Navigation – Plan du site
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs - Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.)
I. Apprentissages

Oriental ou colonial ? Questions de styles dans les concours de l’École des beaux-arts au xixe siècle

Oriental or Colonial? The Competitions Organised by the École des beaux-arts in the 19th Century and the Question of Style
Marie-Laure Crosnier Leconte
p. 43-67

Résumé

The West became increasingly aware of the Mediterranean world from the 18th century, through the writings and travel sketches of writers, artists and architects, and then through the Description de l’Égypte following Bonaparte’s Egyptian campaign (1798-1801).
With the capture of Algiers in 1830, the Islamic world suddenly found itself much closer to the West, engaged in a dominant/dominated relationship. At first, engineers and then architects exported the French model, with varying degrees of ability. Poorly adapted to local climatic conditions, it was at the time highly symbolic of the claim that it brought edification to the colonised realms.
Yet the quality and beauty of Arabic architecture, as well as the local life¬style, were strong enough to assert an influence in mainland France, where "bazaars" or "hammams" were also built. Even if these terms apply to architectural creations, whose meaning has changed from the original model, by using a more or less bohemian style of décor, the origins from which these terms were borrowed are not forgotten.
The École des beaux-arts theoretical competitions in architecture reflect, in a somewhat sanitized way, the architectural trends of the time. The first given subject of the school’s competition dealing with the East dates back to 1799: "a mosque", an astonishingly topical subject given the campaign taking place in Egypt at that time. From that moment right up until 1914, curricula and competition projects follow the emerging political, intellectual and aesthetic trends with a more or less consistent time gap. It was not until the early years of the 20th century that students started to produce drawings depicting a genuine sensitivity towards Eastern art. In construction, this knowledge was applied to the most disparate of buildings, government offices, railway stations, and even water towers...

Entrées d’index

Lieux :

France

Index chronologique :

XIXe siècle

Texte intégral

1La découverte du monde méditerranéen, entrevu dès le xviiie siècle à travers récits et croquis de voyage d’écrivains, d’artistes peintres ou d’architectes, s’officialise avec la campagne d’Égypte de Bonaparte et son cortège de savants. Avec la prise d’Alger en 1830, le monde islamique se fait soudain plus proche et s’inscrit dans un rapport dominant-dominé. Les ingénieurs d’abord, puis les architectes, exportent avec plus ou moins de bonheur les modèles français, peu adaptés aux contraintes du climat, mais hautement symboliques de ce qu’ils prétendent apporter à l’édification des populations colonisées. La qualité et la beauté de l’architecture arabe, autant que les modes de vie locaux, sont assez forts pour s’imposer jusqu’en métropole : on construit aussi en France des « bazars » ou des « hammams », et même si ces qualificatifs s’appliquent à des réalisations architecturales dont le sens est altéré par rapport au modèle, l’emploi d’un décor orientalisant plus ou moins fantaisiste vient rappeler l’origine des emprunts. Les concours théoriques d’architecture de l’École des beaux-arts, reflets quelque peu aseptisés des tendances architecturales contemporaines, offrent néanmoins un miroir instructif de ces va-et-vient architecturaux. La présente étude se propose de les analyser dans leur programmation comme dans les dessins des concurrents, depuis 1799 précisément, jusqu’aux premières années du xxe siècle, et remis dans la perspective de leur temps.

De l’usage du style oriental en France

  • 1  Sauf indication contraire, les exemples cités dans l’énumération qui suit sont tirés de l’ouvrage (...)

2On peut décliner en quelques variantes architecturales la vision qu’ont les Français de l’Orient au xixe siècle, et les symboliques qui s’attachent à ce style1.

  • 2  Boudoir turc de l’hôtel de Beauharnais (78, rue de Lille, Paris 7e), 1803-1818, libre interprétati (...)
  • 3  Le plus beau, hélas disparu, est celui de l'hôtel d’Edmond de Rothschild au 41, rue du Faubourg-Sa (...)
  • 4  Serres de l'hôtel Branicki, rue La-Boétie à Paris (Encyclopédie d’architecture : revue mensuelle d (...)
  • 5  Salle de bains de l’hôtel de la Païva, 25, avenue des Champs-Élysées à Paris,(1856-1866, Pierre Ma (...)
  • 6  Deux demeures parisiennes construites pour deux architectes voyageurs : Adalbert de Beaumont (L’Il (...)

3Dans l’espace privé, il orne la pièce d’intimité ou d’agrément (boudoir2, fumoir3, serre4) ou celle de l’hygiène (cabinet de toilette ou salle de bains5). Ces pièces intimes s’inspirent de l’espace privé des Orientaux (ou harâmlik) mais le fantasme hédoniste occidental du « harem », tel qu’illustré à l’extrême par le Bain turc d’Ingres (1862), est souvent sous-jacent. Plus exceptionnelle est la conception d’une maison entière, généralement commanditée par un nostalgique de l’Orient6.

  • 7  Paris : G. Charpentier et E. Fasquelle, 1893.

4L’usage d’un style propre à chaque pièce de la maison atteint à la systématisation à la fin du siècle, au point qu’il fait dire au héros du roman de Frantz Jourdain, L’Atelier Chantorel7 :

« Comme elle lui paraissait minable la somptuosité du tapissier, vide la science de l’archéologue, éculée l’originalité de l’ornemaniste, canaille l’élégance des enlumineurs, abject le goût du connaisseur ! Oh ! Fuir le grand salon Louis XIV, le boudoir Louis XV, la chambre à coucher Louis XVI, la salle à manger Henri II, le hall Louis XII, la salle de billard japonaise, le fumoir mauresque, la salle de bains pompéienne ! Ne pas repasser une page de géographie en visitant une maison amie ! »

  • 8  Le Café turc, publié par Augustus Charles Pugin, Paris and its Environs, displayed in a serie of t (...)
  • 9  Cirque olympique du Temple par Benoît Alexandre Bourla, 1827, hippodrome de l’Étoile par Charles R (...)
  • 10  Bains chinois sur le boulevard (1787), bains turcs de la rue des Colonnes et de la rue du Temple ( (...)
  • 11  Comme la première poissonnerie de Trouville, réalisée en 1843-1844.
  • 12  Bals Mabille ou Bullier.
  • 13  Fixée par Napoléon III au 15 août, jour de la Saint-Napoléon, la fête nationale a revêtu sur les C (...)

5Dans les lieux publics se déclinent le cigare, le café, le jeu, la bonne chère8, le spectacle (théâtres, cirques, hippodromes9), l’hygiène toujours (bains publics10), le commerce (marchés11, bazars), la distraction et la fête (bals populaires12, fêtes publiques13) ou encore, à une échelle plus modeste, l’architecture utilitaire (kiosques à journaux, colonnes Morris), sans oublier les fabriques de jardin qui font l’ornement des parcs à l’anglaise (fig. 1).

1. Minarets de jardins.

1. Minarets de jardins.

Ici, le minaret est utilisé dans son sens premier, tour à fanal, un point élevé permettant d’admirer les perspectives du parc, mais il pourra tout aussi bien être remplacé dans ce rôle par une pagode, comme dans le domaine de Chanteloup, ou par un clocher médiéval. La présence d’un clocher de style gothique parmi ces quatre exemples place la fantaisie orientale au même niveau que le style troubadour, fantaisies d’autant plus excentriques que la documentation iconographique se fait encore rare.

Pierre Boitard, Manuel de l’architecte des jardins ou l’art de les composer et de les décorer, Paris : Roret, 1854.

6Propreté, ludisme, commerce, autant de définitions qui s’appliquent à des usages légers et trop facilement considérés comme secondaires. Derrière ceux-ci se cache une appréciation souvent désinvolte de l’architecture arabe, considérée plus pour son décor que pour ses qualités constructives.

7De l’autre côté de la Méditerranée, l’approche est bien différente : il s’agit ici d’impressionner et d’éduquer les populations colonisées. C’est donc au modèle exemplaire de la grande architecture française qu’il est fait appel.

  • 14  Nabila Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1 (...)

8Ainsi, les premiers bâtiments construits à Alger sont directement exportés des normes stylistiques de la métropole. Pour exemple, le lazaret d’Alger, construit au lendemain de la Conquête, en 1830-1835, a reçu la forme d’un petit temple néo-grec périptère à colonnes toscanes, dans la droite ligne des constructions utilitaires contemporaines en France14.

Quel style à l’École des beaux-arts ?

  • 15  Épreuve éliminatoire du concours de Rome donnée le 1er floréal An VII (20 avril 1799) : Paris, Arc (...)

9À l’École des beaux-arts de Paris, c’est l’apprentissage de la « Grande Manière » française qu’on enseigne aux futurs architectes qui sont appelés à former – surtout au début du xixe siècle où les promotions tournent autour de la cinquantaine d’élèves par an – l’élite de la profession en France, pendant que le gros des constructeurs est formé « sur le tas » suivant le système du compagnonnage, ou à l’École gratuite de dessin, qui devient en 1877 l’École des arts décoratifs. Et pourtant… L’art arabe inspire pour la première fois un sujet de concours théorique… en 1799 ! Il s’agit d’Une mosquée, sujet du concours d’essai du concours de Rome, dont le programme a été donné par David Leroy (1724-1803)15.

10On y voit bien sûr un écho direct de l’expédition d’Égypte, où pour la première fois l’architecture arabe est analysée avec une approche doublement scientifique et esthétique, dans les relevés des principales mosquées du Caire par l’architecte Jean Constant Protain (1769-1837), membre de l’Institut d’Égypte. Malheureusement, la Description de l’Égypte ne devant paraître que dix ans plus tard, les concurrents ne disposaient encore d’aucune documentation sérieuse. Le programme du concours ne donnant aucune indication de style, on peut imaginer des projets plus incongrus les uns que les autres. Il n’en est que plus regrettable qu’aucun dessin des quarante-neuf concurrents recensés n’ait été retrouvé à ce jour.

11Au moins cette étonnante chronologie bat-elle en brèche une opinion reçue selon laquelle les concours de l’École des beaux-arts auraient été répétitifs et éloignés des réalités constructives de leur époque. En réalité, ils suivaient de beaucoup plus près qu’on ne croit l’actualité, au moins dans la première moitié du xixe siècle.

  • 16  Programme donné par Louis-Pierre Baltard, le 4 août 1831, pour un projet rendu (AN, AJ52 143, prog (...)
  • 17  Épreuve définitive, programme donné par Jacob Ignaz Hittorff le 23 avril 1862 : Paris, Archives de (...)

12La preuve est apportée par ce programme de Caravansérail sur la côte près de la ville d’Alger, pour un concours de 2e classe d’août 1831, un an à peine après la prise d’Alger16 : installée à proximité d’un mouillage, cette construction devait servir de « retraite hospitalière assurée aux colons qui débarqueraient en Afrique ». Bien qu’aucun dessin n’en ait été conservé, il est plus que probable que le style adopté en ait été dans la ligne métropolitaine. C’est d’ailleurs le cas pour l’ensemble des épreuves du concours de Rome, qui, parachevant les études, se devaient de présenter la quintessence de l’architecture à la française. Deux exemples suffiront pour nous en convaincre : d’abord celui du Grand Prix de Rome de 1862 Un palais pour le gouverneur de l’Algérie, remporté par Wilbrod Chabrol, élève de Lebas (fig. 2)17.

2. Wilbrod Chabrol, élève de Lebas, Un palais pour le gouverneur de l’Algérie, destiné aussi à la résidence temporaire du Souverain, Premier Grand Prix de Rome 1862.

2. Wilbrod Chabrol, élève de Lebas, Un palais pour le gouverneur de l’Algérie, destiné aussi à la résidence temporaire du Souverain, Premier Grand Prix de Rome 1862.

École nationale des beaux-arts, Cinquantenaire, les Grands Prix de Rome d’architecture de 1850 à 1900 ; Paris : A. Guérinet, s.d. [ap. 1900], pl. 20-21.

13Ce sujet avait déjà été proposé en juin 1840 pour un rendu de 2e classe, Un hôtel du gouvernement à Alger, avec ce commentaire inséré dans le programme :

  • 18  Programme donné par Louis-Pierre Baltard le 3 juin 1840 (Paris, Archives nationales : AJ52 128). L (...)

« On doit ne pas oublier, que sa destination étant toute française, on ne peut introduire aucun Element qui puisse altérer le Caractère d’une Architecture nationale, telle qu’elle doit dériver du Stile grec ou Romain pris dans sa plus grande Purete18. »

14Vingt ans plus tard et la domination française étant élargie à l’Algérie entière, le programme du concours de Rome stipulait encore :

« L’édifice joindra, à une imposante grandeur, une grande magnificence ; les concurrents appliqueront les principes de belles formes du siècle de Périclès, d’Auguste et de Léon X. » L’objectif affiché était d’« offrir à l’imagination et à l’imitation des peuplades algériennes le haut degré de perfection de notre industrie et de nos arts. Les concurrents auront à suivre en cela l’exemple des Grecs et des Romains, que l’on voit, dans toutes leurs colonies et dans tous les pays, non pas imiter l’architecture incomplète des nations peu civilisées, mais agir au contraire puissamment sur elles, par leurs beaux monuments empreints du caractère particulier de la haute civilisation d’Athènes et de Rome. »

  • 19  Épreuve définitive, programme donné par Charles Girault le 16 mars 1909 : École nationale des beau (...)

15Une cinquantaine d’années plus tard, dans un effet de propagande inverse, il s’agissait d’intéresser les autochtones de la métropole à la politique coloniale de la France, avec ce Palais colonial du concours de Rome de 1909 « situé en France à proximité d’une ville maritime possédant un port de commerce ». Le programme y réservait une petite place à part aux « indigènes » : « Un bâtiment spécial serait aménagé pour une vingtaine d’indigènes venus en France ; chaque indigène aurait une chambre et un cabinet de travail19. »

16Bien qu’il échappe à la thématique du volume, cet aspect d’exportation de l’architecture française dans les colonies qui caractérise les programmes des concours de Rome devait être souligné.

Traces « orientales » dans les concours de l’École

17Faute de dépôt exhaustif des dessins primés à la bibliothèque de l’École des beaux-arts – ceux de seconde classe, récompensés d’une simple mention, en étaient exclus –, et faute de couverture photographique complète, cette étude a dû se limiter aux projets repérés dans les différentes collections et publications, sélection d’autant plus difficile que les références stylistiques à l’Orient n’apparaissent dans les programmes que très tardivement dans le xixe siècle. De l’inventaire de ceux-ci se dégagent deux grands types : l’architecture française à l’exportation et le style arabe en métropole.

18On note que la thématique « Colonie » apparaît dès 1827 avec Un entrepôt de denrées coloniales ;elle revient fréquemment mais les projets ne montrent pas de références orientales.

  • 20  Programme non conservé, jugé le 12 janvier 1838 (Paris, AN : AJ52 104). Nous n’avons pas pu voir l (...)

19L’Algérie est le pays qui a le plus inspiré l’École. Les concours suivent au plus près l’actualité de la conquête, comme on le voit en décembre 1837 avec Une porte de ville pour Constantine, juste deux mois après la prise de cette ville, pour une esquisse de 1re classe20.

20La Tunisie, protectorat français en 1881, n’est citée que deux fois, en 1890 et 1891. On ne voit cependant aucune différence entre Tunisie et Algérie, ni dans les programmes, ni dans les dessins. Le Maroc, devenu protectorat français seulement en 1911, n’apparaît pas dans les concours de l’École avant les années 1920 et sort donc des limites de cette étude.

21L’Afrique n’est presque pas présente, hormis pour un concours de fondation, le Chaudesaigues, en 1889, et Un monument commémoratif de la guerre du Dahomey en 1893.

  • 21  Marie-Laure Crosnier Leconte, in Port-Saïd : Architectures xixe-xxe siècles, Le Caire : Institut f (...)

22Le Proche-Orient est évoqué seulement à travers Istanbul et l’Égypte. Istanbul (Constantinople dans l’énoncé des sujets) est citée deux fois pour un palais d’ambassade dans les concours de Rome de 1841 et 1856, et une autre fois pour une Gare maritime tête de ligne d’un chemin de fer (concours Achille-Leclère, 1906). L’Égypte reste l’Égypte ancienne, avec le thème du transport et de l’érection d’un obélisque dans les années 1820-1830, puis dans les concours d’histoire de l’architecture, créés en 1884, dont la vocation est plus spécifiquement archéologique. Un seul sujet est lié à l’actualité politique, Un phare à l’entrée du canal de Suez pour le concours Achille-Leclère de 1870, en référence au phare mis en service à Port-Saïd à la fin de l’année précédente21. Les concurrents ne se sont pas inspirés du style arabe, la référence au mythique phare d’Alexandrie étant trop prégnante pour eux. Malgré l’étymologie du mot minaret, une recherche dans les concours de l’École des beaux-arts ayant un phare pour sujet n’a montré aucun élément de comparaison probant.

23L’Extrême-Orient apparaît à peine et tardivement : Un palais du gouvernement français dans l’Extrême-Orient pour le 2e essai du concours de Rome en 1891, Une ambassade de France dans un pays d’Extrême-Orient, pour le concours Roux de 1909, sans qu’on y trouve la moindre référence à l’Asie.

24Beaucoup de monuments commémoratifs célèbrent des faits d’armes français dans les guerres de conquête. Toutefois, le style de ces monuments, en raison de leur portée politique, est toujours une référence à l’Antiquité ou au style national français, sans allusion à la spécificité des pays conquis.

Quelques thématiques significatives

25Les palais du pouvoir, sujet noble par excellence, sont donc systématiquement traités dans le genre Empire romain puis Grand Siècle. À l’autre extrême, les concours de l’École excluent les casernes et les constructions utilitaires, l’exclusivité de ces sujets, jugés triviaux par les architectes, étant abandonnée aux ingénieurs.

Le caravansérail

26Un thème guère plus noble, mais traité de manière suivie par l’École, est celui des haltes de caravanes liées au transport des marchandises coloniales.

27Le sujet de Caravansérail sur la côte près de la ville d’Alger de 1831 est repris en 1838, toujours en 2e classe, et rédigé dans les deux cas par le professeur de théorie d’alors Louis-Pierre Baltard. On reste encore ici dans le domaine du comptoir commercial : il s’agit toujours d’approvisionner les bateaux en eau et de leur fournir un mouillage. La seule différence est la localisation sur les côtes de l’Afrique. On n’en connaît pas de dessin.

  • 22  Programme donné par Abel Blouet le 3 octobre 1848 (Paris, AN : AJ52 143), sujet donné de nouveau e (...)

28Avec la pénétration progressive des colons français au cœur du Maghreb, apparaît la nécessité de créer des étapes autour de points d’eau. L’illustration la plus ancienne concerne Une fontaine pour l’Algérie, esquisse de 1re classe d’octobre 1848 (fig. 3)22. Dix-huit ans se sont écoulés depuis la prise d’Alger, et on s’enfonce à l’intérieur des terres, avec une halte située dans une oasis, « sur une des routes de nos possessions d’Afrique », avec un programme stipulant les « dispositions que commande un climat brûlant ».

3. Auguste Ancelet, élève de Baltard, Une fontaine pour l’Algérie, esquisse de 1re classe, octobre 1848, aquarelle, encre noire, mine de plomb.

29Les termes de diffusion proposés par le gestionnaire de cette image ne nous ont pas permis de la publier en ligne. Pour la consulter, veuillez vous reporter à l’édition papier.

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Esq. 355.

30On admirera pour ses qualités graphiques le dessin d’Auguste Ancelet, élève de Baltard, tout en pointant du doigt son orientalisme de pacotille, son curieux auvent métallique, impropre à garantir une ombre fraîche, et ses détails néo-grecs inattendus qui restent dans la lignée des fabriques de jardin.

  • 23  Programme donné par Blouet le 5 février 1851 (Paris, AN : AJ52 128).

31Un sujet à peu près identique est proposé pour un rendu de 2e classe par Abel Blouet en février 1851, Une maison hospitalière pour l’Algérie23. Sa seule nouveauté est que l’établissement est desservi par des religieux hospitaliers, témoignage du rôle joué par le clergé régulier dans l’expansion coloniale de la France en Algérie. Un dessin inabouti de Juste Lisch retrouvé dans les collections du musée d’Orsay ne dénote aucun emprunt au style arabe.

  • 24  Programme donné par Lesueur le 2 décembre 1874 (Paris, AN : AJ52 129).

32Le thème de la Fontaine dans une oasis en Algérie revient en décembre 1874 pour une esquisse de 2e classe24. Le programme, qui est exactement le même que celui de 1848, comporte néanmoins une précision de style : « La construction, fort simple, se composera de colonnes toscanes ou doriques supportant une architrave en bois et des chevrons saillants. » Rien d’oriental donc, mais un début de prise en compte des conditions climatiques dans le remplacement de la fonte par le bois.

  • 25  Programme donné par Lesueur le 7 juillet 1875 (Paris, AN : AJ52 129).

33Un joli projet d’Edmond Delaire, élève de Coquart, pour Une maison hospitalière pour l’Algérie, un rendu de 2e classe de juillet 1875 (fig. 4)25 montre un orientalisme plutôt « byzantin » malgré l’appareillage bicolore et le dessin caractéristique des créneaux et merlons. On note son attention portée au climat avec son vaste auvent en bois et sa fontaine ventilée par quatre ouvertures. L’auvent pourrait être tout aussi bien hispano-mauresque qu’égyptien : on peut voir des exemples identiques sur des photos anciennes du Caire.

4. Edmond Delaire, élève de Coquart, Une maison hospitalière pour l’Algérie, rendu de 2e classe, juillet 1875.

4. Edmond Delaire, élève de Coquart, Une maison hospitalière pour l’Algérie, rendu de 2e classe, juillet 1875.

Croquis d’architecture, Intime-Club, 10e année, IX 1876, F. 5.

  • 26  Confusion révélatrice de la relative indifférence de la population française envers la politique d (...)

34Le sujet du caravansérail desservi par des religieux revient en 1889 pour un concours de fondation récompensé par l’Académie des beaux-arts, le concours Chaudesaigues : Un établissement hospitalier dans l’Afrique centrale composé d’un caravansérail et d’un établissement religieux. La revue hebdomadaire de la Société des architectes diplômés par le gouvernement, La Construction moderne, qui a commencé à paraître en 1885, publie régulièrement sous la plume de Georges Guicestre (qui signe « Un ancien élève »), des comptes-rendus développés des concours scolaires. L’auteur évoque ici avec dérision les chameliers arabes démantibulant les forteresses d’opérette imaginées par les concurrents, assimilant l’Afrique centrale au Sahara, dans une profonde méconnaissance de l’avancée française en Afrique Noire, entamée vers 1855 avec la colonisation du Sénégal26 :

  • 27  La Construction moderne, 7 décembre 1889, p. 98-100.

« Le tout plus ou moins fortifié – un peu comme à l’Opéra-Comique ou à la rue du Caire (Champ-de-Mars), c’est-à-dire d’échauguettes à cul-de-lampe, et de crénelures à redents. […] La rue du Caire près de la nouvelle Bastille, et ses fantaisies à la Fromentin, étaient restées dans l’œil de chacun des auteurs de caravansérails. […] Pourtant le programme semblait rédigé avec un sentiment assez profond de la puissance de propagande civilisatrice qu’on attribue aux “religieux” missionnaires. Et les pompes de culte, leur effet sur les “populations environnantes” paraissaient devoir être pris en considération27. »

  • 28  Dessin conservé dans les collections de l’Académie d’architecture.

35Paul Bigot, élève d'Émile André, a laissé de ce concours un beau dessin, qui n’a pourtant pas été sélectionné parmi les logistes du second tour (fig. 5)28. D’un style résolument mauresque, doté d’une porte d’entrée inspirée de la mosquée de Cordoue, il illustre parfaitement cette confusion géographique qui s’exprime dans les commentaires de La Construction moderne.

5. Paul Bigot, élève d’André, Un établissement hospitalier dans l’Afrique centrale, aquarelle, concours Chaudesaigues, 1889.

5. Paul Bigot, élève d’André, Un établissement hospitalier dans l’Afrique centrale, aquarelle, concours Chaudesaigues, 1889.

Fonds Paul Bigot. Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du xxe siècle.

36Cette approximation ne trouble personne à l’École des beaux-arts, dont les professeurs de théorie sont des Parisiens, sollicités en continu par leur enseignement et les tâches de rédaction des programmes, tandis que les élèves puisent leurs modèles dans les publications conservées dans la bibliothèque de leur atelier. Les uns et les autres n’ont souvent que des connaissances livresques de l’architecture arabe, limitées aux publications disponibles dans les ateliers.

  • 29  Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, (...)

37De plus, le système même de l’éclectisme, tel qu’il est enseigné à l’École dans la seconde moitié du xixe siècle, autorise, voire encourage, les collages entre des sources diverses. C’est le modèle hispano-mauresque qui remporte les suffrages : l’Espagne, plus facilement accessible au voyageur que le Maghreb, faisait partie des destinations privilégiées des candidats au Grand Tour, juste derrière l’Italie et la Sicile. Parmi les monuments du sud de l’Espagne, l’Alhambra de Grenade, connu par les publications des années 183029, fait figure de représentation idéale aux yeux des apprentis architectes. Plus que par les publications savantes, l’élargissement des sources d’inspiration se fait par les recueils d’ornements qui se multiplient dans la seconde moitié du xixe siècle, quand celles-ci ne viennent pas tout simplement des images de L’Illustration. La répétitivité des sujets de concours qui s’instaure avec Jean-Baptiste Lesueur, demeuré pendant trop longtemps – trente ans exactement, entre 1853 et 1883 – professeur de théorie à l’École des beaux-arts, pousse les élèves à s’inspirer des projets lauréats antérieurs, ce qui entraîne un décalage par rapport à la production bâtie. Qu’il s’agisse de projets fictifs ou réalisés, l’intérêt du constructeur se limite à l’apparence superficielle du modèle sans chercher à se pénétrer de son essence.

  • 30  Programme donné par Edmond Guillaume le 4 mars 1891 (Paris, AN : AJ52 131).
  • 31  La Construction moderne, 18 juillet 1891, p. 484-86.

38Ce programme sera proposé de nouveau en mars 1891 (Une maison hospitalière pour la Tunisie, rendu de 2e classe30), mais les deux projets publiés31 s’apparentent plutôt par leur volumétrie à des monastères orthodoxes, dans le style alors en vogue et désigné comme « romano-byzantin ».

  • 32  Programme donné par Victor Blavette le 1er juillet 1910 (Paris, AN : AJ52 131). Plusieurs projets (...)

39Une traduction du même sujet sera encore donnée pour un rendu de 2e classe, en juillet 1910, avec Un abri pour les voyageurs en Algérie, « ... un abri aux voyageurs indigènes et européens ainsi qu’à leurs montures et attelages. […] Un point élevé au-dessus des bâtiments les signalerait au loin32 ». On remarquera que l’abri, sécularisé, est désormais un établissement civil tenu par un cantinier et ses serviteurs.

40Même si les projets ont définitivement gagné en qualité, les représentations de caravansérails anciens restant méconnues des élèves, la référence unique demeure la mosquée, d’où la présence de deux tours-minarets, justifiée par des besoins de symétrie au détriment de la logique et de l’économie… Projets de papier...

Le bazar

41Le thème de l’architecture commerciale (magasin et bazar, étymologies respectivement arabe et persane), sans doute jugé aussi trop commun, a peu figuré dans les concours de l’École des beaux-arts.

  • 33  Esquisse de 1re classe, juin 1848, dessins déposés à la bibliothèque de l’École des beaux-arts ; c (...)

42Un programme de Marché aux fleurs en 1848 suggère à Gabriel Davioud, élève de Vaudoyer, un traitement à l’orientale, contrairement à l’autre projet primé qui reste d’inspiration plus classique33. Il exprime cette assimilation de l’architecture commerciale à l’Orient dans des pavillons de tête aux arcs légèrement outrepassés dotés de voussoirs bicolores et un kiosque central imité d’un sabîl ottoman. Cette bichromie d’inspiration à la fois florentine et cairote se retrouve dans la cathédrale de Léon Vaudoyer, construite entre 1845 et 1893 à Marseille, porte de l’Orient.

  • 34  Programme donné par Guillaume le 8 janvier 1890 (Paris, AN : AJ52 130).

43Quarante ans plus tard, le programme d’un rendu de 2e classe en janvier 1890 sur le thème d’Un bazar en Tunisie ou en Algérie illustre toute la distance qui sépare le bazar oriental traditionnel et l’utilisation qui est faite de ce mot en France : « On désigne par ce nom, en Orient, tout marché public. Cet édifice, que l’on peut supposer en Tunisie ou en Algérie, serait érigé au milieu d’une place publique dont un des côtés s’ouvrirait sur un port maritime », stipule le programme34. Le critique de La Construction moderne estime que :

  • 35  La Construction moderne, 15 mars 1890, p. 268-270. Deux croquis reproduisent les deux projets laur (...)

« les grands bazars de Paris, le Bon Marché, le Louvre, le Printemps, – voire même le Bonheur des Dames du maître réaliste – donnent une idée de ce que doit être ce genre d’établissement où les cours d’éclairage, très restreintes, sont vitrées, c’est-à-dire supprimées, pour devenir des halls que traversent des passerelles, qu’escaladent de gracieux degrés35. »

44Il ajoute que l’un des deux projets lauréats, dû à Charles Letrosne, élève de Raulin, a été « visiblement inspiré de la rotonde que M. Blondel vient de transformer en Bourse du commerce », tout en notant, micritique, mi-louangeur, « la hardiesse des tourelles en forme de minarets – ornements non indispensables et fort coûteux – élevés aux quatre coins du plan ; le caractère suffisamment oriental (et sans fanfreluches tirées de l’Exposition universelle) de l’architecture adoptée. »

Le hammam

  • 36  Comme dans l’élévation du projet de Félix Vionnois, élève de Lebas et Ginain, 1re Médaille au rend (...)

45La même ambiguïté caractérise une autre thématique qui en revanche a fait florès dans les concours scolaires dès le xviiie siècle, celle du bain. Ici encore, la différence s’exprime autant sur le fond que dans la forme. Communautaire chez les Romains comme chez les Orientaux, comme elle s’est aussi pratiquée chez nous au Moyen Âge, l’hygiène était devenue chez les Européens affaire privée, et c’est paradoxe si son modèle esthétique est au xixe siècle l’architecture thermale de la Rome impériale, avec parfois l’intrusion de quelques éléments décoratifs d’inspiration orientale36.

  • 37  Fontaines et décors urbains pour Paris, et palais du Trocadéro, réalisés pour le Service des prome (...)
  • 38  Programme donné par Lesueur le 2 juin 1880 (Paris, AN : AJ52 145).

46On a pu constater chez Davioud, avec son Marché aux fleurs, un intérêt précoce pour un style auquel il fera référence dans ses réalisations futures37. On ne s’étonnera donc guère de voir que le premier exemple, en 1880, de décor à l’orientale pour des bains publics, Des bains publics sur un terrain irrégulier, rendu de 1re classe, juin 188038 (fig. 6), soit venu d’Alexandre Marcel, élève d’André. Il devait se faire connaître pour son goût particulier pour les rendus exotiques, comme le Panorama du Tour du monde à l’Exposition universelle de 1900 et ses réalisations à Laeken en Belgique, Héliopolis en Égypte ou Kapurthala en Inde.

6. Alexandre Marcel, élève d’André, Des bains publics sur un terrain irrégulier, rendu de 1re classe, juin 1880, aquarelle.

47Les termes de diffusion proposés par le gestionnaire de cette image ne nous ont pas permis de la publier en ligne. Pour la consulter, veuillez vous reporter à l’édition papier.

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Pj 1023.

48Ce sujet de concours n’avait pourtant rien de nouveau, ayant déjà été donné en 2e classe en 1847, 1861 et 1871, et devant être reproposé une dernière fois en 1887, toujours avec le même plan de terrain ; le programme stipulait traditionnellement une séparation en deux parties principales pour chaque sexe, avec des cabines particulières.

49Un précédent récent a certainement servi de catalyseur au jeune Marcel, le hammam construit en 1876 à Paris (18, rue des Mathurins) par les architectes William Klein et Albert Duclos, autres architectes spécialisés dans le genre oriental :

  • 39  Le Moniteur des architectes, 2, 28 février 1877, col. 17-20, pl. 5. Seule subsiste la façade en pa (...)

« Tous les Parisiens connaissent le Hammam par la publicité. Sa dénomination de bains turco-romains est probablement due à ce que les étuves y sont disposées à l’instar des thermes romains et de la décoration mauresque qui revêt les parois des murailles, les tympans des arcs et la vaste coupole qui recouvre le tépidarium39. »

  • 40  Programme donné par Guillaume le 4 octobre 1887 (Paris, AN : AJ52 145).

50On retrouve les mêmes termes dans l’énoncé du programme de Hammam pour le rendu de 1re classe d’octobre 1887 : « Hammam […] est un mot qui, dans la langue des Osmanlis, veut dire bain. On a donné ce nom à des établissements de bains turco-romains40. »

  • 41  La Construction moderne, 10 décembre 1887, p. 97-99, toujours sous la plume de l’Ancien Élève.

51Cette intrusion consciente de l’Orient sous le ciel de l’École des beaux-arts, marque d’une évolution du regard comme des us et coutumes occidentaux, mérite de citer largement La Construction moderne41:

« Songerait-on à relever les établissements de bains de l’état de décrépitude dans lequel ils sont de longtemps tombés ? Notre époque serait-elle appelée à renverser les minces cloisons qui font de nos bains actuels autant de niches à baignoires et dans lesquelles l’Antiquité aurait refusé de laver des chiens ? […] Il fallait encore varier les formes des salles, les opposer les unes aux autres, et marquer leur destination. […] Le plan de M. Sortais pourrait servir de type. Sa façade (fig. 7), traitée en style moresque, attirait, à l’exposition, tous les visiteurs. Sans être emballé par cette architecture qui, si elle convient bien dans les intérieurs, aurait du moins demandé plus de sobriété à l’extérieur, et surtout moins de ces peintures qui ne résisteraient pas sous notre climat, nous devons reconnaître que le rendu en était d’un artiste. Et d’ailleurs, tant qu’on demeure dans le domaine des projets, il ne saurait être mauvais, alors qu’on possède déjà l’acquis de M. Sortais, de puiser de temps en temps ses inspirations à d’autres sources que celles dites classiques. Ces excursions dans les arts divers doivent élargir les idées et suggérer des réflexions qui peuvent servir par la suite. […] Sans doute on dira que, le Hammam étant d’importation turque, il était tout naturel d’en exprimer la provenance par le genre d’architecture adopté. Mais les Turcs, avant que nous leur empruntions ces dispositions de bains, les avaient eux-mêmes empruntés aux Romains, et ils ne se sont point crus obligés de leur emprunter en même temps leur architecture. C’est là une petite chicane, car, quelque style que l’on adopte, c’est avant tout l’application des principes de composition, qui sont les mêmes en tout pays, et la bonne distribution du plan, que le jury récompense. Et si je m’y arrête, c’est qu’il semble y avoir à l’École un style consacré pour chaque genre de programme : pour une villa, ce sera le style italien, pour un théâtre le style Garnier ; pour un ministère, le style de la Monnaie ; pour un hôtel de ville, le style renaissance ; pour une église, le style roman ; que sais-je encore ? Pour le sujet qui nous occupe, des bains, ce sera le style moresque et beaucoup croiraient faire fausse route en ne suivant pas celle consacrée par l’habitude. Ce n’est pas à dire que l’antique y soit délaissé de tous. Loin de là, il est même le plus souvent adopté par la majorité des concurrents : il peut se mettre à toutes les sauces. »

7. Louis Sortais, élève de Daumet et Girault, Un Hammam, rendu de 1re classe, octobre 1887.

7. Louis Sortais, élève de Daumet et Girault, Un Hammam, rendu de 1re classe, octobre 1887.

Croquis d’architecture, Intime-Club, 22e année, XII 1888-1895, F. 5.

52Ou comment l’art mauresque – à condition de respecter le plan, la distribution et la symétrie, règles intangibles de l’enseignement de l’École – a pénétré le système de l’éclectisme, conduisant six ans plus tard Frantz Jourdain à exprimer sa lassitude dans L’Atelier Chantorel

Les pavillons d’exposition universelle

53Les élèves de l’École des beaux-arts évoluent donc peu à peu vers une meilleure connaissance de l’architecture arabe, même s’ils restent en décalage avec les connaissances rapportées des expéditions archéologiques qui se sont multipliées sous le Second Empire, et qui se traduisent par une expression de plus en plus affinée dans les pavillons d’exposition universelle.

54L’ouverture vers le monde musulman, qui se manifeste dans les directives énoncées en 1865 par Napoléon III, favorable à une politique arabe en Algérie, n’est pas absente de la sensibilité nouvelle qui se développe pour les formes de l’Orient. Cette sensibilité, qui échappe progressivement au simple désir d’exotisme, est aussi à mettre en parallèle avec les démarches de Viollet-le-Duc et de ses suiveurs dans leur quête de nouvelles formes d’architecture, basée sur des études sérieuses du gothique.

55C’est en 1867 qu’apparaissent des pavillons destinés à abriter les représentations diplomatiques des pays étrangers invités par la France. Jacques Drevet construit pour le vice-roi d’Égypte Ismâ’îl Pacha, qui se rend à l’Exposition universelle, un temple, un salâmlik, un okel (caravansérail) et une écurie pour chameaux. L’Exposition compte aussi la mosquée d’Ahmedabad, la réduction d’une mosquée de Brousse, un kiosque du Bosphore. Alfred Chapon est pour sa part chargé du pavillon du Maroc et du palais pour le bey de Tunis, reproduction à une échelle un peu réduite du palais du Bardo. Dans ce dernier projet, il s’attache à relier les formes de l’Afrique du Nord à l’Espagne andalouse, mettant en évidence chez les architectes français ce modèle unique qu’est encore et toujours l’Alhambra. L’Algérie, qui n’a pas encore de statut défini, n’aura un pavillon qu’à partir de 1878.

  • 42  Barry Bergdoll, « The synthesis of all I have seen: the architecture of Edmond Duthoit (1837-89) » (...)

56La connaissance du Maghreb a commencé à s’affiner avec la mission de relevés des monuments arabes de l’Algérie effectuée par l’architecte Edmond Duthoit, à la demande du ministère de l’Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes, en 187242. Ce sont des architectes revenus d’autres missions d’études qui réalisent les pavillons pour l’Exposition universelle de 1889. Henri Saladin, qui avait été envoyé en mission en Tunisie en 1882, construit le palais de la Tunisie. Albert Ballu, qui est nommé après la mort de Duthoit en 1889 au poste d’architecte en chef des Monuments historiques de l’Algérie, réalise le pavillon de l’Algérie à partir des relevés qu’il a effectués en 1884 de la mosquée d’Abd er- Rahman à Alger. Duthoit était un disciple de Viollet-le-Duc et n’avait pas étudié à l’École des beaux-arts, à l’inverse de Saladin et Ballu, tous deux purs produits de l’École.

  • 43  Mercedes Volait, « La rue du Caire », in Myriam Bacha (dir.), Les Expositions universelles à Paris (...)
  • 44  Garnier faisait pourtant chaque année un voyage d’étude dans un pays étranger et avait amassé une (...)

57Il aura fallu une longue maturation de la connaissance des modèles tunisiens et algériens, dont les styles apparaissent ici clairement différenciés. Cette connaissance s’exprime aussi à l’Exposition de 1889 dans la Rue du Caire, œuvre du baron Alphonse Delort de Gléon, ingénieur et collectionneur, qui avait vécu au Caire de 1871 à 188343. En même temps, on peut y voir l’Habitation humaine de Charles Garnier, catalogue totalement farfelu de maisons issu de l’imagination fertile de ce chantre de l’éclectisme44.

  • 45  Programme donné par Guillaume le 1er mai 1888 (Paris, AN : AJ52 145). Le dessin de Jarrier qui fai (...)

58C’est dans le même esprit que, pour le concours d’esquisses de 1re classe de mai 1888, ayant pour sujet un Pavillon d’exposition universelle, pourtant « destiné à une République de l’Amérique du Sud », un élève de Raulin venu de Clermont-Ferrand, Louis Jarrier, a dessiné une espèce de mosquée qui renvoie à des dessins de concours réalisés plusieurs dizaines d’années auparavant45. À sa décharge, on peut expliquer son choix pour le moins surprenant par le fait que le patrimoine d’Amérique latine était encore très mal connu des Français et que la référence à l’Orient restait un moyen de substitution facile. Il s’agit typiquement ici des « fanfreluches tirées de l’Exposition universelle » que dénonce La Construction moderne en janvier 1890 à propos du concours pour un bazar.

La mosquée

59Ces copies de mosquées pour des pavillons d’exposition ramènent au premier thème de concours abordé dans cette étude, mais non des moindres, celui de la mosquée.

  • 46  Politique d’ouverture sur l’Islam sous le Second Empire s’inscrivant dans un contexte de tolérance (...)
  • 47  L’Illustration, 25 octobre 1856, p. 261. Cette chapelle a disparu, mais il reste quelques tombes d (...)
  • 48  Revue générale de l’architecture, 1876, col. 155. Fermée à cause de la guerre, elle devait réappar (...)
  • 49  Mercedes Volait, « Un projet de mosquée à Paris », in L’Égypte d’un architecte…, op. cit. (note 3) (...)

60L’idée d’une fondation religieuse musulmane en terre française avait déjà été suggérée dans un traité entre Louis XV et le sultan du Maroc en 1767. Mais, alors que l’État avait reconnu l’Islam et lui accordait son patronage en Algérie46, cette religion n’avait pas de lieu de culte en métropole. La ville de Paris prit cependant en 1855 l’initiative de créer un carré musulman au Père-Lachaise. L’année suivante, l’architecte Gabriel Jolivet y construisait une petite mosquée destinée aux rites funéraires, et inspirée des planches de Pascal Coste47. Paris ne devait pas posséder, avant la Grande Mosquée inaugurée en 1926, d’autre lieu de culte qu’une petite mosquée-école installée entre 1869 et 1871 dans un appartement du boulevard Saint-Michel par l’architecte Armand Pollet pour les étudiants égyptiens envoyés par le khédive48, malgré une nouvelle tentative infructueuse de construire une mosquée à Paris, dont le projet avait été dessiné par Ambroise Baudry en 189649.

61Pendant ce temps, l’École des beaux-arts, qui avait mis une synagogue à concours dès 1848, devait attendre 1892, soit près d’un siècle après le concours de Rome de 1799, pour remettre une mosquée au programme d’un concours.

  • 50  Le Couronnement du minaret de la mosquée de Mansourah, 1892, Fontaine dans la cour d’une mosquée, (...)
  • 51  Dessins conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, en partie reproduits dans l (...)

62Ce thème devait alors revenir par trois fois en douze ans (en 1892, 1897 et 1904) au programme des épreuves liées au cours d’histoire de l’architecture de Lucien Magne50 qui avait pris en charge en 1891 cette chaire inaugurée par Albert Lenoir en 1867. Encore celui-ci, sans faire d’effort d’imagination excessif, s’en est-il tenu trois fois à la même source, l’architecture religieuse à Tlemcen et alentour au xive siècle, due aux dynasties berbères d’Afrique, et qui présente une forte analogie avec les monuments de l’Andalousie. S’y joignait la recommandation répétée de s’inspirer des relevés des monuments de la région d’Oran effectués par Edmond Duthoit en 1872 pour les Archives des Monuments historiques51.

63Particulièrement révélateur est le concours de juin 1892 qui proposait la reconstitution du Couronnement du minaret à la mosquée de Mansourah :

  • 52  Programme donné par Lucien Magne le 11 juin 1892 (Paris, AN : AJ52 148).

« Le couronnement du minaret comprendrait une corniche et une terrasse surmontant les murs extérieurs et, au-dessus, un ou plusieurs étages en retrait, supportés par les murs intérieurs de la tour et dont les sols seraient accusés par des balcons ou des ouvertures correspondant aux paliers de l’escalier intérieur52. »

  • 53  Dessin publié par Annie Jacques (dir.), in Les « Beaux-arts », de l’Académie aux Quat’z’arts : ant (...)
  • 54  La polychromie, remise à l’honneur par les travaux d’Hittorff puis de Paul Sédille, est désormais (...)

64Un dessin en est conservé, signé d’un élève de Guadet, Maurice Claitte (fig. 8)53. On admirera cette belle feuille pour la qualité du trait et des couleurs comme pour sa mise en page. Le concours se faisant dans le cadre d’un cours d’histoire de l’architecture, on s’étonnera en revanche du collage d’une élévation inspirée des minarets du Caire – un étagement passant du carré à l’octogone, puis à nouveau au carré, surmonté d’un bulbe – avec un vocabulaire décoratif mauresque en carreaux de faïence polychrome54. Si on replace le dessin de Claitte dans son contexte, la rupture d’échelle entre la massive tour carrée du minaret de Mansourah et son couronnement exubérant transforme l’approximation archéologique en pure aberration.

8. Maurice Claitte, élève de Guadet, Le Couronnement du minaret à la mosquée de Mansourah, aquarelle, Concours d’histoire de l’architecture, juin 1892.

65Les termes de diffusion proposés par le gestionnaire de cette image ne nous ont pas permis de la publier en ligne. Pour la consulter, veuillez vous reporter à l’édition papier.

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, C Hist arch 1°cl 19.

  • 55  Programme donné par Lucien Magne le 7 mai 1904 (Paris, AN : AJ52 149).

66À la décharge des concurrents, le programme induisait une erreur dès son énoncé, en suggérant un ou plusieurs étages en retrait. Le seul édifice contemporain conservé en Espagne, comme le suggérait Magne, après une introduction fort savante sur les dynasties berbères d’Espagne et d’Afrique du Nord, était la tour de la Giralda à Séville, mais son couronnement avait été refait au xvie siècle. Les exemples marocains restaient encore mal connus. On ignore si Magne a joint en annexe à son programme la reconstitution qu’avait proposée Edmond Duthoit de la mosquée de Mansourah, comme il devait le faire à celui du concours de 1904 (fig. 9)55.

9. Edmond Duthoit, Mosquée de Mansourah, Tlemcen, Algérie, relevé, 1872, tirage inséré dans le programme du concours d’histoire de l’architecture de mai 1904.

9. Edmond Duthoit, Mosquée de Mansourah, Tlemcen, Algérie, relevé, 1872, tirage inséré dans le programme du concours d’histoire de l’architecture de mai 1904.

Paris, Archives nationales de France, AJ52 149.

67Si les exercices de collage sont la norme pour un concours d’émulation, il apparaît plus surprenant de voir récompensé un tel dessin, quelle qu’en soit la qualité de rendu, dans le cadre d’un concours dont la finalité est une reconstitution archéologique. Le but réel de ce concours apparaît donc bien plutôt d’élargir le portefeuille de motifs, afin de diversifier des projets qui restent de pure imagination.

  • 56  Concours d’émulation de juin 1905, programme donné par Julien Guadet le 31 mai 1905 (Paris, AN : A (...)
  • 57  Concours d’émulation de février 1914, programme donné par Victor Blavette le 28 janvier 1914 (Pari (...)

68Il faut pourtant croire que l’enseignement de Magne a produit quelques résultats, si l’on analyse les deux projets rendus de 1re classe encore consacrés à une mosquée avant la Première Guerre mondiale, en 190556 et 191457. À l’aube du xxe siècle, les programmes, désormais correctement documentés sur l’architecture arabe, partagent l’architecture religieuse musulmane en deux groupes principaux : les mosquées à coupole de type stambouliote et celles constituées d’une cour et d’un abri porté par des files de colonnes, comme la mosquée du sultan Hassan au Caire ou celle de Cordoue.

  • 58  La Construction moderne, 2 septembre 1905, p. 579-581.

69Le critique de La Construction moderne58, un ancien élève natif d’Athènes, Adolphe Gelbert, après avoir énoncé cette lapalissade – « Comme il fallait s’y attendre, presque tous les concurrents avaient opté pour le style musulman (arabe, mauresque, persan et turc). » – se dit conquis par la diversification des styles et particulièrement pour cet art : « D’ailleurs, l’étude de l’art musulman est des plus intéressantes ; peu de styles possèdent son charme, son élégance et surtout l’harmonie de sa riche ornementation. »

  • 59  École des beaux-arts, Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1913-1914, Paris : A. Vincen (...)

70Même programme sous la plume de Victor Blavette en février 1914. Mais à la qualité des rendus, largement publiés59, proches désormais de reconstitutions authentiques, on ajoutera une observation intéressante : nous sommes désormais confrontés à une nouvelle génération d’élèves primés, d’origine extra hexagonale, dont beaucoup sont ici de naissance juive ou proche orientale : David Zipirovitch (né à Kherson, Russie), Marcel Valensi (né à Alger), Charles Péré (né à Smyrne), Henry Robida (né à Argenteuil, mais parti travailler au Siam et rappelé sous les drapeaux alors qu’il travaille pour le canal de Suez), Gaston Aghion (né à Alexandrie). Ceux-ci ont eu une relation directe avec l’art musulman. C’est l’aboutissement d’une maturation des modèles, maintenant beaucoup mieux assimilés et compris, mais aussi d’un goût croissant pour le style arabe.

Pourquoi cette connaissance de l’art arabe et à quelle fin ?

  • 60  La Construction moderne, 7 avril 1906, p. 319-320.

71Les architectes français n’ont alors que très peu de chances d’être sollicités pour la construction d’une mosquée. Aussi, ces connaissances acquises seront-elles utilisées autrement, comme pour le concours Achille-Leclère de 1906, Une gare maritime tête de ligne d’un chemin de fer, censée être, en face de Constantinople, le point de départ des chemins de fer d’Asie Mineure, prolongement de l’Orient-Express vers l’Asie. Le projet primé, dû à Jules Lengyel (fig. 10), « brillant élève de l’atelier Pascal », s’attire cet éloge de La Construction moderne60: « Il a su, de plus, donner à sa façade un caractère qui cadre fort bien avec le site supposé. C’est de l’architecture expressive par excellence. »

10. Jules Lengyel, élève de Pascal, Une gare maritime tête de ligne d’un chemin de fer, concours Achille-Leclère, 1906.

10. Jules Lengyel, élève de Pascal, Une gare maritime tête de ligne d’un chemin de fer, concours Achille-Leclère, 1906.

La Construction moderne, 21e année, 27, 7 avril 1906, pl. 66.

72Il convient de s’arrêter sur cette notion de « caractère », qui revient souvent dans les citations, et qui constitue une des expressions majeures du jargon de l’École et de l’architecture éclectique. Notion d’ailleurs assez vague, mais qu’on pourrait traduire par la somme des moyens employés pour permettre au passant distrait d’identifier au premier regard la fonction d’un édifice et, mieux encore, de ressentir une émotion particulière à sa vue. Ici, quelques « tics de langage » de l’architecture ferroviaire, ampleur d’échelle, vastes baies « thermales » et l’inévitable tour d’horloge, joints à quelques traits orientalistes, qui dessinent la toiture en coupole, « outrepassent » les arcs des ouvertures, détachent la tour d’horloge et la coiffent d’un petit chapeau pour lui donner un air de minaret…, « architecture expressive par excellence ».

  • 61  Épisode éphémère de l'architecture algéroise, vite supplanté epar l‘Art Déco ; voir Nabila Oulebsi (...)

73Au même moment, le gouverneur général de l’Algérie, Charles Jonnart, introduit le style néo-mauresque dans la commande publique61. Il rédige une suite de circulaires – en 1904 pour l’architecture scolaire, en 1905 pour les constructions administratives – recommandant notamment de choisir des architectes plutôt que des membres du Service des Ponts et Chaussées, et de prendre modèle sur l’architecture orientale.

74Un nombre assez important d’édifices sera ainsi réalisé, comme celui de la Dépêche algérienne, construit en 1905 par l’architecte du Gouvernement général d’Alger Henri Petit, élève d’André. En bon ancien élève de l’École, il réalise un mélange de mosquée et de maison mauresque, dont il transpose le décor intérieur en façade.

  • 62 Nabila Oulebsir, op. cit. (note 14), fig. 105.

75Le « style Jonnart » s’applique aux réalisations les plus diverses, comme l’Hôtel des Postes d’Alger, construit par Jules Voinot et Marius Toudoire, inauguré en 1913, et qui servira de modèle à ceux de Rabat et Casablanca, la gare d’Oran et la Medersa de Constantine, œuvres d’Albert Ballu. Mal perçu par les colons qui n’y trouvent pas l’expression de leur action « civilisatrice », l’orientalisme algérois touche les bâtiments les plus incongrus, jusqu’à un minaret-château d’eau situé dans les environs d’Alger62.

  • 63  Louis-Charles Boileau, L’Architecture, 20 juillet 1901, p. 247-251.

76Ce type de détournement n’est pas spécifique à l’Algérie. C’est dans le même esprit qu’on a pu construire en 1895-1897 à Paris, au 2 de l’avenue de l’Observatoire, l’École coloniale, dont l’architecte Maurice Yvon avait proposé contre toute attente un décor arabisant pour une institution destinée à fournir aux nouvelles colonies – principalement en Asie du Sud-Est – des cadres administratifs63.

77De l’autre côté de notre empire colonial, au Sénégal, on peut voir des bâtiments administratifs réalisés en style maghrébin, comme le marché Kermel à Dakar construit en 1907-1910, au mépris d’une architecture vernaculaire pourtant digne d’intérêt. Ces deux exemples semblent vouloir signifier que l’image de la conquête de l’Algérie, premier pas et non des moindres, de la pénétration française en Afrique, était si forte qu’elle devait s’imposer symboliquement à toutes les autres colonies françaises.

78Cette image devait même toucher le Machrek, précisément la ville de Port-Fouad, faubourg asiatique de Port-Saïd, construit dans les années 1920 pour les cadres et employés européens de la Compagnie du Canal de Suez, avec son tribunal mixte (fig. 11), dont on n’a pour le moment pas retrouvé l’architecte, mais dont on peut certifier qu’il est un pur produit « Beaux-arts ».

11. Tribunal mixte, Port Fouad, Égypte.

11. Tribunal mixte, Port Fouad, Égypte.

Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix.

79La connaissance désormais affirmée de l’architecture du Maghreb chez les architectes formés à l’École des beaux-arts s’assortit ici d’une double indifférence : au caractère religieux du modèle comme à l’architecture autochtone, pourtant remarquable en Égypte. Mais sans doute est-ce pour cela que les habitants de Port-Saïd ne reconnaissent pas le tribunal comme une mosquée et ne semblent pas s’en formaliser.

80Peut-être pourrons-nous pardonner cette irrévérence en prenant pour contre-exemple la Mosquée de Paris, reconstitution fidèle de l’architecture du Maroc réalisée entre 1920 et 1926, en reconnaissance aux 100 000 morts musulmans pour la patrie…

Notes

1  Sauf indication contraire, les exemples cités dans l’énumération qui suit sont tirés de l’ouvrage de Marie-Jeanne Dumont et Rodolphe Hammadi, Paris arabesques : architectures et décors arabes et orientalisants à Paris, Paris : Éditions E. Koehler ; Institut du monde arabe ; Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1988.

2  Boudoir turc de l’hôtel de Beauharnais (78, rue de Lille, Paris 7e), 1803-1818, libre interprétation du style ottoman.

3  Le plus beau, hélas disparu, est celui de l'hôtel d’Edmond de Rothschild au 41, rue du Faubourg-Saint-Honoré ; voir : Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait (dirs.), L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry, 1838-1906, catalogue d'exposition (La Roche-sur-Yon, Conseil général de la Vendée, 7 mai-20 juin 1998, Le Mans, Musée de Tessé, 1er juillet-20 septembre 1998, Rodez, Musée Denys-Puech, 9 octobre-24 janvier 1999), Paris : Somogy, 1998, p. 121-125.

4  Serres de l'hôtel Branicki, rue La-Boétie à Paris (Encyclopédie d’architecture : revue mensuelle des travaux publics et particuliers, vol. 2, 1873, p. 46-48 et vol. 3, 1874, p. 113, pl. 186) ; hôtel particulier destiné à un grand voyageur, où les architectes Boileau et Roguet, conseillés par Léon Parvillée, spécialiste de l’art ottoman, ont dessiné trois salons inspirés de l’architecture musulmane, dans les styles mamelouk, persan et hispano-mauresque, ainsi que des bains turcs disposés sous la serre.

5  Salle de bains de l’hôtel de la Païva, 25, avenue des Champs-Élysées à Paris,(1856-1866, Pierre Manguin arch.).

6  Deux demeures parisiennes construites pour deux architectes voyageurs : Adalbert de Beaumont (L’Illustration, no 901, 2 juin 1860, p. 356) et Pierre Trémaux (Paris Nouveau illustré, 1867, p. 93, 95).

7  Paris : G. Charpentier et E. Fasquelle, 1893.

8  Le Café turc, publié par Augustus Charles Pugin, Paris and its Environs, displayed in a serie of two hundred picturesque views, Londres : Jennings and Chaplin, 1831. URL : http:/books.google.fr/books?id=3ENHhj_OAB0C. Consulté le 14 octobre 2014. Situé sur le boulevard du Temple, il offrait des salles où boire le café, jouer au domino, au tric trac ou au billard, et un jardin « turc » orné de kiosques, et même un « minaret » au sommet duquel on pouvait grimper.

9  Cirque olympique du Temple par Benoît Alexandre Bourla, 1827, hippodrome de l’Étoile par Charles Rohault de Fleury, 1845-1856.

10  Bains chinois sur le boulevard (1787), bains turcs de la rue des Colonnes et de la rue du Temple (années 1820), bains Deligny sur la Seine (années 1840). Ces établissements sont soit des piscines, soit des bains individuels, très éloignés du traditionnel hammam. Rien ne subsiste de ces bains parisiens.

11  Comme la première poissonnerie de Trouville, réalisée en 1843-1844.

12  Bals Mabille ou Bullier.

13  Fixée par Napoléon III au 15 août, jour de la Saint-Napoléon, la fête nationale a revêtu sur les Champs-Élysées en 1853 un caractère mauresque, avec une reconstitution de la prise de Laghouat en Algérie, où le dôme des Invalides utilisé en toile de fond faisait figure de mosquée (L’Illustration, no 547, 20 août 1853, p. 120-121).

14  Nabila Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris : Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 250-251. URL : http://books.google.fr/books?id=kv8-7vKP9PMC. Consulté le 14 octobre 2014.

15  Épreuve éliminatoire du concours de Rome donnée le 1er floréal An VII (20 avril 1799) : Paris, Archives nationales de France (AN), AJ52 95, École nationale supérieure des beaux-arts, procès-verbaux des assemblées des professeurs, 1793-1807 (listes des lauréats des sélections successives), AJ52 96 : Ibid., 1797-1811 (programmes et jugements).

16  Programme donné par Louis-Pierre Baltard, le 4 août 1831, pour un projet rendu (AN, AJ52 143, programme classé par erreur parmi ceux de première classe).

17  Épreuve définitive, programme donné par Jacob Ignaz Hittorff le 23 avril 1862 : Paris, Archives de l’Institut de France, 1 H 6. L’énoncé du programme a été aussi publié dans l’École nationale des beaux-arts, Cinquantenaire, les grands prix de Rome d’architecture de 1850 à 1900 ; reproduction en phototypie des 1er, 2mes, et 2mes [sic] seconds prix avec les programmes des concours, sujets donnés par l'Académie des beaux-arts, Paris : A. Guérinet, [1904].

18  Programme donné par Louis-Pierre Baltard le 3 juin 1840 (Paris, Archives nationales : AJ52 128). Les programmes sont retranscrits dans leur graphie originale.

19  Épreuve définitive, programme donné par Charles Girault le 16 mars 1909 : École nationale des beaux-arts, Les Grands Prix de Rome d’architecture, supplément, 1901-1912, Paris : A. Guérinet.

20  Programme non conservé, jugé le 12 janvier 1838 (Paris, AN : AJ52 104). Nous n’avons pas pu voir les dessins primés, mais nous leur mettrons en parallèle une Porte de ville pour Alger dessinée par André Couchaud dans l’atelier Labrouste, en 1837, avant son admission à l’École (dessin donné en 1976 à l’Académie d’architecture par Yvonne Labrouste). On y voit l’étrange assemblage d’un minaret de style cairote entre deux tours octogonales. Nous verrons tout au long de cette étude la fortune que connaîtra le minaret pour les constructions dans les colonies, à cause de l’usage de tour de guet qui peut en être fait.

21  Marie-Laure Crosnier Leconte, in Port-Saïd : Architectures xixe-xxe siècles, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2006, p. 18-19, 96-97. Les Croquis d’architecture, Intime-Club, ont reproduit plusieurs projets du concours Achille-Leclère.

22  Programme donné par Abel Blouet le 3 octobre 1848 (Paris, AN : AJ52 143), sujet donné de nouveau en 2e classe par Jean-Baptiste Lesueur en mars 1864 et décembre 1874.

23  Programme donné par Blouet le 5 février 1851 (Paris, AN : AJ52 128).

24  Programme donné par Lesueur le 2 décembre 1874 (Paris, AN : AJ52 129).

25  Programme donné par Lesueur le 7 juillet 1875 (Paris, AN : AJ52 129).

26  Confusion révélatrice de la relative indifférence de la population française envers la politique de colonisation menée par le pouvoir.

27  La Construction moderne, 7 décembre 1889, p. 98-100.

28  Dessin conservé dans les collections de l’Académie d’architecture.

29  Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, dessinés et mesurés en 1832 et 1833, Paris : Veith et Hauser, 1837 ; Jules Goury et Owen Jones, Plans, Elevations, Sections and Details of the Alhambra, from Drawings taken on the Spot, Londres : Owen Jones, 1842-1845.

30  Programme donné par Edmond Guillaume le 4 mars 1891 (Paris, AN : AJ52 131).

31  La Construction moderne, 18 juillet 1891, p. 484-86.

32  Programme donné par Victor Blavette le 1er juillet 1910 (Paris, AN : AJ52 131). Plusieurs projets sont reproduits dans Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1909-1910, Paris : A. Vincent, pl. 231-238. Blavette donnera encore ce sujet en 1921, Un abri dans une oasis, et en 1923, Un caravansérail.

33  Esquisse de 1re classe, juin 1848, dessins déposés à la bibliothèque de l’École des beaux-arts ; celui de Davioud est reproduit dans Arthur Drexler (dir.), The Architecture of the École des beaux-arts, New York : Museum of Modern Art, 1977, p. 188.

34  Programme donné par Guillaume le 8 janvier 1890 (Paris, AN : AJ52 130).

35  La Construction moderne, 15 mars 1890, p. 268-270. Deux croquis reproduisent les deux projets lauréats.

36  Comme dans l’élévation du projet de Félix Vionnois, élève de Lebas et Ginain, 1re Médaille au rendu de 1re classe de juin 1870 pour Un établissement de bains, dessin conservé à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts. Je remercie Lorraine Decléty de m’avoir signalé ce dessin.

37  Fontaines et décors urbains pour Paris, et palais du Trocadéro, réalisés pour le Service des promenades et plantations de Paris : Gabriel Davioud architecte (1824-1881), catalogue d'exposition (Paris, mairies des 16e et 19e arrondissements, 1981-1982), Paris : Délégation artistique de la ville de Paris, 1981, p. 52-53, 88-102.

38  Programme donné par Lesueur le 2 juin 1880 (Paris, AN : AJ52 145).

39  Le Moniteur des architectes, 2, 28 février 1877, col. 17-20, pl. 5. Seule subsiste la façade en partie restaurée de ce hammam qui était intégré dans un immeuble de rapport.

40  Programme donné par Guillaume le 4 octobre 1887 (Paris, AN : AJ52 145).

41  La Construction moderne, 10 décembre 1887, p. 97-99, toujours sous la plume de l’Ancien Élève.

42  Barry Bergdoll, « The synthesis of all I have seen: the architecture of Edmond Duthoit (1837-89) », in Robin Middleton (dir.), The Beaux-Arts and nineteenth-century French architecture, conférence (Londres, Architectural association, mai 1978), Londres : Thames and Hudson, 1982, p. 217-274 ; Nabila Oulebsir, op. cit. (note 14), p. 140-157.

43  Mercedes Volait, « La rue du Caire », in Myriam Bacha (dir.), Les Expositions universelles à Paris de 1855 à 1937, catalogue d'exposition (Paris, Mairie du 15e arrondissement, 10 octobre-10 novembre 2005, Mairie du 16e arrondissement, 15-25 novembre 2005, Mairie du 14e arrondissement, 14 décembre 2005-12 janvier 2006), Paris : Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 2005 (Paris et son patrimoine), p. 131-134.

44  Garnier faisait pourtant chaque année un voyage d’étude dans un pays étranger et avait amassé une documentation photographique considérable.

45  Programme donné par Guillaume le 1er mai 1888 (Paris, AN : AJ52 145). Le dessin de Jarrier qui fait partie d’un fonds d’archives privées a été reproduit dans Pascal Piéra, Louis Jarrier (1862-1932), architecte à Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand : Étude du patrimoine auvergnat ; Nancy : Archives modernes de l'architecture, 1995 (Œuvres d'architectes, 4), p. 6.

46  Politique d’ouverture sur l’Islam sous le Second Empire s’inscrivant dans un contexte de tolérance générale envers les religions non catholiques, protestante comme israélite : Henry Laurens, Le Royaume impossible : la France et la genèse du monde, Paris : Armand-Colin, 1990 (Histoires).

47  L’Illustration, 25 octobre 1856, p. 261. Cette chapelle a disparu, mais il reste quelques tombes dans la 85e division (informations tirées de Marie-Jeanne Dumont, op. cit. (note 1)).

48  Revue générale de l’architecture, 1876, col. 155. Fermée à cause de la guerre, elle devait réapparaître en 1874, mais à Aix-en-Provence.

49  Mercedes Volait, « Un projet de mosquée à Paris », in L’Égypte d’un architecte…, op. cit. (note 3), p. 126-130.

50  Le Couronnement du minaret de la mosquée de Mansourah, 1892, Fontaine dans la cour d’une mosquée, 1897, La Porte du minaret de la mosquée de Mansourah, 1904.

51  Dessins conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, en partie reproduits dans l’ouvrage de Nabila Oulebsir, op. cit. (note 14), p. 148, pl. 57-58.

52  Programme donné par Lucien Magne le 11 juin 1892 (Paris, AN : AJ52 148).

53  Dessin publié par Annie Jacques (dir.), in Les « Beaux-arts », de l’Académie aux Quat’z’arts : anthologie historique et littéraire, Paris : ENSBA, 2001 (Beaux-art histoire), p. 459.

54  La polychromie, remise à l’honneur par les travaux d’Hittorff puis de Paul Sédille, est désormais vulgarisée par les fabriques de faïence émaillée dont la plus importante est la Grande tuilerie d’Ivry fondée en 1854 par Émile Muller.

55  Programme donné par Lucien Magne le 7 mai 1904 (Paris, AN : AJ52 149).

56  Concours d’émulation de juin 1905, programme donné par Julien Guadet le 31 mai 1905 (Paris, AN : AJ52 146).

57  Concours d’émulation de février 1914, programme donné par Victor Blavette le 28 janvier 1914 (Paris, AN : AJ52 147).

58  La Construction moderne, 2 septembre 1905, p. 579-581.

59  École des beaux-arts, Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1913-1914, Paris : A. Vincent, [s.d.], pl. 198-213, reproduction de huit des treize projets primés.

60  La Construction moderne, 7 avril 1906, p. 319-320.

61  Épisode éphémère de l'architecture algéroise, vite supplanté epar l‘Art Déco ; voir Nabila Oulebsir, op. cit. (note 14), p. 251-259.

62 Nabila Oulebsir, op. cit. (note 14), fig. 105.

63  Louis-Charles Boileau, L’Architecture, 20 juillet 1901, p. 247-251.

Table des illustrations

Titre 1. Minarets de jardins.
Légende Ici, le minaret est utilisé dans son sens premier, tour à fanal, un point élevé permettant d’admirer les perspectives du parc, mais il pourra tout aussi bien être remplacé dans ce rôle par une pagode, comme dans le domaine de Chanteloup, ou par un clocher médiéval. La présence d’un clocher de style gothique parmi ces quatre exemples place la fantaisie orientale au même niveau que le style troubadour, fantaisies d’autant plus excentriques que la documentation iconographique se fait encore rare.
Crédits Pierre Boitard, Manuel de l’architecte des jardins ou l’art de les composer et de les décorer, Paris : Roret, 1854.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2. Wilbrod Chabrol, élève de Lebas, Un palais pour le gouverneur de l’Algérie, destiné aussi à la résidence temporaire du Souverain, Premier Grand Prix de Rome 1862.
Crédits École nationale des beaux-arts, Cinquantenaire, les Grands Prix de Rome d’architecture de 1850 à 1900 ; Paris : A. Guérinet, s.d. [ap. 1900], pl. 20-21.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 4. Edmond Delaire, élève de Coquart, Une maison hospitalière pour l’Algérie, rendu de 2e classe, juillet 1875.
Crédits Croquis d’architecture, Intime-Club, 10e année, IX 1876, F. 5.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 5. Paul Bigot, élève d’André, Un établissement hospitalier dans l’Afrique centrale, aquarelle, concours Chaudesaigues, 1889.
Crédits Fonds Paul Bigot. Académie d'architecture/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'architecture du xxe siècle.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 7. Louis Sortais, élève de Daumet et Girault, Un Hammam, rendu de 1re classe, octobre 1887.
Crédits Croquis d’architecture, Intime-Club, 22e année, XII 1888-1895, F. 5.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 9. Edmond Duthoit, Mosquée de Mansourah, Tlemcen, Algérie, relevé, 1872, tirage inséré dans le programme du concours d’histoire de l’architecture de mai 1904.
Crédits Paris, Archives nationales de France, AJ52 149.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 10. Jules Lengyel, élève de Pascal, Une gare maritime tête de ligne d’un chemin de fer, concours Achille-Leclère, 1906.
Crédits La Construction moderne, 21e année, 27, 7 avril 1906, pl. 66.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 11. Tribunal mixte, Port Fouad, Égypte.
Crédits Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4918/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Oriental ou colonial ? Questions de styles dans les concours de l’École des beaux-arts au xixe siècle », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, p. 43-67.

Référence électronique

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Oriental ou colonial ? Questions de styles dans les concours de l’École des beaux-arts au xixe siècle », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4918

Auteur

Marie-Laure Crosnier Leconte

Conservateur en chef au service des bibliothèques et archives des musées nationaux, elle a eu en charge la documentation en architecture du musée d’Orsay pendant 23 ans. Elle s’est consacrée à l’étude de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts, constituant un dictionnaire des anciens élèves en architecture de l’École, analysant les thématiques des concours donnés à l’École et leur évolution, et étudiant les différents aspects de la diffusion des méthodes de composition de l’éclectisme « Beaux-Arts », notamment sur le territoire nord-américain.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés