Navigation – Plan du site
Théories et histoires de l'art islamique

« Mudéjar » et identité nationale en Espagne au xixe siècle

Antonio Urquízar Herrera
p. 343-359

Texte intégral

  • 1  Sebastián de Covarrubias Orozco, Parte segunda del tesoro de la lengua castellana ; o española, Ma (...)
  • 2  URL: http://lema.rae.es/drae/. Consulté le 16 novembre 2015.

1Mudéjar a été et est encore un mot d’usage courant en espagnol. Le Tesoro de la lengua castellana de Sebastián de Covarrubias définissait en 1611 les Mudéjars comme « des Maures vassaux des chrétiens »1. Le terme qui provenait de l’Arabe mudayyan, soulignait l’état de soumission et de tributaires. Les éditions actuelles du dictionnaire de la langue espagnole de la Real Academia prennent encore cette acception, étant mudéjar ce « musulman qui payait un tribut pour pouvoir vivre au milieu des vainqueurs chrétiens sans abandonner sa religion, en échange d’un tribut ». Cependant, un second sens a été ajouté à la première signification. Pour l’Académie, l’adjectif « mudéjar » qualifie le « style architectonique qui a fleuri en Espagne du xiiie siècle au xvie, style caractérisé par la conservation d’éléments de l’art chrétien et l’emploi de l’ornementation arabe »2. Ce second sens correspond à la définition artistique proposée par José Amador de los Ríos en 1859.

2Malgré la clarté du dictionnaire, la dénomination mudéjar entraîna un débat virulent dans le cadre de la critique historiographique espagnole pendant les cent cinquante ans d’existence de cette nouvelle acception.

3Le débat prit en compte divers aspects :

  • la discussion de la légitimité du concept comme catégorie stylistique,

  • sa relation avec d’autres termes voisins du répertoire historico-artistique,

  • la définition de ses caractéristiques formelles, matérielles, structurelles

  • ou conceptuelles,

  • la précision de sa filiation chrétienne ou musulmane,

  • la proposition continuelle de nouveaux critères pour sa définition et son analyse.

  • 3 Voir Maria Carmen Fraga González, Arquitectura mudéjar en la Baja Andalucía, Santa Cruz de Tenerife (...)

4Ces dernières années, l’histoire du terme et ses déplacements de sens en qualité d’« étiquette stylistique » ont été analysés dans quelques études3. Notre propos est d’approfondir la caractérisation politique et identitaire du terme chez José Amador de los Ríos et dans le débat qu’a engendré sa proposition.

5Le sens artistique du mudéjar, comme on le trouve aujourd’hui dans le dictionnaire, pourrait être un terme banal du point de vue idéologique, puisque sa définition apparaît comme produite par la simple description d’un processus architectonique formel. Cependant, une analyse attentive des conditions de sa formulation originale montre que sa conception est née de la volonté d’une affirmation identitaire. La charge sémantique à caractère politique, social et culturel que revêtait le mot au départ, s’est maintenue en générant la nouvelle signification.

  • 4 Voir Rafael López Guzmán, op. cit. (note 3), p. 23.

6À partir de là, on a effectué une analyse idéologique de la genèse du terme mudéjar dans les premiers discours théoriques4. Il devient nécessaire d’examiner les composants idéologiques de cette récupération du Moyen Âge, en complément de la caractérisation générale du mudéjar comme une étiquette essayant de replacer l’histoire de l’art national dans une optique nationaliste et romantique. Cette analyse doit prendre place dans le cadre du débat historiographique et politique contemporain sur l’interprétation du passé islamique, ainsi que dans sa relation avec la construction de l’identité nationale espagnole. L’imprécision stylistique du terme chez Amador de los Ríos – partiellement responsable de la virulence du débat postérieur – peut être replacée pour centrer le mudéjar dans le contexte d’un récit identitaire. Les pages suivantes essaieront d’analyser son discours et de proposer des réponses.

Amador de los Ríos et El estilo mudéjar en arquitectura

  • 5  Selon Fernández Jiménez, Llaguno avait donné son aval au terme. José Fernández Giménez, « De la ar (...)

7L’intérêt pour l’architecture médiévale avait favorisé l’élan historiciste du xxe siècle et la critique espagnole avait parlé des édifices visigóticos, románicos, bizantinos, árabes et ojivales. Ces adjectifs mêlaient des caractéristiques de nature culturelle et politique avec d’autres liées à l’analyse structurale des constructions. Ainsi, le terme arquitectura mozárabe avait obtenu un certain succès pour désigner les églises chrétiennes érigées en terres islamiques (conformément à l’acception historique du terme) et des édifices élevés par des musulmans soumis aux chrétiens (Mudéjars)5. Mudéjar était ainsi un mot d’usage courant dans l’historiographie politique et sociale du Moyen Âge espagnol.

  • 6  Le discours fut édité une première fois (avec la réponse de Pedro de Madrazo) dans José Amador de (...)

8Dans ce contexte intellectuel, il ne semble pas étrange que le déplacement du terme vers sa nouvelle signification artistique avait eu lieu lors d’un processus rapide et relativement raisonné. Sa première utilisation serait apparue dans le discours d’entrée à l’Académie des beaux-arts de San Fernando que José Amador de los Ríos avait lu le 19 juin 1859, et qui portait le titre « El estilo mudéjar en arquitectura »6 (fig. 1-2). Le texte contenait l’intention explicite d’imposer le concept et d’en promouvoir l’usage dans les lieux qui centralisaient la recherche en histoire de l’art en Espagne à cette époque.

1. D. Martínez, portrait de José Amador de los Ríos, 1875.

1. D. Martínez, portrait de José Amador de los Ríos, 1875.

Source : Collection de l'auteur.

2. Page de titre du discours d'Amador de los Ríos à l'Académie sur le mudéjar.

2. Page de titre du discours d'Amador de los Ríos à l'Académie sur le mudéjar.

Source : Collection de l'auteur.

  • 7  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), 1859, p. 28.
  • 8  “[…] los monumentos de las artes y las letras llevan impreso viva y profundamente el sello especia (...)
  • 9  “Planta, distribución, proporciones, todo corresponde en el expresado templo [Santiago del Arrabal (...)

9Curieusement, Amador de los Ríos ne donna pas de définition précise des caractéristiques formelles du mudéjar architectonique, ni une argumentation théorique de sa catégorisation comme style. Au contraire, il disait « permettez que je ne m’arrête pas pour fixer minutieusement ses caractères [du style mudéjar], quand ils ne peuvent être ignorés par aucun de vous »7. Cette absence d’intérêt pour la description physique des bâtiments est significative. Son discours recourait surtout à une caractérisation historique et culturelle du mudéjar, à partir de laquelle il analysait certaines constructions qui, selon lui, avaient été édifiées par des alarifes Mudéjars pour des seigneurs chrétiens. Ainsi, Amador commençait sa dissertation en se plaçant dans l’imbrication entre art et civilisation, pour présenter le mudéjar comme le « lignage de l’architecture » chrétienne qui rendait mieux l’esprit espagnol du Moyen Âge8. Après avoir exposé dans la première moitié du texte les relations politiques, sociales et culturelles entre chrétiens et musulmans, il commentait (de manière plus culturelle qu’esthétique) quelques édifices qui définissaient le style, comme les synagogues del Tránsito (fig. 3) et de Santa María la Blanca de Tolède, l’alcázar de Ségovie, le palais des Mendoza à Guadalajara (fig. 4), et celui des Ayala de Tolède. On peut comprendre sa notion esthétique du mudéjar comme une combinaison de structures chrétiennes et d’ornements islamiques : une sorte de passerelle entre les deux religions. L’architecture était pour lui un territoire d’hybridation comme la littérature. Par exemple, la combinaison d’une structure chrétienne avec des arcs islamiques dans l’église Santiago del Arrabal de Tolède (fig. 5) était pour lui à mettre en relation avec les prédications évangélisatrices de San Vicente Ferrer dans la chaire9.

3. Synagogue de Santa María del Tránsito à Tolède.

3. Synagogue de Santa María del Tránsito à Tolède.

Source : Collection de l'auteur.

4. Gustave Doré, Vue du patio du palais des ducs de l'Infantado à Guadalajara.

4. Gustave Doré, Vue du patio du palais des ducs de l'Infantado à Guadalajara.

Source : Collection de l'auteur.

5. Église de Santiago del Arrabal à Tolède.

5. Église de Santiago del Arrabal à Tolède.

Source : Collection de l'auteur.

  • 10  Pedro de Madrazo, « De los estilos en las artes », La Ilustración española y americana, année 32, (...)
  • 11  Comme un exemple précoce entre plusieurs, voir La Correspondencia de España, 1040, 31 juillet 1861 (...)
  • 12 Voir « Tratado téorico y práctico de Dibujo con aplicación a las artes y a la industria de D. M. Bo (...)
  • 13  Quelques exemples intéressants, entre plusieurs : Eduardo de Mariátegui, « Arquitectura militar de (...)

10Le concept fut repris de manière extraordinairement rapide. Quand Pedro de Madrazo critiquait ce terme en 1888, à cette date « mudéjar » était déjà un mot à la mode chez les amateurs de la haute société10. Ce n’est pas étonnant car, pendant les trente années précédentes, il avait été fréquemment usité dans la presse généraliste11. Presque tous les journaux l’avaient repris avec enthousiasme pour les descriptions de monuments. Moins de dix ans après sa venue, il apparaissait déjà dans un cahier populaire de dessin12. Il fut aussi utilisé pour de nombreux travaux archéologiques13.

  • 14  José Amador de los Ríos, « El Museo Arqueológico Nacional », Revista de España, n° 4, 1868, p. 571 (...)
  • 15 Voir par exemple Anuario del cuerpo facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y Anticuarios, 1881 ( (...)

11La position politique et académique d’Amador de los Ríos permit une institutionnalisation rapide du concept. C’est ainsi que le nouveau Museo Arqueológico Nacional posséda, depuis sa fondation en 1867 sous la direction d’Amador, une salle de « Arte hispano-mahometano y de estilo mudéjar » – remarquez l’insistance dans le mot « estilo ». Dans la description de son programme muséographique, Amador déclarait que le mudéjar, « unique et caractéristique de notre Espagne », ferait que le musée resterait sans « égal et [sans] rival »14. Les programmes officiels des concours du corps de technicien de musées commencèrent à inclure une épreuve sur le mudéjar dans l’histoire de l’art espagnol15.

12Cette première conceptualisation du nouvel usage du terme eut des origines historiques, en laissant de côté la variété des édifices. Ceci eut des conséquences importantes dans le débat technique sur la pertinence de son utilisation scientifique, ainsi que dans les implications identitaires de son emploi.

  • 16  Sur la première réception du concept, voir Maria Carmen Fraga González, op. cit. (note 3).
  • 17  « La cuestión de clasificar y denominar propiamente los estilos arquitectónicos, tornó a suscitars (...)
  • 18  « Hay quien opina que los monumentos así construidos [por mudéjares] forman una clase que debe sep (...)
  • 19  José Fernández Giménez, op. cit. (note 5), p. 11-16 et 21-23.

13En premier lieu, cela créa un intéressant débat sur la pertinence de l’usage du terme à des fins de catégorisation stylistique16. Le sujet devint polémique dans la presse culturelle. Pendant les années 1860, 1870 et même 1880, nombre d’articles de fond prenaient parti en faveur ou contre le mudéjar comment « style » artistique17. Manuel de Assas reconnaissait qu’on pouvait parler d’une « arquitectura mudéjar », mais non d’un « estilo [un soi-disant goût] mudéjar », puisque les éléments architecturaux de ces édifices appartenaient à l’art musulman18. En 1862, dans le premier numéro de la revue El Arte en España, Fernández Giménez, utilisant les arguments historicistes d’Amador, promouvait l’emploi de la nouvelle étiquette « arquitectura cristiano-mahometana » qui englobait l’architecture des Mudéjars et des Mozarabes19 (fig. 6).

6. Page de titre de l'article de Fernández Giménez « De la Arquitectura cristiano-mahometana », paru en 1862.

6. Page de titre de l'article de Fernández Giménez « De la Arquitectura cristiano-mahometana », paru en 1862.

Source : Collection de l'auteur.

  • 20  Réponse de Pedro de Madrazo dans José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 46.
  • 21  “Comencemos por el mudejarismo. Ya aceptemos la traducción que de la palabra mudéjar nos da Mármol (...)
  • 22  Rodrigo Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso ». La Ilustración e (...)
  • 23  Madrazo insistait encore dans un autre article de 1889 : « Que el estilo llamado mudéjar es en la (...)
  • 24 Voir Gonzalo Borrás, op. cit. (note 3), p. 18.
  • 25  Pedro de Madrazo, op. cit. (note 10), p. 262 : « De otra parte, ¿tenemos por ventura la seguridad (...)
  • 26  Si on accepte l'usage du terme mudéjar pour l'art américain, c'est sans doute le cas. Sur le style (...)

14Le meilleur exemple des limites du cadre général qu’Amador avait fixé se trouve dans la réception du terme par Pedro de Madrazo. Ce dernier était l’académicien chargé de répondre à son discours de 1859 et, sans montrer trop d’enthousiasme pour le terme, il déclara que le concept était une « dénomination nouvelle mais plus rationnelle et philosophique, qui dépassait le terme ‘mozárabe’ par sa plus grande rigueur historique »20. Cependant trente ans plus tard, Madrazo abandonnait Amador et insistait sur la totale inadéquation du terme pour nommer un style artistique : « on ne doit pas l’employer dans le domaine de l’art comme déterminant un style unique et particulier », ou « dire un style mudéjar, c’est ne rien dire de défini ». Alors qu’en 1859, il avait jugé selon les arguments historicistes d’Amador, en 1888, il analysait l’utilité du concept comme catégorie esthétique : « le qualificatif de mudéjar n’identifie pas un style spécifique, parce que l’un serait le mudéjar du Tolède, un autre le mudéjar cordouan ou sévillan, un autre le mudéjar aragonais, le dernier de Grenade, etc. »21. Madrazo, parmi d’autres auteurs, soulignait le problème : la création historique par les Mudéjars ne correspondait pas aux aspects formels qui devaient définir un style, comme on le supposait alors. La question n’était pas banale. Deux ans auparavant, Rodrigo Amador de los Ríos, le fils de José, avait rédigé une longue série d’articles dans la revue La Ilustración española y americana pour définir précisément la nature du style mudéjar, sans toutefois apporter de nouveaux arguments au discours de son père22. Cependant, pour Madrazo, les constructions qualifiées de « mudéjar » étaient extrêmement variées d’un point de vue formel23. Madrazo24 avait eu raison de souligner la contradiction entre la volonté d’Amador de placer le mudéjar dans la lignée architectonique chrétienne et la profonde imbrication de ses formes dans les variantes de l’art islamique péninsulaire. De même, ses doutes sur la nécessaire identification de formes décoratives mudéjares et l’intervention d’alarifes mudéjars se révélèrent adroites25. Par exemple, nous savons que l’architecture des palais mudéjars n’est pas le résultat de l’hybridation sociale, mais de l’imitation de modèles prestigieux. On peut supposer que le style mudéjar d’Amador de los Ríos aurait pu exister sans population mudéjar26.

  • 27  Une synthèse du débat terminologique, dans Gonzalo Borrás, op. cit., p. 26 sq. et une révision réc (...)
  • 28  Pedro de Madrazo, op. cit. (note 10), p. 263.
  • 29  Vicente Lampérez y Romea, Historia de la arquitectura cristiana española en la Edad Media según el (...)

15Les préventions de Madrazo furent reprises dans le débat terminologique sur le mudéjar qui continua durant la seconde moitié du xxe siècle27. Sa volonté de définir « les objets d’art par leur style, soit pur, soit bâtard, et non par la condition de l’artisan » s’est révélée vaine à court terme28. Dans son Historia de la arquitectura cristiana española en la Edad Media (1908), Vicente Lampérez supposait que, style ou non, « l’architecture mudéjar est faite pour les chrétiens et mêlait des éléments des arts mahométan et chrétien, à des doses plus ou moins fortes. C’est une œuvre de Maures mis au service des conquérants et, dans bien des cas, c’est aussi l’œuvre des uns enseignée par les autres »29. La proposition d’Amador de los Ríos restait figée sur une définition concrète qu’il n’avait pas explicitée. Elle prenait la suite de son modèle fondé sur l’hybridation culturelle et la condition des artisans. La référence fondamentale pour les études médiévales de la première moitié du xxe siècle était Lampérez, si bien que le concept servait encore de point de départ à de nombreux travaux, et de référence théorique pour l’architecture de l’époque. Des années plus tard, on s’est aperçu qu’une grande partie de l’architecture mudéjar n’avait pas été bâtie par des Mudéjars, mais les implications culturelles, politiques et idéologiques provenant du terme social et historique se sont maintenues.

Mudéjar et identité nationale

  • 30  Vicente Lampérez y Romea, op. cit. (note 29), p. 540.
  • 31 Ibid., p. 540 : « Sea hecha esta arquitectura por moros sometidos, por moros conversos o por cristi (...)
  • 32 Voir James T. Monroe, Islam and the arabs in Spanish Scholarship (Sixteenth Century to the Present)(...)

16Lampérez trouvait important de considérer l’art mudéjar comme « un art national »30. Il pensait que la question de la dénomination était futile. D’après nous, en cela, il manqua son but31. Le choix du terme mudéjar avait une forte charge sémantique et idéologique. Le choix du mot s’insérait dans le mouvement de récupération de l’histoire islamique et juive qui existait alors dans la pensée espagnole. La caractérisation de l’art mudéjar ne pouvait être séparée ni de la redéfinition et de la revendication nationaliste des études des premiers arabistas du xixe siècle, ni de la création de la première chaire d’Arabe en 1843 attribuée à Pascual de Gayangos, ni des études littéraires et historiques d’Amador de los Ríos32.

  • 33  José Amador de los Ríos, « Influencia de los árabes en las artes y literatura españolas », Boletín (...)
  • 34 Ibid., p. 540.
  • 35  Aurora Rivière Gómez, op. cit. (note 32), p. 65-66.

17Onze ans avant d’entrer à l’Académie de San Fernando avec son discours sur le mudéjar, Amador avait été admis à l’Académie d’histoire avec une autre étude intitulée Influence des Arabes dans les arts et littérature des Espagnols33. Ce texte n’incluait pas de discussions terminologiques et ne parlait pas spécifiquement des Mudéjars, mais l’intention de souligner l’apport islamique à l’identité espagnole était claire : « parce que l’histoire écrite jusqu’à nos jours est uniquement l’histoire imparfaite du peuple chrétien, sans que tous les efforts possibles n’aient toujours pas été faits pour reconnaître et pour apprécier l’influence que les Juifs et les Arabes ont exercée dans la civilisation espagnole »34. Comme cela a été souligné, la valeur politique de sa position fut reconnue. Le discours lui valut une décoration du gouvernement et quand il obtint la chaire de l’Université centrale, cela fut considéré comme justement mérité35.

  • 36  Philippe Araguas, « Le style mudéjar et l’architecture néo-mudejar dans l’idéologie nationaliste e (...)
  • 37  Ce texte était ajouté dans l'édition de 1872. Reproduit dans José Amador de los Ríos, op. cit. (no (...)

18Alors que la création de ce vocable artistique par Amador de los Ríos était essentiellement nationaliste, la question terminologique était teintée d’idéologie. Les légers changements qu’Amador avait introduits, de 1859 et 1872, dans les différentes éditions de son discours renforçaient le contenu politique du mudéjar et son nationalisme. Au lieu de préciser les questions esthétiques pour définir le mudéjar comme style, Amador préféra insister sur les significations politiques et nationalistes du terme. Comme l’a marqué Philippe Araguas, ce n’est pas un hasard si, d’une version à l’autre, il passe du « grey [nation] castellana » au « grey [nation] española »36. Un des nouveaux paragraphes insérés faisait ressortir l’importance du mudéjar pour souligner celle de quelques édifices qui « donnaient au monde l’idée de ce que l’Espagne du Moyen Âge, loin de s’endormir dans la barbarie et l’ignorance comme cela fut injustement prétendu, figurait devant les autres nations d’Occident comme maîtresse d’un art inégalé et capable de satisfaire brillamment les nécessités les plus nobles de la vie »37. Amador pensait que la meilleure défense de son appellation était la mise en valeur de son potentiel politique. Si bien que la signification historique du terme et ses nouvelles connotations allaient déterminer une importante charge politique capable de diriger la lecture symbolique des édifices jusqu’à nos jours. Bien que ces dernières années se soit produite une révision du mudéjar et de sa présumée singularité espagnole, l’historiographie du xxesiècle a affirmé presque unanimement, et au-delà des différences politiques, que le mudéjar était le style national par excellence.

  • 38 Voir Aurora Rivière Gómez, op. cit. (note 32), p. 52 sq. ; et Manuela Manzanares de Cirre, op. cit.(...)
  • 39  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), 1859, p. 14.
  • 40  Sur la position d'Amador de los Ríos en faveur de l'idée de la tolérance médiévale, voir Roberto L (...)

19Un Mudéjar était un musulman qui vivait parmi les chrétiens. Ce caractère semblait fondamental pour Amador parce qu’il s’intéressait en premier lieu à l’hybridation. Sa pensée nationaliste et libérale essayait de passer outre plusieurs siècles de perception négative de l’héritage hispano-musulman pour proposer une construction plus complexe : la prééminence des valeurs chrétiennes ne devait plus être opposée à l’assimilation d’une coexistence passée qui pouvait avoir enrichi l’identité espagnole. Le terme mudéjar doit être mis en relation avec le débat contemporain sur l’interprétation des relations entre les musulmans et les chrétiens de l’Espagne médiévale. Depuis l’Historia de la dominación de los árabes en España de José Antonio Conde (1820-1821, réédité en 1844), le nouveau lieu commun de la tolérance était à l’ordre du jour de l’historiographie nationaliste libérale. En 1866, l’Estado social y político de los mudéjares de Castilla de Francisco Fernández y González défendait l’hybridation culturelle avec un discours historiciste et culturel qui reprenait également le terme d’Amador. Les « fábricas mudéjares » restaient placées dans le contexte des apports de l’Islam à la nation espagnole38. Pour Amador de los Ríos, la littérature médiévale espagnole pouvait avoir produit une « fusion transcendante des caractères de l’Orient et de l’Occident, [qui] trouvait une réalisation analogue dans les sphères des arts dans le mélange annoncé de l’architecture chrétienne et de l’arabe, destiné à briller dans les siècles futurs avec une floraison croissante »39. Dans son discours d’entrée à l’Académie, comme dans ses travaux historiques postérieurs, Amador défendait la (aujourd’hui déjà mythique) tolérance des rois médiévaux en opposition à la dureté de l’expulsion des Juifs et des Morisques à la Renaissance40.

  • 41  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 7.
  • 42 Ibid., p. 13.
  • 43 Ibid., p. 15 : « Cuando la espada vencedora de Fernando III arrancó a la morisma la antigua ciudad (...)
  • 44 Ibid., p. 9.
  • 45  José Amador de los Ríos, « Estudios monumentales y arqueológicos. Portugal. V. Monumentos de trans (...)
  • 46  Réponse de Pedro de Madrazo dans José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 48.
  • 47 Ibid., 1859, p. 17.

20Mais un Mudéjar était fondamentalement un musulman soumis aux chrétiens vainqueurs. Cette hybridation subodorée par Amador ne laissait aucun doute sur le binôme essentiel de cette identité. L’hybridation existait depuis le triomphe du christianisme. Quand Amador traça les bases historiques du mudéjar architectonique, il commença par déclarer que l’échec des Wisigoths à Guadalete était un « ignominieux désastre »41. En revanche, l’évocation de la Reconquista lui permettait de s’exclamer : « Le spectacle merveilleux offert en ces jours par la civilisation espagnole !42 » À son avis, le style mudéjar débuta « quand l’épée victorieuse de Ferdinand III (1199-1252) arracha à la religion mahométane l’ancienne ville de Médina Andalus [Cordoue] et plus tard Séville »43. La Reconquista était une justification traditionnelle qui évacuait sept cents ans de vie commune pour établir l’identité catholique. L’hybridation apparaît comme le fruit de la clémence des rois chrétiens victorieux qui, dès Alphonse X (1221-1284), se montraient supérieurs par leur plus grande tolérance envers les Mudéjars44. Dans un autre texte d’Amador, daté de 1873, l’architecture mudéjar était une œuvre « née de la tolérance et de la supériorité de la civilisation espagnole sur l’islam »45. Fernández y González partageait une vision similaire de cette tolérance. Quand Pedro de Madrazo demandait à Amador « comment l’art des Maures est-il devenu la forme préférée des bâtisseurs, principalement civils, des magnats castillans après que furent vaincues Cordoue et Séville par Ferdinand le Saint ? »46, il supposait que cette adoption des ornements exotiques pouvait seulement avoir été effectuée d’après une conception subordonnée de ces formes. Comme les Mudéjars, l’architecture mudéjar était tributaire des chrétiens. Pour Amador, la comparaison entre l’architecture de Grenade et le mudéjar des chrétiens andalous montrait que « les deux partaient de sources analogues et les deux conservaient le ton de la même idée originelle, tandis que le peuple de Mahomet, vaincu partout et partout poursuivi, apportait son savoir et son opulence aux contrées de Grenade, en les ornant sous le règne des Nazeritas de monuments merveilleux, où l’art parvient à obtenir la haute récompense de l’originalité […] dans les domaines castillans [cet art] se soumettait à de nouvelles lois, en perdant une grande partie de sa fraîcheur originelle et de son courage »47.

  • 48 Ibid., p. 13.
  • 49 Ibid., p. 7.
  • 50 Ibid., p. 18.
  • 51  Rodrigo Amador de los Ríos, « La Sala de Arte hispano-mahometano y de Estilo mudéjar en la Sección (...)
  • 52  Rodrigo Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso », La Ilustración e (...)
  • 53  Amador de los Ríos dénonçait : « Célebres filósofos, historiadores notables y eruditos literatos h (...)
  • 54 Voir Delfín Rodríguez Ruiz, La memoria frágil. José de Hermosilla y las antigüedades árabes en Espa (...)
  • 55  María José Bueno Fidel, Arquitectura y nacionalismo (pabellones españoles en las exposiciones univ (...)
  • 56 Ibid., p. 58.
  • 57  Dans ce sens, les commentaires de Rodrigo Amador de los Ríos sur l'appropriation de la part des ar (...)
  • 58  Note sur l’inauguration du chemin de fer Huelva-Séville, dans El Viajero Ilustrado Hispano America (...)
  • 59  Manuel Bosch, « La nueva iglesia parroquial de Hortaleza », La Ilustración española y americana, a (...)
  • 60  Une brève introduction à l’historiographie sur le Mudéjar de ces années dans Gonzalo Borrás, op. c (...)
  • 61 Voir Isidro Gomá, « Apología Española », Acción Española, n° 64-65, 1934, p. 202 et Acción Española(...)
  • 62  Rafael López Guzmán, op. cit. (note 3) p. 23 et Roberto López-Vela, op. cit. (note 40), p. 225-226

21Ce déplacement terminologique, établi par Amador de los Ríos, de l’« architecture mozarabe » vers l’« architecture mudéjar » répondait sans doute à la stricte précision archéologique, mais il laissait entrevoir la symbolique, fondamentale pour cet auteur. Jusqu’à un certain point, l’existence d’un style mudéjar lié à l’art chrétien permettait de rendre visible la splendeur culturelle produite par l’hybridation, comme la grandeur des vainqueurs qui avaient accueilli les manifestations les plus brillantes de la civilisation vaincue. « Tout a changé d’apparence, quand les régions populeuses et riches qui s’étendent des gorges de Muradal à la mer de Cádiz sont tombées sous la domination castillane », écrivait-il48. Bien qu’Amador ne l’eût pas expliqué directement, la nature du mudéjar architectonique et sociale restait caractérisée par sa contribution à la magnificence de l’Espagne chrétienne. Pour Amador, le mudéjar est national parce qu’il présente « à la critique une de phases les plus intéressantes de la civilisation espagnole » et par conséquent le mudéjar concerne le passé propre à l’Espagne49. La Reconquista et le Moyen Âge sont, d’après lui, les moments constitutifs de l’Espagne. Mais l’art mudéjar est aussi national parce qu’il signifie l’appropriation identitaire d’un passé musulman qui avait été (re)présenté, depuis le Moyen Âge sous le signe de l’altérité. Avec le mudéjar, Amador de los Ríos expliquait qu’après avoir opposé les Alcazars de Séville à l’Alhambra de Grenade, « cet art était déjà passé au domaine chrétiens, et […] les croyances, les sentiments et les coutumes de ces derniers avaient substantiellement modifié sa nature »50. Rodrigo Amador de los Ríos avait hérité de son père l’intérêt pour le concept de mudéjar, et aussi la direction de la salle dédiée à ce « style » dans le Museo Arqueológico Nacional. Ils étaient tellement persuadés de la réalité de ce déplacement culturel que, peut-être parce que le mudéjar se trouvait dans le musée situé à côté de l’art « hispanomahometano », Rodrigo le commentait ainsi : « le style mudéjar, comme manifestation très singulière de l’art chrétien, naît et vit, se développe et meurt, dans la culture proprement chrétienne de la Péninsule, sous la protection et au service de la chrétienté »51. Dans un écrit similaire, Rodrigo Amador répétait que le mudéjar était chrétien « en étant une expression authentique de la vitalité des peuples et interprète fidèle de leurs croyances, aspirations et sentiments » ; si cela n’était pas reconnu, c’était pour avoir posé « le regard dans l’accidentel et changeant »52. Dans cette image platonicienne, on doit supposer que l’« accidentel et changeant » seraient les formes qui liaient mudéjar et art islamique. Cette vision du mudéjar comme christianisation du passé musulman est une notion de base de la conceptualisation du mudéjar depuis Amador de los Ríos. C’est aussi la raison des problèmes liés à ce terme. En général, la révision du passé islamique a été (et est encore) une question controversée de l’historiographie espagnole. Dans ce contexte, l’interprétation du legs monumental musulman a été une source continuelle de conflit dans le processus de construction de l’identité nationale. Une partie de la tradition littéraire antérieure à Amador de los Ríos avait non seulement méprisé l’art médiéval, mais avait dénigré l’architecture islamique. Comme cela a été noté ailleurs, la pensée historiographique espagnole des xvie, xviieet (partiellement) xviiie siècles avait tenté de minimiser l’impact du patrimoine islamique dans les lieux de mémoire nationaux et locaux53. Pour cela, les textes ont privilégié la narration de la conquête ou ont modifié l’interprétation par des appropriations narratives qui proposaient des origines romaines ou chrétiennes aux édifices. L’ouverture idéologique des Lumières et la découverte romantique de l’exotisme islamique ont changé la perception de ce patrimoine, le rendant attractif54. Cette revalorisation a certainement infléchi le regard des Espagnols sur l’art islamique national, mais sans résoudre les problèmes de symbolique. Le cadre d’une identité traditionnellement construite dans le contexte de l’assimilation entre catholicisme et nation était trop pesant – et l’est encore pour certains. Au-delà de l’historiographie, cette perception idéologique du mudéjar apparaît clairement dans les déplacements que l’architecture historiciste de la fin du xixe siècle et du début du xxe a réalisés dans les divers revivals éclectiques55. À une époque où le neoplateresco pouvait représenter l’Espagne impériale de l’empereur Charles V, le neomudéjar apparaissait logiquement comme un style plus national que l’exotique neoislámico56. Le mudéjar d’Amador de los Ríos offrait un moyen pour assumer le legs esthétique islamique sans renoncer à une identité chrétienne forte57. Ainsi, l’érection de quelques gares neomudéjars mettait en relief que le choix du style en faisait des « témoignages des traditions et du goût du pays »58. De même, un architecte qui choisissait ce style pour une église aurait eu « l’idée opportune de la construire en style mudéjar, éminemment espagnol, et qui rappelle la foi de nos ancêtres, jamais modérée pendant les siècles de la domination islamique »59. Dans ce panorama, une grande partie du succès postérieur de la formule a sans doute découlé de la continuité de l’intérêt nationaliste pour l’histoire islamique de l’Espagne au xxe siècle60. D’une part, les idées de prééminence chrétienne et l’exaltation nationale qu’ Amador avait placées dans le mudéjar servirent à nourrir des positions idéologiques ultraconservatrices. Ainsi, la revue réactionnaire Acción Española pouvait publier des textes de Benito Mussolini sur le fascisme avec des descriptions d’architectures de style mudéjar dans la même livraison, ou éditer un article de l’archevêque Gomá où le mudéjar était présenté comme l’un des grands apports nationaux à la colonisation de l’Amérique61. D’autre part, le terme nourrissait également l’historiographie progressiste. La composante libérale de récupération du passé islamique qui avait soutenu le mudéjar d’Amador pouvait aussi servir de modèle aux visions critiques de l’Espagne des rois catholiques et de la contre-réforme62.

Notes

1  Sebastián de Covarrubias Orozco, Parte segunda del tesoro de la lengua castellana ; o española, Madrid : Melchor Sánchez, 1673, fol. 117r.

2  URL: http://lema.rae.es/drae/. Consulté le 16 novembre 2015.

3 Voir Maria Carmen Fraga González, Arquitectura mudéjar en la Baja Andalucía, Santa Cruz de Tenerife : Gráficas Tenerife, 1977 ; Gonzalo Borrás, El arte mudéjar, Teruel : Instituto de Estudios Turolenses, 1990, p. 26 sq. ; V. B. Mann, T. Glick, J. D. Dodds (dirs.), Convivencia : Jews, Muslims and Christians in Medieval Spain, catalogue d'exposition, New York : Jewish Museum, 1992 ; Ana R. Pacios Lozano, Bibliografía de arquitectura y techumbres mudéjares 1857-1991, Teruel, 1993 ; Ana R. Pacios Lozano, Bibliografía de arte mudéjar. Addenda, [Teruel] : Instituto de Estudios Turolenses, Excma. Diputación Provincial de Teruel ; [Zaragoza?] : Gobierno de Aragón, Departamento de Cultura y Educación, 1993 (Estudios mudéjares) ; Rafael López Guzmán, Arquitectura mudéjar, Madrid : Cátedra, 2000, et Juan Carlos Ruiz Souza, « Le "style mudéjar" en architecture cent cinquante ans après », Perspective, 2009, n° 2, p. 277-286. URL: https://perspective.revues.org/1384. Consulté le 16 novembre 2015.

4 Voir Rafael López Guzmán, op. cit. (note 3), p. 23.

5  Selon Fernández Jiménez, Llaguno avait donné son aval au terme. José Fernández Giménez, « De la arquitectura cristiano-mahometana », El Arte en España, t. I, 1862, p. 11-16.

6  Le discours fut édité une première fois (avec la réponse de Pedro de Madrazo) dans José Amador de los Ríos, Discursos leídos ante la Real Academia de Nobles Artes de San Fernando en la recepción pública de don José Amador de los Ríos, Madrid : Imprenta de José Rodríguez, 1859. Le discours fut réimprimé avec quelques changements dans José Amador de los Ríos, Discursos leídos en las recepciones y actos públicos celebrados por la Real Academia de las Tres Nobles Artes de San Fernando desde 19 de Junio de 1859, Madrid : M. Tello, 1872. Une édition française (du texte de 1872) dans José Amador de los Ríos (Pierre Guenoun, éd.), El estilo mudéjar en arquitectura, Paris : Centre de recherches de l’Institut d’études hispaniques, 1965.

7  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), 1859, p. 28.

8  “[…] los monumentos de las artes y las letras llevan impreso viva y profundamente el sello especial de las civilizaciones que los producen. Sus sentimientos, sus creencias, sus costumbres, su estado social y político, sus deseos y esperanzas, en el vario y contradictorio sentido de la vida, todo se halla revelado con sorprendente ingenuidad en las creaciones del arte, ora escriban el arquitecto y el estatuario en inmensas moles de piedra la historia de pueblos que ya no existen, ora confíen el pintor y el poeta a frágiles tablas e instables cantares los prodigiosos triunfos de sus héroes, la pacífica gloria de sus sabios, la justicia o la omnipotencia de sus monarcas. Ofrécenos la historia patria cabal comprobación de este principio trascendental de la crítica moderna, en cada una de sus páginas. Permitidme, no obstante, que fijándome por breves momentos en la grande Era de la Reconquista, período largo, difícil y glorioso, en que nace, se desarrolla y llega a colmada granazón el carácter nacional, ose señalaros entre todas las manifestaciones del arte cristiano cierto linaje de arquitectura, que reflejando de una manera inequívoca el estado intelectual de la grey española, desde mediados del siglo XII, es, en mi concepto, seguro comprobante de la verdad enunciada.” José Amador de los Ríos, ibid., p. 6-7.

9  “Planta, distribución, proporciones, todo corresponde en el expresado templo [Santiago del Arrabal de Toledo] a las prescripciones del rito y de la liturgia, dando cumplida razón del estado de la cultura castellana : en cambio, arcos, ábsides, armaduras, portadas y torre seguían en sus formas la pauta de las construcciones mudéjares, estrechando los lazos que debían unir en las siguientes centurias los elementos de uno y otro arte. Prueba elocuentísima de esto ofrece en la misma iglesia el gracioso púlpito desde donde el ya citado San Vicente Ferrer evangelizó al pueblo toledano.” José Amador de los Ríos, ibid., p. 19.

10  Pedro de Madrazo, « De los estilos en las artes », La Ilustración española y americana, année 32, n° 15, 1888, p. 262 sq.

11  Comme un exemple précoce entre plusieurs, voir La Correspondencia de España, 1040, 31 juillet 1861. Voir aussi les nombreux articles parus dans le journal El País dans la décennie 1880.

12 Voir « Tratado téorico y práctico de Dibujo con aplicación a las artes y a la industria de D. M. Borrel », La Ilustración española y americana, année 20, n° 16, 1876, p. 295.

13  Quelques exemples intéressants, entre plusieurs : Eduardo de Mariátegui, « Arquitectura militar de la Edad Media en España », El Arte en España, 1963, p. 142 (en parlant du mudéjar comme “estilo peculiar y exclusivo de nuestro suelo”) ; Rafael Contreras, « Del arte árabe en España », Revista de España, n° 8, 1868, p. 513 et n° 11, 1869, p. 111-125 (en soulignant que cette architecture mudéjar devait être source d’inspiration pour les architectes contemporains) et Francisco Giner, « Apuntes de un viaje a Portugal. », Revista de España, n° 71, 1879, p. 307 et n° 79, 1881, p. 350 (en commentant l’utilisation du mudéjar de Francisco Tubino pour décrire quelques peintures).

14  José Amador de los Ríos, « El Museo Arqueológico Nacional », Revista de España, n° 4, 1868, p. 571-578.

15 Voir par exemple Anuario del cuerpo facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y Anticuarios, 1881 (1882) et Gaceta de Instrucción Pública y Bellas Artes, 938, 1909.

16  Sur la première réception du concept, voir Maria Carmen Fraga González, op. cit. (note 3).

17  « La cuestión de clasificar y denominar propiamente los estilos arquitectónicos, tornó a suscitarse en 1856 y 1857 en las reuniones celebradas por los Sres. D. Manuel Aníbal Álvarez, D. Pedro de Madrazo, D. José Amador de los Ríos, D. Manuel de Assas, D. Enrique Ferrer, y no sabemos si alguien más, con el fin de trazar el plan general por el que había de publicarse la magnífica obra que lleva por título Monumentos arquitectónicos de España. En esas reuniones comenzaron las polémicas acerca del estilo artístico que D. José Amador calificó muy acertadamente de mudéjar, tesis sostenida luego y eruditamente apoyada por el mismo al tomar posesión de su plaza de número en la Academia de San Fernando en 1859, y que ha prevalecido. » José Ramón Mélida, « La arqueología. Antecedentes históricos, concepto de la ciencia, método para su estudio », Revista de España, n° 107, 1885, p. 66.

18  « Hay quien opina que los monumentos así construidos [por mudéjares] forman una clase que debe separarse de los tres gustos antes mencionados y que podría apellidarse mudéjar. Nosotros creemos que a tales construcciones, si con razón se las puede denominar mudéjares, no empero clasificarlas reuniéndolas en un gusto ; atendiendo a que las hay de dos gustos transitivo y andaluz ». Manuel de Assas, « Nociones fisionómico-históricas de la arquitectura en España. Artículo IX. Monumentos de estilo mahometano desde el siglo VIII al siglo XVI », Semanario Pintoresco Español, 8 novembre 1857, 45, p. 354. Étant donné que cet article est daté de 1857, un an avant le discours d’Amador de los Ríos, une polémique sur la paternité du vocable apparut. Aujourd’hui, il est reconnu que, bien que daté ultérieurement, le texte d’Assas était postérieur. Voir Gonzalo Borrás, op. cit. (note 3), p. 16.

19  José Fernández Giménez, op. cit. (note 5), p. 11-16 et 21-23.

20  Réponse de Pedro de Madrazo dans José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 46.

21  “Comencemos por el mudejarismo. Ya aceptemos la traducción que de la palabra mudéjar nos da Mármol, el cual supone que se aplicaba como sinónimo de renegado al musulmán que hacía traición a su fe sometiéndose al yugo del conquistador cristiano ; ya admitamos la etimología de la Academia, según la cual mudéjar vale tanto como tributario, es lo cierto que, aun designando por extensión con este adjetivo todo lo perteneciente a los mudéjares, no cabe emplearlo en el terreno del arte como determinativo de un estilo único y peculiar. Es evidente que los constructores mudéjares que quedaron en Toledo, y en algunas poblaciones de Castilla la Vieja sometidos al rey D. Alfonso en el siglo XI, no practicaban la misma arquitectura que los sometidos en Córdoba y Sevilla al rey D. Fernando el Santo en el siglo XIII, ni éstos usaban el estilo de los mudéjares granadinos obedientes a los Reyes Católicos en el siglo XV. […] el calificativo de mudéjar no marca estilo determinado, porque uno sería el mudéjar toledano, otro el mudéjar cordobés o sevillano, otro el mudéjar aragonés, otro el granadino, etc.” Pedro de Madrazo, op. cit. (note 10), p. 262.

22  Rodrigo Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso ». La Ilustración española y americana, année 29, n° 30, p. 90 ; année 30, 1886, n° 10, p. 170, et n° 23, p. 383-384.

23  Madrazo insistait encore dans un autre article de 1889 : « Que el estilo llamado mudéjar es en la mayor parte de los casos mauritano y morisco, y semejante denominación, mal que nos pese haber sido coautores de este calificativo, que hoy repudiamos por falso, no debe subsistir, porque los artífices mudéjares emplearon muchos estilos diferentes, y la calificación de mudéjar no determina nada fijo y característico. » Pedro de Madrazo, « Penitencias. Errores biográficos », La Ilustración española y americana, année 33, n° 7, février 1889, p. 111.

24 Voir Gonzalo Borrás, op. cit. (note 3), p. 18.

25  Pedro de Madrazo, op. cit. (note 10), p. 262 : « De otra parte, ¿tenemos por ventura la seguridad de que todo lo que se califica hoy de mudéjar es producto de manos mudéjares? ¿Acaso no adoptaron muchos alarifes cristianos el estilo de los arquitectos moros y moriscos que con ellos moraban? ».

26  Si on accepte l'usage du terme mudéjar pour l'art américain, c'est sans doute le cas. Sur le style mudéjar et les Mudéjars, voir aussi Juan Carlos Ruiz Souza, « Castilla y Al-Andalus. Arquitecturas aljamiadas y otros grados de asimilación », Anuario del Departamento de Teoría e Historia del Arte, n° 16, 2004, p. 34.

27  Une synthèse du débat terminologique, dans Gonzalo Borrás, op. cit., p. 26 sq. et une révision récente des relations entre l’art chrétien et l’art islamique dans Juan Carlos Ruiz Souza, op. cit. (note 26), p. 17-43.

28  Pedro de Madrazo, op. cit. (note 10), p. 263.

29  Vicente Lampérez y Romea, Historia de la arquitectura cristiana española en la Edad Media según el estudio de los elementos y los monumentos, Madrid : José Blass y Cía, 1908, vol. 2, p. 535-538.

30  Vicente Lampérez y Romea, op. cit. (note 29), p. 540.

31 Ibid., p. 540 : « Sea hecha esta arquitectura por moros sometidos, por moros conversos o por cristianos aleccionados por los moros, ello es que hay un arte que muestra elementos de lo cristiano y mahometano y que debe tener un nombre ; y tanto da el de mudéjar de Amador, como el cristianomahometano de Fernández Jiménez, como el morocristiano de un autor reciente [José Font y Gumá, Rejolas valencianas y catalanas, Barcelona, 1905], con la ventaja para el primero de ser más corto y más fonético. ».

32 Voir James T. Monroe, Islam and the arabs in Spanish Scholarship (Sixteenth Century to the Present), Leiden : Brill, 1970 ; Manuela Manzanares de Cirre, Arabistas españoles del siglo XIX, Madrid : Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1971 ; Aurora Rivière Gómez, Orientalismo y nacionalismo español. Estudios árabes y hebreos en la Universidad de Madrid (1843-1868), Madrid : Universidad Carlos III, 2000 et Cristina Álvarez Millán, « Pascual de Gayangos y la historia medieval en España ». Espacio, tiempo y forma. Serie III. Historia Medieval, 2004, 17, p. 35-49.

33  José Amador de los Ríos, « Influencia de los árabes en las artes y literatura españolas », Boletín de la Real Academia de la Historia, n° 33, 1898, p. 539-552. Voir le texte original sur http://www.cervantesvirtual.com. Consulté le 16 novembre 2015.

34 Ibid., p. 540.

35  Aurora Rivière Gómez, op. cit. (note 32), p. 65-66.

36  Philippe Araguas, « Le style mudéjar et l’architecture néo-mudejar dans l’idéologie nationaliste espagnole autour de 1900 », in Carlos Serrano (dir.), Nations en quête de passé. La Péninsule Ibérique (xixe-xxe siècles), Paris : Presses de l´université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 77.

37  Ce texte était ajouté dans l'édition de 1872. Reproduit dans José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 60.

38 Voir Aurora Rivière Gómez, op. cit. (note 32), p. 52 sq. ; et Manuela Manzanares de Cirre, op. cit. (note 32), p. 58 et 119 sq. José Antonio Conde, Historia de la dominación de los Árabes en España, Madrid : Imprenta que fue de García, 1820-1821 ; Francisco Fernández y González, Estado social y político de los mudéjares de Castilla considerados en sí mismos y respecto de la civilización española. Madrid : Imprenta de Joaquín Muñoz, 1866, p. 224 et 231-32.

39  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), 1859, p. 14.

40  Sur la position d'Amador de los Ríos en faveur de l'idée de la tolérance médiévale, voir Roberto López-Vela, « De Numancia a Zaragoza. La construcción del pasado nacional en las Historias de España del ochocientos », in Ricardo García Cárcel (dir.), La construcción de las historias de España, Madrid : Marcial Pons, 2004, p. 225-226.

41  José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 7.

42 Ibid., p. 13.

43 Ibid., p. 15 : « Cuando la espada vencedora de Fernando III arrancó a la morisma la antigua ciudad de Medina Andalus y más tarde la ciudad de Sevilla, hallábase la arquitectura cristiana en uno de aquellos instantes supremos, en que, tras largas y difíciles elaboraciones, aspiraba a revestirse de nuevas formas, señalando así nuevo grado de progreso en el cuadrante de la civilización española. El arco ojival, que ya fuese natural y espontáneo desarrollo del arte de Occidente, ya derivación afortunada de otro arte de más lejano origen, comenzaba a dibujarse en las fábricas de la arquitectura castellana, fue transportado al suelo de Andalucía, apenas iniciado su futuro desenvolvimiento. Su presencia representaba allí la triunfante cultura de los vencedores. Mas en aquel mismo suelo había echado profundas raíces el arte de los vencidos ; y Amires y Califas, walíes y cónsules se habían extremado, desde los tiempos de Abdul-aziz hasta los de Axataf, en dotar a Córdoba y Sevilla de portentosas aljamas y soberbios alcázares, en que brillando todas las galas de la arquitectura arábigobizantina, resplandecían en las más recientes construcciones los caracteres que distinguen la segunda edad de la historia de aquel arte, reconocida en ellos, no sólo la influencia de almorávides y almohades, sino también la menos duradera, aunque tal vez más brillante, de los príncipes abbaditas. He aquí, pues, Señores Académicos, los encontrados elementos que en tal instante se asociaban en la ciudad de San Fernando, si no para dar primer aliento al estilo mudéjar, ya antes engendrado y asociado no sin fortuna al estilo románico, para determinar de un modo inequívoco la senda que debía seguir en días venideros. ».

44 Ibid., p. 9.

45  José Amador de los Ríos, « Estudios monumentales y arqueológicos. Portugal. V. Monumentos de transición, apellidados manuelinos », Revista de España, n° 35, 1873, p. 212.

46  Réponse de Pedro de Madrazo dans José Amador de los Ríos, op. cit. (note 6), p. 48.

47 Ibid., 1859, p. 17.

48 Ibid., p. 13.

49 Ibid., p. 7.

50 Ibid., p. 18.

51  Rodrigo Amador de los Ríos, « La Sala de Arte hispano-mahometano y de Estilo mudéjar en la Sección segunda del Museo Arqueológico Nacional », Revista de España, n° 122, 1888, p. 375-409. Voir aussi Idem, « El Museo Arqueológico Nacional (notas para su historia) », La España Moderna, 170, 1903, p. 41-70. Autres références dans Idem, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso », op. cit. (note 22).

52  Rodrigo Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso », La Ilustración española y americana, année 30, n° 10, 1886, p. 170.

53  Amador de los Ríos dénonçait : « Célebres filósofos, historiadores notables y eruditos literatos han formado un juicio poco exacto sobre el estado de cultura de los árabes cuando conquistaron la Península ibérica, y les han dado el nombre de bárbaros, llevados sin duda de las preocupaciones vulgares que por tanto tiempo han dominado entre nosotros, respecto á cuanto tenía relación con los sectarios del islamismo. La religión de los castellanos, y el odio que éstos profesaban a los musulmanes, contribuyeron en gran manera a que se les tuviese en un concepto tan equivocado y a que se les negase absolutamente el haber tenido influencia en los adelantamientos de la civilización española », José Amador de los Ríos, op. cit. (note 33), p. 540-541. Voir Victor Nieto Alcalde, « El mito de la arquitectura árabe, lo imaginario y el sueño de la ciudad clásica », Fragmentos, 8-9, 1986, p. 132-155 ; Fernando Marías, « Haz y envés de un legado : la imagen de lo islámico en la cultura del Renacimiento y el Barroco », in VV. AA., La imagen romántica del legado andalusí, Barcelone ; Madrid : Lunwerg, 1995, p. 105-113 ; et Antonio Urquízar Herrera, « La memoria del pasado en la cristianización de la mezquita de Córdoba durante la Edad Moderna », in Isidoro Coloma, Juan Antonio Sánchez (dirs.), Actas del XIV Congreso Nacional del CEHA, Málaga : Universidad de Málaga, 2003, p. 523-531. Une vision complémentaire dans Barbara Fuchs, Exotic Nation. Maurophilia and the Construction of Early Modern Spain, Philadelphia, PA : University of Pennsylvania Press, 2009. Sur le rôle historique du mudéjar dans ce processus : p. 52 sq.

54 Voir Delfín Rodríguez Ruiz, La memoria frágil. José de Hermosilla y las antigüedades árabes en España, Madrid : Fundación Cultural Coam, 1992 ; La imagen romántica del legado andalusí, op. cit. (note 53) ; Francisco Calvo Serraller, La imagen romántica de España, Madrid : Alianza, 1995 ; Luis Méndez, La imagen de Andalucía en el arte del siglo XIX, Séville : Centro de Estudios Andaluces, 2008 ; Antonio Urquízar Herrera et Noemi de Haro García, La escritura visual de Córdoba. Gramática de un imaginario colectivo, Cordoue : Universidad de Córdoba, 2006.

55  María José Bueno Fidel, Arquitectura y nacionalismo (pabellones españoles en las exposiciones universales del siglo XIX), Málaga : Universidad de Málaga, 1987, p. 56 sq.

56 Ibid., p. 58.

57  Dans ce sens, les commentaires de Rodrigo Amador de los Ríos sur l'appropriation de la part des architectes de l'idée mudéjar proposée par son père Rodrigo sont significatifs : « Aunque no bien discernido en todos sus accidentes, y detalles, ni en sus fundamentos históricos y filosóficos, bajo el concepto de ser el referido estilo [mudéjar] intérprete genuino del genio nacional en la Edad Media, como elaborado dentro de la península y con medios y recursos propios, -apoderábanse los artistas de la idea, y, tratando de simbolizar en el arte arquitectónico la nacionalidad española, cuando el edificio era llamado a responder a necesidades privativas de España, o a representarla característicamente, no recelaban en imitar o reproducir lo más saliente del mencionado estilo, apellidando, en consecuencia, de mudéjares sus construcciones, cual acontece, por ejemplo, en la moderna Plaza de Toros de esta corte ; pero alardeando de originalidad, no faltaba entre ellos quien, comprendiendo o no lo que en sí propio significaba el estilo mudéjar, tomaba de las fábricas muslimes granadinas los elementos principales desfigurándolos a capricho si bien en forma y condiciones artísticas aunque no rigurosamente arqueológicas, y dejándose llevar con el nombre de mudéjares, cual ocurría en la última Exposición Universal de Paris con el Pabellón de España, y como sucede con el Circo de Price, no ha muchos años construido en esta corte. » Rodriguo Amador de los Ríos, « El estilo mudéjar. Cartas al Sr. D. José Gestoso », La Ilustración española y americana, année 29, n° 30, 1885, p. 90.

58  Note sur l’inauguration du chemin de fer Huelva-Séville, dans El Viajero Ilustrado Hispano Americano, 6, 30 de marzo de 1880, p. 1.

59  Manuel Bosch, « La nueva iglesia parroquial de Hortaleza », La Ilustración española y americana, année 24, n° 13, 1880, p. 222.

60  Une brève introduction à l’historiographie sur le Mudéjar de ces années dans Gonzalo Borrás, op. cit. (note 3), p. 26-36.

61 Voir Isidro Gomá, « Apología Española », Acción Española, n° 64-65, 1934, p. 202 et Acción Española, n° 31, 1943.

62  Rafael López Guzmán, op. cit. (note 3) p. 23 et Roberto López-Vela, op. cit. (note 40), p. 225-226.

Table des illustrations

Titre 1. D. Martínez, portrait de José Amador de los Ríos, 1875.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 2. Page de titre du discours d'Amador de los Ríos à l'Académie sur le mudéjar.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 3. Synagogue de Santa María del Tránsito à Tolède.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre 4. Gustave Doré, Vue du patio du palais des ducs de l'Infantado à Guadalajara.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 5. Église de Santiago del Arrabal à Tolède.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 6. Page de titre de l'article de Fernández Giménez « De la Arquitectura cristiano-mahometana », paru en 1862.
Crédits Source : Collection de l'auteur.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Urquízar Herrera, « « Mudéjar » et identité nationale en Espagne au xixe siècle », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 343-359.

Référence électronique

Antonio Urquízar Herrera, « « Mudéjar » et identité nationale en Espagne au xixe siècle », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le , consulté le 29 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/4899

Auteur

Antonio Urquízar Herrera

Profesor titular de Historia del Arte en la UNED, Madrid.

Droits d’auteur

Tous droits réservés