Navigation – Plan du site
L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs - Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.)
III. Usages

Dans l’intimité des objets et des monuments : l’orientalisme architectural vu d’Égypte (1870-1910)

In the Intimacy of Artefacts and Monuments: Architectural Orientalism Observed from Egypt (1870-1910)
Mercedes Volait
p. 233-251

Résumé

Islamic Revival architecture is generally discussed either through its manifestations in Europe, rooted in the Western taste for exotica, or through its colonial achievements, which sought to convey the might of indirect rule through what has been termed the "protector style". Orientalist architecture produced in Egypt during the period 1870-1910, by French and Egyptian architects alike, invites an exploration of other facets of the Revival style. These include the survey and protection of historical monuments in Cairo, the collecting of Islamic artefacts and the practice of using spolia in modern buildings. Ephemeral architecture and the European vogue for "archaeological historicism" shaped indeed the aesthetics of Egyptian Orientalist ar­chitecture. After a comprehensive panorama of the raising connoisseurship on Cairene monuments during the second half of the 19th century, the work and achievements of architects Ambroise Baudry, Husayn Fahmi, Saber Sabri and Alexandre Marcel, are discussed in the light of the different "filters" which may be discerned in their projects.

Texte intégral

1La création architecturale du long xixe siècle a fait un usage immodéré des styles historiques, selon des agendas variés, que l’on songe au néo-classicisme révolutionnaire, au renouveau gothique de la génération romantique ou au goût romano-byzantin, imprégné d’intégrisme religieux, des années 1860-1880. Le répertoire a d’abord été national, il est bientôt devenu, l’expansion européenne aidant, exotique. Artistes et commanditaires européens s’emparent avec passion des nouveaux gisements formels offerts par la Méditerranée africaine et orientale ; les administrations coloniales ou impériales y puisent à leur tour matière à un « style du protecteur » en dialogue plus ou moins subtil avec l’environnement local. Ces « arabisances », inégalement savantes, connaissent une formidable postérité dans l’ensemble du bassin.

  • 1  L’artiste et archéologue Osman Hamdi (1842-1910) ou encore Théodore Ralli (1852-1909), par exemple (...)
  • 2  Christoph Herzog et Raoul Motika, « Orientalism alla Turca: Late 19th/Early 20th Century Ottoman V (...)
  • 3  Doris Behrens-Abouseif et Stephen Vernoit (dirs.), Islamic Art in the 19th Century : Tradition, In (...)
  • 4  Christine Peltre, « L’orientalisme aujourd’hui », Revue de l’art, vol. 150, no 4, 2005, p. 55-66.

2Depuis la critique radicale de l’orientalisme formulée par Edward Saïd, qui y voyait d’abord un dispositif de domination, ces usages politiques du patrimoine ont été abondamment commentés. Les manifestations les plus significatives de l’orientalisme architectural de la seconde moitié du xixe siècle en Égypte invitent à explorer d’autres dimensions du phénomène. À commencer par sa face intime, tant le mouvement put s’inscrire aussi, et peut-être plus encore, dans la sphère privée. Son versant local ensuite, puisque l’exercice orientaliste, qu’on l’envisage comme un genre artistique, une relation esthétique, une discipline académique ou une logique d’appropriation, ne fut pas un apanage européen, les travaux en cours sur le monde ottoman sont là pour en attester. En peinture1, littérature2 ou architecture3, nombre de nouvelles figures de l’orientalisme se trouvent ainsi exhumées et devraient continuer à l’être4. Dans tous les cas, se trouve posée la question des « filtres » ou des médiations, parfois inattendus, entre le modèle et l’interprétation, qui gouvernent toute posture orientaliste.

Un orientalisme domestique ?

  • 5  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait (dirs.), L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry (...)

3L’archétype de ce qu’on pourrait appeler un orientalisme domestique est représenté par la figure d’Ambroise Baudry (1838-1906), et la dimension privée s’impose d’autant plus que le long séjour, fort actif et à bien des égards central dans sa carrière, qu’il effectua en terre nilotique entre 1871 et 1886, était demeuré à peu près inconnu jusqu’à la mise au jour récente de ses papiers privés5. Aucune de ses notices biographiques ne l’évoque et cette omission ne laisse pas d’intriguer. En partant exercer à l’étranger, l’architecte s’est, semble-t-il, coupé du monde professionnel français ; il n’a pas cherché ou pu faire valoir cette expérience à son retour.

  • 6  Pour l’ensemble de son œuvre, voir Mercedes Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes et a (...)
  • 7  Paris, AN, F17 3249, Lettre de Jules Bourgoin au ministre de l’Instruction publique, 3 novembre 18 (...)

4Dès son arrivée au Caire, Baudry se passionne pour les monuments de la ville, multiplie les visites dans les vieux quartiers, crayonne tant et plus. Il n’est évidemment pas le premier architecte à le faire. Sans remonter à Pascal Coste, dont le grand album était déjà ancien, on songe spontanément aux livraisons du recueil que Jules Bourgoin (1838-1908) commence à faire paraître à Paris en 1868, à l’issue de trois années passées en Égypte entre 1863 et 18666. Dessinateur hors pair, futur théoricien de l’ornement, architecte à ses moments perdus, exact contemporain de Baudry, Bourgoin en a été une relation proche peut-être nouée dès l’École des beaux-arts ? On ignore ce qui put mettre Bourgoin sur la voie de la monumentale enquête sur l’ornement islamique à laquelle il dédia l’essentiel de sa vie. Lui-même dira a posteriori avoir spontanément cédé, au contact « d’un art si différent du nôtre, et même de tous les autres », découvert « en son propre milieu », « à une vocation irrésistible » qui le rendit « impropre à toute autre chose » et le conduisit à abandonner « toute occupation professionnelle pour [se] livrer exclusivement à [son] penchant, [...l’étude] du vaste domaine des arts d’industrie, de l’architecture et des arts d’ornement, [...] parfaitement distinct de celui qu’embrassa de si haut la doctrine classique des Beaux-Arts et des Belles-Lettres7 ». Quelle que soit la part de reconstruction dans cette assertion, c’est l’expérience du terrain qui fut à n’en pas douter décisive à plusieurs égards.

  • 8  Sur cet architecte et sa vision industrialiste du renouveau mauresque, voir Elke Pflugradt-Abdelaz (...)
  • 9  Mark Crinson, Empire Building: Orientalism and Victorian Architecture, Londres : Routledge, 1996, (...)
  • 10  Berlin, Architekturmuseum der Technischen Universität, fonds Carl von Diebitsch.
  • 11  Richard Phené Spiers, Architecture East and West, a collection of essays, Londres : Batsford, 1905

5Ces années 1860 sont aussi en Égypte celles d’une extraordinaire émulation sur le plan architectural. Monté sur le trône en 1863, le khédive Ismâ’îl multiplie les commandes architecturales somptuaires. Il commence par faire ajouter un portique néo-mauresque en fonte moulée au palais de Gazîra, que l’architecte allemand Julius Franz (1831-1915) et l’ingénieur marseillais Régis de Curel viennent d’achever (fig. 1). Le dessin, inspiré d’une cour de l’Alhambra, est l’œuvre d’un architecte allemand de talent Carl von Diebitsch (1819-1869) qui reçoit la charge de décorer d’autres pièces du palais, puis celle de réaliser un kiosque monumental en fonte moulée également, destiné à la réception de l’impératrice Eugénie8. Son aîné Owen Jones (1809-1874), designer en vue et découvreur de l’Alhambra, est aussi sollicité pour intervenir à Gazîra en 1863. Il envoie de Londres des maquettes de tapis, papiers peints et plafonds, dans un goût qui devait rappeler « les tombeaux des Khalifes du Vieux-Caire9 ». Les décors qui subsistent dans le palais, aujourd’hui hôtel Mariott, dénotent une interprétation très « andalouse » de la nécropole cairote. Diebitsch dessine d’autres projets orientalisants à la demande du khédive Ismâ’îl, pour son domaine de Gîza notamment10 ; si la plupart ne parviennent pas au stade de la réalisation, ils n’en révèlent pas moins le goût khédivial pour des combinaisons hybrides associant formes européennes et clins d’œil au répertoire local (fig. 2). Un autre architecte anglais, Richard Phené Spiers (1838-1916), passé par l’École des beaux-arts de Paris, séjourne longuement au Caire en 1865 pour dessiner dans les monuments et devient par la suite la voix anglaise des amateurs d’architecture orientale11.

1. Bonfils, le palais Ghézireh, photographie.

1. Bonfils, le palais Ghézireh, photographie.

Nantes, Bibliothèque municipale.

2. Carl von Diebitsch, Café et hammam au Caire, encre et aquarelle sur carton.

2. Carl von Diebitsch, Café et hammam au Caire, encre et aquarelle sur carton.

Berlin, Technische Universität Berlin, Architekturmuseum in der Universitätsbibliothek, 41060.

  • 12  Paris, Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 77904 et Nantes, Bibliothèq (...)
  • 13  Annie Jacques, Stéphanes Verget et Catherine Virlouvet (dirs.), Italia Antiqua : envois de Rome de (...)
  • 14  Paris, AN, F21 2286, Lettre d’Achille Joyau au comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-arts, (...)
  • 15  Charlotte Fortier-Beaulieu et Hélène Moulin (dirs.), A-Félix Clément (1826-1888) : [itinéraire d'u (...)

6Des dessins de l’architecte français Achille Joyau (1831-1873), datés des mêmes années (1863, 1864 et 1865) et demeurés inédits à ce jour12, témoignent d’un intérêt analogue pour les mosquées du Caire (fig. 3). La curiosité émane cette fois d’un grand Prix de Rome (1860) qui étudiait alors une « restauration » du temple d’Héliopolis à Baalbek, au titre de l’envoi imposé13. Arguant « d’affections nerveuses » (une nature très agitée dans le langage d’aujourd’hui ?), Joyau avait en effet obtenu l’autorisation de travailler sur ce temple, « l’un des plus beaux exemples de la domination romaine en Orient et peut-être le seul rappelant les traditions de l’art grec » à ses dires, après une première visite en 1863 et sur la chaude recommandation de Félix Caignart de Saulcy, rencontré en chemin à Jérusalem et qui avait loué ses qualités d’architecte et de dessinateur, comme son « entrain du diable14 ». La route de Baalbeck passait-elle par Le Caire ? Le fait est que Joyau s’y arrête à plusieurs reprises, en profitant peut-être de la présence sur place du peintre Félix Clément, un ancien de Rome, qui s’était établi en Égypte en 1862, à la faveur de commandes princières (les décors du nymphée de Chubrâ), pour le compte d’Halîm pacha15.

3. Achille Joyau, [Minaret], Le Caire, 1865, mine de plomb sur papier, rehaussé de couleur, cachet.

3. Achille Joyau, [Minaret], Le Caire, 1865, mine de plomb sur papier, rehaussé de couleur, cachet.

Nantes, Bibliothèque municipale.

  • 16  Beauvais, musée départemental de l’Oise, fonds Henri Deglane, voir par exemple inv. 65 23 148.
  • 17  Pierre Pinon, « L’Orient des architectes français », in Italia Antiqua, op. cit. (note 13), p. XXV (...)
  • 18  Bruno Foucart, « La modernité à l’Académie de France à Rome 1863-1914 », in Anne-Lise Desmas (dir. (...)

7Par la suite, un autre « Romain », Henri Deglane (1855-1931), futur architecte du Grand Palais à Paris, devait profiter également de son séjour à la Villa Médicis (1882-1885) pour quelques incursions en Méditerranée qui le mènent notamment en Tunisie en 1884 et au Caire l’année suivante16. Il y aurait là matière à investigation systématique. Les escapades extra-italiennes, on le sait, avaient longtemps été refusées aux pensionnaires de la Villa Médicis. Un règlement assoupli les admit à partir de 1845 ; elles se portèrent en priorité sur Athènes et Constantinople. Une désaffection pour l’Orient aurait ensuite prévalu, entre 1863 et 1875, pour des raisons à la fois pécuniaires (le pécule fourni pour les voyages était réduit) et culturelles (le déclin de l’engouement romantique)17 avant que la liberté des sujets et des destinations ne devienne la règle18.

  • 19  Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, fonds Garnier. Merci à Catherine Mathon de m’avo (...)
  • 20  Logiste en 1879, Saladin passe pour avoir ensuite voyagé en Orient et dit avoir rencontré au Caire (...)
  • 21  Voir dans ce même volume la contribution de Myriam Bacha ainsi que le texte remanié de la thèse de (...)
  • 22  Vente du 21 mai 2007, par Me Christophe Herbelin, commissaire-priseur à Chinon. Une partie des des (...)

8Les envois de Rome sont loin d’être l’unique matière permettant de documenter l’imaginaire cairote des architectes français de cette époque. Les monuments de la « cité victorieuse » figurent en bonne place dans la documentation photographique assemblée sa vie durant par Charles Garnier (1825-1898), le patron de Baudry, bien qu’il ne les ait jamais visités19. Doit-il cette découverte à son disciple ou à quelque autre confrère ou relation ? Henri Saladin (1851-1923) en 188020, Albert Ballu (1849-1939) en 1881, ont accompli, à peine leurs études terminées, mais en dehors de tout cadre officiel, le voyage d’Égypte pour se documenter sur l’art et l’architecture islamique, dont l’un et l’autre se font par la suite, chacun à leur manière, une spécialité21. Passée récemment en vente publique, la documentation méditerranéenne assemblée par Ballu (plusieurs centaines de dessins et de photographies pour les voyages effectués entre 1874 et 1890) paraît avoir été très conséquente22.

  • 23  Paris, AN, F21 4109-4127 : Prix du Salon, Prix national et bourses de voyage (1878-1940).
  • 24  Paris, AN, F21 4117 A, lettre de Georges Bondoux au directeur des Beaux-Arts, de Beyrouth, le 7 av (...)

9Les bourses de voyage, instituées en 1881 en faveur des artistes primés dans l’année (succès obtenus au salon des Artistes français ou médailles gagnées à l’École des beaux-arts), en même temps qu’un prix du Salon, constituent un nouveau vecteur du pèlerinage sur les bords du Nil et en Méditerranée orientale. Huit bourses de 4 000 F sont désormais attribuées annuellement à des jeunes artistes méritants (moins de 32 ans) par le conseil supérieur des Beaux-Arts, sur foi de leur engagement à mener à bien un projet de voyage d’une année. Plus richement doté (10 000 F), le Prix dit de Paris exige un séjour de deux années en terre(s) étrangère(s). La réalité des périples est étroitement contrôlée, ce qui permet d’en avoir quelque idée aujourd’hui23. Les peintres séjournaient de préférence en Italie, en Espagne ou en Flandres, à quelques exceptions près. L’un des lauréats, le peintre Georges Bondoux, déplore en 1894 que la Syrie soit si peu visitée, alors « qu’il y a au point de vue oriental des études très curieuses et très pittoresques à faire ». Certes, poursuit-il, « je sais bien que ce n’est pas facile dans ces villes encore en proie au fanatisme, où l’Européen est perçu un peu souvent même comme le démon. Mais en tout cas, ils en rapporteraient des souvenirs qui ne pourraient que leur être utiles à l’avenir24. » Est-ce l’idée commune sur la région qui régnait dans les ateliers de l’École de la rue Bonaparte ?

  • 25  Sylvie Lécallier, Alfred Nicolas Normand, architecte photographe, Paris : Mission du patrimoine ph (...)
  • 26  Les estampilles des clichés livrent les noms d’A. Braun, J. Kuhn, Dornach, A.C. Champagne et Haute (...)

10Les architectes se dirigeaient plus volontiers vers le sud de la Méditerranée. Certains, comme Alphonse Ruy et Louis-Albert Courtois-Suffit, lauréats en 1882 et 1883, font des villes maghrébines leur destination principale. Le programme de Paul Normand (1861-1945), lauréat en 1893, l’entraîne, après l’Italie, la Sicile et la Grèce, en Égypte où il passe plusieurs mois à sillonner les nécropoles mameloukes du Caire, pourvu d’une chambre afin de se faire la main en photographie, art dans lequel son père Alfred, également architecte, avait excellé25. Il en résulte à nouveau une volumineuse documentation, de plusieurs centaines d’images, pour l’essentiel des photographies mais aussi quelques dessins qu’il complète par la suite de clichés cairotes achetés sur le marché parisien, en 1906 notamment26. L’usage d’un tel ensemble est objet de conjectures, en l’état actuel des connaissances. S’agit-il d’un début d’entreprise d’architecte-collectionneur, épris d’érudition antiquaire, comme le siècle en a laissé d’autres exemples ?

  • 27  Tiphaine Zirmi, Alfred Armand (1805-1888), un architecte collectionneur, Thèse d'archiviste paléog (...)
  • 28  Paris, AN, F19 10934, dossier de presse sur la mosquée de Paris.
  • 29  Nantes, Bibliothèque municipale, Paul Normand, Le Caire, Tombeaux des Khalifes et nécropole de Kay (...)
  • 30  Sites et monuments du Caire choisis et catalogués par Ambroise Baudry, architecte du gouvernement (...)
  • 31  Vente à Paris, Hôtel Drouot, du 25 janvier 2002 par Me Beaussant Lefèvre, lot 38.

11Alfred Armand dédia ses dernières années et les gains accumulés au service des Pereire, à la réunion d’une collection de documents sur l’histoire de l’art de quelque 20 000 pièces, où figurent également des dessins et photographies du Caire27. Paul Normand passe pour avoir été un grand bibliophile et était lié, par son frère Charles, à une coterie d’antiquaires, la Société des amis des monuments parisiens. Avait-il un projet d’exposition en tête ainsi que certaines photographies, contrecollées sur des cartons et mises en couleurs (fig. 4), invitent à le penser ? Est-ce un début de documentation professionnelle, qui aurait pu servir à quelque projet architectural de style mamelouk ? Normand a-t-il eu vent du projet de mosquée à construire à Paris, dont la presse française rendit largement compte à partir du printemps 189528, pendant qu’il séjournait au Caire ? A-t-il agi en service commandé ? Le projet dressé par Baudry et Saladin en janvier 1896 est une stricte citation des mosquées sépulcrales de Qayt Bay, celles que Normand a documentées avec le plus de précision durant son séjour égyptien. Une mention manuscrite de sa main au dos d’une photo indique qu’il connaissait Baudry29. La collection photographique qu’Ambroise Baudry entreprend de cataloguer en 1896 pour son ami Arthur Rhoné, autre passionné du Caire30, porte pour une large part sur les nécropoles cairotes. Il avait de son côté réuni un large corpus de photographies du Caire, classées en dossiers par rues, quartiers ou monuments, qui fut dispersé en 200231.

4. Paul Normand, [Porte dans la cité des morts, Le Caire], 1895, photographie mise en couleur et contrecollée sur carton.

4. Paul Normand, [Porte dans la cité des morts, Le Caire], 1895, photographie mise en couleur et contrecollée sur carton.

Nantes, Bibliothèque municipale.

  • 32  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, exercice 1897, p. 94.
  • 33  Émile André, artiste de l’École de Nancy, catalogue d’exposition, Metz : Éd. Serpenoise, 2003.
  • 34  Le Caire, Archives nationales, fonds ‘Abdîn, carton 163, Rapport concernant l’institution d’un Com (...)
  • 35  Mercedes Volait,« Retours d’Égypte : l’invention de l’art arabe », in Terrains coloniaux, op. cit.(...)

12Il est significatif que ces collections de clichés et d’albums n’aient été exhumées que très récemment : du vivant de leurs possesseurs, elles sont demeurées de l’ordre du jardin privé ou à tout le moins de consultation restreinte ; nulle référence publique n’y est faite. C’est à nouveau le cas des dessins et des plaques de verre ramenés d’Égypte en 1897 par deux autres camarades de l’École, les architectes Gaston Munier (1871-1918) et Émile André (1871-1933), frais émoulus de l’atelier Laloux à l’École des beaux-arts et futurs chefs de file de l’École de Nancy. Venus pour effectuer des relevés en Haute-Égypte, les deux hommes sont émerveillés par leur premier contact avec Le Caire (« c’est féerique » note André) et s’empressent de demander des permis pour travailler dans les mosquées32. Ils en rapportent des aquarelles et des photographies sur verre, toujours des « Tombeaux des khalifes » (désignation d’époque des cimetières ceinturant Le Caire), elles aussi demeurées à peu près inédites à ce jour33. Le patrimoine monumental du Caire, « la capitale de l’art arabe » par excellence dans l’esprit de bien de ses amateurs34, semble donc avoir fait partie du bagage commun d’un certain nombre d’architectes français de la seconde moitié du xixe siècle, mais à peu près rien ne paraît en avoir transparu alors et guère plus aujourd’hui. On manque d’éléments pour en apprécier les ressorts. Que doit ce goût à la formation dispensée à l’École des beaux-arts, alors que l’architecture islamique ne semble guère y avoir eu de place, ou une place très tardive, à en croire la douloureuse expérience de Bourgoin lorsqu’il tenta d’en organiser l’enseignement à la fin des années 187035 ? À des cercles d’affinités ou d’opinions ? Ou bien est-il manifestation ordinaire d’un air du temps avide de nouveaux horizons ?

  • 36  Nantes, Bibliothèque municipale, fonds Normand, album Égypte I, s.d.
  • 37  Mercedes Volait,« Amateurs français et dynamique patrimoniale : aux origines du Comité de conserva (...)
  • 38  Dale Kinney, « Rape or restitution of the past? Interpreting spolia », in Susan Scott (dir.), The (...)

13Pour Ambroise Baudry, l’appétence va jusqu’à la constitution d’une exceptionnelle collection de boiseries, de cuivres et de faïences mameloukes et ottomanes, assemblée avec soin et patience par le biais d’une fréquentation assidue du grand bazar du Caire, le Khân al- Khalîlî et de ses marchands. Parmi ceux-ci, le photographe Jean Pascal Sebah, actif à partir de 1873 au Caire, a immortalisé l’enseigne d’un certain Asadulla Irani, « commerce en curiosités », sans doute d’origine iranienne36. Elle le conduit aussi à batailler pour la création d’une institution en charge de l’identification et de la bonne conservation des monuments du Caire37, à laquelle il dévoue ses dernières années égyptiennes, accumulant les rapports d’expertise bénévole sur les restaurations d’urgence à conduire dans les monuments les plus menacés. La démarche défie l’entendement, souvent anachronique, des théories post-coloniales, promptes à dénoncer le pillage antiquaire d’origine européenne, mais correspond à un phénomène bien connu des conservateurs de musées : les limites poreuses entre collection, récupération et conservation38, de même qu’entre jouissance privée des objets et désir d’une reconnaissance publique.

  • 39  Mercedes Volait, « La rue du Caire », in Myriam Bacha (dir.), Les expositions universelles à Paris (...)
  • 40  Paris, Musée d’Orsay, ARO2000-378, dessin du 15 juillet 1875.

14En l’occurrence, la collection d’objets est commandée également par un parti architectural : le réemploi de fragments anciens, d’éléments authentiques, dans des constructions neuves. C’est en effet le principe des réalisations de « style arabe » qu’Ambroise Baudry édifie dès son arrivée en Égypte pour divers amateurs, puis par la suite en France. L’une des premières mises en œuvre au Caire, en 1872, était destinée à un compatriote, le baron Alphonse Delort de Gléon (1843-1899). Ingénieur arrivé quelques années plus tôt pour exécuter l’adduction d’eau de la ville, il est ensuite engagé dans la finance, mais son nom demeure surtout attaché à la construction de la rue du Caire à l’Exposition universelle de 1889 à Paris et à la substantielle collection d’art islamique que sa veuve légua au Louvre en 191239. La maison constitue un collage d’éléments classiques du répertoire décoratif mamelouk : arcs angulaires festonnés de stalactites ou à coquilles, grand portique à trois arcs outrepassés, bois découpés ; la distribution est commandée par une grande salle centrale éclairée par un lanterneau à coupole et des vitraux en plâtre, à la manière des qa’â des demeures mameloukes et ottomanes, les plafonds peints sont ceints de bandeaux épigraphiés, les murs sont lambrissés de mosaïques de marbre, mais surtout, marque de fabrique de Baudry, des fragments originaux (portes, moucharabiehs, linteaux et faïences dites alors « persanes » en fait de provenance syrienne) sont intégrés dans la construction. Le même procédé, systématisé et utilisé à grande échelle, donna vie à l’imposant hôtel particulier bâti pour le comte de Saint-Maurice (1872-1881) par des inspecteurs de Baudry, les architectes Marcel Gouron et Charles Guimbard. Les fragments provenant de salles nobles de demeures ottomanes, récupérés par le comte de Saint-Maurice à l’occasion des démolitions en cours au Caire, sont ici mêlés à des créations originales (un plafond peint exécuté par le décorateur italien Augusto Cesari), ainsi qu’à des copies tirées d’un palais ottoman, le palais de la Musafirkhâna, où était né le khédive Ismâ’îl. Ce palais avait déjà servi de référence pour les constructions de la représentation égyptienne à l’Exposition universelle de 1867. Les archives Baudry ont montré que l’architecte possédait, outre sa collection d’objets et de photographies, un ensemble de moulages pris sur des monuments du Caire d’époque mamelouke, le caravansérail Qayt Bay en particulier. L’expertise ainsi constituée est réinvestie dans l’habitation que l’architecte réalise pour lui-même au Caire en 1875-1879. Elle donne lieu à un bâtiment d’une absolue hybridité, réalisé pour le compte du khédive Ismâ’îl, au palais de Gîza (fig. 5). L’avant-corps de deux étages, abritant le grand salon et la salle à manger du harem, est constitué d’un rez-de-chaussée de facture classique, surmonté d’un étage clôturé de moucharabiehs modernes juxtaposition de styles qu’on retrouve à l’intérieur, avec un décor typiquement Second Empire au rez-de-chaussée, auquel sont adjoints des éléments « mauresques » et mameloukisants à l’étage (vitraux en plâtre, soffites à stalactites, lambris en mosaïques de marbre, plafond peint)40.

5. Bonfils, Jardins de Ghizeh [pavillon du harem], photographie.

5. Bonfils, Jardins de Ghizeh [pavillon du harem], photographie.
  • 41  Marianne Barrucand, « Les chapiteaux de remploi de la mosquée al-Azhar et l’émergence d’un type de (...)
  • 42  Robert Ousterhout, « The East, the West, and the appropriation of the past in early Ottoman archit (...)

15À nouveau, il faut se contenter de spéculations sur les raisons d’être de telles reconstitutions. Faut-il n’y voir qu’une lubie de collectionneur, ce que Baudry était profondément, depuis son plus jeune âge ? Ou plutôt un effet de l’architecture d’exposition universelle, dont on sait que les pavillons éphémères étaient systématiquement démontés et leurs éléments réutilisés dans de nouvelles constructions ? Ou encore une manière de sacrifier à une pratique locale, de s’identifier à une culture architecturale du cru, puisque les spolia abondaient au Caire41, comme d’ailleurs dans l’ensemble du monde ottoman42 ? Ou encore la résultante de tout cela à la fois ?

  • 43  Carmen Popescu, Le style national roumain : construire une Nation à travers l’architecture, 1881-1 (...)
  • 44  Je remercie Naby Avcıoğlu de m’avoir signalé ce possible modèle des trois constructions commentées

16Il ne fait guère de doute que Baudry possédait une évidente proximité, une véritable familiarité avec le vocabulaire patrimonial qu’il recycla dans son œuvre construit. Et pourtant, au-delà de ces citations, au-delà de cet orientalisme « philologique » selon la formule consacrée en Italie, le plus frappant peut-être est la parenté qu’on peut discerner entre la villa Delort de Gléon et l’une des icônes du style national roumain, par exemple, la villa Lahovary de Ion Mincu (1852-1912), qui est nettement postérieure (1888). Le projet de cet architecte roumain, passé par l’École des beaux-arts de Paris (1877-1883), prend appui sur une minutieuse documentation de l’héritage local, tout en possédant une plastique étonnamment proche de celle de la villa Delort43. Est-ce à dire que les réalisations de Baudry étaient commentées à l’École des beaux-arts (Paul Normand paraît avoir eu vent de son travail au Caire) ou plus simplement que les deux réalisations procèdent d’une même matrice, mâtinée de typologie Beaux-Arts et de sensibilité « historiciste » au milieu local ? Que la villa Delort était riche des souvenirs roumains d’Ambroise Baudry, fruits d’un de ses tout premiers voyages hors de France ? Rien ne permet d’établir définitivement l’un ou l’autre circuit, mais il est certain en revanche que si l’académisme Beaux-Arts put constituer un « filtre » décisif, une médiation notable, si l’on préfère, classicisante, de l’orientalisme architectural, ses réalisations représentèrent à leur tour des modèles pour d’autres édifices. La demeure dite du prince Amr Ibrahim (1905) qui abrite aujourd’hui le musée de la Céramique islamique du Caire, emprunte nombre de ses éléments à la villa Delort de Gléon, et en particulier le grand proche en avant-corps avec ses trois arcades. Un second « filtre » de la production orientaliste se trouve ainsi mis au jour : ses expressions elles-mêmes. Il est plus troublant encore de constater que les trois constructions (maison Delort de Gléon, villa Lahovary et palais Amr Ibrahim) peuvent être rapprochées, par leur volumétrie, d’un petit pavillon du xviiie siècle, la bibliothèque Enderun, édifié par Ahmet III au palais de Topkapı à Istanbul44. Est-ce là pure coïncidence ? Quelle connaissance Ambroise Baudry pouvait-il en avoir eu ? Est-ce une image mentale qu’il aurait pu acquérir lors du voyage effectué en 1865 en Roumanie, à travers, sinon l’original, du moins par le biais de l’architecture ottomane qui y avait prospéré ?

Un orientalisme universel ?

  • 45  Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950), Genèse et essor d’u (...)
  • 46  Mercedes Volait, « Retentissements et relais locaux de la 'médiévalisation' du Caire (1867-1933) » (...)
  • 47  Arthur Rhoné, Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne, Paris : A. Quantin, 1882 ; voir au (...)
  • 48  CUmar Tûsûn, Al-bacthât al-cil-miyya fî cahd Muhammad cAlî wa cAbbâs wa Sacîd, [Les missions scola (...)

17La posture orientaliste est implicitement entendue comme une attitude intrinsèquement européenne, du moins a-t-elle longtemps été considérée comme telle. L’image n’est pas tout à fait exacte. L’architecte égyptien Husayn pacha Fahmy (1827-1891), dit al-mi’mâr, c’est-à-dire l’architecte en arabe, est un bon contre-exemple. Ingénieur formé en France dans les années 1840, amateur d’art, il a occupé différents postes dans l’administration édilitaire du Caire, avant de se voir confier la gestion des fondations pieuses d’Égypte45. Il est chargé en 1868 de donner forme au projet de mosquée que la mère du khédive Ismâ’îl projette d’édifier en vis-à-vis de Sultan Hasan, et choisit pour cela un vocabulaire néo-mamelouk. Comme Ambroise Baudry et le petit cercle d’amateurs ayant milité à la fin des années 1870 en faveur de la protection du patrimoine monumental cairote, c’est un fin connaisseur des monuments du Caire. À l’occasion sans doute de ses fonctions aux travaux de voirie de la capitale égyptienne, il a aussi accumulé une belle collection d’art islamique, revendue à Paris après avoir été exposée à l’Exposition universelle de 186746. Les interlocuteurs européens d’Husayn Fahmy l’ont décrit comme « un Circassien qui a su retrouver toutes les délicatesses de l’ancienne décoration arabe », un « homme de savoir et de talent », qui a montré dans son œuvre construite « de rares qualités de décorateur » ; « un artiste pourvu d’une connaissance approfondie des arts arabes et doué d’un goût aussi fin qu’élevé », écrit Arthur Rhoné47. La proximité de son profil avec celui de Baudry est patente. On peut donc rencontrer sur ce terrain des personnalités locales, fussent-elles marginales, et il semble en effet qu’Husayn Fahmy ait été de celles-là48. On sait malheureusement peu de chose de l’homme et de son activité, si ce n’est les quelques éléments fragmentaires mentionnés supra. Par ses fonctions de wakil des Waqfs [intendant des biens cultuels], Husayn Fahmy eut cependant la haute main sur la construction religieuse en Égypte au cours des années 1880. Il y a là tout un champ d’investigation demeuré à peu près en friche jusqu’à présent et qui devrait pourtant intéresser les historiens de l’architecture islamique.

  • 49  « Mosquée Oulad Enane », in La Construction moderne, 1897-1898, vol. 13, p. 560, pl. 92.
  • 50  François Loyer, Histoire de l'architecture française. 3. De la Révolution à nos jours, Paris : Men (...)
  • 51  Pour un développement, voir Mercedes Volait, « Appropriating Orientalism? Saber Sabri’s Mamluk Rev (...)

18L’un des successeurs d’Husayn Fahmy au sein de l’administration des Waqfs est un certain Saber Sabri (1855-1915), dont l’activité est en revanche mieux connue, ce qui permet de pénétrer un peu plus avant dans la fabrique de l’orientalisme architectural de la seconde moitié du xixe siècle en Égypte. Saber Sabri est un homme de l’art à la formation purement locale, venu à l’architecture par les mathématiques, dans la tradition des ingénieurs arabes dont beaucoup étaient aussi, ou d’abord, mathématiciens. Il commence modestement sa carrière, après des études d’ingénieur à l’École polytechnique du Caire (1867-1872), comme maître de mathématiques dans les écoles élémentaires, puis commence à enseigner la mécanique, la descriptive et la stéréotomie aux élèves-ingénieurs de l’École polytechnique du Caire (1875-1879), tout en dispensant des cours de français dans d’autres établissements (son dossier de pension précise qu’il était également turcophone). De 1879 à 1888, il exerce les fonctions de directeur-adjoint de l’École, tout en continuant à y dispenser l’enseignement de la perspective. De 1892 à 1906, il est architecte en chef de l’administration des Waqfs. À ce dernier titre, il a été en charge de la construction de plusieurs grandes mosquées du Caire, assisté du fils d’Husayn Fahmy, l’architecte Iskandar Aziz  le phénomène des dynasties d’architectes n’est pas non plus un fait proprement européen. Les trois principales constructions qu’il signe, la mosquée Awlad Inan (1894-1896 ; fig. 6) qui reçoit les honneurs de la presse architecturale française49, la mosquée de Sayyida Nafissa (1895-1897) et le nouveau siège de l’Administration des Waqfs (1896-1898), sont toutes inspirées de mosquées mameloukes tardives, dont celles de l’époque de Qayt Bay comme il se doit, dans une veine qu’on pourrait qualifier, en reprenant les mots de François Loyer, d’« historicisme archéologique »50. Le parti adopté par Sabri peut être interprété de plusieurs manières. On peut choisir de le mettre en relation avec son profil classique d’ingénieur-mathématicien et son activité au service de la conservation des monuments historiques du Caire, et donc avec une compréhension profonde, de l’intérieur, de l’architecture islamique classique. On peut choisir d’y lire un message politique, qu’il émane de Sabri ou de ses commanditaires, qui viserait à affirmer l’indépendance de l’Égypte vis-à-vis de la Sublime Porte : la syntaxe architecturale symboliserait alors une identité nationale spécifique et autonome, voire une forme d’allégeance « localiste » du pouvoir khédivial, au fond une forme d’« arabisance » à la manière de celle pratiquée par les autorités coloniales au Maghreb  si ce n’est que le vice-roi Abbas Hilmi était encore dans ces années-là un fervent ottomaniste. On peut enfin se demander dans quelle mesure les conceptions de Sabri ne sont pas tout simplement en phase avec un contexte architectural plus global qui, en France par exemple, avait entraîné la production de ces mêmes années 1890 vers un certain rigorisme historiciste, sorte de juste retour des choses après des décennies d’éclectisme le plus débridé51.

6. Mosquée Oulad Enane.

6. Mosquée Oulad Enane.

La Construction moderne, XIII, 1897/98, pl. 92.

  • 52  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Procès verbaux de l’exercice 1894, Le Caire, (...)

19Il n’est pas certain que les sources permettent un jour de trancher en faveur de l’une ou l’autre hypothèse mais il est établi en revanche que Sabri eut des contacts avec le milieu professionnel français, ne serait-ce qu’à l’occasion de la publication de son projet de mosquée dans la Construction moderne. On sait aussi, dans le cas d’une autre de ses réalisations, le Riwaq al-Abbassi (galerie ajoutée à la mosquée al-Azhar par le souverain Abbas II en 1894), que l’esthétique néo-mamelouke du bâtiment lui fut imposée par le Comité de conservation des monuments de l’art arabe, en raison de la fonction et de la localisation du bâtiment. Il fut décidé que le projet devait s’inspirer de la façade d’une maison attenante promise à la démolition pour élargir la rue52. Les déterminants d’une œuvre architecturale peuvent être très variés.

Un orientalisme d’exposition ?

  • 53  Voir l’illustration dans la contribution de Marie-Laure Crosnier Leconte à ce même volume.
  • 54  Chantal Kozyreff, Songes d’Extrême Asie : la Tour japonaise et le Pavillon chinois à Laeken, Anver (...)
  • 55  Pour une première iconographie des projets, voir Robert Solé, May Telmissany et Mercedes Volait, M (...)

20Des réalisations se situant à l’extrême fin d’un long xixe siècle s’étirant jusqu’à la première guerre mondiale offrent matière à une dernière série d’interrogations. Ce sont les constructions « de style arabe » conçues dans les années 1908-1911 par l’architecte Alexandre Marcel (1860-1928) pour l’oasis d’Héliopolis. Spécialiste de l’architecture exotique, auteur d’un projet de hammam à tout juste vingt ans53, connu pour avoir dessiné la Pagode de la rue de Babylone à Paris, le panorama du Tour du Monde à l’exposition universelle de 1900 et plusieurs « chinoiseries » pour le domaine royal de Laeken en Belgique54, Marcel se voit confier en 1907 un gros portefeuille d’affaires à Héliopolis, ville naissante voulue par le baron Édouard Empain et son associé Boghos Nubar. La commande inclut l’installation de l’Héliopolis Palace Hôtel, dont le maître d’œuvre était son confrère belge Ernest Jaspar (1876-1940), la construction de la fameuse villa Hindoue ainsi que de la basilique latine, plusieurs palais pour des membres de la famille régnante (fig. 7) et des immeubles de rapport pour la compagnie d’aménagement de la ville, sans oublier un parc d’attractions, le Luna Park (fig. 8), à l’instar de l’établissement éponyme fonctionnant à Paris. À titre d’architecte-promoteur, actionnaire et administrateur de la Société française d’entreprises en Égypte impliqué financièrement dans l’opération, il reçoit la charge de lotir une tranche de 25 hectares, où il construit notamment un ensemble de villas, composant le quartier dit « français », où alternent des maisons de « style italien » et de « style arabe », sur des plans et des enveloppes rigoureusement identiques55.

7. Alexandre Marcel, Palais du prince Hussein, façade sur l’avenue des Palais, Héliopolis, Paris, 25 avril 1908, tirage sur carton.

7. Alexandre Marcel, Palais du prince Hussein, façade sur l’avenue des Palais, Héliopolis, Paris, 25 avril 1908, tirage sur carton.

Collection de l’auteur.

8. Luna Park d’Héliopolis, carte postale.

8. Luna Park d’Héliopolis, carte postale.

Collection Max Karkégi.

  • 56  Lettre d’Alexandre Marcel à Georges Louis Claude, 19 décembre 1910, Paris, collection particulière

21Avec cet ensemble de constructions, on sort de la citation littérale, pour aller plutôt vers une langue médiane, un langage en quelque sorte standardisé et normalisé, qui évoque plutôt des formulations d’exposition universelle que les monuments historiques du Caire, y compris dans la gamme chromatique retenue. En l’occurrence, les images que Marcel a en tête à ce moment-là ne sont pas liées à l’Égypte, mais à la Tunisie, si l’on en croit un courrier adressé à l’un de ses collaborateurs, le décorateur Georges-Louis Claude : « Pour le Luna Park, je vois cette construction blanche comme les constructions tunisiennes (façades passées au lait de chaux) rehaussées par une frise faïencée de couleurs vives56 ».

22Les personnages qu’il insère dans ses dessins aquarellés portent également des costumes qui n’ont rien d’égyptien, mais renvoient à une iconographie maghrébine, tout comme certains dessins de menuiserie. L’observation incite à soulever la question de la prégnance des premières images vues, du premier contact avec l’architecture orientale, qu’il s’établisse par le voyage sur place, par la connaissance livresque ou par les décors d’exposition universelle. Dans le cas présent, il est bien possible qu’il s’agisse des constructions maghrébines de l’Exposition universelle de 1878 à Paris, ou bien du travail de son confrère Saladin aux expositions suivantes de 1889 et 1900. Les premières images reçues seraient celles qui possèdent le plus fort impact, ou un impact décisif, comme cela put se produire aussi pour Ambroise Baudry, dont la première construction orientaliste pourrait avoir été porteuse de réminiscences de son voyage en Roumanie ?

  • 57  Voir par exemple, dans la lignée des travaux de Marshall Sahlins, Serge Tcherkézoff, First contact (...)

23Les anthropologues ont identifié de longue date le caractère décisif des premiers contacts noués avec une culture autre et s’intéressent au rôle qu’ils jouent dans les représentations qui en découlent57. Le phénomène pourrait expliquer la diversité des architectures mauresques qui furent construites à Héliopolis, et cela tard encore dans le siècle, jusque dans les années 1940, comme la variété des « filtres » (tunisien, vénitien, indo-sarrasin, balnéaire...) qu’on peut y discerner. Reste à savoir si la science cognitive est en mesure d’apporter des réponses à une telle question, en attendant une connaissance plus fine des mécanismes et références de l’orientalisme architectural.

Notes

1  L’artiste et archéologue Osman Hamdi (1842-1910) ou encore Théodore Ralli (1852-1909), par exemple, tous deux passés par l’atelier de Gérôme.

2  Christoph Herzog et Raoul Motika, « Orientalism alla Turca: Late 19th/Early 20th Century Ottoman Voyages into the Muslim 'Outback' », Die Welt des Islams, vol. 40, no 2, 2000, p. 139-195. URL : http://www.jstor.org/stable/1570642. Consulté le 22 octobre 2013.

3  Doris Behrens-Abouseif et Stephen Vernoit (dirs.), Islamic Art in the 19th Century : Tradition, Innovation and Eclecticism, Leyden : Brill, 2006 (Islamic history and civilization, 60).

4  Christine Peltre, « L’orientalisme aujourd’hui », Revue de l’art, vol. 150, no 4, 2005, p. 55-66.

5  Marie-Laure Crosnier Leconte et Mercedes Volait (dirs.), L’Égypte d’un architecte, Ambroise Baudry, 1838-1906, catalogue d'exposition (La Roche-sur-Yon, Conseil général de la Vendée, 7 mai-20 juin 1998, Le Mans, Musée de Tessé, 1er juillet-20 septembre 1998, Rodez, Musée Denys-Puech, 9 octobre-24 janvier 1999), Paris : Somogy, 1998.

6  Pour l’ensemble de son œuvre, voir Mercedes Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte 1863-1914, Forcalquier : L'Archange Minotaure, 2009, chapitre 3 passim.

7  Paris, AN, F17 3249, Lettre de Jules Bourgoin au ministre de l’Instruction publique, 3 novembre 1891.

8  Sur cet architecte et sa vision industrialiste du renouveau mauresque, voir Elke Pflugradt-Abdelaziz, « Orientalism as an Economic Strategy: the architect Carl von Diebitsch in Cairo (1862-1869) », in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie. Architectures européennes, 1850-1950, Le Caire : Institut français d'archéologie orientale ; Cedej, 2001, p. 3-23 et dans ce même volume, sa propre contribution.

9  Mark Crinson, Empire Building: Orientalism and Victorian Architecture, Londres : Routledge, 1996, p. 177.

10  Berlin, Architekturmuseum der Technischen Universität, fonds Carl von Diebitsch.

11  Richard Phené Spiers, Architecture East and West, a collection of essays, Londres : Batsford, 1905.

12  Paris, Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 77904 et Nantes, Bibliothèque municipale, dessins et photographies du fonds Normand, non cotés (inventaire en cours sous la direction de Mme Cedelle Joubert).

13  Annie Jacques, Stéphanes Verget et Catherine Virlouvet (dirs.), Italia Antiqua : envois de Rome des architectes français en Italie et dans le monde méditerranéen aux xixe et xxe siècles, catalogue d'exposition (Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 12 février-21 avril 2002, Rome, Villa Médicis, 5 juin-9 septembre 2002), Paris : ENSBA, 2002, p. 313.

14  Paris, AN, F21 2286, Lettre d’Achille Joyau au comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-arts, 23 août 1864 ; Lettre de Saulcy à Nieuwerkerke, 22 septembre 1864.

15  Charlotte Fortier-Beaulieu et Hélène Moulin (dirs.), A-Félix Clément (1826-1888) : [itinéraire d'un peintre drômois au xixe siècle], catalogue d’exposition (Valence, Musée de Valence, 21 octobre-31 décembre 1996), Valence : musée de Valence, 1996. L’un des dessins d’Achille Joyau, conservé à Nantes, porte mention de la résidence d’Halim pacha, où logeait Félix Clément.

16  Beauvais, musée départemental de l’Oise, fonds Henri Deglane, voir par exemple inv. 65 23 148.

17  Pierre Pinon, « L’Orient des architectes français », in Italia Antiqua, op. cit. (note 13), p. XXV-XXXIX ; id. et François-Xavier Amprimoz, Les Envois de Rome, 1778-1968 : architecture et archéologie, Rome : École française de Rome, 1988 (CollEFR, 110) ; Marie Christine Hellmann et Philippe Fraisse (dirs.), Paris, Rome, Athènes. Le voyage en Grèce des architectes français aux xixe et xxe siècles, catalogue d'exposition (Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 12 mai-18 juillet 1982, Athènes, Pinacothèque nationale d'Athènes, Musée Alexandre Soutzos, 15 octobre-15 décembre 1982, Houston, the Museum of fine arts, 17 juin-4 septembre 1983), Paris : ENSBA, 1982.

18  Bruno Foucart, « La modernité à l’Académie de France à Rome 1863-1914 », in Anne-Lise Desmas (dir.), L’Académie de France à Rome aux xixe et xxe siècles : entre tradition, modernité et création, actes du colloque (1797-1997, deux siècles d'histoire de l'Académie de France à Rome : l'artiste, ses créations et les institutions, Rome, Villa Médicis, 25 au 27 septembre 1997), Paris : Somogy ; Rome : Académie de France à Rome, 2002, p. 107-124 (CollEFR, 2).

19  Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, fonds Garnier. Merci à Catherine Mathon de m’avoir signalé ce fonds.

20  Logiste en 1879, Saladin passe pour avoir ensuite voyagé en Orient et dit avoir rencontré au Caire Bourgoin et Baudry (Paris, Archives du Louvre, M8, 9 mars 1914, Lettre d’Henri Saladin à M. Galdbrun, secrétaire des Musées nationaux au musée du Louvre, 30 décembre 1911), ce qui permet de dater de 1880 son excursion. Il en présente des relevés au Salon de 1884.

21  Voir dans ce même volume la contribution de Myriam Bacha ainsi que le texte remanié de la thèse de Nabila Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris : Maison des sciences de l’homme, 2004, et Mercedes Volait, « Retours d’Égypte : l’invention de l’art arabe », in Alice Thomine (dir.), Terrains coloniaux : architecture et urbanisme, Paris : INHA/Centre Calouste Gulbenkian (à paraître).

22  Vente du 21 mai 2007, par Me Christophe Herbelin, commissaire-priseur à Chinon. Une partie des dessins a été acquise par la bibliothèque de l’INHA.

23  Paris, AN, F21 4109-4127 : Prix du Salon, Prix national et bourses de voyage (1878-1940).

24  Paris, AN, F21 4117 A, lettre de Georges Bondoux au directeur des Beaux-Arts, de Beyrouth, le 7 avril 1894.

25  Sylvie Lécallier, Alfred Nicolas Normand, architecte photographe, Paris : Mission du patrimoine photographique, 1994.

26  Les estampilles des clichés livrent les noms d’A. Braun, J. Kuhn, Dornach, A.C. Champagne et Hautecoeur, tous parisiens.

27  Tiphaine Zirmi, Alfred Armand (1805-1888), un architecte collectionneur, Thèse d'archiviste paléographe sous la direction de Jean-Michel Leniaud, École nationale des Chartes, Paris, 2003 ; François Courboin, Inventaire des dessins, photographies et gravures relatifs à l’histoire générale de l’art légués au département des Estampes de la Bibliothèque nationale par M. A. Armand, Lille : Impr. L. Dansel, 1895.

28  Paris, AN, F19 10934, dossier de presse sur la mosquée de Paris.

29  Nantes, Bibliothèque municipale, Paul Normand, Le Caire, Tombeaux des Khalifes et nécropole de Kaytbey, album de 704 clichés.

30  Sites et monuments du Caire choisis et catalogués par Ambroise Baudry, architecte du gouvernement pour son ami Arthur Rhoné, Le Caire : Facchinelli photographe, 1873-1893, Répertoire écrit par Ambroise Baudry, 1896. Sur Rhoné, voir Mercedes Volait, « Arthur Ali Rhoné (1836-1910), du Caire ancien au vieux Paris, ou le patrimoine au prisme de l’érudition dilettante », Socio-Anthropologie, no 19, 2006, p. 17-30. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/543. Consulté le 22 octobre 2013.

31  Vente à Paris, Hôtel Drouot, du 25 janvier 2002 par Me Beaussant Lefèvre, lot 38.

32  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, exercice 1897, p. 94.

33  Émile André, artiste de l’École de Nancy, catalogue d’exposition, Metz : Éd. Serpenoise, 2003.

34  Le Caire, Archives nationales, fonds ‘Abdîn, carton 163, Rapport concernant l’institution d’un Comité pour la conservation des monuments historiques de l’art arabe, préparé par l’Administration des Waqfs, s.d. mais attaché à une note indiquant qu’il devait être discuté dans une séance prévue le 23 novembre 1882.

35  Mercedes Volait,« Retours d’Égypte : l’invention de l’art arabe », in Terrains coloniaux, op. cit. (note 21) ; voir également dans ce même volume la contribution de Marie-Laure Crosnier Leconte.

36  Nantes, Bibliothèque municipale, fonds Normand, album Égypte I, s.d.

37  Mercedes Volait,« Amateurs français et dynamique patrimoniale : aux origines du Comité de conservation des monuments de l’art arabe », in Daniel Panzac et André Raymond (dirs.), La France et l’Égypte à l’époque des vice-rois 1805-1882, Le Caire : Institut français d'archéologie orientale, 2002, p. 311-326.

38  Dale Kinney, « Rape or restitution of the past? Interpreting spolia », in Susan Scott (dir.), The Art of Interpreting, University Park, Penn. : Dept. of Art History, the Pennsylvania State University 1995 (Papers in art history from the Pennsylvania State University), p. 52-57 et le classique Salvatore Settis, « La carrière des œuvres : des ruines au Musée, la destinée de la sculpture classique », Annales ESC, vol. 48, no 6, 1993, p. 1347-1380 (part. p. 1360-1361). URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1993_num_48_6_279220. Consulté le 22 octobre 2013.

39  Mercedes Volait, « La rue du Caire », in Myriam Bacha (dir.), Les expositions universelles à Paris de 1855 à 1937, catalogue d'exposition (Paris, Mairie du 15e arrondissement, 10 octobre-10 novembre 2005, Mairie du 16e arrondissement, 15-25 novembre 2005, Mairie du 14e arrondissement, 14 décembre 2005-12 janvier 2006), Paris : Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 2005 (Paris et son patrimoine), p. 131-134.

40  Paris, Musée d’Orsay, ARO2000-378, dessin du 15 juillet 1875.

41  Marianne Barrucand, « Les chapiteaux de remploi de la mosquée al-Azhar et l’émergence d’un type de chapiteau médiéval en Égypte », Annales islamologiques, vol. 36, 2002, p. 37-75.

42  Robert Ousterhout, « The East, the West, and the appropriation of the past in early Ottoman architecture », Gesta, vol. 43, no 2, 2004, p. 165-176. URL : http://www.jstor.org/stable/25067103. Consulté le 22 octobre 2013.

43  Carmen Popescu, Le style national roumain : construire une Nation à travers l’architecture, 1881-1945, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 54, ill. 16 (Art & Société).

44  Je remercie Naby Avcıoğlu de m’avoir signalé ce possible modèle des trois constructions commentées.

45  Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950), Genèse et essor d’une expertise locale, Paris : Maisonneuve et Larose, 2005 (Architectures modernes en Méditerranée), p. 73-74, p. 415 ; voir aussi Le Caire, Dâr al Watha’îq, Registres du Diwân al-Achghâl, no m/15/8, p. 33, document en date du 19 safar 1280 (4 août 1863) nommant Husayn al-micmâr à la commission d’embellissement du Caire (maglis al-tanzîm wa al-ûrnâtû), référence aimablement communiqué par Muhammad Ali Hafiz de l’université d’al-Azhar.

46  Mercedes Volait, « Retentissements et relais locaux de la 'médiévalisation' du Caire (1867-1933) », in Bernard Heyberger et Chantal Verdeil (dirs.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), Paris : Les Indes Savantes, 2009, p. 179-215. URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00652794. Consulté le 22 octobre 2013.

47  Arthur Rhoné, Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne, Paris : A. Quantin, 1882 ; voir aussi Gabriel Charmes, « L’art arabe au Caire », Journal des débats, 2, 3 et 4 août 1881.

48  CUmar Tûsûn, Al-bacthât al-cil-miyya fî cahd Muhammad cAlî wa cAbbâs wa Sacîd, [Les missions scolaires sous Mohammad Ali, Abbas, et Saïd], Le Caire : Maṭbacat Ṣalāḥ al-Dīn, 1934.

49  « Mosquée Oulad Enane », in La Construction moderne, 1897-1898, vol. 13, p. 560, pl. 92.

50  François Loyer, Histoire de l'architecture française. 3. De la Révolution à nos jours, Paris : Mengès ; Caisse nationale des monuments historiques ; Éditions du patrimoine, 1999, p. 180.

51  Pour un développement, voir Mercedes Volait, « Appropriating Orientalism? Saber Sabri’s Mamluk Revival in late 19th c. Cairo », in Doris Behrens-Abouseif et Stephen Vernoit (dirs.), Islamic Art in the 19th century: Tradition, Innovation and Eclecticism, Leyden: Brill, 2005, p. 131-155 (Islamic history and civilization. Studies and texts, 60). URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00005281. Consulté le 22 octobre 2013.

52  Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Procès verbaux de l’exercice 1894, Le Caire, p. 47-48.

53  Voir l’illustration dans la contribution de Marie-Laure Crosnier Leconte à ce même volume.

54  Chantal Kozyreff, Songes d’Extrême Asie : la Tour japonaise et le Pavillon chinois à Laeken, Anvers ; Bruxelles : Fonds Mercator, 2001 (Bibliothèque des amis du fonds Mercator, 9).

55  Pour une première iconographie des projets, voir Robert Solé, May Telmissany et Mercedes Volait, Mémoires héliopolitaines, Le Caire : Al-Ahram publishing, 2005.

56  Lettre d’Alexandre Marcel à Georges Louis Claude, 19 décembre 1910, Paris, collection particulière.

57  Voir par exemple, dans la lignée des travaux de Marshall Sahlins, Serge Tcherkézoff, First contacts in Polynesia: The Samoan case (1722-1848). Western misunderstandings about sexuality and divinity, Canberra: Macmillan Brown Center For Pacific Studies, 2004.

Table des illustrations

Titre 1. Bonfils, le palais Ghézireh, photographie.
Crédits Nantes, Bibliothèque municipale.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 2. Carl von Diebitsch, Café et hammam au Caire, encre et aquarelle sur carton.
Crédits Berlin, Technische Universität Berlin, Architekturmuseum in der Universitätsbibliothek, 41060.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 3. Achille Joyau, [Minaret], Le Caire, 1865, mine de plomb sur papier, rehaussé de couleur, cachet.
Crédits Nantes, Bibliothèque municipale.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 4. Paul Normand, [Porte dans la cité des morts, Le Caire], 1895, photographie mise en couleur et contrecollée sur carton.
Crédits Nantes, Bibliothèque municipale.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 5. Bonfils, Jardins de Ghizeh [pavillon du harem], photographie.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 6. Mosquée Oulad Enane.
Crédits La Construction moderne, XIII, 1897/98, pl. 92.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 7. Alexandre Marcel, Palais du prince Hussein, façade sur l’avenue des Palais, Héliopolis, Paris, 25 avril 1908, tirage sur carton.
Crédits Collection de l’auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 8. Luna Park d’Héliopolis, carte postale.
Crédits Collection Max Karkégi.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4907/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Pour citer cet article

Référence papier

Mercedes Volait, « Dans l’intimité des objets et des monuments : l’orientalisme architectural vu d’Égypte (1870-1910) », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, p. 233-251.

Référence électronique

Mercedes Volait, « Dans l’intimité des objets et des monuments : l’orientalisme architectural vu d’Égypte (1870-1910) », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4907

Auteur

Mercedes Volait

Directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l’architecture, de l’urbanisme et du patrimoine des xixeet xxesiècles en Égypte et en Méditerranée, elle s’est successivement intéressée à l’histoire égyptienne de la profession d’architecte, à l’œuvre d’architectes français actifs au Caire (Pascal Coste et Ambroise Baudry), ainsi qu’à la construction et à la transformation de la ville nouvelle d’Héliopolis. Ses derniers travaux portent sur l’inven­tion patrimoniale du Caire médiéval et « Belle Époque ». Elle pilote plusieurs recherches collaboratives au plan national, européen et international sur ces questions et dirige depuis 2008 le laboratoire InVisu, unité mixte du CNRS et de l’INHA dédiée à l’information visuelle et textuelle en histoire de l’art.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés