Navigation – Plan du site
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs - Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.)
I. Apprentissages

Pratique et connaissance : les chemins divergents de l’orientalisme scientifique et de l’orientalisme artistique en France et en Allemagne

Practice and Knowledge: the Divergent Routes of Scientific and Artistic Orientalism in France and Germany
Lorraine Decléty
p. 89-107

Résumé

The study of 19th century Orientalist architecture in France and Germany reveals a discrepancy between the scientific knowledge of Islamic architecture and the practice of Islamic Revival. The acquisition of encyclopaedic knowledge, through increased travel and research trips to the East led to the broadening of cultural and stylistic models. But in spite of the variety of potential patterns, Islamic Revival architecture developed from a very limited number of sources. A comparison between France and Germany enables a better understanding of this phenomenon, insofar as it reveals the coexistence of two Orientalisms, one "international", shared by both countries, and one "national", deeply rooted in an individual cultural, intellectual and social context.

Entrées d’index

Lieux :

Allemagne, France

Index chronologique :

XIXe siècle

Texte intégral

  • 1  Le rapport entre origine et copie évolue au cours du xixe siècle, passant d’une dimension romantiq (...)

1L’étude comparée de l’orientalisme en France et en Allemagne au xixe siècle nous a amenés à nous interroger sur un phénomène qui semble propre à ce néo-style : la divergence entre la connaissance scientifique des diverses architectures musulmanes, qui ne cesse de s’étendre à mesure de la pénétration européenne dans les différentes parties de l’Orient, et la pratique de l’orientalisme architectural limitée à un nombre restreint d’emprunts. Nous ne nous intéresserons pas ici à la dimension formelle de ce décalage qui existe, certes, mais qui n’est en rien spécifique au style orientaliste1 ; nous concentrerons notre analyse sur le décalage entre les architectures connues et celles effectivement utilisées par les architectes et nous tenterons de livrer des hypothèses expliquant l’étendue et la signification de ces divergences. Pour cela, nous fonderons notre étude sur la comparaison des médiums de diffusion du savoir et celle de la culture architecturale en France et en Allemagne tout au long du xixe siècle.

L’état des connaissances en France et en Allemagne au xixe siècle

Les premières études

  • 2  Voir par exemple les gravures publiées dans le récit de Jean-Baptiste Tavernier, Les six voyages d (...)
  • 3  Jean Chardin, Voyages du Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient […], Amsterdam : A (...)
  • 4  Jean-Nicolas-Louis Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, P (...)
  • 5  Pl. 7, 19, 47, 80, 81 chez Durand et pl. 42, 44, 46 chez Séroux d’Agincourt.

2Dans les premières décennies du xixe siècle, quelle connaissance les contemporains ont-ils des différentes architectures islamiques ? Les relations de voyage des marchands, diplomates ou religieux constituèrent pendant longtemps la seule source du savoir européen sur les pays orientaux. Dans ces récits, l’architecture n’occupe qu’un rang secondaire : les voyageurs se contentent de qualifier rapidement les édifices rencontrés à l’aide d’un champ sémantique conventionnel. Lorsque des gravures complètent ces ouvrages, elles n’offrent que des vues de villes très générales ou d’édifices déformés à partir desquelles il est difficile de se faire une idée précise des monuments2. Toutefois, à partir du xviiie siècle, les descriptions et représentations d’édifices islamiques se multiplient, en particulier celles des mosquées et palais des deux principales destinations en Orient jusqu’à la seconde moitié du xviiie siècle : Constantinople et Ispahan3 (fig. 1). À l’aube du xixe siècle, deux publications permettent de saisir l’étendue de cette connaissance. Les recueils de Jean-Nicolas-Louis Durand et de Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt ont en effet pour ambition de rassembler un vaste ensemble de témoignages architecturaux pris en Europe et ailleurs afin d’écrire une histoire de l’architecture par l’image4. Ces planches montrent que, outre les principales mosquées et résidences palatiales de Turquie et de Perse, sont connus également l’Alhambra de Grenade et la mosquée de Cordoue, les pavillons de la Zisa et de la Cuba à Palerme ainsi que des exemples d’architecture civile algérienne et d’architecture funéraire moghole5 (fig. 2).

1. Ispahan, place royale.

1. Ispahan, place royale.

Cornelius Le Bruyn, Voyage par la Moscovie, en Perse et aux Indes orientales, 1718, pl. 75-76.

2. État de l’architecture arabe en Europe depuis le viiie siècle jusqu’au xve siècle.

2. État de l’architecture arabe en Europe depuis le viiie siècle jusqu’au xve siècle.

Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt, Histoire de l’art par les monuments, 1801-1825, pl. 44.

  • 6  L’œuvre d’Adrien Dauzats et de Prosper Marilhat en témoigne.
  • 7  Lorraine Decléty, « Les architectes français et l’architecture islamique : les premiers pas vers l (...)
  • 8  Alexandre de Laborde, Voyage pittoresque et historique de l’Espagne, Paris : Didot l’Aîné, 1806. U (...)
  • 9  Durant cette période, seuls deux architectes ont entrepris le voyage en Orient : Ludwig Zanth qui (...)

3Pendant la première moitié du xixe siècle, on assiste à un essor de publications traitant de l’architecture islamique qui cherchent à rendre fidèlement les monuments. Cet intérêt se produit parallèlement à la découverte, par les peintres, du pittoresque de l’architecture islamique en Orient6. Ce nouveau genre d’ouvrage est le fait d’architectes, artistes, érudits, essentiellement français ou anglais, qui découvrent l’architecture de l’Orient moderne dans des conditions très diverses7. La grande majorité de ces publications est consacrée à deux espaces de prédilection : l’Espagne andalouse et l’Égypte (Le Caire)8 auxquels on peut ajouter l’Inde – explorée par les Anglais mais négligée par les Français. La nouveauté et la beauté des planches leur assurent un succès immense à travers toute l’Europe (fig. 3). La participation d’architectes allemands à cette première phase de connaissance architecturale plus précise est exceptionnelle car leurs voyages les conduisent davantage vers Paris, Londres ou Rome que vers l’Orient9. L’Allemagne occupe dès lors une position périphérique par rapport à l’Angleterre et la France qui s’imposent comme les centres de la production des savoirs sur l’architecture islamique au début du siècle.

3. Le Caire, mur de qibla de la mosquée el-Moyyed.

3. Le Caire, mur de qibla de la mosquée el-Moyyed.

Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, 1839, pl. 35.

  • 10  Une bibliographie exhaustive n’a pas ici sa place et seuls quelques ouvrages français importants s (...)
  • 11  Voir Nabila Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algér (...)

4À partir de la seconde moitié du siècle, les expéditions, d’initiatives étatiques ou individuelles, entraînent progressivement architectes et savants dans l’ensemble des pays musulmans, de l’Algérie à l’Asie centrale. La connaissance de l’architecture islamique devient globale, à défaut d’être précise – et juste10. Là encore, ce processus concerne essentiellement les Français et les Anglais dans la mesure où ces missions scientifiques participent de la lutte d’influence que se livrent les deux puissances coloniales. Cantonnés dans leur tour d’ivoire universitaire, les érudits et historiens allemands se réservent les études historiques et compilent une littérature produite par d’autres. Rappelons toutefois que la Prusse, avant même d’entamer sa politique impérialiste puis colonialiste, s’immisce dans cette compétition scientifique et fait des études archéologiques un instrument de puissance et de prestige national. Les autorités prussiennes concentrent cependant leurs efforts et leurs investissements sur les civilisations antiques de la Mésopotamie et de la Perse et négligent l’architecture islamique moderne, à l’instar de ce que font les Français en Afrique du Nord11.

L’architecture islamique et l’écriture de l’histoire de l’architecture

5À côté de la question de l’étendue de la connaissance disponible se pose celle, plus pertinente encore, de la réception de ces nouveaux savoirs dans la littérature spécialisée. La comparaison des histoires de l’architecture écrites en France et en Allemagne permet de se faire une première idée et de mettre en lumière deux phénomènes : d’une part, il existe un décalage entre les connaissances disponibles et les connaissances utilisées et d’autre part, ce dernier est beaucoup plus accentué en France qu’en Allemagne.

  • 12  Auguste Choisy, Histoire de l’architecture, Paris : Baranger, 1899 ; Henri Saladin, Manuel d’art m (...)
  • 13  L’art ottoman « a été, pendant trop longtemps, injustement confondu avec les productions assurémen (...)
  • 14  Daniel Ramée, Manuel de l’histoire générale de l’architecture chez tous les peuples, et particuliè (...)
  • 15  Jules Gailhabaud, Monuments anciens et modernes, collection formant une histoire de l'architecture (...)
  • 16  Louis Batissier, Histoire de l’art monumental, dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Suivi d’un traité (...)
  • 17  « La plupart des mosquées de l’Asie Mineure, de la Perse et de l’Inde, ressemblent beaucoup aux ba (...)

6En France, il faut attendre la fin du xixe siècle pour que l’écriture de l’histoire de l’architecture islamique englobe toutes les parties du monde musulman12 et pour que les architectures persane et turque, auparavant les plus documentées historiquement, cessent d’être négligées voire oubliées13. Avant cela, les rares historiens à s’être lancés dans l’écriture d’une histoire de l’architecture universelle ont apporté une vision très étroite de l’architecture islamique, réduisant celle-ci à ses expressions égyptienne et andalouse. Le Manuel général de l’Architecture de Daniel Ramée publié en 1843 consacre quelques pages aux seules Égypte, Espagne et Sicile, laissant totalement de côté la Turquie ainsi que la Perse et l’Inde modernes – alors qu’il commence son manuel par l’architecture hindouiste de l’Inde et évoque longuement celle de la Perse antique14. Jules Gailhabaud, dans ses Monuments anciens et modernes publiés en 1850, ne cite que cinq monuments : la mosquée de Cordoue, l’Alhambra et les mosquées Ibn Tulun, Hassan et el-Moyyed du Caire15. Seul Louis Batissier semble faire exception à cette tendance, si l’on suppose que les pages consacrées à l’architecture islamique contenue dans la deuxième édition de son Histoire de l’art monumental parue en 1860 reprennent celles contenues dans la première16. Cet auteur étudie ainsi successivement toutes les architectures connues du monde islamique. Les propos extravagants et les confusions qui encombrent les pages consacrées aux espaces les plus orientaux attestent cependant l’utilisation de sources anciennes et dépassées17.

  • 18  Christian Ludwig Stieglitz, Geschichte der Baukunst von frühesten Alterthume bis in die neueren Ze (...)

7En Allemagne, l’écriture de l’histoire fut, dès ses débuts, beaucoup plus universaliste. L’étude des ouvrages de Christian Stieglitz, Carl Schnaase, Franz Kugler et Wilhelm Lübke, quatre auteurs essentiels dans l’historiographie allemande, permet de le vérifier18. Loin de se limiter à l’Égypte ou à l’Espagne, tous intègrent de façon exhaustive les architectures indienne et perse et livrent des commentaires avertis sur l’architecture en Turquie (des débuts jusqu’aux Ottomans). La tradition scientifique allemande de compilation de sources et d’universalisme apporte une première réponse à cette différence. Celle-ci se trouve corroborée par l’exhaustivité des bibliographies (ouvrages français, anglais, allemands) qui reflètent l’ensemble des connaissances transmises. En outre, l’histoire de l’art, qu’elle repose sur la philosophie de l’histoire (Schnaase) ou sur une méthode formaliste et positiviste (Kugler et Lübke) devient plus vite en Allemagne qu’en France une science aux instruments rigoureux qui vise l’acquisition d’un savoir total et objectif.

  • 19  Girault de Prangey affirme que le système des archivoltes des arcades de l’Alhambra « n’est point (...)
  • 20  « En Espagne, la construction est de beaucoup inférieure à celle qui distingue les édifices Arabes (...)
  • 21  « Die Gebäude […] bilden vielleicht die bedeutendsten Leistungen muhamedanischer Kunst » : Carl Sc (...)

8Au-delà de ces différences, les jugements émis par les uns et les autres se ressemblent fortement. Concernant les architectures de l’Andalousie et de l’Égypte, les historiens allemands reproduisent les discours des architectes français et anglais et participent au processus de hiérarchisation qui conduit à l’affirmation de la suprématie de l’architecture mauresque d’Espagne sur les autres. Tous soulignent la richesse, l’élégance et la diversité de sa décoration architecturale tout en critiquant, de façon tout aussi unanime, l’absence de principes constructifs rationnels19. Quant à l’architecture égyptienne, ce sont au contraire ses qualités architecturales, sa monumentalité et sa solidité qui sont mises en avant, qualités rarement attribuées à l’architecture islamique par les critiques au xixe siècle20. Enfin, l’architecture indienne est admirée par des historiens comme Lübke ou Schnaase car elle seule parvient à unir en un tout harmonieux l’architecture et l’ornementation, le majestueux et la délicatesse21. Les auteurs élaborent et perpétuent ainsi des discours sur ces différentes architectures, enracinant dans les représentations des architectes des topiques propres à chaque style.

  • 22  Il n’est pas question dans cette partie des représentations contenues dans les traités historiques (...)
  • 23  Ils endossent dès lors la fonction de recueils de modèles, genre très répandu pour tous les styles (...)

9Le mode de représentation de l’architecture islamique22 constitue une autre étape importante dans le processus de médiation car, peut-être davantage que le texte, il fixe des représentations. Dans la première partie du siècle, le mode de figuration choisi est commun à tous les ouvrages : les illustrations romantiques et pittoresques (vues générales agrémentées de personnages, accentuation de la ruine des édifices, gravures en couleur, clair-obscur) alternent avec les dessins à la manière de l’École des beaux-arts avec plans, détails et coupes au crayon noir. Les planches évoluent par la suite ; les auteurs privilégient les détails architectoniques et décoratifs qu’ils accumulent au détriment des représentations synthétiques (Bourgoin, Parvillée). Cependant, on observe dès le début une tendance similaire qui va en s’accentuant : les planches figurent des motifs détachés de leur contexte (détails d’arcs, de colonnes, de chapiteaux) et très soigneusement relevés (précision du dessin, rendu des détails et de la polychromie). Il nous paraît dès lors évident que ce mode de représentation favorisa la reproduction d’éléments pris au hasard par les architectes pour composer une architecture orientaliste23.

10Dans quelle mesure et selon quelles modalités ces types sont-ils appropriés par les architectes et le public ? Observe-t-on des divergences significatives entre la France et l’Allemagne ?

La pratique architecturale : la prédominance de l’Alhambra

  • 24  Pour la place de l’architecture islamique dans les salons, voir Lorraine Decléty, La représentatio (...)
  • 25  Rolf Fuhlrott, Deutschsprachige Architektur-Zeitschriften. Entstehung und Entwicklung der Fachzeit (...)
  • 26  Y furent publiés aussi bien des articles (« L’art de construire des Arabes »), que diverses planch (...)
  • 27  Durant ses cinquante années d’existence, la RGA a publié 27 articles et 43 planches sur l’architec (...)

11Au cours du xixe siècle, on assiste à l’instauration et à la consolidation des instruments et des espaces de diffusion et de vulgarisation du savoir. En France, le Salon constitue le premier lieu dans lequel furent exposées des représentations d’architecture islamique par les peintres orientalistes. Ils furent rapidement imités par les architectes qui, après un voyage en Orient pour leur compte ou pour y effectuer une mission de relevés, soumettaient à l’appréciation du public parisien les fruits de leur moisson24. Mais ces années sont avant tout l’époque des premières revues d’architecture qui deviennent vite l’outil indispensable de l’architecte. Nous n’esquisserons ici que les prémices de ce mouvement dans la mesure où leur rôle dans la diffusion des types de l’architecture islamique se révéla particulièrement décisif dans les décennies qui suivirent leur naissance. La première revue d’importance, l’Allgemeine Bauzeitung, est fondée à Vienne en 1836 par l’architecte Ludwig Förster. Grâce à la diversité des questions traitées (esthétique, histoire, construction, concours), elle se diffusa rapidement en Allemagne et fut sans doute également connue en France25. En outre, cette revue est pour nous d’une grande valeur puisqu’elle publie, dès ses premiers numéros, des articles sur l’architecture islamique26. En France, César Daly ne tarde pas à imiter Förster et lance, en 1840, la Revue générale de l’architecture et des travaux publics. Cette publication se caractérise également par le large éventail de ses centres d’intérêt (qui reflètent ceux de son créateur) et son attention pour les architectures étrangères27. Ces deux organes fondateurs sont bientôt concurrencés par d’autres revues dans lesquelles paraissent également, à intervalle irrégulier, des articles sur des édifices islamiques ou orientalistes.

  • 28  Eva Börsch-Supan, Berliner Baukunst nach Schinkel, 1840-1870, Munich : Prestel, 1977.
  • 29  Les registres d’enregistrement indiquent certes la source et la date d’acquisition des ouvrages, m (...)
  • 30  La photographie constitue un autre support de diffusion massive puisque les villes musulmanes offr (...)

12À Berlin, les conférences tenues dans le cadre de l’Architekten-Verein par des architectes ou des historiens portent régulièrement sur l’architecture islamique à partir de 1833. Tous les pays et les genres d’architecture y sont traités avec néanmoins une préférence pour l’Alhambra et l’architecture mauresque d’Espagne. Ces conférences jouaient un rôle important dans la capitale prussienne car elles étaient conçues par les architectes et les professeurs de l’Académie d’architecture comme un espace d’enseignement et de formation complémentaire28. Il faut également mentionner les bibliothèques des institutions d’enseignement, comme celles de l’École des beaux-arts et de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, bien qu’il soit difficile de tirer des conclusions convaincantes à partir de la seule consultation de leurs catalogues29. Enfin, les expositions universelles jouent un rôle fondamental auprès des publics les plus variés (architectes, commanditaires potentiels, étrangers, Français). Le succès des délégations orientales et coloniales, auquel l’architecture contribua en grande partie, représente en effet une constante dans l’histoire de ces manifestations. C’est ainsi au Champ de Mars à Paris que la connaissance des différentes architectures islamiques se diffusa et que furent posées les conditions d’une appropriation démocratisée de ce langage architectural si étranger30.

13Ce rapide aperçu des supports de diffusion de la connaissance met en évidence la variété et l’étendue du répertoire formel et décoratif dont pouvaient disposer les architectes pour leur pratique architecturale.

  • 31  Tous les écrits affirment l’étrangeté et l’originalité de ces caractéristiques formelles.
  • 32  L’influence des ouvrages d’Owen Jones se révèle déterminante : Grammar of Ornament publié à Londre (...)
  • 33  Loin d’être un vulgaire plagiat de l’Alhambra, la Wilhelma représente une tentative réussie de mêl (...)
  • 34  Matthias Staschull, Industrielle Revolution im Königspark. Architekturverkleidungen 'technischer' (...)

14À partir de la fin des années 1820 en France et 1840 en Allemagne, les nouveaux modèles de l’orientalisme sont fixés. L’observation des édifices indique que, en dépit de la diversité des sources disponibles, les architectes empruntent principalement leurs motifs aux deux édifices les plus célèbres de l’architecture mauresque, la mosquée de Cordoue et l’Alhambra. Jusqu’aux années 1860, l’imitation reste imprécise et les architectes se contentent d’assembler arbitrairement des motifs architectoniques ou décoratifs considérés comme typiquement mauresques tels les arcs outrepassés, superposés et chantournés, ou les colonnes fines et élancées de l’Alhambra31. Puis, à mesure que les publications se diffusent et que les architectes voyagent, les références se précisent : on imite ou l’on s’inspire plus scrupuleusement de l’organisation des décors muraux, de la polychromie32, du système des stalactites des coupoles intérieures, des plafonds à caissons. On passe ainsi d’un genre d’édifices qui évoquent l’architecture mauresque de façon évasive et lointaine – la salle mauresque de l’hôtel des Princes à Paris aménagée vers 1820, le projet de Friedrich August Stüler pour la transformation du temple mauresque du Neue Garten de Potsdam en 1843 – à des constructions reproduisant rigoureusement divers motifs tirés des monuments emblématiques de cette architecture. La Wilhelma construite par Ludwig von Zanth entre 1842 et 1846 pour le compte du roi Guillaume Ier de Württemberg est une variation sur le thème de l’Alhambra33 (fig. 4). À Potsdam, Ludwig Persius combine les arcades de la mosquée de Cordoue et les colonnes de l’Alhambra pour concevoir l’intérieur de la Dampfmaschinenhaus34. Pour la France, mentionnons la salle de jeux du casino de Monte-Carlo construite par Jules-Laurent Dutrou en 1869 ainsi que le salon mauresque de l’hôtel Continental, œuvre d’Henri Blondel entre 1876-1878.

4. Ludwig von Zanth architecte, Stuttgart, Wilhelma, salle du festin, 1842-1848.

4. Ludwig von Zanth architecte, Stuttgart, Wilhelma, salle du festin, 1842-1848.

Joseph David, Geschichte der Baukunst, 1909.

15Cette prédominance de l’Alhambra se retrouve également dans la terminologie contemporaine de l’orientalisme. Le qualificatif orientaliste n’est jamais utilisé pour désigner une architecture, alors qu’il l’est pour la peinture. À sa place apparaissent des termes se rapportant à l’architecture de l’Andalousie comme mauresque ou maurisch. Les critiques parlent d’architecture « alhambresque » et de l’Alhambra-Stil, ils ajoutent parfois l’article maurisch à un autre, pour rendre une description plus éloquente : on aboutit ainsi à des styles maurisch-tunesisch (des bains à Stuttgart) ou maurisch-arabisch (certains bâtiments du jardin zoologique de Berlin).

  • 35  Anatole de Baudot consacre ainsi un long article aux pavillons de la Turquie à l’Exposition de 186 (...)
  • 36  Le casino d’Arcachon (1863-1864), qualifié de mélange de l’Alhambra et de la mosquée de Cordoue, u (...)
  • 37  Il est intéressant de noter que Frédéric Guillaume IV, commanditaire de cet édifice si particulier (...)
  • 38  Une synagogue (Cologne, Ernst Zwirner, 1861), un fumoir (château d’Oberhofen, Zeerleder, 1855), de (...)
  • 39  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait (dirs.), L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry (...)
  • 40  Rolf Thomas Senn, Orientalisierende Baukunst in Berlin im 19. Jahrhundert, Berlin, 1990.

16La place accordée aux autres architectures islamiques est très dissemblable en France et en Allemagne. Un point commun existe cependant, la disparition référentielle des architectures turque et persane. En France, ce processus débute dès la fin du Premier Empire tandis qu’il s’étire jusqu’aux années 1840 en Allemagne. Ces architectures ne sont plus remarquées que de façon épisodique, notamment lors des expositions universelles35. Si l’historien perçoit aujourd’hui dans une réalisation orientaliste les marques de l’une de ces architectures, il essayera vainement d’en trouver la confirmation dans les commentaires de l’époque36. L’architecture égyptienne, quant à elle, marque davantage l’orientalisme en Allemagne qu’en France. Dès le début de cette mode, des motifs distinctifs de cette architecture sont intégrés : coupoles à nervures, minarets, portes et fenêtres surmontées de muqarnas, assises de pierres alternées, décors de mosaïques de pierre habillent dès lors de nombreux édifices. La Dampfmaschinenhaus de Persius constitue l’exemple le plus précoce d’appropriation de ce modèle (fig. 5)37 en même temps qu’il inaugure un mouvement durable38. Toutefois ce style n’atteignit jamais un succès équivalent à celui du style mauresque. En France, cette architecture dépend beaucoup plus étroitement de l’itinéraire de l’architecte ou du commanditaire. L’importance des références égyptiennes dans l’orientalisme d’Ambroise Baudry résulte en effet de sa longue fréquentation des édifices cairotes pendant son séjour égyptien39. Quant à l’architecture de l’Afrique du Nord, elle ne joue un rôle déterminant que dans les dernières décennies du siècle, et uniquement en France. Enfin, l’architecture de l’Inde musulmane, une des principales références de l’orientalisme britannique, est diversement réceptionnée : tandis qu’elle demeure quasiment absente du paysage orientaliste français, elle imprègne durablement celui de Berlin40.

5. Ludwig Persius architecte, Potsdam, Dampfmaschinenhaus, élévation de façade principale, 1842-1843.

5. Ludwig Persius architecte, Potsdam, Dampfmaschinenhaus, élévation de façade principale, 1842-1843.

By Michiel1972 (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/​copyleft/​fdl.html)], via Wikimedia Commons.

17Cette présentation rapide de la pratique architecturale permet de percevoir une divergence beaucoup plus importante en France qu’en Allemagne entre les architectures connues et celles utilisées. Comment expliquer ce décalage entre la connaissance toujours plus encyclopédique et une pratique à la fois sélective et évolutive dans les deux pays ?

Les deux orientalismes

  • 41  Stefan Koppelkamm, Der imaginäre Orient : exotische Bauten der achtzehnten und neunzehnten Jahrhun (...)

18Dans la plupart des monographies générales sur l’orientalisme en Europe, la compréhension de ce phénomène architectural semble faussée par certains présupposés. Les auteurs passent rapidement sur les questions stylistiques et les différences importantes qui existent ne retiennent pas longtemps leur attention41. Ils justifient implicitement leur démarche peu rigoureuse par la certitude que les contemporains eux-mêmes accordaient une importance minime à ces questions, puisque, toujours selon certains auteurs, architectes, commanditaires et spectateurs confondaient les styles entre eux. Nous pensons au contraire que dans un siècle où les questions sur le style n’ont cessé d’occuper praticiens et amateurs, l’utilisation d’un genre orientaliste plutôt qu’un autre relevait d’un choix conscient, porteur de signification. En outre, les différences entre la France et l’Allemagne semblent conforter l’idée de la dimension polysémique de l’orientalisme.

L’Orientalisme international : le style Alhambra

  • 42  Les Contes de l’Alhambra de Washington Irving, publié en anglais en 1832 et traduit la même année (...)
  • 43  Joseph-Philibert Girault de Prangey, Essai, op. cit. (note 19), p. 121.
  • 44  Cette dimension s’ajoute à et enrichit la conception sensualiste de l’architecture néo-mauresque, (...)

19L’omniprésence de l’Alhambra et de la mosquée de Cordoue dans l’orientalisme est un phénomène européen puisque l’on retrouve des réalisations similaires à celles citées de la Grande-Bretagne à l’Italie en passant par la Belgique. Des facteurs formels et techniques peuvent apporter une première réponse ; pour « mauresquiser » un édifice, il suffisait souvent de plaquer sur les murs ou les façades des arcs outrepassés aux claveaux alternés ou encore d’aménager un portique, une galerie composée de fines colonnes géminées. Cependant, la richesse et le soin apportés à la plupart des édifices obligent à chercher d’autres explications. Le mythe du palais nasride, qu’élaborent conjointement écrivains42, architectes et historiens à travers leurs représentations, se construit autour de plusieurs thèmes (fig. 6) : celui d’un âge d’or pendant lequel des princes éclairés firent prospérer la science, les industries et les arts43 ; celui de la beauté, du caprice, de l’absence de règles, de l’altérité absolue de son architecture ; et enfin celui du rêve et de l’enivrement des sens que provoque la contemplation de l’ensemble. Nous pensons ainsi que les contemporains découvrirent dans ces architectures un support iconographique et symbolique à leur tentative d’ériger un rempart imaginaire et éphémère contre l’inéluctable processus de rationalisation et d’uniformisation de la vie, du temps et de la ville. Le fait que le « style Alhambra » servit presque exclusivement aux décors intérieurs vient corroborer l’hypothèse de l’association entre architecture mauresque et rejet du monde moderne44.

6. Grenade, Alhambra, « Cabinet des infantes ».

6. Grenade, Alhambra, « Cabinet des infantes ».

Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, 1837, pl. 8.

L’Orientalisme national : la diversification des modèles

  • 45  Les édifices de Tlemcen, la grande mosquée de Kairouan, le palais du Bardo, la mosquée Abd er-Rahm (...)
  • 46  L’établissement thermal de Vittel de Charles Garnier, 1883-1885 ; la villa algérienne du cap Ferre (...)

20Parallèlement à cette dimension « internationale » se forme en France et en Allemagne un orientalisme « national » très différent d’un pays à l’autre, tant par ses formes que par ses significations. En France, la conquête de l’Afrique du Nord s’accompagne d’expéditions scientifiques, de missions archéologiques et architecturales qui produisent des images inédites et renouvellent en profondeur le vocabulaire orientaliste à partir de la seconde moitié du xixe siècle. La diffusion de ces nouveaux modèles auprès d’un large public est assurée par les expositions universelles qui fixent les canons de cet orientalisme maghrébin45 (fig. 7). L’orientalisme en France s’enrichit et devient, aussi, une architecture blanche, marquée par des coupoles côtelées et égayée par des bandeaux de céramique polychrome qui encadrent les ouvertures46. Cette mode s’élabore dans le cadre de la colonisation française et serait inconcevable sans elle. De toute évidence, elle manifeste la pénétration de nouveaux espaces dans l’univers mental et intellectuel français ainsi que leur appropriation. Mais doit-on y voir une architecture de domination ? Cette question est âprement débattue et vouloir y apporter une réponse définitive me semble présomptueux, tant les conditions de création de ces réalisations diffèrent.

7. Albert Ballu architecte, Paris, Exposition universelle de 1889, pavillon de l’Algérie, façade latérale.

7. Albert Ballu architecte, Paris, Exposition universelle de 1889, pavillon de l’Algérie, façade latérale.

Paris, Archives nationales de France.

  • 47  Dans son Rede über die Mythologie publié en 1800 dans Athäneum, la revue des préromantiques allema (...)
  • 48  Voir Raymond Schwab, La Renaissance orientale, Paris : Payot, 1950 (Biblitothèque historique) ; Re (...)
  • 49  La palmeraie de la Pfaueninsel près de Berlin, Albert Dietrich Schadow, 1829-1831 ; le kiosque mau (...)

21En Allemagne, deux moments-clefs apportent les conditions d’un orientalisme « national » : le romantisme jusqu’aux années 1830-1840 et le Gründerzeit, cette période qui suit la proclamation de l’Empire allemand en 1871. Le romantisme allemand se caractérise entre autres par la place centrale accordée à l’Orient et à la civilisation indienne47 qui, depuis Herder et les frères Schlegel, deviennent la source à laquelle l’Occident pourra renouveler sa culture, ses arts et son esprit48. Cette conception romantique et idéaliste de l’Orient exerça une influence directe sur l’écriture de l’histoire de l’architecture et la pratique orientaliste. D’une part, pour certains historiens comme Schnaase ou Lübke, les caractéristiques architectoniques et ornementales de l’art indo-musulman marquent l’apogée de l’art islamique en même temps qu’elles révèlent dans l’architecture le principe de la totalité que les romantiques allemands pensent avoir retrouvé en Inde. D’autre part, des figures importantes de l’École de Berlin comme Carl Friedrich Schinkel, Carl von Diebitsch et Frédéric Guillaume IV de Prusse, mêlent des éléments de l’architecture indienne à leur répertoire stylistique dans une quête romantique d’universalisme et d’unité49. La phase romantique de l’orientalisme allemand renferme ainsi une dimension idéaliste qui n’a pas d’équivalent en Europe à la même époque et manifeste la spécificité de ce mouvement dans lequel les modèles importés de pays coloniaux sont profondément réinterprétés par les courants intellectuels contemporains.

  • 50  Les éléments de l’architecture mauresque se trouvent ainsi combinés à des motifs empruntés aux arc (...)
  • 51  Ce n’est que tardivement que l’orientalisme allemand se répand dans l’espace urbain et investit le (...)
  • 52  Perdita Eimler, Ein Stück Orient an der Elbe. Die orientalisierende Tabak- und Zigarettenfabrik Ye (...)
  • 53  Jehuda L. Wallach (dir.), Germany and the Middle East, 1835-1939: international symposium, April 1 (...)

22Le Gründerzeit correspond aux décennies d’essor économiques et de transformations sociales qui permettent enfin à l’Allemagne de mener une politique étrangère impérialiste. La relation étroite de ces phénomènes provoque l’essor d’un nouvel orientalisme, très éloigné de l’orientalisme romantique des années précédentes. Il se définit par la synthèse des différents modèles stylistiques connus50, par de nouveaux programmes et par une extériorisation et une monumentalisation des réalisations exceptionnelles pour l’orientalisme qui avait été jusque-là une architecture de l’intimité51. Plusieurs explications peuvent aider à comprendre ces réalisations radicalement étrangères à leur environnement urbain. Elles ont certainement été conçues comme des architectures publicitaires dont la forme et le style devaient annoncer la fonction. L’association topique entre le café, les bains et l’Orient encourage par exemple l’utilisation de ce style pour ces établissements car il apparaît autant comme une promesse de plaisirs pour leurs clients et que de profit pour leurs propriétaires. Il est toutefois possible de prêter à ces architectures une dimension supplémentaire et d’affirmer qu’elles reflètent et rendent visible la politique de plus en plus impérialiste menée par l’Empire allemand. Le cas de la Yenidze de Dresde nous semble emblématique (fig. 8). Sous les traits d’une mosquée mamelouke se cache une fabrique de cigarettes dont la coupole en verre de couleurs brillait de mille feux une fois la nuit venue. Situé à proximité de la ligne de chemin de fer entre Berlin et Vienne, cet édifice étonnant devint un emblème de la ville52 ainsi qu’un symbole de l’impérialisme économique allemand. L’industrie ferroviaire et celle du tabac constituent en effet deux instruments essentiels de la pénétration impériale en Orient53. Nous voyons dès lors dans certaines manifestations de ce langage architectural un moyen utilisé par les contemporains pour écrire le lien étroit entre publicité et pouvoir. Cet orientalisme participe ainsi du nouveau regard que l’Allemagne pose sur un Orient désormais convoité. Mais là encore, ce cadre interprétatif doit être manié avec précaution et il serait abusif de l’appliquer à tous les édifices construits en Allemagne dans le dernier tiers du xixe siècle.

8. Martin Hammitzsch architecte, Dresde, la Yenidze, élévation de la façade sud, 1907-1909.

8. Martin Hammitzsch architecte, Dresde, la Yenidze, élévation de la façade sud, 1907-1909.

Lorraine Decléty.

  • 54  La disparition des références turques et persanes peut être considérée dans cette perspective : la (...)

23Les divergences entre la connaissance de l’architecture islamique et la pratique orientaliste résultent ainsi de la corrélation de deux processus : d’un côté, la réception de la connaissance et, de l’autre côté, l’attribution de significations et de fonctions particulières auxquelles sont plus ou moins attachés des modèles architectoniques et décoratifs fabriqués par un discours esthétique et historique54. De plus, cette sémantique de l’orientalisme est en grande partie déterminée par les conditions sociales, politiques et économiques qui évoluent différemment au xixe siècle en France et en Allemagne. Celle-ci entraîne l’élaboration d’un double vocabulaire orientaliste, à la fois international (l’Orient rêvé de l’Alhambra) et national (l’Orient connu, idéalisé ou convoité). Le choix des références utilisées s’explique dès lors par la capacité ou l’incapacité (elles-mêmes construites) des différentes architectures islamiques à offrir des surfaces de projection qui répondent aux besoins et aux fantasmes des contemporains.

Notes

1  Le rapport entre origine et copie évolue au cours du xixe siècle, passant d’une dimension romantique, qui privilégie la suggestion, à une dimension positiviste qui exige une imitation archéologisante de la source.

2  Voir par exemple les gravures publiées dans le récit de Jean-Baptiste Tavernier, Les six voyages de Jean-Baptiste Tavernier qu’il a fait en Turquie, en Perse et aux Indes […], Paris : Clouzier et Barbin, 1676. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k853250. Consulté le 14 octobre 2013. Et dans celui de Jean Thévenot, Voyages de Monsieur de Thévenot tant en Europe qu’en Asie et en Afrique, Paris : Charles Angot, 1689. URL : http://books.google.fr/books?id=iXJCAAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013.

3  Jean Chardin, Voyages du Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient […], Amsterdam : Aux dépens de la Compagnie, 1735. URL : http://books.google.fr/books?id=tpQOAAAAQAAJ. Consulté le 14 octobre 2013. Cornelius Le Bruyn, Voyage par la Moscovie, en Perse et aux Indes Orientales, Amsterdam : Frères Wetstein, 1718 ; Guillaume Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople […], Paris : Chez la veuve de Damien Foucault, 1681. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73264x. Consulté le 14 octobre 2013. Les illustrations contenues dans ces ouvrages demeurent peu utilisables car le mode de représentation choisi – la vue perspective – ne livre que des impressions générales, une silhouette mais peu de détails.

4  Jean-Nicolas-Louis Durand, Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes, Paris : Chez l’auteur, 1800. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k857222. Consulté le 14 octobre 2013. ; Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt, Histoire de l’art par les monumens, depuis sa décadence au ive siècle jusqu’à son renouvellement au xive, Paris : Treuttel et Würtz, 1823. URL : http://www.purl.org/yoolib/inha/8909. Consulté le 14 octobre 2013.

5  Pl. 7, 19, 47, 80, 81 chez Durand et pl. 42, 44, 46 chez Séroux d’Agincourt.

6  L’œuvre d’Adrien Dauzats et de Prosper Marilhat en témoigne.

7  Lorraine Decléty, « Les architectes français et l’architecture islamique : les premiers pas vers l’histoire d’un style », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 9, 2005, p. 73-84. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/lha_1627-4970_2005_num_9_1. Consulté le 14 octobre 2013.

8  Alexandre de Laborde, Voyage pittoresque et historique de l’Espagne, Paris : Didot l’Aîné, 1806. URL : http://www.purl.org/yoolib/inha/12740. Consulté le 14 octobre 2013. James Cavanah Murphy, The Arabian Antiquities of Spain, Londres : Cadell and Davies, 1815 ; Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, dessinés et mesurés en 1832 et 1833, Paris : Veith et Hauser, 1837 ; Owen Jones et Jules Goury, Plans, Elevations, Sections and Details of the Alhambra, from Drawings taken on the Spot, Londres : Owen Jones, 1842-1845. Pour l’Égypte, Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826, Paris : Firmin-Didot, 1837-1839. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105839g. Consulté le 14 octobre 2013.

9  Durant cette période, seuls deux architectes ont entrepris le voyage en Orient : Ludwig Zanth qui accompagne Jacob Ignaz Hittorff dans son voyage d’étude des monuments antiques de la Sicile et Friedrich Maximilian Hessemer, architecte et professeur d’architecture à Francfort, qui publie à son retour un important recueil d’ornements à l’aide des nombreux relevés effectués au Caire : Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, gesammelt und gezeichnet von F. M. Hessemer, Berlin : G. Reimer, 1837, 2 vol. URL : http://www.e-rara.ch/doi/10.3931/e-rara-373. Consulté le 14 octobre 2013.

10  Une bibliographie exhaustive n’a pas ici sa place et seuls quelques ouvrages français importants sont indiqués : Texier, Coste, Parvillée, Bourgoin, Dieulafoy. Ne sont pas incluses ici les nombreuses études sur les architectures byzantine, paléochrétienne, phénicienne et judaïque.

11  Voir Nabila Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris : Maison des sciences de l’homme, 2004 URL : http://books.google.fr/books?id=kv8-7vKP9PMC&lpg=PP1. Consulté le 14 octobre 2013. Et Myriam Bacha, Patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914 : étudier, sauvegarder, faire connaître, Thèse de doctorat, université de Paris-IV, 2005.

12  Auguste Choisy, Histoire de l’architecture, Paris : Baranger, 1899 ; Henri Saladin, Manuel d’art musulman. 1. L'architecture et Gaston Migeon, Manuel d’art musulman. 2. Les arts plastiques et industriels, Paris : Picard, 1907.

13  L’art ottoman « a été, pendant trop longtemps, injustement confondu avec les productions assurément inférieures de l’art bâtard du xviiie siècle. Je voudrais avoir réussi à en faire comprendre la grandeur » : Henri Saladin, op. cit. (note 12), p. 537.

14  Daniel Ramée, Manuel de l’histoire générale de l’architecture chez tous les peuples, et particulièrement de l’architecture en France au Moyen Âge. 2. Les Arabes, Paris : Paulin, 1843, p. 433-441. URL : http://www.purl.org/yoolib/inha/8502. Consulté le 14 octobre 2013. Dans sa deuxième édition publiée entre 1860 et 1885 sous le titre Histoire générale de l’architecture, il évoque certes rapidement certaines villes de Turquie et de Perse mais sans s’étendre sur un édifice alors qu’il détaille ceux d’Égypte et d’Espagne.

15  Jules Gailhabaud, Monuments anciens et modernes, collection formant une histoire de l'architecture des différents peuples à toutes les époques, publiée par Jules Gailhabaud, avec la collaboration des principaux archéologues, Paris : Firmin-Didot, 1850, vol. 3.

16  Louis Batissier, Histoire de l’art monumental, dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Suivi d’un traité de la peinture sur verre, Paris : Furne et Compagnie, 1860. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204999s. Consulté le 14 octobre 2013. La partie sur l’architecture musulmane est organisée géographiquement : Arabie-Égypte, Espagne, Sicile, Afrique, Seldjoukides ottomans, Mongols, Persans, Indoustan.

17  « La plupart des mosquées de l’Asie Mineure, de la Perse et de l’Inde, ressemblent beaucoup aux basiliques grecques. [...] Ces mosquées rappellent souvent Sainte-Sophi [sic] Elles n’en diffèrent que par la décoration » : Louis Batissier, op. cit. (note 16), p. 421.

18  Christian Ludwig Stieglitz, Geschichte der Baukunst von frühesten Alterthume bis in die neueren Zeiten, Nuremberg : Campe, 1827. URL : http://books.google.fr/books?id=Y6I5AAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013. Carl Schnaase, Geschichte der bildenden Künste bei den Alten, Dusseldorf : Buddeus, 1843, 8 vol. URL : http://books.google.fr/books?id=0MY-AAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013. Franz Kugler, Handbuch der Kunstgeschichte, Stuttgart : Ebnert & Seubert, 1842. URL : http://books.google.fr/books?id=BO8TAAAAQAAJ. Consulté le 14 octobre 2013. Franz Kugler, Geschichte der Baukunst, Stuttgart : Ebnert & Seubert, 1855. URL : http://books.google.fr/books?id=qKI5AAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013. ; Wilhelm Lübke, Geschichte der Architektur von den ältesten Zeiten bis auf die Gegenwart, Leipzig : Seemann, 1855. URL : http://books.google.fr/books?id=EKM5AAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013.

19  Girault de Prangey affirme que le système des archivoltes des arcades de l’Alhambra « n’est point une construction réelle, mais seulement un moyen de décoration », in Essai sur l’architecture des Arabes et des Mores, en Espagne, en Sicile et en Barbarie, Paris : A. Hauser, 1841, p. 135. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8528554m. Consulté le 14 octobre 2013.

20  « En Espagne, la construction est de beaucoup inférieure à celle qui distingue les édifices Arabes de l’Égypte, par la science d’abord, puis par le choix même et l’emploi des matériaux ; mais d’un autre côté, […] dans l’ornementation en général, dans la perfection, dans la délicatesse et le goût des dessins et des décorations […], le Kaire n’oppose aucun monument qui ne surpasse ou égale même l’Alhambra » : ibid., p. 196. Girault de Prangey contribue de façon décisive au processus de hiérarchisation des architectures islamiques.

21  « Die Gebäude […] bilden vielleicht die bedeutendsten Leistungen muhamedanischer Kunst » : Carl Schnaase, op. cit. (note 18), p. 348 ; « Wir begegnen hier architektonischen Leistungen, die zu den bedeutendsten des Islams gerechnet werden müssen » : Wilhelm Lübke, op. cit (note 18), p. 308.

22  Il n’est pas question dans cette partie des représentations contenues dans les traités historiques allemands.

23  Ils endossent dès lors la fonction de recueils de modèles, genre très répandu pour tous les styles mais moins pour l’architecture islamique.

24  Pour la place de l’architecture islamique dans les salons, voir Lorraine Decléty, La représentation de l’architecture islamique à Paris au xixe siècle : une définition de l’orientalisme architectural, thèse d'archiviste-paléographe sous la direction de Jean-Michel Leniaud et Karl-Siegbert Rehberg, École des Chartes, Paris, 2000, p. 296-301. En Prusse, il existait une exposition organisée par l’Académie royale des beaux-arts, mais l’état de nos connaissances ne nous permet pas encore d’en dire grand-chose.

25  Rolf Fuhlrott, Deutschsprachige Architektur-Zeitschriften. Entstehung und Entwicklung der Fachzeitschriften für Architektur in der Zeit von 1789-1918 : mit Titelverzeichnis und Bestandsnachweisende Rolf Fuhlrott, Munich : Verlag Dokumentation, 1975. URL : http://books.google.fr/books?id=PachAAAAQBAJ&lpg=PP1. Consulté le 14 octobre 2013.

26  Y furent publiés aussi bien des articles (« L’art de construire des Arabes »), que diverses planches (les édifices d’Alger, de Constantinople, du Caire) et des comptes-rendus d’ouvrages français, allemands et anglais.

27  Durant ses cinquante années d’existence, la RGA a publié 27 articles et 43 planches sur l’architecture islamique, voir Marc Saboya, Presse et architecture au xixe siècle : César Daly et la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, Paris : Picard, 1991 (Villes et sociétés).

28  Eva Börsch-Supan, Berliner Baukunst nach Schinkel, 1840-1870, Munich : Prestel, 1977.

29  Les registres d’enregistrement indiquent certes la source et la date d’acquisition des ouvrages, mais aucun répertoire ne dresse la liste des ouvrages consultés. L’étude des registres de la bibliothèque de l’École des beaux-arts permet toutefois d’apprendre que tous les ouvrages français sur l’architecture islamique enrichissent ses fonds dès leur parution puisqu’ils font tous l’objet d’une souscription de l’État. Pour ces questions, voir aussi Lorraine Decléty, La représentation, op. cit. (note 24), p. 130-134.

30  La photographie constitue un autre support de diffusion massive puisque les villes musulmanes offrirent très vite des sujets pittoresques appréciés de la clientèle européenne. À propos des collections photographiques constituées par des architectes, voir la contribution de Mercedes Volait dans ce même volume.

31  Tous les écrits affirment l’étrangeté et l’originalité de ces caractéristiques formelles.

32  L’influence des ouvrages d’Owen Jones se révèle déterminante : Grammar of Ornament publié à Londres en 1856 est d’ailleurs immédiatement traduit en français et en allemand. URL : http://books.google.fr/books?id=hRBBAAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013.

33  Loin d’être un vulgaire plagiat de l’Alhambra, la Wilhelma représente une tentative réussie de mêler certains principes de l’ornement mauresque à une structure générale européenne pour élaborer un édifice unique. Voir Elke von Schulz, Die Wilhelma in Stuttgart : ein Beispiel orientalisierender Architektur im 19. Jahrhundert und ihr Architekt Karl Ludwig Zanth, Tübingen : Technische Universität, 1976.

34  Matthias Staschull, Industrielle Revolution im Königspark. Architekturverkleidungen 'technischer' Parkgebäude des 19. Jahrhunderts in Potsdam, Marbourg : Jonas Verlag, 1999.

35  Anatole de Baudot consacre ainsi un long article aux pavillons de la Turquie à l’Exposition de 1867 et invite les artistes contemporains à étudier les principes qui régissent la décoration turque. Voir « Exposition universelle de 1867 ; Architecture ; Empire ottoman », Gazette des Architectes et du Bâtiment, 1867, p. 260-271.

36  Le casino d’Arcachon (1863-1864), qualifié de mélange de l’Alhambra et de la mosquée de Cordoue, utilise aussi un mode de couverture et d’auvents turcs ; le dôme, la polychromie et les minarets des bains de Dunkerque (1896) sont persans. Il faudrait se pencher davantage sur les raisons de la disparition d’architectures qui offrirent ses modèles à l’exotisme de l’époque moderne.

37  Il est intéressant de noter que Frédéric Guillaume IV, commanditaire de cet édifice si particulier, avait demandé à son architecte d’ériger un bâtiment inspiré des mosquées turques (« nach Art der türkischen Moscheen ») : Ludwig Persius, Tagebuch, 8 janvier 1841, p. 12.

38  Une synagogue (Cologne, Ernst Zwirner, 1861), un fumoir (château d’Oberhofen, Zeerleder, 1855), des cafés (Düsseldorf, Wiesbaden) et la Yenidze, une fabrique de cigarettes (Dresde, Martin Hammitzsch, 1907-1909).

39  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait (dirs.), L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry, 1838-1906, catalogue d'exposition (La Roche-sur-Yon, Conseil général de la Vendée, 7 mai-20 juin 1998, Le Mans, Musée de Tessé, 1er juillet-20 septembre 1998, Rodez, Musée Denys-Puech, 9 octobre-24 janvier 1999), Paris : Somogy, 1998.

40  Rolf Thomas Senn, Orientalisierende Baukunst in Berlin im 19. Jahrhundert, Berlin, 1990.

41  Stefan Koppelkamm, Der imaginäre Orient : exotische Bauten der achtzehnten und neunzehnten Jahrhunderts in Europa, Berlin : Ernst, 1987 ; Nadine Bauthéac, François-Xavier Bouchart, L’Europe exotique, Paris : Chêne, 1985.

42  Les Contes de l’Alhambra de Washington Irving, publié en anglais en 1832 et traduit la même année en français et en allemand, fut un best-seller européen.

43  Joseph-Philibert Girault de Prangey, Essai, op. cit. (note 19), p. 121.

44  Cette dimension s’ajoute à et enrichit la conception sensualiste de l’architecture néo-mauresque, ce poncif des études sur l’orientalisme architectural.

45  Les édifices de Tlemcen, la grande mosquée de Kairouan, le palais du Bardo, la mosquée Abd er-Rahman d’Alger, par exemple.

46  L’établissement thermal de Vittel de Charles Garnier, 1883-1885 ; la villa algérienne du cap Ferret, Eugène Ormières, 1865 ; la villa mauresque à Hyères par Pierre Chapoulard, 1880.

47  Dans son Rede über die Mythologie publié en 1800 dans Athäneum, la revue des préromantiques allemands, Friedrich Schlegel affirme ainsi que « c’est en Orient qu’il faut aller chercher le romantisme suprême », cité dans René Gérard, L’Orient et la Pensée romantique allemande, Paris : Didier, 1963 (Germanica, 4), p. 87.

48  Voir Raymond Schwab, La Renaissance orientale, Paris : Payot, 1950 (Biblitothèque historique) ; René Gérard, op. cit. (note 47) ; Andrea Polaschegg, Der andere Orientalismus. Regeln deutsch-morgenländischer Imagination im 19. Jahrhundert, Berlin : De Gruyter, 2005.

49  La palmeraie de la Pfaueninsel près de Berlin, Albert Dietrich Schadow, 1829-1831 ; le kiosque mauresque de Carl von Diebitsch pour l’Exposition universelle de 1867. Les romantiques allemands postulèrent en effet que l’Europe avait perdu cette unité depuis la Renaissance et la Réforme.

50  Les éléments de l’architecture mauresque se trouvent ainsi combinés à des motifs empruntés aux architectures égyptienne, syrienne, ottomane comme au café Orient de Wiesbaden, construit vers 1900 par le cuisinier personnel de l’empereur Guillaume II.

51  Ce n’est que tardivement que l’orientalisme allemand se répand dans l’espace urbain et investit les architectures de loisirs des cafés et des piscines. On le trouve aussi pour des programmes originaux, comme l’architecture industrielle. La monopolisation de l’orientalisme dans l’espace public par l’architecture des synagogues jusqu’aux années 1870 explique en partie ce retard par rapport à la France.

52  Perdita Eimler, Ein Stück Orient an der Elbe. Die orientalisierende Tabak- und Zigarettenfabrik Yenidze in Dresden, mémoire de maîtrise, Philipps-Universität, Marbourg, 1994.

53  Jehuda L. Wallach (dir.), Germany and the Middle East, 1835-1939: international symposium, April 1975, Tel-Aviv : Tel-Aviv University, 1975, p. 91.

54  La disparition des références turques et persanes peut être considérée dans cette perspective : la société bourgeoise du xixe siècle ne se reconnaîtrait plus dans des architectures qui ont été celles des monarchies absolutistes et aurait ainsi élaboré ses propres références, prolongeant, tout en les modifiant, les pratiques aristocratiques du siècle passé.

Table des illustrations

Titre 1. Ispahan, place royale.
Crédits Cornelius Le Bruyn, Voyage par la Moscovie, en Perse et aux Indes orientales, 1718, pl. 75-76.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 2. État de l’architecture arabe en Europe depuis le viiie siècle jusqu’au xve siècle.
Crédits Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt, Histoire de l’art par les monuments, 1801-1825, pl. 44.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 3. Le Caire, mur de qibla de la mosquée el-Moyyed.
Crédits Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, 1839, pl. 35.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 4. Ludwig von Zanth architecte, Stuttgart, Wilhelma, salle du festin, 1842-1848.
Crédits Joseph David, Geschichte der Baukunst, 1909.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 5. Ludwig Persius architecte, Potsdam, Dampfmaschinenhaus, élévation de façade principale, 1842-1843.
Crédits By Michiel1972 (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/​copyleft/​fdl.html)], via Wikimedia Commons.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 6. Grenade, Alhambra, « Cabinet des infantes ».
Crédits Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, 1837, pl. 8.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 7. Albert Ballu architecte, Paris, Exposition universelle de 1889, pavillon de l’Algérie, façade latérale.
Crédits Paris, Archives nationales de France.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 8. Martin Hammitzsch architecte, Dresde, la Yenidze, élévation de la façade sud, 1907-1909.
Crédits Lorraine Decléty.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

Pour citer cet article

Référence papier

Lorraine Decléty, « Pratique et connaissance : les chemins divergents de l’orientalisme scientifique et de l’orientalisme artistique en France et en Allemagne », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, p. 89-107.

Référence électronique

Lorraine Decléty, « Pratique et connaissance : les chemins divergents de l’orientalisme scientifique et de l’orientalisme artistique en France et en Allemagne », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4920

Auteur

Lorraine Decléty

Archiviste-paléographe et agrégée d’histoire, elle vient de soutenir une thèse d’histoire de l’architecture sur l’orientalisme architectural en France et en Allemagne au xixe siècle à l’École pratique des hautes études à Paris et à l’Université technique de Dresde. Elle s’intéresse particulièrement aux questions de la fabrication et la diffusion des modèles architecturaux et a publié plusieurs articles sur ce sujet.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés