Navigation – Plan du site

Première mission en Égypte (1863-1866). La Basse- Égypte et Le Caire

Maryse Bideault
p. 8-9

Texte intégral

1«Appartient à Jules Bourgoin, architecte à Alexandrie. Sa mère habite Joigny». Cette mention manuscrite est encore visible sur deux carnets de dessins datant du premier séjour de Jules Bourgoin en Égypte. Envoyé à Alexandrie en 1863 par le ministère des Affaires étrangères pour surveiller les travaux de reconstruction de l’hôtel consulaire, Bourgoin va passer davantage de temps en Basse-Égypte que beaucoup de voyageurs. En effet, Alexandrie n’est que le port d’accostage, et aussitôt les formalités administratives accomplies, les étrangers s’empressent de rejoindre Le Caire. Retenu à Alexandrie par sa mission, c’est là que Bourgoin va être confronté pour la première fois aux «arts arabes». Les tout premiers carnets témoignent de la frénésie graphique qui s’empare de lui, et dans la cité au riche passé historique et cosmopolite, il dessine aussi bien des spolia comme la statue monumentale de Dioclétien en porphyre (fig. 3.1) ou des chapiteaux antiques remployés dans des édifices cultuels, que les édifices de l’importante communauté copte. On voit Bourgoin croquer quelques paysages mais aussi des petites scènes pittoresques d’artisans en pleine action, des moulins domestiques en place dans les maisons de Rosette ou encore des ornements de proue de dahabiehs, ces bateaux propres à l’Égypte. Bourgoin avait vraisemblablement consulté avant de partir les volumes consacrés à l’Égypte moderne dans le monumental ouvrage L’Expédition d’Égypte (1809) – d’ailleurs le plan du Caire fourni dans ce volume avec son index de lieux l’accompagnera dans ses pérégrinations à travers la ville. Les planches consacrées à Alexandrie vont guider sa collecte de dessins. Ainsi commence-t-il à s’intéresser à l’art de la menuiserie et relève-t-il aussi bien les ingénieux systèmes de fermeture des portes des maisons, qui avaient déjà attiré l’attention de Dominique-Vivant Denon (1747-1825), que les nombreuses boiseries des intérieurs de maisons de Damiette et de Rosette, des devantures de boutiques à Tantah et Mansourah. Il est impressionné par les revêtements de briques aux tons froids des façades des mosquées ou de maisons en Basse-Égypte. Mais Bourgoin se rend probablement à plusieurs reprises au Caire, puisqu’il couvre là d’autres carnets de dessins qui vont servir aux planches de son premier ouvrage, Les Arts arabes ([1868]-1873). Au Caire, il découvre un art plus abouti, plus complexe. Le nombre de monuments insignes y est plus important et le décor plus riche. Il commence à relever les façades des édifices religieux et civils, arrête son regard sur le pittoresque des rues, dessine les éléments caractéristiques de l’architecture arabe comme les arcs aux extrados ornés ou aux corbeaux curieusement travaillés (fig. 3.2). Il obtient l’autorisation de pénétrer à l’intérieur de mosquées et en dessine les enduits, les incrustations, les mosaïques, les pavements, le mobilier. Une partie de ce corpus graphique sera réutilisé dans les planches des Arts arabes, où Alexandrie et la Basse-Égypte occupent une place de choix.

Fig. 3.1. Jules Bourgoin. Statue monumentale de Dioclétien en porphyre, Alexandrie, s. d. (v. 1863-1866).

Fig. 3.1. Jules Bourgoin. Statue monumentale de Dioclétien en porphyre, Alexandrie, s. d. (v. 1863-1866).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 3.2. Jules Bourgoin. Détails de l’entrée d’une maison au Caire, s. d. (v. 1863-1866), dessin préparatoire pour la pl. VII de la série « Architecture » des Arts arabes, [1868]-1873.

Fig. 3.2. Jules Bourgoin. Détails de l’entrée d’une maison au Caire, s. d. (v. 1863-1866), dessin préparatoire pour la pl. VII de la série « Architecture » des Arts arabes, [1868]-1873.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Table des illustrations

Titre Fig. 3.1. Jules Bourgoin. Statue monumentale de Dioclétien en porphyre, Alexandrie, s. d. (v. 1863-1866).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 3.2. Jules Bourgoin. Détails de l’entrée d’une maison au Caire, s. d. (v. 1863-1866), dessin préparatoire pour la pl. VII de la série « Architecture » des Arts arabes, [1868]-1873.
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Première mission en Égypte (1863-1866). La Basse- Égypte et Le Caire », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 8-9.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Première mission en Égypte (1863-1866). La Basse- Égypte et Le Caire », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/4592

Droits d’auteur

Tous droits réservés