Navigation – Plan du site

Petit Tour classique. Italie et Grèce (1868-1869)

Maryse Bideault
p. 12-13

Texte intégral

1Le Grand Tour moyen-oriental que Jules Bourgoin effectue en 1863-1866 s’est substitué à celui que les architectes et artistes entreprenaient sur les traces de l’Antiquité classique. Toutefois, fin 1868, Bourgoin décide de partir pour l’Italie, et de là pour la Grèce. Ce bref périple, qu’il a vraisemblablement financé lui-même, n’est connu que par les carnets de dessins qu’il en a rapportés. Avait-il déjà en vue l’ouvrage intitulé L’Ordre et la Forme dont la rédaction sera achevée dès fin 1869 et pour lequel il avait besoin de se confronter aux œuvres d’art de l’Antiquité classique ? On sait, par de rares mentions dans les carnets, qu’il est en Italie le 3 décembre 1868 et en Sicile le 11 janvier 1869. Quelques annotations permettent de penser qu’il a visité Florence, Rome, mais les carnets ne deviennent éloquents qu’à partir de Naples. Formé à l’étude des antiques à l’École des beaux-arts, il ne manque pas de visiter le Musée royal Bourbon à Naples et d’y dessiner des vases antiques. Il s’arrête en Campanie, certainement sur les sites archéologiques connus mais aussi dans les églises médiévales d’Amalfi, Ravello, Salerne (fig. 5.1), pour y relever les détails du riche décor musival des pavements, des éléments architectoniques et du mobilier liturgique. Comme il l’a fait dans ses carnets de Basse-Égypte et du Caire quelques années auparavant, il reprend, en le poussant à l’extrême, son système minutieux de relevé et de notation destiné à désigner tantôt un système de proportions, tantôt un agencement ou le jeu des pièces de l’élément dessiné. Il introduit aussi un système de notation des couleurs. En Sicile, il ne va pas vraiment sur les traces de la culture islamique. Certes, il visite et dessine le palais de la Zisa, à Palerme, mais il relève surtout les schémas de composition des intarsies, scagliole, mosaïques ornant les édifices religieux, comme la chapelle palatine de Palerme ou la cathédrale Santa Maria Nuova de Monreale (fig. 5.2). Là aussi il ignore tout ce qui est narratif pour ne porter son attention qu’à ce qui est aniconique et à ce dont il peut tirer profit pour sa démonstration théorique de l’ornement.

2Bourgoin arrive probablement en Grèce vers le 14 janvier 1869, un billet d’entrée à l’Acropole lui est accordé le lendemain. Contrairement à ceux d’Italie, les deux carnets grecs ne portent aucune mention. Tout juste sait-on qu’il se rend au monastère byzantin de Daphni, au nord-ouest d’Athènes. Il se concentre sur Athènes, s’intéressant aussi à la riche ornementation extérieure de la Petite Métropole, une des églises byzantines de la ville. Davantage qu’en Italie, Bourgoin couvre ses pages de carnets de vues perspectives comme celle, classique, du site de l’Acropole et de ses principaux monuments (plusieurs dessins de l’Érechteion et de ses cariatides). Mais surtout, ses visites aux collections d’antiques lui permettent de se constituer un répertoire de formes d’ornements (fig. 5. 3) qu’il réutilisera dans des planches de la Théorie de l’ornement (1873) et qui lui serviront, pour définir l’art grec, dans l’avant-propos des Éléments de l’art arabe (1879) :

  • 1   Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, Paris: Firmin Didot et Cie, 1879, p. 5.

« Beauté et clarté, s’affirmant par des formes plastiques définies, et distribuées avec ordre, rythme et mesure. La flexion plastique et le principe de composition déterminant des thèmes de forme que la plastique saisit par le dehors dans leur masse, leur attitude et leur expression, tel est le fonds essentiel de l’art grec.1 »

Fig. 5.1. Jules Bourgoin. Ornements divers et candélabre pascal, cathédrale San Matteo, Salerne (Campanie), s. d. (1868).

Fig. 5.1. Jules Bourgoin. Ornements divers et candélabre pascal, cathédrale San Matteo, Salerne (Campanie), s. d. (1868).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 5.2. Jules Bourgoin. Ornements divers, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale (Sicile), 6 janvier 1869.

Fig. 5.2. Jules Bourgoin. Ornements divers, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale (Sicile), 6 janvier 1869.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 5. 3. Jules Bourgoin, Ornements divers d’après des œuvres antiques, Athènes, s. d. (1869).

Fig. 5. 3. Jules Bourgoin, Ornements divers d’après des œuvres antiques, Athènes, s. d. (1869).

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Notes

1   Jules Bourgoin, Les Éléments de l’art arabe, Paris: Firmin Didot et Cie, 1879, p. 5.

Table des illustrations

Titre Fig. 5.1. Jules Bourgoin. Ornements divers et candélabre pascal, cathédrale San Matteo, Salerne (Campanie), s. d. (1868).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 5.2. Jules Bourgoin. Ornements divers, cathédrale Santa Maria Nuova, Monreale (Sicile), 6 janvier 1869.
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 5. 3. Jules Bourgoin, Ornements divers d’après des œuvres antiques, Athènes, s. d. (1869).
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Petit Tour classique. Italie et Grèce (1868-1869) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 12-13.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Petit Tour classique. Italie et Grèce (1868-1869) », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/4587

Droits d’auteur

Tous droits réservés