Navigation – Plan du site

Fonds Alfred Armand

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, département des Estampes et de la Photographie

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant l’œuvre

1Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu-Louvois, département des Estampes et de la Photographie, 58, rue de Richelieu 75084 PARIS Cedex 02
Site web : http://www.bnf.fr
Cote : Ad 34 a in fol. (tome 159).

Description du fonds

Types de documents ou d’œuvres contenus dans le fonds

2Dessins, estampes, photographies, photogravures, phototypies. Alfred Armand qui a constitué cette collection de documents a, concernant l’iconographie du Caire, mêlé des photographies originales à des illustrations, principalement tirées de l’ouvrage de Jules Gailhabaud, Monuments anciens et modernes. Collection formant une histoire de l’architecture des différents peuples à toutes les époques, Paris, 1844-1850 qui a reproduit des planches de l’ouvrage de Pascal Coste, Architecture arabe ou monuments du Kaire mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris, 1839.

3Il s’agit exclusivement de vues extérieures et intérieures de mosquées et tombeaux monumentaux du Caire.

4La plupart des photographies sont anonymes. Des identifications plus récentes ont été proposées pour cinq d’entre elles : il s’agit de photographies de François Joseph Édouard de Campigneulles (1826-1879).

Thématique du fonds

5Couverture géographique : Égypte : Le Caire ; Haute Égypte (Girgeh, Minieh, Abydos).

6Sujets : Architecture islamique.

Périodes couvertes par le fonds

7Période d’exécution des documents / œuvres : xixe siècle (antérieurement à 1889, date d’entrée du fonds à la Bibliothèque nationale de France).

8Périodes des sujets représentés : viie siècle-xixe siècle (d’un des monuments religieux les plus anciens du Caire au plus récent, en l’occurrence la mosquée de Muhammad 'Ali pacha).

Importance matérielle du fonds

9En nombre de pièces : sur les 19 410 pièces (ou 17 499 selon les sources) constituant la totalité du fonds, un tome (Tome II) est consacré à Architecture et sculpture Mexique - Inde - Égypte - Asie mineure, avec une catégorie Architecture orientale et une sous-catégorie Monuments du Caire. Cette sous-catégorie comprend, d’après l’inventaire de François Courboin publié en 1895, 48 pièces relatives au Caire. En fait un examen attentif des pièces autorise à n’y reconnaître que 44 documents relatifs au Caire. Les autres concernent des lieux soit de Haute Égypte, soit du Liban (Inv. 12300 et 12301, deux photographies identiques légendées « Palais de Beit-Eddin », qui se trouve au Liban).

10En nombre de boîtes, cartons etc. : un tome grand in-folio coté : Ad 34 a in fol. (tome 159).

Statut juridique du fonds

11Propriété de l’État. Bibliothèque nationale de France.

Historique du fonds

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

12Le fonds iconographique constitué par Alfred Armand a été légué, par testament, à ce qui était alors le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale et a rejoint les collections en 1889. La collection iconographique riche de 19 410 pièces, selon Tiphaine Zirmi, (de 17 499 pièces suivant l’inventaire dressé en 1895) – dessins, estampes, photographies – fut maintenue telle quelle et reliée en 230 volumes in-folio (cote : Ad 34 a in fol.)

13Des archives relatives au legs Armand sont conservées au département des Estampes et de la photographie (cote Ye-1 Réserve arch. 1881-1897, pièces 1309-1318).

Appartenances précédentes

14Alfred Armand (1805-1888), architecte, collectionneur, numismate à Paris.

Portrait du producteur / auteur

15La carrière d’Alfred Armand (1805-1888) se divise en deux grands moments : une première période au cours de laquelle il exerce une activité d’architecte, une seconde période qui le voit, à partir de 1863, jouir de la fortune acquise par son travail en s’occupant d’histoire de l’art et consacrant les vingt-cinq années suivantes aux voyages, à la constitution de diverses collections et à la rédaction d’un ouvrage de référence sur les médailleurs italiens.

16Né en 1805, entré à l’École des beaux-arts de Paris en 1827, après avoir étudié l’architecture dans l’atelier d’Achille Leclère mais sans avoir pu accéder à la première classe, A. Armand entre dans le cercle des financiers Émile et Isaac Péreire qui en font leur architecte au service des diverses compagnies de chemin de fer dont ils avaient la concession – Compagnie de chemin de fer de Saint-Germain, Compagnie de chemin de fer du Nord –, lui confiant la réalisation de nombreuses gares d’importance diverse jusqu’en 1852, puis la construction des premiers grands hôtels de voyageurs à Paris, l’hôtel du Louvre et le Grand Hôtel. Un autre aspect de sa carrière d’architecte est la construction de maisons de rapport et d’hôtels particuliers, en particulier pour les frères Péreire.

17À partir de 1863, Alfred Armand prend volontairement sa retraite pour consacrer sa fortune à sa passion pour l’art, voyageant dans toute l’Europe, principalement en Italie, fréquentant de nombreux artistes, conservateurs, collectionneurs, amateurs d’art et historiens de l’art.

18Entre 1865 et 1876, il constitue une collection de dessins qui fait voir une prédilection pour l’école italienne de la Renaissance, aujourd’hui connue comme « Collection Armand-Valton » et conservée à l’École nationale des beaux-arts de Paris.

19Après 1876 l’intérêt d’Alfred Armand se porte à la numismatique : il rassemble des originaux et des moulages de médailles italiennes de la Renaissance, mais aussi des dessins, estampes et photographies d’œuvres d’art susceptibles d’étayer son analyse. Cette collection, passée dans les mains de son ami et collaborateur Prosper Valton, est aujourd’hui conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Elle est à l’origine de la publication d’un ouvrage de référence, Les Médailleurs italiens des xve et xvie siècles publié en 1879 (avec une édition revue, corrigée et augmentée en 1883 et un supplément en 1887).

20En même temps, Alfred Armand a rassemblé une vaste collection de documents sur l’histoire de l’art qui est la seule de ses collections qu’il ait léguées par testament à une institution. En outre, cette collection est celle qui offre le tableau le plus juste des goûts personnels d’Armand, car elle révèle d’autant plus ses choix intellectuels que l’ordre des documents a été respectueusement conservé. La collection est ainsi le témoignage le plus fidèle des méthodes de travail d’Alfred Armand (commande de clichés, travail accompli sur les sites, documents annotés postérieurement...). Le corpus sur l’architecture (8 494 pièces) révèle que la photographie tient la plus grande place dans la documentation bien avant les estampes, les dessins, les calques, les photogravures et phototypies.

21La priorité a été donnée au médium photographique et la collection contient des témoignages de la production de photographies d’architecture dans toute l’Europe entre 1860 et 1888. Armand semble avoir acquis des séries entières de clichés, sans se préoccuper des doubles, et semble privilégier la masse documentaire par rapport à la concision.

22Dans cette masse documentaire, l’Égypte moderne ne représente qu’une petite partie de la documentation relative à l’histoire de l’architecture des pays non européens. L’architecture ottomane est mieux représentée puisqu’un volume lui est entièrement consacré.

Traitement que le fonds a reçu

Du point de vue matériel

23Les documents relatifs au Caire moderne, qu’il s’agisse de planches gravées provenant d’ouvrages ou de photographies originales, sont collés en plein sur 24 grandes feuilles de papier épais, deux ou trois par feuille, suivant les dimensions et le format des documents, le tout étant monté sur onglets et relié en un volume. Le montage sur onglets autorise le prêt pour des expositions mais les clichés collés en plein ne peuvent être détachés.

24Ce montage a vraisemblablement été assuré par la Bibliothèque nationale (le type de reliure est caractéristique de pratiques anciennes de l’institution).

Problèmes de conservation spécifiques :

25Les documents n’ont jamais été soumis à aucune opération de conservation.

26Seule une des photographies, l’une des Quatre vues du Caire sans désignation que mentionne l’inventaire établi en 1895, a été ôtée de la feuille pour être transférée sous la cote Eo 13 folio réserve, tome 5, no 18. Cette photographie a été identifiée comme attribuée à Gustave Le Gray et figurant une mosquée à Akhmin, en Haute-Égypte.

Du point de vue intellectuel

27Le seul inventaire à avoir été fait est celui de François Courboin publié en 1895 (voir la Bibliographie) qui reprenait les légendes, quand il y en avait, écrites au crayon d’une écriture large. Toutefois un certain nombre de documents sans légendes ont été inventoriés (par exemple les deux photographies du folio 36, Inv. 12268 : « Place Rumelie et Mosquée du Sultan Hassan au Caire », et Inv. 12269 « Mosquée du sultan Hassan au Caire »).

28Cinq photographies (Inv. 12270 figurant la madrasa al-sultan Hasan, Inv. 12290 et Inv. 12291 figurant le mausolée de Qaytbay et Inv. 1296, légendée « Tombeaux des Khalifes au Caire (celui de gauche est suivant la tradition, le tombeau de MaleKadel, frère du gd Saladin », et une des vues non légendées folio 55, figurant la Ville de Girgeh du côté du chemin d’Abydos) portent en marge, sur la feuille de papier, des propositions plus récentes d’attribution : l’une Médard qui est raturée, l’autre donnant le nom de Campigneulles (c’est-à-dire François Joseph Édouard de Campigneulles (1826-1879) qui a voyagé au Moyen-Orient (Égypte, Arabie, Syrie) au plus tard en 1858 et exposé à la Société française de photographie (SFP) en 1859).

Types de valorisation du fonds

Politique de communication autour du fonds

29Conservé au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, le fonds Alfred Armand est communicable avec soumission à condition.

Programmes de valorisation

30Aucun en cours.

Expositions

31Les documents étant collés en plein sur des feuilles reliées en grand in-folio, leur prêt ne peut être assuré que si les grands feuillets sont détachés des onglets.

Anonyme, Minaret de la mosquée du sultant Barkouk [Minaret nord de la khanqah Farag ibn Barquq].

Anonyme, Minaret de la mosquée du sultant Barkouk [Minaret nord de la khanqah Farag ibn Barquq].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée du Sultan Hassan [Madrasa al-sultan Hasan].

François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée du Sultan Hassan [Madrasa al-sultan Hasan].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée funéraire de Kaïd-bey au désert [Mausolée de Qaytbay].

François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée funéraire de Kaïd-bey au désert [Mausolée de Qaytbay].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

Anonyme, Intérieur de la mosquée d'El Barkouk au Caire [Sahn de la khanqah Farag ibn Barquq].

Anonyme, Intérieur de la mosquée d'El Barkouk au Caire [Sahn de la khanqah Farag ibn Barquq].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

Anonyme, Mosquée d'Ibn Tulun, vue du sahn [Sahn avec la fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].

Anonyme, Mosquée d'Ibn Tulun, vue du sahn [Sahn avec la fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

François Joseph Édouard de Campigneulles, Tombeaux des Khalifes au Caire [Tombeaux des khalifes avec le mausolée de l'émir Sulayman et la khanqah Farag ibn Barquq].

François Joseph Édouard de Campigneulles, Tombeaux des Khalifes au Caire [Tombeaux des khalifes avec le mausolée de l'émir Sulayman et la khanqah Farag ibn Barquq].

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).

Bibliographie

Duplessis Georges, Notice sur M. Alfred Armand, architecte, Paris : Plon, 1888.

Courboin François, Inventaire des dessins, photographies et gravures relatifs à l’histoire générale de l’art légués au département des estampes de la Bibliothèque nationale par M. Armand, Lille : L. Danel, 1895, 2 vol.

Beaumont-Maillet Laure, « Les collectionneurs au Cabinet des estampes », Nouvelles de l’Estampe, no 132, 1993 (déc.) (Collectionneurs d’hier), p. 16.

Zirmi Tiphaine, Alfred Armand (1805-1888), un architecte collectionneur, thèse d'archiviste, paléographe sous la direction de Jean-Michel Leniaud, École nationale des chartes, 2003, 2 vol.

Zirmi Tiphaine, « Comment les Péreire firent la fortune de l’architecte Alfred Armand (1805-1888) », Livraisons d’histoire de l’architecture, vol. 5, no 5, 2003, p. 107-125.

Zirmi Tiphaine, « Armand, Alfred (1805, Paris - 1888, Paris) », Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/armand-alfred.html?search-keywords=armand.

Sur le photographe Campigneulles, voir :

Égypte. Album du voyage au Moyen-Orient (Égypte, Arabie, Syrie) de François Joseph Édouard de Campigneulles (1826-1879), au plus tard en 1858. In-folio oblong. 60 photographies, tirages albuminés d’après négatifs papier ciré, sans signature ni la moindre marque, passé en vente le 22 avril 2005 chez Vichy Enchères sarl, Vichy 03200.s

Tréhin Jean-Yves, « Campigneulles, François de 1826-1879 », in Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 172.

Table des illustrations

Titre Anonyme, Minaret de la mosquée du sultant Barkouk [Minaret nord de la khanqah Farag ibn Barquq].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée du Sultan Hassan [Madrasa al-sultan Hasan].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre François Joseph Édouard de Campigneulles, Mosquée funéraire de Kaïd-bey au désert [Mausolée de Qaytbay].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Anonyme, Intérieur de la mosquée d'El Barkouk au Caire [Sahn de la khanqah Farag ibn Barquq].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Anonyme, Mosquée d'Ibn Tulun, vue du sahn [Sahn avec la fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre François Joseph Édouard de Campigneulles, Tombeaux des Khalifes au Caire [Tombeaux des khalifes avec le mausolée de l'émir Sulayman et la khanqah Farag ibn Barquq].
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Ad 34a in fol. (tome 159).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4756/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Fonds Alfred Armand », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Fonds Alfred Armand », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/4756

Droits d’auteur

Tous droits réservés