Navigation – Plan du site

Œuvre de Jules Gervais-Courtellemont

Cinémathèque Robert-Lynen, Paris
p. 185-194

Notes de l’auteur

Entretien avec Emmanuelle Devos, directrice de la Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris, le 16 décembre 2009.

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant l’œuvre

1Cinémathèque Robert-Lynen, 11, rue Jacques Bingen 75017 Paris.

2Créée en 1925 comme Cinémathèque de la Ville de Paris (aujourd’hui Cinémathèque Robert-Lynen, du nom d’un jeune acteur devenu résistant et mort en 1944), l’institution avait à l’origine pour mission de mettre un ensemble de films et de photographies à la disposition des enseignants parisiens.

3Elle conserve ainsi des corpus filmiques et photographiques tout à fait originaux, constituant des collections d’œuvres qui témoignent de l’histoire de cette institution, de ses engagements pédagogiques et de ses choix esthétiques.

4La cinémathèque est un établissement municipal relevant à la fois de la Direction des affaires scolaires et de la Mission Cinéma de la Ville de Paris.

Description de l’œuvre

Types de documents ou d’œuvres contenus dans l’œuvre

5Parmi les 3 200 plaques autochromes de Jules Gervais-Courtellemont conservées à la Cinémathèque Robert-Lynen, 107 concernent l’Égypte et plus spécialement Le Caire.

Thématique de l’œuvre

6Couverture géographique : Égypte ; Le Caire.

7Sujets : Vues d’architecture ; paysages ; paysages urbains ; scènes de rue ; portraits ; œuvres d’art dans des musées.

Période couverte par l’œuvre

8Période d’exécution des œuvres : 1907-1911.

9Gervais-Courtellemont s’était déjà rendu en Égypte en 1890-1892 mais il semble que rien de sa production, alors en noir et blanc, n’ait été conservé. Il a illustré de nombreux ouvrages publiés en collaboration avec son futur beau-père Charles Lallemand, en particulier la monographie intitulée Le Caire, publiée en 1894. En outre, Henri Saladin (1851-1923) utilise pour l’illustration de son Manuel d’art musulman. 1. L’architecture (Paris : A. Picard, 1907) un certain nombre de photographies inédites de tout le Moyen et le Proche-Orient (il parle, p. XIII, de plus de cent photographies inédites dues à Gervais-Courtellemont) dont 9 figurant des monuments de la ville du Caire sont mentionnées comme des œuvres de Gervais-Courtellemont (par exemple, à la page 156 la figure 105 Moucharabié ancien à la légation de France au Caire qui est crédité comme un cliché Gervais-Courtellemont et qui pourrait appartenir à cette production des années 1890-1892).

10Périodes des sujets représentés : du viie siècle environ à 1911.

Importance matérielle de l’œuvre

11Nombre de pièces : 107 (98 au format 9 × 12 cm et 9 au format 13 × 18 cm).

12Nombre de boîtes, cartons etc. : 1 boîte (type de boîte qui peut contenir 210 autochromes).

Statut juridique de l’œuvre

13Propriété de la Cinémathèque de la Ville de Paris.

Historique de l’œuvre

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

14Cet œuvre a été acquis en 1931 par la Cinémathèque de la Ville de Paris auprès de la seconde épouse du photographe, éléonore Gervais-Courtellemont, née Pecquet, qui proposa 5 000 images à la vente.

15Albert Kahn (1860-1940) avait déjà fait l’acquisition d’autochromes de Gervais-Courtellemont en 1909, du vivant du photographe.

Appartenances précédentes

16Éléonore Gervais-Courtellemont, née Pecquet, la seconde épouse du photographe.

Portrait du producteur

17Né le 1er juillet 1863 à Avon (Seine-et-Marne), Jules-Claudin Gervais-Courtellemont aura été à la fois photographe, journaliste, éditeur et principalement grand voyageur et explorateur, le tout prolongé par des activités de conférencier au talent reconnu. Beau-fils de l’éditeur Charles Lallemand – il en épouse la fille Hélène (1861-1922) –, il sera l’ami de Pierre Loti, ainsi que du peintre Émile Fréchon. Attiré par la photographie qu’il pratique à partir des années 1880, il est désireux de fixer par l’image la vie au cœur des plaines algériennes dans lesquelles il passe une partie de son adolescence et souhaite aussi comprendre et représenter les différentes cultures qu’il côtoie. De là son attirance pour l’islam, auquel il se serait converti vers 1894, et pour la civilisation musulmane, ce qui va le mener fréquemment autour du bassin méditerranéen : de l’Andalousie à Alger puis au Maroc et jusqu’à Constantinople. La Turquie, la Palestine et, plus tard, l’Inde ou la Chine le verront passer avec son matériel photographique. Dès 1894, il rapporte de La Mecque des photos inédites que Le Monde illustré publiera dès le 15 décembre 1894 en accompagnement d’un texte de Guy Tomel « Courtellemont ‒ El-Hadj à La Mecque. » D’abord en noir et blanc, ses vues vont passer à la couleur avec la découverte des autochromes commercialisés par Lumière à partir de 1907. Sa collaboration « en couleur » à L’Illustration débute le 26 novembre 1910, avec la publication de 7 photos de ses Visions d’Orient. Elle se poursuit dans le numéro de Noël 1911, puis ses deux contributions suivantes le ramènent sur ses terres de prédilection, avec Le Maroc qu’il faut voir. La première partie, dans le no 3689 du 13 novembre 1913, est illustrée de 10 photos, et elle porte sur L’Architecture orientale, les ruines romaines et la civilisation française. La seconde, publiée deux semaines plus tard, s’attache à La capitale du vieux Maghreb, en l’occurrence Fez. À partir de ce moment, et pour plusieurs années, on ne voit plus paraître ses photos en couleur dans L’Illustration, mais il collabore à d’autres revues, telles que le National Geographic, le Journal des débats ou le Journal des Voyages. En outre, en 1911, il a ouvert sa propre agence, le Palais de l’autochromie, au 167 du boulevard Montmartre, qui abrite un atelier de pose, un laboratoire, un salon d’exposition et une salle de 250 places dans laquelle il fait voyager par l’image les spectateurs, fascinés par ses projections de plaques de verre, autant que par ses commentaires. Pendant la Première Guerre mondiale, il met son talent au service de la photographie des champs de bataille, toujours avec le même souci d’éclairage et de cadrage mais aussi des effets dramatiques.

18La paix revenue, le journal fait de nouveau appel à lui. Pour retrouver l’exotisme, il faudra attendre le 31 décembre 1921, avec la publication d’un texte d’Émile Védel sur l’ami de Gervais-Courtellemont, l’écrivain Pierre Loti. Une occasion pour lui d’immortaliser en couleur La mosquée, au second étage de la maison de Pierre Loti, à Rochefort, Le tombeau d’Aziyadé, copie de la stèle véritable, fleuri de roses, ainsi que de montrer Pierre Loti, au milieu de ses souvenirs (autochromes pris en mai 1909). L’ultime contribution de l’autochromiste et grand voyageur paraîtra le 24 mars 1923. Par le texte et les 11 photos qui l’accompagnent, il entraîne le lecteur À travers l’Espagne pittoresque : La semaine de Pâques dans la Sierra de Francia.

19Plus de 3 000 de ses images seront publiées de son vivant dans la presse illustrée. Mais surtout, ses clichés lui servent à l’illustration des nombreuses conférences très appréciées qu’il tient entre novembre 1908 et avril 1909 dans la salle de la rue Charras – les Visions d’Art et les Visions d’Orient – puis au travers de la Société des conférences illustrées de 1911 à 1914, qui lui apportent renommée et reconnaissance de son vivant. Si les Visions d’Orient sont à l’origine de son renom, ce n’est pas l’unique thème qu’il décline au cours de ses projections-conférences. « L’Égypte », « L’Orient de Pierre Loti », « L’Inde éblouissante », « Visions d’Extrême-Orient », « L’Afrique du Nord », « En Arabie, les villes saintes de l’Islam » ou encore « Paris », et « Versailles », donnent un aperçu de la diversité de son programme.

20Il meurt en novembre 1931 à Coutevroult (Seine-et-Marne).‏

21Son œuvre est aujourd’hui partagé entre : Cinémathèque Robert-Lynen, Paris (3 200 plaques) ; Musée départemental Albert-Kahn, Boulogne-Billancourt (84 plaques) : Société française de photographie (SFP), Paris ; le National Geographic Museum, Washington DC, États-Unis (2 291 plaques).

Traitement que l’œuvre a reçu

Du point de vue matériel

Conditionnement

22L’ensemble des 107 plaques autochromes de Gervais-Courtellemont relatives à l’Égypte viennent d’être restaurés au cours de l’année 2010. Depuis 1992, 2 000 autochromes sur les 3 200 de la collection ont été traitées et reproduites par l’Atelier de conservation de photographies de la Ville de Paris (ARCP). 200 d’entre elles sont traitées annuellement.

23Les plaques, essentiellement de format 9 × 12 cm (9 plaques qui viennent s’ajouter aux 98 plaques sur l’Égypte sont de format 13 × 18 cm car elles n’étaient pas destinées à être projetées mais à être publiées), sont toutes doublées par un verre fin. Comme il était d’usage, le verre de doublage et la plaque sur laquelle repose l’émulsion photographique sont séparés par un papier noir portant le numéro de plaque inscrit par le photographe et scellés entre eux par un adhésif papier. Les titres des images, les numéros d’inventaire ainsi que le nom de la collection sont notés sur des étiquettes collées sur cet adhésif.

24Après traitement, chaque plaque est enveloppée dans un papier neutre de conservation.

Problèmes de conservation spécifiques

25Les plaques autochromes, comme tous les positifs directs, sont des œuvres uniques, irremplaçables sur le plan de l’information qu’elles contiennent mais également sur le plan esthétique. Afin de préserver au mieux ces premières images en couleur, il est indispensable d’assurer l’étanchéité des montages, les colorants utilisés étant particulièrement sensibles à l’humidité. L’étanchéité est assurée par des adhésifs scellant le montage, mais pour des raisons techniques, les adhésifs classiques utilisés jusque-là ont dû être remplacés par des adhésifs papier. Une fois traitées les plaques sont rangées individuellement dans des pochettes protectrices, calées à l’aide de mousse et reconditionnées verticalement à l’intérieur de boîtes de conservation. Les boîtes d’origines en bois ou en carton acide sont conservées dans la collection car elles sont souvent riches d’informations et appartiennent à l’histoire des techniques, mais stockées séparément en raison de la mauvaise qualité de leurs matériaux.

26La stabilité future des objets exige en premier lieu une bonne gestion de leur utilisation. C’est pourquoi, parallèlement à leur restauration, une campagne de reproduction est menée afin de limiter la manipulation des originaux restaurés. Une duplication de grande qualité est ici indispensable afin de pouvoir communiquer l’ensemble des informations contenues dans l’image tout en les préservant de façon efficace.

27Concernant la restauration des autochromes Gervais-Courtellemont, se reporter à la contribution d’Anne Cartier-Bresson et de Marsha Sirven « Technique, conservation, restauration de la collection d’autochromes Gervais-Courtellemont » dans Pastre, Béatrice de ; Devos, Emmanuelle (dir.), Les couleurs du voyage. L’œuvre photographique de Jules Gervais-Courtellemont, Paris, Paris-musées / Phileas Fogg, 2002, 127 p., ill. en coul.

Du point de vue intellectuel

28Un programme de restauration, de conservation et de reproduction des 107 autochromes relatifs à l’Égypte a été conduit au cours de l’année 2010.

Type d’inventaire

29Une liste globale, non exhaustive, des autochromes de Gervais-Courtellemont avait été établie en 1931, au moment de leur acquisition, et peu de temps avant que ce riche ensemble disparaisse en 1938 pour être retrouvé fortuitement en 1992.

Catalogage (problèmes propres à ce travail)

30L’ensemble des autochromes d’Égypte est inventorié mais pas encore catalogué.

31En ce qui concerne les autochromes déjà traités, les œuvres ont été cataloguées pièce à pièce à l’aide du progiciel Westhèque (progiciel développé au début de 1990 par la société française West Valley, qui est spécifique aux documentations multimédias : photographies, textes, vidéos, sons, images, documents de communication etc.).

32La base de données n’est accessible qu’en interne à la Cinémathèque.

Indexation (problèmes propres à ce travail)

33En ce qui concerne l’indexation des autochromes dans la base de données, les mots-clés utilisés sont ceux qui étaient liés au progiciel Westhèque. Quant aux toponymes, ce sont ceux fournis par les légendes manuscrites qui sont retranscrits et utilisés, avec toutefois l’ajout, entre crochets carrés, des toponymes modernes en français.

34Aucun travail de réflexion sur l’établissement des toponymes n’a été engagé.

Type de valorisation de l’œuvre

Expositions

35Les autochromes relatives à l’Égypte étant en cours de traitement, elles ne peuvent être prêtées.

36La Cinémathèque Robert-Lynen prête des images pour des d’expositions à condition qu’elles ne servent pas d’illustration à un propos général. Le prêt est accordé à la condition que l’œuvre présentée s’accompagne, dans le catalogue, d’une notice biographique et d’une notice technique sur les autochromes.

37Toutefois plusieurs expositions ont bénéficié du prêt d’autres autochromes de Gervais-Courtellemont de cette même collection :

38Reims 2006 : Couleurs de guerre : autochromes 1914-1918, Reims & la Marne, Paris : Monum, éd. du patrimoine, 2006, 116 p. ill. en noir et coul. (ouvrage publié à l’occasion de l’exposition Les couleurs retrouvées, autochromes 1914-1918, présentée au Palais du Tau à Reims du 1er février au 30 avril 2006).

39Paris 2006 : Pierre Loti : fantômes d’Orient, catalogue d'exposition (Paris, Musée de la vie romantique, 27 juin-3 décembre 2006), Paris : Paris-musées, 2006, 174 p., ill. en noir et en coul.

40Rennes 2007 : Voyager en couleurs : photographies autochromes en Bretagne, 1907-1929, sous la direction de Nathalie Boulouch, Rennes : Éd. Apogée, 2008, 142 p., ill. en noir et coul. (ouvrage faisant suite à l’exposition éponyme présentée à Rennes, aux Champs libres, du 10 juillet au 18 novembre 2007).

41Lille 2009 : Tapié, Alain ; Cotentin, Régis ; Guégan, Stéphane, et al. (dir.), Miroirs d’Orients : dessins, photographies, autochromes, vidéo, catalogue d'exposition (Lille, Palais des beaux-arts, 15 mai-31 août 2009), Paris : Somogy ; Lille : Palais des beaux-arts de Lille, 127 p., ill. en noir et en coul.

42Boulogne-Billancourt 2009-2010 : Baud-Berthier, Gilles (dir.), La Bretagne dans les Archives de la planète : autochromes et films, catalogue d'exposition, Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, 20 octobre 2009-4 juillet 2010), Boulogne-Billancourt : Musée Albert Kahn ; Nanterre : Conseil général des Hauts-de-Seine, 2009, 112 p., ill. en noir et en coul.

43En outre la Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris et la Société française de photographie ont organisé le 22 novembre 2008 au musée d’Orsay à Paris une projection de plaques autochromes originales, dont des Gervais-Courtellemont, dans le cadre d’une manifestation intitulée Fous de couleurs : visions des premiers autochromistes 1907-1930.

Jules Gervais-Courtellemont, La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].

Jules Gervais-Courtellemont, La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1624.

Jules Gervais-Courtellemont, Tombeaux des califes - Minaret Backoub [Minarets de la khanqah Farag ibn Barquq].

Jules Gervais-Courtellemont, Tombeaux des califes - Minaret Backoub [Minarets de la khanqah Farag ibn Barquq].

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1995.

Jules Gervais-Courtellemont, Mosquée Kaït bey [Minaret de la mosquée al-Khatiri].

Jules Gervais-Courtellemont, Mosquée Kaït bey [Minaret de la mosquée al-Khatiri].

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1627.

Jules Gervais-Courtellemont, Le Caire.

Jules Gervais-Courtellemont, Le Caire.

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A2009.

Jules Gervais-Courtellemont, Vue de la citadelle.

Jules Gervais-Courtellemont, Vue de la citadelle.

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1619.

Jules Gervais-Courtellemont, Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni, mirhab et minbar [Intérieur de la mosquée al-Burdanyni].

Jules Gervais-Courtellemont, Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni, mirhab et minbar [Intérieur de la mosquée al-Burdanyni].

Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A2021.

Bibliographie

Courtellemont Guy, Le Pionnier photographe de Mahomet, Nîmes : Lacour, 1994, 235 p., ill. en noir et en coul.

Pastre Béatrice de, Emmanuelle Devos (dir.), Les Couleurs du voyage. L’œuvre photographique de Jules Gervais-Courtellemont, Paris : Paris-musées ; Phileas Fogg, 2002, 127 p., ill. en coul.

Batur Enis, Muhidine Timur, Devos Emmanuelle, Ottomanes : autochromes de Jules Gervais-Courtellemont, Saint-Pourçain-sur-Sioule : Bleu autour, 2005 (D’un regard l’autre), 155 p., ill. en coul.

Tréhin Jean-Yves, Gervais-Courtellemont Jules Claudin (Avon 1863-Coutevroult, Seine-et-Marne, 1931), in Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 442-443.

Devos Emmanuelle, « Jules Gervais-Courtellemont à la salle Charras. De la photographie au cinématographe », 1895, 2008, no 56, p. 55-63.

Devos Emmanuelle, « À travers Le Caire, l’œuvre de Gervais-Courtellemont en Égypte de 1894 à 1911 », in Volait Mercedes (dir.), Le Caire dessiné et photographié au xixe siècle, Paris : Picard, 2013 (D’une rive l’autre), p. 215-226.

Table des illustrations

Titre Jules Gervais-Courtellemont, La vieille mosquée abandonnée du Sultan Tulun [Fontaine aux ablutions de la mosquée ibn Tulun].
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1624.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Jules Gervais-Courtellemont, Tombeaux des califes - Minaret Backoub [Minarets de la khanqah Farag ibn Barquq].
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1995.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Jules Gervais-Courtellemont, Mosquée Kaït bey [Minaret de la mosquée al-Khatiri].
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1627.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Jules Gervais-Courtellemont, Le Caire.
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A2009.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Jules Gervais-Courtellemont, Vue de la citadelle.
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A1619.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Jules Gervais-Courtellemont, Intérieur de la mosquée de Ahmad el Burdayni, mirhab et minbar [Intérieur de la mosquée al-Burdanyni].
Crédits Paris, Cinémathèque Robert-Lynen, A2021.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Œuvre de Jules Gervais-Courtellemont », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, p. 185-194.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Œuvre de Jules Gervais-Courtellemont », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4744

Droits d’auteur

Tous droits réservés