Navigation – Plan du site

Le Précis de l’art arabe ([1889]-1892)1

Maryse Bideault
p. 34-35

Texte intégral

  • 1  Précis de l’art arabe et Matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient (...)
  • 2  Gabriel Charmes, « L’Institut d’archéologie orientale du Caire (juin 1883) », dans Id., L’Égypte. (...)

1Le dernier ouvrage que Jules Bourgoin consacre à l’art arabe et à l’Orient musulman est étroitement lié à la moisson de dessins constituée en 1874-1875, puis entre 1880 et 1884. C’est surtout son activité au sein du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, créé au Caire en 1881, qui lui permet de rassembler un corpus impressionnant de relevés faits dans les monuments dont l’accès lui est facilité par sa fonction. Cette moisson fera écrire au publiciste Gabriel Charmes (1850-1886) que « Bourgoin les [les monuments du Caire] a relevés et dessinés presque tous, et, quand le Caire n’existera plus, ses cartons pourront le faire revivre.2 » De retour en France fin 1884, Bourgoin travaille à l’exploitation de ce matériel et entreprend de le faire éditer par la maison Ernest Leroux. Un rapport élogieux d’Émile Boeswillwald (1815-1896), en février 1887, qui souligne l’exactitude des relevés, l’esprit et le fini des nombreux dessins, contribuera à l’obtention d’une souscription de l’État.

2L’ensemble devait paraître en trente livraisons, chacune de dix planches gravées et en couleurs avec un texte. Le texte final de six cents pages, qui ne verra pas le jour, serait divisé en trois livres, sur la théorie, la technique et les œuvres. Il y aura bien trois cents planches, mais seulement sept en couleurs, dont trois doubles, distribuées en quatre séries : Architecture, Menuiserie, Applications, Manuscrits. Les trois premières reflètent l’intérêt de Bourgoin pour tout ce qui est combinaison des formes et des éléments. Une partie des planches préparatoires, dessinées à la plume, sera vendue par Bourgoin en 1891 à la Bibliothèque nationale et se trouve aujourd’hui au département des Estampes et de la Photographie.

3Ce que nous voyons comme une collection de planches dessinées avec un art consommé de la précision et de l’exactitude est présenté par l’auteur lui-même comme quelque chose qui pourrait servir de sources pour les artisans qui travailleraient de transformations en transformations, mais aussi au lecteur un peu studieux qui reprendrait les planches une à une, en déconstruirait les motifs pour les reconstruire à nouveau, proposant même qu’il « y ajoute les tons vrais ». Ceci est particulièrement approprié pour la série des manuscrits (titres, vignettes, écritures, ornements) dont les trente-huit premières planches sont tirées des ouvrages enluminés de la Bibliothèque khédiviale du Caire. Une planche double en chromolithographie (fig. 15.1) fait voir le quart de la première page d’un Coran de grande dimension en deux volumes, légué par le sultan Chaâban en 770 H./1368, à laquelle sont reliées sept autres planches au trait. Toujours dans un souci didactique, Bourgoin note, dans son avertissement, que pour les planches en noir, il a adopté des conventions renvoyant aux couleurs : les hachures entrecroisées représentent le bleu lapis ou foncé ; les hachures verticales, le bleu clair etc.

Fig. 15.1. Jules Bourgoin. Le quart de la première page d’un Coran, en deux volumes, légué par le sultan Chaâban en l’an 770 H./1368. Pl. VII et VIII de la série « Les manuscrits. Titres, vignettes, écritures, ornements ». Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à l’histoire, à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman, Paris : Ernest Leroux, éditeur, 1892.

Fig. 15.1. Jules Bourgoin. Le quart de la première page d’un Coran, en deux volumes, légué par le sultan Chaâban en l’an 770 H./1368. Pl. VII et VIII de la série « Les manuscrits. Titres, vignettes, écritures, ornements ». Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à l’histoire, à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman, Paris : Ernest Leroux, éditeur, 1892.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (90 U1).

Notes

1  Précis de l’art arabe et Matériaux pour servir à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman,Paris : E. Leroux, éditeur, 1892, [83 p.], 300 pl. [7 coul.] (Mémoires publiés par les membres de la Mission archéologique française au Caire, VII).

2  Gabriel Charmes, « L’Institut d’archéologie orientale du Caire (juin 1883) », dans Id., L’Égypte. Archéologie - Histoire - Littérature, Paris : Calmann Lévy éditeur, 1891, p. 230-231.

Table des illustrations

Titre Fig. 15.1. Jules Bourgoin. Le quart de la première page d’un Coran, en deux volumes, légué par le sultan Chaâban en l’an 770 H./1368. Pl. VII et VIII de la série « Les manuscrits. Titres, vignettes, écritures, ornements ». Précis de l’art arabe et matériaux pour servir à l’histoire, à la théorie et à la technique des arts de l’Orient musulman, Paris : Ernest Leroux, éditeur, 1892.
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (90 U1).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Le Précis de l’art arabe ([1889]-1892) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 34-35.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Le Précis de l’art arabe ([1889]-1892) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4600

Droits d’auteur

Tous droits réservés