Navigation – Plan du site

Fonds Jules Bourgoin

Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet
p. 85-98

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant le fonds

1Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art Collections Jacques Doucet
2, rue Vivienne, 75002 PARIS
Site web : http://www.inha.fr
Cotes : Autographes 45 ; Archives 67.

Description du fonds

Types de documents ou d'œuvres dans le fonds

2Feuilles de papier de tout format ; calques fins ou gras ; feuilles de bristol ou papier porcelaine ; carnets de dessins.

Thématiques du fonds

3Couverture géographique : Égypte ; Le Caire ; Alexandrie ; Rosette ; Haute-Égypte (Girgeh, Minieh, Abydos). Syrie : Damas. Palestine (Jérusalem, vallée de Josaphat). Italie du sud et Sicile. Grèce.

4Sujets : Architecture islamique ; décor monumental et ornement ; manuscrits arabes et persans de la Bibliothèque khédiviale du Caire ; œuvres d’art et mobilier des collections du Musée d’art arabe du Caire.

Périodes couvertes par le fonds

5Période d’exécution des documents / œuvres : 1863-1906.

6Périodes des sujets représentés : viie siècle-xviiie siècle (d’un des monuments religieux les plus anciens du Caire aux plus récents).

Importance matérielle du fonds

7Après le reclassement achevé en 2014, le fonds Jules Bourgoin (Archives 67) est réparti dans 15 cartons (12 cartons cauchard et 3 cartons grand format).

8Il est à noter que d’autres documents relatifs à Jules Bourgoin (21 pièces, 58 feuilles) sont classés sous la cote Autographes 45 et sont catalogués dans AGORHA (Accès global et organisé aux ressources en histoire de l'art), application de gestion de l'ensemble des ressources documentaires de l'INHA1.

Statut juridique du fonds

9Propriété de l’État. Institut national d’histoire de l’art Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art Collections Jacques Doucet.

Historique du fonds

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

10Peu de chose sont connues sur l’entrée de ce fonds dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie Collections Jacques Doucet.

11La découverte récente dans la correspondance échangée avec René-Jean (1879-1951) (voir l’inventaire des autographes de René Jean2), de deux lettres écrites par l'architecte et spécialiste des arts du monde musulman Henri Saladin (1851-1923) en 1910, dont le contenu rend évident le travail effectué par Saladin de classement du fonds Bourgoin, pourrait laisser supposer que ce spécialiste de l’art musulman n’est pas étranger à l’entrée de ce fonds dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie après la mort de Jules Bourgoin survenue le 4 février 1908 à Saint-Julien-du-Sault (Yonne).

12Il s’agit d’un fonds d’atelier, c’est-à-dire de l’ensemble des documents trouvés au domicile de Jules Bourgoin à son décès et vendu à l'encan le 14 juin 1908. Le reste avait été vendu régulièrement du vivant de Bourgoin, en 1891 à la Bibliothèque nationale de France (dessins préparatoires aux 300 planches du Précis de l’art arabe...), en 1892 et 1893 au Ministère des beaux-arts (990 feuillets aujourd’hui dans les collections de la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts ainsi que des calques non retrouvés).

Appartenances précédentes

13Jules Bourgoin (1838-1908).

Portrait du producteur / auteur

14Jules Bourgoin naquit né le 12 décembre 1838 à Joigny dans une famille de petite bourgeoisie commerçante solidement implantée dans l’Yonne, à Saint-Julien-du-Sault du côté paternel, à Fleury-la-Vallée du côté maternel.

15Entré à l’École impériale des beaux-arts en 1859 dans l’atelier de Simon-Claude Constant-Dufeux, il y fait des études sans éclat qui aboutissent en 1860 à l’obtention du diplôme d’architecte, métier qu’il n’exercera quasiment pas, sinon au cours d’interventions ponctuelles comme au consulat de France à Alexandrie entre 1863 et 1866. Les critiques qu’il n’aura de cesse de formuler envers l’enseignement, non seulement de l’architecture mais aussi du dessin, sont sans nul doute à mettre en relation avec ces années de formation vraisemblablement insatisfaisantes.

16C'est en tant qu'architecte qu'il est envoyé en Égypte par le ministère des Affaires étrangères afin de surveiller les travaux de restauration du consulat de France à Alexandrie entrepris en 1863.

17Les témoignages de son premier séjour en Égypte se trouvent dans les divers carnets de croquis aujourd’hui conservés, avec tant d’autres dessins, documents et écrits, dans le fonds Jules Bourgoin de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (Archives 67). Ces carnets dont l’étude est rendue compliquée par l’absence d’annotations regardant tout autant la chronologie des séjours que l’identification des lieux, permettent toutefois d’affirmer que Jules Bourgoin a séjourné assez longuement à Alexandrie – plus longtemps que la plupart des voyageurs du xixsiècle pour qui la ville n’est le plus souvent que le port de débarquement où l’on ne s’attarde pas et que l’on quitte, une fois les formalités accomplies, pour rejoindre Le Caire puis la vallée du Nil – ville qu’il a « croquée » dans ses aspects les plus divers (édifices cultuels moins prestigieux que ceux du Caire, habitations caractéristiques par l’emploi de la brique mais aussi par les boiseries et huisseries si typiques, spolia antiques témoignant du passé glorieux de la ville etc.)

18Parallèlement à ce travail de surveillance des travaux, Bourgoin se rend fréquemment au Caire où il poursuit son travail de relevé d’éléments de décor et d’ornement d’art islamique notés tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des édifices et monuments.

19À ce séjour égyptien succédera un autre voyage qui le conduira en Palestine et en Syrie (des carnets de dessins en témoignent) mais aussi, à partir de décembre 1868, en Italie du sud et en Sicile, puis en Grèce au cours du mois de janvier 1869, une sorte de grand tour qui vient après tant de mois passés en Orient.

20De ces divers séjours et voyages il rapporte une moisson de dessins, croquis, de notes qu’il organise dans un ouvrage monumental publié en plusieurs livraisons et préfacé par Eugène Viollet-le-Duc, Les Arts arabes. Architecture – menuiserie – bronzes – plafonds – revêtements – marbres – pavements – vitraux – etc. avec un texte descriptif et explicatif et Le trait général de l’art arabe dont les planches, celles en noir et blanc comme les planches en chromolithographie, ont été nourries des nombreux relevés et croquis qui couvrent les feuillets de ses carnets. Cette publication est une première tentative de faire connaître et d’expliquer l’ornementation géométrique de l’Orient.

21Dès novembre 1869, fort d’un nouveau manuscrit intitulé Théorie de l’ornement, Bourgoin sollicite une nouvelle mission à Damas qu’il n’obtiendra qu’en juillet 1874, après la parution de sa Théorie en 1873. Le séjour, destiné à l’origine à assurer le relevé archéologique de la grande mosquée des Omeyyades, est bientôt consacré à un travail d’étude des maisons damascènes à l’ornementation si différente des demeures d’Alexandrie, de Rosette ou du Caire.

22De cette année passée au Moyen-Orient, Bourgoin rapporte quantité de choses, des œuvres d’art (faïences et boiseries) qu’il propose à la vente, des calques d’épures de construction des stalactites relevées chez des artisans de Damas, et surtout la matière de trois nouvelles publications, dont une seule verra le jour en 1879, Les éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs (Paris, Firmin-Didot) qui rassemble en 300 planches les épures relevées à Damas ; les deux autres demeureront à l’état de projet.

23Au cours de l’hiver 1874 Bourgoin retournera au Caire et à Jérusalem. Les années suivantes le voient séjourner en France, occupé non seulement par les travaux de la maison qu’il se fait construire ou aménager à Saint-Julien-du-Sault (Yonne) pour y résider mais aussi à donner un enseignement d’histoire et de théorie de l’ornement à l’École des beaux-arts à partir de 1877.

24Au début de l’année 1880, Bourgoin, qui se dit chargé de cours à l’École des beaux-arts, repart en Orient et c’est au cours de ce séjour qu’il travaillera au relevé de plusieurs monuments de l’Égypte ancienne dont le tombeau de Ptah Hotep à Saqqara.

25Les années 1881-1884 le verront particulièrement actif au Caire, tout d’abord nommé sous-directeur de la nouvelle Mission archéologique française que le Service des missions du ministère de l’Instruction publique a décidé de créer sous la direction de Gaston Maspero, mais aussi comme membre du Comité de conservation des monuments de l’art arabe dont la première séance a lieu le 1er février 1882. Il est alors chargé de la surveillance des dessins et des plans. C’est au cours de ces années qu’il va réaliser la plupart des dessins qui se trouvent aujourd’hui dans les collections de l’Ensba, dessins qui serviront aux 300 planches de sa dernière grande publication relative à l’art arabe, le Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à l’histoire, à la théorie et à la technique des Arts de l’Orient musulman publié en quatre fascicules entre 1889 et 1892 chez Ernest Leroux à Paris et qui illustreront non seulement l’art monumental mais aussi les écritures et les ornements de pages enluminés de manuscrits rassemblés dans la Bibliothèque khédiviale du Caire.

26D’autres projets de publications (celle consacrée au Boustan de Saadi par exemple) seront abandonnés malgré la documentation accumulée. Les dernières années de la vie de Jules Bourgoin seront consacrées à la rédaction d’ouvrages théoriques, souvent abscons, dans lesquels il voit son grand œuvre, les Études architectoniques et graphiques (1901) et La Graphique (1905). Se dessine alors une personnalité de plus en plus difficile que ses prises de position originales, les causes dont il se fait le champion (la crise des arts industriels et de leur enseignement), éloignent toujours un peu plus. Jules Bourgoin meurt à Saint-Julien-du-Sault le 4 février 1908.

27Comme l’écrit Gabriel Charmes en 1891 dans un compte rendu de l’ouvrage d’Arthur-Ali Rhoné Coup d’œil sur l’état du Caire ancien et moderne (Paris, 1882) : « Mais M. Bourgoin s’est consacré à l’étude et à la reproduction minutieuse des trésors antiques du Caire. Il a déjà amassé dans ses cartons de quoi composer plusieurs ouvrages dont l’intérêt sera considérable. Bientôt il aura dessiné le Caire tout entier, travail immense, mais qui n’est au-dessus ni de son talent ni de sa patience. Alors les ruines pourront s’accumuler ; il nous restera au moins un souvenir exact, une image précise de ce que fut l’art arabe dans une ville où il a traversé toutes les périodes de son développement, depuis ses débuts jusqu’à son apogée, et depuis son apogée jusqu’à sa décadence et à sa fin ».

Traitement que ce fonds a reçu

Du point de vue matériel

28Jusqu’en 2006, date à laquelle un travail de reclassement a été entrepris par Florence Cicotto, le fonds Bourgoin se trouvait conditionné en 6 cartons cauchard numérotées de 166 à 172 et 5 grands cartons.
Le nouveau classement a rassemblé les documents et œuvres graphiques dans 12 boîtes cauchard et trois grands cartons pour les pièces de plus grand format.
Un reclassement a été confié à l’USR InVisu (CNRS/INHA). Conduit par Maryse Bideault, ingénieur de recherche au CNRS et Sébastien Chauffour, conservateur du patrimoine à la bibliothèque de l’INHA, a été achevé en 2014 et l’inventaire est désormais disponible sur AGORHA.

Problèmes de conservation spécifiques

29Les documents et œuvres du fonds Bourgoin de la Bibliothèque de l’INHA n’ont jamais été restaurés et se trouvent dans des états de conservation très divers. Les plus fragiles sont les calques fins et calques gras dont certains n’ont pas encore été dépliés correctement en raison de leur état. Le reclassement du fonds a permis de placer dessins, croquis, carnets de dessins, feuillets manuscrits etc. dans des pochettes neutres.

Du point de vue intellectuel

30Le fonds Jules Bourgoin de la Bibliothèque de l’INHA avait été, à une date indéterminée, partiellement microfilmé (mf B XXVIII, LII, LIII, LIV, LV, LVI, LVII, LVIII). C’est à cette occasion que les numéros, plutôt trop visibles, ont été portés au crayon sur chacune des pages à microfilmer. Le microfilmage a été fait de manière erratique : la plupart des carnets de dessins ont été microfilmés (certaines pages ont parfois été oubliées) mais les plus belles pièces (dessins du Caire des années 1880-1884, dessins des maisons de Damas, dessins des manuscrits de la Bibliothèque khédiviale du Caire etc.) ont été exclues de cette campagne, situation qui rendait urgente une numérisation de l’ensemble des œuvres graphiques.

31Au cours de l’année 2009, 1 234 documents graphiques du fonds Jules Bourgoin ont été numérisés et catalogués pièce à pièce grâce à un financement assuré par une convention signée entre l’INHA et l’USR InVisu.

32Cette première sélection a concerné surtout les œuvres graphiques relatives aux séjours en Égypte et en Syrie (9 carnets datant des années 1863-1874 et de nombreuses feuilles volantes de tout format, tout support).

33Cette numérisation s’est accompagnée du catalogage descriptif pièce à pièce des 1 234 œuvres graphiques, catalogage assuré par GRAHAL dans une base de données conçue avec OpenOffice.

34Les champs déterminés l’ont été pour être le plus en accord possible avec ceux des notices descriptives du fonds Jules Bourgoin de l’Ensba. Le travail de catalogage très poussé au niveau de la description s’est accompagné d’une recherche sur l’identification des monuments et œuvres représentés, parfois en relation avec les planches publiées dans les deux principaux ouvrages de Jules Bourgoin sur les arts arabes, Les Arts arabes. Architecture – menuiserie – bronzes – plafonds – revêtements – marbres – pavements – vitraux – etc. avec un texte descriptif et explicatif et Le trait général de l’art arabe et le Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à l’histoire, à la théorie et à la technique des Arts de l’Orient musulman. Des notices d’autorités sont établies pour les toponymes qui seront gérées par un thésaurus.

35Ces notices ont été, en accompagnement des images numérisées, chargées dans AGORHA (Accès global et organisé aux ressources en histoire de l’art) : Compléments à l’œuvre pensé et dessiné de Jules Bourgoin (1838-1908)3.

Types de valorisation du fonds

Politique de communication autour du fonds

36Le fonds est consultable sur place et sur rendez-vous (rendez-vous Patrimoine, le mardi et le jeudi après-midi).

Programmes de valorisation

Expositions

37Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, sous la direction de Salima Hellal, Rémi Labrusse, Léna Widerkehr, exposition, Lyon, musée des Beaux-Arts, 2 avril-4 juillet 2011, Paris : Somogy, 2011.

38Jules Bourgoin 1838-1908. L'obsession du trait, exposition, Paris, Institut national d'histoire de l'art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013, Paris : INHA, 2012, 62 p. 114 œuvres sélectionnées dans les fonds et corpus de l'INHA, de l'Ensba et du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre illustraient l'ensemble de la carrière et de la production de Jules Bourgoin.

39En ce qui concerne les conditions de prêt aux expositions voir sur le site de la bibliothèque de l’INHA4.

Jules Bourgoin, [Sabil-kuttab de Qaytbay (al-Azhar)].

Jules Bourgoin, [Sabil-kuttab de Qaytbay (al-Azhar)].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 32, feuillet 63 verso.

Jules Bourgoin, [Détails de l’entrée d’une maison].

Jules Bourgoin, [Détails de l’entrée d’une maison].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 07, feuillet 16 recto.

Jules Bourgoin, [Façade avec moucharabieh (vue perspective partielle)].

Jules Bourgoin, [Façade avec moucharabieh (vue perspective partielle)].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 07, feuillet 34 verso.

Jules Bourgoin, [Arc de la qiblah de la mosquée al-Mu’ayyad].

Jules Bourgoin, [Arc de la qiblah de la mosquée al-Mu’ayyad].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 09, feuillet 22 recto.

Jules Bourgoin, Au Caire [Façade de maison avec moucharabiehs].

Jules Bourgoin, Au Caire [Façade de maison avec moucharabiehs].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.

Jules Bourgoin, Au Caire [Minaret de la mosquée Aydumur al-Bahlawan].

Jules Bourgoin, Au Caire [Minaret de la mosquée Aydumur al-Bahlawan].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.

Jules Bourgoin, [Études de rinceaux sculptés].

Jules Bourgoin, [Études de rinceaux sculptés].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.

Jules Bourgoin, [Minaret de la madrasa de Sa’di et tombeau d’Hasan Sadaka].

Jules Bourgoin, [Minaret de la madrasa de Sa’di et tombeau d’Hasan Sadaka].

Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.

Bibliographie

Bourgoin Jules, Les Arts arabes. Architecture – menuiserie – bronzes – plafonds – revêtements – marbres – pavements – vitraux – etc. avec un texte descriptif et explicatif et Le trait général de l’art arabe, Paris : Vve Morel, 1867-1873, viii-28 p., 91 pl. noir et coul.

Bourgoin Jules, Les éléments de l'art arabe : le trait des entrelacs, Paris : Firmin-Didot,1879, 47, 190 p., 10 pl. coul.

Bourgoin Jules, Précis de l'art arabe et matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l'Orient musulman, Paris : E. Leroux, 1890-1892, 4 fascicules en 1 vol., pl. (Mémoires publiés par les membres de la Mission archéologique française au Caire ; 7).

Volait Mercedes, « Bourgoin, Jules », in Allgemeines Künstlerlexikon, Leipzig : K. Saur, 1996, vol. XIII, p. 381.

Volait Mercedes, « Bourgoin (ou Bourgoin-Esclavy), Jules (Joigny, Yonne, 1838 - Saint-Julien-du-Sault, Yonne, 1908) », in Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 141.

Volait Mercedes, « Dans la fabrique de la connaissance : Jules Bourgoin (1838-1908), un autodidacte au travail » in Id., Fous du Caire. Excentriques, architectes & amateurs d’art en Égypte 1863-1914, Apt : L’Archange Minotaure, 2009, p. 154-179.

Ciccotto Florence, « Jules Bourgoin (12 décembre 1838, Joigny - 4 février 1908, Saint-Julien-du-Sault) », in Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/bourgoin-jules.html.

hellal Salima, labrusse Rémi, widerkehr Léna (dir.), Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, catalogue d'exposition (Lyon, musée des Beaux-Arts, 2 avril-4 juillet 2011), Paris : Somogy, 2011, 440 p., ill. en noir et en coul.

Jules Bourgoin 1838-1908. L'obsession du trait, catalogue d'exposition (Paris, Institut national d'histoire de l'art, 20 novembre 2012-12 janvier 2013), Paris : INHA, 2012, 62 p., ill. en noir et en coul. https://inha.revues.org/4569.

Bideault Maryse, « “D'une exactitude scrupuleuse et artistiquement accomplie” : Le Caire dans l'œuvre graphique de Jules Bourgoin » in volait Mercedes (dir.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris : Picard, 2013 (D'une rive l'autre), p. 95-116.

Bideault Maryse, Thibault Estelle, Volait Mercedes (dir.), De l'Orient à la mathématique de l'ornement : Jules Bourgoin, 1838 -1908, Paris : Picard ; CNRS, 2015 (D'une rive l'autre).

Table des illustrations

Titre Jules Bourgoin, [Sabil-kuttab de Qaytbay (al-Azhar)].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 32, feuillet 63 verso.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Jules Bourgoin, [Détails de l’entrée d’une maison].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 07, feuillet 16 recto.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Jules Bourgoin, [Façade avec moucharabieh (vue perspective partielle)].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 07, feuillet 34 verso.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Jules Bourgoin, [Arc de la qiblah de la mosquée al-Mu’ayyad].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 10, 09, feuillet 22 recto.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Jules Bourgoin, Au Caire [Façade de maison avec moucharabiehs].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Jules Bourgoin, Au Caire [Minaret de la mosquée Aydumur al-Bahlawan].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Jules Bourgoin, [Études de rinceaux sculptés].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Jules Bourgoin, [Minaret de la madrasa de Sa’di et tombeau d’Hasan Sadaka].
Crédits Paris, Bibliothèque de l'INHA - Collections Jacques Doucet, Arch. 67, 13, 01.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Fonds Jules Bourgoin », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, p. 85-98.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Fonds Jules Bourgoin », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/4721

Droits d’auteur

Tous droits réservés