Navigation – Plan du site

Fonds Jacques Revault

Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Médiathèque, Iconothèque et archives, Aix-en-Provence
p. 229-239

Notes de l’auteur

Entretien avec Evelyne Disdier, responsable de l’Iconothèque et des archives à la Médiathèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence, 8-9 septembre 2010

Texte intégral

Institution patrimoniale conservant le fonds

1Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)
Médiathèque

2Iconothèque et archives
5, rue du Château de l'horloge, BP 647. 13904 AIX-EN-PROVENCE, France
Site web : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr
L’Iconothèque et les archives constituent un lieu d’accueil, de traitement et de mise à disposition d’archives de chercheurs sur tous les types de supports : photographies, vidéo, films, cartes, manuscrits, imprimés, fichiers. Les fonds déposés concernent l’aire méditerranéenne, le monde arabe et musulman ou l’Afrique dans le domaine de la linguistique, de l’histoire de l’art, de l’architecture, de la peinture, de l’ethnographie, de l’ethnologie, de l’histoire ou du développement agricole. Les fonds iconographiques regroupent 80 000 documents et 2 100 cartes. Ces fonds d’archives qui représentent environ 120 ml. sont accessibles sur demande. Le niveau de traitement est différent suivant les fonds.

Description du fonds

Type de documents ou d'œuvres contenus dans le fonds

3Le fonds constitué par Jacques Revault rassemble des documents photographiques et des plans. Au nombre des documents photographiques, se trouvent : des diapositives noir et blanc, diapositives couleurs (24 × 36 ; 6 × 6), des tirages noir et blanc (formats divers), des planches contacts.

Thématique du fonds

4Couverture géographique : Tunisie, Maroc, Égypte.

5Dans un fonds riche d’environ 48 000 documents photographiques, dont à peu près 35 000 concernent la Tunisie sur les thèmes de la muséographie, de l’ethnologie, de l’artisanat et de l’architecture – 20 000 pour la seule ville de Tunis –, quelque 7 454 de ces documents photographiques illustrent l’architecture religieuse et domestique, ainsi que l’artisanat, en Égypte, et plus particulièrement au Caire.

6Sujets : Architecture domestique ; architecture religieuse (les monuments photographiés servent surtout d’éléments de comparaison et de datation) ; artisanat, ethnographie, petits métiers (en particulier les métiers de la construction, ceci dans la suite de la démarche développée en Tunisie). Le Caire ; Rosette.

7Un certain nombre de rouleaux de pellicules concernent également l’architecture des temples pharaoniques et la Haute Égypte.

8La plupart des clichés sont à mettre en relation avec les ouvrages publiés par le chercheur :

9Jacques Revault, Bernard Maury, Palais et maisons du Caire du xive au xviiie siècle, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1975-1983, 4 vol. (Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire ; t. 96, 100, 102, 108)

10I et II par Jacques Revault et Bernard Maury. - III par Jacques Revault et Bernard Maury avec la collaboration de Mona Zakariya. - IV par Bernard Maury.

11Jacques Revault, Bernard Maury, Palais et maisons du Caire 1. Époque mamelouke, xiiie-xvie siècles par Jean-Claude Garcin... [et al.]. - 2. Époque ottomane xvie-xviiie siècles par Bernard Maury... [et al.], Paris, Éditions du CNRS, 1982-1983, 2 vol. (268 p. - 118 p. de pl.) (409 p. - 189 p. de pl.).

12Quelques-uns des négatifs font voir des reproductions de documents publiés (par exemple, Pascal Coste, Architecture arabe ou monuments du Kaire, mesurés et dessinés de 1818 à 1826, Paris, Firmin et Didot, 1837, gd. in-f°, 70 pl. ou Jules Bourgoin, Les arts arabes. Architecture--menuiserie--bronzes--plafonds--revêtements--marbres--pavements--vitraux--etc. Avec une table descriptive et explicative, et le trait général de l’art arabe, Paris, Vve Morel, 1873), ouvrages ayant servi à la documentation de Jacques Revault sur Le Caire.

Périodes couvertes par le fonds

13Période d'exécution des documents / œuvres : Jacques Revault séjourne et travaille au Caire à partir de 1969 et jusqu’en 1972, année au cours de laquelle Revault quitte la Tunisie et s’installe à Aix-en-Provence.

14Périodes des sujets du fonds : pour l’architecture, tant religieuse que domestique, de vers 1100 à 1900. En ce qui concerne l’artisanat et les scènes de rue, de 1969 à 1972.

Importance matérielle du fonds

15Le fonds Égypte se compose de :

  • négatifs noir et blanc 24 × 36 (3 624 pièces)

  • négatifs noir et blanc 6 × 6 (1 000 pièces)

  • diapositives couleurs 6 × 6, pas montées et souvent mal coupées (530 pièces)

  • diapositives couleurs 24 × 36, montées (caches carton) (2 300 pièces)

16Il existe également un certain nombre de tirages noir et blanc, de formats variés, d’après les négatifs. La plupart de ces tirages concernent la Tunisie mais moins l’Égypte, car au moment de ses séjours dans ce pays, Jacques Revault, en fin de carrière, ne disposait plus d’équipe et de moins d’argent. Aux tirages se substituent alors les planches contact.

Statut juridique du fonds

17Propriété de l’État. Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

18Le fonds appartient à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Fondée en 1996, la MMSH est un Département de recherche de l’Université de Provence appuyé, en convention avec l’Université Paul Cézanne et le CNRS, sur une unité mixte de service et de recherche du CNRS (USR 3125).

19Membre du groupe d’intérêt scientifique (GIS) « Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme », la MMSH est un campus de recherche et d'enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen.

Historique du fonds

Conditions d’entrée dans l’institution patrimoniale

20Après le décès de Jacques Revault en 1986, le fonds photographique a été donné par la famille au GREPO (Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient : ERA no 648 du CNRS), alors département de l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman) à Aix-en-Provence. À partir de ce fonds a été créé à l’IREMAM un service appelé « Photothèque ». Le fonds a été transféré en 1997 dans les locaux de la médiathèque de la MMSH dans le service « Photothèque » qui, après regroupement de la gestion des documents iconiques, prend le nom d’« Iconothèque ». Le fonds de plans d’Égypte, regroupés dans le bureau d’un chercheur, ont été déposés à la médiathèque en 2006.

21Si le fonds photographique a bien été donné – le document officiel reste toutefois à établir –, l’ensemble des plans est en dépôt.

Appartenances précédentes

22Après la mort de Jacques Revault en 1986, le fonds est demeuré, avec toutes les autres archives personnelles et scientifiques du chercheur, dans les mains de la famille et des descendants de celui-ci. Le reste du fonds d’archives (dont archives papier, collection de tirages grand format, carnets de terrains etc.) est toujours conservé à domicile, à Ansouis (Vaucluse), par la famille de Jacques Revault.

Portrait du producteur

23Né le 26 août à 1902 Saint-Germain-du-Val (Sarthe), Jacques Revault a fait des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts et à l’École supérieure des arts décoratifs de Paris.

24À partir de 1924, nommé agent technique au Service des métiers et arts marocains, il s’initie à l’étude des industries traditionnelles auprès de Prosper Ricard et un programme de rénovation du tissage citadin et rural l’amène successivement à effectuer des enquêtes sur la technique et le décor des tapis de Rabat et de Salé. Entre 1926 et 1932, nommé sous-directeur du Centre régional de Meknès, il fréquente alors les tribus berbères du Moyen-Atlas et s’initie au travail de la laine, de la teinture et du tissage, et participe à la création du musée de Meknès au Dâr Jamaï.

25Il quitte, en 1933, le Maroc pour la Tunisie où il exerce, jusqu’en 1956, les fonctions d’Inspecteur de l’enseignement artisanal et de Chef, puis Directeur, du Service des Arts Tunisiens.

26Sa mission était de rechercher une meilleure adaptation de l’enseignement artisanal dans les écoles professionnelles et de promouvoir un relèvement des industries d’arts traditionnels en milieu corporatif et familial, citadin et rural. Cette initiative aboutit à la création d’un Office des Arts Tunisiens avec direction à Tunis et dix centres régionaux installés dans les régions les plus importantes. L’innovation de la méthode consista dans une étude approfondie des métiers d’art, avec la recherche des anciennes techniques et des éléments décoratifs correspondants, dont le résultat a permis de rassembler une documentation très étendue, conservée depuis 1957 par l’Office national de l’Artisanat. Cette documentation était aussi destinée à des publications. Ont fait ainsi l’objet d’étude pendant la période 1933-1956 : tapis, tissus, broderies, dentelles, poteries, cuivres, bijoux, nattes, sparterie.

27Entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1957, Jacques Revault ajoute aux recherches entreprises l’étude de l’habitat traditionnel en Tunisie, tout en étendant son étude aux palais et riches demeures urbaines et suburbaines de Tunis, et parfois même jusqu’à Sfax et Kairouan. En même temps, l’examen des types d’habitations urbaines et leur classement selon différentes périodes s’accompagne, pour la première fois, de visites comparatives dans les principaux monuments religieux datés en vue d’une détermination aussi précise que possible du style particulier à chaque époque. L’ensemble de ces recherches a toujours fait l’objet d’une documentation photographique très étendue ; l’étude spéciale de certaines demeures choisies parmi les plus caractéristiques donna lieu au tournage de films en couleurs (16 mm), et à des relevés de plans, de coupes, d’élévations et de détails.

28Ces travaux conduits dans le cadre du programme sur l’habitat ont été poursuivis en équipe, avec le concours du cabinet de dessin du C.R.A.M. (Centre de recherche sur l’Afrique méditerranéenne).

29À l’appui de ces recherches, il lui a paru important d’approfondir les techniques de la construction et du décor qui s’y attachent et de pousser les investigations sur les coutumes particulières aux artisans qui les utilisaient.

30De plus, il s’est efforcé de pénétrer les modes d’existence correspondant au cadre. Les recherches ont ainsi porté sur la vie propre à chacune des pièces ou partie d’une habitation bourgeoise ou princière, son mobilier, ses ustensiles domestiques, ses coutumes vestimentaires.

31En 1964, il devient directeur de l’antenne du C.R.A.M. à Tunis.

32Parallèlement, en 1964, il est nommé Conseiller technique auprès de la Direction des Musées nationaux en Tunisie (Secrétariat d’État aux Affaires culturelles), fonction qui lui autorisera la constitution d’une documentation photographique sur les collections arabes du musée du Bardo et de musées d’art et de traditions populaires.

33L’ensemble de cette période a permis de rassembler une documentation très importante qui a abouti à la publication des ouvrages suivants :
Palais et demeures de Tunis (xvie-xviie siècles), tiré de sa thèse de troisième cycle, en 1967 ; Palais et Demeures de Tunis (xviiie-xixe siècles), en 1971, tous deux publiés par l’Institut d’Archéologie Méditerranéenne ; Palais et résidences d’été de la région de Tunis (xvie-xixe siècles), en 1974. L’habitation tunisoise : pierre, marbre et fer dans la construction et le décor, en 1978, tous publiés aux Éditions du CNRS.

34Retiré en 1972 à Aix-en-Provence, où il prend part aux travaux de groupes aixois de recherche sur le monde arabe et musulman, il reprend l’étude des Palais et maisons du Caire, commencée en 1970 par Alexandre Lézine et Bernard Maury, après la mort soudaine du premier. Après quatre volumes d’études de maisons publiés à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, avec Bernard Maury, architecte, il collabore à deux ouvrages de synthèse sur les périodes mamelouke puis ottomane, respectivement avec Jean-Claude Garcin et André Raymond, qui seront publiés aux Éditions du CNRS en 1982 et 1983.

35Jacques Revault meurt le 8 septembre 1986.

Traitement que le fonds a reçu

Du point de vue matériel

36Tous les conditionnements datent de l’époque d’activité de Jacques Revault : classeurs à anneaux avec feuilles de classement pour diapositives et négatifs photographiques, boîtes de rangement de diapositives, boîtes en carton contenant les tirages. Il est prévu de changer les divers conditionnements pour répondre aux normes les plus récentes de conservation mais il est impensable de le faire avant que tout soit saisi dans la base de données.

37Les divers documents constituant le fonds Revault ne semblent pas avoir souffert, en particulier les diapositives dont les couleurs peuvent se révéler très sensibles.

Du point de vue intellectuel

38La collection des diapositives a été reclassée géographiquement et chronologiquement en 1992.

39L’e-Médiathèque, bibliothèque numérique multilingue (arabe, berbère, français…), est destinée à valoriser et diffuser le patrimoine scientifique et documentaire (archives, iconographie, imprimés et manuscrits…) en sciences humaines et sociales sur la Méditerranée1. Des images issues du fonds photographique Revault sont publiées en ligne, accompagnées de notices détaillées2 mais elles concernent la partie la plus ancienne de ce fonds, à savoir des photographies en noir et blanc, prises entre 1933 et 1938, en Tunisie.

40Il existe actuellement une description au niveau du fonds.

41D’autre part un certain nombre de tapuscrits de Jacques Revault accompagnent les documents photographiques, fournissant des légendes.

42Concernant les problèmes d’identification des monuments, le travail part de l’identification donnée par Jacques Revault tout d’abord dans ses listes diverses accompagnant les documents mais aussi dans ses publications. Il convient de rendre compte des choses dans l’état où elles sont : par exemple il est possible de trouver dans les listes de Revault une même légende pour 12 ou 36 diapositives.

43Dans le travail d'indexation qui est envisagé, la proposition est d''indiquer : le nom de l’édifice, et éventuellement le nom de la rue dans laquelle il est situé ; la fonction de l’édifice si elle est évidente. Ce n’est que si une numérisation est faite, qu’une indexation pièce à pièce sera envisagée, mais seulement dans le cadre d’une collaboration (établissement d’un type de travail coopératif autour de ce fonds).

Type de valorisation du fonds

Politique de communication autour du fonds

44L’Iconothèque de la MMSH n’accepte plus de sortir les documents (par exemple dans le cas de l’illustration d’une publication).

45À la demande, des reproductions numériques sont faites.

46En ce qui concerne les droits de reproduction, les tarifs demandés sont ceux du CNRS3.

47Dans le cas d’un ouvrage de recherche ou d’un travail universitaire, les documents numériques sont fournis à titre gracieux.

Programmes de valorisation

48Quand les données seront sur la plateforme, l’Iconothèque pourra répondre à des appels d’offres relatifs à la numérisation (par exemple le plan national de numérisation du Ministère de la Culture et de la communication).

Existence ou non d’un travail coopératif autour de ce fonds ; avec quels types d’institutions

49Concernant la partie du fonds Revault consacré à la Tunisie, qui constitue la part la plus importante de l'ensemble, des contacts ont été pris avec l'Université de la Manouba à Tunis (Ahmed Saadaoui, Université de la Manouba, UR Villes historiques de la Tunisie et de la Méditerranée).

50Pour ce qui touche au Caire, il n’est pas impossible que la démarche pensée pour un travail sur le fonds Jacques Revault puisse être suivie dans le cas d’un travail sur le fonds Lézine. L’Iconothèque s’interroge sur la possibilité d’une collaboration avec Bernard Maury qui a dirigé la mission française de coopération pour la sauvegarde du Caire islamique et a écrit avec Jacques Revault sur les maisons du Caire, et peut-être avec l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (IFAO).

Jacques Revault, Palais de Musāfirhanā, plafond du hammam [Palais al-Musafirkhana, plafond du hammam].

Jacques Revault, Palais de Musāfirhanā, plafond du hammam [Palais al-Musafirkhana, plafond du hammam].

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 19.

Jacques Revault, Fragment de décor en plâtre sculpté.

Jacques Revault, Fragment de décor en plâtre sculpté.

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.

Jacques Revault, Palais de Ridwān bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre [Qasaba Radwan bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre].

Jacques Revault, Palais de Ridwān bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre [Qasaba Radwan bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre].

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.

Jacques Revault, Manzil al-Sadāt, qā'a du harem, porte de placard en bois ouvragé [Maison al-Sadat al-Wafa'iyya, porte de placard en bois ouvragé].

Jacques Revault, Manzil al-Sadāt, qā'a du harem, porte de placard en bois ouvragé [Maison al-Sadat al-Wafa'iyya, porte de placard en bois ouvragé].

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.

Jacques Revault, Sabīl-kuttab.

Jacques Revault, Sabīl-kuttab.

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 24-10.

Jacques Revault, Dévideur d'écheveaux.

Jacques Revault, Dévideur d'écheveaux.

Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 22.

Bibliographie

Revault Jacques, Maury Bernard, Palais et maisons du Caire du xive au xviiie siècles, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1975-1983, 4 vol. (Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire ; t. 96, 100, 102, 108)
I et II par Jacques Revault et Bernard Maury. - III par Jacques Revault et Bernard Maury avec la collaboration de Mona Zakariya. - IV par Bernard Maury.

Revault Jacques, Maury Bernard, Palais et maisons du Caire 1. Époque mamelouke, xiiie-xvie siècles par Jean-Claude Garcin..[et al.]. - 2. Époque ottomane xvie-xviiie siècles par Bernard Maury... [et al.], Paris, Éditions du CNRS, 1982-1983, 2 vol. (268 p. - 118 p. de pl.) (409 p. - 189 p. de pl.).

Golvin Lucien, « Jacques Revault (1902-1986) » Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, no 41-42, 1986, Désert et montagne au Maghreb, p. 413-415. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1986_num_41_1_2470.

Notes

1  http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr. Consulté le 8 octobre 2015.

2  http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/collection/icono/revault. Consulté le 8 octobre 2015.

3  http://phototheque.cnrs.fr/L01/support/conditions.htm. Consulté le 8 octobre 2015.

Table des illustrations

Titre Jacques Revault, Palais de Musāfirhanā, plafond du hammam [Palais al-Musafirkhana, plafond du hammam].
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 19.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Jacques Revault, Fragment de décor en plâtre sculpté.
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Jacques Revault, Palais de Ridwān bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre [Qasaba Radwan bey, maq'ad, élément de revêtement en mosaïque de marbre].
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Jacques Revault, Manzil al-Sadāt, qā'a du harem, porte de placard en bois ouvragé [Maison al-Sadat al-Wafa'iyya, porte de placard en bois ouvragé].
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 360.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Jacques Revault, Sabīl-kuttab.
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 24-10.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Jacques Revault, Dévideur d'écheveaux.
Crédits Aix-en-Provence, MMSH, Iconothèque JRD 22.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4619/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Fonds Jacques Revault », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, p. 229-239.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Fonds Jacques Revault », in L'iconographie du Caire dans les collections patrimoniales françaises, Paris (« Sources »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4619

Droits d’auteur

Tous droits réservés