Navigation – Plan du site
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs - Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.)
II. Expressions

Henri Saladin (1851-1923). Un architecte « Beaux-Arts » promoteur de l’art islamique tunisien

Henri Saladin (1851-1923), Beaux-Arts Architect and Promoter of Tunisian Islamic Art
Myriam Bacha
p. 215-230

Résumé

Shortly after graduating as an architect from the École des beaux-arts in Paris, Henri Saladin was dispatched by the French Ministry of Public Education to Tunisia, charged with the task of making a survey of antiquities. Since then, Henri Saladin has been recognised as an authority on the ancient and Islamic art of North Africa, which he would untiringly promote, whilst encouraging the study and restoration of Tunisian monuments. Saladin publicised Islamic architecture by publishing several books, of which the best known is the classic Manuel d’art musulman. He also designed the Tunisian pavilions at the Universal Exhibitions held in Paris in 1889 and 1900, but like the rest of his production, they do not reveal any particular commitment to the Islamic heritage.

Entrées d’index

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle

Index thématique :

Henri Saladin

Texte intégral

  • 1  Myriam Bacha, Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914. Étudier, sauv (...)

1On sait peu de chose d’Henri Saladin. Une thèse sur l’histoire du patrimoine tunisien a révélé la personnalité de cet architecte qui semble avoir peu construit mais qui a beaucoup œuvré pour la diffusion de l’art et de l’architecture islamiques1. Ses archives n’ayant jamais été identifiées, on possède des indications limitées sur sa biographie : quelques lettres conservées aux Archives nationales de France, de Tunisie et dans celles de l’Institut national du patrimoine de Tunis, ses publications sur l’architecture islamique, ses comptes rendus dans les revues du ministère de l’Instruction publique et, enfin quelques dessins d’étudiant conservés à l’École nationale supérieure des beaux-arts à Paris. Ce texte est donc l’occasion de dresser l’état des lieux des connaissances lacunaires que nous avons de l’œuvre et de la vie d’Henri Saladin.

  • 2  Paris, Archives nationales de France (AN), AJ52 381, Registre de l’École nationale et spéciale des (...)

2Né en 1851 à Bolbec (Seine-Maritime, à l’époque Seine-inférieure), Henri Jules Saladin (fig. 1) entre en 1871 à l’École nationale et spéciale des beaux-arts et en ressort dix ans plus tard, avec son diplôme d’architecte2. En 1882, il est associé à la Mission de Tunisie où il est envoyé par le ministère de l’Instruction publique pour participer à l’inventaire des vestiges de l’Antiquité. Ce voyage constitue un tournant dans sa carrière car, dès lors, il nourrit un intérêt croissant pour l’architecture islamique qu’il n’aura de cesse de promouvoir jusqu’à la fin de sa vie. Avec ses différentes publications, dont le Manuel d’art musulman constitue l’aboutissement, il retrace l’histoire de l’architecture islamique qu’il participe à faire connaître et à sauvegarder.

1. « M. Henri Saladin, architecte de la section tunisienne ».

1. « M. Henri Saladin, architecte de la section tunisienne ».

Pauline Savari, La Tunisie à l’exposition, Paris, Challamel, 1890, p. 67.

  • 3  Myriam Bacha, Les Pavillons du Maghreb dans les Expositions universelles, 1851-1937, DEA en histoi (...)
  • 4  Selon François Baratte, il aurait également été actif à Porto et à Alger mais aucun document n’a p (...)

3Au regard du peu de documents connus sur son œuvre bâti, il est difficile de caractériser Saladin. Il a conçu la grande poste et le marché central de Tunis, les pavillons de la Tunisie aux expositions universelles de 1889 et de 19003 et quelques immeubles de rapport à Paris4. Rien dans sa production bâtie, à part les pavillons des expositions universelles, ne laisse deviner son attachement au patrimoine islamique.

Un architecte de l’école des beaux-arts à la découverte de l’Afrique du Nord

  • 5  « École des Beaux-Arts. Concours des 24 heures de 1879. Un établissement pour une grande station t (...)
  • 6  « Concours Achille-Leclère de 1881. Une chapelle pour un grand hospice, par MM. Esquié et Saladin (...)
  • 7  Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), P.J. – 957 Saladin, « Concours d’émulati (...)
  • 8  Paris, AN, F17 2943 D, dossier Cagnat, lettre du 13 octobre 1882 de Hauvette à Perrot, recommandan (...)

4En 1871, à vingt ans, Henri Jules Saladin s’inscrit à l’École des beaux-arts en deuxième classe, dans l’atelier de Pierre Daumet, architecte du château de Chantilly. Il est admis en première classe le 5 mai 1875 et, quatre ans plus tard, il entre en loge pour concourir au prix de Rome, où il est classé septième, avec un projet d’établissement pour une grande station thermale5. En 1881, il obtient son diplôme d’architecte et il remporte le concours Achille-Leclère avec un projet de Chapelle pour un grand hospice réalisé avec Esquié6. La bibliothèque de l’École des beaux-arts possède quelques-uns des dessins réalisés quand il était étudiant, dont deux concours d’émulation : « Une porte de ville » de 1877 et un « Petit port pour des gondoles » de 1881, pour lesquels il obtient dans les deux cas une 2e médaille7 (fig. 2). Ses esquisses et son dossier d’élève n’apportent aucun éclairage sur sa personnalité ni sur ses centres d’intérêt. On sait juste qu’avant de partir en mission en Tunisie en 1882, il aurait effectué un voyage en Italie et en Orient, certainement dans le cadre de sa formation à l’École des beaux-arts8.

2. Un petit port pour des gondoles, dessin autographe d’Henri Saladin, au crayon, aquarelle, lavis bleu, violet, daté du 3 mai 1881, Concours d’émulation de l’École des beaux-arts, 1re classe, 2e médaille.

5Les termes de diffusion proposés par le gestionnaire de cette image ne nous ont pas permis de la publier en ligne. Pour la consulter, veuillez vous reporter à l’édition papier.

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, esquisse 628 Saladin.

  • 9  Ibid., arrêté de nomination de Saladin dans la Mission de Tunisie, datée du 24 octobre 1882.
  • 10  Henri Saladin, « Rapport sur la mission faite en Tunisie de novembre 1882 à avril 1883 », Archives (...)

6Dès 1880, le ministère de l’Instruction publique met sur pied la Mission de Tunisie, un programme d’étude du patrimoine archéologique du pays qui n’est pas encore sous domination française. L’un des initiateurs de ce projet, Georges Perrot, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, conseille au ministère de recruter Henri Saladin. Le 24 octobre 1882, le ministère de l’Instruction publique nomme officiellement Henri Saladin « architecte de la mission scientifique de M. Cagnat [1852-1937] en Tunisie », épigraphiste avec lequel il est chargé de relever et de dessiner les vestiges de l’Antiquité9. La collaboration entre les deux hommes s’avère fructueuse : Cagnat recherche les inscriptions tandis que Saladin relève les vestiges et les restaure graphiquement dans leur état d’origine supposé. En même temps, ils effectuent des prospections dans le but de définir quels sites pourraient éventuellement être fouillés à l’avenir10. Ce premier voyage influence considérablement Saladin puisqu’il s’oriente vers l’étude des ruines de l’Antiquité et de l’architecture islamique.

  • 11  Paris, AN, F17 3005A, dossier Saladin, lettre du 29 juin 1885 de Saladin au ministère de l’Instruc (...)

7En juin 1885, à nouveau recommandé par Perrot, Saladin sollicite et obtient du ministère de l’Instruction publique, une seconde mission en Tunisie, dans le but de compléter l’étude entreprise lors de sa première expédition et de se concentrer plus particulièrement sur la cité de Dougga, antique Thugga11(fig. 3). Il conçoit un attachement tout particulier aux ruines de ce site, dont il participe par la suite à révéler l’importance. Il repartira ensuite à plusieurs reprises en Tunisie par ses propres moyens, pour étudier plus particulièrement l’architecture islamique des villes de Tunis et de Kairouan. Grâce à ses missions, Saladin se forge un savoir érudit sur le patrimoine tunisien dont il deviendra rapidement un spécialiste reconnu.

3. « Bab-er-Roumia (porte de la Chrétienne), à Dougga. Dessin d’Eug. Girardet, d’après une photographie de M. R. Cagnat », gravure.

3. « Bab-er-Roumia (porte de la Chrétienne), à Dougga. Dessin d’Eug. Girardet, d’après une photographie de M. R. Cagnat », gravure.

 « Voyage en Tunisie, par MM. Cagnat, docteur ès-Lettres, et H. Saladin, architecte, chargés d’une mission archéologique par le ministère de l’Instruction publique », Le Tour du Monde, 56, p. 97-160.

La sauvegarde des monuments historiques tunisiens

8En 1885, au moment où Saladin repart en mission, le ministère de l’Instruction publique nomme un délégué en Tunisie pour fonder les premières institutions chargées d’assurer la sauvegarde du patrimoine local. René du Coudray de la Blanchère (1853-1896), professeur à l’École des lettres d’Alger, évoluant dans la sphère de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, est envoyé en Tunisie pour mettre sur pied une législation patrimoniale, pour organiser un musée et créer un Service des antiquités et des arts, dont il devient directeur. Saladin fait la connaissance de la Blanchère, avec lequel il entretient dès lors des rapports constants. Par son excellente connaissance du patrimoine tunisien, Saladin conseille officieusement le directeur du Service des antiquités et ses successeurs sur la gestion des vestiges du pays.

  • 12  Tunis, Institut national du Patrimoine de Tunisie (INPT), carton Correspondance 1886-1891, lettre (...)
  • 13  Tunis, Archives nationales de Tunisie (AnT), E 296, dossier 2, lettre du 21 mai 1892 du secrétaire (...)

9Saladin devient le spécialiste de Dougga auquel s’adresse régulièrement le ministère de l’Instruction publique et le Service des antiquités et des arts. Dès 1886, il attire l’attention de la Blanchère sur la nécessité de sauvegarder les monuments de Dougga12. En 1892, le ministère de l’Instruction publique et l’Académie débloquent les premiers financements pour fouiller cette ville et nomment Saladin pour diriger ces premières recherches officielles qui sont menées sur place par le docteur Louis Carton, médecin militaire amateur d’archéologie, particulièrement actif en Tunisie13. Saladin incite ce dernier à pratiquer des fouilles méthodiques, selon des procédés peu répandus alors dans le monde de l’archéologie. Il recommande de rechercher l’état antérieur des bâtiments en ruine dans les documents d’archives, de reproduire graphiquement l’état des monuments avant d’y entamer des fouilles et de relever précisément l’emplacement des découvertes. En encourageant le Service des antiquités à adopter ces méthodes rationnelles, il concourt ainsi au renouvellement des pratiques de l’archéologie tunisienne.

  • 14  Tunis, INPT, Correspondance 1893-1897, lettre du 20 février 1893 de Saladin à Gauckler, directeur (...)
  • 15  Tunis, INPT, Correspondance 1900-1906, lettre du 26 mars 1908 de Saladin à Merlin, directeur du Se (...)
  • 16  Henri Saladin, « Rapport sur la mission accomplie en 1885, monuments antérieurs à la conquête arab (...)
  • 17  Louis Poinssot, « La restauration du mausolée de Dougga », Académie des inscriptions et belles-let (...)

10Par ailleurs, son action en faveur de la restauration des vestiges de l’Antiquité est déterminante. Dès 1893, il exhorte le directeur du Service des antiquités à demander des crédits pour restaurer les monuments de Dougga14. Quelques années plus tard, celui-ci s’appuie sur les directives que Saladin lui adresse par courrier, pour fixer le programme de restauration du mausolée lybico-punique de Dougga15, monument que ce dernier a particulièrement bien étudié lors de sa mission de 188516. Toutefois, l’intervention de Saladin reste discrète et n’est mentionnée dans aucun compte rendu publié dans les revues du ministère et de l’Académie17.

  • 18  Tunis, INPT, Correspondance 1893-1897, lettre du 2 avril 1893 de Saladin au directeur du Service d (...)
  • 19  Tunis, INPT, Protectorat 1882-1961, lettres du 14 mai et du 3 juin 1907 de Saladin à Merlin.

11Toujours à titre officieux, Saladin engage le directeur du Service des antiquités à sauvegarder et à restaurer les monuments islamiques de Tunisie. Lorsqu’une partie des ruines du palais du Bardo est arasée à l’occasion de la création du musée Alaoui, Saladin l’incite à déposer les panneaux de céramique et de plâtre sculpté, selon une technique qu’il a lui-même mise au point18. De la même façon, quand le Service des antiquités encadre la restauration de la chaire à prêcher de la mosquée Sidi Okba de Kairouan (fig. 4), il énumère les étapes de la restauration, de façon à ce que celle-ci soit menée dans le respect des matériaux et des formes d’origine19.

12S’appuyant sur un savoir érudit construit lors de ses missions, Saladin joue auprès du Service des antiquités un rôle fondamental dans la sauvegarde et la restauration du patrimoine antique et islamique tunisien, mais il ne l’exerce qu’à titre officieux. Il remplit les mêmes fonctions que celles d’un architecte des monuments historiques, charge qui ne sera créée qu’en 1913 au sein du Service des antiquités.

4. « Kairouan. Mihrab et chaire de la grande mosquée ».

4. « Kairouan. Mihrab et chaire de la grande mosquée ».

René Cagnat, Henri Saladin, Voyage en Tunisie, Paris : Hachette, 1894, p. 99.

L’initiateur de l’histoire de l’architecture islamique

  • 20  Chargée de réunir les résultats des recherches menées en Afrique du Nord, cette commission statue (...)
  • 21  Paris, AN, F17 17155, dossier Saladin, arrêté de nomination de Saladin comme membre de la Commissi (...)
  • 22  Ernest Babelon, Henri Saladin et René Cagnat, Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage : collect (...)
  • 23  Paris, AN, F17 17156, Volumes publiés en cours d’impression depuis la fondation de la Commission a (...)
  • 24  AnT, E 294, dossier 3/1, lettre du 13 avril 1892 de Saladin au résident général.

13Outre son action en faveur de la protection du patrimoine tunisien, Saladin joue également un rôle essentiel dans l’élaboration d’une histoire de l’architecture islamique et dans sa diffusion. Nommé membre de la Commission d’Afrique du Nord20 au ministère de l’Instruction publique en 188921, il est rapidement considéré par ses collègues comme le spécialiste de l’art islamique, mais il participe néanmoins à la rédaction d’ouvrages sur l’Antiquité et de rapports sur les comptes-rendus de fouilles envoyés par les archéologues22. Régulièrement, Saladin tente de persuader les membres de la Commission de financer ses ouvrages sur l’architecture islamique mais ses demandes n’aboutissent pas systématiquement. Cette structure, liée à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, s’intéresse davantage à l’Antiquité qu’à la période islamique. En 1895, la Commission accepte de publier ses travaux sur la mosquée Sidi Okba de Kairouan, sous la forme d’un ouvrage qu’il rédige avec le directeur du Service des antiquités, Paul Gauckler, et le secrétaire général du gouvernement tunisien, Bernard Roy, tous deux très actifs pour la sauvegarde du patrimoine islamique de Tunisie23. Saladin entretient des liens privilégiés avec le résident général qui, envisageant de créer un « service de conservation des monuments arabes religieux ou dépendant des Habous », lui demande de rédiger une note sur cette question24. Ce projet restera sans suite et la restauration des monuments musulmans sera quelques années plus tard prise en charge par le Service des antiquités et des arts.

  • 25  La ville des Beni Hammad a été fondée au xie siècle par les Arabes et démantelée au milieu du xiie(...)
  • 26  Paris, AN, F12 4989, Georges Marye, brochure intitulée Exposition d’art musulman. palais de l’Indu (...)
  • 27  Paul Blanchet, 3 août 1870-6 octobre 1900, Paris : Hachette, 1901, p. 10.

14Sa volonté d’encourager l’étude de l’architecture islamique prend également une orientation pédagogique. Au cours des années 1890, Saladin encourage plusieurs étudiants à travailler sur les monuments islamiques d’Afrique du Nord. En 1896, il encadre la mission en Tunisie d’un étudiant de l’École des beaux-arts, Henri Dufour, mais le compte rendu de ce dernier ne convainc pas les membres de la Commission d’Afrique du Nord qui refusent de le publier. En 1897, Saladin travaille avec un élève de l’École normale supérieure, Paul Blanchet (1870-1900), sur la ville arabe des Beni Hammad25. Parallèlement, il s’investit dans des structures qui font la promotion de l’art islamique. Il est nommé membre du Comité d’organisation de l’exposition d’art musulman qui se tient au palais de l’Industrie à Paris, en 189326. Avec Paul Blanchet, il fonde en 1898 l’Association historique pour l’étude de l’Afrique du Nord, chargée de promouvoir le patrimoine islamique (structure dont on ignore quasiment tout)27.

  • 28  Henri Saladin, « Une famille d’architectes tunisiens depuis le dix-septième siècle jusqu’à nos jou (...)

15En étudiant l’histoire de l’architecture islamique, Saladin s’intéresse aux pratiques constructives traditionnelles d’Afrique du Nord. Au cours d’un de ses voyages, il se lie d’amitié avec Sliman Ennigro, un architecte tunisien ayant, entre autres, restauré le minaret de la Grande Mosquée de Tunis. Afin de faire connaître les procédés utilisés par les architectes locaux, Saladin persuade Ennigro de rédiger un mémoire dans lequel il révélera ses pratiques. Malheureusement, Sliman Ennigro meurt en 1902 avant de terminer son texte. Saladin récupère le manuscrit inachevé et le confie à un traducteur mais il ne sera jamais publié28.

  • 29  Henri Saladin, Note sur des monuments de la calaâ des Beni-Hammâd, commune mixte des Maadid, provi (...)
  • 30  Henri Saladin et Gaston Migeon, Manuel d’art musulman, Paris : Picard, 1907 : 1. L’architecture pa (...)

16Il faut attendre 1904 pour que se concrétisent plusieurs projets éditoriaux de Saladin. Il publie dans la revue du ministère de l’Instruction publique le fruit des recherches menées avec Blanchet sur la ville des Beni Hammad ainsi qu’une de ses conférences sur l’Art musulman29. C’est en 1907 que sort enfin, aux éditions Picard, le Manuel d’art musulman qu’il rédige avec Gaston Migeon, conservateur des objets d’art du Moyen Âge au Louvre, et dans lequel Saladin rédige la partie consacrée à l’architecture de l’Asie, du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord30. Le Manuel d’art musulman est le premier ouvrage sur l’histoire de l’architecture islamique portant sur un ensemble aussi large de territoires et il restera une référence pour plusieurs générations d’historiens.

17Ses projets éditoriaux n’aboutissent pourtant pas tous. En 1907, Saladin persuade ses collègues de la Commission d’Afrique du Nord de publier l’étude qu’il vient d’achever sur la chaire à prêcher de la mosquée Sidi Okba de Kairouan, mais, pour une raison inconnue, le projet ne voit jamais le jour.

  • 31  Henri Saladin, Tunis et Kairouan, Paris : Laurens, 1908 (Les villes d’art célèbres). URL : http:// (...)

18Si Saladin parvient parfois avec difficulté à diffuser ses travaux dans les revues de spécialistes, il s’attache aussi à produire des ouvrages destinés à un plus large public. En 1908, la maison Laurens publie son livre sur Tunis et Kairouan31 qu’il décrit ainsi :

  • 32  Tunis, INPT, Correspondance 1900-1906, lettre du 18 avril 1908 de Saladin à Merlin, directeur du S (...)

« [c’] est un ouvrage purement pittoresque et comme toutes ces monographies sur les villes d’art, il est destiné plus particulièrement à faire apprécier le côté artistique des monuments, des détails des ensembles, du caractère des villes, sans avoir aucune autre prétention32. »

  • 33  Voir le dossier Saladin conservé au centre de documentation du musée d’Orsay.
  • 34  Henri Saladin, Le Yali des Keupruli à Anatoli Hissar : côte asiatique du Bosphore, Paris : Société (...)
  • 35  Dans l’ouvrage qu’elle a dirigé, Nathalie Bertrand a été la première à évoquer l’existence de ce l (...)
  • 36  Paris : A. Morancé, 1920.

19À partir de 1910, la trace de Saladin se perd mais ses publications et la liste des œuvres qu’il a exposées au Salon offrent quelques renseignements supplémentaires sur ses centres d’intérêt et sur ses voyages. Il aurait vraisemblablement effectué un séjour au Maroc puisqu’en 1914, il expose au Salon une porte de mosquée à Tétouan33. La même année, y figure également une aquarelle représentant une Fontaine des Eaux douces d’Asie sur le Bosphore. L’hypothèse selon laquelle il se serait rendu en Turquie est confirmée par la publication de son ouvrage sur Le Yali des Keupruli à Anatoli Hissar34, préfacé par Pierre Loti35. En 1918, il publie un livre avec Charles Diehl sur Les Monuments chrétiens de Salonique où sont reproduits les dessins qu’il a effectués sur place. Enfin, en 1920, l’un de ses derniers ouvrages consacrés au patrimoine islamique méditerranéen, s’intitule L’art ornemental hispano-mauresque : l’Alhambra de Grenade36.

Une architecture aux discrètes allusions orientales

  • 37  Anne Dugast, Isabelle Parizet, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Par (...)

20Si le rôle de Saladin dans la promotion de l’architecture islamique peut facilement être mis en exergue, il n’en va pas de même pour sa production bâtie. Les archives de Saladin n’ont jusqu’à ce jour pas été identifiées, ce qui limite considérablement notre connaissance de son œuvre bâti. Le Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux xixe et xxe siècles, fournit toutefois quelques éléments sur sa production parisienne37. Il apparaît qu’entre 1894 et 1896, Saladin construit avec l’architecte Gidoin un hôtel particulier à l’angle des rues de Fleurus (no 44) et Notre-Dame-des-Champs (no 7). Il aurait également conçu un immeuble au 4, rue du Colisée en 1893 et il aurait surélevé d’un étage un bâtiment au 80, rue de l’Université. Pour ces deux derniers exemples, rien ne prouve que les constructions encore en place aujourd’hui à ces adresses, soient l’œuvre de Saladin. Il est également l’auteur des pavillons de la section tunisienne des expositions universelles de 1889 et de 1900 et de celui de la Bulgarie en 1900, élaboré avec Henri Sévelinges.

  • 38  Nathalie Bertrand (dir.), op. cit. (note 35), p. 13. Leïla Ammar, architecte, enseignante à l’Écol (...)
  • 39  Tunis, AnT, E 294, dossier 3/1, lettre du 13 avril 1892 de Saladin au résident général. Dans son m (...)

21À Tunis, il conçoit l’hôtel des postes (fig. 5) rue d’Italie, aujourd’hui rue Charles-de-Gaulle, le marché central38 et, en 1892, il soumet un projet pour le concours d’agrandissement de la cathédrale de Tunis, qui n’est pas retenu39.

5a. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

5a. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

Myriam Bacha.

5b. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

5b. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

Myriam Bacha.

5c. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

5c. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.

Arnaud du Boistesselin.

  • 40  Henri Saladin, « Le salon d’architecture au Champ-de-Mars », L’Architecture, journal hebdomadaire (...)

22Les conditions de la commande de l’hôtel des postes de Tunis restent inconnues, mais il apparaît, d’après les inscriptions gravées sur la façade, que ce bâtiment a été construit en 1891. Avec des formes rappelant celles de la Renaissance italienne, la façade principale est scandée par des colonnes doriques monumentales qui supportent des arcs en plein cintre, abritant de larges baies. Cette élévation évoque celle de l’École des beaux-arts de Paris conçue par Duban, voire celle de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Labrouste. Saladin semble s’être inspiré des dispositifs rationnels de ces célèbres constructions, pour laisser la lumière pénétrer à l’intérieur. Toutefois, en ce qui concerne la structure, Saladin n’a pas repris la solution si novatrice de Labrouste qui consistait à utiliser du métal pour l’ossature du bâtiment, et il a préféré avoir recours à la pierre. L’allusion aux œuvres de Duban et de Labrouste n’est pas fortuite puisque, dans plusieurs textes, Saladin revendique son adhésion aux théories rationalistes40. Comme Duban et Labrouste avant lui, Saladin appose sur la façade une série d’inscriptions et d’éléments décoratifs annonçant la fonction et le statut du bâtiment. Dans les écoinçons, un médaillon avec le croissant de lune et l’étoile symboles de l’Islam et, encadrant la façade, les mots « Tunisie » et « France », rappellent le contexte politique sous lequel ce bâtiment a été construit.

23Pour l’immeuble construit entre 1894 et 1896 à l’angle des rues de Fleurus et Notre-Dame des Champs à Paris, comme pour l’hôtel des postes, Saladin a très parcimonieusement recours aux allusions orientales. L’immeuble de rapport de la rue de Fleurus s’apparente aux constructions post-haussmanniennes parisiennes mais les moulures qui encadrent la travée située à l’angle des deux rues, supportent un léger décor évoquant des formes décoratives orientales. Comme dans l’hôtel des postes de Tunis, de subtiles allusions orientalistes transparaissent dans le décor de la façade et rappellent subrepticement les prédispositions de Saladin en faveur de l’architecture islamique.

Les expositions universelles : une architecture islamique tunisienne imposée

24Les expositions universelles constituent pour Saladin l’occasion de produire une architecture dans laquelle transparaît sa connaissance de l’architecture islamique. Pourtant, là encore, il ne dispose que de très peu de liberté de création puisque le cahier des charges imposé par les comités d’organisation est particulièrement restrictif.

  • 41  Tunis, AnT, Série historique, 213 bis, dossier 257, Concours pour la construction du pavillon de l (...)
  • 42  Tunis, AnT, Série historique, 213 bis, dossier 257, Dupertuys, La Blanchère, Rapport du jury sur l (...)
  • 43  Si le concours est officiellement anonyme, La Blanchère a vraisemblablement pu identifier Saladin (...)

25Pour l’exposition de 1889, le comité d’organisation tunisien demande aux concurrents de concevoir un pavillon à l’image de l’architecture du pays et de « [...] reproduire autant que possible des détails ou des parties d’édifices connus de la Tunisie41. » Le pavillon tunisien doit obligatoirement comporter un souk, un minaret, un portique, une loggia, une porte monumentale, une koubba (coupole) et une fontaine. Grâce à sa connaissance érudite de l’architecture islamique tunisienne qu’il a longuement étudiée lors de ses différentes missions, Saladin produit un projet répondant aux attentes du jury ; il remporte le concours42, dont l’un des rapporteurs n’est autre que La Blanchère43. Pour répondre à la commande, Saladin reproduit certaines parties de monuments connus de Tunis et de Kairouan et les assemble les uns aux autres pour former des constructions originales et une petite ville, organisées autour d’une cour centrale et d’un pavillon principal (fig. 6). Si Saladin accole des reproductions d’édifices cultuels et d’habitations, il dispose d’une certaine liberté pour concevoir la distribution et le décor de chaque bâtiment. Sa démarche se rapproche de celle des architectes considérés comme orientalistes puisqu’il reprend des motifs copiés in situ, les agence et les adapte librement. Saladin organise d’ailleurs les façades de ses pavillons selon des conceptions occidentales de monumentalité et de symétrie, des critères peu représentatifs de l’architecture tunisienne antérieure au xixe siècle. Il réutilise certains éléments constructifs locaux en détournant leur fonction première, de la même façon que le pratiquent nombre d’architectes orientalistes. Il reproduit dans le bâtiment principal un moucharabieh mais il l’intègre au rez-de-chaussée alors que, traditionnellement, il est placé dans les étages supérieurs pour permettre à la gente féminine de suivre l’activité de la rue sans être vue. Saladin insère ainsi un élément emprunté à l’architecture tunisienne, en l’adaptant aux besoins de l’exposition, mais selon une démarche qui fait perdre à l’objet son sens originel.

6. Exposition universelle de 1889. Section tunisienne, façade du pavillon principal, photographie anonyme.

6. Exposition universelle de 1889. Section tunisienne, façade du pavillon principal, photographie anonyme.

Paris, Archives nationales de France, F12 4055B3.

  • 44  Avec l’architecte Sévelinges, Saladin construit le pavillon de la Bulgarie. Les deux architectes o (...)
  • 45  « La Tunisie à l’Exposition », L’Illustration, no 3003, 15 septembre 1900, p. 161.
  • 46  En 1897, est créé au musée du Bardo un atelier où le dernier artisan maîtrisant l’art de la sculpt (...)
  • 47  Paris, AN, F12* 11927, Exposition universelle de 1900, « Album de photographies de l’exposition tu (...)

26Pour le pavillon tunisien de l’exposition de 190044, les procédés utilisés par Saladin s’apparentent moins à ceux d’un architecte orientaliste. En effet, cette fois, il reproduit intégralement des monuments qu’il agence de manière à recréer une ville arabe et ses fortifications. Sont ainsi copiés les monuments tunisiens les plus connus : la mosquée Sidi Mahrez de Tunis (fig. 7), celle du Barbier de Kairouan, celle de Sfax ou encore un café maure de Sidi Bou Saïd45. Cette exposition est l’occasion de promouvoir l’artisanat et les décors architecturaux tunisiens. Afin de décorer ses pavillons, en accord avec le directeur du Service des antiquités, Saladin fait reproduire par les artisans de l’atelier du musée du Bardo46, les panneaux de céramique et de plâtre sculpté de célèbres monuments47. Derrière une volonté de restituer une architecture tunisienne authentique, sa démarche a aussi pour objectif de mieux faire connaître le patrimoine islamique d’Afrique du Nord.

7. Exposition universelle de 1900, section tunisienne, pavillon de l’Agriculture, dessin de Saladin.

7. Exposition universelle de 1900, section tunisienne, pavillon de l’Agriculture, dessin de Saladin.

Exposition universelle de 1900. Section des colonies et pays de protectorat, Paris : A. Chevojon, s.d., pl. 36.

  • 48  Un encart imprimé dans la revue La Construction moderne de 1896 (p. 216) indique que le gouverneme (...)
  • 49  Henri Saladin, « L’exposition des arts musulmans au musée des arts décoratifs, par Gaston Migeon, (...)

27Finalement, il apparaît qu’à l’exception des pavillons tunisiens de 1889 et de 1900, Saladin n’a intégré que très discrètement son savoir archéologique à sa production bâtie et n’a développé aucun langage orientaliste personnel48. Notre connaissance parcellaire de la carrière de Saladin, permet difficilement de comprendre pourquoi son intérêt pour le patrimoine islamique transparaît si peu dans ses constructions. Pourtant, dans les articles qu’il publie dans la revue L’Architecture, il diffuse l’idée que l’étude de l’archéologie et des arts musulmans doit pouvoir renouveler l’architecture européenne de son époque. Dans un texte de 1905, il affirme qu’il voit dans les arts musulmans une source possible d’inspiration car, écrit-il, « on a beaucoup à apprendre de l’architecture arabe »49. Selon lui, l’architecture n’est pas parvenue à se renouveler car :

  • 50  Henri Saladin, « Le salon d’architecture au Champ-de-Mars », op. cit., (note 40), p. 175.

« le sentiment actuel du public pour l’art en France est un sentiment de timidité, de convention, de sacrifices aux souvenirs rétrospectifs, un sentiment un peu bourgeois, ennemi des nouveautés trop hardies et c’est ce sentiment qui nous [les architectes] entraîne tous, puisque c’est celui qui guide ceux qui nous adressent leurs commandes50. »

28Ces idées sont certes très répandues par les critiques au xixe siècle, mais elles méritent d’être prises en compte et examinées parce qu’elles émanent d’un architecte promoteur de l’histoire de l’architecture islamique. Ces propos laissent supposer que Saladin a pu être contraint de se conformer à des commandes trop restrictives, ce qui pourrait expliquer pourquoi il n’a que discrètement intégré un vocabulaire orientaliste à ses constructions.

29Malgré l’éparpillement des sources concernant Saladin dans les archives et les bibliothèques françaises et tunisiennes, leur compilation permet de retracer les contours de sa carrière qui reste cependant trop souvent en pointillé. Ces documents ayant été découverts dans le cadre d’une recherche sur le patrimoine tunisien, la partie tunisienne de l’œuvre de Saladin a ainsi davantage été mise en valeur et les autres volets de sa carrière restent flous. Les informations glanées dans les sources disponibles livrent des indices laissant entrevoir d’autres facettes de sa carrière mais elles génèrent de nombreuses questions qui restent en suspens. Dans le Répertoire des architectes diocésains dirigé par Jean-Michel Leniaud (uniquement disponible sur Internet), il apparaît que Saladin a été décoré de la Légion d’honneur, mais aussi et, surtout, de l’Ordre royal du Cambodge, ce qui laisse supposer qu’il aurait entretenu des liens avec ce pays. Les titres de ses dessins et de ses aquarelles exposés au Salon suggèrent qu’il s’est intéressé à l’architecture marocaine, algérienne et turque. Ils laissent penser que Saladin se serait rendu dans ces pays et, peut-être, qu’il aurait pu y être actif. Malheureusement, aucune source ne permet aujourd’hui d’étayer ces hypothèses. La question qui reste en suspens est donc de savoir s’il a mis en application les conceptions qu’il exposait dans la revue L’Architecture et si, comme l’architecte Ambroise Baudry, il a produit une architecture que l’on pourrait aujourd’hui qualifier d’orientaliste. Si ces interrogations sont pour l’instant sans réponse, il s’avère néanmoins que Saladin restera celui qui a érigé l’architecture islamique tunisienne en patrimoine.

Notes

1  Myriam Bacha, Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914. Étudier, sauvegarder, faire connaître, Thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Françoise Hamon, Université Paris-Sorbonne, Paris, 2005.

2  Paris, Archives nationales de France (AN), AJ52 381, Registre de l’École nationale et spéciale des beaux-arts des élèves en section Architecture. Présences antérieures au 31 décembre 1895.

3  Myriam Bacha, Les Pavillons du Maghreb dans les Expositions universelles, 1851-1937, DEA en histoire de l'art sous la direction de Bruno Foucart et de Françoise Hamon, Université Paris-Sorbonne, Paris, 1998.

4  Selon François Baratte, il aurait également été actif à Porto et à Alger mais aucun document n’a permis de confirmer ses affirmations. Voir sa préface dans Le Voyage en Tunisie de Cagnat et Saladin, [1re édition Paris : Hachette, 1894], Paris : CTHS, 2005.

5  « École des Beaux-Arts. Concours des 24 heures de 1879. Un établissement pour une grande station thermale. Plan des élèves admis en loges. N7 M. Saladin, élève de Daumet », Croquis d’architecture, Intime-Club, 2e série, no 7, vol. 3, 1881, fol. 5.

6  « Concours Achille-Leclère de 1881. Une chapelle pour un grand hospice, par MM. Esquié et Saladin élèves de M. Daumet. Plan et élévation principale », Croquis d’architecture, Intime-Club, 2e série, no 5, vol. 5, 1881, fol. 4.

7  Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), P.J. – 957 Saladin, « Concours d’émulation du 2 octobre 1877. 1re classe. Une porte de ville », quatre esquisses représentant la porte en plan, en coupe, et deux élévations. Esquisse 628 Saladin, Un petit port pour des gondoles, esquisse aquarellée.

8  Paris, AN, F17 2943 D, dossier Cagnat, lettre du 13 octobre 1882 de Hauvette à Perrot, recommandant Saladin pour la Mission de Tunisie.

9  Ibid., arrêté de nomination de Saladin dans la Mission de Tunisie, datée du 24 octobre 1882.

10  Henri Saladin, « Rapport sur la mission faite en Tunisie de novembre 1882 à avril 1883 », Archives des missions scientifiques et littéraires, Paris : Imprimerie nationale, 3e série, vol. 13, 1887, p. 1-225. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63581234. Consulté le 21 octobre 2013. Publié également sous la forme : Henri Saladin, Description des antiquités de la Régence de Tunis. Monuments antérieurs à la conquête arabe. Rapport sur la mission faite en 1882-1883, Paris : Imprimerie nationale, 1886, fasc. I. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k503845k. Consulté le 21 octobre 2013.

11  Paris, AN, F17 3005A, dossier Saladin, lettre du 29 juin 1885 de Saladin au ministère de l’Instruction publique.

12  Tunis, Institut national du Patrimoine de Tunisie (INPT), carton Correspondance 1886-1891, lettre du 14 août 1886 de Saladin à la Blanchère.

13  Tunis, Archives nationales de Tunisie (AnT), E 296, dossier 2, lettre du 21 mai 1892 du secrétaire général du Gouvernement tunisien à l’inspecteur adjoint du Service des antiquités et des arts.

14  Tunis, INPT, Correspondance 1893-1897, lettre du 20 février 1893 de Saladin à Gauckler, directeur du Service des antiquités, successeur de la Blanchère.

15  Tunis, INPT, Correspondance 1900-1906, lettre du 26 mars 1908 de Saladin à Merlin, directeur du Service des antiquités, successeur de Gauckler.

16  Henri Saladin, « Rapport sur la mission accomplie en 1885, monuments antérieurs à la conquête arabe », Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, Paris : Leroux, 1893, vol. 2, p. 1-225. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k503846z. Consulté le 21 octobre 2013.

17  Louis Poinssot, « La restauration du mausolée de Dougga », Académie des inscriptions et belles-lettres. Compte-rendu des séances de l’année 1910, 4e série, vol. 38, 1911, p. 780-787. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1910_num_54_9_72733. Consulté le 21 octobre 2013. id, « Séance du 21 juillet 1909 », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques [CTHS], 1909, p. CCXICCXIV. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57384894. Consulté le 21 octobre 2013.

18  Tunis, INPT, Correspondance 1893-1897, lettre du 2 avril 1893 de Saladin au directeur du Service des antiquités.

19  Tunis, INPT, Protectorat 1882-1961, lettres du 14 mai et du 3 juin 1907 de Saladin à Merlin.

20  Chargée de réunir les résultats des recherches menées en Afrique du Nord, cette commission statue sur la publication de ces travaux dans les revues et les ouvrages financés par le ministère de l’Instruction publique.

21  Paris, AN, F17 17155, dossier Saladin, arrêté de nomination de Saladin comme membre de la Commission de publication des documents archéologiques de Tunisie et d’Algérie, daté d’avril 1889. Cette structure qui portait le nom de Commission de publication des documents archéologiques de Tunisie lors de sa création en 1884, prend le nom de Commission de publication des documents archéologiques de Tunisie et d’Algérie en 1889 et, enfin, de Commission de publication des documents archéologiques d’Afrique du Nord en 1893.

22  Ernest Babelon, Henri Saladin et René Cagnat, Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage : collection des Pères-Blancs formée par le R. P. Delattre, 2e série : époque romaine. Description de l’Afrique du Nord entreprise par ordre du M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts. Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie, Paris : Leroux, vol. 8, 2e série, 1899. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6430077j. Consulté le 21 octobre 2013. René Cagnat, Salomon Reinach, Henri Saladin, Recherche des antiquités dans l’Afrique du Nord. Conseils aux archéologues et aux voyageurs, instructions adressées par le CTHS aux correspondants du ministère de l’Instruction publique, Paris : Leroux, 1890. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54395395. Consulté le 21 octobre 2013.

23  Paris, AN, F17 17156, Volumes publiés en cours d’impression depuis la fondation de la Commission archéologique de l’Afrique du Nord, document daté d’août 1896. Paul Gauckler, Bernard Roy et Henri Saladin, Les Monuments historiques de la Tunisie. 2e partie : les monuments arabes. 1. La mosquée de Sidi Okba de Kairouan, Paris : Leroux, 1899.

24  AnT, E 294, dossier 3/1, lettre du 13 avril 1892 de Saladin au résident général.

25  La ville des Beni Hammad a été fondée au xie siècle par les Arabes et démantelée au milieu du xiie siècle.

26  Paris, AN, F12 4989, Georges Marye, brochure intitulée Exposition d’art musulman. palais de l’Industrie, Champs-Élysées, Paris. Du 2 septembre au 30 novembre 1893.

27  Paul Blanchet, 3 août 1870-6 octobre 1900, Paris : Hachette, 1901, p. 10.

28  Henri Saladin, « Une famille d’architectes tunisiens depuis le dix-septième siècle jusqu’à nos jours. Conférence faite au congrès des architectes français, le 7 juin 1902 », L’Architecture, journal hebdomadaire de la société centrale des architectes français, 8 novembre 1902, p. 401-404.

29  Henri Saladin, Note sur des monuments de la calaâ des Beni-Hammâd, commune mixte des Maadid, province de Constantine (Algérie), Paris : Imprimerie nationale, 1904 ; extrait du Bulletin archéologique du CTHS, 1904. « L’art musulman », Bulletin archéologique du CTHS, 1905, p. 445-459.

30  Henri Saladin et Gaston Migeon, Manuel d’art musulman, Paris : Picard, 1907 : 1. L’architecture par Saladin et 2. Les arts plastiques par Migeon.

31  Henri Saladin, Tunis et Kairouan, Paris : Laurens, 1908 (Les villes d’art célèbres). URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208254d. Consulté le 21 octobre 2013.

32  Tunis, INPT, Correspondance 1900-1906, lettre du 18 avril 1908 de Saladin à Merlin, directeur du Service des antiquités.

33  Voir le dossier Saladin conservé au centre de documentation du musée d’Orsay.

34  Henri Saladin, Le Yali des Keupruli à Anatoli Hissar : côte asiatique du Bosphore, Paris : Société des Amis de Stamboul, 1915.

35  Dans l’ouvrage qu’elle a dirigé, Nathalie Bertrand a été la première à évoquer l’existence de ce livre, voir : Nathalie Bertrand (dir.), L’Orient des architectes xixe-xxe siècles, actes du colloque, La Seyne-sur-Mer, Villa Tamaris, 22-24 mai 2003, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2006.

36  Paris : A. Morancé, 1920.

37  Anne Dugast, Isabelle Parizet, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux xixe et xxe siècles, Paris : Service des travaux historiques, 1996, vol. 4, p. 78, notice no 4355.

38  Nathalie Bertrand (dir.), op. cit. (note 35), p. 13. Leïla Ammar, architecte, enseignante à l’École nationale d’architecture de Tunis, confirme avoir consulté des documents aux archives de la ville de Tunis, identifiant Saladin comme le concepteur du marché central.

39  Tunis, AnT, E 294, dossier 3/1, lettre du 13 avril 1892 de Saladin au résident général. Dans son mémoire de DEA intitulé La Cathédrale de Tunis. Étude historique et architecturale, soutenu en 2004 à la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (voir note 80, p. 21), Saloua Ouerghemmi montre que les archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères à Paris, conservent des documents prouvant que Saladin a bien participé au concours de la cathédrale de Tunis.

40  Henri Saladin, « Le salon d’architecture au Champ-de-Mars », L’Architecture, journal hebdomadaire de la société centrale des architectes français, 1895, p. 175.

41  Tunis, AnT, Série historique, 213 bis, dossier 257, Concours pour la construction du pavillon de la Tunisie à l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Programme. Cahier des charges et règlement, Tunis : Imprimerie française B. Borrel, 1887, p. 4.

42  Tunis, AnT, Série historique, 213 bis, dossier 257, Dupertuys, La Blanchère, Rapport du jury sur les projets de bâtiments pris en considération, rapport manuscrit du 11 novembre 1887.

43  Si le concours est officiellement anonyme, La Blanchère a vraisemblablement pu identifier Saladin à la lecture de son projet. Saladin y a, en effet, indiqué qu’il avait relevé les monuments à l’occasion de plusieurs séjours effectués en Tunisie. Or, La Blanchère savait pertinemment que Saladin était le seul architecte à avoir travaillé sur l’architecture islamique locale lors de ses missions.

44  Avec l’architecte Sévelinges, Saladin construit le pavillon de la Bulgarie. Les deux architectes ont également soumis un projet pour le concours d’aménagement de l’exposition de 1900, dans lequel ils prévoyaient de détruire le palais de l’Industrie ainsi que la galerie des machines, deux bâtiments hérités d’expositions universelles antérieures. Ce projet ne fut pas sélectionné. Voir François Roux, « Exposition de 1900. Notes sur les projets du concours », L’Architecture, janvier 1895, p. 25-26.

45  « La Tunisie à l’Exposition », L’Illustration, no 3003, 15 septembre 1900, p. 161.

46  En 1897, est créé au musée du Bardo un atelier où le dernier artisan maîtrisant l’art de la sculpture sur plâtre est recruté pour transmettre son savoir-faire à des apprentis et relancer cette production, alors quasiment disparue.

47  Paris, AN, F12* 11927, Exposition universelle de 1900, « Album de photographies de l’exposition tunisienne ».

48  Un encart imprimé dans la revue La Construction moderne de 1896 (p. 216) indique que le gouvernement a autorisé la construction d’une mosquée à Paris et que les futurs architectes en seront Henri Saladin et Ambroise Baudry. Aucune autre mention de ce projet non réalisé n’a pu être identifiée.

49  Henri Saladin, « L’exposition des arts musulmans au musée des arts décoratifs, par Gaston Migeon, conservateur des objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance au musée du Louvre », L’Architecture, 1905, p. 341.

50  Henri Saladin, « Le salon d’architecture au Champ-de-Mars », op. cit., (note 40), p. 175.

Table des illustrations

Titre 1. « M. Henri Saladin, architecte de la section tunisienne ».
Crédits Pauline Savari, La Tunisie à l’exposition, Paris, Challamel, 1890, p. 67.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 3. « Bab-er-Roumia (porte de la Chrétienne), à Dougga. Dessin d’Eug. Girardet, d’après une photographie de M. R. Cagnat », gravure.
Crédits  « Voyage en Tunisie, par MM. Cagnat, docteur ès-Lettres, et H. Saladin, architecte, chargés d’une mission archéologique par le ministère de l’Instruction publique », Le Tour du Monde, 56, p. 97-160.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 4. « Kairouan. Mihrab et chaire de la grande mosquée ».
Crédits René Cagnat, Henri Saladin, Voyage en Tunisie, Paris : Hachette, 1894, p. 99.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 5a. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.
Crédits Myriam Bacha.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 5b. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.
Crédits Myriam Bacha.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 5c. L’hôtel des postes, façade sur la rue Charles-de-Gaulle, Tunis, 2008.
Crédits Arnaud du Boistesselin.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 6. Exposition universelle de 1889. Section tunisienne, façade du pavillon principal, photographie anonyme.
Crédits Paris, Archives nationales de France, F12 4055B3.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 7. Exposition universelle de 1900, section tunisienne, pavillon de l’Agriculture, dessin de Saladin.
Crédits Exposition universelle de 1900. Section des colonies et pays de protectorat, Paris : A. Chevojon, s.d., pl. 36.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Bacha, « Henri Saladin (1851-1923). Un architecte « Beaux-Arts » promoteur de l’art islamique tunisien », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, p. 215-230.

Référence électronique

Myriam Bacha, « Henri Saladin (1851-1923). Un architecte « Beaux-Arts » promoteur de l’art islamique tunisien », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/4916

Auteur

Myriam Bacha

Elle a soutenu sa thèse d’histoire de l’art sur Le patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914 en 2005, à l’université Paris-IV Sorbonne. Actuellement chercheur à l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain de Tunis (CNRS), elle coordonne un programme de recherches sur l’histoire de l’architecture et du patrimoine au Maghreb aux xixeet xxe siècles.

Droits d’auteur

Tous droits réservés