Navigation – Plan du site

Fonds Émile Prisse d'Avennes

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, département des Manuscrits occidentaux, Paris
p. 75-83

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant le fonds

1Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, département des Manuscrits occidentaux, 58, rue de Richelieu 75084 PARIS Cedex 02.

2Site web : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k2092341

3Cotes : NAF 20416 à 29433, 20448-20449 (pour les papiers).
NAF 20434 à 20447 (pour les documents iconographiques).

Description du fonds

Types de documents ou d’œuvres contenus dans le fonds

4Dessins ; estampes ; photographies ; estampages ; calques ; carnet ; notes et écrits.

Thématique du fonds

5Couverture géographique : Égypte : Le Caire ; Haute Égypte et Basse Égypte.

6Sujets : Architecture islamique ; art islamique ; scènes de genre (scènes de la vie moderne) ; personnages ; sujets ethnographiques ; architecture, sculpture et peinture monumentale de l’Égypte pharaonique.

Périodes couvertes par le fonds

7Période d’exécution des documents / œuvres : en ce qui concerne les documents iconographiques, depuis 1827 (début du premier séjour de Prisse d’Avennes en Égypte) jusqu’en 1860 (fin du deuxième séjour en Égypte).

8Périodes des sujets représentés : viie siècle - xixe siècle (d’un des monuments religieux les plus anciens du Caire aux scènes prises sur le vif au moment des séjours de Prisse d’Avennes en Égypte jusqu’en 1860).

Importance matérielle du fonds

9En nombre de pièces : totalité du fonds : 1 948 pièces + 831 estampages + 2 ensembles de calques. Concernant Le Caire : quelque 554 pièces (originaux ou non comme des planches tirées de publications variées qui servent à la documentation de Prisse d’Avennes).

10En nombre de boîtes, cartons etc. : 22 boîtes contenant 75 chemises qui rassemblent les dessins, les estampes et les photographies ; les 831 estampages sont conservés en 3 ensembles ; les deux ensembles de calques sont conservés en rouleaux.

Statut juridique du fonds

11Propriété de l’État. Bibliothèque nationale de France.

Historique du fonds

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

12Le fonds est entré en 1880 à la Bibliothèque nationale grâce à un don de la veuve du savant, Marie Euphémie Joséphine Prisse d’Avennes née Bisiaux (1828-1916). Voir Henri Omont « Nouvelles acquisitions du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale pendant les années 1903-1904 », Bibliothèque de l’école des chartes, 1905, vol. 66, no 66, p. 8.

13Antérieurement, le fonds considérable rassemblé par Émile Prisse d’Avennes avait déjà été dispersé à plusieurs reprises : tout d’abord par Prisse lui-même qui avait tendance à offrir volontiers ses propres dessins ; puis, dès 1865, lorsqu’un procès avec son éditeur l’avait contraint à en vendre une partie et commencer à disperser sa bibliothèque ; à nouveau en 1870 pour éviter la conscription à son fils ; enfin, au lendemain de sa mort, au cours d’une vente organisée par Sotheby’s à Londres le 17-19 février 1879.

Appartenances précédentes

14Prisse d’Avennes, née Bisiaux, Marie Euphémie Joséphine (Paris, 26 juin 1828-Nantes, 30 mars 1916).

Portrait du producteur / auteur

15Ingénieur, architecte, égyptologue et publiciste, Achille Constant Théodose Émile Prisse d’Avennes naquit le 17 janvier 1807 à Avesnes-sur-Helpe (Nord) dans une famille d’origine galloise installée en Flandre sous Charles II et déchue d’une haute position sociale.

16Son père, inspecteur des bois du prince de Talleyrand-Périgord, maire d’Asvesnes, meurt le 2 janvier 1814. Destiné au barreau, Achille Constant Théodose Émile Prisse d’Avennes intègre, en fait, en mai 1822, l’École royale des arts et métiers de Châlons (Châlons-en-Champagne). Sorti ingénieur, il s’installe à Paris, s’occupant de plusieurs écrits périodiques sur l’industrie et les manufactures de France et d’Angleterre, puis établissant plusieurs projets architecturaux dont celui d’une grande fontaine place de la Bastille (la fontaine de l’Éléphant). Parti combattre en Grèce en 1826, il se démet de ses fonctions de secrétaire général du Gouverneur Général des Indes, passe en Palestine, à Jéricho, et séjourne à Jérusalem, puis il se rend en Égypte où il entre au service du vice-roi Méhemet-Ali comme ingénieur civil et hydrographe. Il fut aussi professeur de topographie à l’école d’État-major de Djihâd-Abâd.

17D’un caractère bouillonnant et ombrageux, on le retrouve impliqué dans des incidents qui altèrent gravement ses relations avec le pouvoir. En 1836 il démissionne de sa fonction de professeur et d’ingénieur pour se faire explorateur et devenir orientaliste et égyptologue. Ayant perfectionné sa connaissance de l’arabe, vêtu à la musulmane (il se fait appeler Edris Effendi), il se mêle aux fellahs et parcourt le delta, la Haute Égypte et la Nubie. Possédant la science des hiéroglyphes, il accomplit en 1836 une excursion archéologique dans la partie orientale de la Basse Égypte, publiée plus tard (Monuments égyptiens, bas-reliefs, peintures, inscriptions, etc., d’après les dessins exécutés sur les lieux par É. Prisse d’Avennes, pour faire suite aux Monuments de l’Égypte et de la Nubie, de Champollion le Jeune Paris : Didot frères, 1847). Au Caire, il crée en 1842, avec le docteur Henry Abbott, l’Association littéraire d’Égypte. C’est de Louxor où il s’établit en 1838 qu’il mènera toutes ses investigations dans la région thébaine. Au nombre de ses travaux les plus fructueux, il convient de citer le déblaiement, en 1843, du temple de Kous, la découverte du papyrus hiératique qui porte son nom (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (division orientale), Égyptien 186) et le descellement de la Chambre des Ancêtres de Thoutmosis III (aujourd’hui au Musée national du Louvre) qu’il soustrait à l’égyptologue allemand K. R. Lepsius, désireux de l’emporter pour les musées de Berlin.

18En 1848, il participe, par ses dessins et aquarelles, à l’illustration de l’ouvrage de James Augustus St. John, Oriental album, characters, costumes and modes of life in the valley of the Nile. Illustrated from designs taken on the spot by E. Prisse. ; With descriptive letter-press by James Augustus St John, author of « Egypt and Mohammed Ali », and « Manners and customs of ancient Greece »... (Londres : Madden, 1848).

19Il retourne en Égypte en 1858 dans le cadre d’une mission officielle du ministère de l’Instruction publique, l’année où Auguste Mariette a obtenu la création du Service des Antiquités et du musée de Boulaq : Prisse ne peut plus fouiller et doit se contenter de prendre des photographies et des estampages. Il se livre à de nouvelles explorations en Arabie, en Nubie et en Haute Égypte et recueille, avec l’aide d’un jeune artiste hollandais et lointain parent, Willem de Famars Testas (1834-1896), et d’un jeune photographe parisien, Édouard (Athanase) Jarrot (1835-1873), une précieuse et considérable documentation graphique très variée qui lui fournira la matière aussi bien de ses grands ouvrages consacrés à l’Égypte ancienne (Histoire de l’art égyptien d’après les monuments, depuis les temps les plus reculés jusqu’à la domination romaine par Prisse d’Avennes ; ouvrage publié sous les auspices du Ministère de l’instruction publique, des cultes et des beaux-arts ; texte par P. Marchandon de La Faye,... (d’après les notes de l’auteur), Paris : A. Bertrand, [1858] 1878-1879) que ceux consacrés à l’Égypte arabe (L’art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, Paris : Ve A. Morel et Cie, [1869]-1877).

20Malgré son exceptionnelle puissance intellectuelle, la variété de ses talents, sa curiosité insatiable, son engagement passionné envers le patrimoine historique et artistique de l’ancienne Égypte ainsi que de l’Égypte islamique, son tempérament extrêmement indépendant et peu enclin au compromis qui le pousse au rejet des propositions qui lui sont soumises fait que Prisse d’Avennes demeure en marge de la science officielle.

21Il meurt à Paris le 10 janvier 1879.

Traitement que ce fonds a reçu

Du point de vue intellectuel

22Un inventaire des documents iconographiques (Ms NAF 20438-20443) a été dressé et établi en 2005 (révisé en 2009) par Marie-Claire Saint-Germier, conservateur au département de la Réserve des Livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

23Pour chaque pièce, cet inventaire pièce à pièce relève les annotations manuscrites ; renvoie aux mentions du carnet (NAF 20448) qui permettent d’assurer l’identification d’un grand nombre de pièces ; enfin, met en relation les documents originaux (dessins, estampes, photographies, photographies retouchées à l’aquarelle, estampages) avec les planches des principales publications, telles celles de James Augustus St. John (illustré par des dessins et aquarelles de Prisse d’Avennes), Oriental album, characters, costumes and modes of life in the valley of the Nile. Illustrated from designs taken on the spot by E. Prisse (Londres, 1848) et surtout L’art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie (Paris, 1869-1877).

24Le traitement de la documentation iconographique « Art arabe » rassemblée par Prisse d’Avennes a été mené à bien au cours de 2012-2013, sur la base d’un partenariat entre l’USR InVisu (CNRS-INHA) et le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France qui s’est chargé de numériser le fonds (NAF 20439-20443 : « Art arabe en Égypte ; photographies, aquarelles et dessins », soit quelque 1 200 documents) et d’en encoder les notices descriptives dans le format EAD en vue du reversement sur la base Archives et Manuscrits de la BnF.

Types de valorisation du fonds

Politique de communication autour du fonds

25Le fonds est consultable au département des Manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France.

Programmes de valorisation

26L’exposition consacrée à Émile Prisse d’Avennes organisée à Paris et présentée du 1er mars au 5 juin 2011, a été à la fois dédiée à l’art égyptien et à l’art arabe, et a puisé dans une collection d’une rare richesse, à la mesure de la diversité des centres d’intérêt de son auteur. Le Musée national du Louvre a exposé l’« Égypte de pierre » autour de la Chambre des Ancêtres, avec des archives inédites sur l’histoire du transport du monument, et la découverte de sa signification depuis le xixe siècle, et la Bibliothèque nationale de France, l’« Égypte de papier » autour des documents et œuvres graphiques inédits du fonds Prisse d’Avennes dans les collections du département des manuscrits occidentaux.

27Nul doute que cette manifestation, qui s’est acompagnée d’une étude renouvelée du fonds avec une attention portée à tous les types de documents et à tous les domaines d’intérêt révélés, sera à l’origine d’un regain d’intérêt scientifique pour l’œuvre de Prisse et contribuera certainement à faire ressurgir d’autres œuvres aujourd’hui dispersées.

28Une journée d’étude intitulée « L’Égypte d’Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) artiste et antiquaire », organisée à l’Institut national d’histoire de l’art le 31 mars 2011 a réuni spécialistes de l’Égypte ancienne et de l’Égypte moderne pour faire le point sur l’apport de l’œuvre de Prisse d’Avennes.

Expositions

29Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), exposition Bibliothèque nationale de France ; Musée national du Louvre, 1er mars-5 juin 2011.

Anonyme, [Intérieur de la madrasa de Qaytabay, élévation sur l’un des iwan], 1858-1859.

Anonyme, [Intérieur de la madrasa de Qaytabay, élévation sur l’un des iwan], 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20442 (1) 27-IV-3, fol. 2.

Édouard Athanase Jarrot, Tombeau, 1858-1859.

Édouard Athanase Jarrot, Tombeau, 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20440 25-I-6, fol. 8.

Édouard Athanase Jarrot, [Porte en bois dans un encadrement architectural sculpté, entrée d’une maison à Darb al-Ginayna], 1858-1859.

Édouard Athanase Jarrot, [Porte en bois dans un encadrement architectural sculpté, entrée d’une maison à Darb al-Ginayna], 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20439 24-I-3, fol.9.

Émile Prisse d'Avennes, Gama el-Seydeh Zeynab : Chemsab ou vitrail en plâtre ajouré, 1858-1859 [Vitrail de plâtre ajouré, mosquée al-Sayyida Zainab].

Émile Prisse d'Avennes, Gama el-Seydeh Zeynab : Chemsab ou vitrail en plâtre ajouré, 1858-1859 [Vitrail de plâtre ajouré, mosquée al-Sayyida Zainab].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (2) 28-VIII-5, fol. 7.

Émile Prisse d'Avennes, Mosquée de Qaouâm El-Dyn : Dalle sépulcrale [Dalle sépulcrale, mosquée Sarghatmish], 1858-1859.

Émile Prisse d'Avennes, Mosquée de Qaouâm El-Dyn : Dalle sépulcrale [Dalle sépulcrale, mosquée Sarghatmish], 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (1) 28-VIII-2, fol.23.

Willem de Famars Testas, [Marchand de fruits et légumes dans son échoppe], 1858-1859.

Willem de Famars Testas, [Marchand de fruits et légumes dans son échoppe], 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20442 (3) 27-VII-3, fol. 32.

Émile Prisse d'Avennes, [Incrustations en stuc sur marbre blanc, mosquée Sulayman Pacha] 1858-1859.

Émile Prisse d'Avennes, [Incrustations en stuc sur marbre blanc, mosquée Sulayman Pacha] 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (1) 28-VIII-4, fol. 8 et 9.

Émile Prisse d'Avennes, [Panneau à décor géométrique sculpté provenant du pupitre à coran, mosquée Sulayman Pacha], estampage, 1858-1859.

Émile Prisse d'Avennes, [Panneau à décor géométrique sculpté provenant du pupitre à coran, mosquée Sulayman Pacha], estampage, 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20446 31-X-4, fol. 19.

Émile Prisse d'Avennes, Arabesques en bronze d'une des portes intérieures de la Mosquée de Sultan Barkouk près le Moristan : Ornement d'angle [Parement d’angle en bronze découpé sur un vantail de porte, mosquée Barquq], estampage, 1858-1859.

Émile Prisse d'Avennes, Arabesques en bronze d'une des portes intérieures de la Mosquée de Sultan Barkouk près le Moristan : Ornement d'angle [Parement d’angle en bronze découpé sur un vantail de porte, mosquée Barquq], estampage, 1858-1859.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20446 31-X-6 fol. 1.

Bibliographie

St. John James Augustus, Prisse d’Avennes Émile (Achille-Constant-Théodose-Émile), Oriental album, characters, costumes and modes of life in the valley of the Nile. Illustrated from designs taken on the spot by E. Prisse. ; With descriptive lettrer-press by James Augustus St John, author of “Egypt and Mohammed Ali”, and “Manners and customs of ancient Greece”...Londres : Madden, 1848, ([6]-60p. fig.-[32] f. de pl.).

Prisse d’Avennes Émile (Achille-Constant-Théodose-Émile), L’art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviii,, Paris : Ve A. Morel et Cie, [1869]-1877,1 vol. de texte et 3 vol. de pl. (IX-296 p. fig. pl., [4] f.-LXVII f. de pl., [4] f. -pl. LXVIII-CXXXIII, [4] f.-pl. CXXXIV-CC).

La décoration arabe. Décors muraux. Plafonds. Mosaïques. Dallages. Boiseries. Vitraux. Étoffes. Tapis. Reliures. Faiences. Ornements divers. Extraits du grand ouvrage L’art arabe, Paris, 1885.

Notice biographique sur Émile Prisse d’Avennes : voyageur français, archéologue, égyptologue et publiciste, né à Avesnes (Nord) le 27 janvier 1807, décédé à Paris le 10 janvier 1879 / par E. M*** (19 août 1894), Paris : Société d’éditions scientifiques, 1896, 67 p.

Dewachter Michel, Un Avesnois. L’égyptologue Prisse d’Avennes 1807-1879. Études et documents inédits,Avesnes : Société archéologique et historique de l’arrondissement d’Avesnes, 1988, 211 p., [22] p. de tableaux, XXIII f. de pl. (numéro spécial (n° 30) des « Mémoires de la Société archéologique et historique de l’arrondissement d’Avesnes »).

Willem de Famars Testas. Reisschetsen uit Egypte 1858-1860 naar ongepubliceerde handschriften bewerkt en geannoteerd door Maarten J. Raven, Maarssen : Gary Schwartz ; 's-Gravenhage : SDU, 1988, 232 p., ill.

Boureux Béatrice, Inventaire du fonds photographique de l’égyptologue Émile Prisse d’Avennes (Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits occidentaux) 2001,2 vol. (45, 102 p.) : ill. en noir et en coul, mémoire de DEA : Histoire de l’art : Paris 4 : 2001.

Gran-Eymerich Ève, « Prisse d’Avennes Achille Constant Théodose Émile (1807-1879) », in Pouillon, François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 783-784.

Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), catalogue d'exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France ; Musée national du Louvre, 1er mars-5 juin 2011), Paris : Bibliothèque nationale de France, 2011. Voir plus particulièrement les contributions de : Mercedes Volait, « “Avec le double empressement d’un artiste et d’un antiquaire”. Les arts de l’Égypte médiévale vus par Émile Prisse d’Avennes » ; Sylvie Aubenas, « Un fonds de photographies unique sur l’Égypte » ; Saint-Germier Marie-Claire, « Un livre rêvé. L’Égypte monumentale de Prisse d’Avennes ».

volait Mercedes (dir.), Émile Prisse d’Avennes. Un artiste-antiquaire en Égypte au XIXe siècle, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2013 (Bibliothèque d’étude 156), 322 p., ill.

Table des illustrations

Titre Anonyme, [Intérieur de la madrasa de Qaytabay, élévation sur l’un des iwan], 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20442 (1)  27-IV-3, fol. 2.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Édouard Athanase Jarrot, Tombeau, 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20440  25-I-6, fol. 8.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Édouard Athanase Jarrot, [Porte en bois dans un encadrement architectural sculpté, entrée d’une maison à Darb al-Ginayna], 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20439  24-I-3, fol.9.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Émile Prisse d'Avennes, Gama el-Seydeh Zeynab : Chemsab ou vitrail en plâtre ajouré, 1858-1859 [Vitrail de plâtre ajouré, mosquée al-Sayyida Zainab].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (2)  28-VIII-5, fol. 7.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Émile Prisse d'Avennes, Mosquée de Qaouâm El-Dyn : Dalle sépulcrale [Dalle sépulcrale, mosquée Sarghatmish], 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (1)  28-VIII-2, fol.23.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Willem de Famars Testas, [Marchand de fruits et légumes dans son échoppe], 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20442 (3)  27-VII-3, fol. 32.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Émile Prisse d'Avennes, [Incrustations en stuc sur marbre blanc, mosquée Sulayman Pacha] 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20443 (1)  28-VIII-4, fol. 8 et 9.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Émile Prisse d'Avennes, [Panneau à décor géométrique sculpté provenant du pupitre à coran, mosquée Sulayman Pacha], estampage, 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20446  31-X-4, fol. 19.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Émile Prisse d'Avennes, Arabesques en bronze d'une des portes intérieures de la Mosquée de Sultan Barkouk près le Moristan : Ornement d'angle [Parement d’angle en bronze découpé sur un vantail de porte, mosquée Barquq], estampage, 1858-1859.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Manuscrits occidentaux, NAF 20446  31-X-6 fol. 1.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4760/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Fonds Émile Prisse d'Avennes », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, p. 75-83.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Fonds Émile Prisse d'Avennes », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4760

Droits d’auteur

Tous droits réservés