Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Contre « l'art pour l'art »

Anonyme [Salon de 1841], L’Atelier, 1841

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Fondé en 1840, L’Atelier se proclame un « organe spécial de la classe laborieuse rédigé par des ouvriers exclusivement ». À l’instar de plusieurs autres publications de l’époque, telle la revue saint-simonienne La Ruche populaire, le mensuel regroupe des artisans militant pour « le principe politique de la souveraineté du peuple et le principe industriel de l’association » (Prospectus, 4 septembre 1840). Les rédacteurs de la revue sont des disciples de Philippe Buchez, et le ton de ce compte rendu du Salon rappelle le côté chrétien, moralisateur et nationaliste qui caractérise les revues critiques publiées dans L’Européen. Envisageant pour l’art un rôle émancipateur fondé sur sa capacité à émouvoir même les plus humbles, l’auteur anonyme affirme le droit des ouvriers à exprimer leur point de vue sur la production contemporaine. Mais s’il déclare que « les artistes doivent être révolutionnaires », cette constatation n’empêche pas un ton et des préférences qui semblent assez conservateurs dans leur soutien aux valeurs dominantes tant morales que politiques. Ainsi, toute représentation de nudité provoque des frissons de dégoût devant l’atteinte à la moralité publique, conséquence du goût corrompu des classes aisées. Le critique réserve ses louanges les plus enthousiasmées aux œuvres illustrant des faits d’armes, tant napoléoniens (Charles Frédéric Langlois, Combat de Krasnoe, Versailles, fig. 1) que coloniaux (Hippolyte Bellangé, Prise du Teniah de Mouzaïa le 12 mars 1840 par les zouaves et les tirailleurs de Vincennes, Versailles, fig. 2).

1. Charles Frédér...1. Charles Frédéric Langlois, Combat de Krasnoe

1. Charles Frédéric Langlois, Combat de Krasnoe

1841, huile sur toile, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.

2. Hippolyte Bell...2. Hippolyte Bellangé, Prise du Teniah de Mouzaïa le 12 mars 1840 par les zouaves et les tirailleurs de Vincennes

2. Hippolyte Bellangé, Prise du Teniah de Mouzaïa le 12 mars 1840 par les zouaves et les tirailleurs de Vincennes

2e quart du XIXe siècle, esquisse, Chantilly, Musée Condé.

Le chauvinisme outré excité par de tels ouvrages (« L’énergie française triomphe encore ») n’est tempéré en rien par le fait que ces toiles sont destinées au Musée historique de Versailles, commandées par le roi lui-même.


***

Anonyme, « Salon de 1841 », L’Atelier, n° 7, mars 1841, p. 55-56. Extrait p. 55.

1On entend par art l’ensemble des moyens que possèdent les hommes pour agir directement sur le sentiment, et remuer les passions humaines ; le beau dans les arts sera donc ce qui nous aura le plus passionnés, soit en amour, soit en haine : or, dans une société tout doit être soumis au but national, et comme dans notre société française tout doit nous pousser vers la réalisation de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, l’œuvre d’art la plus belle, la plus complète, sera celle qui nous aura émus le plus énergiquement, pour nous faire aimer ces sentiments. Les beaux-arts ont aussi le but de nous rendre meilleurs individuellement ; ils doivent nous inspirer l’amour chaste et pur ; ils doivent nous inspirer l'amour de nos pères, la charité, la douceur, la paix de la famille, l'amour chaste et pur;  ils doivent exciter en nous l’horreur de l’égoïsme et de tous les vices qui perdent les sociétés et les familles ; en un mot, ils doivent nous faciliter l’accomplissement de tous nos devoirs.

2Voilà aussi pourquoi les artistes doivent être révolutionnaires, c'est-à-dire qu’ils doivent nous entretenir dans la ligne des dévouements à accomplir pour le progrès vers le but national, rappeler à la nation le souvenir des grandes choses qu'elle a déjà faites et celui des grands hommes qui ont servi la cause des peuples et de l’humanité. Ils ont, selon nous, une des fonctions les plus élevées de la société, et ce n’est pas, nous le croyons fermement, sans une foi profonde, entière, inébranlable, qu’ils peuvent la remplir dignement. S’il est vrai que l’artiste doit être l’homme du peuple et de Dieu, ne fait-il pas une chose abominable quand il emploie son génie à flatter les mauvaises passions, à se faire le serviteur des égoïsmes les plus sales et les plus honteux, quand il prostitue sa noble mission pour un vil salaire ?

3L’influence de l’art a toujours été énorme ; son excitation salutaire a bien souvent aidé et rendu plus faciles les grandes choses accomplies par les peuples. Quel devait être sur nos pères l’effet produit par ces cathédrales, alors qu'elles étaient dans toute leur splendeur, avec toutes leurs statues, leurs vitraux et leurs peintures aux vives couleurs ! Ne nous frappent-elles pas encore tous les jours de leur imposante grandeur et de leur sublime majesté. Les grands architectes d’alors s’occupaient peu que l’on sache ou non leurs noms, contents qu’ils étaient d’avoir fait une œuvre utile à leurs frères ; ils s’appelaient simplement maîtres maçons ; aussi ne croyaient-ils pas que le peuple ne pouvait être connaisseur en choses d’art, car ils disaient : La peinture et la sculpture sont les livres des simples de cœur qui n’en savent lire d’autres.

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Charles Frédéric Langlois, Combat de Krasnoe
Légende 1841, huile sur toile, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 2. Hippolyte Bellangé, Prise du Teniah de Mouzaïa le 12 mars 1840 par les zouaves et les tirailleurs de Vincennes
Légende 2e quart du XIXe siècle, esquisse, Chantilly, Musée Condé.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Pour citer cet article

Référence papier

« Anonyme [Salon de 1841], L’Atelier, 1841 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Anonyme [Salon de 1841], L’Atelier, 1841 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/5173

Droits d’auteur

Tous droits réservés