Navigation – Plan du site

La Théorie de l'ornement (1873)1

Estelle Thibault
p. 14-16

Texte intégral

  • 1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, XI-366 p., 284 fig. insérées dans le (...)

1Achevé dès 1869 dans une première version intitulée L’Ordre et la Forme, l’ouvrage Théorie de l’ornement propose d’identifier les principes fondamentaux de la composition ornementale, en généralisant l’approche analytique d’abord déployée pour l’étude des géométries sous-jacentes de l’art islamique.

2Le développement théorique, accompagné d’un ensemble de figures schématiques insérées dans le texte, effectue l’inventaire méthodique des éléments formels et des procédés combinatoires. Il est complété par un recueil de planches comparatives qui rapprochent des motifs issus d’objets hétérogènes (poteries, textiles, enluminures, pavements, ciselures…) et de traditions stylistiques diverses, de l’Égypte ancienne à l’architecture contemporaine. Les exemples sont réduits à l’abstraction de leur dessin, éliminant la couleur. Les planches s’organisent selon une logique formaliste et les commentaires privilégient leur composition géométrique, sans toujours référencer précisément l’origine des modèles ni s’attarder sur les techniques employées.

3Les études préparatoires montrent l’élaboration progressive de l’illustration. Une première série d’une vingtaine de planches organise les exemples selon une disposition encore provisoire, et inclut des modèles absents de l’ouvrage final (fig. 6.1). Dans les compositions les plus complexes, les dessins cherchent à mettre en évidence les motifs de base (fig.  6.2).Une seconde série de dix-neuf planches, de format plus grand, se rapproche de la version publiée. Par la confrontation des exemples, Bourgoin veut dégager des structures formelles communes ou montrer différentes variations possibles à partir d’un même motif. La planche 5, consacrée aux « dispositions contrariées », favorise ainsi la lecture des analogies dans les modes de répétition, quel que soit le motif de base (fig.  6.3).

Fig. 6.1. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, non reprise dans le volume publié, s. d. (v. 1868-1869).

Fig. 6.1. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, non reprise dans le volume publié, s. d. (v. 1868-1869).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 6.2. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 21 « Mappes », s. d. (v. 1868-1869).

Fig. 6.2. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 21 « Mappes », s. d. (v. 1868-1869).

Explications par Bourgoin de la planche 21 «Mappes» (de gauche à droite et de haut en bas)

«1. Relief ciselé d’une arme orientale. Le motif dernier est diagonal et inscrit dans un rectangle; son rebattement est écartelé, c’est-à-dire suivant les deux dimensions du plan, ce qui détermine une mappe indéfinie, à symétrie écartelée.

2. Peinture en manière de broderie tirée d’un tableau de Raphaël. Répartition à symétrie gironnée; enlacements dessinant deux compartiments remplis à leur tour par des motifs à symétrie gironnée et à disposition radiée-groupée. La disposition résulte aussi, I° de la répétition suivie et entrelacée d’un motif orbiculaire fermé à symétrie gironnée; cette répétition détermine une rangée dont le rebattement droit détermine la mappe totale. Répartition quadrillée droite.

3. Tissu à reliefs piqués de la Renaissance. Répartition quadrillée alterne, symétrie gironnée. Deux motifs: l’un principal à symétrie gironnée s’entrelaçant et se répartissant par répétition suivie détachée et rebattement alterne, l’autre motif à symétrie gironnée recoupant les premiers en leur centre.

4. Tissu arabe à reliefs soutachés. Répartition quadrillée droite, symétrie gironnée. Deux motifs: l’un principal, l’autre secondaire et détaché au milieu du premier.

5. Ciselure d’un cuivre arabe. Répartition quadrillée droite et entrelacée d’un motif principal, qui est un octogone mi-régulier. Cette répartition reçoit un motif gironné, détaché, et s’intersectant avec les lignes du premier.

6. Damasquinure d’un bouclier vénitien. Répartition quadrillée droite. Une première mappe déterminée par la répartition d’octogones s’entrelaçant est recoupée par des figures engrêlées à symétrie gironnée. »

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 6.3. Jules Bourgoin. Planche issue d’une deuxième série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 5 « Dispositions contrariées », s. d. (v. 1868-1869).

Fig. 6.3. Jules Bourgoin. Planche issue d’une deuxième série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 5 « Dispositions contrariées », s. d. (v. 1868-1869).

Explications par Bourgoin de la planche 5 «Dispositions contrariées» (de gauche à droite et de haut en bas)

«Les figures 1, 2, 3, 4 sont tirées des vases peints. 2 est rectiligne et analogue à 3 qui est curviligne.

5. D’un vase grec.

6 et 12. Filigranes d’une arme orientale.

7 et 8. Grecques d’un vase chinois.

9. Rinceau persan.

10. Rinceau grec.

11. Rinceau chinois que l’on peut aussi considérer comme déterminé par la répétition contrariée d’un motif impair fermé.

13. Rinceau indien.

14 et 15. Rinceaux persans.

16. Bordure d’un tapis arabe.

17. Rinceau grec.

18. Rinceau persan.

19. Rinceau ciselé d’une arme orientale.

20. Intersécance de trois rinceaux, relief arabe.

21. Rangée contrariée de traits trigones révolvés. Art persan.

22. Rangée collatérale suivie, alterne ou contrariée tirée d’un vase turc.

23. Rangée collatérale. Art grec.

24. Passementerie. Trois engrêlures entrelacées.

25. Rinceau varié d’un vase antique à Naples. »

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Notes

1  Jules Bourgoin, Théorie de l’ornement, Paris : A. Lévy, 1873, XI-366 p., 284 fig. insérées dans le texte, 24 pl. hors texte.

Table des illustrations

Titre Fig. 6.1. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, non reprise dans le volume publié, s. d. (v. 1868-1869).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 6.2. Jules Bourgoin. Planche issue d’une première série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 21 « Mappes », s. d. (v. 1868-1869).
Légende Explications par Bourgoin de la planche 21 «Mappes» (de gauche à droite et de haut en bas)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 6.3. Jules Bourgoin. Planche issue d’une deuxième série préparatoire à la Théorie de l’ornement, correspondant à la pl. 5 « Dispositions contrariées », s. d. (v. 1868-1869).
Légende Explications par Bourgoin de la planche 5 «Dispositions contrariées» (de gauche à droite et de haut en bas)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Thibault, « La Théorie de l'ornement (1873) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 14-16.

Référence électronique

Estelle Thibault, « La Théorie de l'ornement (1873) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4588

Droits d’auteur

Tous droits réservés