Navigation – Plan du site
Les monuments par le dessin

« Ceci aura néanmoins probablement son utilité. » Willem de Famars Testas au Caire, 1858-1860

Jan de Hond
Traduction de Catherine Warnand
p. 69-94

Notes de la rédaction

Sauf mention contraire, toutes les œuvres reproduites sont de Willem de Famars Testas.

Texte intégral

  • 1  Cette exposition a été présentée à Tel-Aviv (musée d’Art de Tel-Aviv), Bayonne (musée Léon Bonnat) (...)

1En France, le peintre néerlandais Willem de Famars Testas (1834-1896) est surtout connu pour sa participation à une caravane de peintres qui voyagea en Orient sous la conduite de Jean-Léon Gérôme en 1868. Une exposition itinérante a été consacrée à ce voyage d’artistes en 19931. Toutefois, nous étudierons ici un voyage en Égypte que Testas effectua en 1858-1860 en tant que membre d’une expédition dirigée par l’égyptologue français Émile Prisse d’Avennes, qui procéda au relevé de monuments tant pharaoniques qu’islamiques. L’expédition devait fournir matière à la publication de deux ouvrages illustrés, l’un sur l’art pharaonique (Histoire de l’art égyptien), l’autre sur l’art arabe (L’Art arabe). Cette étude se concentre sur le séjour de Testas au Caire et la façon dont il a documenté les monuments arabes de cette ville. Quelle fut la contribution de Testas à l’expédition de Prisse et au recueil illustré L’Art arabe ? Et enfin, dans quelle mesure ce voyage a-t-il influencé la suite de la carrière menée par Testas en qualité d’artiste indépendant ?

Willem de Famars et l’expédition d’Émile Prisse d’Avennes en Égypte

2En janvier 1868, le peintre néerlandais Willem de Famars Testas (fig. 1) arriva au Caire. Il avait visité l’Égypte pour la première fois dix ans plus tôt, et les retrouvailles avec cette ville qui l’avait si profondément marqué à l’époque ranimèrent immédiatement son enthousiasme :

  • 2  Le journal tenu par Testas lors de ce deuxième voyage a été reproduit dans son intégralité dans Al (...)

« Je ne veux pas commencer à décrire mes sensations quand je me retrouvai dans ces rues populeuses, dont le souvenir était resté si intact dans ma mémoire. Mes compagnons ont dû éprouver comme moi, quand j’y arrivai pour la première fois, cet ébahissement et cet enthousiasme que tout artiste doit éprouver à l’aspect de cette ville si originale et ce peuple si pittoresque2. »

  • 3  Outre Jean-Léon Gérôme, Willem de Famars Testas et Albert Goupil, la compagnie se composait des pe (...)

3Testas se trouvait en illustre compagnie. Le chef de l’expédition n’était autre que Jean-Léon Gérôme, peintre à succès devenu le chef de file et le principal représentant de l’orientalisme en France. Il était accompagné de cinq autres peintres et de son beau-frère, le marchand d’art et photographe Albert Goupil3. Les membres de ce groupe d’artistes entamèrent leur aventure orientale par une visite du Caire et de ses environs, pour traverser ensuite le Sinaï en caravane et se rendre à Jérusalem en passant par le monastère Sainte-Catherine et la cité en ruines de Pétra. De là, ils firent un périple jusqu’à Damas, où ils prirent la diligence pour Beyrouth, terminus de l’expédition pour la plupart d’entre eux. Le voyage du Caire à Beyrouth avait duré environ quatre mois.

4Ces messieurs conservèrent un certain train de vie pendant leur voyage. Ils avaient à leur disposition un guide, deux domestiques et un cuisinier assisté d’un esclave. Il fallait encore ajouter à ce personnel les nombreux accompagnateurs chargés de s’occuper des ânes, des chevaux et des dromadaires. La méharée, surtout, devait avoir fière allure. Dans le Sinaï, elle se composait de neuf dromadaires pour les voyageurs et de trente-huit bêtes de somme : dix-huit chargées de la nourriture, quatre de l’eau, deux du vin, sept du fourrage pour les bêtes, trois des tentes, trois du matériel de cuisine et des bagages et une du matériel photographique de Goupil. Dans les villes, la compagnie logeait dans des hôtels de luxe et, régulièrement, elle était invitée à dîner par des diplomates occidentaux ou des responsables locaux. Pour le reste, nos artistes passaient leur temps à visiter les principales curiosités et à faire des croquis et des études à l’huile. Ce voyage fut incontestablement un point culminant de la carrière artistique de Testas. Voyager en Orient avec Gérôme scellait sa reconnaissance internationale en tant qu’artiste orientaliste.

  • 4  Émile Prisse d’Avennes, Histoire de l’art égyptien d’après les monuments, depuis les temps les plu (...)

5Il est difficile d’imaginer un contraste plus grand entre le Grand Tour oriental que Testas entreprit en 1868 et son premier voyage en Égypte dix ans plus tôt. En 1858, le peintre, alors âgé de 24 ans, venait juste de terminer sa formation à l’Académie de dessin de La Haye et se trouvait au début de sa carrière artistique lorsque le hasard lui donna l’occasion de visiter l’Orient. Il apprit par un cousin habitant à Paris, Florent Prisse, qu’un parent éloigné, Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), était sur le point de monter une expédition scientifique en Égypte. Prisse avait déjà visité le Moyen-Orient auparavant. Il avait travaillé pendant quelques années comme ingénieur au service du vice-roi d’Égypte Mohammed Ali et avait ensuite fait par ses propres moyens plusieurs grandes expéditions à travers la région. Il y réalisa des fouilles et rassembla une importante collection d’art de l’Égypte ancienne. De retour en France, il publia quelques importants ouvrages sur l’Égypte des pharaons et l’Égypte contemporaine, notamment Les Monuments égyptiens en 1847. Prisse était donc un éminent égyptologue et orientaliste, même si ses méthodes controversées et son caractère buté n’étaient pas toujours appréciés par ses collègues. En 1858, Prisse avait déjà des projets très avancés de publication de son monumental ouvrage L’Histoire de l’art égyptien, et peut-être avait-il déjà à l’esprit un ouvrage sur L’Art arabe, un livre tout aussi ambitieux avec un album d’images en plusieurs tomes sur l’art islamique du Caire4. Prisse avait besoin de données supplémentaires – surtout de la documentation visuelle – pour les deux séries. C’était principalement pour cette raison qu’il préparait une nouvelle expédition en Égypte.

  • 5  Pour l’orientalisme aux Pays-Bas, voir : Ronald de Leeuw, « Nederlandse oriëntalisten », Jong Holl (...)
  • 6  Des fragments du journal et extraits de lettres ont été fournis, annotés et préfacés par Maarten R (...)

6Un voyage en Égypte était très tentant pour Testas. Un tel périple lui offrait une formidable occasion de se spécialiser dans l’orientalisme, un genre très populaire en Europe au milieu du xixe siècle et encore très peu pratiqué aux Pays-Bas5. Lorsque le jeune Néerlandais contacta son docte parent pour lui demander s’il pouvait participer au voyage en Égypte, celui-ci y consentit à condition qu’il payât lui-même la traversée jusqu’à Alexandrie ; il pourrait ensuite participer au reste du voyage aux frais de l’expédition. Prisse avait déjà engagé un dessinateur et un photographe pour documenter et inventorier les principaux monuments et œuvres d’art, de sorte que Testas allait en principe pouvoir travailler pour lui-même. Dans la pratique, les choses allaient être bien différentes. Juste avant le départ, le dessinateur recruté fit défection, si bien que Testas dut en réalité assumer presque tout son travail. Il ne se doutait toutefois pas encore de cela lorsque, le 9 mai 1858, il prit congé de ses parents à Utrecht et partit pour Paris, première étape d’une expédition qui, d’après les estimations, devait durer quelque six mois. Grâce à son journal qui a été conservé, à ses lettres de voyage à sa mère et à quelques documents d’archives épars, nous disposons d’informations relativement précises sur le voyage de Testas en Égypte et son déroulement dramatique6.

  • 7  Des recherches récentes montrent que le prénom le plus souvent attesté de Jarrot serait Édouard : (...)
  • 8  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 37.

7Après la défection du dessinateur, l’expédition ne se composait donc plus que de trois personnes : son chef Émile Prisse d’Avennes, l’artiste Willem de Famars Testas et le photographe Édouard Jarrot7. Après une traversée en bateau sans problème depuis Marseille, nos compagnons de voyage arrivèrent à Alexandrie le 6 juin 1858. Au premier contact, la ville déçut quelque peu Testas : « Alexandrie est beaucoup trop européenne pour faire forte impression », écrivit-il à ses parents8. Prisse y rendit visite à quelques vieilles connaissances, parmi lesquelles l’égyptologue français Auguste Mariette, et essaya d’obtenir des firmans (décrets) l’autorisant à visiter et étudier les monuments égyptiens. Le 23 juin, ils prirent le train pour Le Caire et furent beaucoup plus impressionnés par cette ville. Testas n’en revenait pas de l’animation qui régnait dans les ruelles et il tomba immédiatement sous le charme du bazar :

  • 9 Ibid., p. 43-44.
  • 10 Ibid., p. 47.

« une rue étroite couverte de déversoirs et de planches, bordée de boutiques ou de réduits rectangulaires où les marchands sont tranquillement assis à fumer et ne montrent absolument aucun empressement à vous fourguer quelque chose […] Ici et là se trouvent de superbes fontaines […] et des cours intérieures avec des portes, des colonnades, etc., de l’allure la plus belle – mieux encore : la plus pittoresque9 ». Il visita aussitôt quelques « superbes mosquées, avec leurs minarets et leurs très pittoresques fontaines […]10 ».

8Les boutiques, rues animées, mosquées, cours intérieures, fontaines et portes qui séduisirent tant Testas au cours de ses premières journées au Caire continuèrent de le fasciner toute sa vie durant. Par la suite, ces sujets resurgirent sans cesse dans ses dessins et ses tableaux.

  • 11 Ibid., p. 53.
  • 12 Ibid., p. 85.

9Au début, les trois membres de l’expédition logeaient à l’hôtel, mais Prisse loua assez rapidement une maison. Il trouva une simple demeure avec une terrasse sur le toit qui, selon Testas, était très agréable pendant les chauds mois d’été. Aux dires du Néerlandais, ils vivaient désormais « tout à fait à l’orientale11». Ils dormaient sur des nattes à même le sol sous le ciel étoilé et mangeaient avec les doigts, accroupis autour d’une petite table. Leur régime alimentaire occidental avait fait place à des plats de la cuisine orientale. Après un certain temps, Testas renonça aussi à son accoutrement occidental pour adopter la tenue vestimentaire locale, qu’il ne trouvait au demeurant pas très commode : le pantalon large qui avait toujours tendance à descendre, les tozluks ou jambières avec leur infinité de petites agrafes, le gilet avec sa trentaine de petits boutons très peu pratiques et les babouches « qui donnent l’impression que l’on marche sur des chaussettes12 ». Ce costume présentait néanmoins aussi des avantages indéniables : Testas n’était pas immédiatement repéré en tant qu’occidental et il pouvait ainsi travailler à l’aise, non seulement dans les rues mais aussi et surtout dans les mosquées.

  • 13 Ibid., p. 88.

10Même si Testas finit par dessiner pour lui-même en Égypte, il dut assez rapidement reprendre le rôle du dessinateur démissionnaire de Prisse. Sur l’ordre de Prisse, il passait désormais des journées entières à fixer sur papier toutes sortes d’œuvres d’art et de monuments pour L’Art arabe à paraître. Testas dessinait des plans, des intérieurs, des détails d’architecture et des scènes de rue, mais participait aussi à la fabrication de calques (reproduction sur du papier transparent du dessin de dallages et de marqueteries par exemple) et d’estampages (impression en relief, avec du papier humide non collé, de portes ou reliefs muraux par exemple). Il voulait bien croire que ce travail lui serait utile plus tard, mais il était loin de le trouver agréable. Tous les jours, sauf le vendredi, il travaillait depuis tôt le matin jusque tard le soir dans les mosquées du Caire. Il trouvait pénible et ennuyeux de réaliser les dessins architectoniques qu’il était censé faire. Parfois, il devait marcher une bonne heure pour atteindre sa destination, parce que Prisse était trop près de ses sous pour lui louer un âne. Testas souffrait de surcroît de dysenterie et devait se contenter dans la journée d’un régime de « riz-riz-riz13 ». Mais le pire était encore le caractère très désagréable de son patron. Prisse était un personnage tyrannique, sans cesse prêt à décocher ses flèches. Lorsque Testas rentrait à la maison après une longue journée de labeur dans une mosquée, il se faisait aussitôt rabrouer :

  • 14 Ibid., p. 88.

« Ensuite j’ai droit à mon commentaire sur mon travail et mon peu d’empressement à l’ornement et au dessin rectiligne (que j’ai toujours fui), avec les inévitables noms sarcastiques de grand enfant, cornichon, comme un bœuf au travail, et cætera. Et après cela, il faudrait que je fasse gentiment la conversation à ce tyran, qui chicane sur tout, réprimande tout le monde, est très ambitieux et suffisant, et qui pense être le premier et le plus parfait de l’humanité, me traite toujours comme quelqu’un de très inférieur à lui, nullement comme un compagnon de voyage mais comme un ouvrier à sa solde. Je passe la soirée à achever mon travail de la journée ou une autre tâche imposée par M. Prisse, parfois jusqu’à onze heures et demie du soir. Charmant voyage14 ! »

  • 15 Ibid., p. 81.

11Prisse, exigeant, pria même son dessinateur d’avaler quelques pilules de haschisch. Un collègue égyptologue, l’Américain Edwin Smith, avait déjà consommé du haschisch, mais n’arrivait pas à se rappeler exactement ce qu’il avait ressenti ensuite. Voilà pourquoi Testas devait prendre un peu de stupéfiant en même temps que Smith, dans l’espoir que le Néerlandais serait, lui, capable de raconter ses expériences après coup. Au début, Testas et Smith n’observèrent pas grand-chose, si ce n’est que la drogue les rendait somnolents. Après que l’Américain fut allé au lit, Testas décida d’avaler ce qui restait de pilules. Elles eurent cette fois de l’effet, et il réveilla sur-le-champ Jarrot, qui dut noter tout ce qu’éprouvait Testas, pour qu’il puisse le rapporter à Prisse le lendemain. Dans une lettre à sa mère, Testas écrivit que la tête lui avait d’abord tourné un peu, puis qu’il avait été brusquement pris d’une « irrésistible envie de rire » : « mes joues furent comme spontanément tirées vers le haut, à tel point que cela me faisait mal, comme si elles voulaient se détacher de la pommette, et je dus rire »15. Il avait des difficultés à mettre de l’ordre dans ses pensées. Les idées se bousculaient, s’enchaînaient et se fondaient imperceptiblement « comme dans un kaléidoscope » :

  • 16 Ibid., p. 81.

« Je comparai alors en pensée mon état à ces belles portes incrustées et arabesques arabes, qui, composées de toutes sortes de petites pièces de forme différente, constituaient un tout agréable. Très souvent, une même idée surnageait, revenant comme en boucle, surtout que mon état était très étrange et burlesque, etc., et c’était alors à nouveau le point de départ d’autres idées16. »

  • 17 Ibid., p. 82.

12Entre deux fous rires, il continuait à abreuver le pauvre Jarrot de phrases. Testas lui-même croyait être très éloquent, mais il parlait souvent de manière totalement incohérente et de surcroît partiellement en néerlandais. Testas finit quand même par se mettre au lit, bien que le « carrousel des idées en tous genres » se poursuivît. Il ne s’endormit qu’à deux heures du matin. Quoiqu’un peu nauséeux le lendemain, il conclut néanmoins qu’il avait trouvé l’essai plaisant : « En somme, tout ceci est une expérience agréable, bien que l’on sente que l’on ne pourrait pas rester longtemps dans un tel état de tension sans devenir fou17 ».

  • 18 Ibid., p. 76.
  • 19 Ibid., p. 97.

13Son expérience du haschisch fut un de ses rares moments de distraction dans une existence plutôt ennuyeuse et monotone. À plusieurs reprises, il fit savoir à ses parents qu’il aspirait à leur agréable et aimable compagnie et à la vie paisible du foyer. Il supportait difficilement de vivre avec « deux personnes d’une autre nation, parlant une autre langue, dans un pays étranger sans connaissances ni amis, jour après jour en tête à tête »18. Pour comble d’infortune, le séjour dura de surcroît bien plus que les six mois prévus initialement. Jarrot eut des problèmes pour photographier et tomba assez vite malade, ce qui expliquait une partie du retard, alors que Prisse ne cessait d’ordonner de nouveaux travaux. Lorsqu’ils embarquèrent finalement le 6 juin 1859 sur le bateau qui devait leur faire remonter le Nil en direction du sud, ils avaient passé presque une année au Caire. Testas en avait vraiment assez : « Malgré son côté pittoresque, je ne peux plus sentir ni voir Le Caire19 ». Il était content de quitter la ville, mais redoutait en même temps ce qui l’attendait encore. Il avait même songé à rentrer seul chez lui s’il devait continuer à ne faire que copier des hiéroglyphes et des chapiteaux.

  • 20 Ibid., p. 161.
  • 21 Ibid., p. 158.

14Le voyage en bateau conduisit l’expédition jusqu’à Abou Simbel en Nubie. En cours de route, ils visitèrent et firent le relevé de nombreux monuments pharaoniques et classiques comme les ruines d’Assyut, Dendérah, Karnak, Louxor et Philae. Une nouvelle fois, ils prirent beaucoup de retard. Testas devait toujours travailler très dur, mais il avait apparemment un peu plus de temps pour lui. Il attendait néanmoins avec impatience « le jour de notre affranchissement de l’esclavage égyptien20 ». Ce moment arriva seulement le 12 juin 1860, lorsqu’il monta à bord du paquebot L’Euphrate à Alexandrie. Quand Testas put enfin serrer ses parents dans ses bras quelques semaines plus tard, son absence avait duré 2 ans et 2 mois. Malgré toutes les privations, il dut reconnaître que tout cela n’avait pas été inutile : « Je suis, tout bien considéré, presque fier d’avoir contribué à un ouvrage qui est certainement le meilleur qui ait paru à propos de l’Égypte, tant pour ce qui est de son exécution que de son exactitude21 ».

  • 22  Pour Jarrot, voir : Mattie Boom, « Tekenen met licht. De fotograaf A. Jarrot en beeldend kunstenaa (...)

15Pour son compagnon de voyage le photographe Jarrot, l’aventure égyptienne s’acheva sur une note beaucoup moins positive. Nous savons par les notes du journal de Testas qu’il fut gravement malade pendant une bonne partie du voyage et qu’au Caire déjà, il avait voulu plier bagage pour rentrer à Paris. Testas réussit seulement à le faire changer d’avis en insistant sur le fait qu’il allait devoir payer des dommages et intérêts colossaux à Prisse s’il résiliait son contrat. Dans les dernières semaines de leur séjour égyptien, les choses empirèrent pour Jarrot. Lors d’une visite chez l’égyptologue Auguste Mariette, il perdit la tête. Il était « complètement dément » d’après Testas et, avec l’aide du consulat français, il fut rapatrié directement en France. Mais lorsque Prisse et Testas arrivèrent à Paris quelques semaines plus tard, personne ne savait ce qu’était devenu le malheureux photographe. Renseignements pris à Marseille, il s’avéra que Jarrot y avait été interné dans une institution. Après quelques jours, son état sembla s’améliorer légèrement, et il put rejoindre sa famille à Paris. Nous ignorons cependant tout de la suite de la carrière de Jarrot : les privations en Égypte avaient-elles définitivement eu raison de lui22 ?

1. Portrait de Willem de Famars Testas, carte de visite, W.C. Van Dijk photographe, Utrecht.

1. Portrait de Willem de Famars Testas, carte de visite, W.C. Van Dijk photographe, Utrecht.

Source : Leyde (Pays-Bas), Rijksmuseum van Oudheden.

Le fonds Prisse d’Avennes à la Bibliothèque nationale de France

16Prisse lui-même n’était certainement pas mécontent des résultats de son expédition. D’Égypte, il écrivit à son ami l’archéologue Félicien de Saulcy qu’il avait comparé sur place les principaux ouvrages illustrés avec la réalité et qu’il avait pu constater que la plupart des illustrations étaient très imprécises. Heureusement, il avait désormais rassemblé suffisamment de documentation pour publier un nouvel ouvrage de référence sur l’Égypte, qui allait surpasser largement les ouvrages plus anciens :

  • 23  Émile Prisse d’Avennes à Louis-Félicien de Saulcy, Gournah 16 janvier 1860. Citation extraite de : (...)

« Je rapporte 300 dessins parmi lesquels il y a des calques coloriés de 7 à 8 mètres de longueur, plus de 400 mètres d’estampages, 150 photographies sans compter pareil nombre de stéréoscopes, puis mes croquis et mes notes23. »

17Une grande partie de cette collection, complétée par des documents des précédentes expéditions de Prisse et des photographies et illustrations d’autres artistes, se trouve encore aujourd’hui dans les papiers de Prisse à la Bibliothèque nationale de France à Paris, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes (cité ensuite « le fonds Prisse »).

18Ce très volumineux ensemble de documents d’archives est en fait la documentation visuelle et textuelle que Prisse a rassemblée au cours de sa carrière et qu’il a en partie utilisée comme base pour ses publications ultérieures, en particulier son Histoire de l’art égyptien et L’Art arabe. Le fonds Prisse étonne non seulement par son ampleur, mais aussi par la diversité des techniques : gravures, lithographies, photographies, dessins, aquarelles, estampages et calques.

  • 24  Cette Liste est aussi reproduite dans Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 194-200.

19Quelle est la part de Testas dans cette documentation ? Elle est difficile, voire impossible, à établir à partir des seules données du fonds Prisse. Aucune des œuvres n’a en effet été signée et beaucoup d’entre elles, les feuilles plus techniques en tout cas, comme les plans, les dessins architectoniques au trait, les calques et les estampages, ne trahissent aucun style personnel. Heureusement, on trouve dans des collections néerlandaises quelques documents d’archives qui peuvent être utiles pour l’attribution des œuvres du fonds Prisse. Testas mentionne une seule fois ses activités dans son journal ou ses lettres de voyage, mais un élément beaucoup plus important dans ce cadre est la « Liste de mes occupations pour M. Prisse lors de mon voyage en Égypte » (ci-après la Liste) qui est conservée au Rijksmuseum van Oudheden de Leyde24. Cette liste recense la bagatelle de 188 commandes exécutées pour Prisse, dont un certain nombre se composent de plusieurs éléments. Par exemple, la commande 30 comporte ainsi 6 calques coloriés de tableaux en faïence de la mosquée d’Ibrahim Agha. Il s’agit donc en réalité d’un nombre encore beaucoup plus important d’œuvres. De plus, Testas semble n’avoir répertorié que les produits finis destinés à Prisse. De nombreux croquis à main levée et d’autres études de détails, que nous connaissons par le fonds Prisse ou d’autres collections néerlandaises, ne sont pas mentionnés dans la Liste mais sont néanmoins de Testas. La Liste est donc loin d’être exhaustive et doit être utilisée avec une certaine prudence, mais elle demeure bien sûr une indication très importante et très utile sur les activités de Testas. Quelque 78 articles de la Liste ont trait à des œuvres d’art, des monuments et des scènes de rue du Caire islamique, tandis que le reste concerne l’Égypte pharaonique. Il ressort en outre de la Liste que Testas ne s’était pas limité au dessin et à l’aquarelle, mais qu’il avait aussi réalisé des dizaines de calques et d’estampages, effectué des relevés, dressé des plans et même rédigé des contrats et des questionnaires pour Prisse. La description dans la Liste est parfois assez vague, comme « Porte maison Arabe », mais elle est le plus souvent tellement précise que les sujets peuvent être retrouvés sans problème dans le fonds Prisse.

20Outre la Liste, nous pouvons aussi nous servir, pour identifier l’artiste, des œuvres de Testas qui sont conservées dans quatre collections néerlandaises : le Rijksmuseum à Amsterdam, le Teylers Museum à Haarlem, le Rijksmuseum van Oudheden à Leyde et une collection privée. On y trouve parfois des croquis, des études préliminaires, voire des calques de motifs qui figurent également dans le fonds Prisse. C’est ainsi que l’on trouve à Paris une aquarelle d’une cheminée qui ne figure pas dans la Liste (fig. 2). Cette cheminée apparaît toutefois aussi sur une page d’un carnet de croquis de voyage de Testas qui est conservé au Rijksmuseum (fig. 3). Nous pouvons dès lors attribuer le dessin parisien à l’artiste néerlandais.

  • 25  Illustrations de boutiques : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Man (...)
  • 26  Voir par exemple l’aquarelle signée « Boutique orientale » au Teylers Museum de Haarlem reproduite (...)
  • 27  « Illustré à partir de croquis faits sur place par É. Prisse ». Par exemple, le personnage de gauc (...)

21Une attribution à Testas est rarement étayée par plusieurs sources. C’est par exemple le cas de la série de charmants croquis de boutiques du Caire qui fait partie du fonds Prisse25. Tout d’abord, nous les retrouvons dans la Liste sous les numéros 86 (« deux dessins de boutiques : vendeur de pipes et marchand de semsémieh [gourdes] ») et 88 (« deux dessins de boutiques de fruitiers »). Le fait que ces dessins aient effectivement été réalisés par Testas est aussi confirmé par des analogies de style avec des dessins et des aquarelles de Testas se trouvant dans des collections néerlandaises et traitant en partie le même sujet26. Les personnages au visage schématique un peu plat, l’attention portée au réalisme des détails de l’architecture et du travail des artisans et la présence étonnamment fréquente d’enfants, de chiens, d’ânes et de chevaux sont typiques du style du Néerlandais. Pour lever définitivement tous les doutes, il existe aussi un calque d’une des boutiques du fonds Prisse (fig. 4) dans une collection privée comprenant des œuvres du fonds d’atelier de Testas (fig. 5). À partir de critères stylistiques, nous pouvons affirmer sans hésitation qu’une grande partie des autres dessins de scènes de rue et de figures isolées du fonds Prisse a également été réalisée par Testas, mais pas tous cependant. Prisse était aussi un habile dessinateur, et une partie des aquarelles du fonds Prisse, par exemple, s’avère être de sa main. C’est incontestablement le cas de la série d’études à l’aquarelle de « types » égyptiens. Certains de ces personnages reviennent dans les lithographies de l’Oriental Album. Characters, Costumes, and Modes of Life in the Valley of the Nile de James Augustus St. John de 1851. Sur la page de titre de cet ouvrage, il est clairement indiqué que ces lithographies ont été réalisées d’après des croquis originaux de Prisse : « illustrated from designs taken on the spot by E. Prisse »27. Ces originaux se trouvent pour une part dans le fonds Prisse.

2. Croquis de voyage avec cheminées au Caire, mine de plomb, pinceau et encre, rehaussé de blanc sur papier bleu gris.

2. Croquis de voyage avec cheminées au Caire, mine de plomb, pinceau et encre, rehaussé de blanc sur papier bleu gris.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-1 / f. 76.

3. Cheminée au Caire, aquarelle.

3. Cheminée au Caire, aquarelle.

Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum : RP-T-1981 : 1-a.

4. Une boutique au Caire, mine de plomb et encre.

4. Une boutique au Caire, mine de plomb et encre.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-3 / f. 32.

5. Croquis de voyage représentant une boutique au Caire, mine de plomb sur calque.

5. Croquis de voyage représentant une boutique au Caire, mine de plomb sur calque.

Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 040.

La contribution de Testas à L’Art arabe

  • 28  Prisse est mentionné comme auteur pour une grande majorité des planches de L’Art arabe. Pour le re (...)
  • 29  Pour les planches correspondantes dans L’Art arabe et les mentions dans la Liste, voir Luitgard  M (...)

22Puisqu’il s’avère qu’une part considérable des feuilles du fonds Prisse peut être attribuée à Testas, il est étonnant que son nom ne soit cité qu’une seule fois comme auteur sur les lithographies – 200 au total – de L’Art arabe : à la planche 134 Beyt El-Emyr [Bayt al-Amir]. Moucharabyeh intérieur (xviiie siècle)28. Ceci est d’autant plus étrange que sur la Liste sont également cités beaucoup plus d’œuvres d’art et de monuments qui ont aussi été représentés dans L’Art arabe. Luitgard Mols a récemment comparé les planches de L’Art arabe avec les articles de la Liste de Testas et est arrivée à non moins de 26 « analogies »29. Prisse n’aurait-il pas utilisé le travail de Testas ou n’a-t-il simplement pas mentionné le nom de celui-ci ?

  • 30  Ibid., p. 424-428 et 236.

23Sur la base des recherches qu’elle a menées sur les œuvres de Testas dans les collections néerlandaises, Luitgard Mols a déjà conclu qu’un nombre beaucoup plus important d’illustrations de L’Art arabe sont à mettre directement en rapport avec des croquis ou des études de Testas. Elle a trouvé, pour 8 planches de L’Art arabe, des dessins correspondants dans les collections néerlandaises30. Elle conclut que la contribution de Testas à L’Art arabe a dépassé de loin cette seule planche signée ; cette affirmation est étayée par divers exemples tirés du fonds Prisse (non étudié par L. Mols). Nous nous proposons de le montrer à l’aide d’études de cas : les planches de la mosquée al-Burdayni et celles du mausolée de Qaytbay dans L’Art arabe. Ces exemples illustrent clairement à quel point il est parfois compliqué de retrouver la trace des originaux des lithographies de L’Art arabe. Les planches s’avèrent en effet être composées de plusieurs études de détails dans différentes techniques.

24Testas écrivit qu’il a travaillé dans la mosquée d’al-Burdayni tout le mois de janvier de l’année 1859. Cette petite mosquée avait un décor intérieur très riche, avec de superbes mosaïques murales aux dessins géométriques complexes et des plafonds vivement colorés. Bien les dessiner n’était pas une sinécure :

  • 31  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 88.

« Actuellement, je travaille comme dessinateur rémunéré, je suis assis ou debout à travailler chaque jour dans les mosquées, du petit matin jusqu’au coucher du soleil, à l’exception du seul vendredi […] J’ai ainsi passé tout le mois de janvier dans la petite mosquée Bordu, en compagnie du Janissaire avec qui je ne peux pas parler et qui se met toujours à dormir. Je me casse la tête sur des dessins architectoniques, avec des ornements qui sont à peine visibles et font trembler31. »

25Le résultat d’un mois de souffrance et de renoncement se retrouve dans la Liste (no51-56) : un dessin colorié d’un mur complet avec mosaïques murales et fenêtres ; des dessins coloriés des plafonds ; des calques coloriés de mosaïques murales, et des dessins de détails tels que des inscriptions et des bordures décorées. Presque tous ces dessins reviennent aussi sous la forme de lithographies dans L’Art arabe : la planche 59 montre un vue générale d’un mur richement décoré, suivie de trois planches avec des détails des mosaïques murales (pl. 60-62). Un peu plus loin, se trouvent deux planches de plafonds de la même mosquée (pl. 68-69), à nouveau suivies d’une série de détails de plafonds (pl. 70-71). Dans le fonds Prisse sont conservés quelques-uns des dessins originaux de Testas à la base des lithographies.

  • 32  Collection privée, Pays-Bas, TTS 089, illustré dans Luitgard Mols, op. cit. (note 28), p. 425 avec (...)

26Commençons par la planche 59, Mosquée d’El-Bordeyny [al-Burdayni], intérieur de la salle principale (fig. 6). Nous n’avons pas retrouvé dans le fonds Prisse le grand dessin du mur avec les mosaïques pariétales et les fenêtres que Testas citait dans la Liste (n° 54). Mais y figure en revanche une étude – intéressante pour nous – sur papier quadrillé de quelques décorations murales avec des textes arabes (fig. 7). La troisième décoration sur cette étude revient aussi sur la lithographie (sur la colonne en bas à gauche). Un petit dessin d’une des fenêtres réalisé par Testas est également conservé dans une collection privée néerlandaise32.

  • 33  Pour la lithographie d’un autre plafond de la même mosquée (pl. 68), une étude de détail se trouve (...)

27Si, pour cette lithographie, nous ne connaissons que des études de deux petits détails, pour la lithographie du grand plafond de la mosquée al-Burdayni (fig. 8), il existe en revanche une étude préliminaire beaucoup plus détaillée dans le fonds Prisse (fig. 9). Sur ce dessin (Liste 51), Testas avait représenté très précisément les décorations, puis mis les principales parties en couleur. Sur la base de ce dessin, le lithographe a pu aisément tracer un projet détaillé sur la pierre33.

28Le deuxième exemple, le mausolée du sultan Qaytbay, ne fut certainement pas non plus tâche aisée pour Testas. D’après la Liste, il avait réalisé deux grands dessins de l’intérieur de la mosquée, puis plusieurs estampages, entre autres du minbar (Liste 64-66). Ces études correspondent exactement aux quatre planches de L’Art arabe qui ont pour sujet l’intérieur de cette mosquée : deux vues générales de l’intérieur, une planche du minbar et une planche avec des détails des portes et des armoires (pl. 20, 21, 89, 101).

  • 34  Études de détails de l’intérieur de la mosquée de Qaytbay qui reviennent également dans les planch (...)
  • 35  Liste n° 66, « Estampages du mimber (chaire) etc., mosquée Qaytbay ».

29Dans ce cas, une des deux grandes ébauches de l’intérieur (Liste 64) a bien été conservée (fig. 10). Il s’agit d’un de ces dessins architectoniques au trait que Testas avait en horreur. Ce dessin a servi de base à la lithographie dans L’Art arabe, si ce n’est que le cadrage de la lithographie est un peu plus serré (fig. 11). Les détails n’ont pas été indiqués sur ce dessin. Le lithographe disposait probablement aussi d’études de détails séparées pour peaufiner sa planche. Nous retrouvons de telles études de détails tant dans le fonds Prisse que dans une collection privée néerlandaise, par exemple un calque des inscriptions au-dessus de l’arc ou une feuille avec une des portes en bois (fig. 12)34. Un même procédé a probablement été utilisé pour la planche 89 de L’Art arabe, le minbar de la mosquée de Qaytbay. Le dessin au trait du fonds Prisse, très précis, a incontestablement servi de point de départ. Le personnage sur l’escalier est clairement l’œuvre de Testas (fig. 13). Les reliefs sur le minbar ne sont rendus que schématiquement. Pour ceux-ci, le lithographe a eu une fois de plus recours aux estampages que, d’après la Liste (66), Testas avait effectués sur ce minbar35.

30Ce ne sont que deux exemples, mais à la lumière des journaux de Testas, de la Liste et d’une comparaison avec les œuvres de Testas conservées dans le fonds Prisse et les collections néerlandaises, un nombre beaucoup plus important de planches de L’Art arabe peut être mis en rapport avec des dessins, des estampages et des calques réalisés par Testas. Sa contribution au célèbre ouvrage illustré est donc beaucoup plus importante que ce qu’on supposait précédemment.

6. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Intérieur de la salle principale (XVIIe siècle).

6. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Intérieur de la salle principale (XVIIe siècle).

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 59.

7. Mosaïques de la mosquée d'El Bourdény [al-Burdayni], aquarelle sur papier quadrillé.

7. Mosaïques de la mosquée d'El Bourdény [al-Burdayni], aquarelle sur papier quadrillé.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VI-3 / f. 6.

8. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Détails du grand plafond.

8. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Détails du grand plafond.

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 69.

9. Étude du plafond de la mosquée al-Burdayni, mine de plomb et aquarelle.

9. Étude du plafond de la mosquée al-Burdayni, mine de plomb et aquarelle.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 28-8-2 / f. 5.

10. Intérieur de la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin.

10. Intérieur de la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-IV-2 / f. 21.

11. Mosquée de Qaytbay (intra muros). Élévation du côté du mihrab (XVe siècle).

11. Mosquée de Qaytbay (intra muros). Élévation du côté du mihrab (XVe siècle).

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 21.

12. Études de porte, ornements, architecture dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.

12. Études de porte, ornements, architecture dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.

Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 093.

13. Minbar dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.

13. Minbar dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-IV-1 / f. 11.

Photographies

  • 36  Sur le photographe Jarrot et sa collaboration avec Testas en Égypte, voir Mattie Boom, op. cit. (n (...)
  • 37  Maarten J. Raven, 1988, p. 53 (note 6).

31Un médium qui n’a pas encore été évoqué jusqu’à présent est la photographie. Cela semble logique, puisque le photographe de l’expédition était Édouard Jarrot, et non Testas. Pourtant, Testas est aussi intervenu dans les photographies, certes pas en qualité de photographe, mais comme dessinateur36. Au début du voyage, Jarrot fut confronté à de nombreux problèmes techniques : travailler avec des négatifs sur verre au collodion humide s’avéra très malaisé sous le climat égyptien. La situation s’améliora nettement lorsqu’il passa aux négatifs sur verre à l’albumine37. Testas s’entendait bien avec Jarrot. Ils avaient tous deux à peu près le même âge et étaient au début de leur carrière. Souvent, ils partaient ensemble immortaliser les mosquées et autres monuments du Caire, Jarrot armé de son équipement photographique, Testas de son carnet de croquis. Pour l’un comme pour l’autre, il n’était pas toujours simple de travailler au milieu de l’agitation de la ville :

  • 38  Ibid., p. 47.

« Dommage que l’on ne puisse pas voir de loin la plupart des mosquées, puisque les rues sont trop étroites, et qu’il soit donc impossible de rendre celles-ci par la photographie ; même les dessiner est infaisable. À cela il faut ajouter la cohue : une multitude d’ânes, de dromadaires, de marchands, de soldats à cheval, de voitures et de chariots, tout cela grouille dans la confusion la plus totale38. »

  • 39  Mattie Boom, op. cit. (note 22), p. 199 et S. Aubenas, J. Lacarrière, op. cit. (note 22).

32En dépit de sa longue maladie et de ses problèmes mentaux, qui allaient finalement conduire à son dramatique effondrement psychologique, Jarrot eut quand même à son actif une production considérable. Il fit quelque 200 épreuves photographiques pendant le voyage, dont environ 50 doubles. Une bonne partie d’entre elles sont aujourd’hui conservées dans le fonds Prisse. Ce ne sont au demeurant pas les seules photographies de cette collection, il s’y trouve également des œuvres d’autres photographes, comme Maxime Du Camp, Ernst Benecke, Félix Teynard, Gustave Le Gray, Wilhelm Hammerschmidt et John Beasley Greene39.

33Prisse a utilisé les photographies non seulement comme matériel documentaire visuel, mais aussi comme modèles destinés au lithographe, qui pouvait ainsi tracer les compositions sur la pierre pratiquement sans adaptation. Dans L’Art arabe, ce sont surtout les lithographies de l’extérieur de mosquées et de détails d’architecture qui dérivent en droite ligne des photographies de Jarrot conservées dans le fonds Prisse : les mêmes détails, représentés exactement sous le même angle.

  • 40  Liste, n29, 79, 112, 182.
  • 41  Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, respectivement 24-I-1, f. (...)

34Mais outre ces photographies ordinaires, il existe aussi une série de tirages sur papier salé qui ont été retouchés ultérieurement. Les contours des bâtiments ont été repassés à la plume ou les tirages ont été mis en couleur à l’aquarelle. Ces tirages sur papier salé coloriés sont parfois appelés des photographies peintes. Cette technique est surtout connue pour avoir été utilisée dans la photographie de portraits mais pas tellement pour la photographie d’architecture. Pourtant, la retouche et la mise en couleur de tirages photographiques au sel comptaient parmi les occupations courantes de Testas, car nous en retrouvons plusieurs exemples dans sa Liste40. Il s’agissait souvent de repasser sur des lignes de contour, de manière à ce que les détails ressortent mieux, ce qui facilitait le travail du lithographe. Ce procédé est parfaitement illustré par la photographie d’un détail sculpté de la mosquée d’al-Salih Tala'i'. Dans le fonds Prisse, il en existe une photographie ordinaire et un tirage beaucoup plus pâle, qui a été retouché et légèrement mis en couleur ultérieurement par Testas41. Dans L’Art arabe, nous voyons comment le lithographe, enfin, a intégré cette photographie retouchée dans une planche plus grande, avec différents détails de la mosquée (pl. 5).

  • 42  Maarten J. Raven, op. cit.(note 6), p. 196.

35Mais les interventions de Testas sur les épreuves photographiques ne se limitaient pas à l’accentuation de contours ou à la mise en couleur : parfois, il devait aussi ajouter de nouveaux éléments. Parmi les travaux accomplis pour Prisse, il avait ainsi mentionné sur la Liste (n° 79) : « retouché et mis des figures dans 5 photographies »42. Le fonds Prisse comprend effectivement quelques tirages sur papier salé coloriés, qui ont été agrémentés de figures dessinées (fig. 14). Les personnages, mais aussi et surtout les ânes et les chiens, sont indéniablement de la main de Testas. Le tirage de ces épreuves sur papier salé est en outre volontairement assez pâle, pour que le dessinateur puisse mieux faire son travail.

36Pourquoi le photographe et le dessinateur auraient-ils travaillé conjointement pour arriver à ce résultat ? Le support photographique présentait incontestablement de grands avantages : la photographie était très fidèle à la réalité et très rapide. Mais elle n’était pas dépourvue de certains inconvénients : aux débuts de la photographie, il était impossible de photographier des personnes en mouvement, et la photographie en couleur n’existait pas. La technique de la photographie peinte s’efforçait de pallier ces manquements. L’artiste devait animer les rues photographiées avec précision, et donner de la couleur aux monuments. Ainsi la force de la photographie et celle de la peinture se combinaient-elles de manière optimale.

  • 43  Voir aussi Mattie Boom, op. cit. (note 22), qui compare les photographies peintesde ruelles cairot (...)
  • 44  Voir Marie-Claire Saint-Germier, « Un livre rêvé : l’Égypte monumentale de Prisse d’Avennes », in (...)

37Le but précis de ces photographies peintes n’est pas toujours clair. Peut-être devaient-elles servir d’aide à l’élaboration de compositions pour des aquarelles ou des tableaux. Nous savons qu’au départ, Testas eut des difficultés à dessiner l’architecture et la perspective, et ces photographies retouchées pouvaient certainement lui être utiles dans ce cadre43. Les photographies peintes auraient aussi pu être destinées au lithographe, afin que celui-ci les transpose directement sur la pierre. Les photographies peintes du fonds Prisse ne sont certes pas reproduites telles dans L’Art arabe, mais nous savons que certaines lithographies de cet ouvrage illustré sont fondées effectivement sur des photographies, auxquelles des figures furent ensuite ajoutées. C’est par exemple le cas de la planche 35, Tombeau d’un émyr dans le cimetière de Karafeh [Qarafa] (fig. 15). Le modèle direct est un tirage sur papier salé qui a été pris du même point de vue (fig. 16). Cette épreuve a du reste aussi été légèrement retouchée : les contours et la décoration du tombeau ont été repassés à l’encre. Sur la lithographie finale, l’environnement a été légèrement modifié : le muret gênant, à gauche, a été supprimé et une partie de la tombe, à droite, a été restituée symétriquement. Un changement plus important est l’ajout d’un petit groupe de personnages qui anime la scène, au premier plan, inspiré d’un dessin (fig. 17)44.

  • 45  Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, 24-I-2, f. 1 et 3 (photog (...)

38Nous présumons que bien d’autres lithographies de L’Art arabe sont fondées sur des photographies auxquelles Testas – ou quelqu’un d’autre – a ajouté des personnages ultérieurement. Les planches 19 Mosquée sépulcrale de Qaytbay, et 26, Mosquée et tombeau d’El-Ghoury [al-Ghawri](fig. 18), ont par exemple une architecture très convaincante, mais les figures sont un peu discordantes par rapport à celle-ci : les proportions ne correspondent pas et le rendu des personnages est d’un style tout différent de celui de l’architecture. Le fonds Prisse comprend plusieurs photographies qui ont peut-être été utilisées comme modèle pour l’architecture des lithographies45.

14. Édouard Jarrot et Willem de Famars Testas, Bab el-Charieh [Bab al-Sha'riyya] (porte de la Loi), Le Caire, photographie peinte.

14. Édouard Jarrot et Willem de Famars Testas, Bab el-Charieh [Bab al-Sha'riyya] (porte de la Loi), Le Caire, photographie peinte.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-V-2 / f. 2.

15. Tombeau d'un émyr dans le cimetière de Karafeh [Qarafa] (XVIIIe siècle).

15. Tombeau d'un émyr dans le cimetière de Karafeh [Qarafa] (XVIIIe siècle).

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 35.

16. Édouard Jarrot, Tombeau à baldaquin près de la tombe de l'imam al-Shafi'i, tirage au sel retouché.

16. Édouard Jarrot, Tombeau à baldaquin près de la tombe de l'imam al-Shafi'i, tirage au sel retouché.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 24-I-3 / f. 12.

17. Groupe d'hommes accroupis, crayon et aquarelle.

17. Groupe d'hommes accroupis, crayon et aquarelle.

Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-3 / f. 11.

18. Mosquée et tombeau d'El-Ghoury [al-Ghawri] (XVIe siècle).

18. Mosquée et tombeau d'El-Ghoury [al-Ghawri] (XVIe siècle).

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 26.

Travail personnel

  • 46  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 90.
  • 47  Pour les photos que possédait Testas, voir aussi Mattie Boom, op. cit. (note 22).
  • 48  Les reproductions dans Maarten J. Raven (op. cit. note 6) donnent une bonne idée de la diversité d (...)

39Malgré toutes les privations et le caractère exigeant et désagréable de Prisse, Testas trouva du réconfort en Égypte en pensant qu’il récolterait plus tard les fruits de son voyage : « Ceci aura néanmoins probablement son utilité ; je serai certainement expert en orientalisme, ce qui s’avère déjà utile lorsque l’on veut placer des personnages dans des maisons, des monuments, et cætera46 ». L’artiste néerlandais ramena un trésor de croquis et de dessins chez lui. Il se constitua même ses propres archives documentaires, qui sont un peu comparables aux archives de Prisse. Outre ses propres croquis de voyage, il rassembla diverses photographies d’Égypte, de Jarrot et d’autres photographes47. Il y avait aussi énormément de calques dans sa documentation : des copies de calques de reliefs pharaoniques et de décorations arabes qu’il avait réalisés en Égypte avec Prisse, mais aussi de fragments d’architecture et de figures isolées. Enfin, il conservait également bon nombre de calques de compositions complètes, des épures – quadrillées ou non – qui étaient, semble-t-il, destinées à servir de base à de plus grandes aquarelles ou des peintures à l’huile48. Testas prenait manifestement au sérieux son ambition de devenir le premier peintre des Pays-Bas à se spécialiser dans le genre orientaliste.

40Tout au long de sa carrière, Testas continua de puiser dans la documentation qu’il avait réunie au cours de son premier voyage. Ses tableaux personnels avaient souvent pour sujet des scènes de rue et des scènes de la vie quotidienne. Ceux-ci ne possédaient certes pas le décor architectural monumental que l’on trouve dans L’Art arabe, mais cela ne veut pas dire que Testas ne se servit pas de ses archives visuelles pour agrémenter ses tableaux de détails authentiques. On a même l’impression qu’il avait copié et réutilisé encore et encore ses détails architecturaux préférés et ses personnages isolés favoris dans de multiples compositions.

  • 49  Collection privée, Pays-Bas (TTS 047).

41Le tableau Cour intérieure d’une maison au Caire (1881) est un bon exemple de la méthode de « copier/coller » utilisée par Testas (fig. 19). La toile témoigne de son excellente connaissance de l’architecture arabe, acquise lors de son séjour en Égypte avec Prisse. La superbe porte avec voûte à stalactites (muqarnas) et les moucharabiehs ont été rendus de manière détaillée et convaincante. Pour réaliser cette œuvre, Testas s’est largement inspiré de ses vieux carnets de croquis de 1858-1860. La porte a été copiée d’après une feuille de croquis portant l’inscription « porte de maison avec ornements en bronze au Kaire » (fig. 20). L’ornement mural à gauche (au-dessus de la console) est emprunté à une feuille de croquis avec des études d’architecture qui date de 1859, conservée au Rijksmuseum (fig. 21). Il existe même un croquis et un calque ultérieur de la femme voilée49. Ces détails authentiques donnent un charme supplémentaire à ce tableau.

  • 50  Des calques de cette composition se trouvent au Teylers Museum de Haarlem : KT 1712, KT 1914, KT 1 (...)

42À la fin de sa carrière, en 1890, Testas se servit encore du matériel recueilli lors de son premier séjour au Caire. En 1859, il avait réalisé pour Prisse une Porte de Harem (Liste n° 25) qui fut reproduite à la planche 32 de L’Art arabe (fig. 22). Cette composition continua manifestement à le fasciner, car il en dessina une variante une trentaine d’années plus tard. Le dessin original a disparu, mais nous avons conservé un calque de la composition et une reproduction qui a probablement été publiée autrefois dans une revue et se trouve aujourd’hui au Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie à La Haye (fig. 23)50. Le décor architectural se résume désormais à la moitié inférieure de l’ensemble, avec la porte en bois ; l’encadrement ornemental complexe a en grande partie été supprimé. Les deux personnages sur la lithographie ont été remplacés par un homme avec son âne et un chat.

43En résumé, nous pouvons dire qu’une part très considérable des dessins, calques et estampages du fonds Prisse de la Bibliothèque nationale de France a été réalisée par le peintre néerlandais Willem de Famars Testas, un des compagnons de voyage d’Émile Prisse d’Avennes lors de son expédition en Égypte en 1858-1860. Les documents du fonds Prisse ont servi de base aux lithographies du monumental ouvrage illustré L’Art arabe. La contribution de Testas à celui-ci est loin de se limiter à la seule lithographie qui porte son nom. Enfin, nous pouvons conclure que la participation de Testas à l’expédition de Prisse a été déterminante pour le reste de sa carrière. C’est à partir de ce moment-là qu’il décida de se consacrer au genre orientaliste. Non sans succès : il fut le seul peintre néerlandais du xixe siècle qui réussit à acquérir une certaine notoriété même en dehors des Pays-Bas en qualité d’orientaliste. En 1868, il fut même invité par Jean-Léon Gérôme à faire un voyage d’artistes à travers l’Orient en compagnie de quelques autres peintres. Tout au long de sa vie, Testas continua de s’inspirer du travail qu’il avait réalisé en Égypte entre 1858 et 1860.

19. Cour intérieure d'une maison au Caire, 1881, huile sur toile.

19. Cour intérieure d'une maison au Caire, 1881, huile sur toile.

Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum, SK-A-1184.

20. Porte de maison avec ornements en bronze au Kaire, mine de plomb sur papier gris.

20. Porte de maison avec ornements en bronze au Kaire, mine de plomb sur papier gris.

Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 010.

21. Croquis de voyage avec études d'architecture, mine de plomb sur papier. Détail de l'ornement mural repris sur le tableau de la fig. 19.

21. Croquis de voyage avec études d'architecture, mine de plomb sur papier. Détail de l'ornement mural repris sur le tableau de la fig. 19.

Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum, RP-T-1981:91-b.

22. Beyt el-Emir [bayt al-Amir], porte extérieure du harem (XVIIe siècle).

22. Beyt el-Emir [bayt al-Amir], porte extérieure du harem (XVIIe siècle).

Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 32.

23. Oriental avec âne près d'une porte, 1890, d'après Willem de Famars Testas, lithographie.

23. Oriental avec âne près d'une porte, 1890, d'après Willem de Famars Testas, lithographie.

Source : La Haye (Pays-Bas), Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie.

Notes

1  Cette exposition a été présentée à Tel-Aviv (musée d’Art de Tel-Aviv), Bayonne (musée Léon Bonnat) et Paris (musée Hébert). Elle était accompagnée d’une publication : Album de Voyage. Des artistes en expédition au pays du Levant, Paris : AFAA; RMN, 1993.

2  Le journal tenu par Testas lors de ce deuxième voyage a été reproduit dans son intégralité dans Album de voyage, op. cit. (note 1), p. 89-201, ici p. 98.

3  Outre Jean-Léon Gérôme, Willem de Famars Testas et Albert Goupil, la compagnie se composait des peintres Paul-Marie Lenoir, Jean-Richard Goubie, Léon Bonnat et Ernest Journault. Le voyageur français Wilfrid de Barthélemy, inconnu par ailleurs, fit avec eux le voyage du Caire à Jérusalem, où le journaliste et historien Frédéric Masson (1847-1923) prit sa relève. Voir : Willem de Famars Testas, De schilderskaravaan 1868, [préfacé et annoté par Maarten J. Raven], Leyde : Ex Oriente Lux ; Louvain : Peeters, 1992, p. 13.

4  Émile Prisse d’Avennes, Histoire de l’art égyptien d’après les monuments, depuis les temps les plus reculés jusqu’à la domination romaine, Paris : A. Bertrand, 1878-1879. Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Caire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviie siècle, Paris : A. Morel et Cie, 1877 ; réédition Paris : l’Aventurine, 2002.

5  Pour l’orientalisme aux Pays-Bas, voir : Ronald de Leeuw, « Nederlandse oriëntalisten », Jong Holland, n° 1, septembre 1985, p. 10-36 ; Jan de Hond, Verlangen naar het Oosten. Oriëntalisme in de Nederlandse cultuur ca. 1800-1920, Leiden : Primavera Pers, 2008.

6  Des fragments du journal et extraits de lettres ont été fournis, annotés et préfacés par Maarten Raven : Willem de Famars Testas, Reisschetsen uit Egypte, 1858-1860, [adapté et annoté par Maarten J. Raven], Maarssen/’s- Gravenhage,[mq l'éditeur commercial : SDU ; Gary Schwartz], 1988.

7  Des recherches récentes montrent que le prénom le plus souvent attesté de Jarrot serait Édouard : Sylvie Aubenas, « Un fonds de photographies unique sur l’Égypte », in Visions d’Égypte, Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), catalogue d'exposition (Paris, Bibliothèque nationale de France – Musée du Louvre, 1er mars-5 juin 2011), Paris : BnF, 2011, p. 119-139, part. p. 122, note 16.

8  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 37.

9 Ibid., p. 43-44.

10 Ibid., p. 47.

11 Ibid., p. 53.

12 Ibid., p. 85.

13 Ibid., p. 88.

14 Ibid., p. 88.

15 Ibid., p. 81.

16 Ibid., p. 81.

17 Ibid., p. 82.

18 Ibid., p. 76.

19 Ibid., p. 97.

20 Ibid., p. 161.

21 Ibid., p. 158.

22  Pour Jarrot, voir : Mattie Boom, « Tekenen met licht. De fotograaf A. Jarrot en beeldend kunstenaar Willem de Famars Testas in Egypte, 1858-1860 », Bulletin van het Rijksmuseum, vol. 42, n° 3, 1994, p. 185-201 ; Sylvie Aubenas et Jacques Lacarrière, Voyage en Orient, Paris : BnF ; Hazan, 1999, p. 29-30 ; Sylvie Aubenas, op. cit. (note 7), p. 119-139, part. 122-123.

23  Émile Prisse d’Avennes à Louis-Félicien de Saulcy, Gournah 16 janvier 1860. Citation extraite de : Michel Dewachter, « Un Avesnois. L’Égyptologue Prisse d’Avennes », Société archéologique & historique de l’arrondissement d’Avesnes, tome XXX, 1988, p. 174.

24  Cette Liste est aussi reproduite dans Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 194-200.

25  Illustrations de boutiques : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, 27-VII-3, f. 32, 33, 69-70, 72.

26  Voir par exemple l’aquarelle signée « Boutique orientale » au Teylers Museum de Haarlem reproduite dans Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 45 ou un dessin d’une boutique orientale dans un carnet de croquis de voyage de Testas au Rijksmuseum d’Amsterdam (inv. n° RPT-1974: 11). Voir les dessins de boutiques reproduits dans Mercedes Volait, « Avec le double empressement d’un artiste et d’un antiquaire », in Visions d’Égypte, op. cit. (note 7), p. 93-117, part. p. 116-117.

27  « Illustré à partir de croquis faits sur place par É. Prisse ». Par exemple, le personnage de gauche sur la planche « Arnaout and Osmanli soldiers » et la jeune fille assise sur la planche « Nubian females ; Kanoose tribe, Philae » in James Augustus St. John, Oriental Album. Characters, Costumes, and Modes of Life. The Valley of the Nile. Illustrated with designs taken on the spot by E. Prisse, Londres : Madden, 1851, p. 1 et 49, correspondent en tous points à deux aquarelles du fonds Prisse : « Arnaout » (Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, 26- III-1, f. 12) et « Jeune Nubienne assise » (26-III-1, f. 13).

28  Prisse est mentionné comme auteur pour une grande majorité des planches de L’Art arabe. Pour le reste, quatre autres artistes sont encore cités, outre Testas : Girault de Prangey (11 planches), Ch. De Linas (3 planches), Cournault (9 planches) et Yahia el-Wacetty (4 planches) : Luitgard Mols, « Islamic art and architecture through the eyes of Testas. Documentary drawings and genre scenes », in Arnoud Jan Vrolijk et Jan P. Hogendijk, O ye Gentlemen. Arabic Studies on Science and Literary Culture in honour of Remke Kruk, Leiden ; Boston, MA : Brill, 2007, p. 423-436, p. 424, n. 5. Dans Histoire de l’art égyptien, Testas est mentionné un peu plus souvent – à six reprises – mais ici aussi sa contribution fut certainement beaucoup plus importante (Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 23).

29  Pour les planches correspondantes dans L’Art arabe et les mentions dans la Liste, voir Luitgard  Mols, op. cit. (note 28), p. 425 avec illustration.

30  Ibid., p. 424-428 et 236.

31  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 88.

32  Collection privée, Pays-Bas, TTS 089, illustré dans Luitgard Mols, op. cit. (note 28), p. 425 avec illustration.

33  Pour la lithographie d’un autre plafond de la même mosquée (pl. 68), une étude de détail se trouve également dans une collection privée néerlandaise (TTS 095) : Luitgard Mols, op. cit. (note 28), p. 425 avec illustration.

34  Études de détails de l’intérieur de la mosquée de Qaytbay qui reviennent également dans les planches 20 et 21 de L’Art arabe : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, 27-IV-1, f. 12 (les calques de l’inscription en arabe) et 27-IV-3, f. 2. Également dans une collection privée néerlandaise : TTS 006, TTS 087, TTS 088, TTS 093, TTS 094. Voir aussi Luitgard Mols, op. cit. (note 28), où TTS 06 et TTS 088 sont reproduits.

35  Liste n° 66, « Estampages du mimber (chaire) etc., mosquée Qaytbay ».

36  Sur le photographe Jarrot et sa collaboration avec Testas en Égypte, voir Mattie Boom, op. cit. (note 22), p. 185-201.

37  Maarten J. Raven, 1988, p. 53 (note 6).

38  Ibid., p. 47.

39  Mattie Boom, op. cit. (note 22), p. 199 et S. Aubenas, J. Lacarrière, op. cit. (note 22).

40  Liste, n29, 79, 112, 182.

41  Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, respectivement 24-I-1, f. 4 et 25-I-8, f. 5.

42  Maarten J. Raven, op. cit.(note 6), p. 196.

43  Voir aussi Mattie Boom, op. cit. (note 22), qui compare les photographies peintesde ruelles cairotes avec les aquarelles que Testas a faites de ces mêmes ruelles. Elles ne sont certes pas parfaitement identiques, mais présentent quand même de nombreuses similitudes.

44  Voir Marie-Claire Saint-Germier, « Un livre rêvé : l’Égypte monumentale de Prisse d’Avennes », in Visions d’Égypte, op. cit. (note 7), p. 141-153, part. p. 151.

45  Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d’Avennes, 24-I-2, f. 1 et 3 (photographie du mausolée de Qaytbay).

46  Maarten J. Raven, op. cit. (note 6), p. 90.

47  Pour les photos que possédait Testas, voir aussi Mattie Boom, op. cit. (note 22).

48  Les reproductions dans Maarten J. Raven (op. cit. note 6) donnent une bonne idée de la diversité des archives documentaires de Testas. La majeure partie de celles-ci est conservée au Teylers Museum de Haarlem.

49  Collection privée, Pays-Bas (TTS 047).

50  Des calques de cette composition se trouvent au Teylers Museum de Haarlem : KT 1712, KT 1914, KT 1915.

Table des illustrations

Titre 1. Portrait de Willem de Famars Testas, carte de visite, W.C. Van Dijk photographe, Utrecht.
Crédits Source : Leyde (Pays-Bas), Rijksmuseum van Oudheden.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 2. Croquis de voyage avec cheminées au Caire, mine de plomb, pinceau et encre, rehaussé de blanc sur papier bleu gris.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-1 / f. 76.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 3. Cheminée au Caire, aquarelle.
Crédits Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum : RP-T-1981 : 1-a.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre 4. Une boutique au Caire, mine de plomb et encre.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-3 / f. 32.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre 5. Croquis de voyage représentant une boutique au Caire, mine de plomb sur calque.
Crédits Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 040.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 6. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Intérieur de la salle principale (XVIIe siècle).
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 59.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre 7. Mosaïques de la mosquée d'El Bourdény [al-Burdayni], aquarelle sur papier quadrillé.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VI-3 / f. 6.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre 8. Mosquée d'El Bordeyny [al-Burdayni]. Détails du grand plafond.
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 69.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre 9. Étude du plafond de la mosquée al-Burdayni, mine de plomb et aquarelle.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 28-8-2 / f. 5.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre 10. Intérieur de la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-IV-2 / f. 21.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 11. Mosquée de Qaytbay (intra muros). Élévation du côté du mihrab (XVe siècle).
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 21.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre 12. Études de porte, ornements, architecture dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.
Crédits Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 093.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 13. Minbar dans la mosquée de Qaytbay, Le Caire, dessin à la mine de plomb.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-IV-1 / f. 11.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 14. Édouard Jarrot et Willem de Famars Testas, Bab el-Charieh [Bab al-Sha'riyya] (porte de la Loi), Le Caire, photographie peinte.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-V-2 / f. 2.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 15. Tombeau d'un émyr dans le cimetière de Karafeh [Qarafa] (XVIIIe siècle).
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 35.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre 16. Édouard Jarrot, Tombeau à baldaquin près de la tombe de l'imam al-Shafi'i, tirage au sel retouché.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 24-I-3 / f. 12.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 17. Groupe d'hommes accroupis, crayon et aquarelle.
Crédits Source : Paris (France), BnF, département des Manuscrits, fonds Prisse d'Avesnes, 27-VII-3 / f. 11.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 18. Mosquée et tombeau d'El-Ghoury [al-Ghawri] (XVIe siècle).
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 26.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre 19. Cour intérieure d'une maison au Caire, 1881, huile sur toile.
Crédits Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum, SK-A-1184.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 20. Porte de maison avec ornements en bronze au Kaire, mine de plomb sur papier gris.
Crédits Source : Pays-Bas, collection privée, TTS 010.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 21. Croquis de voyage avec études d'architecture, mine de plomb sur papier. Détail de l'ornement mural repris sur le tableau de la fig. 19.
Crédits Source : Amsterdam (Pays-Bas), Rijksmuseum, RP-T-1981:91-b.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 22. Beyt el-Emir [bayt al-Amir], porte extérieure du harem (XVIIe siècle).
Crédits Source : Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe, pl. 32.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre 23. Oriental avec âne près d'une porte, 1890, d'après Willem de Famars Testas, lithographie.
Crédits Source : La Haye (Pays-Bas), Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4873/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

Pour citer cet article

Référence papier

Jan de Hond, « « Ceci aura néanmoins probablement son utilité. » Willem de Famars Testas au Caire, 1858-1860 », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 69-94.

Référence électronique

Jan de Hond, « « Ceci aura néanmoins probablement son utilité. » Willem de Famars Testas au Caire, 1858-1860 », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 04 mai 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4873

Auteur

Jan de Hond

Curator in the Rijksmuseum’s History Department, Amsterdam, Pays-Bas.

Droits d’auteur

Tous droits réservés