Navigation – Plan du site
De l'estampage à la photographie

À travers Le Caire, l’œuvre de Gervais-Courtellemont en Égypte de 1894 à 1911

Emmanuelle Devos
p. 215-226

Notes de la rédaction

Sauf mention contraire, toutes les photographies et autochromes sont l'œuvre de Jules Gervais-Courtellemont.

Texte intégral

  • 1  Le Figaro, 24 février 1908.
  • 2  Voir Emmanuelle Devos, « Passeur d’Orient, l’exemple de Jules Gervais-Courtellemont », in Miroirs (...)
  • 3  Jules Gervais-Courtellemont, Mon voyage à La Mecque, Paris : Hachette, 1895 [réédition Paris : Des (...)
  • 4  Pour une biographie de cet auteur, se référer à Guy Courtellemont, Le pionnier photographe de Maho (...)

1En 1908, pour rendre hommage au peuple égyptien en deuil de son leader politique Mustafa Kamel pacha, Pierre Loti fit paraître dans Le Figaro une lettre de son ami Jules Gervais-Courtellemont1. Ce dernier, bien connu des lecteurs de la presse et du public parisien était un explorateur-photographe qui voyagea à travers les pays d’Orient (fig. 1)2. Rendu célèbre en 1894 par sa conversion à la religion musulmane et la publication de son récit Mon voyage à La Mecque3, il était considéré comme l’un des spécialistes de l’islam en France. Dans les cercles intellectuels et politiques, il devait cette reconnaissance aussi bien aux nombreux ouvrages édités sous son impulsion qu’à ses talents d’orateur. Il fut accueilli dans les sociétés de géographie et de commerce des régions françaises pour donner des conférences grâce auxquelles il diffusa ses analyses sur l’islam dans le contexte colonial4. Sa signature attisait la curiosité des lecteurs de L’Illustration, du Temps et du Journal des Voyages et des Aventures de terre et de mer auxquels le voyageur révélait le pittoresque des pays lointains. À partir d’avril 1908, son nom fit résonner les mystérieuses tonalités de l’Orient qu’il diffusait lors de projections lumineuses proposées sous le titre évocateur de Visions d’Orient.

1. Jules Gervais-Courtellemont, portrait gravé paru dans L'Illustration, 2703, 15 décembre 1894.

1. Jules Gervais-Courtellemont, portrait gravé paru dans L'Illustration, 2703, 15 décembre 1894.

Source : L'Illustration, 2703, 15 décembre 1894.

Jules Gervais-Courtellemont (1863-1931)

2Jules Gervais-Courtellemont naquit à Avon en Seine-et-Marne en 1863 et partit avec sa famille pour l’Algérie en 1874. À la fin des années 1880, il s’initia à la photographie en compagnie de son ami Léon Gauthier (1862-1949), futur professeur d’histoire de la philosophie musulmane à la faculté des lettres de l’université d’Alger et spécialiste d’Averroès (1126-1198).

3En 1883, il effectua un premier voyage en Andalousie et en 1885 au Maroc, puis quatre ans plus tard, ouvrit un atelier de photogravure à Alger. Il reproduisit ses photographies pour illustrer plusieurs publications, dont la revue éditée, de 1889 à 1893, avec André Alatissière L’Algérie artistique et pittoresque. En 1894, il épousa en seconde noce Hélène Lallemand, fille de Charles Lallemand, célèbre journaliste et illustrateur, notamment auteur de Jérusalem-Damas et Le Caire (en 1894), ouvrages illustrés de photographies de Jules Gervais-Courtellemont et publiés par sa propre maison d’édition, Gervais-Courtellemont et Cie, à Alger. À l’automne de la même année, converti à l’islam, il se rendit en pèlerinage à La Mecque. Le récit de ce voyage, illustré des premières photographies prises sur place par un Français, fut édité sous le titre Mon voyage à La Mecque, chez Hachette en 1896. À partir de cette expérience, le photographe entreprit de faire connaître ses travaux lors de conférences accompagnées de projections des clichés qu’il rapportait de ses voyages. En 1894, débuta sa collaboration avec L’Illustration, qui cessa en 1923. En 1898, il participa à une croisière dans les Balkans sous l’office de la Revue générale des Sciences, puis partit pour la Chine, le Japon, le Tonkin, Madagascar et l’Égypte. En 1901, il se rendit en Perse et en Mésopotamie pour le Comité d’Asie française, puis en Arabie, dans le Caucase et en Turquie.

4Entre 1902 et 1903, il fut missionné par le gouverneur général de l’Indochine, Paul Doumer, afin d’entreprendre une importante mission sur la présence musulmane au Yunnan (fig. 2). Prévu pour ne durer que quelques mois et très contesté dans les milieux diplomatiques, ce voyage se prolongea sur une période de 18 mois. Accompagné de sa femme Hélène qui se révéla une collaboratrice avertie, il parcourut ces régions inexplorées de Chine dont ils rapportèrent une analyse politique, géographique, humaine et commerciale.

2. Jules Gervais-Courtellemont à cheval en Chine.

2. Jules Gervais-Courtellemont à cheval en Chine.

Source : Alain Fourquier, Jules Gervais-Courtellemont (1863-1931), l'œuvre d'un photographe, Paris : S. Fourquier, 2009 (Au bibliophile parisien, 5).

  • 5  Charles Brossard (dir.), Colonies françaises, par un groupe d’écrivains d’explorateurs et de fonct (...)

5À l’issue de cette aventure, il publia le récit de son périple dans Voyage au Yunnan (1904) et de ses réflexions dans Colonies françaises5 (1906), tout en donnant des conférences sur le rôle de la France en Asie à travers le territoire.

6En 1907, il s’initia au procédé de photographies en couleurs des frères Lumière et prit ses premiers autochromes. Il voyagea en Turquie, en Palestine, en Syrie et en Égypte d’où il rapporta des clichés en couleurs qu’il destinait à la projection. Annoncées sous le titre de Visions d’Orient, ces présentations débutèrent en février 1908 à Lyon. En 1910 et 1911, il se rendit de nouveau en Égypte, en Algérie, en Tunisie et en Espagne, puis entreprit, en 1912 et 1913, un voyage en Inde avant de retourner au Maroc. Pendant la Première Guerre mondiale, Gervais-Courtellemont effectua de nombreuses prises de vue en couleurs sur le théâtre des opérations militaires, particulièrement autour des champs de batailles de la Marne (1914-1915) puis de Verdun (1917). Il donna des dizaines de conférences sur les hostilités afin d’informer le public des désastres de la guerre. Il retourna en Algérie et au Maroc de 1921 à 1923 avant de publier, entre 1923 et 1925, les trois tomes de son imposante œuvre intitulée La Civilisation - Histoire sociale de l’humanité. De 1924 à 1931, il collabora avec le National Geographic Magazine qui publia plusieurs centaines de ses clichés. Il décéda en 1931 dans sa maison de Coutevroult en Seine-et-Marne, en plein projet de publication qu’il voyait être l’aboutissement de ses réflexions sur l’islam. C’est sous le signe de ses influences culturelles européenne et orientale qu’eut lieu son enterrement, inscrivant ce personnage atypique sous le double signe de la tradition chrétienne et musulmane :

  • 6  Myriam Harry, Le Temps, notice nécrologique, 8 novembre 1931.

« On a célébré ses funérailles lundi dernier, par une belle journée. Dans la « chambre chinoise », il reposait sur un grand lit de parade. Selon un désir souvent exprimé, on l’avait enveloppé de l’irham du pèlerin. Son somptueux manteau d’Arabie recouvrait ses épaules ; son turban de La Mecque était plié à son côté ; et, dans sa main à l’anneau d’argent, il tenait le certificat attestant que Hadj-Abdallah était croyant pour de vrai et désireux de rien que du désir du salut. Pourtant, quatre gars de Coutevroult portèrent sa bière à la chapelle. Le curé récita l’office des morts. On chanta le De profundis, puis le psaume de l’éternel repos, et on alla, dans le cimetière ensoleillé, le coucher face à l’Orient6. »

Le Caire reproduit en noir et blanc

7Si depuis le début des années 1890, Jules Gervais-Courtellemont sillonnait les terres orientales en rapportant, comme l’indique Pierre Loti :

  • 7  C’est nous qui soulignons.
  • 8  Alger, lettre de Jules Gervais-Courtellemont à Pierre Loti, 1893, collection particulière.

« […] des chiens, des bateliers, des Syriens, des pyramides, des prêtres grecs, des femmes voilées, des minarets, des ruines, des Juifs misérables, des soldats dépenaillés. Que sais-je, des tombeaux, [ ?], la mosquée d’Omar à Jérusalem et les tombeaux des Califes du Caire, un tas de petites images, qui […] [apportent], moins les couleurs7, une petite bouffée de la vie de là-bas…8 »

8Les clichés monochromes qu’il avait pu en rapporter ne doivent leur postérité qu’aux publications qui en ont été faites. C’est le cas notamment de l’ouvrage de Charles Lallemand, Le Caire, publié en 1894, dont la flatteuse préface de Pierre Loti indique déjà combien le photographe maîtrisait son appareil :

  • 9  Charles Lallemand, Le Caire, préface de Pierre Loti, Alger : Éditions J. Gervais-Courtellemont & C (...)

« […] Maintenant vous venez de promener, d’Égypte en Palestine, les verres de vos surprenants appareils et vous avez fixé entre des feuillets de livres les plus fugitifs aspects des choses de là-bas. En des teintes sans nom et infiniment variées, qui donnent l’illusion du soleil ou de la nuit, vous avez rendu et éternisé tout ; les horizons fuyants des déserts, avec leurs mirages, avec les vagues silhouettes qui s’y meuvent, les splendeurs mortes des villes ; les grandes lignes et l’inexprimable majesté des mosquées saintes, aussi bien que les infimes détails de leurs découpures et de leurs faïences ; les attitudes des gestes arabes, avec les regards, les furtives expressions des yeux qui indiquent tout l’insondable lointain des pensées ; enfin les lumières des soirs et des matins purs, les éclairages étranges qui ne durent qu’une seconde et la fantasmagorie des ciels lunaires9. »

9Durant sa période « noir et blanc », Gervais-Courtellemont s’attacha à photographier les motifs pittoresques de la ville du Caire, les rives animées du Nil, les pyramides de Gizeh et de Saqqarah, puis quelques palmeraies comme celles de Memphis ou les ruines de Thèbes.

10Les illustrations du livre de Charles Lallemand, Le Caire, sont insérées dans le texte pour 65 d’entre elles et 23 planches sont reproduites hors-texte ; elles peuvent être réparties en plusieurs groupes :

  • l’architecture antique monumentale (pyramides de Gizeh et Saqqarah, le Sphinx) et les antiquités égyptiennes conservées dans le musée qui se trouvait encore à Gizeh à cette époque ;

  • les scènes de la vie rurale (labourage, dépiquage, extraction de l’eau des puits) ;

  • les scènes de la vie quotidienne en ville avec des vues générales des rives du Nil et des bateaux accostés, des scènes de rues (vues générales, charrettes transportant des paysans), des représentations des petits métiers (âniers, porteurs d’eau, musiciens), des cérémonies (cortège de mariage) ;

  • des vues panoramiques de la ville prises de plusieurs endroits (la Citadelle, le Muqattam) ;

11l’architecture islamique (extérieurs et intérieurs de mosquées, fontaines, mausolées).

  • 10  Ibid., planche hors-texte p. 79.
  • 11  Ibid., planche hors-texte p. 83.

12L’intérêt que porte le photographe à la représentation du peuple et ses activités quotidiennes dans les rues de la ville s’inscrit clairement dans cet ouvrage. Il photographie les modes de transport des plus humbles et les vêtements des paysannes. Les réalisations des artisans locaux : dinandiers, musiciens, cardeurs retiennent son attention. Son étude s’arrête de plus sur l’architecture musulmane monumentale. Si ses clichés des célèbres mosquées du Caire comme celles du sultan Hasan et d’Ibn Tulun semblent assez classiques, sa qualité de musulman lui permet de procéder à des prises de vue dans l’intimité de la cour d’al-Ahzar pendant la prière ou les heures d’étude des étudiants et de faire œuvre d’originalité. Il s’intéresse aussi tout particulièrement à la décoration intérieure des édifices cultuels (décors pariétaux de marbre, sculpture des minbars et des portes) dont il prélève de nombreux motifs, tel le décor raffiné la mosquée al-Burdayni 10 ou bien encore la délicate découpe du minbar de la mosquée de Tulun (fig. 3)11.

3a. Mirhab et mimbar de la mosquée de Bordéini [al-Burdayni], photographie.

3a. Mirhab et mimbar de la mosquée de Bordéini [al-Burdayni], photographie.

Source : Charles Lallemand, Le Caire, Alger, Gervais-Courtellemont, 1894 (Collections Courtellemont artistique et pittoresque), planche insérée entre les pages 78-79.

3b. Mimbar de la mosquée de Touloun [Ibn Tulun], photographie.

3b. Mimbar de la mosquée de Touloun [Ibn Tulun], photographie.

Source : Charles Lallemand, Le Caire, Gervais-Courtellemont, 1894 (Collections Courtellemont artistique et pittoresque), planche insérée entre les pages 84-85.

13Henri Saladin, lorsqu’il entreprit la publication de son Manuel d’Art musulman en 1907, faisait lui aussi la part belle aux illustrations de Gervais-Courtellemont : « Je dois réserver une place toute spéciale à Gervais-Courtellemont, qui à lui seul, a enrichi cet ouvrage de plus de cent photographies inédites de Palestine, de Syrie, d’Égypte, de Tunisie, de Mésopotamie, de Perse et de Chine », écrivait-il dans sa préface, incluant neuf de ses clichés sur les vingt-huit illustrations photographiques ayant trait à la représentation d’éléments architecturaux du Caire.

Le Caire projeté en couleurs

  • 12  Nathalie Boulouch, « Les Visions d’Orient de Jules Gervais-Courtellemont, 1895 », in Thierry Lefeb (...)

14Conquis par la couleur, Jules Gervais-Courtellemont se spécialisa dans la pratique de l’« Autochrome Lumière »12 à la suite de la commercialisation du premier procédé de photographies en couleurs naturelles, découvert et diffusé par les frères Lumière en juin 1907. Cette nouvelle technique, et la maîtrise qu’il en acquit lui permirent, à partir de 1908, de reproduire la lumière et les couleurs des pays d’Orient. En quête de compositions aux teintes subtiles, il s’engagea dans la voie de la photographie en couleurs et exécuta de nombreux autochromes. Réalisée sur un support de verre, l’Autochrome Lumière est destinée à être projetée. C’est donc dans le cadre de projections lumineuses de photographies aux couleurs naturelles que les spectateurs étaient invités à découvrir les Visions d’Orient présentées par Gervais-Courtellemont dès février 1908. Elles retraçaient son récent périple de Constantinople (novembre 1907), Damas, Beyrouth, Jaffa, Jérusalem, et enfin d’Égypte où il séjourna de fin janvier à mi-février (fig. 4-8).

4. Autochrome. La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Ibn Tulun] (9 x 12 cm).

4. Autochrome. La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Ibn Tulun] (9 x 12 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1624.

5. Autochrome. Tombeaux des califes – Minaret Backoub [khanqah Farag ibn Barquq] (13 x 18 cm).

5. Autochrome. Tombeaux des califes – Minaret Backoub [khanqah Farag ibn Barquq] (13 x 18 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1995.

6. Autochrome. Un artiste peintre (9 x 12 cm).

6. Autochrome. Un artiste peintre (9 x 12 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1659.

7. Autochrome. Mosquée Kaït bey [Qaytbay] (9 x 12 cm).

7. Autochrome. Mosquée Kaït bey [Qaytbay] (9 x 12 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1627.

8. Autochrome. Le Caire (13 x 18 cm).

8. Autochrome. Le Caire (13 x 18 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2009.

  • 13  Anonyme, « Le Palais de l’Autochromie », Photo-Gazette, 25 avril 1911.

15Face au succès suscité par ses projections, qu’il organisa régulièrement entre 1908 et 1914 devant des milliers de Parisiens dans le cadre de ses spectacles annoncés sous le titre de Visions d’Art, il est amené à constituer dès 1911 « la plus remarquable et la plus nombreuse collection de photographies en couleurs d’après nature qui existe au monde13 ».

  • 14  Projections-conférences présentées à Paris, salle Charras, rue Charras dans le 9e arrondissement e (...)

16Au sein de cette collection, l’Égypte tient une place particulière. Aux séries de vues rapportées du Caire et présentées dans le cadre des Visions d’Orient, d’autres conférences dédiées à ce thème étaient régulièrement programmées, telles « Aux pays des pharaons », « Promenades en Égypte », « Dans les temples de la Haute-Égypte » ou encore, « L’Égypte des pharaons jusqu’à nos jours14 ».

17Ses clichés en couleurs regroupent des vues de l’Égypte pharaonique : ruines d’Abydos, de Karnak ou d’Ipsamboul (Abou Simbel), ainsi que quelques autochromes inédits de la sépulture royale d’Aménophis dans la vallée des Rois.

18À cette production, marquée par la fascination de l’Antiquité, s’ajoutent de nombreuses photographies faites à l’intérieur de mosquées qui permettent de restituer toutes les finesses colorées des faïences et des découpes architecturales, où l’on retrouve les motifs polychromes de la mosquée al-Burdayni (fig. 9), ou encore les détails calligraphiques d’exemplaires du Coran ainsi que des objets conservés dans le récent musée d’Art arabe du Caire (fig. 10). Enfin quelques scènes de la vie quotidienne, les ânes du Caire, et bien sûr de nombreux couchers de soleil (fig. 11), prétexte à fixer les fugitifs et délicats effets des ciels empourprés du Levant, complètent cet ensemble. Toutefois, le pittoresque des vues projetées n’est pas, pour l’auteur, le seul attrait de ces projections. L’Égypte est en effet pour Gervais-Courtellemont un pays privilégié dans sa quête de connaissance de l’Orient :

  • 15  C’est nous qui soulignons.
  • 16  Jules Gervais-Courtellemont, La Civilisation, Histoire de l’humanité, Paris : Éditions Levasseur, (...)

« Toute l’histoire du peuple égyptien est un sujet d’admiration pour qui l’approfondit. En ce qui concerne l’auteur, sept fois en trente années15 il est retourné en Égypte pour persévérer dans l’étude qu’il en faisait et de plus en plus attiré, charmé, plus rempli d’admiration pour les progrès sociaux qu’il y voyait réaliser. Des couches les plus humbles, les plus misérables de ce peuple de bronze, jusqu’aux sommets de la hiérarchie sociale, il a voulu tout voir, et de toute son âme il a essayé dans son rayon d’action, chaque fois que l’occasion s’en présentait, de donner confiance à tous en même temps que conscience de leur valeur, de leurs droits, et réchauffer ainsi leur foi dans le succès de leurs revendications légitimes16. »

9. Autochrome. Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni [al-Burdayni], mirhab et minbar (13 x 18 cm).

9. Autochrome. Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni [al-Burdayni], mirhab et minbar (13 x 18 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2021.

10. Autochrome. [lampes de mosquée, style mamelouk], (13 x 18 cm).

10. Autochrome. [lampes de mosquée, style mamelouk], (13 x 18 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2026.

11. Autochrome. [vue de la Citadelle] (9 x 12 cm).

11. Autochrome. [vue de la Citadelle] (9 x 12 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1619.

  • 17  Selon la brochure publicitaire des Visions d’Orient, sans date, collection Alain Gervais.
  • 18  Georges Montorgueil, « Un photographe », L’Éclair, 3 mai 1911.

19C’est pourquoi au-delà de la démarche artistique de son activité, Gervais-Courtellemont aimait inscrire des visées didactiques. Animé de ce double objectif, il invitait à la fois les spectateurs à « voyager dans leur fauteuil17 », où grâce à la qualité et au réalisme de ses projections en couleurs, il offrait à son auditoire la possibilité de se plonger dans une profusion d’impressions colorées où se révélait « la vérité vivante et limpide de l’Orient magique vers lequel nos curiosités sont toujours tendues et comme neuves18 ». Par ses commentaires, décrits comme « aussi colorés que ces images », il apportait des connaissances nouvelles sur les modes de vie des sociétés orientales.

20Son introduction aux Visions d’Orient soulignait très nettement cette double perspective :

  • 19  Jules Gervais-Courtellemont, « Visions d’Orient », L’Illustration, 3535, 26 novembre 1910, p. 369 (...)

« Les souvenirs un peu confus des contes qui ont bercé notre enfance ou charmé notre adolescence, vagues réminiscences de romans ou de légendes, ont peuplé nos esprits de “Visions d’Orient” dont les images se précisent en somptueux palais, blanches coupoles et fins minarets, cavaliers fougueux, brandissant le cimeterre, palmiers élancés se découpant sur un ciel très bleu, l’Orient des Mille et une nuits et des croisades. […] Sur l’Orient aujourd’hui, infiniment plus prosaïque et, de jour en jour, plus modernisé, nous sommes peu ou mal renseignés. Les choses les plus contradictoires nous sont quotidiennement dites sur ces pays et sur ces peuples d’islam dont la civilisation diffère totalement de la nôtre, dont les conceptions philosophiques et sociales, voire économiques, sont aux antipodes de ce que nous considérons comme des vérités. Ils mériteraient d’être mieux connus19. »

  • 20  Muhammad Farid (1868-1919), homme politique lié à Mustapha Kamil pacha. Il devint, après le décès (...)

21Profitant de la fascination pour ses images en couleurs, Jules Gervais-Courtellemont se consacra à la diffusion de ses idées auprès d’un large public. Son succès est d’autant plus important que Gervais-Courtellemont était considéré comme un expert de la question de l’Orient en France. Le 3 juin 1908, à l’occasion du Congrès colonial français, il présenta ses autochromes à l’École des hautes études commerciales, lors d’une conférence ayant pour thème « L’islam et les colonies françaises ». Cette présentation lui donna l’occasion de faire plus particulièrement référence à la situation égyptienne. Il se fit le porte-parole des revendications du peuple égyptien en faveur de sa liberté et fit l’éloge des nombreux efforts pour développer l’éducation qui, à ses yeux, représentait la clef de la voie vers l’indépendance. C’est aussi en compagnie de Muhammad Farid (fig. 12)20, qu’il présenta le 9 juin 1910 une autre conférence sur ce sujet d’actualité « Le Mouvement national égyptien », au Comité lyonnais de la Mission laïque française.

22C’est en artiste engagé qu’il diffusa ses travaux. À son auditoire du Congrès colonial français, il déclara :

  • 21  Congrès colonial français, 1908 : retranscription d’une conférence publique « L’islam et les colon (...)

« J’ai obtenu avec [les projections d’autochromes] un résultat qui a dépassé mes espérances lorsque, il y a deux mois, j’ai débarqué en France, revenant d’un nouveau voyage en Orient. J’ai escompté et je vois que je ne me suis pas trompé sur les goûts artistiques des Parisiens et des Parisiennes ; et grâce à l’attrait des petites « Visions d’Orient », j’ai réuni et retenu des auditoires d’élite, auxquels j’ai pu dire bien des choses qui, sans elles, n’auraient point été écoutées. J’ai la conviction d’avoir créé, en moins de deux mois, un mouvement d’idées qui, je l’espère, ne s’arrêtera plus…21. »

23Le fonds de la cinémathèque Robert-Lynen recèle aujourd’hui une partie des autochromes réalisés par Gervais-Courtellemont en Égypte. Cette série représente environ 4 % de son fonds autochromes et comprend cent trente-sept clichés sur verre, dont quatre-vingt-seize sont de format 9 sur 2 cm, destinés principalement à la projection et quarante et un de format 13 sur 18 cm. Elle est composée de sujets collectés lors des séjours qu’il entreprit en 1908 et en 1911. On y retrouve les thèmes précédemment décrits, prélevés au Caire, pour 26 clichés, puis sur les sites situés le long des rives sud du Nil (Abydos ; Dendérah ; Edfou ; Kom Ombo ; Karnak ; Louxor ; Médinet Habou et Philae)

  • 22  Journaliste et éditeur libéral ottoman (1867-1922). (voir http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb135 (...)

24Ces images ne nous permettent pas d’emblée d’avoir conscience de l’implication de leur auteur dans la volonté de connaissance de l’Orient auprès de spectateurs européens. C’est pourquoi revenir sur le contexte de leur diffusion nous offre la possibilité de comprendre à la fois la présence de certains clichés tels ceux de la série de portraits d’hommes du monde politique présentant Muhammad Farid (fig. 12), Ali Kemal22 ou encore le shaykh Shawush, qu’il intégra dans sa collection, ainsi que de faire un retour sur le parcours tout à fait original de ce photographe.

12. Autochrome. Mohammed bey Farid [Muhammad Farid] (9 x 12 cm).

12. Autochrome. Mohammed bey Farid [Muhammad Farid] (9 x 12 cm).

Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1609.

Notes

1  Le Figaro, 24 février 1908.

2  Voir Emmanuelle Devos, « Passeur d’Orient, l’exemple de Jules Gervais-Courtellemont », in Miroirs d’Orients, catalogue d'exposition (Lille, Palais des beaux-arts de Lille, 15 mai-31 août 2009), Paris : Somogy, 2009, p. 85.

3  Jules Gervais-Courtellemont, Mon voyage à La Mecque, Paris : Hachette, 1895 [réédition Paris : Desclée et Brouwer, 1990, postface de Guy Courtellemont].

4  Pour une biographie de cet auteur, se référer à Guy Courtellemont, Le pionnier photographe de Mahomet, Nîmes : éditions Lacours, 1994 ainsi qu’à Emmanuelle Devos et Béatrice de Pastre (dirs.), Les couleurs du voyage, l’œuvre photographique de Jules Gervais-Courtellemont, Paris : Paris-Musée ; Philéas Fogg, 2002.

5  Charles Brossard (dir.), Colonies françaises, par un groupe d’écrivains d’explorateurs et de fonctionnaires, Paris : Flammarion, 1906.

6  Myriam Harry, Le Temps, notice nécrologique, 8 novembre 1931.

7  C’est nous qui soulignons.

8  Alger, lettre de Jules Gervais-Courtellemont à Pierre Loti, 1893, collection particulière.

9  Charles Lallemand, Le Caire, préface de Pierre Loti, Alger : Éditions J. Gervais-Courtellemont & Cie, 1894.

10  Ibid., planche hors-texte p. 79.

11  Ibid., planche hors-texte p. 83.

12  Nathalie Boulouch, « Les Visions d’Orient de Jules Gervais-Courtellemont, 1895 », in Thierry Lefebvre, Philippe-Alain Michaud (dirs.), Exotica, l’attraction des lointains, Paris : AFRHC, 1996, p. 53-61.

13  Anonyme, « Le Palais de l’Autochromie », Photo-Gazette, 25 avril 1911.

14  Projections-conférences présentées à Paris, salle Charras, rue Charras dans le 9e arrondissement entre 1909 et 1910, puis dans sa propre salle dite salle Montmartre (167, rue Montmartre, 2e arrondissement) entre 1911 et 1914.

15  C’est nous qui soulignons.

16  Jules Gervais-Courtellemont, La Civilisation, Histoire de l’humanité, Paris : Éditions Levasseur, 1923-1925, 3 tomes, voir ici tome 3 p. 360.

17  Selon la brochure publicitaire des Visions d’Orient, sans date, collection Alain Gervais.

18  Georges Montorgueil, « Un photographe », L’Éclair, 3 mai 1911.

19  Jules Gervais-Courtellemont, « Visions d’Orient », L’Illustration, 3535, 26 novembre 1910, p. 369 sq.

20  Muhammad Farid (1868-1919), homme politique lié à Mustapha Kamil pacha. Il devint, après le décès de ce dernier en 1908, le deuxième président du Parti national égyptien jusqu’en mars 1912.

21  Congrès colonial français, 1908 : retranscription d’une conférence publique « L’islam et les colonies françaises », p. 79.

22  Journaliste et éditeur libéral ottoman (1867-1922). (voir http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb135057237/PUBLIC)

Table des illustrations

Titre 1. Jules Gervais-Courtellemont, portrait gravé paru dans L'Illustration, 2703, 15 décembre 1894.
Crédits Source : L'Illustration, 2703, 15 décembre 1894.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 2. Jules Gervais-Courtellemont à cheval en Chine.
Crédits Source : Alain Fourquier, Jules Gervais-Courtellemont (1863-1931), l'œuvre d'un photographe, Paris : S. Fourquier, 2009 (Au bibliophile parisien, 5).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 3a. Mirhab et mimbar de la mosquée de Bordéini [al-Burdayni], photographie.
Crédits Source : Charles Lallemand, Le Caire, Alger, Gervais-Courtellemont, 1894 (Collections Courtellemont artistique et pittoresque), planche insérée entre les pages 78-79.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre 3b. Mimbar de la mosquée de Touloun [Ibn Tulun], photographie.
Crédits Source : Charles Lallemand, Le Caire, Gervais-Courtellemont, 1894 (Collections Courtellemont artistique et pittoresque), planche insérée entre les pages 84-85.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre 4. Autochrome. La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Ibn Tulun] (9 x 12 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1624.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 5. Autochrome. Tombeaux des califes – Minaret Backoub [khanqah Farag ibn Barquq] (13 x 18 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1995.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 6. Autochrome. Un artiste peintre (9 x 12 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1659.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre 7. Autochrome. Mosquée Kaït bey [Qaytbay] (9 x 12 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1627.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre 8. Autochrome. Le Caire (13 x 18 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2009.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre 9. Autochrome. Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni [al-Burdayni], mirhab et minbar (13 x 18 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2021.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 10. Autochrome. [lampes de mosquée, style mamelouk], (13 x 18 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A2026.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 11. Autochrome. [vue de la Citadelle] (9 x 12 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1619.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 12. Autochrome. Mohammed bey Farid [Muhammad Farid] (9 x 12 cm).
Crédits Source : Paris (France), Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, A1609.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4886/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Devos, « À travers Le Caire, l’œuvre de Gervais-Courtellemont en Égypte de 1894 à 1911 », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 215-226.

Référence électronique

Emmanuelle Devos, « À travers Le Caire, l’œuvre de Gervais-Courtellemont en Égypte de 1894 à 1911 », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4886

Auteur

Emmanuelle Devos

Responsable de la cinémathèque Robert-Lynen, Paris.

Droits d’auteur

Tous droits réservés