Navigation – Plan du site

Fonds Louise Garnier

École nationale supérieure des beaux-arts, Service des collections, Paris

Notes de l’auteur

Entretien avec Anne-Marie Garcia, conservateur responsable des collections photographiques, à l’École nationale supérieure des beaux-arts, décembre 2008.

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant l’œuvre

1École nationale supérieure des beaux-arts, Service des collections
14, rue Bonaparte - 75272 Paris Cedex 02, France
Site web : http://www.ensba.fr/​patrimoine/​collections.htm
Fortes de près de 450 000 œuvres et ouvrages, les collections de l’École des beaux-arts de Paris permettent de reconstituer l’histoire de l’enseignement de l’art officiel en France, qui essaima dans le monde entier, en attirant des étudiants de tous les continents et en imposant le fameux style « beaux-Arts ».
Si ces collections ne sont pas présentées de façon permanente, elles font l’objet d’expositions régulières au sein de l’École.

Description du fonds

Types de documents ou d’œuvres contenus dans le fonds

2Le fonds Louise Garnier de l’Ensba est riche de plus de 2 453 pièces (papiers personnels, correspondance, dessins de Charles Garnier, 982 photographies dont 280 photographies d’Italie, de Grèce et d’Orient).

3En ce qui concerne l’Égypte, il s’agit uniquement de photographies.

Thématique du fonds

4Couverture géographique : Égypte : Le Caire.

5Sujets : Architecture islamique ; éléments de décor monumental.

Périodes couvertes par le fonds

6Période d’exécution des documents : xixe siècle.

7Périodes des sujets représentés : viie siècle - xixe siècle (d’un des monuments religieux les plus anciens du Caire au plus récent, en l’occurrence la mosquée de Muhammad 'Ali pacha).

Importance matérielle du fonds

8En nombre de pièces : 55 photographies relatives au Caire.

Statut juridique du fonds

9Propriété de l’État. École nationale supérieure des beaux-arts.

Historique du fonds

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

10L’ensemble du fonds Louise Garnier de l’Ensba est le résultat de plusieurs donations successives effectuées par l’épouse de Charles Garnier, tout d’abord à la mort de l’architecte en 1898, puis en 1902, en 1908 et finalement par legs en 1922.

Appartenances précédentes

11Garnier, Charles (1825-1898).

12Garnier, Louise, née Bary, épouse de l’architecte (1836-1919).

13L’histoire du fonds est étroitement lié à la personnalité de Louise Garnier, épouse de l’architecte.

14Louise Bary – sœur cadette d’Arthur Bary, issue d’une famille d’intellectuels, de normaliens agrégés, et qui avait elle-même fait des études – que Charles Garnier épouse en 1858, est la fidèle compagne d’un homme préoccupé des siens, homme d’amitié et d’affection, fidèle et sensible, voyageur infatigable qui se déplace rarement sans elle. En ce qui concerne l’Orient, Charles Garnier n’est jamais allé plus loin que Constantinople, escapade de jeunesse datant du séjour du jeune architecte à la villa Médicis à Rome et qui est le complément naturel du voyage en Grèce.

15Si l’enthousiasme montré par Garnier pour la Grèce et l’Orient apparaît excessif, il confine au fantasme.

16Charles Garnier n’a jamais voyagé en Égypte, ne s’est jamais rendu au Caire. Or ses cartons recèlent près de 150 photographies d’Orient, aux sujets très ciblés et très limités, 80 de ces photographies étant des vues de ville orientale – essentiellement Le Caire mais aussi Damas et Jérusalem – dont beaucoup réalisées par un objectif d’amateur. La question se pose de l’origine de ces photographies et plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Le fonds Garnier n’est pas celui d’un collectionneur : il n’est ni encyclopédique (seuls six sites sont concernés) ni de grande ampleur.

17Un seul des grands photographes de l’Orient y figure, Félix Bonfils (1831-1885), mais seulement au travers d’une soixantaine de clichés.

18La présence dans le fonds Garnier de quelque 1 000 photographies pourrait faire penser à une attention particulière portée par l’architecte à cette technique, mais le rapport de cet artiste qui aimait tant la couleur au monde bruni et monochrome offert par la photographie peut être légitimement questionné.

19Deux possibilités s’offrent concernant la provenance des photographies relatives au Caire : la piste Baudry – l’architecte Ambroise Baudry (1838-1906) qui travaille au Caire de 1871 à 1886 ou son frère Paul Baudry (1828-1886), le peintre décorateur qui fait le voyage en 1875 – ou encore celle d’Arthur Garnier (1842-1889), frère turbulent de Charles Garnier qui, suite à plusieurs scandales, est envoyé au Caire en 1880 en compagnie de Charles Guimbard (1846-1932), puis, sur place, placé sous la surveillance d’Ambroise Baudry.

20Parce que l’on sait que Louise Garnier a, en femme soucieuse de l’image et du rôle posthume de son époux, annoté, commenté et édulcoré la correspondance familiale, il est tout à fait loisible de penser qu’elle n’a pas versé l’intégralité du fonds possédé par Charles Garnier et que les 40 cartons livrés en octobre et décembre 1898, puis le 10 mars 1900, ne reflètent pas la réalité de ce fonds.

21Les 982 photographies entrées dans les donations Garnier, dont témoignent les registres d’entrée, réparties par sujet dans les albums iconographiques de même que les estampes, ne sont repérables que par le tampon portant le numéro de prise en charge, et, à ce jour, 758 ont été repérées.

Traitement que ce fonds a reçu

Du point de vue matériel

22Les photographies, reliées avec des dessins, se trouvaient en recueils à visée pédagogique, et ce conditionnement, ainsi que le rangement à plat de ces recueils, a protégé les documents et œuvres graphiques de toute déformation. Les photographies, collées en plein sur des cartons épais, sont en très bon état.

23Leur conditionnement dans des boîtes a été opéré en 1985.

Du point de vue intellectuel

24Les 55 photographies du Caire appartenant au fonds Louise Garnier ont été numérisées, cataloguées et indexées en 2006-2008 puis éventuellement modifiées en 2009.

25La saisie des notices, comme de celles de l’ensemble de la collection, a été assurée sous Micromusée, logiciel créé par Mobydoc qui est largement utilisé en France dans les musées et qui offre un modèle documentaire de référence, adaptable à toutes les collections et une interface paramétrable. Il est accessible par Internet et permet la publication des données sur Internet.

26Les notices accompagnées des images numériques ont été mises en ligne sur la base Cat’zArts, catalogue informatique des œuvres graphiques, manuscrits, peintures et sculptures1.

27Il est à noter qu’un certain nombre de photographies appartenant aux collections de l’Ensba (les clichés photographiques de Félix Bonfils et ceux signés Lékégian mais aucun du fonds Garnier) apparaissent également dans la Bibliothèque numérique de la bibliothèque de l’Institut d’histoire de l’art2.

28Une mise en parallèle des notices descriptives de chaque photographie dans les deux bibliothèques numériques fait apparaître des différences d’affichage des données suivant la bibliothèque numérique consultée.

29Dans le cadre de ce travail sur l’iconographie du Caire dans les fonds patrimoniaux français, et dans l’anticipation de la présentation de plusieurs de ces photographies représentant la ville du Caire provenant du fonds Garnier à l’exposition Charles Garnier à l’Ensba en 2010-2011, nous avons travaillé à l’identification des 55 photographies représentant le Caire. Si ces photographies demeurent anonymes, hormis celle signée « Désiré phot. Caire » (Ph 17771) dont il a été possible d’établir la véritable identité du photographe (Désiré Ernié, né le 28 décembre 1830 à Jort dans le Calvados et installé avec sa famille au Caire dans le quartier du Mousky), les lieux et édifices représentés ont pu être identifiés pour les 55 photographies.

30Les nouvelles identifications seront intégrées aux notices dans base Cat’zArts.

Types de valorisation du fonds

Politique de communication autour du fonds

31La salle de lecture de la bibliothèque et le cabinet des dessins Jean Bonna permettent la consultation sur place des œuvres graphiques (dessins, estampes, photographies) et des livres, et sont ouverts aux chercheurs professionnels ou indépendants ainsi qu’aux étudiants de l’École et aux étudiants extérieurs à partir de la première année de Master.

32Les peintures, sculptures et dessins d’architecture sont visibles sur rendez-vous.

33La reproduction des œuvres et documents appartenant aux collections de l’Ensba est assurée par un service photographique3.

Expositions

34Un certain nombre des photographies relatives au Caire du fonds Garnier viennent d’être montrées pour la première fois au public dans le cadre de l’exposition Charles Garnier. Un architecte pour un empire, organisée à l’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris, du 26 octobre 2010 au 9 janvier 2011.

Anonyme, [Porte en bois sculpté].

Anonyme, [Porte en bois sculpté].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11434.

Anonyme, [Cimetière nord (ou Tombeaux des Khalifes)].

Anonyme, [Cimetière nord (ou Tombeaux des Khalifes)].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11451.

35Exemple de notice d’une photographie du Caire (image ci-dessus) provenant du fonds Garnier telle qu’elle apparaît sur la base Cat’zArts.
Type d’objet :
Type of object
Photographie positive.
Titre / désignation :
Title / designation
[Le Caire].(Titre forgé).
Création
Creation
Anonyme.

36Numéro d’inventaire :
Call number
Ph 11451
1 objet(s) (objects)
Matière et technique :
Material and technique
papier albuminé
Mesures : Haut. en cm : 19,2. Larg. en cm : 25.
Historique administratif
Administrative history
- Statut (status) Actuel
Numéro d’entrée (registration number) : pc 28907.
Nombre d’objets (number of objects) : 152.
Mode d’acquisition(type of purchase) : Don.
Ancienne appartenance (former collection) : Garnier, Louise.
Indexation sujet
Subject indexation

Anonyme, [Minbar en bois sculpté (détail)].

Anonyme, [Minbar en bois sculpté (détail)].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 15208.

Anonyme, [Cimetière nord vu du nord avec, au premier plan, la khanqah Farag ibn Barquq].

Anonyme, [Cimetière nord vu du nord avec, au premier plan, la khanqah Farag ibn Barquq].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11424.

Anonyme, [Mausolées de Barsbay al-Bagasi (à droite) et de l'émir Sulayman (à gauche) au cimetière nord].

Anonyme, [Mausolées de Barsbay al-Bagasi (à droite) et de l'émir Sulayman (à gauche) au cimetière nord].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11460.

Anonyme, [Façade du maqaad d'une demeure].

Anonyme, [Façade du maqaad d'une demeure].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11455.

Anonyme, [Minaret de la madrasa al-Nasir Muhammad ibn Qalawun].

Anonyme, [Minaret de la madrasa al-Nasir Muhammad ibn Qalawun].

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11447.

Bibliographie

Girveau Bruno, Garcia Anne-Marie (dir.), Charles Garnier. Un architecte pour un empire, catalogue d'exposition (Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 26 octobre 2010-9 janvier 2011), Paris : Beaux-arts de Paris, les éditions, 2010, 351 p., ill. n. et b. et coul.

Voir plus particulièrement les contributions de :

Garcia Anne-Marie, « Charles Garnier et la photographie », p. 90-105, 16 ill.

Jestaz Juliette, « Les donations Garnier à l’École des beaux-arts : état des sources », p. 331-334.

Liardet Olivier, « Charles Garnier, voyageur éclairé ou rêveur impénitent ? », p. 54-73, 18 ill.

Volait Mercedes, « L’Orient coloré de Charles Garnier », p. 212-225, 21 ill.

Notes

1  http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/index.xsp. Consulté le 8 octobre 2015.

2  http://bibliotheque-numerique.inha.fr. Consulté le 8 octobre 2015.

3  http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/servphotofr.html. Consulté le 8 octobre 2015.

Table des illustrations

Titre Anonyme, [Porte en bois sculpté].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11434.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Anonyme, [Cimetière nord (ou Tombeaux des Khalifes)].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11451.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Anonyme, [Minbar en bois sculpté (détail)].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 15208.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Anonyme, [Cimetière nord vu du nord avec, au premier plan, la khanqah Farag ibn Barquq].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11424.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Anonyme, [Mausolées de Barsbay al-Bagasi (à droite) et de l'émir Sulayman (à gauche) au cimetière nord].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11460.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Anonyme, [Façade du maqaad d'une demeure].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11455.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Anonyme, [Minaret de la madrasa al-Nasir Muhammad ibn Qalawun].
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba), Ph 11447.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Fonds Louise Garnier », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Fonds Louise Garnier », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4757

Droits d’auteur

Tous droits réservés