Navigation – Plan du site

Œuvre de Joseph-Philibert Girault de Prangey

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, département des Estampes et de la Photographie, Paris
p. 35-48

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant l'œuvre

1Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, département des Estampes et de la Photographie, 58, rue de Richelieu 75084 PARIS Cedex 02.
Site web : http://www.bnf.fr
Cotes : BnF Est. Réserve EG2 à EG7.
Le même département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve d’autres documents de Joseph-Philibert Girault de Prangey – des planches gravées – sous les cotes :
AA-2 (Girault de Prangey, Philibert Joseph), Œuvre monté.
SNR-3 (Girault de Prangey, Philibert Joseph), Série non reliée.
DC-180 (A)-FOL. Œuvre monté.
La Bibliothèque nationale de France possède la plus importante collection publique d’œuvres de Joseph-Philibert Girault de Prangey.

2Entretien avec Thomas Cazentre, conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, le 24 septembre 2009.

Description de l'œuvre

Types de documents ou d’œuvres contenus dans l’œuvre

3Daguerréotypes, mais aussi des planches gravées liées aux publications.

Thématique de l’œuvre

4Couverture géographique : Égypte : Le Caire ; Alexandrie ; Rosette.

5Sujets : Vues d’architecture ; Paysages ; Paysages urbains ; Portraits d’intérieur ; Portraits de plein air ; Décoration et ornement architecturaux ; Représentations végétales.

6Tous ses daguerréotypes témoignent de cet attachement du regard au détail, à la spécificité d’un élément, qu’il s’agisse d’un pilastre ou d’un chapiteau, du réseau de plâtre d’une baie, d’une inscription lapidaire, mais aussi d’un élément végétal comme dans le cas du tronc de dattier photographié au Vieux-Caire.

7L’objet de Girault de Prangey fut l’architecture qu’il a regardée avec un intérêt et un œil exceptionnels, ayant compris comme nul autre l’usage qu’il pouvait faire de la photographie en utilisant une variété de méthodes et de techniques pour reproduire les caractéristiques spatiales et décoratives d’édifices majeurs.

8Même si l’histoire sociale n’était pas sa préoccupation principale, la technique le limitait, rendant presque impossible la prise de vue dans des intérieurs sombres ou dans des rues étroites. Toutefois des daguerréotypes réalisés en Égypte et spécialement au Caire viennent infirmer cette assertion (portrait de groupe de la famille Perron au Caire, portrait de Soliman Pacha et de sa famille, mendiants, matelot...).

Période couverte par l’œuvre

9Période d’exécution des œuvres : entre 1842 et 1844 (période des voyages de Girault de Prangey en Égypte et au Moyen-Orient).

10Période des sujets représentés : viie siècle-xixe siècle (d’un des monuments religieux les plus anciens du Caire aux scènes de genre et portraits d’amis et de relations de Girault de Prangey).

Importance matérielle de l’œuvre

11En nombre de pièces : 24 [ces daguerréotypes appartiennent à un ensemble de 36 photographies de Girault de Prangey relatives à l’Égypte ancienne et moderne, ensemble s’inscrivant parmi les 194 daguerréotypes de Girault de Prangey détenus par le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France].

12On sait qu’il existait une nomenclature des boîtes jadis conservées dans la demeure de Courcelles-Val d’Esnoms (Haute-Marne) qui indiquait que des daguerréotypes du Caire se trouvaient répartis dans 6 boîtes, une, de format 25 × 10, contenant 38 plaques d’une suite de minarets.

13Il est intéressant de noter qu’au cours des deux dernières décennies, un grand nombre de daguerréotypes de Girault de Prangey sont apparus sur le marché de l’art, lors de vacations organisées par les maisons de vente aux enchères Christie’s et Sotheby’s en 2003, 2004 et 2010. Ces ventes ont, en tout, proposé 32 daguerréotypes relatifs au Caire (panoramas, vues urbaines, édifices, détails d’ornements).

Statut juridique de l’œuvre

14Propriété de l’État. Bibliothèque nationale de France.

Historique de l’œuvre

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

15Les daguerréotypes de Girault de Prangey – œuvres uniques par définition – ont été découverts quelque 30 ans après le décès du photographe dans sa demeurede Courcelles-Val-d’Esnoms (Haute-Marne) par le nouveau propriétaire, le comte Charles de Simony, qui fit don à la Bibliothèque nationale de France de 20 plaques dans les années 1950. Ce premier ensemble a été accru dans des proportions importantes par l’achat de 158 photographies en 2000, auprès des descendants du Comte de Simony, ainsi que par une dation en 2005. Enfin 13 autres photographies, dont 2 intéressant Le Caire, ont été acquises en 2008 auprès des collectionneurs français Marie-Thérèse et André Jammes, acquisition complétée par le don d’une plaque.

Appartenances précédentes

16Simony, Charles de (Comte Anne Marie Charles de) (19e-20e s.).
Jammes, André (1927-) et Jammes, Marie-Thérèse (20e-21e s.).

Portrait du producteur / auteur

17Joseph-Philibert Girault de Prangey naquit le 21 octobre 1804 à Langres (Haute-Marne), dans un milieu aristocratique et aisé. En même temps que des études de droit, il suit également des cours de dessin à Langres et à Paris, puis, au début des années 1830, entreprend différents voyages en Italie, en Espagne et en Afrique du Nord, s’adonnant au dessin et à la peinture.

18Fasciné, comme nombre de ses contemporains, par l’Orient et les civilisations disparues – thèmes romantiques par excellence – Girault de Prangey se passionne pour l’architecture arabo-musulmane. En 1831, il part à la découverte de l’Andalousie, haut lieu de la culture arabe entre le viiie et le xve siècle. Cette expédition aboutit entre 1836 et 1839 à la publication d’un recueil de lithographies en trois volumes, intitulé Monuments Arabes et Moresques de Cordoue, Séville et Grenade, dessinés et mesurés en 1832 et 1833 (Paris, A. Hauser). Girault de Prangey fait également paraître en 1841 un ouvrage scientifique, Essai sur l’architecture des Arabes et des Mores en Espagne, en Sicile et en Barbarie (Paris, A. Hauser, 1841).

19L’invention révolutionnaire de Louis Daguerre (1839) donne une nouvelle orientation à la carrière de l’aristocrate érudit. La technique du daguerréotype qui permettait un rendu des détails d’une exceptionnelle précision, enthousiasme Girault de Prangey. Il est peu de photographes qui aient, à un tel point, saisi l’intérêt de ce procédé pour le rendu des éléments et détails d’architecture, qu’il s’agisse de baies, de chapiteaux, de moulures, anticipant John Ruskin qui, dans The Seven Lamps of Architecture (1849), exhortait à l’emploi de la photographie dans le rendu des détails, dans une sorte de « yearning for closeness ». Ses plaques font voir un équilibre parfait de l’art et de la science. Elles ont souvent été coupées à la main pour optimiser leur emploi en les mettant verticalement ou horizontalement selon le sujet, ou bien encore tête-bêche.

20Amateur éclairé et précoce, il réalise dès 1841 plusieurs vues de Paris. Mais c’est entre 1842 et 1844 qu’il entreprend un grand voyage photographique, une sorte de Grand Tour, autour du bassin méditerranéen, sur les traces de Chateaubriand (Italie, Grèce, Turquie, Syrie, Liban, Palestine, Égypte), aventure artistique et scientifique dont il rapporte près d’un millier de daguerréotypes, des croquis et des aquarelles. Le comte Charles de Simony, qui découvrit les daguerréotypes dans les combles de la demeure de Girault de Prangey qu’il avait acquise, décrit le surprenant équipage du voyageur « une sorte de malle souple lui sert de laboratoire et de chambre noire : elle contient ses fioles, car il faut confectionner les plaques soi-même. Il est aussi muni de plaques de cuivre de différents formats, de chambre noire, d’objectifs, de boîtes à rainures pour insérer les daguerréotypes ».

21Les plaques constitueront une sorte de « bloc-notes photographique » servant d’esquisse pour les lithographies de ses ouvrages sur l’art islamique, entre autres Monuments arabes d’Égypte, de Syrie et d’Asie-Mineure dessinés et mesurés de 1842 à 1845 (Paris, l’auteur, 1846) dans lequel il poursuit son entreprise de classification des styles et de compréhension des filiations artistiques, et Monuments et Paysages de l’Orient, recueil de chromolithographies (Paris, 1851).

22« Négligeant les pyramides robustes et simples, Girault de Prangey s’attarda aux architectures fragiles et compliquées, les minarets d’Égypte, les entrelacs de plâtre, les murs de faïence que seule préserve la sécheresse du climat oriental » (Comte Charles de Simony, Une curieuse figure d’artiste. Girault de Prangey 1804-1892, Dijon, 1934, p. 8-9).

23À partir de 1850, Girault de Prangey, décrit comme « de petite taille, peu accueillant..., bourru, très mordant et pas d’un commerce agréable..., un original très bien doué, mais peu sociable », ne quittera plus guère sa villa orientalisante de Courcelles-Val d’Esnoms (Haute-Marne), se consacrant à son parc, à la botanique et à ses volières. Les nombreux daguerréotypes rapportés des voyages seront entreposés dans la demeure – la plupart, tout de même, soigneusement rangés dans des boîtes en bois (29 recensées), de formats divers répondant à ceux des plaques s’y trouvant. Un curé, ami de l’artiste, montait à la villa pour mettre en ordre les souvenirs de voyage. Trois de ces boîtes ont été proposées en vente publique le 7 octobre 2010 par Christie’s à New York.

24Girault de Prangey, docte voyageur, « sans souci de ses frères, méprisant l’avenir, solitaire et rêveur... » est mort le 7 décembre 1892 sans laisser de descendance.

Traitement que l'œuvre a reçu

Du point de vue matériel

25Les plaques de cuivre argentées, de formats très différents car découpées par le photographe lui-même selon ses besoins, sont mises sous verre et rendues étanches grâce à une bande adhésive.

26Chaque format de daguerréotype a son type de boîte et sa cote (par ex. Réserve EG7- 742 (EG pour Daguerréotype ; 7 pour le format).

27Par définition les daguerréotypes ne peuvent être restaurés. Ils ne peuvent être qu’aplanis et/ou nettoyés.

Du point de vue intellectuel

28La totalité de l’œuvre de Girault de Prangey détenue par la BnF est à la fois inventoriée et cataloguée pièce à pièce1.

29Le standard utilisé pour le catalogage et la description est le format MARC, contraignant car, à l’origine, format de description bibliographique. Ainsi la date de réalisation de l’œuvre se trouve décrite dans le champ : Publication, et la mention des possesseurs antérieurs dans le champ : Autre (s) auteurs (s).

30L’indexation Sujets est réalisée au moyen des Autorités RAMEAU et des Autorités BnF. Dans le cas de cet œuvre, les plaques étaient déjà identifiées par des légendes autographes (ou parfois supposées telles), le plus souvent portées à l’encre sur des étiquettes apposées au dos des plaques, ainsi que par des numéros d’inventaire. Ces mentions, parfois erronées (ainsi un daguerréotype légendé comme une vue du Caire sur la foi d’une inscription manuscrite a été récemment identifiée comme étant une vue du château Saint-Pierre de Bodrum, en Turquie, correction qui a été intégrée dans la notice BnF), ont permis d’indexer assez finement ces œuvres (jusqu’à 7 entrées d’indexation par pièce) sans toutefois résoudre tous les problèmes de toponymie.

Type de valorisation de l’œuvre

Politique de communication autour de l’œuvre

31Conservé à la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la BnF, l’œuvre de Girault de Prangey est communicable avec soumission à condition.

32Les notices de catalogage et de description des œuvres (pièce à pièce, ce qui est exceptionnel) sont disponibles en ligne sur le Catalogue général de la BnF2. Voir un exemple de ces notices en annexe.

Programmes de valorisation

33Tous les daguerréotypes de Girault de Prangey ont été numérisés à partir de 2001 et sont disponibles en accompagnement des notices du catalogue général de la BnF.

34Ils sont également disponibles sur le site de Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF.

35Ces œuvres, objets uniques et fragiles, non reproductibles, sont exceptionnellement prêtées. La manifestation la plus récente qui a bénéficié d’un prêt a été l’exposition organisée au Musée gruérien de Bulle (CH) qui s’est tenue du 30 novembre 2008 au 29 mars 2009 à l’occasion de la redécouverte de 61 daguerréotypes de Girault de Prangey dans les collections du musée : Miroirs d’argent. Daguerréotypes de Girault de Prangey.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Tombeau ?, 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Tombeau ?, 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve EG2- 704.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Porte d'un sybil [Portail du sabil-kuttab sultan Mahmud], 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Porte d'un sybil [Portail du sabil-kuttab sultan Mahmud], 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG3- 720.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Kaire. M. Amr. Nefs Cour [Nefs de la mosquée 'Amr ibn al-'As], 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Kaire. M. Amr. Nefs Cour [Nefs de la mosquée 'Amr ibn al-'As], 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 701.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire ; Matelot. 224, 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire ; Matelot. 224, 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 705.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Ayoucha assise, 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Ayoucha assise, 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG3- 725.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. S. Kérabat. Coupole. 120 [Dôme et minaret de la mosquée Khayrbak], 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. S. Kérabat. Coupole. 120 [Dôme et minaret de la mosquée Khayrbak], 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG5- 736.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Caire. Tronc de datier, 1842-1844.

Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Caire. Tronc de datier, 1842-1844.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 771.

Bibliographie

Reinaud Joseph-Toussaint, Notice sur les deux ouvrages de M. Girault de Prangey intitulés : « Monuments arabes et mauresques de Cordoue, Séville et Grenade, etc. » et « Essai sur l’architecture des Arabes, etc. », Paris : Impr. royale, 1842, 31 p. (extrait du Journal asiatique, 1842, no 6).

Girault de Prangey Joseph-Philibert, Monuments arabes d’Égypte, de Syrie et d’Asie-Mineure dessinés et mesurés de 1842 à 1845, Paris : l’auteur, 1846, gr. in-fol., pl.

Simony Charles de (comte), Une curieuse figure d’artiste. Girault de Prangey 1804-1892, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1934, p. 55-623.

Quettier Philippe et al., Sur les traces de Girault de Prangey 1804-1892. Dessins - peintures - photographies - études historiques, Langres : Musée de Langres / D. Guéniot, 1998, 111 p., ill. en noir et en coul.

Aubenas Sylvie, Lacarrière Jacques, Voyages en Orient, Paris : Bibliothèque nationale de France, 1999, 212 p. ill.

Important daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey from the archive of the artist, sale, London, Christie’s, 20 May 2003, Londres : Christie’s, 2003, 136 p., ill.

Important daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey from the archive of the artist, part II, sale, London, Christie’s, 18 May 2004, Londres : Christie’s, 2004, 125 p. : ill.

Hitzel Frédéric, Makariou Sophie, « Girault de Prangey Joseph-Philibert (Langres, 1804 - Courcelles-Val-d’Esnoms, 1892) » in Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 446-448.

La Photographie IV. Collection Marie-Thérèse et André Jammes : vente à Paris, Galerie Georges Petit, samedi 15 novembre 2008, Paris : Sotheby’s, 2008, 188 p., ill.

Mauron Christophe (dir.), Miroirs d’argent. Daguerréotypes de Girault de Prangey, catalogue d'exposition (Bulle. Musée gruérien. 2008-2009), Bulle : Musée gruérien ; Genève : Éd. Slatkine, 2008, 191 p., ill. en noir et en coul.

A historic photographic Grand Tour : important daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey, sale, Christie’s, New York, 20 Rockefeller Plaza, Thursday 7 October 2010, New York : Christie’s, 2010, 120 p. ill. (voir le texte introductif d’Helmut et Alison Gernsheim et celui de Christophe Dutoit, Girault de Prangey. An independent spirit in photography).

Aubenas Sylvie, « La redécouverte d’un précurseur : Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892) », in Volait mercedes (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Éditions A. et J. Picard, 2013 (D’une rive l’autre), p. 183-194.

Annexe

Exemple d’une notice de catalogage BnF de l’œuvre de Girault de Prangey

Notice bibliographique

Type : image fixe, monographie
Auteur(s) : Girault de Prangey, Philibert-Joseph (1804-1892). Photographe
Titre(s) : Kaire. Porte d’un sybil. [sabil-kuttab ?] (suite) [Image fixe] : [photographie] / Joseph Philibert Girault de Prangey
Publication : [Entre 1842 et 1844]
Description matérielle : 1 photogr. pos. directe sur cuivre argenté : daguerréotype, n. et b. ; 12 × 9,5 cm (im.), 12 × 9,5 cm (sous-verre)

Note(s) : Plaque non signée de Girault de Prangey ayant toujours été conservée dans la famille. Ment. ms. du titre et du n° d’inventaire du photographe au verso de la plaque
Daté d’après ses années de voyage au Proche-Orient

Autre(s) auteur(s) : Simony, Charles de (Cte Anne Marie Charles de). Ancien possesseur
Sujet(s) : Mosquées -- Égypte
Façades
Portes
Frises
Le Caire (Égypte)
Sabil-kuttab -- Égypte
Fontaines -- Égypte

Genre iconographique : Vues d’architecture -- 1800-1869
Référence(s) commerciale(s) : 138 (Girault de Prangey)
Notice n° : FRBNF40331106

Exemplaires et cotes (2)

1

Poste d’accès aux ressources électroniques
IFN- 6903009 support : lot d’images numérisées

2

Richelieu - Estampes et photographie - magasin de la Réserve
RESERVE EG3- 720 support : photographie
Communication soumise à condition
Voir détail exemplaire.

Notes

1  http://catalogue.bnf.fr. Consulté le 6 octobre 2015.

2  http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/bibliotheques_numeriques_gallica.html. Consulté le 6 octobre 2015.

3  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5613916m.r=.langFR. Consulté le 6 octobre 2015.

Table des illustrations

Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Tombeau ?, 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve EG2- 704.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Porte d'un sybil [Portail du sabil-kuttab sultan Mahmud], 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG3- 720.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Kaire. M. Amr. Nefs Cour [Nefs de la mosquée 'Amr ibn al-'As], 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 701.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire ; Matelot. 224, 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 705.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. Ayoucha assise, 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG3- 725.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Kaire. S. Kérabat. Coupole. 120 [Dôme et minaret de la mosquée Khayrbak], 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG5- 736.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Philibert-Joseph Girault de Prangey, Vieux Caire. Tronc de datier, 1842-1844.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), département des Estampes et de la Photographie, Réserve EG2- 771.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Œuvre de Joseph-Philibert Girault de Prangey », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, p. 35-48.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Œuvre de Joseph-Philibert Girault de Prangey », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/4750

Droits d’auteur

Tous droits réservés