Navigation – Plan du site

Menuiserie, bois tournés et moucharabiehs

Maryse Bideault
p. 30-31

Texte intégral

1La Description de l’Égypte (1809) vantait déjà l’habileté des tourneurs sur bois du Caire et le niveau avancé de leur industrie. Par la suite, les ouvrages de Pascal-Xavier Coste, Architecture arabe, ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826 (1839) ou d’Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie (1877), ont consacré plusieurs planches à l’art de la menuiserie et des bois tournés. Jules Bourgoin se distingue de ses prédécesseurs ou de ses contemporains, tout d’abord par le nombre de dessins ou de planches accordés à cet artisanat élevé au niveau d’art : dans les Arts arabes, vingt-cinq planches traitent de la menuiserie dont neuf de treillis divers, beaucoup de ces exemples étant tirés de ce qu’il a pu voir à Alexandrie et en Basse-Égypte (Rosette, Damiette, Tantah, Mansourah) lors de son premier séjour en Égypte ; dans le Précis de l’art arabe (1892), sur les cent dédiées à la menuiserie, trente-six sont consacrées aux compositions de fenestrages, treillis, devantures, claires-voies, moucharabiehs, boiseries ajourées diverses. Les planches de Bourgoin se différencient également par la technique du rendu. Fasciné par la combinaison des éléments, il écrit avoir fait démolir à Damas, en 1874-1875, des boiseries d’une maison ancienne et avoir recueilli des niches en stalactites pour en examiner le travail. Dans ses dessins et planches, il accompagne souvent l’ensemble de détails où sont relevés les profils des petits bois et les membrures : il fait donc voir l’arrière, et surtout l’imbrication des éléments constitutifs des bois tournés. Lorsqu’il dessine des moucharabiehs accrochés aux façades des maisons, il ne vise pas le pittoresque tant prisé des photographes au cours du dernier quart du xixe siècle, qui multiplient les vues perspectives des rues avec leur étagement d’oriels, montrant l’état délabré de la plupart des treillis, crevés par endroits, et des lambrequins disparus. Dans un souci de démonstration, Bourgoin restitue, sur la base de ses observations sur place, un état parfait des éléments. Cela est vrai des moucharabiehs mais aussi des claires-voies, ou claustras de bois, comme celles des qubba (tombeaux) de la khânqâh de Faraj Ibn Barqûq (786-788 H./1384-1386) (fig. 13.1) que des photographies contemporaines montrent avec des parties manquantes.Comme souvent, une autre planche figure des détails grossis de la planche précédente : ainsi la planche XVI de la troisième série du Précis de l’art arabe détaille les éléments de la porte d’accès à la qubba (inscription, lambrequin, panneaux sculptés en plein) (fig. 13.2).

2Dans les légendes des planches relatives à l’art de la menuiserie, et ceci dès Les Arts arabes, Bourgoin exerce son goût immodéré pour le vocabulaire des formes géométriques premières et des réseaux (ou mappes), faisant aussi appel à la terminologie propre à l’héraldique (la notion de gironnement, de pairle etc.). Il est significatif que lorsqu’il doit légender la planche XXV du Précis figurant une claire-voie qui entoure un cénotaphe du xve siècle à Damas, Bourgoin se fait très bref : en fait, les formes n’étant plus géométriques, tout le système descriptif mis en place se révèle inadéquat à décrire les circonvolutions et arabesques baroques des éléments.

Fig. 13.1. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle). Dessin préparatoire pour la pl. XV, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.

Fig. 13.1. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle). Dessin préparatoire pour la pl. XV, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Fig. 13.2. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle), détails. Dessin préparatoire pour la pl. XVI, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.

Fig. 13.2. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle), détails. Dessin préparatoire pour la pl. XVI, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Table des illustrations

Titre Fig. 13.1. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle). Dessin préparatoire pour la pl. XV, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 13.2. Jules Bourgoin. Claire-voie de la koubbé de droite de la mosquée Soultân Barkouk au Caire (xve siècle), détails. Dessin préparatoire pour la pl. XVI, série « La menuiserie » du Précis de l’art arabe, 1892.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Menuiserie, bois tournés et moucharabiehs », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 30-31.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Menuiserie, bois tournés et moucharabiehs », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/4597

Droits d’auteur

Tous droits réservés