Navigation – Plan du site
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs - Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.)
II. Expressions

Fourvière, l’Orient et la Méditerranée

Philippe Dufieux
p. 177-194

Entrées d’index

Lieux :

France, Lyon

Index chronologique :

XIXe siècle

Index thématique :

Bossan Pierre-Marie (1814-1888)

Texte intégral

  • 1  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », in Mélanges d’histoire et de voyages, Paris : Calmann-Lév (...)

La Sicile, ce n’est ni la Syrie, ni la Grèce ; c’est plutôt l’Afrique, quelque chose de torride et de gigantesque, donnant l’idée de l’indomptable et de l’inaccessible. Ernest Renan1

  • 2  Philippe Dufieux, Le Mythe de la primatie des Gaules. Pierre Bossan (1815-1888) et l’architecture (...)

1En érigeant ses clochers à l’ascendance arabe depuis la fin du xixe siècle, la basilique de Fourvière (1872-1896) (fig. 1), œuvre poétique et mystique de Pierre-Marie Bossan (1814-1888), entretient un orientalisme énigmatique que son concepteur n’a jamais explicité d’autant qu’en œuvrant entre les référents occidentaux et orientaux, l’architecte produit une écriture et une plastique novatrices qui échappent aux classifications communément admises. Il est vrai que les spéculations contemporaines ont longtemps entretenu des ambiguïtés terminologiques recouvrant par convention des sensibilités profondément différentes et cette dernière remarque s’applique au style romano-byzantin comme au goût mozarabe ou néo-mauresque. Si l’influence de l’architecture orientale chrétienne demeure très relative dans la définition de l’art de Fourvière, qu’en est-il de la culture arabo-musulmane ? Peut-on parler d’orientalisme à propos de Fourvière et des travaux de Bossan ? Quelle réalité archéologique recouvre cette acception ? Qu’en est-il enfin du style palermitain auquel de nombreux contemporains se réfèrent à propos de la basilique lyonnaise ? Ces dernières questions invitent à interroger la culture de l’architecte pour appréhender une démarche synthétique qui se distingue par son étonnante originalité. Au préalable, il faut rappeler combien les sources concernant Bossan demeurent extrêmement lacunaires malgré les nombreux travaux qui se sont succédé ces vingt dernières années2 et indéniablement, cette difficulté méthodologique participe aujourd’hui encore du mythe qui entoure la maturation de Fourvière et la personnalité de son concepteur. À dire vrai, pour un esprit qui se meut avec délectation dans des spéculations savantes en dépassant souverainement ses référents culturels dans le dessein de poser les fondements d’un art expérimental, les scrupules archéologiques importent peu.

1. Pierre Bossan, basilique de Fourvière (Lyon), 1872-1896, façade principale, photographie ancienne.

1. Pierre Bossan, basilique de Fourvière (Lyon), 1872-1896, façade principale, photographie ancienne.

Collection privée.

De Lyon à Palerme

  • 3  E. Quincieu, Pierre-Marie Bossan, architecte (1814-1888), Paris : Les Contemporains, 1911, p. 16.
  • 4  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière : ses origines, son esthétique, son symb (...)
  • 5  Charles de Martin du Tyrac, comte de Marcellus, Vingt jours en Sicile, Paris : Debécourt, 1841, p. (...)
  • 6  Félix Thiollier, L’Œuvre de Pierre Bossan, architecte : basiliques, églises, chapelles, monuments (...)
  • 7  Sébastien Mulsant, Un historien du Forez, de l’art forézien et de l’art lyonnais : Félix Thiollier (...)
  • 8  Auguste de Sayve, Voyage en Sicile fait en 1820 et 1821, Paris : Bertrand, 1822, vol. 1, p. 20. UR (...)
  • 9  Dominique Vivant Denon, Voyages en Sicile, [1re édition Paris : Didot l’aîné, 1788], Paris : Le Pr (...)
  • 10  Louis-Nicolas-Philippe-Auguste de Forbin, Souvenirs de la Sicile, Paris : Imprimerie Royale, 1823, (...)
  • 11  Jean Giraudeau de Saint-Gervais, L’Italie, la Sicile, Malte, la Grèce, l’Archipel, les Îles ionien (...)

2Bossan se rend en Italie en 1848, puis en Sicile l’année suivante avec son frère Anthelme-Joseph, ingénieur des Mines, même si les dates diffèrent selon ses biographes. L’architecte fuit ses créanciers à l’issue de déboires financiers et dans l’espoir de courir la fortune. Mais voyager en Europe en 1848 est une mauvaise idée : d’après Quincieu3, ils n’arrivent en Sicile qu’en mai 1849 mais Palerme est assiégée et le frère de Bossan y meurt de la peste. Selon L.J. Sainte-Marie Perrin, les plans de Fourvière sont élaborés à Rome en 1850 avant son retour à Lyon4. Comme Viollet-le-Duc ou Hittorff, l’architecte semble être allé à la rencontre d’une autre Italie qui commence à fasciner les architectes, tout comme la Grèce qui désormais leur est ouverte. Le comte de Marcellus rappelle combien le voyage en Sicile revêt pour de nombreux contemporains un caractère initiatique auquel l’archéologie et la littérature demeurent intimement liées. Peut-être faut-il imaginer Bossan et son frère relisant les récits d’Homère et de Cicéron, feuilletant Diodore, Strabon, Théocrite et Pindare sans parler des récits de voyageurs. Quatre-vingts touristes célibataires – rapporte Marcellus dans la relation de son voyage de 1840 – Piémontais, Français, Suédois, Allemands se pressent sur une frêle embarcation devant les conduire de Naples à Palerme à l’issue de deux jours de traversée. La vue du golfe de Palerme, de ses côtes amènes et du mont Pellegrino est un moment d’une rare exaltation, « Une jouissance incomparable » selon le comte de Marcellus, « J’ai peine à calmer mon exaltation […] Ce que je vois dépasse toutes les idées que je m’en étais créé de loin5 ». D’après Félix Thiollier6, Bossan vit les temples de Segeste, d’Agrigente, la cathédrale de Monreale et la chapelle royale de Palerme (1129-1143), dont Viollet-le-Duc a donné de splendides dessins, ou encore l’église de la Martorana (1143)7. On peut imaginer que le palais arabe de la Zisa (1164-1170), « […] château d’une architecture demi-mauresque et demi-gothique » selon Auguste de Sayve8 ou encore le grand cloître du couvent des Bénédictins à Monreale (1174-1182) ont retenu son attention. Depuis le lancement du chantier de Fourvière aux débuts des années 1870, la cathédrale de Palerme est périodiquement invoquée comme la matrice de la basilique lyonnaise sans que la nature d’une telle filiation ait été véritablement explicitée. La physionomie profondément originale de la cathédrale de Palerme a suscité les plus vives réactions de la part des voyageurs à l’époque moderne et contemporaine. Vivant Denon s’étonne de « l’air asiatique »9 que dégage l’édifice tandis que le comte de Forbin parle d’architecture « moresque [sic] et grecque du Bas-Empire […] du plus bel effet10 ». Véritable merveille du Moyen Âge selon Jean Giraudeau de Saint-Gervais11, pour Dominique Farjasse en revanche, c’est la profonde unité du décor de la cathédrale qui suscite l’admiration :

  • 12  Denis-Dominique Farjasse, L’Italie, la Sicile, les îles éoliennes, l’île d’Elbe, la Sardaigne, Mal (...)

« Le fini des détails est d’une délicatesse telle que l’on croirait plutôt avoir sous les yeux l’œuvre d’un orfèvre que [celle] d’un sculpteur. On est stupéfait d’une si grande profusion d’ornements qui ne produit ni confusion, ni lourdeur.12 »

  • 13  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 39.

3Le comte de Marcellus partage le même sentiment : « La cathédrale s’offre à nous avec ses clochers à jour, ses pyramides aériennes, son architecture orientale, mêlée de normand, la broderie mauresque qui termine si bien les lignes de sa haute charpente13 ».

  • 14  Jean Houel, Voyage pittoresque des isles de Sicile, de Malte et de Lipari, Paris : Imprimerie de M (...)
  • 15  Jean-Claude Richard de Saint-Non, Voyage pittoresque…, op. cit. (note 9), pl. 57.
  • 16  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 42.
  • 17  Recherches sur les monuments et l’histoire des Normands et de la maison de Souabe dans l’Italie mé (...)
  • 18  En 1853, Garnier est chargé par le duc de Luynes de relever par le dessin les tombeaux angevins du (...)
  • 19  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 27.
  • 20  Gustave Clausse, Basiliques et mosaïques chrétiennes. Italie, Sicile, Paris : Leroux, 1893, vol. 2 (...)
  • 21  Auguste de Sayve, Voyage en Sicile fait en 1820 et 1821, op. cit. (note 8), p. 37.
  • 22  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », op. cit. (note 1), p. 85.
  • 23  Ibid., p.80.
  • 24  Gustave Clausse, Basiliques et mosaïques chrétiennes, op. cit. (note 20), p. 56.

4Jean Houël ne voit là qu’une construction gothique « d’un goût fort lourd14 ». Louis-Jean Desprez dessine pour le Voyage pittoresque de l’abbé de Saint-Non (1781-1886) une vue saisissante du portail de la cathédrale de Palerme lors des solennités en l’honneur de sainte Rosalie, dramatisant par des contrastes étudiés les élévations de l’édifice dans une atmosphère volontairement piranésienne comme pour en souligner l’étrangeté15. Mais plus encore peut-être que les extraordinaires élévations du Duomo, c’est la chapelle palatine qui fit la plus grande impression au comte de Marcellus, « prophétisant » la physionomie de la future basilique de Fourvière : « Cet édifice a des remparts comme une forteresse, des tourelles comme un château, des portiques comme un palais […]16. » Tandis que Viollet-le-Duc cherche à déchiffrer dans l’architecture arabe les sources de l’architecture gothique, que Jacob Ignaz Hittorff17 et Charles Garnier18 dessinent pour le duc de Luynes en Italie méridionale et en Sicile, on ignore finalement ce qui intéresse le plus Bossan, des vestiges grecs, arabes ou romains. Peut-être précisément cet extraordinaire mélange des mondes latin, arabe et byzantin, à l’image de la célèbre église Santa Maria dell’Amiraglio dite aussi La Martorana qui résume à elle-seule la synthèse culturelle qui s’épanouit en Sicile sous les rois normands : « […] église antique avec sa nef d’origine à la fois orientale et normande, ses voûtes obscures, ses brunes colonnes, ses inscriptions arabes et grecques, ses mosaïques dorées19. » Plus tardivement, l’archéologue Gustave Clausse ne manquera pas d’admirer à son tour les monuments médiévaux de Palerme, la cathédrale tout particulièrement dont le chevet forme le morceau le plus remarquable par la richesse de son ornementation dans laquelle s’entrecroisent des frises, des bandeaux et des arcs sans oublier les campaniles qui ponctuent les angles de l’édifice, « Un des types les plus complets, les plus étranges, les plus magnifiques de l’architecture romano-sicilienne », écrit-il en 189320 tandis qu’Auguste de Sayve s’étonne de la couverture en tuiles peintes des dômes, établie « […] comme chez les turcs21 ». En réalité, la variété des épithètes qui s’appliquent à la cathédrale de Palerme illustre un véritable malaise et Fourvière suscitera exactement la même perplexité. Mais au-delà des ascendants arabes, romans et gothiques, c’est bien la plasticité inédite des deux édifices et l’étrangeté de leur vocabulaire décoratif qui étonneront les contemporains. C’est à la chapelle palatine ainsi qu’à Monreale que Byzance se révèle dans toute sa magnificence. Lors du congrès archéologique de Palerme en 1849, Renan ébloui se prit un temps à rêver sous leurs mosaïques d’or : « Qu’on se figure une de nos cathédrales historiée de bas en haut comme les pages d’une Bible resplendissante22. » Pour Renan, Palerme, Monreale et Cefalù forment un chapitre à part dans l’histoire de l’art : « Une combinaison sans exemple hors de la Sicile s’est produite ici […] L’abbaye de Monreale, la cathédrale de Cefalù, c’est Saint-Étienne de Caen revêtu de mosaïques et traité dans le détail selon les habitudes arabes et byzantine23 ». De la cathédrale de Palerme, Bossan retient essentiellement un modèle décoratif comme le crénelage des entablements semble l’attester, formé « […] d’innombrables créneaux mauresques de forme triangulaire [qui] couronnent les hautes murailles et sont soutenus par un entablement régulier formé d’une suite continue de hautes consoles, sortes de mâchicoulis ornés de sculptures24. » En réalité, il y a certainement plus une filiation d’esprit entre Fourvière et la cathédrale de Palerme, qu’une réelle parenté, même si l’on observe que la châsse des Saints Martyrs de Lyon (1855, Lyon, église Saint-Irénée) réalisée avec l’orfèvre Favier reprend très exactement le décor d’arcs entrelacés du chevet de la cathédrale de Palerme ou encore de l’abside de Monreale. On observe en particulier que le motif de consoles courant sur l’entablement, emprunté au vocabulaire des constructions militaires médiévales, se retrouve dès les années 1850 sur les églises de Bossan et souligne les horizontales dans les parties supérieures. Difficile d’affirmer pour autant que l’architecte ait cherché à produire un style néo-palermitain, appréciation qui revient pourtant à l’envi dans les commentaires :

  • 25  Propos d’André Hallays, publiés par [Anonyme], « La basilique de Fourvière », Semaine religieuse d (...)

« C’est de l’architecture palermitaine, s’extasie André Hallays, célèbre critique au Journal des débats. L’extérieur évoque le souvenir du dôme de Palerme ; l’intérieur, celui de la chapelle palatine et de la cathédrale de Monreale – avant d’ajouter que – l’imitation du gothique normand est sans doute très libre ; néanmoins, elle est flagrante […]. Étrange idée d’avoir transporté Monreale sur la colline de Fourvière !25 »

5Lucien Bégule qui a visité la Sicile à deux reprises, réfute catégoriquement cette épithète :

  • 26  Lucien Bégule, L’Architecture religieuse à notre époque, Lyon, : A. Rey, 1931, p. 19.

« Ne lui a-t-on pas formulé le grief, répété à satiété, de s’être inspiré du style palermitain lors de son séjour en Sicile, pour Fourvière notamment26 ! ».

6Selon lui, tout au plus pourrait-on entrevoir un rapprochement entre le porche de Fourvière et les trois arcades du portail latéral de la cathédrale de Palerme, rien de plus. De la même façon, la cathédrale de Cefalù est fréquemment évoquée à propos de la façade principale de Fourvière. Assez curieusement, il n’est jamais fait mention de l’église de l’Annunziata dei Catalani de Messine (seconde moitié du xiie siècle, autre chef-d’œuvre de l’architecture siculo-normande, qui présente un extraordinaire décor au chevet ainsi que sur les bras du transept, ornés d’une galerie aveugle rythmée par les colonnettes et par des disques aux décors géométriques polychromes arabo-normands en pierres volcaniques. Plus que les chevets de Monreale et de Palerme, il semble au demeurant que la physionomie de l’abside de Fourvière s’inspirât en réalité de cette dernière construction. L’abside de Fourvière compte pour le morceau le plus réussi de la basilique avec son plan en demi-cercle fortement outrepassé qui semble littéralement se détacher de la masse des nefs, les divisions des baies obtenues au moyen de colonnes détachées, l’ensemble reposant sur un soubassement cyclopéen qui abrite la porte des Lions, ouvrant sur des volées d’escaliers ainsi que sur la galerie des bénédictions. Même si la parenté d’écriture est tout à fait frappante avec l’église de l’Annunziata dei Catalani de Messine, il ne saurait être question de transposition littérale en matière d’archéologie, Bossan ne conservant en quelque sorte que l’esprit de ses référents.

  • 27  Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin, peintre, et Pascal Coste, architecte attachés à l’ambassade (...)
  • 28  Hélène Tuzet, La Sicile au xviiie siècle vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg : Heitz, 1955 (...)
  • 29  Joseph Hager, Nachricht von einer merkwürdigen literarischen Betrügeren, auf einer Reise nach Sizi (...)
  • 30  Johann Heinrich Bartels, Briefeüber Kalabrien und Sizilien, Göttingen : Dieterich, 1791, 2 vol. UR (...)
  • 31  Achille-Étienne Gigault de La Salle, Voyage pittoresque en Sicile : dédié à Son Altesse Royale Mad (...)
  • 32  Jean-Baptiste Rosario Gonzalve de Nervo, Un Tour en Sicile : 1833, Paris, 1834, 2 vol. URL : http: (...)
  • 33  Marie-Joseph de Foresta, Lettres sur la Sicile écrites pendant l’été de 1805, Paris : Pillet l’aîn (...)
  • 34  Armand-Gilbert Mallay, Essai sur les églises romanes et romano-byzantines du département du Puy-de (...)
  • 35  Jacob Ignaz Hittorff et Ludwig Zanth, « Précis historique sur l’architecture moderne de la Sicile (...)
  • 36  Charles Texier et Richard Pullan, Architecture byzantine ou Recueil de monuments des premiers temp (...)

7L’exubérance de l’art médiéval sicilien ne saurait faire oublier la rigueur d’élévation que présentent nombre d’édifices civils, qu’il s’agisse de la tour pisane du palais royal de Palerme, du palais de la Cuba, construit par Guillaume II en 1180, ou encore celui de la Zisa, mais également de constructions religieuses à l’image de l’église San Cataldo et celle de Saint-Jean des Ermites à Palerme : une simplicité formelle qui évoque quelque chose des palais sassanides dessinés par Pascal Coste lors de son voyage en Perse aux côtés d’Eugène Flandin entre 1840 et 184127. Ces dernières constructions ne manqueront pas de susciter l’attention de Bossan si l’on en juge par le caractère fortifié des églises conçues dans les années 1850 qu’il s’agisse de l’Immaculée-Conception (Lyon, 1856), de l’église de Couzon-au-Mont-d’Or (Rhône, 1855), de celle de Bessenay (Rhône, 1855) sans parler de Fourvière et de la basilique de La Louvesc (Ardèche, 1863). Dans ses travaux sur le voyage en Sicile au xviiie siècle, Hélène Tuzet28 a montré combien la cathédrale de Palerme a été perçue par nombre de contemporains comme un monument arabe et non chrétien à l’image du jugement porté par Joseph Hager pour qui l’édifice rappelle les grandes mosquées du Levant tandis que la chapelle Palatine retient son attention en raison d’inscriptions arabes qu’il perçoit sur les murs29. Pour les voyageurs de la fin du xviiie siècle, l’architecture arabe de Sicile ou les monuments supposés comme tels, suscitent plus d’intérêt que les autres monuments médiévaux ;  Bartels décrit le palais de la Zisa plus longuement qu’aucune autre église de Palerme30. Cette confusion perdure tardivement à l’esprit des voyageurs alors que l’art gothique sicilien est redécouvert dès le début du xixe siècle à la faveur de nouvelles entreprises éditoriales, comme celle de Gigault de La Salle31. Le baron de Nervo consacre à son tour aux églises médiévales autant de pages qu’aux ruines antiques32 tandis que le marquis de Foresta compare la cathédrale de Palerme aux plus belles mosquées de Cordoue33. En ce début de xixe siècle, le gothique sicilien, pénétré d’influences arabes, bénéficie de l’engouement contemporain pour l’Orient et l’Espagne même si certains réagissent contre la tentation de rapprocher systématiquement les monuments médiévaux de Palerme avec les chefs-d’œuvre de l’art mudéjar. Toujours est-il que Bossan n’avait certainement pas besoin d’aller si loin. Inutile en effet de se rendre à Palerme pour rêver d’Orient dans des basiliques recouvertes de mosaïques : Ravenne, Venise ou encore Torcello auraient tout aussi bien pu inspirer le décor de Fourvière. À proximité de Lyon, les églises romanes d’Auvergne offrent de nombreux exemples qui, de toute évidence, ont nourri l’imaginaire de Bossan. En 1838, l’Essai sur les églises romanes et romano-byzantines du département du Puy-de-Dôme de Mallay34 fait connaître à l’opinion publique les modèles auvergnats et l’ouvrage et ces églises semblent avoir eu une certaine influence sur Bossan ; il ne découvre la Sicile que dans les années 1848-1850 et son voyage l’a sans aucun doute confirmé dans une impression déjà acquise. Aussi, sans étudier les mosquées arabes comme Ambroise Baudry, Duthoit ou Coste, Bossan produit une architecture infiniment plus orientale et méditerranéenne que véritablement byzantine : la Sicile lui ouvre en réalité les portes de l’Orient arabe, mais elle n’est finalement qu’une étape, assurément la plus proche, dans la recherche de l’Orient médiéval. On observe par ailleurs que l’emploi de la coupole, forme alors communément admise comme d’origine orientale, est assez exceptionnel chez Bossan (Ars-sur-Formans, La Louvesc, l’Immaculée Conception de Lyon), encore s’agit-il le plus souvent de coupoles octogonales à nervures et non de coupoles sphériques ou ovoïdales. De la même façon, Bossan privilégie toujours des plans simples en croix latine, à trois nefs et le plus souvent avec transept, jamais ses églises ne s’ordonnent en croix grecque. En revanche, l’emploi systématique de l’arc en tiers-point par Bossan possède indéniablement une origine philosophique orientale et il est indéniable que les profils des voûtes en arc brisé outrepassé de l’Immaculée-Conception ou encore celles de l’église de Régnié-Durette dans le Rhône (fig. 2) s’apparentent aux mosquées dessinées et gravées par Duthoit et Coste notamment. En 1835, Hittorff avait la certitude de fixer en Sicile, le point de départ de l’emploi de l’arc aigu et par là même l’origine de l’architecture ogivale35. De même, la surélévation des chapiteaux par des dosserets possède indéniablement un caractère oriental que l’on retrouve dans les églises byzantines, comme l’ont étudié notamment Texier et Pullan36. Le dosseret est déjà visible à Couzon ou à Bessenay au début des années 1850 ; il prolonge le chapiteau, lui donne une ampleur et un développement supplémentaires et permet, par adjonction de pilastres, de reporter plus encore le départ des arcs. Ce parti offre en outre la qualité d’une surface supplémentaire à la sculpture et concentre le décor à la naissance des voûtes, toujours selon l’idée que les parties hautes doivent être les plus ornées.

2. Pierre Bossan, église de Régnié-Durette (Rhône), 1868, vue de l’abside.

2. Pierre Bossan, église de Régnié-Durette (Rhône), 1868, vue de l’abside.

Philippe Dufieux.

« L’église dans ses quatre tours, là-haut, où la Mère Suprême est réservée37 »

  • 37  Paul Claudel, « L’Architecte. À la mémoire de l’architecte Sainte-Marie Perrin », Le Correspondant (...)
  • 38  Émile Mâle, Art et artistes du Moyen Âge, Paris : Armand-Colin, 1928, p. 69.
  • 39  Charles Diehl, Palerme et Syracuse, Paris : Laurens, 1907, p. 164. (Les villes d’art célèbres).
  • 40  Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin, peintre et Pascal Coste, architecte, op. cit. (note 27).
  • 41  Barry Bergdoll, « Passé national et passé régional dans l’architecture religieuse marseillaise : P (...)
  • 42  Régis Bertrand, « Pascal-Xavier Coste et l’inspiration orientale dans l’art funéraire marseillais  (...)
  • 43  Élisabeth Hardouin-Fugier, Albert Decourtray, Voir, revoir Fourvière, Lyon : É. Hardouin-Fugier, 1 (...)
  • 44  Charles Vays Savy, « Le nouveau Fourvière. Aperçu analytique des constructions », Revue du Lyonnai (...)
  • 45  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière, op. cit. (note 4), p. 5.

8On ne peut manquer d’établir un parallèle entre l’art mozarabe d’Espagne, l’art roman sicilien et l’art de Bossan. La plupart des emprunts romans à l’art arabe du viiie siècle qui apparaissent en France au xiie siècle sont précisément ceux que Bossan assimile dans son vocabulaire ornemental dès les années 1850 : l’arc en fer à cheval qui renvoie à la mosquée de Cordoue, les modillons qui décorent les corniches des églises d’Auvergne ou encore l’arc trilobé qui apparaît notamment à la cathédrale du Puy-en-Velay. L’arc polylobé se rencontre principalement à Tolède et les arcs à claveaux de couleurs, si présents dans l’art roman auvergnat, renvoient à Cordoue ; l’origine orientale de ces formes est donc attestée par leurs caractères arabes. Bossan en use dans la plupart de ses constructions, qu’il s’agisse du plan en arc outrepassé au chevet de Fourvière, des arcs et des roses polylobées qui apparaissent sur les baies du second immeuble Blanchon construit en 1863 (Lyon, place des Jacobins), des claveaux de couleurs ou encore les étoiles à six, sept ou huit rayons enfermées parfois dans des cercles, derniers motifs qui s’inspirent du plafond de la chapelle Palatine de Palerme. Tous ces caractères témoignent d’une filiation entre l’art de Bossan et l’architecture arabe. Pour Émile Mâle, la ceinture décorative de Notre-Dame du Port de Clermont-Ferrand doit être rapprochée de celle de l’abside de la cathédrale de Monreale et l’influence de l’art arabe ne s’expliquerait selon l’éminent archéologue qu’en admettant que les constructeurs des monuments auvergnats aient vu Cordoue38. S’il est peu probable que Bossan se soit rendu en Espagne, force est de reconnaître que l’importance de son voyage en Sicile a visiblement été surestimée par ses biographes et que l’influence de l’architecture siculonormande, selon l’expression de Charles Diehl39, ne fut pas exclusive. Assurément, les monuments auvergnats inspirés de l’art arabe ont largement contribué à forger son style comme son vocabulaire. Il n’est que de considérer le décor de l’immeuble Blanchon, érigé en 1845 sur les quais de Saône à Lyon, pour s’en rendre compte (fig. 3-4). On parle à l’envi de style gothique vénitien à son sujet mais assez curieusement jamais d’architecture arabo-musulmane. Et pourtant. Comment ne pas voir dans la corniche en « nid d’abeilles » de l’immeuble un souvenir des stalactites du palais de la Zisa ? Comment ne pas rapprocher le dessin en arc polylobé des baies des monuments de l’art roman auvergnat et par-là même de leurs matrices hispano-mauresques ? Mais Bossan se gardera de reproduire de tels éléments décoratifs à Fourvière dont il ne conserve une nouvelle fois que l’esprit, notamment dans le couronnement des parties supérieures. Comment ne pas évoquer enfin la figure emblématique de Pascal Coste qui travaille en Égypte sous la Restauration et consacre à l’architecture musulmane et orientale de nombreuses publications40 ? Malgré sa vaste culture méditerranéenne et son ouverture d’esprit aux expressions stylistiques les plus diverses, l’œuvre religieuse de Coste à Marseille demeure classique41 même si le tombeau de Camille Olive réalisé entre 1865-1872 au cimetière de Marseille, présente une troublante parenté d’écriture avec la sépulture des familles Millon-Servier (Loyasse) construite par Bossan, dans la volonté de christianiser un vocabulaire décoratif oriental et arabe42. Si la définition d’une architecture romano-byzantine en France au xixe siècle se situe à la confluence de l’Orient méditerranéen et arabe, dans un rêve d’exotisme qui l’emporte assurément sur la réalité archéologique, comment expliquer la présence de minarets à Fourvière ? Cette dernière question mérite d’être soulignée pour la raison même que les termes « mosquée » et « minaret » n’ont jamais été écrits à son sujet. Comme le rappelle Élisabeth Hardouin-Fugier, à Fourvière, les tours jouent un rôle majeur dans le symbolisme de l’œuvre : « […] elles assurent de très loin l’identité du monument, reconnaissable sous toutes ses faces. Les tours sont certainement la partie la plus frappante de l’édifice puisque ce sont elles qui ont attiré les sarcasmes, elles constituent les pattes de l’éléphant renversé43 », avant d’ajouter qu’elles remplissent une fonction plus mystique que réellement plastique, symbolisant à elles seules l’idée de forteresse mystique. Il ne fait aucun doute que l’œuvre eut sensiblement manqué de puissance et d’unité sans la présence de ses quatre tours (Force, Justice, Prudence et Tempérance) qui accusent plus encore la verticalité de l’abside et le caractère défensif du vaisseau couronné de créneaux et de merlons. N’a-t-on pas parlé de diadème de pierres à propos du couronnement des tours44 ? Quarante-huit mètres de haut auxquels s’ajoutent des flèches de douze mètres, telles sont les dimensions des minarets de la basilique lyonnaise : « Ses quatre tours, ses hautes murailles, ses contreforts gigantesques que couronne une corniche puissante, souvenir des mâchicoulis de la forteresse gothique, ses vastes surfaces nues à l’aspect cyclopéen, tout en elle exprime la force45 », écrivait Sainte-Marie Perrin. Mâchicoulis enveloppés de feuilles d’acanthes, contreforts conçus pour recevoir des figures d’anges colossales, pélicans aux ailes déployées devaient achever le décor extérieur de la basilique dans sa partie supérieure. L’effroi provoqué par la masse de la construction est l’une des critiques les plus récurrentes du projet ; ce sentiment d’écrasement revient périodiquement dans les commentaires. À celui-ci, s’ajoute cette allure d’éléphant renversé dont les détracteurs de l’œuvre feront leur délice :

  • 46  Le Courrier de Lyon, 7 août 1883.

« On eût été supérieurement inspiré si l’on avait laissé à Palerme ce qui va bien ou mal à Palerme. Les fantasques hachures de cette écrasante pièce montée qui ressemble moins à une église qu’à quelque pachyderme apocalyptique couché sur le dos […].46 »

    3. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon), 1845, façade principale.

    3. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon), 1845, façade principale.

    Jean-Christophe Stuccilli.

    4. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon),1845, porte d’allée.

    4. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon),1845, porte d’allée.

    Jean-Christophe Stuccilli.

    • 47  Le Courrier de Lyon, 4 septembre 1881.
    • 48  Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826, Paris (...)
    • 49  En particulier ceux de la mosquée Hassan au Caire, pl. XXXVI-XXXVII et pl. VIII [vue extérieure de (...)
    • 50  Rapport conservé aux archives de la Commission de Fourvière (1867) dont l’auteur est Tisseur ou Mo (...)
    • 51  Élisabeth Hardouin-Fugier, « Qui a renversé l’éléphant ? Constructeurs et détracteurs de la basili (...)
    • 52  Charles Vays Savy, L’Architecture de l’église projetée de Fourvière d’après les plans exposés. Étu (...)
    • 53  Nabila Oulebsir, « La découverte des monuments de l’Algérie. Les missions d’Amable Ravoisié et d’E (...)

    9Mais les tours de Fourvière ne ressemblent en rien aux clochers de la cathédrale de Palerme et il en va de même des créneaux qui présentent une toute autre physionomie. Le catholique libéral Clair Tisseur compare l’abside à une poitrine de femme au corset trop serré47, mais n’a-t-on pas parlé à propos de Saint-Front de Périgueux de truie échouée sur le dos, montrant ses multiples mamelles ? La parenté des clochers de Fourvière avec les minarets arabes est trop évidente et le qualificatif de mosquée donné au Sacré-Cœur de Montmartre conviendrait infiniment mieux à Fourvière. Bossan aurait très bien pu s’inspirer des modèles de minarets reproduits par Coste en 1839 dans Architecture arabe ou monuments du Kaire48 pour les clochers de Fourvière tant leur ascendance arabe est frappante (fig. 5-6)49. Nombre de profils relevés par l’architecte marseillais évoquent quelque chose des tours de la basilique lyonnaise. Mais, il ne fallait pas s’attendre à ce que Bossan dispersât intentionnellement ses indices archéologiques même si l’on observe que le plan octogonal des clochers de Fourvière se rapprochaient incidemment des minarets du Moyen-Orient plus que ceux de l’Afrique du Nord. « De quel style d’architecture est cet édifice ? » s’interroge à juste titre l’auteur d’un rapport, « Est-il chinois, indien, grec, latin, gothique, renaissance, rococo […]50 ». Comme l’a relevé Élisabeth Hardouin-Fugier, les arguments d’ordre esthétique furent en réalité peu nombreux dans les débats, la figure de l’éléphant renversé suffisant à évoquer tous les griefs51. « Quelques-uns affirment que l’église projetée tient du romano-byzantin à l’extérieur, du mauresque dans le couronnement des tours et du gothique du xiie siècle dans l’intérieur », épiloguait Charles Savy en 1866, commentant les projets qui devaient bientôt trouver un commencement d’exécution52. Mais comment ne pas rapprocher la basilique de Fourvière de la mosquée Ketchaoua à Alger, transformée en cathédrale Saint-Philippe par le diocésain Jean Eugène Fromageau sans parler de l’église Notre-Dame d’Afrique (1857-1872) du même architecte et de la basilique Saint-Augustin à Annaba (Algérie), construite par l’abbé Pougnet entre 1881 et 1900 ? La parenté entre la façade de Fourvière et celle de la mosquée Ketchaoua est tout à fait stupéfiante (fig. 7). Mais au début des années 1840, la connaissance des monuments de l’Algérie demeure encore très embryonnaire53 et visiblement les vastes entreprises éditoriales d’Amable Ravoisié et d’Edmond Duthoit interviennent trop tardivement pour avoir exercé une quelconque influence sur la maturation de Fourvière. Dès lors, Lyon, Marseille et Alger semblent intimement liées en un même dessein initiant les contemporains au vaste monde oriental méditerranéen.

    5. Pascal-Xavier Coste, « Parallèle des minarets de principales mosquées ».

    5. Pascal-Xavier Coste, « Parallèle des minarets de principales mosquées ».

    Architecture arabe et monuments du Kaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1839.

    6. Pascal-Xavier Coste, « Vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Roumeyleh ».

    6. Pascal-Xavier Coste, « Vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Roumeyleh ».

    Architecture arabe et monuments du Kaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1839.

    7. Alger, mosquée Ketchaoua, [ancienne cathédrale Saint-Philippe], 1794, façade principale.

    7. Alger, mosquée Ketchaoua, [ancienne cathédrale Saint-Philippe], 1794, façade principale.

    Philippe Dufieux.

    10Au-delà des seules spéculations archéologiques, il semble au demeurant que l’élément floral et géométrique constituât l’un des caractères les plus orientaux de l’art de Bossan. En étudiant les mosquées du Caire, Pascal Coste s’intéresse à la construction arabe comme à son ornementation, remarquant en particulier combien l’ornement végétal domine en maître les compositions :

    • 54  Pascal Coste, Architecture arabe …, op. cit. (note 48), p. 35.

    « […] les arabes n’ont fait usage que d’ornements qui ressemblent beaucoup plus à des festons et à des broderies – avant d’ajouter que– ces ornements sont de deux espèces : des entrelacs, des bâtons rompus ou de guillotis […] puis des feuilles qui affectent toujours les combinaisons de la forme que l’on donne ordinairement à la fleur de lis du blason […]54. »

    11N’y aurait-il pas la même idée chez Bossan si l’on considère combien le rapport à l’ornement demeure un élément majeur dans la compréhension de l’art de Fourvière ? On peut parler d’un véritable symbolisme végétal et d’une architecture organique à propos de Bossan :

    • 55  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière, op. cit. (note 4), p. 17.

    « À Fourvière, la moindre feuille, le moindre rinceau, une frise, quelques oves, une palmette, accuseront la même recherche persévérante, le même amour, le même sens critique que l’ensemble de l’édifice. Bossan veut que dans son œuvre, comme dans la nature, la vie pénètre jusque dans l’infiniment petit.55 »

    • 56  Joannès Blanchon, « La nouvelle église de Fourvière et la critique », L’Écho de Fourvière, 20 déce (...)

    12Du rapport à l’ornement découle la pensée décorative de l’architecte et plus que la peinture historiée, ce sont précisément les ornements rompus au symbolisme et leur caractère répétitif qui conviennent pleinement à la monumentalité désirée ; il n’est que de juger des élévations extérieures de l’église d’Ars-sur-Formans ou encore du presbytère de l’église de l’Immaculée-Conception. Par la répétition d’un motif à l’échelle même de l’architecture, l’élément floral produit une véritable litanie ornementale dont les effets s’apparentent étroitement au vocabulaire décoratif arabo-musulman. Le décor joue un rôle majeur dans la symbolique de l’œuvre : « Le développement du symbolisme par la sculpture, la mosaïque et divers moyens dont l’art dispose, donnera la clef de l’énigme […] », écrivait Joannès Blanchon, secrétaire de la commission de la basilique de Fourvière56. À cette dernière idée, s’ajoute également la richesse des matériaux employés dans la décoration intérieure et cette donnée participe largement à la question orientale à Fourvière, jouant ainsi sur le contraste entre des façades « blanches » et des intérieurs richement décorés.

    Un Orient sans visage

    • 57  Barry Bergdoll, « The Synthesis of all I have seen: the architecture of Edmond Duthoit (1834-1889) (...)
    • 58  Melchior de Vogüé, Syrie centrale, architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, Paris  (...)
    • 59  Anatole de Baudot, « Églises cypriotes du Moyen Âge », Gazette des architectes et du bâtiment, 186 (...)
    • 60  Propos de Duthoit rapportés par Yves Sainte-Marie, Notre-Dame de Brébières, Boulogne (Seine) : Fra (...)

    13On ne peut manquer d’établir un parallèle entre Edmond Duthoit et Pierre Bossan, qui comptent parmi les premières figures du mouvement romano-byzantin en France au xixe siècle57. Le goût de Duthoit pour le style byzantin se trouve confirmé au contact de l’archéologie lors d’un séjour au Moyen-Orient (1861-1862) avec Melchior de Vogüé58. Le jeune architecte se rend successivement en Syrie, en Palestine, en Grèce, en Sicile ainsi qu’en Italie. Il relève par le dessin de nombreux monuments de Syrie, de Jérusalem, des églises byzantines et reviendra, comme nombre de ses contemporains, complètement ébloui par l’architecture normano-sicilienne. Les premiers travaux de Duthoit présentent des similitudes tout à fait frappantes avec ceux de Bossan : on retrouve l’emploi de l’arc en tiers-point pour séparer les nefs, l’alternance de claveaux de couleurs, des colonnettes sur consoles et des roses polylobées dans les parties supérieures, formes ô combien prisées par Bossan. Mais, les dates ne concordent pas. L’année 1865 marque le lancement du chantier de La Louvesc et le temps de la maturité pour Bossan. D’ailleurs, ces éléments de vocabulaire sont déjà visibles depuis une dizaine d’années à Couzon, à Bessenay ou encore à Ars-sur-Formans, et les modèles d’églises syriennes ou chypriotes sont visiblement connus trop tardivement pour avoir véritablement influencé son style59. Autant dire que le qualificatif d’architecture palermitaine se révèle plus approprié à l’œuvre de Duthoit qu’à celui de Bossan. À l’église Notre-Dame-de-Brébières (1885) à Albert dans le Nord, Duthoit exploite sa vaste culture orientale et méditerranéenne dans les détails décoratifs et les citations architecturales qui reflètent ses voyages et ses études : « […] que je le veuille ou non, mon arabe sent le gothique et mon gothique a un arrière-goût d’arabe ou de byzantin […] je ne puis donner un nom à ce mélange60. » Le lancement du chantier de Notre-Dame-de-Brébières correspond à l’achèvement de la construction de Fourvière un an plus tôt (1884) et Duthoit ne pouvait l’ignorer tant leurs démarches présentent de parentés. Du principe de hiérarchie appliqué au décor découle la conception de l’ornement et Bossan renouvelle ses caractères, empruntant à des styles et des époques, sans exclusivité, apportant des modifications parfois minimes, sans jamais s’enfermer dans des modèles définis, d’où cette étonnante variété ornementale qui traduit aussi de la part de l’architecte une grande liberté d’esprit doublée d’une extraordinaire créativité. Le décor encadré laisse le primat à l’architecture et on ne peut prétendre que l’ornement règne en maître chez Bossan, même s’il lui consacre la majeure partie de son activité.

    • 61  Abbé Charles Didelot, Pierre Bossan architecte de Notre-Dame de Fourvière décédé à La Ciotat (Bouc (...)
    • 62  Joannès Blanchon, « Notice sur la nouvelle chapelle de Fourvière », Revue du Lyonnais, 4e série, v (...)
    • 63  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière. op. cit. (note 4).
    • 64  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », op. cit. (note 1), p. 83.

    14En interrogeant les âges héroïques des cultures qui s’épanouirent sur les rives de la Méditerranée, c’est un Orient sans visage qu’entretient en réalité le chef-d’œuvre de Bossan. Et le sentiment de malaise que provoque l’art de Fourvière semble même déconcerter ses plus fidèles zélateurs si l’on en juge par les propos de l’abbé Didelot, archiprêtre de la cathédrale de Valence : « Les œuvres de notre savant ami ont toutes l’inconnu mystérieux d’une création récente ; elles demandent, plus être lues et senties, l’acclimatation de la vue […]61. » À défaut de pouvoir inscrire Fourvière dans la filiation des siècles ou ne serait-ce que définir cet art nouveau, nombre de biographes émettent l’idée d’une inspiration proprement divine, Fourvière laissant entrevoir aux contemporains quelque chose de la béatitude céleste. L’art de Bossan se définirait alors comme un exercice de l’esprit, une émanation de l’âme même de son créateur inspiré dont le portrait de dessine alors en nouvel Orphée, initiant ses semblables aux beautés divines en une vision extatique : « À la vue de cette puissante et radieuse inspiration, on se plaît à croire que le savant architecte a rêvé la Jérusalem céleste et en a tracé l’esquisse à sa manière », s’extasiait Blanchon62. Fourvière est la porte des cieux. Mais ces précautions de langage dissimulent mal les ambiguïtés d’un art qui fascine et déconcerte tout autant : « Ces éléments, puisés à des sources si diverses, et, semble-t-il, si opposés ne s’étonnent pas de leur rencontre, parce qu’une assimilation vivifiante s’est faite dans l’esprit de l’artiste, et que de ce travail est née l’adaptation qui harmonise pour produire un organisme complet, un être nouveau63. » Et de même que Renan se prenait à rêver que l’église de La Martorana à Palerme fût restaurée un jour dans son état originel : « La question des restaurations se pos[ant] ici dans toute sa netteté64 » ne pourrait-on se livrer à la même démarche à Fourvière dans le dessein de retrouver sous sa physionomie de mosquée, la sédimentation des siècles, les âges byzantins et gothiques ? Alors que l’art de Fourvière se définit à la confluence de l’Espagne et de l’Italie, de l’Orient arabe et de l’Occident antique et chrétien, au-delà des seules spéculations archéologiques qui, en définitive, se révèlent très hasardeuses, comment ne pas voir dans cette métaphore formelle, intellectuelle et poétique, la volonté de réunir une nouvelle fois les mondes latin, byzantin et arabe, à l’image du syncrétisme culturel sicilien qui émerveilla les contemporains.

    Notes

    1  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », in Mélanges d’histoire et de voyages, Paris : Calmann-Lévy, 1878, p. 78. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106335p. Consulté le 21 octobre 2013.

    2  Philippe Dufieux, Le Mythe de la primatie des Gaules. Pierre Bossan (1815-1888) et l’architecture religieuse en Lyonnais au xixe siècle, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2004.

    3  E. Quincieu, Pierre-Marie Bossan, architecte (1814-1888), Paris : Les Contemporains, 1911, p. 16.

    4  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière : ses origines, son esthétique, son symbolisme, Lyon : Emmanuel Vitte, 1896, p. 8-9. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58021190. Consulté le 21 octobre 2013.

    5  Charles de Martin du Tyrac, comte de Marcellus, Vingt jours en Sicile, Paris : Debécourt, 1841, p. 35. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1065202. Consulté le 21 octobre 2013.

    6  Félix Thiollier, L’Œuvre de Pierre Bossan, architecte : basiliques, églises, chapelles, monuments civils, tombeaux, bronzes, orfèvrerie, Montbrison : Brassart, 1891, p. 23.

    7  Sébastien Mulsant, Un historien du Forez, de l’art forézien et de l’art lyonnais : Félix Thiollier, sa vie, ses œuvres (1842-1914), Saint-Étienne : J. Thomas, 1917, p. 292.

    8  Auguste de Sayve, Voyage en Sicile fait en 1820 et 1821, Paris : Bertrand, 1822, vol. 1, p. 20. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107016q. Consulté le 21 octobre 2013.

    9  Dominique Vivant Denon, Voyages en Sicile, [1re édition Paris : Didot l’aîné, 1788], Paris : Le Promeneur, 1993, p. 67. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k25833r. Consulté le 21 octobre 2013. « L’extérieur de celle-ci est un des beaux monuments qui nous restent du douzième siècle pour le style ainsi que pour les détails prodigieux de cette architecture gothique, qui sont à l’infini & qui donnent à ce vaste édifice […] un air & un caractère asiatique qui nous plut assez », publié dans Jean-Claude Richard de Saint-Non, Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile, Paris : Clousier, 1781-1786, vol. 4, p. 139-140. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106180w. Consulté le 21 octobre 2013.

    10  Louis-Nicolas-Philippe-Auguste de Forbin, Souvenirs de la Sicile, Paris : Imprimerie Royale, 1823, p. 42. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k206823b. Consulté le 21 octobre 2013.

    11  Jean Giraudeau de Saint-Gervais, L’Italie, la Sicile, Malte, la Grèce, l’Archipel, les Îles ioniennes et la Turquie, souvenirs de voyage historiques et anecdotiques, Paris : chez l’auteur, 1835. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207234g. Consulté le 21 octobre 2013.

    12  Denis-Dominique Farjasse, L’Italie, la Sicile, les îles éoliennes, l’île d’Elbe, la Sardaigne, Malte, l’île de Calypso, etc., Paris : Audot fils, 1835-1836, vol. 2, p. 345. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1075045. Consulté le 21 octobre 2013.

    13  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 39.

    14  Jean Houel, Voyage pittoresque des isles de Sicile, de Malte et de Lipari, Paris : Imprimerie de Monsieur, 1782-1787, 4 vol. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107641q. Consulté le 21 octobre 2013.

    15  Jean-Claude Richard de Saint-Non, Voyage pittoresque…, op. cit. (note 9), pl. 57.

    16  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 42.

    17  Recherches sur les monuments et l’histoire des Normands et de la maison de Souabe dans l’Italie méridionale, publiées par les soins de M. le Duc de Luynes, Paris : Panckoucke, 1844, 172 p., 35 pl.

    18  En 1853, Garnier est chargé par le duc de Luynes de relever par le dessin les tombeaux angevins du royaume de Naples et de la Sicile.

    19  Charles de Martin du Tyrac, Vingt jours en Sicile, op. cit. (note 5), p. 27.

    20  Gustave Clausse, Basiliques et mosaïques chrétiennes. Italie, Sicile, Paris : Leroux, 1893, vol. 2, p. 54.

    21  Auguste de Sayve, Voyage en Sicile fait en 1820 et 1821, op. cit. (note 8), p. 37.

    22  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », op. cit. (note 1), p. 85.

    23  Ibid., p.80.

    24  Gustave Clausse, Basiliques et mosaïques chrétiennes, op. cit. (note 20), p. 56.

    25  Propos d’André Hallays, publiés par [Anonyme], « La basilique de Fourvière », Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 25 octobre 1900, p. 633-635.

    26  Lucien Bégule, L’Architecture religieuse à notre époque, Lyon, : A. Rey, 1931, p. 19.

    27  Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin, peintre, et Pascal Coste, architecte attachés à l’ambassade de France en Perse pendant les années 1840 et 1841 […], relation du voyage par M. Eugène Flandin, Paris : Gide et J. Baudry, 1851, 2 vol. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56754751. Consulté le 21 octobre 2013.

    28  Hélène Tuzet, La Sicile au xviiie siècle vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg : Heitz, 1955, p. 285.

    29  Joseph Hager, Nachricht von einer merkwürdigen literarischen Betrügeren, auf einer Reise nach Sizilien im Jahre 1794 [Relation d’une insigne imposture littéraire découverte dans un voyage fait en Sicile en 1794], Leipzig et Erlangen : Palm, 1799, p. 88.

    30  Johann Heinrich Bartels, Briefeüber Kalabrien und Sizilien, Göttingen : Dieterich, 1791, 2 vol. URL : http://books.google.fr/books?id=C7pJAAAAcAAJ&dq. Consulté le 21 octobre 2013.

    31  Achille-Étienne Gigault de La Salle, Voyage pittoresque en Sicile : dédié à Son Altesse Royale Madame la duchesse de Berry, Paris : Didot l’aîné, 1822-1826, 2 vol.

    32  Jean-Baptiste Rosario Gonzalve de Nervo, Un Tour en Sicile : 1833, Paris, 1834, 2 vol. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107241g. Consulté le 21 octobre 2013.

    33  Marie-Joseph de Foresta, Lettres sur la Sicile écrites pendant l’été de 1805, Paris : Pillet l’aîné, 1821. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106487g. Consulté le 21 octobre 2013.

    34  Armand-Gilbert Mallay, Essai sur les églises romanes et romano-byzantines du département du Puy-de-Dôme, Moulins : Desrosiers, 1841, xxiv, 60 p. URL : http://books.google.fr/books?id=Y5_2G9qq62AC&dq. Consulté le 21 octobre 2013.

    35  Jacob Ignaz Hittorff et Ludwig Zanth, « Précis historique sur l’architecture moderne de la Sicile et sur l’origine de l’arc aigu comme principe de l’architecture ogivale », in Architecture moderne de la Sicile …, Paris : Renouard, 1826-1835, p. 1-21. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1074358. Consulté le 21 octobre 2013.

    36  Charles Texier et Richard Pullan, Architecture byzantine ou Recueil de monuments des premiers temps du christianisme en Orient, Londres : Day et fils, 1864, p. 4.

    37  Paul Claudel, « L’Architecte. À la mémoire de l’architecte Sainte-Marie Perrin », Le Correspondant, juin 1918, p. 839-848.

    38  Émile Mâle, Art et artistes du Moyen Âge, Paris : Armand-Colin, 1928, p. 69.

    39  Charles Diehl, Palerme et Syracuse, Paris : Laurens, 1907, p. 164. (Les villes d’art célèbres).

    40  Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin, peintre et Pascal Coste, architecte, op. cit. (note 27).

    41  Barry Bergdoll, « Passé national et passé régional dans l’architecture religieuse marseillaise : Pascal Coste et Léon Vaudoyer », in Daniel Armogathe et Sylviane Leprun (dirs.), Pascal Coste ou l’architecture cosmopolite, actes du colloque international (Marseille, novembre 1988), Paris : L’Harmattan, 1990, p. 82-95.

    42  Régis Bertrand, « Pascal-Xavier Coste et l’inspiration orientale dans l’art funéraire marseillais », in Pascal Coste ou l’architecture cosmopolite, op. cit. (note 41), p. 96-107.

    43  Élisabeth Hardouin-Fugier, Albert Decourtray, Voir, revoir Fourvière, Lyon : É. Hardouin-Fugier, 1988, p. 140.

    44  Charles Vays Savy, « Le nouveau Fourvière. Aperçu analytique des constructions », Revue du Lyonnais, 4e série, vol. 17, 1874, p. 122-130.

    45  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière, op. cit. (note 4), p. 5.

    46  Le Courrier de Lyon, 7 août 1883.

    47  Le Courrier de Lyon, 4 septembre 1881.

    48  Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826, Paris : Firmin-Didot, 1839. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105839g. Consulté le 21 octobre 2013.

    49  En particulier ceux de la mosquée Hassan au Caire, pl. XXXVI-XXXVII et pl. VIII [vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Roumeyleh], pl. VI [vue extérieure de la mosquée de Qalaoum].

    50  Rapport conservé aux archives de la Commission de Fourvière (1867) dont l’auteur est Tisseur ou Morel de Voleine, cité par Élisabeth Hardouin-Fugier, Voir, revoir Fourvière, op. cit. (note 43), p. 193.

    51  Élisabeth Hardouin-Fugier, « Qui a renversé l’éléphant ? Constructeurs et détracteurs de la basilique de Fourvière (1870-1896) », Cahiers d’Histoire, vol. 27, 1982, p. 97-124.

    52  Charles Vays Savy, L’Architecture de l’église projetée de Fourvière d’après les plans exposés. Études comparatives …, Lyon, : Vingtrinier, 1866, p. 11. URL : http://books.google.fr/books?id=4Zk-oOEUwvcC&dq. Consulté le 21 octobre 2013.

    53  Nabila Oulebsir, « La découverte des monuments de l’Algérie. Les missions d’Amable Ravoisié et d’Edmond Duthoit (1840-1880) », Revue du monde musulman et de la Méditerranéen, no 73-74, 1996, Catherine Bruant, Sylviane Leprun et Mercedes Volait (dirs.), Figures de l’orientalisme en architecture, p. 57-76. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1994_num_73_1_1667. Consulté le 21 octobre 2013.

    54  Pascal Coste, Architecture arabe …, op. cit. (note 48), p. 35.

    55  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière, op. cit. (note 4), p. 17.

    56  Joannès Blanchon, « La nouvelle église de Fourvière et la critique », L’Écho de Fourvière, 20 décembre 1884, p. 615.

    57  Barry Bergdoll, « The Synthesis of all I have seen: the architecture of Edmond Duthoit (1834-1889) », in Robin Middleton (dir.), The Beaux-Arts and nineteenth-century French architecture, conférence (Londres, Architectural association, mai 1978), Londres : Thames and Hudson, 1982, p. 216-249.

    58  Melchior de Vogüé, Syrie centrale, architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, Paris : Baudry, 1865, 2 vol. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55770699. Consulté le 21 octobre 2013.

    59  Anatole de Baudot, « Églises cypriotes du Moyen Âge », Gazette des architectes et du bâtiment, 1864, p. 253-256 et id., « Église construite en Syrie », Gazette des architectes et du bâtiment, 1866, p. 49-50.

    60  Propos de Duthoit rapportés par Yves Sainte-Marie, Notre-Dame de Brébières, Boulogne (Seine) : France-Album, 1908, p. 570-571.

    61  Abbé Charles Didelot, Pierre Bossan architecte de Notre-Dame de Fourvière décédé à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) le 23 juillet 1888. Ses derniers moments, Valence : Réas et fils, 1888, p. 12.

    62  Joannès Blanchon, « Notice sur la nouvelle chapelle de Fourvière », Revue du Lyonnais, 4e série, vol. 14, 1872, p. 44-57 part. p. 53.

    63  Louis-Jean Sainte-Marie Perrin, La Basilique de Fourvière. op. cit. (note 4).

    64  Ernest Renan, « Vingt jours en Sicile », op. cit. (note 1), p. 83.

    Table des illustrations

    Titre 1. Pierre Bossan, basilique de Fourvière (Lyon), 1872-1896, façade principale, photographie ancienne.
    Crédits Collection privée.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Titre 2. Pierre Bossan, église de Régnié-Durette (Rhône), 1868, vue de l’abside.
    Crédits Philippe Dufieux.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Titre 3. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon), 1845, façade principale.
    Crédits Jean-Christophe Stuccilli.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 204k
    Titre 4. Pierre Bossan, immeuble Blanchon (Lyon),1845, porte d’allée.
    Crédits Jean-Christophe Stuccilli.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Titre 5. Pascal-Xavier Coste, « Parallèle des minarets de principales mosquées ».
    Crédits Architecture arabe et monuments du Kaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1839.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 72k
    Titre 6. Pascal-Xavier Coste, « Vue extérieure de la mosquée Hassan et de la place de Roumeyleh ».
    Crédits Architecture arabe et monuments du Kaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1839.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre 7. Alger, mosquée Ketchaoua, [ancienne cathédrale Saint-Philippe], 1794, façade principale.
    Crédits Philippe Dufieux.
    URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4914/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Philippe Dufieux, « Fourvière, l’Orient et la Méditerranée », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, p. 177-194.

    Référence électronique

    Philippe Dufieux, « Fourvière, l’Orient et la Méditerranée », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4914

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés