Navigation – Plan du site

Wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire

Maryse Bideault
p. 26-27

Texte intégral

1Dans le corpus graphique de Jules Bourgoin qui privilégie plus particulièrement le fragment et le détail, un petit nombre d’édifices bénéficient d’un relevé plus complet. C’est le cas de la wakâla (ou okel, c’est-à-dire un caravansérail urbain) que fit construire, au sud de la mosquée al-Azhar en 882 H./1477, le sultan mamelouk Al-Achraf Sayf al-Dîn Qâytbây. Sur une de ces feuilles volantes de 21,9 x 16,8 cm qu’il couvre de dessins dans les années 1881-1883, Bourgoin arrive à faire figurer à petite échelle une moitié de la longue façade et, à une échelle plus grande, le détail des deux premières travées contiguës à la porte d’entrée (fig. 11.1). La représentation d’édifices en élévation est rare chez Bourgoin. L’ensemble de la wakâla qui se déploie autour d’une cour intérieure aujourd’hui disparue fait voir une longue façade, structurée par une entrée monumentale en portail trilobé et scandée sur trois niveaux par des échoppes, des ouvertures closes de volets et de petits balcons en surplomb, l’ensemble étant couronné d’une frise de merlons. À l’extrémité nord-ouest est accolé un sabîl-kuttâb (fontaine publique surmontée d’une école coranique), remarquable par la qualité de son appareil et par son décor architectonique.

2En comparaison de l’exécution de Pascal-Xavier Coste (1787-1879) qui, dans la Vue de la porte de l’okel Kaïd Bey (planche XLII de l’Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826), rend sensible la polychromie de l’ensemble mais aussi le pittoresque des lieux, l’approche de Bourgoin est austère et aniconique. Poursuivant la technique qu’il a développée dès les années 1863-1866 – dessin analytique concentré sur le détail de l’ornement, procédé quasi-sténographique permettant de noter le détail le plus infime en utilisant un système de renvoi (effet de loupe) qui l’autorise à recomposer l’ensemble pour le restituer –, Bourgoin dessine les claveaux sculptés des arcs de décharge qui surmontent les échoppes, les médaillons sculptés avec les armes du sultan (fig. 11.2), les divers éléments du portail (grande arcade, écoinçons, conque zébrée, muqarnas), la colonne richement sculptée engagée à l’angle du sabîl-kuttâb, etc.

3Bourgoin avait déjà été séduit par cet ensemble lors de son premier séjour au Caire en 1863-1866 puisque plusieurs pages de ses carnets sont couvertes de relevés de cet édifice. D’ailleurs, la façade et l’entrée du sabîl constituent la première planche des Arts arabes ([1868]-1873). Bourgoin dessinera dans les mêmes années l’autre wakâla et un très beau sabîl-kuttâb que fait construire le même sultan peu de temps après ; mais force est de constater que l’absence de légende sur les feuilles volantes rend l’identification des édifices confuse – d’ailleurs nous ne sommes pas sûrs que Bourgoin lui-même n’ait pas fait de confusion dans certains de ses dessins.

Fig.11.1. Jules Bourgoin. Élévation de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).

Fig.11.1. Jules Bourgoin. Élévation de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7900-0044).

Fig. 11.2. Jules Bourgoin. Détails d’éléments sculptés de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).

Fig. 11.2. Jules Bourgoin. Détails d’éléments sculptés de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7900-0042).

Table des illustrations

Titre Fig.11.1. Jules Bourgoin. Élévation de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7900-0044).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 11.2. Jules Bourgoin. Détails d’éléments sculptés de la façade de la wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire, s. d. (v. 1881-1883).
Légende Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7900-0042).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 26-27.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Wakâla de Qâytbây à al-Azhar, Le Caire », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/4595

Droits d’auteur

Tous droits réservés