Navigation – Plan du site
Théories et histoires de l'art islamique

Ugo Monneret de Villard et la découverte de l’Oriente entre Croce et Strzygowski

Silvia Armando
p. 361-392

Notes de l’auteur

Ce texte résulte des recherches conduites grâce à une bourse d’études de la Fondazione per l’arte della Compagnia di San Paolo qui m’a permis de passer 12 mois (novembre 2007-octobre 2008) à Paris et de travailler sur Monneret de Villard et sur l’historiographie de l’art musulman au sein de l’INHA. Je tiens à remercier Mme Mercedes Volait pour avoir suivi mon travail et pour m’avoir associée à ce projet éditorial. Merci à Christian Omodeo pour avoir relu mon texte, et à Mme Hélène Morlier pour le support éditorial, toujours valide et jamais envahissant. Je remercie particulièrement Mme Sabina Gavazzi, pour son témoignage sur son oncle, Ugo Monneret de Villard, et sa fille, Elisabetta Gavazzi, pour m’avoir envoyé des photos relatives à Monneret. Je suis également reconnaissante à l’Istituto Nazionale di Storia dell’Arte de Rome, à son directeur le professeur Adriano La Regina et à M. Massimo Pomponi, à la Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte de Rome et à Mme Francesca Zannoni pour de nombreuses illustrations publiées dans ce texte. L’Istituto (INASA) et la Biblioteca (BiASA) abritent respectivement les archives photographiques et documentaires (lettres, notes, etc.) ayant appartenu à Monneret de Villard. La bibliothèque personnelle du savant est conservée dans une section séparée de la BiASA. Pour une brève biographie et les principales références bibliographiques, voir Stephen J. Vernoit, « Monneret de Villard, Ugo », in The Dictionary of Art, vol. XI, Londres : Macmillan 1996, p. 888 et Silvia Armando, « Monneret de Villard, Ugo », in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 25, Rome : Treccani, 2011.

Texte intégral

1Monneret de Villard naquit à Milan en 1881, année de fondation du Comité pour la conservation des monuments de l’art arabe, et vingt ans après l’unification de l’Italie. Il mourut à Rome en 1954 (fig. 1-2). Il existe donc un décalage évident entre son histoire et celles des autres personnages présentés dans ce volume, décalage que l’on pourrait qualifier d’historique : nous aborderons le point de vue d’un savant italien, originaire d’un jeune pays où le phénomène du colonialisme était plus récent et moins accentué que dans les autres nations européennes, pays où par conséquent la tradition d’études autour de l’Islam se développa tardivement, notamment dans le domaine des arts. Cet homme traversa des évènements historiques marquants comme les deux guerres mondiales. Les bouleversements politiques et culturels qui en découlèrent se reflètent de façon très nette sur sa production scientifique ainsi que sur les conditions et les moyens matériels dont il disposait pour travailler. Monneret de Villard représente un personnage-clé pour comprendre l’histoire particulière et différente des études sur l’art musulman en Italie.

1. Buste de Ugo Monneret de Villard.

1. Buste de Ugo Monneret de Villard.

Source : Famille Gavazzi.

2. La famille Monneret de Villard.

2. La famille Monneret de Villard.

Source : Famille Gavazzi.

  • 1  Ugo Monneret de Villard, « La Missione archeologica italiana in Egitto, 1921-28 », Oriente Moderno(...)

Bisogna ricordare che l’Oriente è paese dalle molte vite e dalle molte storie, e che in ogni località si sovrappongono strati di diverse civiltà ; che l’archeologo deve scavarli tutti e studiarli con eguale amore e con eguale scienza1...

2Ugo Monneret de Villard traçait ainsi, dans le compte rendu d’une de ses missions archéologiques menées en Égypte entre 1921 et 1928, sa conception complexe de l’art de la région du Nil. Celle-ci reflétait son approche archéologique et sa condamnation de la pratique des fouilles sélectives :

  • 2  Ibid., La violence de l’attaque est remarquable surtout si l’on considère qu’au même moment le cen (...)

non è più permesso oggi il vandalismo della vecchia scuola, di cui fortunatamente scompaiono anche gli ultimi rappresentanti o speriamo scompaiano presto, che riteneva lecito cercare in un dato terreno solo le vestigia di una certa epoca, distruggendo con una incoscienza bestiale i documenti d’interi secoli di storia2.

  • 3  Voir Andrea Augenti, « Per una storia dell’ archeologia medievale italiana : Ugo Monneret de Villa (...)

3Son attaque virulente suggère un modèle scientifique qui s’engage à évaluer toutes les données et à fouiller les couches de toutes les époques, ainsi qu’une conscience historique et une méthode archéologique innovatrices, déjà relevées pour leur modernité3.

  • 4  Quelques détails des missions peuvent être déduits des comptes rendus et des écrits scientifiques (...)
  • 5  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 268. Roberto Paribeni était coordinateur de la plup (...)
  • 6  Cette connexion a été suggérée dans Maria Grazia Sandri, « Monneret de Villard nell’archivio del p (...)
  • 7  Voir Marta Petricioliop. cit. (note 4), p. 250-251.
  • 8  Ibid., p. 252-253. Voir également le très significatif Programma per una missione storico-archeolo (...)
  • 9  Le problème du musée fut résolu seulement en 1926, lorsque Gaston Wiet fut nommé directeur : voir (...)
  • 10  Bien qu’il fût terminé en 1924 (Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 255), je n’ai pas retrouvé (...)
  • 11  Ugo Monneret de Villard, « Saggio di una bibliografia dell’arte cristiana in Egitto », Bollettino (...)
  • 12  Ugo Monneret de Villard, Les Couvents près de Sohag (Deyr el-Abiad et Deyr el-Ahmar). Ouvrage publ (...)
  • 13  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 255 ; Ugo Monneret de Villard, « Rapporto preliminare sugl (...)
  • 14  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 375.
  • 15 Ibid., p. 383, note introductive signalée par un astérisque.

4Le compte rendu date de 1928. À cette époque, Monneret de Villard était âgé de quarante-sept ans et avait passé les sept dernières années principalement en Égypte. Sa formation, fruit de longues réflexions théoriques et d’expériences significatives sur le terrain, lui donnait une connaissance assez approfondie de l’histoire et des monuments locaux4. Sa première mission officielle au Caire date de février 1921 : Roberto Paribeni, directeur de l’Ufficio delle Missioni Scientifiche in Levante, chargea Monneret d’une mission archéologique, pour représenter le monde scientifique italien parmi la communauté d’archéologues et d’orientalistes français, anglais, allemands, américains, etc. installés en Égypte5. Probablement grâce à la médiation d’Eugenio Griffini qui était à cette époque le bibliothécaire du roi Fouad6, Monneret fut initialement engagé par l’Ufficio afin d’être candidat à la direction du musée d’Art arabe du Caire7. Il entretenait ses propres relations avec les institutions : un sentiment sincère d’orgueil national et une certaine velléité de pénétration culturelle apparaissent dans les mémoires envoyés au khédive et à Paribeni. Il rappelait sans cesse sa difficulté à lever des fonds et la nécessité de former du personnel italien compétent tout en proposant de nouveaux projets de missions8. Les institutions locales cofinançaient souvent les projets partiellement soutenus par le gouvernement italien et, alors que la question de la direction du Musée d’Art arabe était enlisée9, Monneret rédigea en 1922 un catalogue du Musée copte à la demande de cette communauté10 . Il signa également un accord avec le Comité pour la conservation des monuments de l’art arabe pour publier des monographies sur les monuments coptes au cours des cinq années suivantes11, en satisfaisant ainsi son intérêt pour le moyen âge chrétien. L’important volume Les Couvents près de Sohag12, consacré aux couvents Blanc et Rouge, est l’un des travaux les plus remarquables de cet ensemble. La réputation de Monneret de Villard s’accrut parallèlement. À partir de 1924, il obtint la direction des fouilles à Saint-Siméon, près d’Assouan (voir infra fig. 12-13), grâce à Pierre Lacau, chef du service des Antiquités13. Entre-temps, Monneret découvrait le Vieux Caire et entreprenait une étude topographique du Qasr al-Sham‘ (fig. 3)14 ; il commençait à s’intéresser également aux monuments islamiques médiévaux, comme en témoignent les nombreux documents conservés dans ses archives à Rome (fig. 5)15.

3a. Plan du Qasr al-Sham’ dressé par Monneret.

3a. Plan du Qasr al-Sham’ dressé par Monneret.

Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 97.

3b. Vue de Qasr al-Sham, Le Caire.

3b. Vue de Qasr al-Sham, Le Caire.

Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 142.

4. Vue d’Abu Sarga, Le Caire.

4. Vue d’Abu Sarga, Le Caire.

Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 199.

5. Tombeaux de Muhammad al-Gafari, Sayyida ‘Atika et Sayyida Ruqayya au Caire.

5. Tombeaux de Muhammad al-Gafari, Sayyida ‘Atika et Sayyida Ruqayya au Caire.

Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 66015.

  • 16  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 261.
  • 17  Lors de ses précédentes missions en Égypte, Monneret fut frappé par les monuments de Nubie : Ugo M (...)

5En 1927, il fut chargé de la direction des fouilles des monuments chrétiens d’Égypte16. Au milieu des années 1920, Monneret étendit ses recherches : il parcourut l’Afrique nord-orientale et remonta le Nil en direction de la Nubie17. Il ne pouvait pas négliger les monuments islamiques contemporains des bâtiments chrétiens qu’il étudiait :

  • 18  Ibid., p. 276.

queste ricerche non si sono limitate ai monumenti cristiani, avendo io ritenuto necessario estenderle anche ai monumenti arabi contemporanei, cioè dalla conquista al XIII secolo […]. L’estensione delle ricerche è di una necessità evidente : arte copta e arte araba, vivendo e sviluppandosi fianco a fianco nello stesso paese, non potevano rimanere e non sono rimaste punto estranee l’una all’altra ; i reciproci scambi sono stati quotidiani e profondi. La conoscenza di una delle arti presuppone e richiede la conoscenza dell’altra18.

  • 19  Silvia Armando, « Ugo Monneret de Villard (1881-1954) and the Establishment of Islamic Art Studies (...)

6Son approche de l’art islamique fut donc graduelle, mais inéluctable. La réputation de spécialiste d’art musulman de Monneret de Villard se constitua à cette époque et dure encore de nos jours19. Néanmoins, il faut relever que cette découverte arriva assez tard dans sa carrière scientifique : cela n’est que le résultat d’un parcours d’études long et cohérent, fait d’expériences sur le terrain et de réflexions théoriques.

7Quelle a été la formation de Monneret de Villard ? Quel chemin le mena à s’occuper d’archéologie en Égypte ? Quels éléments ont concouru à structurer ses principes esthétiques ainsi que sa méthode de travail ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de se plonger dans son passé, en examinant la formation de ce savant et sa participation précoce aux débats qui se tenaient autour de l’art et de l’architecture aux niveaux national et international. Deux figures éminentes et très éloignées influencèrent cette période : Benedetto Croce et Josef Strzygowski. On analysera donc non seulement l’impact des écrits de ces deux savants sur Monneret de Villard, mais aussi les rapports personnels que ce dernier entretint avec eux. Si les implications sont très fortes et ressortent dans ses écrits scientifiques pendant sa première décennie d’activité, ce bagage culturel demeure dans son approche de l’archéologie durant les missions menées en Afrique ; des vestiges significatifs peuvent même être repérés dans sa production tardive.

  • 20  Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 9.
  • 21  Elisabetta Susani, op. cit. (note 4).
  • 22  À propos de Boito (1836-1914) : Giuseppe Miano, « Boito, Camillo », in Dizionario biografico degli (...)

8Il est curieux de découvrir que Monneret de Villard avait un diplôme d’ingénieur de la section chimique du Politecnico de Milan, obtenu en 190420. Le jeune Monneret vivait parmi les ingénieurs et les architectes, plongé dans le milieu de la haute bourgeoisie milanaise, suivant le mythe de la productivité et du progrès scientifique, qui commençait à s’effondrer sous le poids de la crise imminente du positivisme21. Pendant ses années universitaires, Monneret assista aux cours dispensés au Politecnico par Camillo Boito. De là vient, vraisemblablement, sa fascination pour le Moyen Âge22, dont le dessin extrêmement soigné d’un pupitre, réalisé en 1905-1906, est un précieux témoignage visuel (fig. 6).

6. Pupitre de San Bernardino (cathédrale, Pérouse) dessiné par le jeune Monneret.

6. Pupitre de San Bernardino (cathédrale, Pérouse) dessiné par le jeune Monneret.

Source : Famille Gavazzi.

  • 23  Pour avoir une idée de cette variété, voir la bibliographie du savant (voir supra, note 4).
  • 24  Les sollicitations le plus importantes sur ce thème vinrent de Boito, mais aussi de Corrado Ricci  (...)
  • 25  Elisabetta Susani, op. cit. (note 4), surtout p. 45-49.
  • 26  Monneret collabora avec le Monitore Tecnico, revue des anciens élèves du Politecnico, de 1906 à 19 (...)
  • 27  Voir particulièrement Ornella Selvafolta, « Ugo Monneret de Villard e gli scritti di architettura (...)

9Monneret de Villard cultivait un intérêt précoce pour toute forme d’art ; il collabora à une série de revues, traitant les sujets les plus divers, des peintures de Giorgione à l’architecture contemporaine23. Le patrimoine historique était alors l’objet d’un nouvel intérêt en Italie et le jeune Monneret en fut imprégné24. Dans les cercles les plus « techniques » , tel que dans le Collegio degli ingegneri e degli architetti (dont Monneret était membre)25, des débats avaient lieu autour de la vie publique et de la ville. Il participa en qualité d’envoyé du Monitore tecnico et de La Perseveranza26 aux expositions et congrès internationaux, notamment à Vienne, Milan et Venise, où les premiers grands débats italiens concernant l’arte pubblica se tenaient. Les questions d’urbanisme essayaient de concilier l’agrandissement des villes avec la conservation du patrimoine historique27.

  • 28  Note sull’arte di costruire le città, Milan : Società Editrice Tecnico-Scientifica, 1907, représen (...)
  • 29  Andrea Augenti, op. cit. (note 3), p. 11 et n. 36, Agnese Dionisio, « Monneret de Villard e la rid (...)
  • 30  La dernière contribution au domaine des arts contemporains est Ugo Monneret de Villard, Opere di a (...)
  • 31  La teoria delle proporzioni architettoniche (Milan, 1908) « concerne le architetture egizia, persi (...)
  • 32  Il s’agit des deux premiers voyages documentés : Nora Lombardini, op. cit. (note 24), p. 26, 27 et (...)
  • 33  La lettre, inédite, est conservée à la Scuola Normale Superiore di Pise (Bibliothèque, Collezioni (...)
  • 34  Celui-ci était le premier dédié à l’archéologie médiévale en Italie. Il était renouvelé chaque ann (...)

10Les formulations théoriques de Monneret28 trouvèrent bientôt une application pratique : en 1908, la Ville de Milan devait approuver un nouveau plan d’urbanisme et il fut parmi les membres de la commission chargée de l’examiner. Les enquêtes topographiques qu’il entreprit l’incitèrent à défendre le quartier de l’église San Lorenzo, en soulignant sa valeur archéologique face à un projet qui visait à rendre la ville plus fonctionnelle et à négliger ses aspects historiques29. Les études conduites autour de ce monument constituèrent un tournant fondamental : c’est à partir de 1909-1910 que Monneret se voua à la recherche archéologique, historique et documentaire30 ; l’architecture médiévale et ses relations avec le monde byzantin et le Moyen-Orient le fascinèrent. Dès 1908, il faisait référence aux monuments orientaux dans ses écrits31. En juillet 1909, il se rendit en Dalmatie puis passa deux mois en Grèce en 191232. Le but de ce voyage était « quello di studiare i rapporti fra l’architettura e la decorazione bizantina dei secoli XI-XIII e l’italiana », comme il l’expliquait dans une lettre adressée à Adolfo Venturi33. En 1914, il passa l’examen de Libera Docenza en histoire de l’architecture et devint professeur d’architecture et d’archéologie médiévales34. Pendant dix ans, son attention se concentra essentiellement sur l’histoire et l’archéologie des monuments lombards ; cette expérience de recherche sur les documents et sur le terrain, mêlée à une fascination constante pour l’Oriente, le conduisit, dès 1921, à entreprendre ses missions archéologiques en Égypte.

  • 35  Alfonso Botti, « Giuseppe Prezzolini e il dibattito modernista » (Corrispondenza Monneret-Prezzoli (...)

11Voici rapidement tracées les étapes principales d’un parcours de formation complexe mais cohérent. Si la découverte de l’Orient doit beaucoup à la lecture des études de Josef Strzygowski, l’influence de Benedetto Croce sur la pensée de Monneret de Villard reste plus difficile à déceler. La question a déjà été abordée à plusieurs reprises sans pourtant apporter des réponses définitives et Monneret a été au fur et à mesure « étiqueté » comme positiviste ou « idéaliste-crocien »35.

  • 36  J’ai repéré cette correspondance dans les archives de la Fondazione Biblioteca Benedetto Croce (Na (...)

12La découverte de la correspondance entre les deux savants36 et une relecture des écrits de Monneret aident à aborder le problème, sans avoir la prétention de résoudre une question épistémologique délicate.

L’influence de Benedetto Croce

  • 37  Benedetto Croce, Estetica come scienza dell’espressione e linguistica generale, Bari : Laterza, 19 (...)

13En 1902, la première édition de l’Estetica37 de Croce est publiée. Monneret perçut aussitôt la portée de cet ouvrage. En effet, l’Estetica était destinée à devenir assez rapidement un jalon de la culture italienne pour la première moitié du XXe siècle. Croce considérait l’œuvre d’art comme le résultat d’un acte intuitif qui s’accomplissait dans l’instant (fig. 7). La critique d’art avait pour but de recréer cet instant, devenant ainsi une intuition de l’acte créatif, qui était donc indépendant de la technique et de la réalisation pratique de l’œuvre. L’œuvre d’art devait être comprise en elle-même, ce qui excluait la possibilité d’une histoire universelle de l’art, qui n’aurait été que le fruit de systèmes de pensée abstraits.

7. Benedetto Croce.

7. Benedetto Croce.
  • 38  Ugo Monneret de Villard, « La supremazia della critica », La Perseveranza, 17 août 1905.
  • 39  Monneret avait en vain espéré rencontrer le philosophe à l’Exposition de Venise. Il fit finalement (...)
  • 40  Monneret écrivait à Prezzolini « Appena la salute me lo permetterà mi metterò all’Architettura. An (...)
  • 41  Ugo Monneret de Villard, « Per l’Estetica di Benedetto Croce e l’architettura », Leonardo, Rivista (...)
  • 42  La revue fondée en 1903 par Giovanni Papini et Giuseppe Prezzolini, était conçue comme un pendant (...)
  • 43  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 174.
  • 44  Monneret faisait référence à l’Estetica, mais aussi à Benedetto Croce, « Di alcune difficoltà conc (...)
  • 45  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 175-176.
  • 46  Ibid., p.176.

14L’avis de Monneret à propos des théories de Benedetto Croce semble assez fluctuant : dans l’article « La supremazia della critica » publié dans le quotidien milanais La Perseveranza (17 août 1905)38, il adhérait avec enthousiasme à l’idée d’identifier l’acte créateur (génie) avec le jugement de l’œuvre (la critique) et alla jusqu’à soutenir que la critique était supérieure, tout en considérant que l’œuvre se composait de matériaux concrets et de l’existence réelle, alors que l’activité critique portait sur des matériaux déjà « purifiés » : les œuvres d’art. Cependant, dans d’autres articles traitant des relations entre l’architecture et la pensée de Croce, les commentaires de Monneret acquirent des nuances polémiques : juste après sa rencontre tant désirée avec le philosophe39, et malgré quelques hésitations40, le jeune ingénieur publiait « Per l’Estetica di Benedetto Croce e l’architettura »41 dans la revue Leonardo42 : il y contestait l’idée que l’architecture, ainsi que les autres arts, puisse être considérée comme œuvre d’art quand le créateur rejoignait une vision instantanée – une sorte d’intuition – qui lui permettait d’accomplir la « sintesi artistica43 ». L’architecture était pour Croce un art complètement libre, indépendant de tout aspect pratique (presupposti)44. Or, Monneret proposait une série d’exemples pour démontrer que l’œuvre architecturale était le fruit d’expériences accumulées dans le temps, de considérations techniques et d’une connaissance des matériaux, qui concouraient à « la vera fase di creazione artistica45 ». L’intuizione de Croce se trouvait ainsi réduite à un « stato rudimentale del bisogno di creare46 ».

  • 47  Alfonso Bellini, op. cit. (note 35), p. 39.
  • 48  Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce, Cor 707, lettr (...)

15Cette mise en exergue des aspects pratiques est sans doute d’origine positiviste47. Pourtant, l’insistance qui émerge des lettres envoyées à Croce laisse penser que la polémique lancée par le jeune ingénieur représente une tentative pour attirer l’attention du philosophe, afin d’obtenir une prise de position publique de la part de ce dernier : « Spero ella avrà ricevuto il numero del Leonardo. Mi lusingo di avere io le Sue critiche le più acerbe e le più corrosive, poiché una polemica sull’Architettura molto mi piacerebbe e conto di non darmi per vinto troppo presto », écrivait-il en décembre 190548. D’ailleurs, Croce ne semble pas lui avoir accordé un tel honneur : dans la lettre envoyée par Monneret le 4 février 1906, on découvre que Croce n’avait pas apprécié le ton de l’article, et Monneret se dépêcha de s’excuser, en promettant d’écrire à nouveau sur ce même sujet :

Gentile amico,

  • 49  4 février 1906 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce (...)

La sua lettera mi getta in una vera costernazione. Si vede che la malattia mi ha molto rammollito, si che io credevo di dare un tono scherzoso all’introduzione del mio articolo ne ho invece dato uno offensivo. […] Ma le annuncio [ ?] che io attaccherò ancora con violenza… Spero che l’equivoco sarà chiarito ed il malinteso dissipato. Ancora una volta la parola mi ha tradito e ne porto tutte le conseguenze. Scriverò ancora a proposito del medesimo soggetto e le manderò subito l’articolo. Non dispero di avere un giorno la sua risposta completa e dettagliata. Il soggetto mi sembra di grande importanza e di lunga portata. Ancora la prego di perdonarmi e mi creda suo dev. Ugo Monneret D49.

  • 50  Benedetto Croce, « Le antinomie della Critica », La Critica, vol. 4, 1906, p. 325-328.
  • 51  Ibid., p. 326. D’ailleurs déjà dans le programme de La Critica, Croce avait insisté sur l’importan (...)

16La même année Croce publia « Le antinomie della critica » dans La Critica50. Il analysait les courants opposés de storicismo et d’esteticismo en décrivant leurs différentes approches vis-à-vis de l’art. Si pour les historicistes, l’œuvre se comprenait (et se jugeait) à travers les éléments extérieurs, la position antithétique était que l’œuvre pouvait être comprise seulement par elle-même. Croce affirmait que seule la synthèse des deux options (antinomiques) était vraie et soulignait l’importance de la critique historique. Ainsi « la vera critica storica e la vera critica estetica coincidono51 ». La question de la sélection des faits historiques à considérer se posait alors ; ceux-ci devaient être choisis au cas par cas.

  • 52  Ugo Monneret de Villard, « Le antinomie della critica », La Perseveranza, 2 janvier 1907.

17Une fois de plus, Monneret entrait sciemment en conflit avec Croce en publiant un compte rendu, « Le antinomie della critica » dans La Perseveranza52. Si dans son article sur l’architecture Monneret avait souligné la valeur des aspects pratiques et historiques, il dénonça ici la difficulté, voire l’impossibilité, de disposer de données historiques suffisantes surtout pour les œuvres anciennes. Il était possible, à son avis, de comprendre esthétiquement les œuvres (par exemple la Nikè de Samothrace) sans une connaissance effective de leur histoire. « Et tout le reste est littérature ! », concluait Monneret en citant Verlaine.

18Monneret modéra ses prises de position parfois agressives dans une lettre, en les justifiant par crainte que l’article de Croce ne puisse offrir une voie vers l’histoire de l’art tant « dédaignée ». En même temps, il distingua la compréhension de l’œuvre des questions d’influences et de dérivations qui intéressaient la Kulturgeschichte mais demeuraient sans intérêt pour la critique :

Il mio articoletto è spontaneo e sincero : se qualche frase è un po’ librata [ ?] ne incolpi [ ?] la rapidità con cui fu scritto e la tema che la sua nota potesse a troppi aprire una via alla difesa della tanto esecrata storia dell’arte e simili cose.

  • 53  6 janvier 1907 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce (...)

Era mia intenzione ribattere una volta di più sulla teoria che l’opera d’arte si comprende in sé, e tutto quanto gli storici dell’arte vi [ ?] ricamano [ ?] intorno [ ?], influenze, derivazioni [ ?], ecc. non ha nulla a che vedere coll’arte : interessante tutto ammetto [ ?] per la Kulturgeschichte ma indifferente assolutamente alla critica d’arte53.

  • 54  Ibid., « Per concludere mi sembra ora [?] che l’opera di critica d’arte sia anch’essa un’opera d’a (...)
  • 55  Voir en particulier les commentaires des écrits sur Giorgione, Pietro Longhi et Anglada dans Elisa (...)
  • 56  Ibid., p. 49 et note 45.

19La critique, pour laquelle Monneret suggérait même le statut d’œuvre d’art54, assumait un rôle majeur par rapport à la Kulturgeschichte : cela explique peut-être certains de ses écrits sur la peinture des années 1903-1908, où la recherche historique, philologique et documentaire laissait entièrement la place à des lectures passionnées et esthétisantes des œuvres et des artistes55. C’est une démarche surprenante, si l’on connaît ses écrits contemporains sur l’architecture médiévale et ses travaux successifs, toujours soutenus par une méthode systématique et par une attention constante aux données historiques et archéologiques. Monneret se plaçait à la fois aux deux pôles de l’esthétique de Croce, choisissant une approche esthétisante pour la peinture et pour la sculpture et une plus pragmatique ou historiciste pour l’architecture, et cela vraisemblablement sur les traces de la distinction hégélienne, reprise par son maître Camillo Boito, entre art en général (fruit des rêves des artistes) et architecture (activité pratique de l’esprit, supérieure parce qu’utile)56.

  • 57  Ugo Monneret de Villard, « Le forme architettoniche e la materia », Monitore Tecnico, vol. 22, 10 (...)
  • 58  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 175-176. Notamment, Monneret revenait sur l’idée q (...)
  • 59  Ugo Monneret de Villard, « La libertà nell’architettura », Monitore Tecnico, vol. 15, 20 mai 1909, (...)
  • 60  Dans Alfonso Bellini, op. cit. (note 35), p. 40, on identifie ce moment comme « svolta crociana ».
  • 61  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 59), p. 268-269.

20À partir de 1908, avec son tournant historique et archéologique évoqué ci-dessus, ses écrits théoriques sur l’architecture manifestent une adhésion progressive aux théories de Croce. Si « Le forme architettoniche e la materia »57 remettait partiellement en cause les contraintes des matériaux sur la création architecturale, telles qu’elles avaient été énoncées dans « Per l’Estetica di Benedetto Croce e l’architettura »58, l’année suivante « La libertà nell’architettura »59 se présentait comme un véritable bouleversement de ce dernier60. Monneret soutenait qu’il était inexact d’associer l’architecture à un art non libre et jugeait la répartition entre moment pratique et moment artistique comme un « redoublement morbide » (« sdoppiamento morboso »), qui contredisait l’unité fondamentale de l’œuvre d’art. Les questions pratiques gardaient leur place, mais les finalités pratique et esthétique – auparavant distinguées – coïncidaient61. Il s’agit presque d’une auto condamnation, où l’ironie orgueilleuse des premiers textes laisse la place à une adhésion parfois pédante aux principes de Croce.

  • 62  Parmi les textes de Monneret de Villard préservés dans la bibliothèque de Benedetto Croce, il est (...)
  • 63  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 59) ; voir aussi Santino Langé, op. cit. (note 35), p. 34- (...)
  • 64  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 31) ; Santino Langé, op. cit. (note 35), p. 35-36.
  • 65  Ugo Monneret de Villard, « Del simbolismo architettonico », Il Rinnovamento, anno II, 1908, p. 125 (...)
  • 66  Lettre (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Cor 912), 29 novembre 1909 : « Mi sono perm (...)

21Presque toutes les lettres datées de 1905 à 1918 dévoilent la recherche constante d’une approbation, qui contraste avec la vis polemica des premiers textes. La plupart des articles sur ces sujets étaient envoyés à Croce62 : non seulement les écrits explicitement reliés à la pensée du philosophe, mais aussi ceux de caractère plus général. On apprend ainsi que ses articles « La libertà nell’architettura »63, « La teoria delle proporzioni architettoniche »64 et « Del simbolismo architettonico »65 avaient été conçus comme les chapitres d’un ouvrage sur la méthode de l’architecture qui ne vit jamais le jour66.

  • 67  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 65), p. 128.
  • 68  Les nombreuses références à l’architecture musulmane dévoilent un intérêt précoce. Les œuvres ment (...)
  • 69  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 65), p. 164.

22L’influence de Croce se manifestait aussi dans le lexique : dans les premières pages de « Del simbolismo architettonico », Monneret insistait sur les contingences matérielles en architecture, mais surtout sur « forme e procedimenti costruttivi, che non sono se non la traduzione di una speciale idea, di una particolare visione […] Bisogna cioè ricercare la visione fondamentale dell’artista […]67 ». Un échantillon d’exemples pris de la France à l’Inde, de l’Amérique précolombienne à l’Étrurie, du Caire à La Mecque68, illustrait les manifestations possibles du symbolisme en architecture : il comptait leurs différents élans spirituels, les nombreuses contraintes religieuses, les décors. C’étaient les « imposizioni fondamentali che all’architetto hanno in principio delimitato il campo in cui poteva svolgersi la sua forza creatrice69 ». « Imposizioni » : Monneret amplifiait une fois encore les éléments capables de conditionner la création de l’œuvre architecturale…

  • 70  Ugo Monneret de Villard « Del metodo nello studio dell’architettura medioevale », Atti del Collegi (...)
  • 71  Lettre du 11 novembre 1918 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Ben (...)
  • 72  Voir supra (note 66).
  • 73  À côté de l’Estetica, citée tout au long du texte, on retrouve aussi des références à Problemi di (...)
  • 74  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 70), p. 24 -25.
  • 75  Ibid., p. 43.
  • 76  Ibid., p. 32.
  • 77  Ibid., p. 33.
  • 78  Ibid.
  • 79  Ibid.
  • 80  Ibid., p. 26.
  • 81  Ibid., p. 48-55.
  • 82  Ibid., p. 56-60.

23Cette longue réflexion trouva sa forme définitive dans « Del metodo nello studio dell’architettura medioevale »70 : après neuf ans de silence, Monneret ne manqua pas d’envoyer à Croce son nouvel article, consacré exclusivement au Moyen Âge. Sa correspondance apprend que ce texte était le résumé du cours d’archéologie médiévale tenu au Politecnico71. Monneret demandait à Croce de le relire afin qu’il puisse ensuite l’utiliser pour la préface des Studi di archeologia medievale, un autre livre (ou peut-être le même ?)72 qui ne fut pas publié. Dans ce texte, les références à Croce sont continuelles et profitent d’une remise à jour, surtout sur les questions esthétiques et historiographiques73. On retrouve l’idée d’une intuition primitive (« fatto estetico », ce qui était autrefois la « visione fondamentale dell’artista » ou « l’epifania dell’opera d’arte »), élément premier duquel il faut partir pour comprendre l’œuvre d’art. Sur les traces de Croce, Monneret condamnait la recherche des lois de l’histoire et l’idée de progrès artistique ; il déclarait l’impossibilité de faire une histoire générale de l’art, car seulement une juxtaposition des histoires particulières était possible74. L’objet réel de la critique artistique devait être le monument, fruit de la création individuelle75. L’architecte créateur devait suivre un rythme intérieur, complètement libre, et maîtriser l’étude technique jusqu’à la rendre instinctive76. Néanmoins, Monneret mettait l’accent sur des phénomènes d’ordre pratique, les presupposti de la création architecturale ou artistique en général77. La technique78, les aspects matériels et pratiques79, ainsi que les problèmes chronologiques80, l’interprétation des sources documentaires81 et aussi des aspects proprement archéologiques tels que les traces des lapicides82, devenaient les protagonistes de sa pensée.

24Même si le but déclaré était la sintesi artistica, saisie par la collecte de toutes les données, l’attention était de fait orientée vers ces dernières et dévoilait des échos positivistes. L’adhésion aux principes de Croce, qui revint dans plusieurs textes ultérieurs, semble claire et définitive dans « Del metodo nello studio dell’architettura medioevale », mais elle y est traitée de manière superficielle. Ce rappel continu des éléments externes capables de concourir à la formation des œuvres laisse deviner la pensée rigoureuse de l’historien qui se retrouve dans ses œuvres postérieures.

Josef Strzygowski et la quête des origines de l’architecture médiévale

  • 83  Voir Ornella Selvafolta, op. cit. (note 27), p. 134-141 ; pour les écrits villardiens relatifs à V (...)

25La pensée de Benedetto Croce ne fut pas la seule qui contribua à la formation de Monneret. On a déjà mentionné sa participation aux congrès et expositions internationaux à Milan, Venise, Vienne. Il côtoyait des milieux culturels internationaux, et connaissait les théories artistiques plus récentes ou d’avant-garde. Il avait notamment manifesté à plusieurs reprises sa préférence pour les artistes et les théoriciens autrichiens contemporains83. La culture artistique viennoise profitait, dès la fin du XIXe siècle, d’un rôle important dans la formulation de nouvelles conceptions esthétiques, tant dans le domaine des études théoriques, que dans la production artistique. Le nouveau siècle signa une rupture révolutionnaire avec les enseignements classicistes et winckelmanniens : en pleine époque coloniale, avec la découverte de mondes presque inconnus, grandissait une curiosité pour des formes d’art qui avaient jusqu’alors été négligées et regardées comme secondaires. L’art islamique, l’art byzantin, l’Antiquité tardive, le baroque, ainsi que les arts dits mineurs, l’ornement et la décoration suscitaient enfin l’intérêt des théoriciens et historiens de la Wiener Schule der Kunstgeschichte, ainsi que des artistes de la Sécession viennoise.

  • 84  Voir en particulier Suzanne Marchand, « The Rhetoric of Artifacts and the Decline of Classical Hum (...)
  • 85  Josef Strzygowski, Orient oder Rom. Beiträge zur Geschichte der spätantiken und frühchristlichen K (...)

26Telle une rupture dans la rupture, Josef Strzygowski proposait une orgueilleuse alternative à la grande académie viennoise84. Il bouleversa les interprétations traditionnelles des origines classiques de l’architecture du Moyen Âge avec son célèbre ouvrage Orient oder Rom (1901)85.

  • 86  Les rapports intellectuels entre la capitale viennoise et Milan étaient encore intenses à cette ép (...)
  • 87  Gustavo Giovannoni avait confirmé en 1902 les théories proposées l’année précédente par Giovanni T (...)
  • 88  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », (...)
  • 89  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », (...)

27Les relations directes et indirectes avec les milieux culturels viennois marquèrent la formation de Monneret86 et il n’est pas imprudent d’imaginer que son intérêt pour l’Orient en découle. Strzygowski (fig. 8) représenta pour Monneret une référence fondamentale et originale pour interpréter des formes architecturales médiévales italiennes qu’il découvrait alors. L’idée que l’architecture médiévale aurait trouvé son origine au Moyen-Orient toucha le jeune savant à un tel point que Monneret prit une position claire au sein du débat qui opposa les italiens Giovan Battista Rivoira et Gustavo Giovannoni – défenseurs de la Romanitas – aux théories de Strzygowski87. Monneret prit parti en faveur du professeur autrichien au cours des recherches sur la basilique San Lorenzo. Dans ses études en 1910, il attaqua les savants italiens et leur esprit nationaliste, qui leur faisait négliger les monuments hors d’Italie88. Monneret considérait San Lorenzo comme une œuvre byzantine du VIe siècle89. Sa quête de modèles ne s’arrêta pas à Constantinople : la recherche remonta – à travers d’abondantes comparaisons – aux édifices paléochrétiens à plan central avec coupole, localisés dans un Orient qui comprenait l’Égypte et la Palestine, la Syrie et la Mésopotamie, l’Asie Mineure et l’Arménie. Selon Monneret, les origines de ces expériences architecturales provenaient de ces régions, puis avaient atteint Byzance, pour finir en Italie et en Europe :

  • 90  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », (...)

elementi manipolati, raffinati, resi quasi perfetti, in Siria, in Anatolia, in Palestina, sono importati a Costantinopoli, per infondersi in un unico concetto che durante l’epoca Giustunianea, si diffonde nuovamente per tutta l’orbe cristiana. […] Gli architetti sono spediti ovunque, come le colonne ed i capitelli lavorati nelle cave del Proconneso. Il dominio artistico della capitale d’oriente non poteva mostrarsi più imperialmente universale.
Non si comprenderebbe dunque come a tale supremazia siano sfuggiti i costruttori del S. Lorenzo e del S. Vitale […]. Per questa via si dimostra insostenibile la tesi che vuole le due chiese prodotte da una scuola autoctona
90.

8. Portrait de Josef Strzygowski.

8. Portrait de Josef Strzygowski.

Source : Josef Strzygowski-Festschrift. Zum 70. Geburstag dargebracht von seinen Schülern, Klagenfurt : A. Kollitsch, 1932.

28Les premières recherches de Monneret sur les origines de l’architecture du Moyen âge localisaient le point de départ dans l’ancienne Perse, en suivant de près les études de Strzygowski :

  • 91  Ugo Monneret de Villard, « Intorno al S. Lorenzo di Milano. Note sull’origine del tipo planimetric (...)

interessante notare il continuo fluire verso Costantinopoli di influenze orientali dalle regioni anatoliche, siriache e mesopotamiche, vie di transito di ben più lontane influenze, che dagli altipiani dell’Iran scendono a portare la loro nota caratteristica nelle creazioni architettoniche dei paesi mediterranei91.

  • 92  À propos de la méthode comparative de Strzygowski : Maurice S. Dimand, « In memoriam Josef Strzygo (...)
  • 93  La mise en évidence d’analogies et de différences dans les plans d’édifices parfois très variés do (...)
  • 94  Ibid.
  • 95  Ugo Monneret de Villard, « L’architettura romana negli ultimi secoli dell’impero », Atti del Colle (...)

29L’établissement de rapports évolutifs, à partir de l’analyse et de la comparaison architecturales, constituait les fondements de la méthode de Strzygowski92. Dans un premier temps, Monneret s’appropria cette approche, mais il fut pris au piège d’un système unidirectionnel qui le mena à conclure, après l’identification de séries93, que « la filiazione degli edifici italiani dai tipi orientali viene così logica e naturale94 ». Le concept de « filiation architecturale », ainsi que l’idée d’une évolution linéaire des tracés planimétriques, furent graduellement modérés et la pensée de Monneret acquit une certaine autonomie. Déjà en 1915, il revenait sur les thèses de Rivoira et opposait à son interprétation monolithique de l’architecture romane une lecture plus flexible, qui évaluait l’importance des interactions réciproques entre Orient et Occident95.

  • 96  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 70), p. 46.
  • 97  Ibid., p. 48.
  • 98  Ibid., p. 24-25.

30C’est en 1918, dans « Del metodo nello studio dell’architettura medioevale » que l’on perçoit un éloignement, peut-être inconscient, des schémas de Strzygowski. Monneret refusait la comparaison d’œuvres lointaines dans l’espace et évaluait la question des influences comme un sujet très délicat96. Il condamnait surtout l’idée d’une influence du climat et de la race sur la production artistique : « Naturalmente è da condannare tutto il ciarpame della teoretica, tutte le considerazioni sulla razza e la loro importanza sulle forme architettoniche97 ». Enfin, il réaffirma l’impossibilité de penser une histoire générale de l’art, qui ne pouvait se concevoir que « tutt’al più come una giusta posizione di molte storie particolari, ognuna delle quali ha per soggetto una singola opera98 ».

  • 99  Dans l’étude sur San Lorenzo, l’analyse du plan était accompagnée de la recherche de dessins ancie (...)

31L’influence des principes de Croce est évidente, mais est compensée par une attention pour les aspects pratiques, provenant des expériences archéologiques de Monneret pendant ces mêmes années. Ce travail de terrain était lié à l’exégèse des documents99 et concourait à façonner une méthode transdisciplinaire, permettant de saisir les différentes facettes de chaque sujet d’étude. La complexité du réel articulait toutes les lectures monolithiques et morcelait le discours jusqu’à la fragmentation : remonter aux archétypes ne suffisait plus, parce que tout phénomène artistique devait être évalué selon sa propre spécificité. Cette conception et cette méthodologie furent le fondement de ses enquêtes sur les monuments égyptiens et contribuèrent à prendre une grande partie de l’œuvre de Monneret comme repère incontournable de l’historiographie.

9. Cahier de notes de Monneret pour le musée d’Art arabe du Caire.

9. Cahier de notes de Monneret pour le musée d’Art arabe du Caire.

Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, ancienne boîte bleue, carton 8.

  • 100  Voir supra (note 90).
  • 101  Annabel Jane Wharton, op. cit. (note 87), part. p. 2-4.

32Les études de Strzygowski demeurent néanmoins fondamentales pour la formation de Monneret de Villard. La lecture de ses ouvrages accrut sa connaissance de l’architecture médiévale, de Byzance jusqu’à la Syrie et à la Perse, et lui permit de découvrir des phénomènes artistiques peu connus. Il emprunta aussi à Strzygowski sa méthode comparative, ainsi que l’idée d’un Orient creuset de formes et de modèles100. Bien que progressivement délaissé au profit d’une recherche historique sérieuse, le thème de la « quête des origines », « scientifiquement » fondée sur les évidences archéologiques, représenta un aspect fondamental de l’approche des monuments architecturaux, que paradoxalement Monneret et Strzygowski partageaient avec leurs adversaires Rivoira et Giovannoni101.

  • 102  Voir supra p. 366. Josef Strzygowski, Spalato, ein Markstein der romanischen Kunst bei ihrem Überg (...)
  • 103  Strygowski était en Égypte en 1894-1895 et de nouveau autour de 1900. Sur cette mission, voir Gabr (...)
  • 104  Voir supra, p. 363.
  • 105  Josef Strzygowski, Koptische Kunst (Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire (...)
  • 106  La chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo illustrata da A. Patricolo e da U. M. de V., Florence  (...)
  • 107  Ibid., p. 51-54.
  • 108  Ugo Monneret de Villard, « Saggio di una bibliografia dell’arte cristiana in Egitto », Bollettino (...)
  • 109  Ugo Monneret de Villard, « Ricerche sulla topografia di Qasr es-Sam », Bulletin de la Société roya (...)

33Strzygowski représentait une source d’inspiration pour les voyages, comme l’excursion en Dalmatie de 1909102 et ses premières missions en Égypte l’attestent. Le savant autrichien avait séjourné à plusieurs reprises au Caire pour étudier l’art chrétien d’Égypte103 et la rédaction du catalogue des objets du Musée copte, dont Monneret fut chargé en 1922104, constitua une sorte de pendant du Koptische Kunst que Strzygowski avait rédigé pour le Musée égyptien105. D’ailleurs, Monneret dédia à Strzygowski le premier volume de la série sur les monuments coptes, La chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo (fig. 10-11)106. Dans ce texte, écrit à quatre mains avec Achille Patricolo, Monneret analysait les importantes décorations en bois de l’église, en localisant la source primitive d’inspiration au cœur de l’Asie, soit pour les panneaux qu’il considérait comme paléochrétiens, soit pour ceux datés du xiie siècle107. La même année, Monneret publia Saggio di una bibliografia dell’arte cristiana in Egitto108, où il collectait plusieurs centaines de références bibliographiques (réparties en sources historiques et études archéologiques), premier pas d’une recherche rigoureuse digne du Monneret ingénieur. La même rigueur se retrouve dans l’étude topographique du Qasr al-Sham‘, publiée en 1924 (voir supra fig. 3) : ici sources et documents anciens, arabes et latins, sont collectés et organisés de façon systématique, afin de retracer un contexte général des mosquées, des églises, des synagogues, mais aussi des portes et des routes, sur lequel fonder toutes recherches archéologiques (fig. 12-13)109.

10. Photographie de l’intérieur de l’église Sainte Barbara au Caire provenant des archives Monneret.

10. Photographie de l’intérieur de l’église Sainte Barbara au Caire provenant des archives Monneret.

11a. Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo.

11a. Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo.

Source : Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo, Florence : Instituto di Edizioni Artistiche Fratelli Alinari, 1922.

11b. Dédicace à Strzygowski.

11b. Dédicace à Strzygowski.

Source : Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo, Florence : Instituto di Edizioni Artistiche Fratelli Alinari, 1922.

12. Assouan, monastère de Saint-Siméon.

12. Assouan, monastère de Saint-Siméon.

Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65596.

13. Assouan, monastère de Saint-Siméon.

13. Assouan, monastère de Saint-Siméon.

Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65489.

  • 110  Sont exemplaires les cas de Benedetto Croce, Corrado Ricci, Adolfo Venturi…
  • 111  Je tiens à exprimer toute ma gratitude à Annegret Plontke-Luening pour m’avoir envoyé une copie de (...)
  • 112  Monneret accusait réception de fascicules non identifiés et envoya en échange son étude sur les vi (...)

34Considérant l’importance de Strzygowski pour Monneret et son habitude d’établir des liens avec ceux qu’il considérait comme des maîtres ou des modèles110, il serait logique d’imaginer que les deux savants auraient pu échanger directement leurs idées. Cette supposition a été confirmée par la découverte d’une lettre (une seule, mais assez significative), envoyée par Monneret à Strzygowski en 1921111. Le document est une réponse à un courrier de Strzygowski et laisse supposer un échange d’opinions qui va au-delà d’une correspondance occasionnelle112.

  • 113  Le livre en préparation sur l’histoire de l’architecture est mentionné une fois de plus. Une atten (...)
  • 114  D’autres sujets sont abordés dans cette lettre : notamment Monneret annonçait un article sur le ca (...)

35Monneret annonçait un compte rendu de Ursprung des christlichen Kirchenkunst (Leipzig 1920) où il aurait dit « tutto il bene che penso di questo libro veramente geniale ». Monneret mentionnait aussi un livre qu’il avait en préparation (jamais paru), qu’il aurait intitulé Le Origini dell’arte in Italia, dal v al xi secolo113. Il promettait d’y traiter des théories de Strzygowski de façon plus complète et de les mettre en valeur : « Ella vedrà che sarà l’opera di un suo scolaro, tanto io mi sono immedesimato nelle sue teorie. » Cette affirmation flatteuse s’insérait dans le contexte de l’opposition entre Arthur Kingsley Porter et Émile Mâle, à propos des origines espagnoles ou françaises de la sculpture romane. Kingsley Porter y était décrit comme « un americano assai studioso », auteur de « ‘Lombard architecture’, veramente buona come raccolta di documenti e di dati, ma assolutamente insufficiente come idee generali », qui pourtant ne tenait absolument pas compte « del problema delle origini, e questo è per me il suo massimo torto » et négligeait les origines « orientali e germaniche della decorazione e dell’architettura in Italia ». Émile Mâle, continuait Monneret, « non è per me uno studioso, ma un giornalista, per di più ammalato di ‘chauvinismeche gli impedisce di veder chiaro ». La critique s’élargissait ensuite à la plupart des savants français qui négligeaient « la grande scienza tedesca » pour des raisons nationalistes114. Monneret essayait d’adapter ses positions pour satisfaire son interlocuteur et faisait preuve d’une attitude complaisante, voire opportuniste. Mais son enthousiasme envers Strzygowski allait être progressivement modéré.

  • 115  Ugo Monneret de Villard, « Rec. di J. Strzygowski, Ursprung des Christlichen Kunst, Berlin, 1920 » (...)

36La recension de Ursprung des Christlichen Kirchenkunst115, oubliée par les études, a été identifiée grâce à sa mention dans cette lettre. Ce texte signé par Monneret permet de suivre l’évolution de ses positions par rapport à celles de Strzygowski. Monneret expliquait les différentes étapes parcourues par le « grande Maestro Giuseppe Strzygowski » à la recherche des origines de l’art religieux d’Occident, de Constantinople à la Syrie et à la Perse, de l’Arménie à la Transoxiane. Dans son dernier livre, Strzygowski soulignait l’importance des influences aryennes. Monneret déclarait l’impossibilité de suivre dans les détails un tel discours :

  • 116  Ibid.

In quest’ultimo periodo della sua ricerca lo Strzygowski ha allargato notevolmente le sue tesi : se in origine (e dobbiamo risalire verso il 1900) non è stata se non una reazione alla tendenza romanistica, si è poi venuta evolvendo in una profonda esegesi delle forme artistiche dell’alto medioevo. […] Certo l’attitudine che tiene il maestro viennese e certi sviluppi un po’ paradossali prestano facilmente il fianco a critiche. Ma ben si sa come in una sì vasta ricostruzione non era sempre possibile conservare un olimpico equilibrio e una perfezione irreprensibile in ogni dettaglio […] E allo Strzygowski dobbiamo essere sempre riconoscenti non solo degli elementi che egli ci ha preparati, ma anche e più della copia di idee fertilizzanti che egli ha gettato a piene mani nel campo dei nostri studi116.

37Monneret ne manqua pas de souligner l’originalité de l’œuvre, ainsi que la richesse des nouveaux matériaux offerts à la communauté scientifique. Il mentionna la valeur de cette étude et de son analyse des éléments orientaux dans l’architecture romane italienne. Il perçut néanmoins le tournant pris par les écrits plus récents de Strzygowski et les limites d’une pensée trop rigide et souvent bâtie sans aucun fondement historique et documentaire. Au sujet de l’architecture romane et de son « évolution » gothique, Monneret écrivit ainsi : « ma anche qui solo l’idea generale è accennata e ne manca ancora la sua esemplificazione dettagliata e la dimostrazione della sua storicità ».

38Le bagage positiviste et le poids des conceptions de Croce, opposées aux possibilités de filiation et d’histoire universelle, évitèrent peut-être à Monneret de s’engager sur la voie délirante de Strzygowski ? Est-ce à cause de cette conception que l’histoire de l’architecture à travers les siècles de Monneret ne vit jamais le jour ?

  • 117  Christina Maranci, Medieval Armenian Architecture : Constructions of Race and Nation, Louvain : Pe (...)
  • 118  Josef Strzygowski, op. cit. (note 113).

39Si pendant sa période de formation, Strzygowski constitua un point de référence fondamental, les écrits les plus récents du professeur autrichien exercèrent une influence plus relative vers 1920. Christina Maranci117 a identifié le glissement idéologique de Strzygowski à partir de son ouvrage Die Baukunst der Armenier und Europa (1918)118, dans lequel l’étude des origines orientales de l’architecture médiévale faisait place à la recherche du génie du Nord et générait une lecture de l’histoire architecturale fondée sur la race. Monneret ne suivit pas la dérive proto-fasciste de son maître.

L’archéologue Monneret de Villard

  • 119  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 12), p. 48.

40Nonobstant les louanges exprimées à Strzygowski au tout début des années 1920, les études de Monneret étaient toujours – et de plus en plus – approfondies du point de vue archéologique et documentaire. Il en arriva même, quelques années plus tard, à critiquer ouvertement l’approche de Strzygowski et à opposer aux « pétillements des théories brillantes mais non démontrées et indémontrables comme les pages de Strzygowski […] une recherche méthodique, peut-être pas très élégante mais, je l’espère, très sûre119 ».

  • 120  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 272-274.
  • 121  Ibid., p. 274.

41Cette approche systématique est flagrante dans ses rapports de missions. Dans ses notes égyptiennes, Monneret présente ses huit années de travail comme un plan organique, articulé autour de différents niveaux progressifs : une première section est dédiée aux monuments120 ; une deuxième à une « esplorazione generale dell’archeologia cristiana d’Egitto121 ». Le travail de terrain est accompagné par une lecture analytique des textes. Toutes les données sont collectées et classées, en donnant :

a) Una bibliografia generale dell’Egitto cristiano […]

b) Un dizionario storico-topografico […]

c) Un repertorio archeologico disposto secondo l’ordine geografico […]

  • 122  Ibid., p. 275.

d) Una serie di fotografie e di disegni […]122.

  • 123  Ibid.

42Ce « Repertorio dell’arte cristiana in Egitto » constituait la « base sicura per ogni successiva indagine123 ».

43Sa confiance en l’efficacité scientifique du croisement entre données concrètes et sources documentaires était inébranlable, et témoignait de la formation positiviste du savant. Mais Monneret ne s’arrêta pas à ce stade : il recherchait les influssi esteriori (de la Syrie et de la Mésopotamie, mais aussi de la Perse et de l’Inde) qui avaient contribué à la formation et au déploiement de l’art égyptien au Moyen Âge. Ce dernier niveau s’appuyait sur les phases précédentes de ses recherches, en les valorisant :

  • 124  Ibid., p. 276-277.

Se si vuole che tutti gli elementi raccolti nelle due prime serie di ricerche cessino d’essere inerti e sordi documenti e divengano materia viva di storia, sarà indispensabile determinare esattamente tali influssi, localizzarne e misurarne l’azione, chiarirne la reazione, sviscerare cioè tutta la dialettica interna […] in poche parole, scriverne la storia. È questo lo scopo ultimo al quale debbono tendere le indagini, senza di che esse rimangono astratte alla vita, mera esercitazione erudita124.

44La quête des influences orientales reste présente, mais l’idée d’une histoire vivante et dialectique se ressent fortement de la leçon de Croce.

  • 125  Voir Ugo Monneret de Villard, « La missione italiana nella Nubia Cristiana », Bollettino dell’Asso (...)
  • 126  Ugo Monneret de Villard, La necropoli musulmana di Aswan, Le Caire : Imprimerie de l’IFAO, 1930.
  • 127  Voir supra p. 364.

45L’organisation structurée du travail apparaît à nouveau pour ses missions en Nubie (1929-1934), avant la construction du barrage d’Assouan125. C’est dans ce cadre que Monneret publia sa première étude consacrée exclusivement à des monuments islamiques, La necropoli musulmana di Aswan (1930)126 : cette correspondance géographique et chronologique n’est pas fortuite, car son intérêt pour l’archéologie musulmane datait de ses premières explorations de la Nubie127.

  • 128  Ugo Monneret de Villard, « Note sulle influenze asiatiche nell’Africa orientale », Rivista degli S (...)
  • 129  Voir aussi Giorgio Levi Della Vida, « Ugo Monneret de Villard (1881-1954) », Rivista degli Studi O (...)
  • 130  Les enquêtes archéologiques menées en Afrique orientale ont confirmé l’existence de colonies islam (...)

46D’ailleurs « Note sulle influenze asiatiche nell’Africa orientale »128, publié en 1938, représente la concrétisation de sa méthode et l’aboutissement de ses enquêtes en Afrique. Monneret analysait les rapports économiques, les phénomènes d’immigration et de colonisation dans la péninsule arabe et sur les côtes africaines de la mer Rouge, sans négliger les routes commerciales. Un cadre historique et politique général, des Achéménides au moyen âge, structurait son approche. Alors que ses missions archéologiques se terminaient, il reliait les connaissances acquises à de nouvelles considérations historiques, archéologiques et philologiques. Il en tirait des conclusions originales et opérait une importante distinction entre la production artistique de l’Égypte et celle de l’Afrique nord-orientale129. Les données précédemment accumulées étaient valorisées et devenaient significatives grâce à la reconstruction historique. Monneret parvint à anticiper des résultats archéologiquement confirmés à partir des années 1950 seulement130. Les résultats scientifiques démontrent l’efficacité de sa méthode.

  • 131  Marta Petricioli, op. cit. (note 4).
  • 132  Le premier texte sur le sujet est « Un tipo di chiesa abissina », Africa Italiana, Rivista di stor (...)
  • 133  Ugo Monneret de Villard, Aksum. Ricerche di topografia generale, Rome : Pontificium Institutum Bib (...)
  • 134  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 306 -310.
  • 135  Monneret dirigea le transport jusqu’à Massaoua. Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 128), p. V (...)
  • 136  L’information m’a été aimablement communiquée par Mme Sabina Gavazzi, nièce de Monneret de Villard (...)

47Les missions archéologiques avaient été souvent conditionnées par les événements ou les stratégies politiques italiennes. L’analyse de l’activité de Monneret pendant cette longue période coloniale révèle un profil assez conflictuel : un véritable orgueil national était accompagné d’une volonté de pénétration culturelle, alors que les recherches menées en Égypte et en Nubie relevaient d’un engagement scientifique sincère. Les rapports professionnels avec les institutions italiennes étaient fréquents entre 1921 et 1938, pendant l’époque fasciste131. La nature des travaux confiés à Monneret en Éthiopie (1936-1938) reste encore à éclaircir : ce n’est pas un hasard si les intérêts de Monneret se poussèrent jusqu’à l’Abyssinie132 juste avant la conquête de ces territoires par l’armée italienne et la fondation de l’Impero coloniale par Mussolini en 1936 (fig. 14). Pendant qu’Addis Abeba était conquise, Monneret effectuait une étude topographique de la zone archéologique d’Axoum, finalisée officiellement par la mise en place d’un programme de fouilles133. Le financement de recherches topographiques d’intérêt exclusivement archéologique dans des territoires conquis depuis peu par le gouvernement italien paraît étrange, alors qu’à partir de 1933 presque tous les fonds de l’Ufficio delle Missioni Scientifiche in Levante avaient été fortement réduits134. Monneret fut aussi chargé du transport de l’obélisque d’Axoum (fig. 15)135. Les descendants de Monneret rappellent qu’à son avis la stèle aurait dû rester en Éthiopie. Il eut du mal à accepter cette dernière tâche, mais il y était forcé136.

14. Groupe avec des militaires à Axoum.

14. Groupe avec des militaires à Axoum.

Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65168.

15. Stèle d’Axoum en place avant son transport à Rome.

15. Stèle d’Axoum en place avant son transport à Rome.

Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65155.

48Quelle est donc la relation entre Monneret de Villard, le savoir et le pouvoir ? Archéologue passionné, incapable de saisir les enjeux coloniaux de sa démarche ? Pion d’un dessein plus vaste pour imposer l’hégémonie culturelle et territoriale italienne dans ces régions ? Ou plutôt collaborateur conscient du gouvernement fasciste ? La question reste ouverte, mais n’est pas le centre de notre réflexion. Comme Marcello Barbanera nous en avertit :

  • 137  Marcello Barbanera, op. cit. (note 2), p. 85.

[…] Se bastasse inoltre, per giudicare il valore di un archeologo, verificare le sue aderenze più o meno aperte al fascismo o ad altra ideologia politica, tracciare i lineamenti della storia dell’archeologia sarebbe oltremodo semplice, ma in gran parte disonesto137.


*

  • 138  Sur le culte de la Romanitas à l’époque fasciste et préfasciste, ibid., p. 144-154.
  • 139  Ibid., p. 154.

49La valeur scientifique des études de Monneret n’a plus besoin d’être justifiée. Ses écrits ne semblent pas se ressentir de conditionnements politiques, voire idéologiques. Le savant paraît même imperméable au « culte de la Romanité » en vogue dans les milieux scientifiques italiens138. Il explora des pistes de recherches, telles que l’archéologie médiévale, l’art musulman et l’art chrétien oriental, peu exploitées par ses compatriotes. Ses méthodes de fouille s’opposèrent même aux pratiques aveugles d’autres archéologues travaillant dans les colonies139.

  • 140  Silvia Armando, op. cit. (note 19).

50Un autre élément, tout à fait nouveau, nous aide à recomposer le contexte : la découverte de la correspondance de Monneret avec Umberto Zanotti Bianco, un antifasciste impliqué dans la question méridionale italienne. Elle révèle leurs rapports amicaux et une collaboration pour réaliser l’étude et la mise en valeur du patrimoine d’art musulman en Italie, ainsi que la fondation d’une chaire d’art islamique au sein de l’Université italienne. Dans les lettres préservées, rédigées par Monneret, il critique les institutions et la science officielle, qui ne s’intéressent pas à ce genre d’études. Ces documents (datés de 1934 à 1938) ont fait l’objet d’une étude parallèle à celle-ci140, mais déjà ces quelques éléments aident à rééquilibrer la possibilité de voir Monneret de Villard en collusion intime avec le fascisme, et en tous cas mettent en valeur l’authenticité de son engagement scientifique.

  • 141  Francesca Zannoni, op. cit. (note 135), p. 18.
  • 142  Voir aussi Silvia Armando, op. cit. (note 19).
  • 143  Monneret collabora notamment à l’Enciclopedia Cattolica. Autre importante contribution générale : (...)

51Les dernières missions de Monneret datent de la fin des années 1930 ; il fit de nombreuses tentatives infructueuses pour retourner en Afrique, jusqu’à 1949141. En 1937, il quitta Milan pour s’installer définitivement à Rome et mettre au point ses recherches précédentes ; il désirait s’intéresser à d’autres sujets sur le Moyen âge et l’Orient. L’analyse de sa bibliographie révèle un intérêt croissant pour l’Islam et l’art islamique, souvent fondé sur l’étude d’objets conservés en Italie142. Il se consacra aussi à d’importants travaux de synthèse143.

  • 144  Ugo Monneret de Villard, Introduzione allo studio dell’archeologia islamica. Le origini e il perio (...)
  • 145  Le Pitture musulmane al soffitto della Cappella Palatina in Palermo. Rome : La Libreria dello Stat (...)

52Le texte posthume Introduzione allo studio dell’archeologia islamica (1966)144 est une référence pour l’art islamique, mais il faut aussi mentionner Le pitture musulmane al soffitto della Cappella Palatina in Palermo (1950)145. Dans cet ouvrage, aucun aspect de l’étude du monument n’est négligé. Un cadre historique de la peinture islamique et du contexte culturel de la Sicile normande sont mis en valeur, tout comme l’analyse des documents relatifs à la chapelle Palatine, les aspects techniques et structurels des plafonds et l’étude comparative des décorations et de l’iconographie. Tout cela reste néanmoins préliminaire à l’étude de l’œuvre d’art, qui doit être comprise au travers de son style :

  • 146  Ibid., p. 49.

Tutto quanto siamo andati sino ad ora dicendo si riferisce solo alla storia esterna delle pitture alla Cappella Palatina : dobbiamo ora entrare nel vivo dell’argomento, ed esaminarle come opere d’arte, intendere quale linguaggio parlano questi artisti, che cosa essi abbiano a dirci e ci hanno detto esteticamente, in parole povere ed usando un vecchio termine che trovo sempre ottimo, quale è lo stile di queste pitture146.

53Qu’il s’agisse de citation volontaire ou d’intériorisation d’un processus mental, l’ascendant de Croce résonne dans ces mots et coexiste encore avec la storia esterna (ce que Monneret aurait appelé autrefois les presupposti ?). Un équilibre important préserve Monneret de l’extrémisme esthétisant qui caractérisait les travaux d’une large partie des historiens de l’art italiens post-Croce.

54Depuis toujours, et même à l’occasion de ses expérimentations philosophiques, Monneret restait attaché à un horizon concret et à la nature matérielle des œuvres. La collecte des données (documentaires, bibliographiques, techniques, archéologiques…) devenait un passage incontournable de toute recherche historique sérieuse.

  • 147  Voir Marcello Barbanera, op. cit. (note 2), p. 85.
  • 148  Voir Sergio Romano, « Prefazione », in Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. XI.

55Monneret adepte de Croce ? Monneret positiviste ? Au-delà de la prédominance de l’idéalisme sur les courants positivistes pendant la première moitié du xxe siècle, Marcello Barbanera définit ces derniers comme un “fiume carsico della cultura italiana”, courant peut-être fragile du point de vue théorique, mais toujours présent147. S’il est vrai que l’archéologie est un domaine où les deux courants pouvaient facilement coexister148, il faut désormais abandonner toutes les étiquettes afin de constater la complexité de l’arrière-plan culturel de Monneret de Villard.

16. Portrait de Monneret de Villard âgé.

16. Portrait de Monneret de Villard âgé.

Source : Famille Gavazzi.

  • 149  Giorgio Levi Della Vida, op. cit. (note 129), p. 98 ; Suzanne Marchand, op. cit. (note 84).

56Ce cadre s’enrichit aujourd’hui de la figure de Strzygowski. Le savant autrichien représente une source d’inspiration fondamentale : prises d’abord comme modèles, ses études contribuèrent à déclencher l’attrait du jeune Monneret pour l’Oriente. Mais ce dernier s’écarte progressivement des thèses de Strzygowski et il ne le suit pas dans ses visions antihistoriques et racistes. Cette prise de distance doit beaucoup à la connaissance de Croce. Monneret et Strzygowski partagent toutefois un intérêt pour les données matérielles, ainsi qu’une attitude fièrement excentrique, irregolare149. Cette « irrégularité » Monneret la montre dès sa jeunesse dans sa manière d’apostropher Croce, dans ses lettres à Zanotti Bianco, mais aussi dans ses articles et dans le choix de ses champs d’étude.

57Dans le contexte italien, l’intérêt de Monneret de Villard pour l’Oriente et pour les arts islamiques est un phénomène secondaire et original à la fois. Certes, Monneret est un homme de son époque, fasciné par diverses théories d’avant-garde, comme celles proposées par Benedetto Croce et par Josef Strzygowski. Il était « orientaliste », sans doute, et se positionnait à temps, souvent avec opportunisme, au sein des réseaux intellectuels et institutionnels. Pourtant, l’interprétation idéologique de son œuvre se laisse appréhender moins aisément que celles d’autres savants de son époque. Ce sont peut-être son approche interdisciplinaire et son intérêt pour des études subalternes qui lui ont valu son autonomie scientifique et lui ont apporté une grande reconnaissance jusqu’à nos jours.

Notes

1  Ugo Monneret de Villard, « La Missione archeologica italiana in Egitto, 1921-28 », Oriente Moderno, vol. 8, 1928, p. 270.

2  Ibid., La violence de l’attaque est remarquable surtout si l’on considère qu’au même moment le centre historique de Rome subissait les destructions archéologiques opérée au nom du mythe de la romanité et de l’empire. Voir à ce propos : Daniele Manacorda, Renato Tamassia, Il Piccone del regime, Rome : Armando Curcio, 1985 et Marcello Barbanera, L’archeologia degli Italiani, Rome : Editori Riuniti, 1998.

3  Voir Andrea Augenti, « Per una storia dell’ archeologia medievale italiana : Ugo Monneret de Villard », Archeologia Medievale, n° 28, 2001, p. 8-19.

4  Quelques détails des missions peuvent être déduits des comptes rendus et des écrits scientifiques de Monneret. Pour reconstituer ses relations avec les institutions : Marta Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum. Le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia 1898/1943. Rome : Valerio Levi Editore, 1990. Pour une bibliographie de Monneret de Villard, voir Angelo Michele Piemontese, « Bibliografia delle opere di Ugo Monneret de Villard (1871-1954) », Rivista degli Studi Orientali, vol. 58, 1984 [1987], p. 1-12. La liste inclut 197 titres. Voir la mise à jour qui comprend 267 titres dans mon mémoire de maîtrise : Silvia Armando, « L’Oriente è paese dalle molte vite e dalle molte storie... » Ugo Monneret de Villard e gli studi di arte islamica in Italia, sous la direction de Maria Andaloro, Viterbo, Università della Tuscia, Facoltà di Conservazione dei Beni Culturali, 2007. Les nouvelles références bibliographiques ont été tirées principalement d’Alessandro Piccinelli, Alle origini del Novecento : arte, architettura e città nell’opera di Monneret de Villard (1903-1921), mémoire de maîtrise sous la direction de Guido Zucconi, IUAV Venezia, 1985-1986 ; Elisabetta Susani, « Gli “scritti rifiutati”. Indagando sui retroscena della formazione al collegio degli ingegneri e architetti di Milano e della damnatio memoriae di certi ‘delicta iuventutis’ di Ugo Monneret de Villard », in Maria Grazia Sandri (dir.), L’eredità di Monneret de Villard a Milano, Atti del Convegno, Politecnico di Milano 27-29 novembre 2002, Florence : All’insegna del Giglio, 2004, p. 45-61.

5  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 268. Roberto Paribeni était coordinateur de la plupart des missions archéologiques à l’étranger entre 1919 et 1943 (voir Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 417). Voir Roberto Paribeni, Italia e Africa mediterranea, Florence : Sansoni, 1942. Sur Paribeni voir aussi Bollettino d’arte, n°139, janvier-mars 2007, p. 3-16.

6  Cette connexion a été suggérée dans Maria Grazia Sandri, « Monneret de Villard nell’archivio del politecnico di Milano », in Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 12-13. Sandri propose aussi le nom d’Achille Patricolo. Entre 1908 et 1910, Griffini travailla à la Biblioteca Ambrosiana de Milan, fréquentée aussi par Monneret, ce qui confirmerait un lien possible (sur Eugenio Griffini voir Bruna Soravia, « Griffini, Eugenio », in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 59, Roma : Treccani, 2002, p. 367-368).

7  Voir Marta Petricioliop. cit. (note 4), p. 250-251.

8  Ibid., p. 252-253. Voir également le très significatif Programma per una missione storico-archeologica italiana in Oriente (1925), rédigé pour le ministère, voir ibid., p. 256-257. Pour le problème des fonds, voir aussi Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1).

9  Le problème du musée fut résolu seulement en 1926, lorsque Gaston Wiet fut nommé directeur : voir André Raymond « Bibliographie de l’œuvre scientifique de M. Gaston Wiet », Bullettin de l’Institut français d’archéologie orientale, n° 59, 1960, p. 9.

10  Bien qu’il fût terminé en 1924 (Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 255), je n’ai pas retrouvé d’autres notices concernant le catalogue.

11  Ugo Monneret de Villard, « Saggio di una bibliografia dell’arte cristiana in Egitto », Bollettino del R. Istituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Anno I, 1922, p. 20-32. Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 254.

12  Ugo Monneret de Villard, Les Couvents près de Sohag (Deyr el-Abiad et Deyr el-Ahmar). Ouvrage publié sous les auspices du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, Milan : Tipografia Editrice Arcivescovile S. Giuseppe, 1925-1926.

13  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 255 ; Ugo Monneret de Villard, « Rapporto preliminare sugli scavi al Monastero di S. Simeone presso Aswan 1924-1925 », Atti della Reale Accademia Nazionale dei Lincei. Rendiconti, cl. di scienze morali, série VI, vol. 1, 1925, p. 289-303 ; Idem, « Descrizione generale del monastero di San Simeone presso Aswan », Annales du Service des antiquités de l’Égypte, Le Caire, n° 26, 1926, p. 211- 245. À deux occasions Monneret fut aidé par son élève Ferdinando Reggiori : Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 255 et Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 271.

14  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 375.

15 Ibid., p. 383, note introductive signalée par un astérisque.

16  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 261.

17  Lors de ses précédentes missions en Égypte, Monneret fut frappé par les monuments de Nubie : Ugo Monneret de Villard, op. cit? (note 1), p. 275.

18  Ibid., p. 276.

19  Silvia Armando, « Ugo Monneret de Villard (1881-1954) and the Establishment of Islamic Art Studies in Italy », Muqarnas, 2013, p. 35-71.

20  Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 9.

21  Elisabetta Susani, op. cit. (note 4).

22  À propos de Boito (1836-1914) : Giuseppe Miano, « Boito, Camillo », in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 11, 1969, Rome : Treccani, p. 237-242 ; Guido Zucconi, L’invenzione del passato. Camillo Boito e l’architettura neomedievale 1885-1890, Venise : Marsilio, 1997 ; Guido Zucconi et Tiziana Serena (dirs.), Camillo Boito : un protagonista dell’Ottocento italiano, Venise : Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2002 ; Voir Alessandro Piccinelli, op. cit. (note 4), p. 18-26, pour les rapports entre Monneret et Boito.

23  Pour avoir une idée de cette variété, voir la bibliographie du savant (voir supra, note 4).

24  Les sollicitations le plus importantes sur ce thème vinrent de Boito, mais aussi de Corrado Ricci : voir Nora Lombardini, « Carteggio Corrado Ricci-Ugo Monneret de Villard (1904- 1917) », in Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), surtout p. 23-25.

25  Elisabetta Susani, op. cit. (note 4), surtout p. 45-49.

26  Monneret collabora avec le Monitore Tecnico, revue des anciens élèves du Politecnico, de 1906 à 1913. Il publia dans La Perseveranza, quotidien de la droite libérale, de 1906 à 1910.

27  Voir particulièrement Ornella Selvafolta, « Ugo Monneret de Villard e gli scritti di architettura moderna », in Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 133-146 et Guido Zucconi, « Sitte e l’arte di costruire la città », ibid., p. 99-103.

28  Note sull’arte di costruire le città, Milan : Società Editrice Tecnico-Scientifica, 1907, représente un point focal de cette réflexion, fondée sur la connaissance de Camillo Sitte, Der Städtebau nach seinen künstlerichen Grundsätzen, Vienne, 1889. Voir Alessandro Piccinelli, « Monneret de Villard e la versione italiana », in Franco Angeli et Guido Zucconi (éds.), Camillo Sitte e i suoi interpreti, Milan, 1992, p. 29-33.

29  Andrea Augenti, op. cit. (note 3), p. 11 et n. 36, Agnese Dionisio, « Monneret de Villard e la ridefinizione dell’arte dell’area di San Lorenzo », in Maria Grazia Sandri,op. cit. (note 4), p. 117-122 et Guido Zucconi,op. cit. (note 27), p. 103.

30  La dernière contribution au domaine des arts contemporains est Ugo Monneret de Villard, Opere di architettura moderna, Milan : Società Editrice Tecnico Scientifica, 1909 (voir Ornella Selvafolta, op. cit. note 27). La même année Monneret devint membre de la Società Storica Lombarda, voir Maria Grazia Sandriop. cit. (note 4), p. 53.

31  La teoria delle proporzioni architettoniche (Milan, 1908) « concerne le architetture egizia, persiana achemenide, siriana, greca, islamica, omayyade, medievale cristiana » : voir Angelo Michele Piemontese, op. cit. (note 4), p. 1.

32  Il s’agit des deux premiers voyages documentés : Nora Lombardini, op. cit. (note 24), p. 26, 27 et n. 28.

33  La lettre, inédite, est conservée à la Scuola Normale Superiore di Pise (Bibliothèque, Collezioni speciali) ; je suis très reconnaissante à Sandra Di Majo, directrice de la bibliothèque, de m’avoir envoyé une copie du document.

Voici quelques extraits de la missive :

Da bordo/ Corfù 22.V.12/ […] Il mio viaggio aveva uno scopo ben definito, quello di studiare i rapporti fra l’architettura e la decorazione bizantina dei secoli XI-XIII e l’italiana […] Ma il materiale qui mi si è presentato così vasto, così numeroso, così interessante, che non mi è stato possibile, con i miei limitati mezzi di privato studioso, d’esaurirlo ed è un vero dispiacere, giacché tanto interessante sarebbe tale studio e ricco certamente di preziosi insegnamenti per la storia dell’arte italiana. […]Sarebbe doloroso che in questo campo che tanto interessa la nostra arte ci lasciassimo avanzare dagli stranieri […] Coi migliori saluti/ Ugo Monneret de Villard. Pour la correspondance d’A. Venturi, voir Giacomo Agosti (éd.), Adolfo Venturi. Introduzione al Carteggio, 1876-1908, Pisa : Scuola Normale Superiore, 1990 ; Idem, Elenco dei corrispondenti, Pise : Scuola Normale Superiore, 1991 et Idem, Introduzione al Carteggio, 1909-1941, Pisa : Scuola Normale Superiore, 1992.

34  Celui-ci était le premier dédié à l’archéologie médiévale en Italie. Il était renouvelé chaque année jusqu’en 1923-24 (Andrea Augenti, op. cit. note 3). Voir aussi Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 12.

35  Alfonso Botti, « Giuseppe Prezzolini e il dibattito modernista » (Corrispondenza Monneret-Prezzolini), Fonti e Documenti, Centro Studi per la storia del Modernismo. Istituto di Storia dell’Università di Urbino, 11-12, 1982-1983, p. 79-127 : l’auteur a pris en considération les opinions exprimées par Monneret à Giuseppe Prezzolini à propos de Croce. Selon Botti, l’image de l’illustre penseur se déprécie progressivement aux yeux de Monneret, qui serait insensible à la fascination de Croce, en révélant sa nature d’intellectuel à contre-courant (voir ibid., p. 91). Selon Alessandro Piccinelli (op. cit., note 4), Monneret se libère des processus généalogiques de l’histoire de l’architecture propres à Boito, grâce à l’adoption de quelques principes de l’Estetica de Croce. Notamment, la considération de l’acte créatif comme activité spirituelle de l’individualité de l’artiste est un élément indispensable pour la réalisation des œuvres d’art. Amedeo Bellini, « La critica d’arte di Monneret de Villard al primo apparire del crocianesimo ; un nuovo restauro architettonico ? », in Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 37-43 : l’auteur a analysé les écrits de Monneret qui abordent ouvertement les nouvelles théories esthétiques en relation à l’architecture. Il croit y lire un parcours qui part de positions positivistes et qui arrive à une adhésion totale aux thèses de Croce (ibid., p. 38, note 1). Santino Langé, « La teoria artistica di Ugo Monneret de Villard : un testamento previo », in Maria Grazia Sandri, ibid., p. 33-36 : l’auteur analyse d’autres textes de Monneret autour de la même question, en concluant que les réflexions de jeunesse représentent une « sintesi di pensiero anticipata », à laquelle Monneret restera toujours fidèle (ibid., p. 33). Il met également en évidence la difficulté de concilier l’attitude pratique de l’ingénieur-architecte avec l’idéalisme de Croce. Andrea Augenti (op. cit. note 3) a analysé la figure de Monneret surtout par rapport à ses activités archéologiques. Il a pris en considération l’attraction du jeune Monneret pour l’idéalisme de Croce, mais il insiste surtout sur l’approche positiviste qui se manifeste dans l’activité des fouilles.

36  J’ai repéré cette correspondance dans les archives de la Fondazione Biblioteca Benedetto Croce (Napoli) : il s’agit de douze unités d’archives datées des années 1905 à 1922.

37  Benedetto Croce, Estetica come scienza dell’espressione e linguistica generale, Bari : Laterza, 1902. Des réflexions autour des mêmes sujets allaient être publiées dans la revue La Critica, fondée par Croce en 1903.

38  Ugo Monneret de Villard, « La supremazia della critica », La Perseveranza, 17 août 1905.

39  Monneret avait en vain espéré rencontrer le philosophe à l’Exposition de Venise. Il fit finalement sa connaissance à Milan en octobre 1905 (Alfonso Botti, op. cit. (note 35), lettre 16, p. 108 et lettre 20, p. 111).

40  Monneret écrivait à Prezzolini « Appena la salute me lo permetterà mi metterò all’Architettura. Annunci pure a Croce un attacco in piena regola », mais aussi : « Prego […] di vagliare bene il valore dell’Architettura prima di pubblicarlo. L’ho scritto in un cattivo momento e dubito molto » (Alfonso Botti, op. cit. (note 35) : lettre 15, p. 106 et lettre 18, p. 110).

41  Ugo Monneret de Villard, « Per l’Estetica di Benedetto Croce e l’architettura », Leonardo, Rivista critica di Fatti e di Idee, vol. 3, ottobre-dicembre 1905, II s., p. 174-176. Voir Alfonso Bellini, op. cit. (note 35), p. 38-39 ; d’autres commentaires se trouvent dans Santino Langé, op. cit. (note 35), p. 33-34.

42  La revue fondée en 1903 par Giovanni Papini et Giuseppe Prezzolini, était conçue comme un pendant de La Critica de Croce ; voir Mario Quaranta, « Il Leonardo nel giornalismo italiano del primo Novecento », Leonardo, t. I, 1903-1905 ; t. II, 1906-1907, riletto da Mario Quaranta e Laura Schram Pighi, Sala Bolognese : Arnaldo Forni Editore, 1981. Papini et Prezzolini étaient dans l’orbite des mouvements catholiques du Modernismo, auquel Monneret de Villard participa de manière occasionnelle. Tous les trois coopéraient à un projet pour la publication d’une série dédiée aux auteurs mystiques. Le projet n’aboutit jamais à cause des divergences avec les deux promoteurs Tommaso Gallarati Scotti et Umberto Pestolazza (Alfonso Botti, op. cit. (note 35), surtout p. 85-91). Des références à la question se trouvent aussi dans les premières lettres envoyées à Croce par Monneret.

43  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 174.

44  Monneret faisait référence à l’Estetica, mais aussi à Benedetto Croce, « Di alcune difficoltà concernenti la storia artistica dell’architettura », La Critica, vol. 2, 1904, p. 412-417.

45  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 175-176.

46  Ibid., p.176.

47  Alfonso Bellini, op. cit. (note 35), p. 39.

48  Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce, Cor 707, lettre datée du 23 décembre 1905. Dans la lettre du 30 octobre 1905 (ibid., Cor 706), Monneret avait déjà annoncé qu'il allait publier dans Leonardo un article à propos de l'Estetica. L'échange continua après la sortie du texte : le 21 janvier 1906 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Cor 691) Monneret mentionnait un article par De Rinaldis qui lui avait été envoyé par Croce et annonça sa réponse. Malheureusement je n'ai pas trouvé l'article mentionné : pour les années 1905-1906, le texte ne figure ni dans La Critica ni dans Napoli Nobilissima (autre revue liée à Benedetto Croce et dans laquelle Aldo De Rinaldis publie plus tard).

49  4 février 1906 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce, Cor 692). Le 7 février, Monneret se plaignait avec Prezzolini : « E Croce non risponde ! » (Alfonso Botti, op. cit. (note 35), lettre 26, p. 117) ; le 14 février 1906, il écrivait de même à son ami Alessandro Casati : « Io sono in gran dibattito con Croce per la questione dell’Architettura. Croce forniva le risposte con lettere ma promette una risposta pubblica che attendo con molto desiderio ». La correspondance Monneret-Casati a été repérée dans les archives de la Biblioteca Ambrosiana (Milan) (Casati 42 busta 16). Il s’agit de 54 unités datées de 1906 à 1948.

50  Benedetto Croce, « Le antinomie della Critica », La Critica, vol. 4, 1906, p. 325-328.

51  Ibid., p. 326. D’ailleurs déjà dans le programme de La Critica, Croce avait insisté sur l’importance de la méthode philologique et historique, qui nécessitait pourtant d’être complétée par un retour à l’idéalisme (Benedetto Croce, « Programma de La Critica rivista di storia letteratura e filosofia » ensuite publié dans Idem, Conversazioni critiche, serie II, Bari : Laterza, 1918, appendice).

52  Ugo Monneret de Villard, « Le antinomie della critica », La Perseveranza, 2 janvier 1907.

53  6 janvier 1907 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce, Cor 805).

54  Ibid., « Per concludere mi sembra ora [?] che l’opera di critica d’arte sia anch’essa un’opera d’arte. Forse prendo un grosso abbaglio !».

55  Voir en particulier les commentaires des écrits sur Giorgione, Pietro Longhi et Anglada dans Elisabetta Susani, op. cit. (note 4), p. 56-57.

56  Ibid., p. 49 et note 45.

57  Ugo Monneret de Villard, « Le forme architettoniche e la materia », Monitore Tecnico, vol. 22, 10 août 1908, p. 433-435.

58  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 41), p. 175-176. Notamment, Monneret revenait sur l’idée que « l’artista pensa in una data materia », avec une série d’exemples qui démontrait que les mêmes formes étaient souvent réalisées avec des matériaux différents. Il ne fallait donc pas penser le rapport entre architecture et matériaux comme déterminé a priori, mais non plus nier l’influence de ces derniers sur l’art de bâtir (Ugo Monneret de Villard, op. cit. note 57).

59  Ugo Monneret de Villard, « La libertà nell’architettura », Monitore Tecnico, vol. 15, 20 mai 1909, p. 268-270.

60  Dans Alfonso Bellini, op. cit. (note 35), p. 40, on identifie ce moment comme « svolta crociana ».

61  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 59), p. 268-269.

62  Parmi les textes de Monneret de Villard préservés dans la bibliothèque de Benedetto Croce, il est opportun de mentionner : « La supremazia della critica » et « Le antinomie della critica d’arte » (dans les coupures de La Perseveranza) ; « Per l’Estetica di Benedetto Croce e l’architettura » (Leonardo était régulièrement envoyé au philosophe). Une lacune significative est « Le forme architettoniche e la materia » (Monitore Tecnico) ; l’article ne fut pas envoyé par Monneret, si l’on en croit le vide de la correspondance entre le 6 janvier 1907 et le 29 novembre 1909.

63  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 59) ; voir aussi Santino Langé, op. cit. (note 35), p. 34-35.

64  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 31) ; Santino Langé, op. cit. (note 35), p. 35-36.

65  Ugo Monneret de Villard, « Del simbolismo architettonico », Il Rinnovamento, anno II, 1908, p. 125-174.

66  Lettre (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Cor 912), 29 novembre 1909 : « Mi sono permesso di inviarle un N del Monitore Tecnico con un mio articoletto che non è se non il rapido riassunto della prima parte di un grosso, troppo grosso ! volume a cui lavoro da anni […] Intanto mi permetto di sottoporle la tesi della Ia parte, pregandola di volermi, se il tempo glielo permette, farmi tutte le osservazioni e le critiche che crederà ». Le sujet de la préparation d’un ouvrage important dédié à l’architecture revient souvent dans les lettres de Monneret. Voir par exemple Alfonso Botti, op. cit. (note 35) : lettre 38, p. 126-127, datée de janvier 1911.

67  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 65), p. 128.

68  Les nombreuses références à l’architecture musulmane dévoilent un intérêt précoce. Les œuvres mentionnées sont les manuels d’Albert Gayet, L’Art arabe, Paris : Librairies-imprimeries réunies, 1893 et Henri Saladin, Manuel d’art musulman, Paris : A. Picard, 1907.

69  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 65), p. 164.

70  Ugo Monneret de Villard « Del metodo nello studio dell’architettura medioevale », Atti del Collegio degli Ingegneri ed Architetti di Milano, anno LI, juillet 1917-décembre 1918, p. 22-62.

71  Lettre du 11 novembre 1918 (Naples, Fondazione Biblioteca Benedetto Croce, Archivio privato di Benedetto Croce, Cor 950) : « Mi permetto mandarle un opuscoletto nel quale ho pubblicato, più che altro per utilità dei miei scolari, un sunto del mio corso di archeologia medioevale, tenuto al Politecnico nel 1917-1918. » Cela confirme que Monneret concevait l’archéologie médiévale comme une section de l’architecture (Andrea Augenti, op. cit. (note 3), p. 9).

72  Voir supra (note 66).

73  À côté de l’Estetica, citée tout au long du texte, on retrouve aussi des références à Problemi di estetica (1911) et à Teoria e storia della storiografia (version définitive 1917).

74  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 70), p. 24 -25.

75  Ibid., p. 43.

76  Ibid., p. 32.

77  Ibid., p. 33.

78  Ibid.

79  Ibid.

80  Ibid., p. 26.

81  Ibid., p. 48-55.

82  Ibid., p. 56-60.

83  Voir Ornella Selvafolta, op. cit. (note 27), p. 134-141 ; pour les écrits villardiens relatifs à Vienne : Elisabetta Susani, op. cit. (note 4), p. 51 ; voir aussi supra (note 27).

84  Voir en particulier Suzanne Marchand, « The Rhetoric of Artifacts and the Decline of Classical Humanism : The Case of Josef Strzygowski », History and Theory, 33, 1994, p. 106-130. Voir aussi Edwin Lachnit, « Josef Strzygowski », in The Dictionary of Art, London : Macmillan, 1996, vol. 29, p. 795-796.

85  Josef Strzygowski, Orient oder Rom. Beiträge zur Geschichte der spätantiken und frühchristlichen Kunst, Leipzig : Hinrichs, 1901.

86  Les rapports intellectuels entre la capitale viennoise et Milan étaient encore intenses à cette époque (Ornella Selvafolta, op. cit. (note 27), p. 138).

87  Gustavo Giovannoni avait confirmé en 1902 les théories proposées l’année précédente par Giovanni Teresio Rivoira : Gustavo Giovannoni, « Recenti studi sulle origini dell’architettura lombarda », Nuova Antologia, vol. 37, juillet 1902, p. 773 ; Giovanni Teresio Rivoira, Le origini dell’architettura lombarda e delle sue principali derivazioni nei paesi d’oltralpe, Rome : Loescher, 2 vol., 1901-1907. Pour une synthèse sur la question : Annabel Jane Wharton, Refiguring the Post-Classical City, Dura Europos, Jerash, Jerusalem and Ravenna, Cambridge : Cambridge University Press, 1995, p. 4-11.

88  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », Il Monitore Tecnico, vol. 16, 1910, p. 388-390; Idem, « Intorno al S. Lorenzo di Milano. Note sull’origine del tipo planimetrico », ibid., [1910], p. 591-593, 631-634, 651-654. Les œuvres de Strzygowski les plus citées par Monneret sont Josef Strzygowski, Kleinasien, ein Neuland der Kunstgeschichte, Leipzig : Hinrichs, 1903 et Max Van Berchem, Josef Strzygowski, Amida, matériaux pour l’épigraphie et l’histoire musulmanes du Diyar-Bekr, Beiträge zur Kunstgeschichte des Mittelalters von Nordmesopotamien, Heidelberg : C. Winter, 1910.

89  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », op. cit. (note 88), 1910, p. 388. Le monument est aujourd’hui généralement daté au ve siècle, c’est-à-dire avant l’âge d’or de Justinien à Ravenne. Voir Angiola Maria Romanini (dir.), Il Medioevo, Florence : Sansoni, 1988, p. 70-72 et 96-98. Sur l’architecture lombarde en général, mais sur San Lorenzo en particulier, Rivoira et Giovannoni reconnaissaient leur origine dans l’architecture romaine.

90  Ugo Monneret de Villard, « La chiesa di S. Lorenzo in Milano. Studio del tracciato planimetrico », op. cit. (note 88), 1910, p. 389.

91  Ugo Monneret de Villard, « Intorno al S. Lorenzo di Milano. Note sull’origine del tipo planimetrico », op. cit. (note 88), p. 653.

92  À propos de la méthode comparative de Strzygowski : Maurice S. Dimand, « In memoriam Josef Strzygowski (1862-1941) », Ars Islamica, vol. 7, 1940, p. 177 et Ernst Herzfeld, Wilhelm Reinhold Koehler, Charles Rufus Morey, « Josef Strzygowski », Speculum, vol. 17, 1942, p. 460-461.

93  La mise en évidence d’analogies et de différences dans les plans d’édifices parfois très variés donne l’impression d’être un jeu qui permet à Monneret de supposer des influences, par exemple : « Se alla S. Sofia di Adrianopoli immaginiamo aggiunta la cupola centrale ed un deambulatorio circolare otteniamo S. Giorgio di Etschmiadsin. Se le quattro nicchie non sono, come qui, tangenti fra di loro, ma occupano la parte centrale dei lati di un recinto rettangolare, ed il tracciato esterno del deambulatorio non è più circolare ma parallelo al primo, con le esedre corrispondenti, si genera l’edificio di Rusafa (491-501), identico al S. Lorenzo di Milano, salvo che il secondo ha forma quadrata mentre il primo l’ha rettangolare. » (Ugo Monneret de Villard, « Intorno al S. Lorenzo di Milano. Note sull’origine del tipo planimetrico », op. cit. (note 88), p. 653.)

94  Ibid.

95  Ugo Monneret de Villard, « L’architettura romana negli ultimi secoli dell’impero », Atti del Collegio degli Architetti e degli Ingegneri di Milano, vol. 48, Milan, 1915, p. 9-10 (cité par Alessandro Piccinelli, op. cit. (note 4), p. 52).

96  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 70), p. 46.

97  Ibid., p. 48.

98  Ibid., p. 24-25.

99  Dans l’étude sur San Lorenzo, l’analyse du plan était accompagnée de la recherche de dessins anciens. Ensuite, la recherche archéologique était très souvent étayée par l’étude philologique.

100  Voir supra (note 90).

101  Annabel Jane Wharton, op. cit. (note 87), part. p. 2-4.

102  Voir supra p. 366. Josef Strzygowski, Spalato, ein Markstein der romanischen Kunst bei ihrem Übergange vom Orient nach dem Abendlande, Freiburg, 1906. Ugo Monneret de Villard, « Il Palazzo di Costantino e di Giustiniano », Il Monitore Tecnico, vol. 16, 1910, p. 530-531 ; Id., « Studi sull’arte di costruire le città. Spalato », Il Monitore Tecnico, vol. 19, 1913.

103  Strygowski était en Égypte en 1894-1895 et de nouveau autour de 1900. Sur cette mission, voir Gabriele Mietke, Petra Linscheid, « Josef Strzygowskis Erwerbungen in Ägypten », Museum Journal, vol. 15, n° 1, 2001, p. 86-87.

104  Voir supra, p. 363.

105  Josef Strzygowski, Koptische Kunst (Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire), Wien, 1904.

106  La chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo illustrata da A. Patricolo e da U. M. de V., Florence : Istituto di Edizioni artistiche Fratelli Alinari, 1922.

107  Ibid., p. 51-54.

108  Ugo Monneret de Villard, « Saggio di una bibliografia dell’arte cristiana in Egitto », Bollettino del R. Istituto di Archeologia e Storia dell’Arte, anno I, 1922, p. 20-32.

109  Ugo Monneret de Villard, « Ricerche sulla topografia di Qasr es-Sam », Bulletin de la Société royale de géographie d’Égypte, vol. 12, 1924, p. 205-232 ; vol. 13, 1924, p. 73-94.

110  Sont exemplaires les cas de Benedetto Croce, Corrado Ricci, Adolfo Venturi…

111  Je tiens à exprimer toute ma gratitude à Annegret Plontke-Luening pour m’avoir envoyé une copie de cette lettre, conservée dans les Archives de l’Institut für Kunstgeschichte à Vienne (Autriche).

112  Monneret accusait réception de fascicules non identifiés et envoya en échange son étude sur les vitraux de la cathédrale de Milan (Le vetrate del Duomo di Milano. Ricerche storiche, Milan : Alfieri & Lacroix, 3 vol. 1918-1920).

113  Le livre en préparation sur l’histoire de l’architecture est mentionné une fois de plus. Une attention spéciale est donnée aux rapports entre Lombardie et Arménie, et Monneret fait référence à Josef Strzygowski, Die Baukunst der Armenier und Europa, Vienne : Kunstverlag A. Schroll & Co, 1908.

114  D’autres sujets sont abordés dans cette lettre : notamment Monneret annonçait un article sur le calice d’Antioche (jamais paru). En outre, Monneret mentionnait une recension de Strzygowski à propos de Ugo Monneret de Villard, « Note di Archeologia lombarda », Archivio Storico Lombardo, anno XLI, 1914, p. 5-70 (Josef Strzygowski dans Byzantinische Zeitschrift, 23, 1919). Monneret justifia le manque de références à l’architecture arménienne dans son livre par le fait qu’il n’avait pas pu consulter Die Baukunst der Armenier à cause de la guerre.

115  Ugo Monneret de Villard, « Rec. di J. Strzygowski, Ursprung des Christlichen Kunst, Berlin, 1920 », Architettura e Arti Decorative, vol. 2, 1921, p. 210-211.

116  Ibid.

117  Christina Maranci, Medieval Armenian Architecture : Constructions of Race and Nation, Louvain : Peeters, 2001, part. p. 120.

118  Josef Strzygowski, op. cit. (note 113).

119  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 12), p. 48.

120  Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 1), p. 272-274.

121  Ibid., p. 274.

122  Ibid., p. 275.

123  Ibid.

124  Ibid., p. 276-277.

125  Voir Ugo Monneret de Villard, « La missione italiana nella Nubia Cristiana », Bollettino dell’Associazione Internazionale di Studi Mediterranei, anno II/3, août-septembre 1931, p. 19-23. Une fois de plus, Monneret s’opposait à ceux qui, à la recherche des monuments plus anciens, détruisaient les vestiges médiévaux. (Ugo Monneret de Villard, La Nubia Medioevale : Volume Primo, Inventario dei Monumenti ; Volume Secondo, Tavole I-C ; Volume Terzo, Origine e sviluppo delle forme monumentali ; Volume Quarto, Tavole CI-CCIII, Le Caire : Imprimerie de l’IFAO, 1935-1957).

126  Ugo Monneret de Villard, La necropoli musulmana di Aswan, Le Caire : Imprimerie de l’IFAO, 1930.

127  Voir supra p. 364.

128  Ugo Monneret de Villard, « Note sulle influenze asiatiche nell’Africa orientale », Rivista degli Studi Orientali, vol. 17, 1938, p. 303-349.

129  Voir aussi Giorgio Levi Della Vida, « Ugo Monneret de Villard (1881-1954) », Rivista degli Studi Orientali, vol. 30, 1955, p. 175.

130  Les enquêtes archéologiques menées en Afrique orientale ont confirmé l’existence de colonies islamiques, la présence d’éléments persans, somaliens et indiens et le rôle fondamental du commerce pour la propagation desdits éléments : Stephen J. Vernoit, « The Rise of Islamic Archaeology », Muqarnas, n° 14, 1997, p. 7-8.

131  Marta Petricioli, op. cit. (note 4).

132  Le premier texte sur le sujet est « Un tipo di chiesa abissina », Africa Italiana, Rivista di storia e d’arte a cura del Ministero delle Colonie, vol. 6, 1935, p. 83-91.

133  Ugo Monneret de Villard, Aksum. Ricerche di topografia generale, Rome : Pontificium Institutum Biblicum, 1938 (Analecta Orientalia, Commentationes scientificae de rebus Orientis antiqui, 16).

134  Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. 306 -310.

135  Monneret dirigea le transport jusqu’à Massaoua. Ugo Monneret de Villard, op. cit. (note 128), p. V ; Francesca Zannoni, « Il carteggio e l’archivio di studio di Ugo Monneret de Villard nella Biblioteca di archeologia e storia dell’arte di Roma », in Maria Grazia Sandri, op. cit. (note 4), p. 17-18.

136  L’information m’a été aimablement communiquée par Mme Sabina Gavazzi, nièce de Monneret de Villard. Apparemment Monneret accepta la tâche sur l’insistance d’Amedeo, Duca d’Aosta, qu’il estimait beaucoup, mais il aurait préféré laisser l’obélisque sur place et en approfondir l’étude, pour comprendre aussi les raisons historiques pour lesquelles il gisait à terre en morceaux.

137  Marcello Barbanera, op. cit. (note 2), p. 85.

138  Sur le culte de la Romanitas à l’époque fasciste et préfasciste, ibid., p. 144-154.

139  Ibid., p. 154.

140  Silvia Armando, op. cit. (note 19).

141  Francesca Zannoni, op. cit. (note 135), p. 18.

142  Voir aussi Silvia Armando, op. cit. (note 19).

143  Monneret collabora notamment à l’Enciclopedia Cattolica. Autre importante contribution générale : Ugo  Monneret de Villard, « Arte cristiana e musulmana del Vicino Oriente », in Giuseppe Tucci (dir.), Le Civiltà dell’Oriente, Rome : Gherardo Casini editore, 1962, vol. 4, p. 451-462.

144  Ugo Monneret de Villard, Introduzione allo studio dell’archeologia islamica. Le origini e il periodo Omayyade. Venise-Rome : Istituto per la collaborazione culturale, 1966 (Civiltà veneziana. Studi, 20).

145  Le Pitture musulmane al soffitto della Cappella Palatina in Palermo. Rome : La Libreria dello Stato, 1950.

146  Ibid., p. 49.

147  Voir Marcello Barbanera, op. cit. (note 2), p. 85.

148  Voir Sergio Romano, « Prefazione », in Marta Petricioli, op. cit. (note 4), p. XI.

149  Giorgio Levi Della Vida, op. cit. (note 129), p. 98 ; Suzanne Marchand, op. cit. (note 84).

Table des illustrations

Titre 1. Buste de Ugo Monneret de Villard.
Crédits Source : Famille Gavazzi.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 2. La famille Monneret de Villard.
Crédits Source : Famille Gavazzi.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 3a. Plan du Qasr al-Sham’ dressé par Monneret.
Crédits Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 97.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 3b. Vue de Qasr al-Sham, Le Caire.
Crédits Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 142.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 4. Vue d’Abu Sarga, Le Caire.
Légende Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, boîte 11, carton 1 c 199.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 5. Tombeaux de Muhammad al-Gafari, Sayyida ‘Atika et Sayyida Ruqayya au Caire.
Crédits Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 66015.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 6. Pupitre de San Bernardino (cathédrale, Pérouse) dessiné par le jeune Monneret.
Crédits Source : Famille Gavazzi.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 7. Benedetto Croce.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre 8. Portrait de Josef Strzygowski.
Crédits Source : Josef Strzygowski-Festschrift. Zum 70. Geburstag dargebracht von seinen Schülern, Klagenfurt : A. Kollitsch, 1932.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre 9. Cahier de notes de Monneret pour le musée d’Art arabe du Caire.
Crédits Source : Rome (Italie), Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte, Fonds Monneret, ancienne boîte bleue, carton 8.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 10. Photographie de l’intérieur de l’église Sainte Barbara au Caire provenant des archives Monneret.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 11a. Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo.
Crédits Source : Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo, Florence : Instituto di Edizioni Artistiche Fratelli Alinari, 1922.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 11b. Dédicace à Strzygowski.
Crédits Source : Achille Patricolo et Ugo Monneret de Villard, La Chiesa di Santa Barbara al Vecchio Cairo, Florence : Instituto di Edizioni Artistiche Fratelli Alinari, 1922.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 12. Assouan, monastère de Saint-Siméon.
Crédits Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65596.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 13. Assouan, monastère de Saint-Siméon.
Crédits Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65489.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 14. Groupe avec des militaires à Axoum.
Crédits Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65168.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 15. Stèle d’Axoum en place avant son transport à Rome.
Crédits Source : Rome (Italie), Instituto di Archeologia e Storia dell’Arte, Photothèque, Fonds Ugo Monneret de Villard, n° inv. 65155.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 16. Portrait de Monneret de Villard âgé.
Crédits Source : Famille Gavazzi.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4901/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Armando, « Ugo Monneret de Villard et la découverte de l’Oriente entre Croce et Strzygowski », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 361-392.

Référence électronique

Silvia Armando, « Ugo Monneret de Villard et la découverte de l’Oriente entre Croce et Strzygowski », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://inha.revues.org/4901

Auteur

Silvia Armando

Docteur en histoire de l’art, Università della Tuscia, Viterbo ; spécialiste de l’œuvre de Monneret de Villard.

Droits d’auteur

Tous droits réservés