Navigation – Plan du site
Théories et histoires de l'art islamique

Visiter Le Caire en compagnie d’Émile Isambert, auteur de l’Itinéraire descriptif de l’Orient

Hélène Morlier
p. 275-295

Texte intégral

1Émile Isambert (1827-1876) fut le coauteur avec Adolphe Joanne d’un guide intitulé Itinéraire descriptif de l’Orient publié par la Librairie Hachette en 1861, dans le cadre de la collection des guides Joanne (fig. 1). Cette importante collection de guides de voyage affirmait la double vocation de s’adresser aux voyageurs, plus ou moins intrépides selon les destinations, et aux érudits qui consultaient l’ouvrage en chambre. Il rédigea ensuite la nouvelle édition dont les trois volumes parurent respectivement en 1873, 1878 et 1882, les deux derniers volumes publiés à titre posthume.

1. Couverture du guide Joanne, Itinéraire de l'Orient.

1. Couverture du guide Joanne, Itinéraire de l'Orient.

Source : Émile Isambert et Adolphe Joanne, Itinéraire descriptif de l’Orient, Paris : Librairie Hachette, 1861.

  • 1  Catalogue de livres composant la bibliothèque de feu M. Isambert, conseiller à la Cour de cassatio (...)
  • 2  Me Escribe et Haro, Tableaux anciens et modernes de la collection de feu le Dr Isambert..., Vente (...)

2Émile Isambert était l’un des trois fils de François André Isambert (1792-1857), avocat qui s’illustra en particulier dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage. Il fut l’un des fondateurs de la Société de géographie en 1821 et l’auteur de nombreux ouvrages juridiques de référence. Esprit très ouvert et érudit, il possédait une bibliothèque riche de nombreux ouvrages d’archéologie parmi lesquels l’ensemble des volumes de la Description de l’Égypte1. Son fils Émile était un médecin, fondateur notamment du service de laryngologie des hôpitaux de Paris à Lariboisière (IXe arrondissement). Il collaborait à plusieurs revues médicales et créa les Conférences cliniques sur les maladies du larynx et des premières voies, publiées à titre posthume. Ce médecin très actif était aussi un amateur d’art éclairé comme en témoigne le catalogue de vente de sa collection de tableaux le 9 mars 18772, mais surtout un grand voyageur (fig. 2). C’est à ce titre qu’il collabora avec Adolphe Joanne, lui-même voyageur, pour rédiger le premier guide de l’Orient digne de ce nom en langue française.

2. Émile Isambert sur le pont du Moeris.

2. Émile Isambert sur le pont du Moeris.

Le Moeris était un navire qui transportait des invités officiels pour les festivités d'inauguration du canal de Suez Isambert lit, assis en retrait, au second plan.

Source : Le Monde illustré, 15e année, 654, 25 octobre 1869, p. 265.

  • 3  Bulletin de la Société de géographie, 4e série, vol. 15, 1858, p. 114 et 434.

3Isambert avait effectué un premier périple en Orient pendant l’hiver 1856, en compagnie de plusieurs voyageurs anglais dont W. Coppinger, érudit protestant anti-esclavagiste, qui participa ensuite à la description de la Grèce, de la Morée et de la Terre Sainte de l’Itinéraire descriptif de l’Orient. Le 18 juin 1858, Isambert fut présenté à la Société de géographie par Alfred Maury et Victor Malte-Brun3. Il signa le 15 juillet 1858 un contrat avec les éditions Hachette pour rédiger en qualité de coauteur un guide de l’Orient qui

  • 4  IMEC, registres des traités de la librairie Hachette, traité n° 166 du 15 juillet 1858. Je remerci (...)

« […] contiendra la Grèce, les routes principales de la Turquie d’Europe et d’Asie, la Syrie, la Palestine et l’Égypte, en un mot toutes les localités visitées habituellement par les touristes qui font un voyage en Orient4 ».

  • 5  « Rapport sur les travaux de la Société de géographie et sur les projets des sciences géographique (...)

4Isambert entreprit seul le voyage, alors que Joanne, retenu par ses tâches de directeur de la collection de guides, restait à Paris mais réunissait la documentation complémentaire. Au moment de sa parution, le guide fut l’objet d’un compte rendu élogieux rédigé par Victor Malte-Brun, pour le Bulletin de la Société de géographie5 :

« L’Orient, ce berceau de notre religion et de notre civilisation, cette contrée que l’imagination pare toujours de ses plus brillantes couleurs, conserve le privilège d’attirer chaque année un grand nombre de visiteurs de notre pays. C’était leur rendre un signalé service que de réunir en un seul volume les notions les plus indispensables qui peuvent rendre à tous ce voyage fructueux. MM. Adolphe Joanne et Émile Isambert l’ont tenté avec succès dans leur Itinéraire descriptif de l’Orient. La géographie et l’archéologie ont une grande part dans cet utile ouvrage, pour lequel les auteurs ont puisé aux meilleures sources et qu’ils ont enrichi de cartes d’une exécution remarquable ».

5Il est aussi fait mention de l’exemplaire offert par Émile Isambert à la Société de géographie.

  • 6  « Guides » parus de 1830 à 1860, inventoriés dans Oleg V. Volkoff, Comment on visitait la vallée d (...)
  • 7 John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, Londres : Murray, 1858 (Murray's handbo (...)
  • 8  Richard et Quétin, Guide en Orient, Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris : L. (...)
  • 9  Catalogue de livres de médecine, de voyages, de géographie et d’histoire de la bibliothèque de feu (...)

6De quels guides disposait le voyageur avant la parution de l’Itinéraire descriptif de l’Orient de Joanne et Isambert ? Une quinzaine d’entre eux étaient parus depuis 1830 pour l’ensemble de l’Orient6 ; beaucoup de ces ouvrages étaient destinés aux voyageurs en route pour l’Inde et l’Extrême-Orient qui profitaient de leur traversée obligée de l’Égypte pour visiter le pays. Seul le guide Murray de l’Égypte, rédigé par Sir Wilkinson et paru en 18587, était mentionné dans l’abondante bibliographie générale du guide Joanne qui répertoriait 151 titres sur l’Orient dont 27 pour l’Égypte. L’unique guide en langue française datait de 1851 : Guide en Orient, Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, par Richard et Quétin8 ; Isambert possédait le Murray9. Il était donc temps de publier un guide qui corresponde aux attentes des voyageurs de plus en plus nombreux qui succombaient à la mode du voyage en Orient. Isambert allait-il s’inspirer directement des ouvrages existants ou faire preuve d’innovation pour la rédaction de son guide ? L’exemple de la visite du Caire permet de faire le point sur sa démarche.

Les « modèles » et les guides précurseurs de l’Itinéraire descriptif de l’Orient (1861)

L’Aperçu de l’Égypte de Clot bey (1840)

  • 10  Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes (...)
  • 11  Adolphe Joanne et Émile Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de lOrient, (...)

7Publié en 1840, ce livre10 n’est pas à proprement parler un guide au sens actuel du terme (fig. 3). Toutefois, Isambert avait une grande estime pour cet ouvrage qui figure dans la bibliographie de son propre guide11. Un double astérisque devant ce titre indiquait qu’il conseillait de l’emporter en voyage.

3. Page de titre du livre de Clot bey, Aperçu de l'Égypte.

3. Page de titre du livre de Clot bey, Aperçu de l'Égypte.

Source : Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes et plans coloriés, Bruxelles : Société belge de Librairie, 1840.

  • 12  Édition belge : tome premier, chapitre III, Population, habitations, villes et villages de l’Égypt (...)

8L’ouvrage d’Antoine Barthélemy Clot (1793-1868), médecin de Muhammad ‘Ali et fondateur de l’école de médecine du Caire, est un condensé entre autres de connaissances géographiques, historiques, juridiques, religieuses ou sociologiques ainsi que d’observations de l’auteur qui passa de nombreuses années dans ce pays. Cette présentation des spécificités locales permet encore de nos jours d’appréhender l’Égypte de la première moitié du xixe siècle. Plusieurs sections sont consacrées à l’architecture publique et privée ainsi qu’à l’urbanisme – ou plutôt à son absence comme le souligne Clot bey12. La description des maisons citadines contient des remarques d’ordre général quant à leur distribution en relation avec les usages de la société musulmane ; l’auteur souligne l’existence des moucharabiehs et s’appesantit sur l’importance de la distribution de l’eau par les fontaines et de son usage dans les bains. La section dévolue aux édifices cultuels est plus détaillée : les particularités historiques et architecturales sont mises en exergue et reliées aux mœurs ou aux cérémonies locales. À propos de la mosquée de ‘Amr, par exemple, Clot bey rapporte que :

  • 13  Édition belge : tome second, chapitre XV, Monuments et ruines, § II, Monuments arabes, p. 422.

« Lorsque la crue du Nil est tardive et qu’une disette est à craindre pour l’année prochaine, il est d’usage que le chef du gouvernement invite les ulémas, les cheiks, les rabbins, les prêtes cophtes, grecs et catholiques, à se rendre à la mosquée d’‘Amr, avec leurs coreligionnaires : chaque secte alors se réunit en groupe hors de l’enceinte de la mosquée pour implorer le secours du ciel, obtenir une bonne inondation et conjurer ainsi les malheurs qui menacent le pays13 ».

9Clot-Bey décrit les principales mosquées signalées ensuite par tous les guides : ‘Amr, Ibn Tulun, al-Azhar, Barquq, Qalawun, Hasan, al-Mu'ayyad, Qaytbay. Il consacre un paragraphe aux minarets dont il indique la fonction et ajoute à ceux des mosquées déjà mentionnées celui de la mosquée d’al-Ghawri qu’il considère comme « les plus intéressants ».

10Dans un dernier paragraphe intitulé « Tombeaux », l’auteur décrit les deux groupes de sépultures réparties au nord-est et au sud du Caire.

11Cet Aperçu est enrichi de cartes (l’Égypte avec l’indication des villes anciennes, le delta, les barrages du Nil) et plans de villes dépliants (Alexandrie, son arsenal, Le Caire [fig. 4]). Cette abondance de documents graphiques doit être soulignée, car elle est rare pour les ouvrages contemporains de synthèse et de petit format. Isambert y a certainement trouvé une source d’inspiration pour son guide.

4. Plan du Caire inséré dans l'Aperçu de l'Égypte de Clot bey.

4. Plan du Caire inséré dans l'Aperçu de l'Égypte de Clot bey.

Source : Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes et plans coloriés, Bruxelles : Société belge de Librairie, 1840.

Le Guide en Orient de Richard et Quétin (1851)

12Richard est le pseudonyme de Jean-Marie Vincent Audin, auteur et éditeur de guides de voyage depuis 1823. Ces publications furent vendues au célèbre éditeur de guides Louis Maison, qui à son tour céda ses collections à la librairie Hachette. Louis Quétin est un auteur de guides de voyages, parfois rédigés en collaboration avec Richard.

  • 14  Richard et Quétin, Guide en Orient, op. cit. (note 8).
  • 15  Ibid., Climat et saisons, p. 342 et Hygiène, à la suite.
  • 16  Sur les guides et les relations de voyages, voir Daniel Lançon, L’Égypte littéraire de 1776 à 1882 (...)

13Le guide rédigé par Richard et Quétin14 était certainement encore disponible en librairie ou au moins en bibliothèque quand Isambert prépara son voyage (fig. 5). Moins d’une dizaine de pages y sont consacrées à la ville du Caire, dont la majeure partie est constituée d’extraits de récits ou de considérations générales qui auraient dû être placées en tête de section15. Le texte parfois rédigé à la première personne – est-ce une citation non signalée d’un récit de voyage16 ? – donne des impressions personnelles banales (foule, bruit, etc.).

5. Page de titre du livre de Richard et Quétin, Guide en Orient.

5. Page de titre du livre de Richard et Quétin, Guide en Orient.

Source : Richard et Quétin, Guide en Orient, Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris : L. Maison, 1851.

  • 17  Ibid., Le Caire : p. 337-345 (9 pages) ; Marché aux esclaves : p. 340-341 (1 page) ; à la suite, r (...)

14Les habituels sujets mythiques du marché aux esclaves et des almées, objets de tous les fantasmes orientalisants des Européens, sont assez longuement traités17. Toutefois, l’ensemble du texte sur Le Caire est assez négatif (évocation des maladies, de la saleté, de la ruine des édifices, etc.) malgré une remarque d’ordre général :

  • 18 Ibid., p. 338.

« La beauté de la ville, comme dans les autres villes musulmanes, consiste plutôt dans les mosquées et les édifices isolés, que dans l’ensemble de la ville, qui n’offre aucune symétrie.18 »

15Quant aux considérations sur l’art arabe, elles se limitent à constater l’absence de plan d’urbanisme de la ville, l’étroitesse des rues qui n’offrent aucune perspective :

  • 19 Ibid.

« C’est aussi un effet singulier et frappant, que celui de ces énormes mosquées, près desquelles on passe sans en voir autre chose que les minarets élancés et les murailles bariolées, sans pouvoir saisir une idée de l’ensemble, un plan, une régularité quelconque.19 »

16Aucune information structurelle sur l’architecture islamique ne sensibilise le voyageur à ce qu’il va découvrir. Seule la visite de la citadelle avec le puits de Joseph a réussi à intéresser l’auteur qui reste très général :

  • 20 Ibid., p. 340.

« La promenade le long des remparts est l’une des plus belles que l’on puisse s’imaginer, et d’où l’on a une des plus belles perspectives de tous les côtés, comprenant une immense quantité d’objets tant anciens que modernes.20 »

17Une phrase comme celle-ci pourrait s’appliquer à n’importe quel panorama… Cette description du Caire qui n’est que la compilation de citations diverses n’a qu’un intérêt limité et ne peut être d’aucune utilité sur place. Elle contribue surtout au renforcement des imaginaires exotiques des Européens.

A Hanbook for Travellers in Egyptde Sir Wilkinson (1858)

  • 21  John Gardner Wilkinson, Topography of Thebes, and general view of Egypt,... With remarks on the ma (...)
  • 22  John Gardner Wilkinson, Modern Egypt and Thebes : being a description of Egypt, including the info (...)
  • 23  Voir Catalogue de livres de médecine, de voyages, etc., op. cit. (note 9), lot de guides n° 56.

18Sir John Gardner Wilkinson (1797-1875) était un voyageur anglais, considéré comme le fondateur de l’égyptologie par ses compatriotes. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence dans ce domaine comme Topography of Thebes, and general view of Egypt21 publié en 1835 chez Murray. Son guide de l’Égypte est signalé comme “condensed from ‘Modern Egypt and Thebes’”, ouvrage du même auteur paru en 184322. Le guide publié par Murray en 1858 était alors le plus récent et Isambert l’avait probablement emporté sur place (fig. 6)23.

6a. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.

6a. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.

Source : John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858.

6b. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.

6b. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.

Source : John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858.

  • 24  John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858 (note 7), p. 115. Je remercie Gou (...)
  • 25  Ibid., p. 115-123. Par exemple, la succession « Servants » avec des recommandations pour certaines (...)

19L’organisation des différentes sections pour la présentation et la visite du Caire reflètent la réduction d’un précédent ouvrage. En effet, l’ordre des rubriques est confus : les renseignements pratiques sont pourtant placés en tête de chapitre mais parfois mélangés avec d’autres informations. Ainsi la rubrique “Hotels”, qui donne les adresses des hôtels convenant à une clientèle européenne, contient aussi la description du quartier de l’Azbakiyya24. L’enchaînement des rubriques semble aujourd’hui manquer de logique puisqu’il entremêle des descriptions de lieux avec des informations d’ordre général sur les habitudes locales ou des conseils au voyageur25. La partie “Quickest Mode of seeing Cairo […]” aurait pu être suivie de la description des monuments concernés mais celle-ci est placée plus loin. Ici sont proposées plusieurs visites qui occupent six journées, dont la première est consacrée à Héliopolis et à quelques monuments rencontrés en route (Bab al-Futuh, le tombeau d’al-Ghawri), la seconde au Vieux-Caire et à l’île de Rôdah, la troisième permet enfin d’aborder le centre du Caire avec le bazar, puis une excursion à la citadelle, le quatrième jour est occupé par la visite d’autre mosquées et Shubra, le cinquième jour est consacré à la forêt pétrifiée ou au Muqattam. Il est indiqué que les trois journées précédentes peuvent être réduites à deux (sic !). Enfin, la dernière excursion, le sixième jour, concerne les pyramides et le Sphinx avec une extension possible à Saqqarah voire Memphis en une journée supplémentaire.

  • 26  Ibid., p. 129.
  • 27  Ibid., p. 133.
  • 28  Ibid., p. 134.
  • 29  Long récit détaillé et savoureux par ses anecdotes typiquement anglaises avec 3 illustrations : Jo (...)
  • 30 Edward W. Lane, An account of the manners and customs of the modern Egyptians, written in Egypt dur (...)

20L’absence de plan de la ville dans le guide ne permet pas au visiteur de s’orienter, ni de repérer les monuments, encore moins de se rendre compte du manque de logique de ce programme, voire de son excessive densité. Les mosquées signalées dans la section “Mosk of Cairo – Early Pointed Arches” sont les plus représentatives : Ibn Tulun, al-Azhar, Hasanayn, al-Hakim, Sultan Hasan, al-Ghawri et Qalawun, Sha’rawi, al-Mu'ayyad, Barquq, Sayyida Zaynab ; seule cette dernière est ajoutée à la liste de l’Aperçu de Clot-Bey. Les descriptions sont détaillées, peut-être trop, pour le visiteur non familiarisé avec l’art islamique : Wilkinson s’attache à l’étude critique d’une inscription en arabe reproduite dans le texte26 et qui ne s’adresse qu’aux spécialistes. Un court paragraphe traite des palais de la famille régnante, dont deux valent une visite (Shubra et Qasr al-Nil)27 ; un autre indique qu’il n’y a plus rien à voir au marché aux esclaves depuis l’abolition de l’esclavage28. Plus déconcertante pour le lecteur actuel est l’introduction de récits d’expériences personnelles de l’auteur : la séance chez le magicien29 est révélatrice de l’intérêt des voyageurs anglais depuis la popularisation de ces pratiques par Edward Lane30. Si cette anecdote est riche d’intérêt – elle permet de connaître les participants à cette démonstration des pouvoirs supposés d’un magicien célèbre de la première moitié du xixesiècle –, elle n’avait plus d’utilité pour le voyageur de 1858, mais continuait d’alimenter les imaginaires habituels sur l’Orient.

L’Itinéraire descriptif de l’Orient, 1861 ou l’appropriation de l’espace et la formation du goût

  • 31  Daniel Lançon, op. cit., (note 16), p. 286-289.

21Pour Émile Isambert, il restait donc beaucoup à faire : sa tâche consistait en l’écriture d’un véritable guide de voyage aussi documenté, objectif et pratique que possible31. Ce n’est pas le texte du guide de Richard et Quétin qui a pu l’aider à rédiger sa description du Caire ; en revanche l’ouvrage de Clot-Bey et le guide de Wilkinson lui ont certainement été plus utiles.

  • 32  John Gardner Wilkinson, op. cit. (note 7), p. 117.

22Selon l’habitude des guides Joanne qui structurent les informations, l’auteur donne d’abord des « renseignements généraux », nécessaires au voyageur qui doit commencer par se loger. Viennent ensuite l’histoire de la ville et une introduction topographique. L’auteur propose dix itinéraires certainement inspirés de Wilkinson. Toutefois, ces visites correspondent à des demi-journées combinables selon les désirs du voyageur et non pas à un programme statique réparti en six jours : la notion de rapidité pour visiter la ville a été abandonnée32. L’itinéraire le plus long est effectué le matin, le second assez court l’après-midi et en soirée ; cette organisation de la journée est adaptée au rythme local et à la température. Plusieurs matinées sont dévolues à des excursions dans les environs (Héliopolis, forêt pétrifiée, pyramides, etc.) ou dans des quartiers un peu excentrés de la ville (les cimetières, Fustat). Il est important de noter que cette manière de visiter Le Caire fut reprise par les guides suivants à quelques exceptions près, en particulier lorsque de nouveaux lieux étaient ouverts comme les grands musées. Avec ses itinéraires logiques mais souples, Isambert a fixé les principes de la visite de la ville.

  • 33  Guide de Londres (1853) depuis sa première édition ou de celui de Paris (1854) parus chez Hachette (...)
  • 34  Par exemple églises, théâtres, ministères, administrations, etc. Il faut attendre l’édition du gui (...)

23La description des édifices ne suit pas l’ordre de ces tournées : l’intérieur de la ville est d’abord traité, puis sont ensuite proposées les excursions au dehors. Le visiteur est libre de s’organiser comme il l’entend, mais la structure du guide lui permet de retrouver facilement ce qu’il cherche dans la section « Édifices et lieux remarquables » : I. La citadelle ; II. Mosquées ; III. Bazars, bains, fontaines ; IV. Places publiques, fêtes, etc. ; V. Tombeaux, nécropoles. Ce classement par type de bâtiments était celui des premiers guides citadins de la collection de guides publiés par Hachette33, qui ne proposaient pas d’itinéraires, mais des sections thématiques34. Si elle ne facilite pas forcément l’élaboration d’un itinéraire, cette disposition offre une approche synthétique et typologique qui permet aussi au lecteur en chambre de se documenter facilement sur un sujet.

24L’étude détaillée du panorama du Caire depuis la citadelle donne lieu à une description générale de la cité qui permettait au lecteur d’en comprendre le plan et dès lors de s’y orienter.

7. Plan du Caire rédigé par M. Bauer et complété par le lieutenant-colonel Szultz publié en 1846.

7. Plan du Caire rédigé par M. Bauer et complété par le lieutenant-colonel Szultz publié en 1846.

Source : collection privée.

8. Plan du Caire.

8. Plan du Caire.

Source : paru dans le guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, 1861.

25La visite de la ville commence par la citadelle et d’emblée le visiteur bénéficie d’un exposé critique de l’architecture de la mosquée construite sous Muhammad ‘Ali :

  • 41 Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 979-980.

« Au lieu de chercher des modèles parmi les charmants édifices sarrasins du Caire, on a voulu imiter les grandes mosquées de Constantinople. […] c’est l’ancien plan byzantin, qui conserve toujours sa grandeur et sa beauté, même dans les plus faibles copies. […] Les fenêtres sont de forme carrée à l’européenne, la décoration verte et or est de mauvais goût41. »

  • 42 Ibid., p. 979.
  • 43 Ibid., p. 929-930.

26Isambert, critique d’art, décrit en quelques lignes acerbes un édifice pourtant admiré depuis sa construction : « la nouvelle mosquée de Mohamed Ali […] passe au Caire pour une merveille d’élégance42 ». Ainsi, le lecteur apprend rapidement à distinguer la copie d’inspiration ottomane de l’architecture authentique du Caire. Ce point est important, car l’introduction sur l’architecture islamique était fort brève43.

27L’ordre descriptif des mosquées suit approximativement un itinéraire sud-nord avec un retour au centre de la ville : la Citadelle est suivie d’Ibn Tulun, puis de Sultan Hasan, al-Maridani, al-Hakim, puis les ensembles situés autour des bazars : Qalawun, al-Ghawri et al-Mu'ayyad. Chaque notice est facile à repérer avec son nom imprimé en gras, suivi de la transcription de l’arabe en caractères latin italiques ; les mosquées sont aussi indiquées sur le plan. Sept d’entre elles font l’objet d’une description spécifique, précédée d’une courte introduction historique.

  • 44 Ibid., p. 983.

28La description d’Ibn Tulun, première mosquée « authentique » introduit adroitement le vocabulaire de base : si le visiteur suit le texte du guide, il peut identifier les éléments constitutifs essentiels d’une mosquée (mihrab, minbar) en les ayant sous les yeux. Isambert attire aussi l’attention sur les détails décoratifs des arcs des nefs, les inscriptions en caractère coufiques, autant d’éléments qui forment le regard du visiteur. À chaque occasion, il attire l’attention sur la spécificité d’un édifice : « Al-Azhar est regardé comme l’université non seulement de l’Égypte, mais de tout l’Orient44 » et décrit l’organisation de l’enseignement, de l’accueil des étudiants, du système des waqf (fondations pieuses) et des secours dispensés aux pauvres ; plus que l’architecture, c’est la présence d’un asile d’aliénés contre la mosquée du sultan Qalawun qui est soulignée. Il rapproche le décor du portail du style gothique européen et celui du minaret de l’ornementation de l’Alhambra, référence alors unique pour les historiens de l’art et de l’architecture de son temps.

29L’auteur porte une attention particulière aux décors de sols ou pariétaux : les mosaïques des mihrab, les pavements de marbres de couleur, les frises sculptées, les lampes ou les arabesques des coupoles. Ces indications ne sont jamais détachées de l’histoire, de la présence de tombeaux et donc de vénérations particulières encore vivantes.

  • 45 Ibid., p. 988.

30La visite des nécropoles est dominée par une vision presque romantique du délabrement général des édifices en accord avec la solitude du désert. Pourtant, Isambert parvient à extraire les éléments architecturaux les plus remarquables comme les subtils décors d’entrelacs des coupoles des mosquées (al-Ashraf)45.

  • 46 Ibid., p. 985.
  • 47 Ibid.
  • 48  Voir Laurence des Cars, Dominique de Font-Réaulx, Édouard Papet (dirs.), Jean-Léon Gérôme (1824-19 (...)

31La spécialité des bazars est présentée, sans aucune indication architecturale sur les okel46. Un mythe oriental est détruit en une phrase lapidaire : « Le marché aux esclaves n’existe plus47 ». Pourtant, la disparition de ce lieu n’avait pas empêché Jean Léon Gérôme de continuer d’y situer certaines de ses toiles48. Isambert, par son ascendance et ses fréquentations, était évidemment très sensibilisé à la question de l’esclavage : sa remarque confirme celle de Wilkinson et a certainement pour but de couper court aux élucubrations des peintres et écrivains. Les bains échappent de même à toute rêverie inspirée par Ingres ou les peintres orientalistes : le mode d’utilisation actuel est indiqué sans autre précision architecturale.

  • 49  Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 986.

32En revanche, Isambert donnait des informations sur les sabil-kuttab, « fondations destinées à procurer de l’eau gratuitement à tout le peuple49 » et institutions purement cairotes : le bâtiment est composé d’une fontaine au rez-de-chaussée et d’une école gratuite à l’étage. Il indiquait ceux qui lui semblaient construits dans « l’ancien style sarrasin » et déplorait l’influence constantinopolitaine pour les plus récents.

  • 50  Abouroach, Abousir, Sakkarah, sérapéum de Memphis, Dachour, ville de Memphis, Matanyeh et Meïdoum, (...)
  • 51  Me Escribe et Haro, op. cit. (note 2) : introduction signée de son ami le peintre Haro. Catalogue (...)

33L’intérêt pour l’Égypte antique apparaît au Caire dans l’excursion aux pyramides, considérée comme « l’excursion la plus importante de celles que l’on peut faire autour du Caire » puisque la visite de Gizeh est complétée par celle des sites archéologiques voisins50. Esprit ouvert et curieux, Isambert était aussi un connaisseur de l’Égypte antique qui savait déchiffrer les hiéroglyphes51.

34Isambert, amateur de l’art musulman, même délabré, déplorait la modernisation architecturale de la ville et n’hésitait pas à l’écrire :

  • 52  Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 976.

« Sauf les maisons à l’italienne, bâties autour de l’Ezbékiyèh [Azbakiyya], sauf ces palais et ces établissements nouveaux construits depuis Mohammed-Ali, qui n’appartiennent à aucun style, Le Caire est une ville tout orientale […]52 »

  • 53 Ibid., p. 980.

35ou encore à propos du palais du vice-roi à la citadelle : « l’intérieur est vaste et magnifique, mais de cette fausse magnificence européenne que les Orientaux acceptent si facilement comme de bon aloi53 ». Il semble que l’auteur ait eu quelque animosité contre les architectes étrangers qui officiaient en Égypte :

  • 54 Ibid., p. 993.

« Tout cela [le décor du palais de Shubra] est l’ouvrage d’architectes italiens, qui s’y sont livrés à tous les caprices de ce genre, moitié rococo, moitié oriental, que l’on prend en ce pays pour le progrès de la civilisation54 »

  • 55 Ibid., p. 977.

36ou encore dans l’introduction architecturale sur les maisons traditionnelles : « Le Caire a quelques palais nouveaux empruntés à ce faux genre italien dont l’Orient est inondé55 ». Isambert n’appréciait pas l’architecture importée ou adaptée avec plus ou moins de bonheur, mais il faisait en revanche l’éloge des aménagements nouveaux opérés par les princes égyptiens : jardins et travaux sanitaires, ces derniers étant sans doute appréciés du médecin qu’il restait.

La seconde édition de l’Itinéraire descriptif de l’Orient, 1878 ou l’art musulman dans une ville occidentalisée

  • 56  Émile Isambert et Adrien Chauvet, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l'Orient, (...)
  • 57  Ibid., préface d’Adolphe Joanne, p. XII.

37Le guide Orient, paru en 1861, fut d’après son éditeur un succès puisque « cette première édition fut promptement épuisée56 ». Adolphe Joanne expliquait que la mise à jour nécessaire pour l’édition suivante était tellement volumineuse qu’il avait fallu se résoudre à diviser le guide de l’Orient en plusieurs volumes57. L’Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient comprend dorénavant les volumes suivants (fig. 9) :

    • 58  84 + 1084 p., 11 cartes, 23 plans.

    I. Grèce et Turquie d’Europe, paru en 1873, par É. Isambert58,

    • 59  56 + 772 p., 6 cartes, 19 plans, 4 gravures.

    II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, paru en 1878 par É. Isambert (terminé par Ad. Chauvet)59,

    • 60  56 + 848 p., 4 cartes, 62 plans et coupes, 5 vues avec le portfolio de 6 cartes.

    III. Syrie, Palestine, paru en 1882, par Ad. Chauvet et É. Isambert60.

9a. Couverture du guides Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, I. Grèce et Turquie d’Europe.

9a. Couverture du guides Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, I. Grèce et Turquie d’Europe.

9b. Couverture du Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï.

9b. Couverture du Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï.

9c. Couverture du guide Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, III. Syrie, Palestine.

9c. Couverture du guide Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, III. Syrie, Palestine.

38À partir de 1873, Émile Isambert reprit seul la mise à jour de l’Itinéraire de l’Orient. À son décès en 1876, il avait presque achevé le second volume, mais n’eut pas le plaisir de le voir publié. Le pasteur Chauvet termina la rédaction du guide.

  • 61  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 308.
  • 62  Ibid., p. 138-147. Cette section est divisée en « Origine et caractère du style arabe » (p. 138-14 (...)

39La nouvelle édition de 1878 fut publiée à titre posthume, son collaborateur intervint seulement sur les dernières parties ; le principe des visites par demi-journées était définitivement fixé. Une dixième visite intitulée « plusieurs visites aux bazars et au musée de Boulaq »61 fut ajoutée : ce musée avait été ouvert à la visite en 1863, soit deux ans après la parution du premier guide. Le texte reprend la structure, voire des paragraphes entiers, de l’édition précédente, avec de subtiles modifications et nuances, mais aussi plusieurs ajouts notables : les plans des mosquées et une très importante section introduite dans les « généralités » concernant l’Égypte. La « Section IV. Architecture arabe »62 prend place après les longs développements sur l’Égypte ancienne. Les principaux traits de l’architecture des édifices cairotes sont répertoriés, après un historique et des interrogations bien contemporaines sur les origines de l’arc ogival. Deux illustrations commentées permettent d’apprendre à bien distinguer le plan à grande cour de la mosquée d’‘Amr (fig. 10), de celui en croix grecque de la mosquée du Sultan Hasan (fig. 11). Conscient de la vulnérabilité de ce patrimoine mal entretenu, l’auteur lance un appel :

  • 63  Ibid., p. 146.

« Il serait grand temps que le prince éclairé qui gouverne le pays nommât un conservateur général des monuments arabes de l’Égypte musulmane, comme son prédécesseur avait nommé un conservateur des monuments de l’Égypte antique63 ».

10. Plan de la mosquée d’‘Amr.

10. Plan de la mosquée d’‘Amr.

Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 143.

11. Plan de la mosquée de Sultan Hasan.

11. Plan de la mosquée de Sultan Hasan.

Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 145.

40Les considérations sur la modernisation du Caire et les emprunts à l’Europe réapparaissent dans le paragraphe intitulé « maisons, palais ». Après une description de l’architecture vernaculaire, on rappelle que les constructions récentes sont :

  • 64  Ibid., p. 147.

« d’un goût bizarre, lourd et disgracieux, qui fait un contraste désagréable avec l’architecture orientale. Ces constructions n’appartiennent à aucun style […] nous n’avons donc pas à nous en occuper ici, si ce n’est pour exprimer nos regrets […]64 ».

41Le plan du Caire paru dans l’édition précédente, si novateur en son temps, mais de taille relativement réduite (19,5 x 15 cm) est remplacé par un autre, grand dépliant en couleurs (33,5 x 36 cm)65. Ce plan a été dressé par L. Thuillier d’après celui de Pierre Grand bey (1839-1918) : cet ingénieur en chef de la voierie du Caire l’avait levé en 1874 et continuait de représenter le Nil horizontalement66 (fig. 12). De nouveau, le plan est réorienté selon un axe nord-sud par les services cartographiques des guides Joanne (fig. 13). Outre l’apparition de la couleur dans le plan de Grand bey, reprise ici, 76 lieux remarquables y sont repérés contre 46 précédemment. Un détail pratique facilite l’orientation du voyageur : les descriptions des édifices renvoient aux chiffres mentionnés dans le plan.

12. Plan du Caire par Grand bey.

12. Plan du Caire par Grand bey.

Source : collection privée.

13. Plan du Caire.

13. Plan du Caire.

Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 302-303.

  • 67  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), respectivement Ibn Tûlûn : p. 313, Sultân Ha (...)
  • 68  Pascal Coste, L’Art arabe ou Les Monuments du Caire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris : F (...)
  • 69  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 315.

42L’organisation thématique des sections a été conservée. Si les mosquées mentionnées sont pratiquement les mêmes que dans l’édition de 1861, les plans des plus importantes ont été ajoutés et les descriptions largement enrichies : dans la ville, Ibn Tulun, Sultan Hasan, al-Azhar, Qalawun et son maristan, et, dans les nécropoles Barquq, Qaytbay et enfin ‘Amr dans le quartier proche du Vieux Caire67. Ces sept plans ont été gravés par l’habituel collaborateur de l’éditeur, L. Thuilier, à partir de ceux reproduits dans l’ouvrage de Pascal Coste, L’Art arabe ou Les Monuments du Caire, mesurés et dessinés de 1818 à 182668 (fig. 14-15). En bibliographie, le livre plus récent de Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire, paru en 1877, est mentionné, mais c’est le travail de Coste qui a été privilégié. Est-ce parce que ses plans sont plus précis que ceux de Prisse d’Avennes ? Il est possible qu’il ne s’agisse que de la question financière de cession des droits de reproduction. En effet, Hachette était un éditeur très soucieux de la gestion de ses comptes et de la rentabilité de ses investissements. Le travail de Prisse d’Avennes est toutefois cité à propos de l’Égypte antique : Les Monuments égyptiens – bas-reliefs, sculptures, inscriptions, Paris, 1847. Ses travaux étaient donc connus, mais non utilisés directement dans le guide. À propos de l’état de la mosquée d’Ibn Touloun transformée en « asile pour les pauvres et les infirmes69 », on lit dans le guide Joanne :

« ne pourrait-on pas, dans une ville où l’on a la manie de la construction, donner à ces infortunés un autre asile, et conserver à l’admiration de tous cette création du génie arabe, où l’on trouve encore dans les arcs ogivaux, dans les frises, dans les fenêtres découpées à jour, de si gracieux détails ? Les pierres s’émiettent, le bois pourrit, et bientôt les derniers vestiges de ces chefs-d'œuvre auront disparu ».

43Prisse d’Avennes était encore plus incisif :

  • 70  Émile Prisse d’Avennes, L’art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le VIIe siècle jusqu’à l (...)

« La mosquée de Touloun a été convertie en hospice pour les vieillards et les infirmes par Méhémet Ali […] c’est à Clot bey, qui fut chargé de l’exécution de cette charitable fondation, qu’est due la ruine d’un aussi beau, d’un aussi ancien monument de l’art arabe […] on ne peut s’empêcher de déplorer l’inutilité d’un tel acte de vandalisme, caché sous un masque de philanthropie70 ».

14. Plan de la mosquée al-Azhar reproduit d'après Coste.

14. Plan de la mosquée al-Azhar reproduit d'après Coste.

Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 319.

15. Plan de la mosquée Qalawun et son maristan reproduits d'après Coste.

15. Plan de la mosquée Qalawun et son maristan reproduits d'après Coste.

Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 325.

  • 71  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 334-337 avec plan.
  • 72  Ibid., p. 334 et p. 337-338.
  • 73  Ibid., p. 329.
  • 74  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 70), réédition 2002, p. 159-192.

44Les descriptions des monuments des cimetières sont très largement enrichies (Barquq71) et d’autres édifices importants inclus dans la visite : par exemple, les mosquées et tombeaux d’al-Ashraf Inal et d’al-Ashraf Barsbay72 et un développement nouveau concerne les tekke73. La visite des monuments de l’art arabe est limitée aux édifices religieux, alors que Prisse d’Avennes faisait une large part à l’architecture civile à laquelle il consacre un chapitre entier74, avec des illustrations et des plans, partie non reprise dans le guide. Si la visite des bains, okel et sabil-kuttab est conseillée voire encouragée par le guide, en revanche les demeures autres que les palais officiels ne sont pas indiquées.

  • 75  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 314.

45L’architecture arabe devient aussi un sujet pour les photographes. Par exemple, la salle de prière de la mosquée est photogénique : « Lorsqu’on les [arcades] considère en se plaçant dans une position oblique, de manière que toutes ces travées et toutes ces colonnes s’entrecroisent sous le regard, on obtient un de ces effets de perspective qui ravissent les artistes, et fournissent aux photographes les motifs les plus heureux75 » : le guide est en adéquation avec les techniques nouvelles répandues parmi les voyageurs.

  • 76 Ibid., p. 341-343.
  • 77 Ibid., p. 330.
  • 78  Ibid., p. 331.
  • 79  Ibid., p. 327.

46Un ajout concerne les « Églises, écoles, hôpitaux, bibliothèque, administrations »76 sans mention des styles architecturaux de ces bâtiments, qui reflète l’occidentalisation du Caire. De grands développements sur les places et les nouveaux quartiers ont été adjoints à la faveur des travaux entrepris sous le règne du khédive Ismaïl pour transformer l’Azbakiyya en un jardin d’agrément contenant de nombreuses espèces botaniques rares. Toutefois, ces travaux importants qui donnent un air européen au jardin ne sont pas du goût d’Isambert qui regrette l’ancien jardin plus grand et plus « couleur locale ». Il continuait de déplorer le goût des Orientaux pour l’architecture d’inspiration italienne bien trop présente à son idée77. Les autres aménagements du quartier sont décrits avec les nouveaux hôtels internationaux, les ministères, l’opéra où fut créée l’œuvre de Verdi Aïda commandée pour l’inauguration du canal de Suez78. Il notait aussi l’apparition de produits européens dans les bazars79. L’auteur semble ainsi regretter ces transformations qui font perdre à la ville son charme originel.

47En stigmatisant les modernisations à l’européenne, Isambert mettait en valeur les aspects les plus intéressants, en particulier l’architecture et l’art islamiques ainsi que les quartiers plus populaires, sans sombrer dans le rêve oriental de pacotille. En notant des ajouts modernes parfois malheureux à l’architecture de la vieille ville, l’auteur sensibilisait son lectorat à l’art arabe authentique en l’opposant au pastiche moderne. Ce guide est un manifeste pour tenter de protéger un patrimoine menacé, sans critiquer ouvertement les actes et décisions du prince dirigeant d’un pays ouvert à l’influence française depuis des décennies.

48Le nom d’Émile Isambert reste attaché aux deux éditions du guide Joanne d’Orient. Si aujourd’hui la proposition d’itinéraires de visites dans un guide est un passage obligé, cela ne l’était pas à la fin du xixe siècle. Il en fixa l’organisation pour Le Caire et celle-ci fut presque systématiquement adoptée par la suite. Il sut aussi s’inspirer des ouvrages précédents sans sombrer dans le plagiat.

49Un autre aspect novateur, de nos jours tout aussi banal, est la cartographie moderne : les plans orientés avec une échelle et des légendes étaient alors rares (les guides Murray de 1847 et 1858 n’en possédaient pas), puis les plans d’édifices dressés par des architectes de renom, enfin la multiplication des cartes, véritable bilan des connaissances géographiques de la seconde moitié du xixe siècle.

50À une époque où l’attrait principal de l’Égypte résidait dans ses monuments antiques, Isambert tenta d’intéresser son lectorat à un art alors peu connu, et le sensibiliser progressivement sans être trop disert. La distinction entre l’art islamique et les pastiches, l’authentique et l’architecture moderne d’inspiration européenne est un thème récurrent, transmis et développé d’une édition à l’autre.

  • 80  Georges Bénédite, Égypte, Paris : Hachette, 1900 (collection des guides-Joanne), voir les articles (...)

51Isambert souhaitait qu’un conservateur soit chargé de la protection des monuments de l’art arabe et il fut exaucé : Julius Franz pacha fut le premier conservateur du musée d’Art arabe. Son successeur, Max Herz bey, architecte en chef du Comité de conservation des monuments de l’art arabe en Égypte, dessina de nombreux plans qui furent publiés dans l’édition de 1900 du guide Joanne de l’Égypte80, rédigé en collaboration avec Georges Bénédite, conservateur des Antiquités égyptiennes au musée du Louvre.

52Ces derniers développements sont la lignée des premiers guides d’Orient, qui contenaient depuis leur origine tous les éléments de sensibilisation à l’art arabe authentique. Le guide de voyage, instrument de divulgation des connaissances, remplit son rôle en instruisant des nouveaux sujets d’étude en Égypte un public élargi, tout en transmettant les dernières acquisitions géographiques.

Notes

1  Catalogue de livres composant la bibliothèque de feu M. Isambert, conseiller à la Cour de cassation, ancien député, membre de la Société de géographie, etc., etc. dont la vente aura lieu du 22 février au 2 mars 1858 à 7 heures précises du soir, Paris : Durand libraire, 1858, n° 804 : Description de l’Égypte, Paris : Panckoucke, 1821, 24 tomes en 26 volumes.

2  Me Escribe et Haro, Tableaux anciens et modernes de la collection de feu le Dr Isambert..., Vente à l’Hôtel Drouot le 9 mars 1877, Paris : imprimerie A. Quantin.

3  Bulletin de la Société de géographie, 4e série, vol. 15, 1858, p. 114 et 434.

4  IMEC, registres des traités de la librairie Hachette, traité n° 166 du 15 juillet 1858. Je remercie chaleureusement Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, pour m’avoir signalé l’existence de ces registres.

5  « Rapport sur les travaux de la Société de géographie et sur les projets des sciences géographiques pendant l’année 1860 », Bulletin de la Société de géographie, 4e série, vol. 20, 1860, p. 310-373, part. p. 316.

6  « Guides » parus de 1830 à 1860, inventoriés dans Oleg V. Volkoff, Comment on visitait la vallée du Nil : les « guides » de l’Égypte, Le Caire : IFAO, 1967 (Recherches d'archéologie, de philologie et d'histoire, 28).

7 John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, Londres : Murray, 1858 (Murray's handbook).

8  Richard et Quétin, Guide en Orient, Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris : L. Maison, 1851.

9  Catalogue de livres de médecine, de voyages, de géographie et d’histoire de la bibliothèque de feu Dr Isambert, agrégé de la faculté de médecine, membre de la Société de géographie, dont la vente aux enchères aura lieu les mardi et mercredi 6 et 7 février 1877 à 7 heures et demies précises, Paris : Louis Leclerc, 1877, lot de guides n° 56.

10  Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes et plans coloriés, Bruxelles : Société belge de Librairie, 1840, 2 tomes, 356 + 343 p., in-16° et Paris : Fortin, Masson, 1840, in-8° (BnF). Je remercie bien vivement Goulven Guilcher, spécialiste des guides et collectionneur, pour le prêt de son exemplaire.

11  Adolphe Joanne et Émile Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de lOrient, Paris : Hachette, 1861 (collection des guides-Joanne), 44 + 1104 p., 11 cartes et 19 plans, ici p. XLIV.

12  Édition belge : tome premier, chapitre III, Population, habitations, villes et villages de l’Égypte, § II Maisons d’habitations édifices publics, p. 209- 217 et tome second, chapitre XV, Monuments et ruines, § II, Monuments arabes, p. 419-429.

13  Édition belge : tome second, chapitre XV, Monuments et ruines, § II, Monuments arabes, p. 422.

14  Richard et Quétin, Guide en Orient, op. cit. (note 8).

15  Ibid., Climat et saisons, p. 342 et Hygiène, à la suite.

16  Sur les guides et les relations de voyages, voir Daniel Lançon, L’Égypte littéraire de 1776 à 1882, Destin des antiquités et aménité des rencontres, Paris : Geuthner, 2007, p. 257-258.

17  Ibid., Le Caire : p. 337-345 (9 pages) ; Marché aux esclaves : p. 340-341 (1 page) ; à la suite, respectivement un paragraphe pour Almées (Walmées), Bazars, Manufactures : p. 341-342.

18 Ibid., p. 338.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 340.

21  John Gardner Wilkinson, Topography of Thebes, and general view of Egypt,... With remarks on the manners and customs of the ancient Egyptians, etc, Londres : Murray, 1835.

22  John Gardner Wilkinson, Modern Egypt and Thebes : being a description of Egypt, including the information required for travellers in that country, Londres : [sans mention d’éditeur], 1843, 2 vol. in-8°.

23  Voir Catalogue de livres de médecine, de voyages, etc., op. cit. (note 9), lot de guides n° 56.

24  John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858 (note 7), p. 115. Je remercie Goulven Guilcher qui, en me prêtant son exemplaire, m’a grandement facilité cette étude.

25  Ibid., p. 115-123. Par exemple, la succession « Servants » avec des recommandations pour certaines personnes, « Horse – Asses – Carriages », « Places of Public Resort – Libraries », « Quickest Mode of seeing Cairo and the Neibourhood » enfin « Boats » ; cette dernière section contient des indications pour louer un bateau pour visiter la Haute-Égypte. On pourrait multiplier les exemples.

26  Ibid., p. 129.

27  Ibid., p. 133.

28  Ibid., p. 134.

29  Long récit détaillé et savoureux par ses anecdotes typiquement anglaises avec 3 illustrations : John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858 (note 7), p. 141-144. La même relation existe dans l’édition précédente : Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1847, p. 150-155. Je remercie chaleureusement Briony Llewellyn, historienne de l’art, pour la riche documentation qu’elle a bien voulu me communiquer, me permettant ainsi de saisir le contexte et l’intérêt de ces séances de magie : voir les dessins représentant les participants d’une séance : URL: http://collections.vam.ac.uk/item/O146226/drawing-the-egyptian-magician-holdinga/. Consulté le 25 novembre 2015 ; et le magicien : http://collections.vam.ac.uk/item/O126132/watercolour-sheikabdul-kadir-mugrabi-the/. Consulté le 25 novembre 2015.

30 Edward W. Lane, An account of the manners and customs of the modern Egyptians, written in Egypt during the years 1833, -34, and -35, Londres : John Murray, 1860.

31  Daniel Lançon, op. cit., (note 16), p. 286-289.

32  John Gardner Wilkinson, op. cit. (note 7), p. 117.

33  Guide de Londres (1853) depuis sa première édition ou de celui de Paris (1854) parus chez Hachette, voir Hélène Morlier, Les Guides-Joanne, Paris : Les Sentiers débattus, 2007, respectivement n° 608 et n° 2.

34  Par exemple églises, théâtres, ministères, administrations, etc. Il faut attendre l’édition du guide de Paris en 1889 pour que le chapitre IV propose des visites de quartiers de Paris, mais la structure du guide reste inchangée.

35  11 cartes et 19 plans. Pour des raisons d’économie, les plans sont souvent des encarts dans les cartes.

36  Ce plan est consultable en ligne : http://mapsof.net/cairo/static-maps/jpg/ cairo-map1847-baur-szultz. Consulté le en 2012.

37  Adolphe Joanne et Émile Isambert, op. cit. (note 11), p. XXI.

38  Ibid. : plan inséré dans notre exemplaire entre les pages 974 et 975.

39  Je remercie bien vivement Marie-Vic Ozouf-Marignier, directeur d’études à l’EHESS, qui m’a indiqué cette date.

40  Voir Hélène Morlier, op. cit. (note 33), p. 57-65.

41 Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 979-980.

42 Ibid., p. 979.

43 Ibid., p. 929-930.

44 Ibid., p. 983.

45 Ibid., p. 988.

46 Ibid., p. 985.

47 Ibid.

48  Voir Laurence des Cars, Dominique de Font-Réaulx, Édouard Papet (dirs.), Jean-Léon Gérôme (1824-1904). L’histoire en spectacle, catalogue d'exposition (Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 15 juin-12 septembre 2010 ; Paris, Musée d'Orsay, 19 octobre 2010-23 janvier 2011 ; Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza, 1er mars-22 mai 2011), Paris : Skira Flammarion, 2010 : « Marché d’esclaves », n° 156 et « Vente d’esclaves au Caire » n° 157.

49  Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 986.

50  Abouroach, Abousir, Sakkarah, sérapéum de Memphis, Dachour, ville de Memphis, Matanyeh et Meïdoum, Ibid., p. 996-1010.

51  Me Escribe et Haro, op. cit. (note 2) : introduction signée de son ami le peintre Haro. Catalogue de livres de médecine, de voyages, op. cit. (note 9), n° 27 ; Champollion, Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, Paris : 1828 ; n° 14, T. Young, Rudiments of Egyptian Dictionary, 1836 ; ce livre portait le n° 727 lors de la vente de la bibliothèque du père d’Émile Isambert.

52  Adolphe Joanne et Émile Isambert, op.cit. (note 11), p. 976.

53 Ibid., p. 980.

54 Ibid., p. 993.

55 Ibid., p. 977.

56  Émile Isambert et Adrien Chauvet, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l'Orient, partie II, Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette et Cie, 1878, LVI + 772 p., 6 cartes, 19 plans, 4 gravures : préface d’Adolphe Joanne, p. XI.

57  Ibid., préface d’Adolphe Joanne, p. XII.

58  84 + 1084 p., 11 cartes, 23 plans.

59  56 + 772 p., 6 cartes, 19 plans, 4 gravures.

60  56 + 848 p., 4 cartes, 62 plans et coupes, 5 vues avec le portfolio de 6 cartes.

61  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 308.

62  Ibid., p. 138-147. Cette section est divisée en « Origine et caractère du style arabe » (p. 138-142) et « Édifices arabes : mosquées, turbés, bains, bazars, khâns, fontaines, etc. » (p. 142-147, 2 plans). La partie III, Syrie, Palestine, 1882, contient aussi une section introductive à l’architecture arabe (p. 132-133) suivie d’une autre « Édifices arabes : mosquées, turbés, bains, bazars, khâns, fontaines, etc. » (p. 133-136). Les textes des deux guides sont adaptés aux régions traitées.

63  Ibid., p. 146.

64  Ibid., p. 147.

65  Encarté entre les pages 302 et 303 de notre exemplaire d'Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56).

66  Consultable en ligne http://www.ifao.egnet.net/uploads/images/archives/caire_grand_bey. Consulté le 25 janvier 2016.

67  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), respectivement Ibn Tûlûn : p. 313, Sultân Hassan : p. 317, al-Azhar : p. 319, Qalâwûn et son mâristân : p. 325 et dans les nécropoles Barqûq : p. 335, Qâtbây : p. 339 et enfin ‘Amr : p. 347.

68  Pascal Coste, L’Art arabe ou Les Monuments du Caire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris : Firmin Didot, 1839.

69  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 315.

70  Émile Prisse d’Avennes, L’art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Paris : A. Morel et Cie, 1877, réédition Paris : L’Aventurine, 2002, p. 114-117.

71  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 334-337 avec plan.

72  Ibid., p. 334 et p. 337-338.

73  Ibid., p. 329.

74  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 70), réédition 2002, p. 159-192.

75  Émile Isambert et Adrien Chauvet, op. cit. (note 56), p. 314.

76 Ibid., p. 341-343.

77 Ibid., p. 330.

78  Ibid., p. 331.

79  Ibid., p. 327.

80  Georges Bénédite, Égypte, Paris : Hachette, 1900 (collection des guides-Joanne), voir les articles consacrés à Julius Franz pacha (https://inha.revues.org/4897) et à Max Herz bey (https://inha.revues.org/4898).

Table des illustrations

Titre 1. Couverture du guide Joanne, Itinéraire de l'Orient.
Crédits Source : Émile Isambert et Adolphe Joanne, Itinéraire descriptif de l’Orient, Paris : Librairie Hachette, 1861.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 2. Émile Isambert sur le pont du Moeris.
Légende Le Moeris était un navire qui transportait des invités officiels pour les festivités d'inauguration du canal de Suez Isambert lit, assis en retrait, au second plan.
Crédits Source : Le Monde illustré, 15e année, 654, 25 octobre 1869, p. 265.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 3. Page de titre du livre de Clot bey, Aperçu de l'Égypte.
Crédits Source : Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes et plans coloriés, Bruxelles : Société belge de Librairie, 1840.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 4. Plan du Caire inséré dans l'Aperçu de l'Égypte de Clot bey.
Crédits Source : Antoine Barthélémy Clot-bey, Aperçu de l’Égypte, Ouvrage orné d’un portrait et de plusieurs cartes et plans coloriés, Bruxelles : Société belge de Librairie, 1840.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 5. Page de titre du livre de Richard et Quétin, Guide en Orient.
Crédits Source : Richard et Quétin, Guide en Orient, Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris : L. Maison, 1851.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 6a. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.
Crédits Source : John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 6b. Couverture et page de titre du guide Murray, rédigé par Wilkinson.
Crédits Source : John Gardner Wilkinson, A Handbook for Travellers in Egypt, 1858.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 7. Plan du Caire rédigé par M. Bauer et complété par le lieutenant-colonel Szultz publié en 1846.
Crédits Source : collection privée.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 8. Plan du Caire.
Crédits Source : paru dans le guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, 1861.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 9a. Couverture du guides Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, I. Grèce et Turquie d’Europe.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 9b. Couverture du Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 9c. Couverture du guide Joanne de l'Itinéraire de l'Orient, III. Syrie, Palestine.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 10. Plan de la mosquée d’‘Amr.
Crédits Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 143.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 11. Plan de la mosquée de Sultan Hasan.
Crédits Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 145.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 12. Plan du Caire par Grand bey.
Crédits Source : collection privée.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 13. Plan du Caire.
Crédits Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 302-303.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre 14. Plan de la mosquée al-Azhar reproduit d'après Coste.
Crédits Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 319.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 15. Plan de la mosquée Qalawun et son maristan reproduits d'après Coste.
Crédits Source : Guide Joanne, Itinéraire de l'Orient, II. Malte, Égypte, Nubie, Abyssinie, Sinaï, Paris : Hachette, 1878, p. 325.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4895/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Morlier, « Visiter Le Caire en compagnie d’Émile Isambert, auteur de l’Itinéraire descriptif de l’Orient », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 275-295.

Référence électronique

Hélène Morlier, « Visiter Le Caire en compagnie d’Émile Isambert, auteur de l’Itinéraire descriptif de l’Orient », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 02 février 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4895

Droits d’auteur

Tous droits réservés