Navigation – Plan du site

Les Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs (1879)1

Estelle Thibault
p. 22-23

Texte intégral

  • 1  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs. Paris : Firmin Didot et Cie, (...)
  • 2  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, op. cit. p. 7.

« Ce qui peut s’écrire et se fixer dans un art se réduit en définitive à des formules, à des calques et à des épures : formules d’ordonnance et de proportions comme dans l’art gréco-romain, calques figuratifs, comme dans l’art sino-japonais; et enfin, épures abstraites et géométriques comme dans l’art syro-arabe.2 ».

  • 3  Deux autres projets d’ouvrages, consacrés respectivement aux maisons et à la grande mosquée de Dam (...)
  • 4  Ces calques d’épures, vendus par Bourgoin en 1892 à l’École des beaux-arts, n’ont pas encore été r (...)
  • 5  Louis Gonse, « Compte rendu des Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs », dans La Chroniq (...)
  • 6   Jules Bourgoin, Les Arts arabes, op. cit. p. 23.

1L’ouvrage Les Éléments de l’art arabe (1879) présente des matériaux collectés par Bourgoin lors de sa mission au Moyen-Orient de 1874-18753. On sait, par une lettre non datée (vraisemblablement de 1875), qu’il avait eu « la bonne chance » de trouver chez un artisan de Damas cent cinquante dessins anciens relatifs aux entrelacs et aux stalactites et qu’il les avait tous calqués4, n’ayant pu les acquérir. Un peu plus tard, il ajoute encore une cinquantaine d’autres dessins. Ce sont ces épures, dessins techniques utilisés depuis des siècles par les artisans, qui vont constituer la substance de cet ouvrage où la plume cède le pas au compas et à l’équerre. Selon Louis Gonse, « il est parvenu à classer, étiqueter et ordonner le kaléidoscope musulman » et « chaque motif d’ornement devient pour lui un problème dont il a la solution5 ». Bourgoin mène ainsi en parallèle l’élaboration d’un système formel à caractère général, de la Théorie de l’ornement à la Grammaire élémentaire de l’ornement, et l’étude approfondie de la syntaxe ornementale de l’art islamique. Si la deuxième partie des Arts arabes s’intéressait déjà au « trait des entrelacs6 », décrivant les tracés sous-jacents en une série de figures insérées dans le texte, leur présentation ordonnée constitue désormais le cœur de l’ouvrage. Cent quatre-vingt-dix planches présentent des canevas abstraits, classés par série, selon les figures géométriques qui les engendrent (fig. 9.1).

  • 7  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, op. cit. p. 12.

2Une même épure, précise Bourgoin, pourra être « traduite et mise en œuvre suivant les modes les plus divers […] indifféremment en menuiserie d’assemblage ou d’application, en découpures en claires-voies, en ciselures et en engravures, en mosaïques et en marqueterie, en application de bronze ciselé, engravé et damasquiné, en compartiments de broderie et de décoration, etc.7 » En fin d’ouvrage, les planches en couleur, soigneusement référencées aux épures qui les sous-tendent, ont pour objectif de présenter quelques-unes de ces applications concrètes, observées dans des édifices du Caire ou de Damas. Sur le canevas géométrique tracé au crayon, la mise en couleur partielle permet d’identifier plus aisément le motif de base et son mode de répétition (fig. 9.2).

Fig. 9.1. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Épures 173 et 174, s. d. (v. 1879).

Fig. 9.1. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Épures 173 et 174, s. d. (v. 1879).

L’épure 173 (en haut) correspond à la planche couleur VII (« Mosaïques », en haut). « pl. 173. Plan isocèle ou losange. Le triangle isocèle a pour angle à la base les 4/5 de l’angle droit. On subdivise l’espace environnant, les trois sommets en vingt parties égales. Des circonférences étant décrites avec un rayon égal à la moitié de la base, on y mène les diagonales de 6 en 6 divisions, lesquelles, prolongées, achèvent la figure. »

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 9.2. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Pl. VII « Mosaïques », s. d. (v. 1879).

Fig. 9.2. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Pl. VII « Mosaïques », s. d. (v. 1879).

« Mosaïques en marbre et nacre provenant de lambris lapidaires. Le premier, tiré de la mosquée d’Altoûn-Boghâ-el-Mordâny (xive siècle) au Caire, a son épure sous le no 173 de la VIIIe série. Le second, tiré de la grande mosquée de Damas, a son épure sous le no 94 de la IIIe série. Les filets sont en nacre et les parties bleu-turquoise en pâte de verre. »

Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7901-0340).

Notes

1  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs. Paris : Firmin Didot et Cie, 1879, 48 p., 190 planches au trait et 10 planches couleur.

2  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, op. cit. p. 7.

3  Deux autres projets d’ouvrages, consacrés respectivement aux maisons et à la grande mosquée de Damas, sont envisagés à l’issue de cette mission.

4  Ces calques d’épures, vendus par Bourgoin en 1892 à l’École des beaux-arts, n’ont pas encore été retrouvés.

5  Louis Gonse, « Compte rendu des Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs », dans La Chronique des arts et de la curiosité, n° 15, 12 avril 1879, p. 122-123.

6   Jules Bourgoin, Les Arts arabes, op. cit. p. 23.

7  Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, op. cit. p. 12.

Table des illustrations

Titre Fig. 9.1. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Épures 173 et 174, s. d. (v. 1879).
Légende L’épure 173 (en haut) correspond à la planche couleur VII (« Mosaïques », en haut). « pl. 173. Plan isocèle ou losange. Le triangle isocèle a pour angle à la base les 4/5 de l’angle droit. On subdivise l’espace environnant, les trois sommets en vingt parties égales. Des circonférences étant décrites avec un rayon égal à la moitié de la base, on y mène les diagonales de 6 en 6 divisions, lesquelles, prolongées, achèvent la figure. »
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 9.2. Jules Bourgoin. Planche préparatoire pour Les Éléments de l’art arabe. Pl. VII « Mosaïques », s. d. (v. 1879).
Légende « Mosaïques en marbre et nacre provenant de lambris lapidaires. Le premier, tiré de la mosquée d’Altoûn-Boghâ-el-Mordâny (xive siècle) au Caire, a son épure sous le no 173 de la VIIIe série. Le second, tiré de la grande mosquée de Damas, a son épure sous le no 94 de la IIIe série. Les filets sont en nacre et les parties bleu-turquoise en pâte de verre. »
Crédits Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (EBA 7901-0340).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Thibault, « Les Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs (1879) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 22-23.

Référence électronique

Estelle Thibault, « Les Éléments de l’art arabe. Le trait des entrelacs (1879) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/4593

Droits d’auteur

Tous droits réservés