Navigation – Plan du site

La maison al-`Azm / Lütticke, Damas (1874-1875)

Maryse Bideault
p. 17-19

Texte intégral

1Envoyé à Damas en août 1874, chargé par le ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts de faire une étude archéologique et historique des monuments de la ville et plus particulièrement de la mosquée des Omeyyades, Jules Bourgoin reconnaît que les circonstances extérieures et une «propension à [lui] particulière» l’ont fait pencher presque entièrement du côté artistique et technique et ainsi incité à s’intéresser à la maison damascène qui révélait, aux voyageurs invités à y pénétrer, une physionomie caractéristique et d’une grande élégance, un modèle de perfection et d’harmonie. Bourgoin découvrait là un art qui n’était plus régi par la géométrie des formes ni dominé par les tons froids des mosaïques cairotes, mais, au contraire, éclatant de couleurs, de dorures, mêlant techniques et matériaux les plus variés, introduisant l’élément végétal à foison, typique du baroque ottoman. Bien que le temps passé à relever et dessiner les détails de ces demeures lui ait été reproché par l’administration, il n’en demeure pas moins que le corpus iconographique rapporté de Damas est particulièrement original et d’une grande beauté. Il est possible, malgré l’absence de légendes, de reconstituer un petit ensemble documentant l’une de ces maisons, alors accessible aux étrangers.

2Connue comme consulat de Prusse ou, à partir de 1877, comme maison Lütticke, du nom d’Ernst Lütticke (1843-1904), négociant, banquier puis consul, cette demeure jadis située directement au sud du sûq al-Jâdîd, avait été construite pour Muhammad Pacha al-‘Azm probablement en même temps que son sûq (marché), au cours du dernier quart du xviiie siècle. Fermée sur l’extérieur et communiquant avec la rue par un corridor étroit et voûté, cette demeure se déployait autour d’une vaste cour pavée de marbres les plus variés et ponctuée d’un bassin revêtu de plaques disposées en mosaïques capricieuses. Les murs construits en ablaq (alternance d’assises claires et sombres) étaient surmontés, du côté orienté vers le nord, de deux autres niveaux faits de loggias en bois travaillé avec, au centre, un espace englobant deux étages, s’apparentant à un îwân (salle ouverte par un grand arc) (fig. 7.1). De l’intérieur de la demeure, Bourgoin a surtout retenu la qâ‘a (pièce de réception principale) au riche décor fait de stucs polychromés, de pâtes vitreuses, de plaques de marbre, de boiseries peintes. Selon sa technique habituelle du dessin analytique, Bourgoin juxtapose, sur des feuilles volantes, jusqu’à les couvrir complètement, des relevés d’échelle différente. Il faut dire que l’ensemble était plutôt monumental : ainsi, la grande arcade avait une ouverture de 4,15m, la plaque de marbre sculptée et polychromée au décor de bouquets de tulipes, œillets, narcisses, lis, jadis en place au fond de la qâ‘a, mesurait 0,85m de large sur 1,56m de haut, etc. (fig. 7.2). Cette maison possédait également une exceptionnelle cheminée monumentale semi-sphérique, tout en calcaire finement travaillé de rinceaux végétaux, enchâssée dans un mur revêtu de plaques de marbre. Cette profusion décorative propre aux intérieurs damascènes de la période ottomane, quoique remarquablement ordonnée et hiérarchisée dans sa composition, ne pouvait qu’étonner et séduire Bourgoin, davantage familier des ordonnancements géométriques des décors cairotes. Par chance, cette qâ‘a remarquable fut partiellement sauvée lorsque la reconfiguration urbaine de la zone après le bombardement de 1925 fit disparaître la maison. Les éléments principaux furent acquis dans les années 1950, auprès d’antiquaires de Damas, par l’archéologue-orientaliste, mais aussi architecte-décorateur Lucien Cavro (1905-1973), chargé d’aménager la demeure de la famille Pharaon à Beyrouth. Il les remonta dans ce qui était la salle à manger de cette villa devenue en 2006 le musée privé Robert Mouawad.

Fig. 7.1. Jules Bourgoin, Intérieur de la cour de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).

Fig. 7.1. Jules Bourgoin, Intérieur de la cour de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 7.2. Jules Bourgoin. Plaque de marbre sculptée, peinte et dorée, dans la qâ`a de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).

Fig. 7.2. Jules Bourgoin. Plaque de marbre sculptée, peinte et dorée, dans la qâ`a de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Table des illustrations

Titre Fig. 7.1. Jules Bourgoin, Intérieur de la cour de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7.2. Jules Bourgoin. Plaque de marbre sculptée, peinte et dorée, dans la qâ`a de la maison al-`Azm / Lütticke, Damas, s. d. (1874-1875).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « La maison al-`Azm / Lütticke, Damas (1874-1875) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 17-19.

Référence électronique

Maryse Bideault, « La maison al-`Azm / Lütticke, Damas (1874-1875) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4589

Droits d’auteur

Tous droits réservés