Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Art, sentiment, transformation sociale (saint-simonisme)

Marie-Camille de G., Salon de 1834, 1834

Texte intégral

1Introduction par Neil McWilliam

La dérive religieuse du saint-simonisme aboutit à une remise en cause des rapports sexuels et du rôle social de la femme qui amène une rupture radicale au sein du mouvement et confirme la primauté de Prosper Enfantin comme « Père suprême ». Après un essai communautaire dans leur « couvent » à Ménilmontant, auquel l’intervention des autorités a coupé court en 1832, Enfantin et quelques disciples sont emprisonnés pour atteinte à l’ordre public. Déclarant 1833 « l’année de la mère », Enfantin incite ses fidèles à l’aider à trouver la « Femme-Messie » dont la découverte présagerait l’avènement de la nouvelle ère saint-simonienne. Cette même année, il part pour l’Egypte à sa recherche, accompagné d’une bande de disciples, et y reste jusqu’à la dispersion du groupe en 1837.

La promotion de la femme encourage plusieurs militantes d’origine prolétarienne à s’engager, et aboutit en août 1832 à la publication d’une revue doctrinale, La Femme libre, éditée par Marie-Reine Guindorf et Désirée Véret, deux jeunes ouvrières qui luttent pour avoir une voix plus influente au sein du mouvement. Réintitulée La Tribune des femmes et dirigée par Suzanne Voilquin, la revue paraît pour la dernière fois en avril 1834 et comprend un compte-rendu du Salon qui applique des positions théoriques élaborées, entre autres, par Barrault aux œuvres exposées à l’exposition. Son auteur anonyme, Marie-Camille de G., suit celui-ci en distinguant deux traditions culturelles : un art de « pensée », caractéristique des époques organiques, et un art de « forme », qui fleurit pendant des périodes critiques. Confrontée à l’art contemporain, elle considère des peintres tels Delacroix, Vernet et Delaroche comme des éclectiques dont l’œuvre est dépourvue de toute conviction. Lady Jane Gray, grand tableau d’histoire de ce dernier, est durement condamné comme un exercice de style sans passion (fig. 1), à l’opposé du Saint-Symphorien d’Ingres (fig. 2), où la critique est particulièrement sensible à la représentation de la mère du martyr : « une belle réponse à ceux qui pensent encore que la femme n’a reçu un cœur que pour des sentiments de faiblesse ».

1. Paul Delaroche...1. Paul Delaroche, Le supplice de Jane Gray

1. Paul Delaroche, Le supplice de Jane Gray

1833, huile sur toile, 180 cm × 155 cm, Londres, National Gallery.

2. Jean-Baptiste ...2. Jean-Baptiste Ingres, Martyre de Saint Symphorien

2. Jean-Baptiste Ingres, Martyre de Saint Symphorien

1834, huile sur toile, 407 cm × 339 cm, Autun, Cathédrale St-Lazare.

Malgré une telle réussite, l’évaluation globalement négative de l’exposition est caractéristique de la frustration des critiques saint-simoniens et de leurs successeurs face à des artistes qu’ils accusent d’afficher une indifférence absolue envers l’injustice sociale qui les entoure. Seul Jules Laure, jeune peintre converti au saint-simonisme en 1830 et futur compagnon de la féministe Flora Tristan, échappe à ces reproches, grâce à son tableau Lélia, Sténio et Magnus, inspiré du roman de George Sand, et aujourd’hui non localisé.


***

Marie-Camille de G., « Salon de 1834 », La Femme nouvelle. Tribune des femmes, 2 avril 1834, p. 158-164. Extrait p. 162-164.

2En sortant du Musée, il vous vient une pensée triste. Des batailles, des naufrages, des échafauds, des paysages, des portraits, des milliers de tableaux, et si peu de pensées d'avenir ! Des efforts inouïs de dessin et de couleur, une dépense prodigieuse de talent pour ne peindre que des scènes usées et stériles.

3Les peintres représentent la femme de toutes les façons, ils en font une fleur dont ils parent tous les bouquetiers dans les boudoirs ; ils l'enivrent de parfums, et de galants propos ; dans les fêtes vous la prendriez pour une prêtresse avec les riches vêtements dont ils la parent ; dans les intérieurs de maison ils la couchent voluptueusement sur un divan, le front couronné de rêves ; ici comme une plante caressée du soleil, ils la font s'épanouir sons l'haleine de son amant, là, sans ménager sa pudeur, ils dévastent son beau corps pour la traîner au bourreau. Hélas ! Messieurs, grâce de parfums et de parures, d'étreintes passionnées et d'échafauds ; mais donnez à la femme une place digne d'elle ! On a reproduit Ève cueillant le fruit défendu ; que l'auteur s'approche du tableau d'un de nos amis, Jules Laure, que nous remercions de s'être fait l'artiste des pensées d'une grande femme. Il verra Lélia agenouillée près du cadavre de Sténio ; tout un monde de douleurs pèse sur ce front de jeune femme ; de cruelles déceptions ont appâli [sic] cette belle tête ! Peut-être pensera-t-il que depuis assez longtemps les filles d'Ève se déchirent les entrailles et le cœur pour les fils d'Adam ; que depuis assez longtemps elles arrosent de pleurs les chemins de la terre, pour qu'enfin un nouvel Éden découvre pour elles son horizon de bonheur ! Artistes ! si vous aimez la femme, si quelquefois sa beauté a versé dans vos âmes une poésie douce, si elle a donné à votre pinceau assez de délicatesse et d'inspiration pour fixer sur la toile vos rêves et vos joies, montrez-la grandissant en liberté ! D'abord écrasée sous des boucliers, marchant comme le prolétaire étouffée sous le poids de ses chaînes, son corps, ses pensées ses désirs, toute son existence, brisés dans la main de son tyran ; puis, commençant à regarder son maître en face, et transformant progressivement son esclavage en une tutelle qu'elle veut rompre aussi ! Car Dieu, bonne, a soufflé dans son âme l'amour de la liberté ; elle veut être libre, la femme ! mais libre pour adoucir les maux de l'humanité, comme la sainte colombe qui descendit du ciel ; libre ! pour arracher la guerre du cœur de l'homme et le conduire dans les voies de Dieu, dans des voies de paix et de bonheur ; libre ! pour épouser comme le savant l'univers, avec son intelligence, et l'attirer dans un même réseau d'amour ; libre ! pour servir de lien entre les peuples comme entre les individus. Elle veut un piédestal dans le temple, pour jeter au monde les paroles religieuses qui grandissent les cœurs et montrent à la pensée le sentier de l'avenir !

4Le prolétaire n'est entré dans les tableaux du salon, que les armes à la main, souillé de sang et de boue, jetant la rage de sa bouche et la cruauté de ses yeux. Artistes ! si vous avez frappé dans la main du fils du peuple, si vous avez senti tout ce qu'il y a de force et de grandeur sous sa grossièreté et son ignorance ! montrez à nu ses plaies saignantes pour que ceux qui possèdent dans leurs mains les moyens d'adoucir ces souffrances s'attendrissent ! Si vous aimez le drame, peignez ces scènes affreuses qui se jouent tous les jours sous vos yeux, peignez un malheureux père malade sur un grabat dévoré par l'agonie et la misère, ses nombreux enfants qui lui demandent du pain avec des cris et des pleurs, sa fille dont le travail ne peut suffire aux besoins de son père et de ses frères… puis… plus loin… le riche lui montrant l'or nécessaire pour soulager son père et sauver ses jours… mais à une condition infâme !! Faites ainsi pleurer, gémir, crier, désespérer votre toile, qu'on y voie tout ce monde d'angoisses, de tortures, de déchirements que la civilisation voile d'un sourire menteur ! qu'on y entende les cris terribles de la faim, et les sanglots de la prostitution ! Que vos tableaux soient un miroir qui réfléchisse toutes les douleurs du pauvre, et les concentre en un foyer qui fonde le fer, qui emboîte le cœur du riche et l'enserre si étroitement que tout battement soit étouffé. À Anvers on voile un christ de Rubens, parce que sa vue produit une secousse électrique qui fait mal, qu'ainsi devant vos œuvres, les privilégiés s'effraient d'être heureux, quand des milliers d'autres agonisent de misère !

5Si vous êtes enthousiastes, faites place, élargissez vos toiles pour que l'humanité puisse y jouer son drame gigantesque ; marcher dans les airs, dans les eaux, dans les entrailles de la terre ; faire sur les mers des glissades de mille lieues ; charger sur ses épaules les montagnes et les forêts pour en faire des pyramides ou des temples ; prendre le monde dans ses mains, le briser, le piller, le concasser, le transformer ; toujours pour obéir à la loi du progrès, cette voix puissante de Dieu qui l'appelle éternellement et lui fait traverser de nouveaux mondes d'idées, de besoins, d'inventions et la fait marcher ! marcher où ?... vers le temple des vraies joies que nous n'apercevons encore que dans un horizon idéal, mais dont un jour nous verrons les colonnes se dresser et les éternelles tours traverser les airs.

6Artistes ! vous pouvez vous créer une grande mission !

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Paul Delaroche, Le supplice de Jane Gray
Légende 1833, huile sur toile, 180 cm × 155 cm, Londres, National Gallery.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2. Jean-Baptiste Ingres, Martyre de Saint Symphorien
Légende 1834, huile sur toile, 407 cm × 339 cm, Autun, Cathédrale St-Lazare.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M

Pour citer cet article

Référence papier

« Marie-Camille de G., Salon de 1834, 1834 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Marie-Camille de G., Salon de 1834, 1834 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/5135

Droits d’auteur

Tous droits réservés