Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Art, sentiment, transformation sociale (saint-simonisme)

Anonyme [Hippolyte Carnot], Discours sur les beaux-arts, 1830

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Fils du conventionnel et « organisateur de la victoire » Lazare Carnot, Hippolyte Carnot (1801-1888) rallie l’opposition libérale aux Bourbons en 1824 après la fin de ses années de jeunesse en exil. Ayant fréquenté les Templiers, les Carbonaristes et les francs-maçons, il découvre les saint-simoniens et contribue à l’exposition de la doctrine dans une série de conférences qui débute en décembre 1828. Carnot accepte la transformation du mouvement en religion sous la co-tutelle de Prosper Enfantin et Saint-Armand Bazard, survenue en décembre 1829, mais les dissensions au sein du groupe, qui finit avec le schisme de Bazard en novembre 1831, provoque une rupture qui amène la démission d’une faction, parmi laquelle figure Carnot, opposée à la politique autoritaire d’Enfantin.

Ce « Discours » publié dans la principale revue doctrinale du groupe, réfléchit la largeur de la définition saint-simonienne des arts, qui prennent une importance croissante au moment où les aspirations mystiques et passionnelles de la nouvelle religion éclipsent l’engagement rationaliste des premiers disciples. Carnot expose ici la division de l’histoire, ébauchée par Saint-Simon et développée après sa mort, entre périodes « organiques » et « critiques ». Le premier terme désigne les époques telles que la Grèce polythéiste et l’Europe médiévale, caractérisées par un degré élevé d’unité sociale garanti par des croyances communes. Les époques critiques, marquées par l’effritement de la foi, sèment la division dans la société et paralysent les arts. Tout en reconnaissant que les plus grands triomphes culturels, de Phidias à Michel-Ange, correspondent à des époques de transition quand les croyances commencent à être contestées, Carnot juge la situation contemporaine comme frappée d’une profonde décadence qui fait preuve d’une « maladie morale » collective. La doctrine saint-simonienne constitue, pour Carnot, la seule solution à cette crise, et les artistes représentent des alliés privilégiés dans la lutte pour la faire prévaloir. Ici, comme dans d’autres textes adressés aux artistes comme celui d’Emile Barrault, Aux artistes. Du passé et de l’avenir des beaux-arts (1830), la priorité accordée à l’activité culturelle comme vecteur de transformation sociale, ressort nettement.


***

Anonyme [Hippolyte CARNOT], « Discours sur les beaux-arts », L'Organisateur, 25 décembre 1830, p. 145-150. Extrait p. 145-146.

1Les BEAUX-ARTS sont l’expression du sentiment, c'est-à-dire de l’une des trois grandes manières d’être de l’homme, de celle qui constitue le lien des deux autres. Les BEAUX-ARTS, quelle que soit leur forme, grossière ou perfectionnée, sont le langage qu’emploie l’homme passionné pour mettre ses semblables en harmonie avec lui, pour déterminer de leur part tous les actes sociaux, ceux où l’individu confond son intérêt privé dans l’intérêt général. L’artiste, ce n’est pas seulement pour nous un peintre, un sculpteur, un musicien plus ou moins habile ; c’est tout homme qui sait enrichir sa pensée d’une expression sympathique : le cœur des autres hommes est son domaine ; il l'exploite en maître au profit de la société. Il était artiste, ce pèlerin obscur dont la voix entrainait des multitudes armées à la conquête des lieux saints. Ils étaient ARTISTES ces hommes forts qu’enflammait la religion de la liberté, et qui faisaient voler aux frontières nos soldats républicains ; et ce magnifique chant guerrier, et ce drapeau éclatant qui les conduisaient, qui conduisaient encore naguère les Parisiens victorieux dans leurs rues transformées en champs de bataille : et les pompes de l’église et ses concerts pieux ; et les décorations de nos théâtres, et leur musique voluptueuse ; et les hurlements sauvages du cannibale, et les parures sanglantes dont il se couvre pour épouvanter son ennemi, toutes ces choses sont le langage des BEAUX-ARTS : ils ont, vous le voyez, une autre mission à remplir que celle d’amuser les oisifs. – Ce sont les ARTISTES qui par poésie, par éloquence, par la peinture, l’architecture, la musique, surent, à chaque phase du développement de l’humanité, cultiver les vertus nécessaires à l'état de la civilisation, cultiver le sentiment religieux sous les diverses formes qu’il a successivement revêtues. On les a vu inspirer la terreur des dieux toujours en courroux, lorsque tout dans la nature faisait obstacle aux efforts de l’homme ; inspirer le courage militaire, le dévouement à la cité natale et la haine de toutes les autres, lorsque la force était le seul moyen d’ordre, la cité le seul centre d’union ; on les a vu prêcher la ferveur et la résignation aux volontés divines, le détachement de la terre et la fraternité des hommes, lorsque l’esprit humain se fut élevé à la conception d’un DIEU tout puissant, immatériel et père de tous les hommes. On les verra dans l’avenir, eux qui n’ont cessé d’entretenir les sentiments d’une association de plus en plus étendue, former le lieu de l’ASSOCIATION UNIVERSELLE ; on les verra, eux qui ont chanté un DIEU de plus en plus grand, de plus en plus complet, célébrer enfin l’immensité d’un dieu universel.

2Telle est la noble tâche des ARTISTES : qu’un froid dialecticien ne vienne pas nous vanter la prédominance de la raison sur les passions, nous dire qu’il faut mettre celles-ci au régime pour tenir le cœur en santé. Non, il faut faire vibrer les cordes les plus sensibles quand on veut donner naissance à une touchante harmonie ; il est bon d’exciter les passions, lorsqu’en même temps on sait les diriger. Les entreprises généreuses ne surgissent point d’une âme glacée. Soulevez une énergique indignation contre le vice, allumez un ardent amour pour la vertu, faites palpiter vivement le cœur de l’homme, pour lui voir enfanter de grandes choses.

3Appréciez maintenant à sa juste valeur, Messieurs, cette espèce de complaisance avec laquelle notre siècle semble se glorifier de son infériorité dans les BEAUX-ARTS, en se proclamant éminemment positif : n’est-ce pas s’enorgueillir de son infériorité morale, et ne devons-nous pas prendre acte d’un pareil aveu, en faveur de la thèse que nous allons soutenir ?

4Nous aussi nous reconnaissons, nous constatons la décadence des BEAUX-ARTS ; mais nous nous gardons bien de l’attribuer, ainsi qu’on le fait souvent, à des progrès extraordinaires dans les sciences et l’industrie, progrès qui auraient absorbé l’emploi de toutes les facultés. Les trois branches de la capacité humaine suivent une marche généralement correspondante, et leur état actuel est aussi relatif ; un profond désordre règne dans les productions de l’intelligence et de la force, et de ce désordre est la réflexion de celui que nous signalerons tout à l’heure dans les productions du sentiment ; car la source de toute activité scientifique, comme de toute activité industrielle, c’est le sentiment, c’est la vie.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Anonyme [Hippolyte Carnot], Discours sur les beaux-arts, 1830 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Anonyme [Hippolyte Carnot], Discours sur les beaux-arts, 1830 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/5103

Droits d’auteur

Tous droits réservés