Navigation – Plan du site
Les monuments par le dessin

Mein Fritz geht nach Aegypten !” Friedrich Maximilian Hessemer sur les traces de l’arc brisé au Caire

Maryse Bideault
p. 17-40

Notes de la rédaction

Sauf mention contraire, toutes les œuvres reproduites sont de F. M. Hessemer.

Texte intégral

  • 1  Lettre du 15 octobre 1829.

1La première impression que l’architecte allemand Friedrich Maximilian Hessemer (fig. 1) eut du Caire, le 15 octobre 1829, était celle d’une ville qui lui apparut comme un contrepoint à Rome où il avait résidé plus d’un an. Il lui était pourtant impossible de dire en faveur duquel des deux endroits penchait la balance de ses sentiments. Il reconnaissait toutefois que Rome n’avait pas produit sur lui, aussi brusquement, une telle émotion. Dans la lumière matinale, le voyageur faisait face à « une mer de maisons, de coupoles, de tours1 » et se trouvait rapidement immergé dans une cité dont il admettait qu’il fallait en avoir toutes les clés pour en pénétrer le sens, au risque sinon d’en percevoir le chaos très rapidement. Il savait gré à son interprète et serviteur, Hadgieh Soleiman [Haggi Sulayman], de lui être particulièrement attentionné, de tout lui montrer et de lui expliquer ce qu’il devait savoir.

1. [Autoportrait en costume local], aquarelle, Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten.

1. [Autoportrait en costume local], aquarelle, Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten.

Source: Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Francfort-sur-le-Main, 2001, p. 243.

2Ce séjour en Égypte, et plus particulièrement au Caire, en 1829-1830, prit place sous de bons auspices, même si le prétexte de son organisation semblait, à Hessemer déjà, et plus encore à nous, assez étrange : le jeune architecte allemand fut envoyé en Égypte, en tous cas il accepta l’invitation qui lui fut faite avec une grande curiosité, par un Britannique rencontré à Rome, Henry Gally Knight (1786-1846), pour documenter au travers de dessins les preuves de l’origine orientale de l’arc brisé, théorie que l’instigateur du voyage défendait.

  • 2  F. M. Hessemer revint de son périple de trois ans avec quelque 500 dessins et aquarelles conservés (...)

3De son séjour dont il écrivit qu’il fut marqué à jamais, Hessemer revint avec un grand nombre de dessins et d’aquarelles2 qui informent, à des degrés divers, de l’accomplissement de la tâche qui lui avait été confiée. Ce corpus graphique doit être mis en perspective, non seulement en regard de l’histoire figurée du Caire depuis le début du xixe siècle, mais aussi par rapport à l’œuvre et à la carrière de l’architecte qui fut un des derniers à représenter les monuments du Caire avant l’invention de la photographie.

  • 3  Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung, Inv.- Nr. 927. (...)

4En outre, Hessemer laissa de ce voyage un récit très circonstancié sous la forme d’un journal de voyage et d’une correspondance assidue adressée à son père3. Il est intéressant de noter qu’au journal destiné à son père, mais que celui-ci ne pourrait lire qu’une fois le voyageur revenu au pays, s’est substituée une correspondance qui venait, avec davantage de régularité malgré les difficultés d’acheminement du courrier, renseigner et divertir le parent, déjà âgé et malade, demeuré en Hesse. Tous ces documents livrent quantité d’impressions libres, parfois mitigées, riches d’enseignement qui permettent de mieux comprendre le personnage, mais aussi de saisir son appréhension du monde nouveau qui s’ouvrait alors à lui.

5Des nombreux artistes, archéologues ou antiquaires qui voyagèrent en Égypte au cours de la première moitié du xixe siècle, et plus encore de ceux qui demeurèrent au Caire quelque temps, subsiste un certain nombre de récits, de journaux ou de correspondances qui viennent, par l’écriture de soi, par les émotions exprimées, par les faits rapportés, non seulement enrichir la connaissance que l’on peut avoir des auteurs et des réseaux sociaux dans lesquels ils s’inscrivent, mais aussi les rattacher à leur histoire nationale et éclairer leur manière d’être au monde.

6Tous ces écrits partagent les évocations du climat difficile à supporter pour un Occidental, climat dont les changements rendent les traversées par mer et voyages sur le Nil aventureux, mais aussi le travail de dessinateur compliqué par les températures excessives, les mentions des épidémies et maladies endémiques de l’Égypte, ou encore les difficultés de relations avec les autochtones comme avec les autorités en place, mais aussi, pour les plus sensibles des diaristes et épistoliers, la surprise, l’admiration ou le dégoût.

7Hessemer s’est fait un scripteur des plus prolixes et des plus intéressants pour peu que l’on ausculte avec attention ces sources. Car s’il n’a pas assez d’yeux pour noter tout ce qui l’entoure, il n’hésite pas, à plusieurs reprises, à se servir de ses observations pour établir des parallèles ou des comparaisons aboutissant à des réflexions plutôt profondes sur l’histoire de son pays dans son temps.

  • 4  Voir Diane Harlé et Jean Lefebvre (dirs.), Sur le Nil avec Champollion. Lettres, journaux et dessi (...)

8Ce n’est pas seulement parce qu’ils se trouvaient au Caire au même moment, ou parce qu’ils avaient à peu près le même âge, qu’Hessemer et Nestor L’Hôte (1804-1842)4, dans leurs journaux et lettres, partageaient beaucoup de choses. Certes, Nestor L’Hôte, peintre de formation, un des dessinateurs attachés à la mission franco-toscane de 1828-1830, se trouve être là, au sein d’un groupe chargé d’une tâche scientifique, assuré des introductions et des protections que pouvait assurer le prestige de Champollion. Le travail sur les monuments de l’Égypte ancienne était prioritaire, mais quand L’Hôte se trouvait au Caire, il consacrait son temps à parcourir la ville et à dessiner monuments et scènes de rue. Hessemer, architecte de formation, n’était, à son arrivée, agrégé à aucun groupe ; la communauté germanophone était infiniment moins bien représentée que les communautés française ou britannique. Il n’était pas sur place pour dessiner les édifices de l’Égypte ancienne – il le fit toutefois de sa propre initiative – mais ceux du Caire islamique. Il n’en demeure pas moins que les deux jeunes gens éprouvent quantité d’impressions communes.

  • 5  Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860). Ein Frankfu (...)
  • 6  Voir la note 3.

9La figure et l’œuvre d’Hessemer ont été remises en pleine lumière par une exposition consacrée au Frankfurter Baumeister in Ägypten5, montée en 2001 à Francfort-sur-le-Main et qui offrait au public quelque 104 œuvres et objets exposés, dont un certain nombre encore en mains privées, mais aussi par l’édition critique de son journal de voyage et de sa correspondance6.

  • 7  Charge officielle correspondant, en France sous l’Ancien Régime, à la fonction d’intendant des bât (...)
  • 8  Sur ce mouvement, voir Hermann Haupt, Karl Follen und die Gießener Schwarzen. Beiträge zur Geschic (...)
  • 9 Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläuterndem Texte b (...)

10Né le 24 février 1800 à Darmstadt, dans le grand-duché de Hesse, August Wilhelm Friedrich Maximilian Hessemer était le fils du Baurat7 Johann Friedrich Bernhard Hessemer (1769-1831). Les liens familiaux avec le milieu architectural local furent renforcés par le mariage, en secondes noces, du père de Friedrich Maximilian avec une des sept sœurs de l’architecte Georg Moller (1784-1852). Arrivé à la conclusion que la carrière militaire choisie pour lui par sa famille ne convenait pas à sa nature, il entreprit des études de sciences et de philosophie à l’université de Giessen. Les années passées à Giessen lui ouvrirent un horizon spirituel et politique. En effet, il s’y lia, entre autres, avec les frères Karl (1796-1840) et August Follen (1794-1855), qui étaient des cousins, et avec leur groupe d’étudiants radicaux, les Giessener Schwarzen (ou Germanenbund), une sorte de fraternité étudiante nationale-radicale et républicaine8, fondée en 1815, dont les buts étaient de réaliser l’unité allemande, si nécessaire par la force, sur des bases nationalistes, chrétiennes et républicaines. L’appartenance d’Hessemer à cette cellule et son adhésion aux idées d’unité alors prônées se lisent en palimpseste dans la partie théorique développée dans son ouvrage Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen publié en plusieurs livraisons entre 1836 et 18429, et conditionnent définitivement son approche des arts de l’Islam mais aussi de l’esthétique de l’ornement.

  • 10  Paola Barbera, Giuseppe Rotolo, « Friedrich Maximilian Hessemer : il viaggio e l’architettura », i (...)
  • 11  Carl Hessemer (dir.), Wanderungen durch Hessen vor hundert Jahren. Skizzen von Friedrich Maximilia (...)

11Il effectua son service militaire en 1820, tout en travaillant dans le bureau de son parent, Georg Moller, architecte à Darmstadt10, qui joua un rôle important non seulement dans la formation du jeune Hessemer, mais aussi dans le développement d’un attrait pour l’Italie, pour le Moyen Âge et pour l’ornement. La carrière d’architecte entreprise par Hessemer l’amena, en 1824, à la fonction d’Oberbaukondukteur des différentes constructions (églises, écoles, bâtiments officiels etc.) du grand-duché de Hesse, activité qui, si elle ne le passionnait peut-être pas, lui permettait de dessiner au crayon tous les édifices visités, constituant ainsi un ensemble documentaire d’un intérêt inappréciable aujourd’hui11. La mise en parallèle des trois grands ensembles de documents graphiques réalisés par Hessemer en quelques années – 1824 pour les localités et édifices de Hesse, 1828-1830 pour l’Italie, et 1829-1830 pour l’Égypte – oblige à admettre que la confrontation avec des paysages et des types de construction totalement différents ou nouveaux n’influa pas sur le style du dessinateur. On reconnaît une permanence dans la mise en place de l’édifice dans le paysage, ainsi qu’un trait de crayon qui n’est nullement bousculé par la rencontre avec soit une lumière différente, soit des matériaux de construction inhabituels ou des polychromies rares.

  • 12  Johann Gottfried Seume a rapporté son voyage en Italie dans Spaziergang nach Syrakus, Braunschweig (...)

12Dans la tradition romantique allemande du Wanderer, Hessemer entreprit en 1827 un voyage vers le sud qu’il débuta, comme Johann Gottfried Seume (1763-1810)12 en 1802, seul et à pied, choisissant de partir le même jour de l’année que Johann Wolfgang von Goethe vingt-et-un ans plus tôt, un 3 septembre. Si le pérégrin éprouvait un désir d’Italie, c’est également à son oncle Georg Moller qu’il en était redevable. Ce dernier avait voyagé dans la Péninsule et séjourné à Rome de 1807 à 1810 et conseilla au jeune Hessemer de regarder les édifices médiévaux et lui recommanda aussi de faire, parallèlement aux dessins de paysages et lieux, des carnets où il relèverait des détails d’architecture, d’ornements. Mais il semble ne pas avoir eu de véritable plan. Il pensait être absent d’Allemagne deux ans ; en réalité, le voyage dura plus de trois ans. Le but devait être Rome, éventuellement Naples ; ce fut finalement l’île de Philae au cœur de l’Égypte.

  • 13  Voir l’ouvrage de Hans Geller, « Ernste Künstler, fröhliche Menschen » : Zeichnungen und Aufzeichn (...)
  • 14  Cet Album Amicorum, ou Gedenkbuch, a été transcrit et édité par Christa Staub, Friedrich Maximilia (...)

13Tout dans le récit qu’Hessemer fit de ce séjour en Italie évoque les liens établis entre ces « ernste Künstler, fröhliche Menschen » [des artistes graves, des hommes joyeux]13 qui se retrouvaient et se croisaient à Rome au travers de réseaux artistiques et littéraires, qui s’agitaient dans une savante, mais néanmoins allègre, ambiance et nouaient des amitiés solides dont témoignent les textes laissés dans l’Album Amicorum ou Gedenkbuch14, signés des noms les plus célèbres des Allemands de Rome : Georg August Christian Kestner, Joseph Anton Koch, Wilhelm Ahlborn, Jacob Felsing etc.

Vers l’Égypte

  • 15  La première mention d’Henry Gally Knight dans la correspondance de F. M. Hessemer se trouve dans u (...)
  • 16  Eastern sketches, in verse... Londres : John Murray, 1819 (2e édition) qui contient : Ilderim, a S (...)

14Le voyage fut décidé à Rome au début de l’année 1829. C’est à une rencontre avec l’antiquaire, politicien, écrivain voyageur, théoricien de l’architecture, ami de Walter Scott et de William Wiberforce, mécène de Joseph Mallord William Turner, Lord Henry Gally Knight15, qui avait antérieurement commis quelques poèmes (entre autres Ilderim : A Syrian tale (1816) ; Alashtar : An Arabian tale (1817))16 après avoir voyagé en Orient, ce que peu d’écrivains romantiques avaient vraiment fait, qu’Hessemer dut le financement de ce voyage.

  • 17  Voir la note 15.
  • 18 August Kestner und seine Zeit, 1777-1853. Das glückliche Leben des Diplomaten, Kunstsammlers und Mä (...)
  • 19 Henry Gally Knight, An architectural tour in Normandy with some remarks on Norman architecture, Lon (...)
  • 20  Henry Gally Knight, The Normans in Sicily : being a sequel to « An architectural tour in Normandy  (...)
  • 21  Martin Bommas cite en note 9, p. 57, de sa contribution intitulée « “Wer Ägypten nicht sah, der ke (...)
  • 22  Pour une approche de la question de l’origine orientale de l’arc brisé, et partant du gothique, vo (...)
  • 23  Voir Maria Teresa Morreale (dir.), Friedrich Maximilian Hessemer. Briefe seine Reise...., op. cit. (...)

15Cette rencontre, déjà conseillée par Georg Moller dans une lettre adressée à son neveu17, fut organisée par l’intermédiaire du diplomate et collectionneur Georg Christian August Kestner18, un des fondateurs de l’Institut archéologique allemand de Rome et frère d’un des administrateurs du Städelsches Kunstinstitut de Francfort-sur-le-Main, et du peintre Theodor Rehbenitz, alors secrétaire du ministre résident de Prusse auprès du Saint-Siège, Christian Carl Josias Freiherr von Bunsen. Henry Gally Knight, qui ne publia qu’à partir de 1836 son premier ouvrage sur l’architecture en Normandie19, puis en 1838 et 1840 ses ouvrages sur les Normands de Sicile20, se trouvait alors à Rome et avait déjà le projet de rechercher l’origine de l’arc brisé, ou en tiers-point, en Orient. Impressionné par les qualités de dessinateur de Friedrich Maximilian Hessemer qui pouvait lui présenter les dessins d’architecture et d’ornement qu’il avait réalisés en Italie, l’antiquaire distingué proposa au jeune architecte allemand de partir chercher en Égypte les traces des architectures « byzantine et sarrasine » et d’en porter témoignage dans des dessins et relevés21. Il y a là, sous-jacents, tous les arguments du débat théorique sur les origines orientales de l’art gothique qui se fit jour, à partir du xviie siècle22, sous des expressions les plus variées. Quand il se trouvait à Rome, Henry Gally Knight n’avait pas encore effectué son « voyage archéologique » en Normandie (1831) ni son « excursion monumentale » en Sicile et en Calabre (automne 1836). Toutefois les prémices de son étude étaient déjà là et Hessemer devait assurer la collecte des informations nécessaires. Le jeune architecte hessois adhérait-il à cet argument ? Dans une lettre adressée le 26 janvier 1829 à Georg Moller23, Friedrich Maximilian Hessemer retraçait la pensée de Gally Knight ; mais la missive trahissait également les efforts d’Hessemer pour se persuader du bien-fondé de cette théorie, n’hésitant pas à mettre en parallèle cette démarche avec celle d’une recherche, au travers des langues, de l’origine de l’article. Mais en conclusion, il n’hésitait pas à écrire : „ und wenn aber auch diese nicht wäre, so acht ich doch diese Reise für mich von beteutendem Vortheil“ [quand bien même ceci ne serait pas, je considère que ce voyage me sera du plus grand bénéfice].

16Un certain nombre des lettres d’Italie sont pleines des détails de l’organisation du séjour en Égypte, dont Hessemer dit, en s’adressant à son père « si tu savais ce qu’[il] coûte, tu serais effaré », et qui semble particulièrement bien préparé.

  • 24  Ces informations sont données dans une lettre adressée par Hessemer à son père de Rome le 4 mars 1 (...)

17Le jeune architecte était muni de documents officiels, de lettres de recommandation et de lettres de crédit, les clauses du contrat signé avec Gally Knight étaient clairement établies. Si le nombre de dessins à fournir n’était pas exactement précisé, le commanditaire laissant à Hessemer le soin de juger de ce qui était à faire, la tâche était définie par un paiement à la pièce : pour une feuille esquissée nécessitant quelque 2 ou 3 jours, 4 écus (Scudi), pour une feuille plus aboutie, qui demandait 5 à 6 jours, 2 louis d’or (Luigi)24. Avant de partir pour l’Égypte, Hessemer visita la Sicile, destination qui n’était pas envisagée au départ de Darmstadt. Arrivé à Messine le 3 juin 1829, il séjourna sur l’île jusqu’au 8 août, date à laquelle il embarqua pour Malte. Hessemer continua de dessiner, tout d’abord les phares et fortifications des côtes siciliennes, avant de débarquer à La Vallette le 11 du même mois et où l’attente d’un passage pour Alexandrie fut longue. Mais Malte était déjà un premier contact avec l’Orient puisque la fonction d’escale maritime de l’île faisait que s’y croisaient des voyageurs très divers, dont ceux qui commerçaient avec l’Égypte. Dès cette escale, Hessemer fit part dans ces lettres de ce qui n’étaient encore que des petites remarques nostalgiques, qu’il s’agisse du chœur des chasseurs du Freischutz qu’il entendait jouer d’un bateau en partance pour Livourne ou du plaisir qu’il avait à échanger quelques mots d’allemand avec les deux fils d’un marchand d’Augsbourg qui s’en retournaient vers Naples. Le voyageur n’était plus, comme en Italie, entouré d’amis fidèles ; il se trouvait désormais seul, en terre étrangère, et commençait déjà à ressentir un certain vague à l’âme, l’appel de l’Heimat.

  • 25  À propos de l’égyptologue Robert Hay, voir Selwyn Tillett, Egypt itself. The career of Robert Hay, (...)

18C’est à bord du Corriere d’Egitto qu’il embarqua enfin le 21 août 1829. Un de ses compagnons de voyage était Robert Hay25, l’égyptologue qui avait déjà longuement séjourné en Égypte. Ce premier contact avec Hay fut suivi de nombreux autres au Caire. Mais le départ ne se fit finalement que le 2 septembre. La véritable rencontre avec l’Orient eut lieu à La Canée, en Crète : des Turcs y circulaient, la mosquée des Janissaires dominait le port vénitien et Hessemer la dessina, tout en expérimentant pour la première fois les difficultés rencontrées à entrer dans ces édifices interdits aux infidèles. Enfin, le 21 septembre, “ecco, la colonna di Pompeo !”. Hessemer demeura à Alexandrie jusqu’au 9 octobre au matin, ce qui lui permit non seulement de prendre les premiers contacts officiels et personnels – il y rencontra Haggi Sulayman, antérieurement accompagnateur de Français de la mission Champollion, qui le seconda fidèlement durant tout son séjour en Égypte et dont Hessemer loua les services –, mais aussi de dessiner quelques vues et monuments d’Alexandrie, dont plusieurs mosquées, davantage que la plupart des artistes voyageurs pressés d’atteindre Le Caire.

Au Caire

19Arrivé au port de Boulaq le 15 octobre, et une fois les formalités accomplies, Hessemer s’installa dans le quartier franc, le Muski, où il loua une chambre chez un certain sieur Novelli, à proximité du consulat de Prusse. Après avoir eu un premier aperçu de la ville à dos d’âne, il se fixa pour but de pénétrer dans une mosquée pour la première fois le lendemain matin. La première d’entre elles fut celle du sultan Hasan, et le 17 octobre, il visita trois autres mosquées, vandalisées par les Français qui en avaient arraché les parements de marbre pour les emporter à Paris, et laissées depuis à l’abandon ; il monta également au sommet d’un minaret pour jouir du panorama de la ville. Mais déjà une autre aventure l’appelait puisqu’il ne résista pas à la proposition faite par un ancien capitaine de frégate anglais, rencontré peu de jours auparavant, William Henvey, qui l’invita à se joindre à lui pour une remontée du Nil. Hessemer se lance dans un voyage, qui lui fut reproché par la suite par son commanditaire, dont il rapporta quantité de dessins et d’aquarelles de monuments de l’Égypte ancienne (il resta seul sur l’île de Philae du 10 novembre au 1er décembre 1829) mais aussi de mosquées vues le long du Nil (Beni Souef, Minia, Assiout, Girga, Louxor) avant de rejoindre Le Caire le 25 décembre. Pour lui, le dessin qu’il fit ce jour-là des carrières de Tura et d’al-Ma’sara au sud du Caire, dont furent extraites les pierres des pyramides, était le dernier de la série qui documentait son voyage en Haute-Égypte.

20Dès lors, Hessemer s’installa au Caire et y résida jusqu’au 31 mars 1830. Il notait que si dans une ouverture de Gaspare Spontini on ne savait plus où donner de l’oreille, au Caire on ne savait plus où donner des yeux. Il exerça son regard tout d’abord sur la foule, soulignant la mosaïque des populations qui s’y croisaient, la variété de couleurs des vêtements aux séduisants mouvements, comme dans le turban, par exemple, qu’Hessemer opposait au pathétique chapeau feutre occidental (fig. 1-2). Il ne pouvait s’empêcher de relever le paradoxe de l’absence d’harmonie qui naissait de l’uniformité des vêtements occidentaux.

2. Wilhelm Ahlborn, F. M. Hessemer en costume local et fumant la pipe, mine de plomb et aquarelle.

2. Wilhelm Ahlborn, F. M. Hessemer en costume local et fumant la pipe, mine de plomb et aquarelle.

Source: Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Francfort-sur-le-Main, 2001, p. 244.

21Muni de lettres de recommandation, Hessemer s’acquitta de diverses visites officielles : lui, le protestant, il rencontra, pour lui remettre une lettre d’un cardinal romain, le directeur du monastère de la Congrégation pour la propagation de la foi ; il alla voir Giuseppe Acerbi, alors consul général d’Autriche en Égypte, ou encore Giovanni Anastasi, un Grec d’origine, consul de Suède à Alexandrie mais aussi collectionneur, pour qui le jeune architecte dessina un projet de demeure et reçut de lui, non seulement quelques pièces antiques, mais surtout un anneau sigillaire en héliotrope ou hyacinte qu’Hessemer fit graver de son nom arabe (Yussuf, « parce que suis ton Joseph en Égypte » écrivait-il à son père ;effendi, parce qu’il est lettré) et de la date de 1830. Il s’en servit pour apposer son timbre sur la plupart de ses dessins (fig. 3).

3. Timbre arabe de Friedrich Maximilian Hessemer.

3. Timbre arabe de Friedrich Maximilian Hessemer.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

22C’est surtout le milieu des Anglo-Saxons d’Égypte qu’il fut amené à fréquenter, et plus particulièrement l’égyptologue Robert Hay autour duquel gravitaient John Gardner Wilkinson, James Burton (il est à noter que sur le dessin Inv. Nr. 5196, Hessemer s’était amusé à accoler aux noms des trois Britanniques des prénoms de prophètes : Ismaël pour Wilkinson, Aioub [sic] pour Burton, Itriss [sic] pour Hay). Il eut l’occasion de se rendre à plusieurs reprises, à l’invitation de Robert Hay, dans la maison remarquablement aménagée et décorée que celui-ci occupait, dans un faubourg du Caire, avec son épouse Kalitza Psaraki, fille d’un magistrat crétois sauvée du marché aux esclaves à Alexandrie. Hessemer donne une description de cette demeure et il se peut que le dessin d’un intérieur de maison au Caire (Francfort-sur-le-Main, Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung, Inv. Nr. 5205) fasse voir le salon de la résidence de Robert Hay.

  • 26  Nous remercions Mercedes Volait d’avoir suggéré cette identification qui est venue se vérifier.
  • 27  Concernant ce projet ambitieux qui ne vit toutefois pas le jour, voir les lettres de Nestor L’Hôte (...)

23Hessemer eut l’occasion de réaliser des portraits de quelques-uns de ces Britanniques dont la plupart montrèrent un intérêt évident pour ses dessins. Il céda certaines de ses feuilles au capitaine William Henvey ; Robert Hay, qui avait quelque temps auparavant acquis des dessins de Pascal-Xavier Coste figurant Le Caire, l’approvisionna en très beau papier à dessin anglais. Il mentionnait dans ses lettres d’autres personnages rencontrés au Caire, dont des dessinateurs français, l’un, au service de Burton, qui cherchait à acquérir auprès d’Hessemer talent et méthode, qualités que le jeune Allemand lui déniait, et deux autres, liés à la mission Champollion, occupés le 16 janvier 1830 à dessiner des édifices « sarrazins » de la Citadelle à l’art desquels, selon Hessemer, ils semblaient ne rien comprendre et qu’ils rendaient avec une superficialité étonnante. Un croisement des sources26 permet d’identifier ces artistes français avec deux des trois dessinateurs de la mission franco-toscane de1828-1830 (Nestor L’Hôte, François-Édouard Bertin et Pierre-François Lehoux) qui, entre début novembre 1829 et début février 1830, dans l’attente d’un navire à destination de Toulon, poursuivaient avec ardeur le relevé des paysages et édifices du Caire, plus particulièrement vus de la citadelle, multipliant les études à l’huile et les pochades qui devaient servir à la réalisation d’un panorama à Paris27.

  • 28  Sur Pascal-Xavier Coste en Égypte, voir Pascal Coste, Notes et souvenirs de voyage 1817-1877... : (...)
  • 29  À ce sujet, il est intéressant de mettre en parallèle la « prise d’habit » d’Hessemer qui se laiss (...)

24Le séjour avait été préparé avec application à Rome. Hessemer s’était non seulement bien documenté en allant très assidûment consulter les volumes de la Description de l’Égypte à l’Académie de France, mais il devait aussi se faire envoyer, par l’intermédiaire de Georg Moller, des planches gravées destinées à l’ouvrage de Pascal-Xavier Coste, Architecture arabe ou monuments du Kaire, mesurés et dessinés de 1818à 182628. Muni de cartes qu’il dit être en français (les seules dont il pouvait disposer à cette date étaient celles publiées dans la Description de l’Égypte et d’ailleurs, même si Hessemer prend la précaution de souligner que les noms des édifices qui légendent ses dessins sont tels qu’il a pu les saisir à l’oreille, un certain nombre de ces toponymes sont directement pris de l’explication du plan de la Description abrégée de la ville et de la citadelle du Kaire d’Edme Jomard), Hessemer arpenta la ville, usant plusieurs paires de chaussures, entrant dans tant de mosquées qu’il avouait, dans une lettre du 3 janvier 1830, aspirer au repos tel un cerf forcé. Avec l’aide de son fidèle serviteur qui lui enseignait les rites qui s’y déroulaient et les comportements à adopter à l’intérieur des édifices religieux, vêtu comme un musulman (barbu, blond roux aux yeux bleu très clair, il s’avouait à lui-même ne pas pouvoir être pris pour un Arabe, mais pensait passer pour un Turc29), il put pénétrer dans un certain nombre de mosquées.

25Sur le nombre de dessins et d’aquarelles connus qu’Hessemer fit des édifices du Caire, il semble qu’il y ait moins de vues intérieures que de vues extérieures ou de perspectives. En outre, ces dessins d’intérieur sont réalisés sur des feuilles généralement plus petites. Mais Hessemer a aussi couvert des feuilles de dessins d’ornements ou d’inscriptions qu’il n’avait pu observer qu’une fois à l’intérieur des édifices de culte.

26Paradoxe : comme le jeune architecte le soulignait dans une lettre du 22 janvier 1830, si les maisons privées du Caire étaient plutôt uniformes dans leur absence de signes extérieurs, les mosquées, qui bénéficiaient davantage d’attention dans leur décor et ornementation, demeuraient toutefois si cernées de constructions et souvent situées dans des rues si étroites qu’il était très difficile d’en obtenir un point de vue. Hessemer, habitué aux dégagements accordés aux édifices prestigieux en Italie, éprouvait donc des difficultés à dessiner des façades ou des élévations extérieures. Il n’en produisit pas moins des panoramas de la ville, des vues perspectives de mosquées, comme celle de Salar et Sangar al-Gawli à Qal’at al-Kabsh (fig. 4) qu’il visita le 3 janvier 1830 et dont le dessin qui en est donné, parce que l’édifice se trouve sur une éminence, n’est pas si éloigné des vues faites de certains édifices à Pérouse ou à Gubbio en Italie.

4. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire], graphite sur papier.

4. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire], graphite sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

  • 30 Londres (Royaume Uni), British Museum, Department of Prints and Drawings, 1879, 1011.1410. Voir : h (...)

27Son album de dessins fut inauguré, le 26 décembre 1829, par une vue de la madrasa du sultan Hasan, le plus impressionnant des édifices religieux du Caire. Le 5 janvier 1830, il fit deux dessins, sous des angles différents, de la mosquée Abu al-'Ila de Boulaq. Une aquarelle, aujourd’hui au British Museum (fig. 5)30, par ailleurs acquise auprès d’un descendant de Robert Hay, fut faite d’après un de ces dessins, mais l’artiste y plaça quelques personnages colorés qui animent la scène et nota non seulement la bichromie des assises mais aussi la riche polychromie originelle du portail.

5. [Mosquée Abu al-'Ila à Boulaq], Le Caire, aquarelle sur papier.

5. [Mosquée Abu al-'Ila à Boulaq], Le Caire, aquarelle sur papier.

Source: Londres (Royaume Uni), British Museum, Department of Prints and Drawings (Inv. 1879).

28À la date du 14 janvier, Hessemer disait être entré dans 22 mosquées ; le 29 du mois, il réalisait quatre dessins dans l’enceinte de la Citadelle. Il venait, par cette frénésie, pallier le retard pris dans son travail à cause de la peste qui s’était déclarée au Caire au cours du mois de décembre 1829 et qui l’avait empêché de travailler à l’extérieur. Ainsi dessina-t-il la plupart des mosquées cairotes, grandes et plus petites, comme celle d’al-malika Safiyya située dans le quartier de Dawdiyya (fig. 6), vue de l’extérieur avec son étagement de coupoles, ou l’intérieur du couloir conduisant au mausolée de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli (fig. 7).

6. [Mosquée al-malika Safiyya, Le Caire], graphite sur papier.

6. [Mosquée al-malika Safiyya, Le Caire], graphite sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

7. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli: couloir conduisant au mausolée, Le Caire], aquarelle sur papier.

7. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli: couloir conduisant au mausolée, Le Caire], aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

  • 31  Sur les critiques adressées par Gally Knight à Hessemer, voir Martin Bommas, « “Wer Ägypten nicht (...)
  • 32  Philippe Plagnieux, « Le portail d’Acre transporté au Caire. Sources et diffusion des modèles rayo (...)

29Hessemer ne pouvait oublier qu’il avait été envoyé en Égypte sur les traces de l’arc brisé. Qu’en est-il dans son corpus graphique connu ? Peu de dessins témoignent de cette recherche. On sait que Henry Gally Knight fit savoir son mécontentement lorsqu’Hessemer lui eut soumis le résultat de son travail31. Bien sûr ne lui échappa pas le portail gothique en marbre remployé à la façade de la madrasa du sultan mamelouk al-Nasir Muhammad que deux épigraphes placées sur le monument et, surtout, deux passages de l’historien et chroniqueur al-Maqrizi, permettaient d’identifier comme provenant de la cathédrale de la Sainte-Croix de Saint-Jean-d’Acre32. Il en fit d’ailleurs deux dessins, dont un des petits chapiteaux avec le départ des voussures et du réseau aveugle. Il n’est pas impossible non plus que le dessin Inv. Nr. 5213 de la Graphische Sammlung du Städelsches Kunstinstitut, figurant, ouvert sur une ruelle du Caire, un portail (fig. 8) dont Hessemer s’était efforcé à relever les profils de la modénature toute gothique, ne constitue un autre témoignage de cette recherche ; enfin, l’attention du dessinateur fut retenue par les deux portails aux arcs trilobés inscrits sous les archivoltes dans la partie basse du portail ottoman occidental de la mosquée al-Azhar.

8. [Portail près de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli (?), Le Caire], graphite sur papier.

8. [Portail près de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli (?), Le Caire], graphite sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

30Même si l’on ajoute à ces exemples de remplois d’autres relevés d’arcs brisés qui se voient dans les divers monuments visités, il faut reconnaître que l’ensemble est bien maigre pour venir illustrer de manière satisfaisante la théorie que Gally Knight voulait soutenir dans une publication à venir et qui ne vit pas le jour.

31Le corpus graphique d’Hessemer, tel qu’il nous est parvenu, est surtout constitué de dessins de mosquées et de tombeaux ou mosquées funéraires, ainsi que de portes monumentales. Contrairement aux dessinateurs de la Description de l’Égypte ou à Pascal-Xavier Coste avant lui, ou encore à Adalbert de Beaumont ou Prisse d’Avennes après lui, F. M. Hessemer ne semble pas avoir regardé les sabil, sabil-kuttab, les okels, les cafés, les jardins. De même, il ne montre aucun intérêt pour les moucharabiehs en bois tourné, pour les vantaux richement ornés des portes de mosquées, non plus pour les sujets ou scènes « ethnographiques » qu’il décrivait avec talent dans son journal ou sa correspondance. Il n’est que peu de feuilles figurant des personnages ; encore sont-ils là pour animer les scènes. Hessemer est un dessinateur d’architecture, ou un architecte-dessinateur. Dans Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen il n’est que trois planches, sur les 60 consacrées à l’art arabe, pour illustrer l’ornementation et la décoration d’édifices privés, essentiellement des maisons.

32L’attrait qu’Hessemer montrait pour l’ornementation architecturale se voit dans quantité d’esquisses, de relevés : ornements qui s’accumulent sur les piédroits et dans la voussure de portails comme celui qu’il dessine dans la ruelle des Carriers [Siket il Magjar i.e. Sikkat al-Mahgar] (fig. 9), ornements géométriques dont il retraça le schéma de composition, rinceaux des claustras de baies ou d’arcades comme à la mosquée Salar et Sangar al-Gawli (fig. 10) dont la beauté et la finesse du travail attirèrent également, plus tard, l’œil d’Adalbert de Beaumont et de Prisse d’Avennes, inscriptions et versets du Coran courant le long des murs à l’intérieur des édifices religieux, qui l’impressionnèrent au point qu’il les introduisit dans son roman en vers Jussuf und Nafisse (1847) et qu’il discourra sur leur emploi, enfin tout ce qui lui servit pour les planches en couleurs de son ouvrage Arabische und Alt-ItalienischeBau-Verzierungen.

9. Porte dans le Sikkat al-Mahjar, Le Caire, graphite sur papier.

9. Porte dans le Sikkat al-Mahjar, Le Caire, graphite sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

10. Étude de rinceaux d'une baie de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire, graphite sur papier.

10. Étude de rinceaux d'une baie de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire, graphite sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

33Le séjour au Caire s’acheva le 1er avril 1830. Une certaine lassitude commençait à apparaître dans les écrits d’Hessemer, l’absence de nouvelles de son père lui était source d’inquiétude. Hessemer demeura de nouveau un certain temps à Alexandrie puisque le bateau pour l’Italie ne partit finalement que le 5 mai pour enfin atteindre, le 28 mai 1830, le port de Trieste où commença une longue quarantaine. C’est là qu’Hessemer se dépouilla de son costume turc (non sans s’être portraituré pour en conserver un souvenir) et revêtit de vieux vêtements délavés acquis en Sicile. Ce n’est que le 27 septembre de la même année qu’il rejoignit Karlsruhe, après avoir passé de nouveau plusieurs mois en Italie.

34Ainsi s’achève le long voyage de formation de Friedrich Maximilian Hessemer qui entreprit une carrière académique au sein du Städelsches Kunstinstitut dans laquelle la confrontation avec l’art de l’Égypte musulmane eut une certaine résonance.

Du morcellement à la totalité, de la division à l’unité. En quête d’une résolution conciliatrice

  • 33  En ce qui concerne l’activité de F. M. Hessemer comme architecte, voir les contributions de Jürgen (...)

35Dès le mois de juillet 1830 à Rome, Hessemer l’Égyptien eut l’occasion de montrer ses dessins, en particulier au sculpteur danois Bertel Thorvaldsen qui y prit de l’intérêt, et de tenir quelques conférences sur ce voyage devant une assemblée de connaissances allemandes et danoises. Une fois rentré à Francfort-sur-le-Main en août 1830, Hessemer prit possession de la chaire d’enseignement d’architecture, de mathématiques, de perspective et de dessin au Städelsches Kunstinstitut, position qui lui avait été assurée avant son départ pour l’Égypte et qu’il occupa jusqu’à sa mort en 1860. Au cours de sa carrière d’enseignant, il eut l’occasion de donner des conférences sur l’Égypte tant ancienne que moderne. Mais son œuvre d’architecte demeura rare, aucunement influencée par sa connaissance de l’art islamique mais bien davantage par sa formation auprès de son oncle, l’architecte Georg Moller. Un néo-médiévalisme prévalut, qu’il soit néo-gothique ou influencé par le Rundbogenstil33.

36À Francfort, Hessemer avait une vie privée et sociale active : dès 1831, il entra dans une célèbre loge maçonnique, dont le nom, Zur Einigkeit im Orient, est à mettre en relation avec l’aspiration à l’unité qui sous-tend sa réflexion, depuis ses années d’études à Giessen jusqu’à l’introduction rédigée pour Arabische und Alt-Italienische Bau- Verzierungen ; il poursuivit, en la développant, son activité d’écrivain dont la production, toujours largement inédite, ne connut pas le succès escompté ; il continua d’entretenir des relations avec la plupart des artistes rencontrés à Rome mais aussi avec des intellectuels comme l’historien, universitaire et homme politique libéral Georg Gottfried Gervinus (1805-1871) ou le médecin aliéniste Heinrich Hoffmann (1809-1894), célèbre auteur du livre pour enfants Struwwelpeter [Pierre l’Ébouriffé], mais aussi humoriste, et qui fut le fondateur de plusieurs sociétés, autant d’ateliers de création réunissant peintres, poètes et musiciens, telles que Die Tutti Frutti und ihre Bäder im Ganges au sein de laquelle Hessemer avait comme surnom « la datte » en raison de son séjour en Égypte, ou bien encore Die Gesellschaft in den Katakomben fondée en 1849 avec Hessemer.

11. [Sans titre], aquarelle sur papier.

11. [Sans titre], aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

37Qu’en est-il donc de l’influence de ce voyage qui aurait changé sa vie ? C’est assurément dans l’introduction programmatique de son ouvrage Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen qu’il faut la chercher. L’ouvrage, qui fut publié à partir de 1836, en 10 livraisons trimestrielles offrant chacune 10 planches chromolithographiées, connut sa première édition complète en 1842 chez l’éditeur berlinois Reimer, avec 120 planches en couleurs, 60 pour l’art arabe et 60 pour l’art médiéval italien, une préface, une introduction de 34 pages, des notices explicatives des planches et une dédicace pleine de gratitude à Henry Gally Knight, le commanditaire du voyage en Égypte, alors même que celui-ci avait déjà reproché à Hessemer la mission non remplie. Si la maison Reimer s’était fait une spécialité des publications prestigieuses, dont certaines furent particulièrement réussies du point de vue technique, comme Ornamente aller klassischen Kunstepochen nach den Originalen in ihren eigenthümlichen Farben de Wilhelm Zahn (1843-1848), il faut reconnaître que la gravure et l’impression des planches de l’ouvrage d’Hessemer sont décevantes en regard de la luminosité des aquarelles préparatoires conservées à la Graphische Sammlung du Städelsches Kunstinstitut (Inv.- Nr. 1592). Toutefois, il faut souligner que ces mêmes œuvres préparatoires ne cherchent pas à rendre les différents plans et effets de profondeur sur lesquels l’auteur discourt tant dans son texte introductif. Hessemer avait dessiné, pour la partie relative à l’art arabe, six autres planches qui n’ont pas été retenues et qui, sauf exception, ne portent aucune légende (fig. 10). Sur les 60 planches de l’art arabe, 58 concernent des monuments du Caire, essentiellement des édifices religieux ou funéraires, trois planches illustrent des édifices privés (fig. 11), enfin deux planches seulement viennent témoigner du type d’ornement différent, tant par la technique que par les couleurs, rencontré à Alexandrie. Divers types, formes et techniques représentent les ornements les plus variés : décors muraux ou de sols, mosaïques, marbres, stucs, pierres, panneaux de bois, peintures murales, bois travaillé mais aussi tenture de laine (fig. 12-15).

12. Ornements géométriques dans divers édifices privés, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.58 d'Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

12. Ornements géométriques dans divers édifices privés, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.58 d'Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

38L’introduction d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen attend encore une étude approfondie tant y est complexe la pensée de l’auteur qui se ressent non seulement de sa formation philosophique mais aussi de son engagement politique. Il ne manqua pas de placer, sans conviction aucune, des réflexions sur l’origine de l’arc brisé, et se rendit ainsi quitte de la tâche qui lui avait été assignée par Henry Gally Knight. Mais c’est surtout là qu’Hessemer exposait sa perception de l’ornement, illustrée par des exemples tirés de l’Égypte islamique et de l’Italie médiévale, tout en la rapportant toujours à la question contemporaine de l’architecture et des arts qui en dépendent, celle du „In welchem Style sollen wir bauen ?“ [En quel style devons-nous construire ?] posée en 1828 par Heinrich Hübsch. Chez Hessemer, l’ornement arabe est défini dans une constante analogie avec la vie, dans la relation entre l’extérieur (ce qui se voit) et l’intérieur (ce qui se vit) : ainsi les types d’ornementation sont mis en parallèle, dans la prédilection montrée pour le mouvement, avec la complexité des turbans ou de certains vêtements, le jeu des misbaha, celui des échecs ; dans l’emploi des inscriptions qui courent en haut des murs intérieurs des mosquées, ainsi que des « arcs-en-ciel mouvants » (Jussuf und Nafisse, 1847) ou sur les tambours des dômes ou coupoles, et donc de la calligraphie, avec l’omniprésence de l’écrit dans les amulettes, les anneaux sigillaires, les tatouages corporels mais aussi avec la psalmodie du Coran ; dans leur aspect labyrinthique et la fascination pour les nœuds, avec l’importance de la magie et de la sorcellerie (Hessemer fit appel au verset 4 de la sourate 113 qui invoque les « souffleuses de nœuds »).

13. Décor pariétal en mosaïque dans le tombeau du sultan Qalawun, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.36 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

13. Décor pariétal en mosaïque dans le tombeau du sultan Qalawun, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.36 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

39Il soulignait aussi la mise en abyme de l’ornement dont l’arrière-plan ou fond est travaillé et orné, tel « du miel pas assez doux auquel il aurait fallu rajouter du sucre » ou encore quand l’écriture est ornée et que cet élément confère à l’ornementation un aspect calligraphique.

14. Ornement sculpté au portail occidental de la madrasa du sultan Hasan, Le Caire, étude préparatoire pour la partie supérieure de la pl. I.56 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

14. Ornement sculpté au portail occidental de la madrasa du sultan Hasan, Le Caire, étude préparatoire pour la partie supérieure de la pl. I.56 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

  • 34  Sur l’esthétique de l’arabesque dans la théorie romantique, et plus spécialement chez Schlegel, vo (...)

40Mais ce qui prédomine dans la réflexion d’Hessemer, c’est le rôle d’unité identificatrice joué par l’ornement qui, selon lui, offre une résolution conciliatrice en abolissant les divergences sociales et culturelles, et développe une harmonie qui vient résoudre les problèmes de morcellement politique, social et religieux. Alors qu’on ne trouve, dans l’introduction d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, le terme d’« arabesques » employé qu’une seule fois, et encore sur le même plan que « grotesques, mauresques », c’est toute l’esthétique de l’ornementation développée par Hessemer qui est « arabesque » : il montre que plus les formes ornementales sont inventives, hardies, complexes, plus elles entraînent dans les méandres de leurs formes, plus elles illustrent la puissance de la force combinatoire. Du fait même qu’elles réalisent l’union, la fusion d’éléments hétérogènes, elles tendent à harmoniser les contrastes34.

15. Couronnements ajourés des murs de la mosquée al-Azhar, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.22 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

15. Couronnements ajourés des murs de la mosquée al-Azhar, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.22 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.

Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.

41Se retrouvent là les préoccupations d’Hessemer, les idées d’unité politique et sociale défendues au sein des Giessener Schwarzen dans sa jeunesse, au sein de la loge maçonnique Zur Einigkeit im Orient plus tard, au sein du Städelsches Kunstinstitut où il professait. C’est dans ce sens que l’on doit comprendre la réflexion de Friedrich Maximilian Hessemer sur l’empreinte définitive que ce voyage en Égypte eut sur lui.

Notes

1  Lettre du 15 octobre 1829.

2  F. M. Hessemer revint de son périple de trois ans avec quelque 500 dessins et aquarelles conservés aujourd’hui à la Graphische Sammlung du Städelsches Kunstinstitut, Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Quelques autres œuvres graphiques se trouvent dans les collections de la Graphische Sammlung du Hessisches Landesmuseum, Darmstadt ; d’autres, moins nombreuses, sont dispersées.

3  Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung, Inv.- Nr. 927. Au moment de l’exposition, ce journal et cette correspondance, réunis en trois volumes, n’avaient pas encore fait l’objet d’une édition critique. C’est la germaniste italienne Maria Teresa Morreale, avec la collaboration de Christa Staub, qui édita ces textes : Friedrich Maximilian Hessemer. Briefe seiner Reise nach Italien, Malta und Ägypten 1827-1830, Hambourg : Maximilian-Gesellschaft, 2002-2003, 2 vol. (Bd. I : Italien und Malta ; Bd. II : Ägypten und Italien).

4  Voir Diane Harlé et Jean Lefebvre (dirs.), Sur le Nil avec Champollion. Lettres, journaux et dessins inédits de Nestor L’Hôte. Premier voyage en Égypte – 1828-1830, Orléans ; Caen : Éditions Paradigme, 1993.

5  Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860). Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Francfort-sur-le-Main : Waldemar Kramer, 2001 (Mäzene, Stitfer, Stadtkultur, Bd. 3). À cette date, l’édition critique du journal de voyage et de la correspondance d’Hessemer (voir note 2) n’était pas encore parue.

6  Voir la note 3.

7  Charge officielle correspondant, en France sous l’Ancien Régime, à la fonction d’intendant des bâtiments.

8  Sur ce mouvement, voir Hermann Haupt, Karl Follen und die Gießener Schwarzen. Beiträge zur Geschichte der politischen Geheimbünde und der Verfassungs-Entwicklung deralten Burschenschaft in den Jahren 1815–1819, Giessen : Töpelmann, 1907. Plus largement sur les milieux religieux, politiques et intellectuels à Giessen entre 1770 et 1830, voir Rolf Haaser, Spätaufklärung und Gegenaufklärung. Bedingungen und Auswirkungen der religiösen, politischen und ästhetischen Streitkultur in Giessen zwischen 1770 und 1830, Darmstadt : Hessische Historische Kommission Darmstadt ; Marbourg : Historische Kommission für Hessen, 1997 (Quellen und Forschungen zur hessischen Geschichte, 114).

9 Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen. Gesammelt, gezeichnet und mit erläuterndem Texte begleitet von F. M. Hessemer, Professor der Baukunst am Städelschen Kunst-Institute zu Frankfurt am Main. Mit 120 in Farbengedruckten Tafeln, Berlin : bei G. Reimer, 1842.

10  Paola Barbera, Giuseppe Rotolo, « Friedrich Maximilian Hessemer : il viaggio e l’architettura », in Maria Giuffrè, Paola Barbera, Gabriella Cianciolo Cosentino (dirs.), The time of Schinkel and the age of Neoclassicism between Palermo and Berlin, Cannitello : Biblioteca del Cenide, 2006 (Learning from), p. 231-237. Sur Georg Moller, voir Marie Frölich et Hans-Günther Sperlich, Georg Moller. Baumeister der Romantik, Darmstadt : Roether, 1959. Sur les relations établies entre F. M. Hessemer et G. Moller, voir Gerhard Bott, « Gotische Denkmalpflege im Vormärz - Friedrich Maximilian Hessemer und sein Lehrer Georg Moller », in Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860)…, op. cit. (note 5), p. 120-139.

11  Carl Hessemer (dir.), Wanderungen durch Hessen vor hundert Jahren. Skizzen von Friedrich Maximilian Hessemer, Marbourg : Elwert, 1927. Ces œuvres graphiques sont, pour la plupart, conservées à la Graphische Sammlung du Städelsches Kunstinstitut, Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Un autre ensemble a partiellement disparu dans l’incendie des Denkmalarchiv de Darmstadt le11 septembre 1944. D’autres dessins conservés d’édifices médiévaux de Hesse sont publiés en ligne URL : http://cgi-host.uni-marburg.de/~hlgl/ortsansichten. Consulté le 3 mai 2011.

12  Johann Gottfried Seume a rapporté son voyage en Italie dans Spaziergang nach Syrakus, Braunschweig, [s. n.], 1803, 3 vol. Une édition critique en français vient d’être publiée sous la direction de Marcel Mouseler, Johann Gottfried Seume. Voyage à Syracuse, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011 (Mémoire commune).

13  Voir l’ouvrage de Hans Geller, « Ernste Künstler, fröhliche Menschen » : Zeichnungen und Aufzeichnungen deutscher Künstler in Rom zu Beginn des 19. Jahrhunderts. Joseph Führich und seine Freunde, Munich : Münchner Verlag und Graphische Kunstanstalten, 1947.

14  Cet Album Amicorum, ou Gedenkbuch, a été transcrit et édité par Christa Staub, Friedrich Maximilian Hessemer. Gedenkbuch seiner Reise nach Italien und Ägypten 1827-1830, Darmstadt : Gesellschaft Hessischer Literaturfreunde, 2007.

15  La première mention d’Henry Gally Knight dans la correspondance de F. M. Hessemer se trouve dans une lettre en date du 14 janvier 1829, adressée à Georg Moller (publiée dans Friedrich Maximilian Hessemer. Briefe seiner Reise... op. cit. (note 3), t. I, p. 474-480.

16  Eastern sketches, in verse... Londres : John Murray, 1819 (2e édition) qui contient : Ilderim, a Syrian tale (1816) ; Phrosyne, a Grecian tale ; Alashtar, an Arabian tale (1817), publiés avec une préface qui indique bien que Gally Knight a visité les pays concernés.

17  Voir la note 15.

18 August Kestner und seine Zeit, 1777-1853. Das glückliche Leben des Diplomaten, Kunstsammlers und Mäzens in Hannover und Rom / aus Briefen und Tagebüchern zusammengestellt von Marie Jorns, Hanovre : Madsack, 1965.

19 Henry Gally Knight, An architectural tour in Normandy with some remarks on Norman architecture, Londres : John Murray, 1836.

20  Henry Gally Knight, The Normans in Sicily : being a sequel to « An architectural tour in Normandy », Londres :John Murray, 1838 ; Idem, Saracenic and Norman Remains to illustrate the « Normans in Sicily », Londres : John Murray, 1840.

21  Martin Bommas cite en note 9, p. 57, de sa contribution intitulée « “Wer Ägypten nicht sah, der kennt den Menschen nicht” – Hessemers Reise in den Orient », in Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860)..., op. cit. (note 5), que le contrat rédigé en allemand entre Gally Knight et Hessemer le 18 janvier 1829 est toujours conservé, avec d’autres documents personnels, dans une collection privée.

22  Pour une approche de la question de l’origine orientale de l’arc brisé, et partant du gothique, voir Paul Frankl, The Gothic. Literary sources and interpretations through eight centuries, Princeton, NJ : Princeton University Press, 1960, plus spécialement p. 356-377 (Saracen theory of Wren, Evelyn and Fénelon) et les entrées Arabic ; arch-pointed (origin of) ; Saracen theory ; saracens de l’index des matières. Il est à noter qu’Henry Gally Knight, en qualité d’historien de l’architecture médiévale, est totalement absent de l’étude de Frankl. Voir également Louis Batissier, « De l’origine de l’architecture ogivale », in Histoire de l’art monumental dans l’antiquité et au Moyen Âge suivie d’un traité de la peinture sur verre, Paris : Furne et Cie, 1860 (1ère édition en 1845), p. 512-515. Sur les théories britanniques et leur influence en Allemagne autour de 1800, voir Sigrid Bertuleit, Gotischorientalische Stilgenese. Englische Theorien zum Ursprung der Gotik und ihr Einfluß in Deutschland um 1800, Francfort-sur-le-Main : Lang, 1989, (Europäische Hochschulschriften : 28 ; 103).

23  Voir Maria Teresa Morreale (dir.), Friedrich Maximilian Hessemer. Briefe seine Reise...., op. cit. (note 3), vol. 1, p. 481-487.

24  Ces informations sont données dans une lettre adressée par Hessemer à son père de Rome le 4 mars 1829 (publiée dans Maria Teresa Morreale, ibid. (note 3), vol. 1, p. 515).

25  À propos de l’égyptologue Robert Hay, voir Selwyn Tillett, Egypt itself. The career of Robert Hay, Esquire of Linplum and Nunraw, 1799-1863, Londres : SD Books, 1984 ; Jane Waldron Grutz, The lost portfolios of Robert Hay. URL : http://archive.aramcoworld.com/issue/200302/the.lost.portfolios.of.robert.hay.htm. Consulté le 10 mai 2011. Robert Hay a laissé de ses séjours des journaux (Londres, British Library, Ms Add 31054) et de très nombreuses œuvres graphiques réunies en 49 volumes (Londres, British Library, Mss Add 29812-29860) renfermant aussi des dessins de monuments islamiques du Caire qui ne furent que partiellement réutilisés dans les planches lithographiées accompagnant sa publication, Illustrations of Cairo, parue en 1840, le reste des illustrations étant empruntées à Owen Browne Carter et Charles Laver.

26  Nous remercions Mercedes Volait d’avoir suggéré cette identification qui est venue se vérifier.

27  Concernant ce projet ambitieux qui ne vit toutefois pas le jour, voir les lettres de Nestor L’Hôte publiées par Diane Harlé et Jean Lefebvre, op. cit. (note 4), part. p. 294-315.

28  Sur Pascal-Xavier Coste en Égypte, voir Pascal Coste, Notes et souvenirs de voyage 1817-1877... : Mémoires d’un artiste, Marseille : Cayer, 1878, 2 vol. ; Dominique Jacobi (dir.), Pascal Coste, toutes les Égypte, Marseille : Parenthèses/Bibliothèque municipale de Marseille, 1998, catalogue de l’exposition (Marseille, Bibliothèque municipale, 17 juin-30 septembre 1998). Il est à noter que Robert Hay, qu’Hessemer fréquenta durant son séjour, avait eu l’occasion d’acquérir au Caire, vraisemblablement en 1827 auprès de Coste, un ensemble de dessins et aquarelles qu’il avait l’intention de publier, ce qui ne se fit pas. Coste publia ses propres œuvres graphiques dans son ouvrage Architecture arabe ou monuments du Kaire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris : Firmin-Didot, 1837. Robert Hay qui avait conservé ces dessins jusqu’à sa mort en 1863 (ils se trouvent aujourd’hui au Victoria and Albert Museum, Londres, SD. 272) ne les avait plus au Caire en 1830 et Hessemer n’avait donc pas pu les voir.

29  À ce sujet, il est intéressant de mettre en parallèle la « prise d’habit » d’Hessemer qui se laissa pousser une imposante barbe et une longue chevelure avec le récit de la même opération, que fit, à l’automne 1828, Nestor L’Hôte : « Enfin, bien étrillés, bien rançonnés, pour perdre tout ce que nous avons de français fors le cœur, nous nous sommes affublés du costume turc. Le sacrifice de nos chevelures est fait et nos têtes, rases jusqu’à l’épiderme, sont couvertes de larges turbans. ... tels nous sommes tous, tel est aussi votre fils, dont une figure maigre et roussie et des moustaches microscopiques peuvent compléter le signalement. Le sérieux de nos physionomies en impose sans doute aux musulmans, ou plutôt leur habitude de voir des Européens avec les habits orientaux » (voir Diane Harlé et Jean Lefebvre (dirs.), op. cit. (note 4), p. 75).

30 Londres (Royaume Uni), British Museum, Department of Prints and Drawings, 1879, 1011.1410. Voir : http://www.britishmuseum.org/research.aspx. Consulté le 23 novembre 2015.

31  Sur les critiques adressées par Gally Knight à Hessemer, voir Martin Bommas, « “Wer Ägypten nicht sah, der kennt den Menschen nicht” – Hessemers Reise in den Orient », in Jürgen Eichenauer et Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860)..., op. cit. (note 5), p. 63-64.

32  Philippe Plagnieux, « Le portail d’Acre transporté au Caire. Sources et diffusion des modèles rayonnants en Terre sainte au milieu du XIIIe siècle », Bulletin monumental, vol. 164, n° 1, 2006, « L’architecture en Terre sainte au temps de Saint Louis », p. 61-66.

33  En ce qui concerne l’activité de F. M. Hessemer comme architecte, voir les contributions de Jürgen Eichenauer, « Romantische Architektur und Freimaurertum – Friedrich Maximilian Hessemer als Lehrer », in Jürgen Eichenauer, Clemens Greve (dirs.), Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860)..., op. cit. (note 5), p. 68-104 ; Gerhard Bott, « “Meine Composition der Walhalla” – Hessemers Entwurf eines Nationaldenkmals », ibid., p. 105-119 ; Idem, « Gotische Denkmalplege im Vormärz – Friedrich Maximilian Hessemer und sein Lehrer Georg Moller », ibid., p. 120-139.

34  Sur l’esthétique de l’arabesque dans la théorie romantique, et plus spécialement chez Schlegel, voir Alain Muzelle, L’Arabesque. La théorie romantique de Friedrich Schlegel à l’époque de l’« Athenaüm », Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006 (Monde germanique).

Table des illustrations

Titre 1. [Autoportrait en costume local], aquarelle, Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten.
Crédits Source: Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Francfort-sur-le-Main, 2001, p. 243.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 2. Wilhelm Ahlborn, F. M. Hessemer en costume local et fumant la pipe, mine de plomb et aquarelle.
Crédits Source: Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten, Francfort-sur-le-Main, 2001, p. 244.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 3. Timbre arabe de Friedrich Maximilian Hessemer.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 4. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire], graphite sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 5. [Mosquée Abu al-'Ila à Boulaq], Le Caire, aquarelle sur papier.
Crédits Source: Londres (Royaume Uni), British Museum, Department of Prints and Drawings (Inv. 1879).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre 6. [Mosquée al-malika Safiyya, Le Caire], graphite sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 7. [Mosquée Salar et Sangar al-Gawli: couloir conduisant au mausolée, Le Caire], aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 8. [Portail près de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli (?), Le Caire], graphite sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 9. Porte dans le Sikkat al-Mahjar, Le Caire, graphite sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 10. Étude de rinceaux d'une baie de la mosquée Salar et Sangar al-Gawli, Le Caire, graphite sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 11. [Sans titre], aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 12. Ornements géométriques dans divers édifices privés, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.58 d'Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 13. Décor pariétal en mosaïque dans le tombeau du sultan Qalawun, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.36 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 14. Ornement sculpté au portail occidental de la madrasa du sultan Hasan, Le Caire, étude préparatoire pour la partie supérieure de la pl. I.56 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 15. Couronnements ajourés des murs de la mosquée al-Azhar, Le Caire, étude préparatoire pour la pl. I.22 d’Arabische und Alt-Italienische Bau-Verzierungen, aquarelle sur papier.
Crédits Source: Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Städelsches Kunstinstitut, Graphische Sammlung.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4870/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 736k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « „Mein Fritz geht nach Aegypten !” Friedrich Maximilian Hessemer sur les traces de l’arc brisé au Caire », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, p. 17-40.

Référence électronique

Maryse Bideault, « „Mein Fritz geht nach Aegypten !” Friedrich Maximilian Hessemer sur les traces de l’arc brisé au Caire », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://inha.revues.org/4870

Droits d’auteur

Tous droits réservés