaissent, la loi de convergence, de coopération au bonheur humanitaire, est désormais la seule qu'il faille suivre, la seule qui puisse renouveler leur pensée morte et donner un emploi à leur forme oisive. Après avoir démontré que là est une riche mine à exploiter pour celui qui veut en faire métier, on pourra ajouter, pour les quelques-uns qui n'ont pas fait abnégation de toute dignité, que là aussi et là seulement est la moralité de l'Artiste, la sanction de son œuvre, l'accomplissement de la mission qui lui a été confiée, mission encore si peu comprise et pourtant si généreusement exaltée par la reconnaissance des peuples et si haut placée dans leur vénération.

3Cette considération du but social est en effet la seule source de vie et de renaissance pour l'Art. Le critique qui, armé de ce flambeau, parcourrait le champ de l'Esthétique, jetterait infailliblement sur beaucoup de points obscurs de son domaine des clartés inattendues, porterait en tout [sic] sens des solutions inespérées, et sans courir le risque de se fourvoyer, pourrait explorer en entier le labyrinthe où s'égarèrent toutes les poétiques. - Celui-là serait le bienvenu, le messie de l'Art, le sauveur de bien des individualités jeunes et pleines de force, ayant en soi une féconde puissance d'expression plastique, qui se perdent aujourd'hui en de vaines recherches de pensée, s'usent à cette fiévreuse déception du génie formulateur qui ne trouve où attacher sa formule, et enfin, suivant que la conscience les retient ou que la misère les pousse, se vouent à l'inertie ou s'acharnent à l'œuvre de niaiserie et d'immoralité qui procure de l'or.

4Sans nous engager plus avant dans l'examen des moyens de rénovation qu'offre à l'Esthétique La CONVERGENCE, examinons seulement, pour en venir à légitimer notre but ultérieur, quel est le principe général où conduirait cette manière de spéculer.

5Le premier effet de la divergence, l'effet le plus nuisible, a été la scission entre l'Utile et le Beau. D'un côté, se sont élevés les utilitaires ; de l'autre, les artistes, s'ignorant les uns les autres et retranchés dans deux camps hostiles. Or, voilà une haine maladroite qui prive deux corps, divisés de but et d'intérêt, de tous les avantages et de toutes les forces qu'ils auraient mutuellement trouvés dans leur union ; qui ne laisse à l'un que l'aridité d'une arithmétique étroite, à l'autre que le vague d'un poétisme incompris; qui les condamne tous deux à l'impuissance. Et c'est en vérité une malencontreuse scission ; car de ces deux choses, l'UTILE et le BEAU, chacune est, de création divine, la condition vivifiante de l'autre, condition inéluctable et sine qua NON ; car entre elles il y a une corrélation aussi intime qu'entre les notes élémentaires d'un accord musical dont l'existence dépend de la fonction simultanée et proportionnelle de chacune ; car leur isolement produit leur faiblesse, et de la non participation à l'activité d'ensemble résulte nécessairement leur dépérissement et leur mort.

6Celui qui nierait cette loi n'aurait jamais vu d'œuvre de Dieu, car elle est inhérente à toutes. Partout, dans la création, le beau est la formule, la manifestation du bon ou du vrai ; le laid, la formule, la manifestation du mauvais ou du faux: partout coexistence, accord harmonique du mode mathématique ou rationnel et du mode formulateur ou esthétique. Voilà la loi dans son immutabilité. — Et si vous la considérez par rapport à la variabilité des choses humaines, vous allez voir que son mouvement est rigoureusement gradué ; vous allez voir que plus une chose est près de son utilité radicale, de sa vérité mathématique, plus aussi elle est près de sa forme parfaite; que sa modalité utilitaire et sa modalité esthétique progressent simultanément vers leur archétype; et qu'enfin, lorsque toutes deux elles ont atteint leur maximum, la Chose est aussi arrivée à son point culminant de perfectionnement et de fonction.

7Assimilez-vous ce premier principe. Approfondissez d'abord ce qu'il contient de belle analogie avec l'ordre universel des choses: excitez-vous ensuite à sentir ce qu'il y a d'éminemment poétique en lui, non de cette poésie vague, nébuleuse, mal colorée, mais de haute et puissante poésie, de poésie radieuse, mesurée, unitéique, de cette poésie qui consiste dans la convenance des hautes hiérarchies, dans la concordance de tout élément avec l'ensemble, de toute fonction individuelle avec la destinée générale. Examinez et sentez ; et lorsque vous aurez bien compris ce principe, lorsque vous l'aurez approprié à chaque sphère artistique, lorsque vous l'aurez fait onduler autour de chaque création de poète, lorsque par votre imagination vous aurez empreint de son caractère et illuminé de ses clartés toute œuvre possible dans le domaine de l'Art, — voyez s'il n'est pas fécond, s'il ne porte pas en lui une ère nouvelle pour l'Esthétique, une ère large, grandiose, sociale et religieuse.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Eugène d’Izalguier, Loi de la corrélation de la forme sociale et de la forme esthétique, 1836 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Eugène d’Izalguier, Loi de la corrélation de la forme sociale et de la forme esthétique, 1836 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/5195

Droits d’auteur

Tous droits réservés