Navigation – Plan du site

Jules Bourgoin. Une vie pour l'ornement

Maryse Bideault
p. 4-5

Texte intégral

1Né à Joigny (Yonne) le 12 décembre 1838, dans un milieu de petits propriétaires commerçants solidement ancrés tant à Saint-Julien-du-Sault qu’à Fleury-la-Vallée, Jules Bourgoin, ou encore Bourgoin-Esclavy, est admis en novembre 1859 à l’École impériale des beaux-arts et étudie l’architecture dans l’atelier de Simon Claude Constant-Dufeux (1801-1870). Il est probable qu’il a également suivi les cours d’histoire et composition d’ornement dispensés par Victor-Marie Ruprich-Robert (1820-1887) à l’École spéciale de dessin et mathématiques, dite « Petite École ». Si rien n’est connu des activités de Bourgoin avant 1863, date à laquelle il est envoyé à Alexandrie pour suivre des travaux conduits au consulat général de France, les trois années passées en Égypte (1863-1866) ne sont guère plus documentées, sinon par de nombreux carnets qu’il a couverts de dessins, en Basse-Égypte comme au Caire, mais aussi à Jérusalem, rassemblant les matériaux d’un premier ouvrage, Les Arts arabes, architecture, menuiserie, bronzes, plafonds, revêtements, pavements, vitraux, etc. avec un texte descriptif et explicatif et le trait général de l’art arabe ([1868]-1873). Dès son retour en France, Jules Bourgoin se lance auprès de l’administration dans une quête persistante de subventions et de missions à l’étranger. En fait, seuls deux autres séjours lui seront financés, l’un à Damas en 1874-1875, l’autre au Caire. Ce dernier, de 1880 à 1884, le verra œuvrer entre autres activités à la mise en place de la Mission archéologique française (MAF) créée par Gaston Maspero (1846-1916), dont il sera un temps directeur adjoint, mais aussi au sein du Comité de conservation des monuments de l’art arabe qui se préoccupe de la sauvegarde des monuments du Caire menacés de disparition tant en raison de leur état de délabrement que de la modernisation de la ville. Chaque mission sera l’occasion d’exercer son talent de dessinateur, reconnu de tous et souvent sollicité. Ainsi se constitue un œuvre dessiné exceptionnel, touchant pour l’essentiel à l’architecture et aux divers arts du monde musulman et qui fournira la matière de deux autres ouvrages, Les Éléments de l’art arabe (1879) et le Précis de l’art arabe ([1889]-1892). Les années passées en France verront Jules Bourgoin occupé à des travaux qui rencontreront plus ou moins de succès, comme les cours sur l’ornement donnés à l’École des beaux-arts, à l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie et, plus tard, à Roubaix et à Lyon, mais aussi à diverses publications. L’enquête obstinée sur les principes abstraits structurant toute composition ornementale, qu’inaugure la Théorie de l’ornement (1873), l’amène à entrevoir la fondation d’une nouvelle discipline qui donnera le titre de son dernier ouvrage, La Graphique (1905). Son investissement solitaire dans cette « science des figures », parfois obscure et souvent incomprise, se mesure à l’impressionnante masse de documents où il explore tous les potentiels de la combinatoire formelle.

2Lui qui n’a pratiquement pas construit, hormis sa propre maison à Saint-Julien-du-Sault en 1874-1875, sera sollicité à plusieurs reprises pour des projets de décoration intérieure orientaliste à Paris. Seul l’intérieur parisien commandé par le baron Alphonse Delort de Gléon (1843-1899) sera réalisé.

  • 1  Lettre de Fanny Baudry à Ambroise Baudry, 19 octobre 1891 (collection particulière).
  • 2  Lettre d’Ambroise Baudry à Fanny Baudry, 17 novembre 1889 (collection particulière).

3Décrit par d’aucuns comme «ennemi du genre humain1 », devenu dans les dernières années de son existence «plus sec et plus jaune qu’un vieux lézard de la Haute-Égypte2», Jules Bourgoin s’éteint le 4 février 1908 à Saint-Julien-du-Sault, dans une quasi-misère, laissant des dettes que la vente à l’encan de ses biens mobiliers, de son importante bibliothèque et de ses papiers, notes et dessins, organisée le 14 juin 1908, ne suffira pas à couvrir.

Fig. 1.1. Émile Brugsch. Sur la fouille d’Abydos (à droite, Jules Bourgoin), 1883 (1884).

Fig. 1.1. Émile Brugsch. Sur la fouille d’Abydos (à droite, Jules Bourgoin), 1883 (1884).

Le cliché provient de la documentation d’Arthur Rhoné et les annotations sont de la main d’Ambroise Baudry. La photographie est intitulée « Amis et serviteurs de Mariette » et l’identité des personnages ainsi détaillée : « A. Baudry, architecte au Caire, le vieux Salhib, ancien reiss ou surveillant indigène des fouilles de Mariette à Abydos, devenu aveugle, Kourshid effendi, le circassien, gardien du musée de Mariette à Bulaq, Jules Bourgoin, architecte dessinateur et publiciste, attaché à la mission archéologique française ».

Collection particulière

Notes

1  Lettre de Fanny Baudry à Ambroise Baudry, 19 octobre 1891 (collection particulière).

2  Lettre d’Ambroise Baudry à Fanny Baudry, 17 novembre 1889 (collection particulière).

Table des illustrations

Titre Fig. 1.1. Émile Brugsch. Sur la fouille d’Abydos (à droite, Jules Bourgoin), 1883 (1884).
Légende Le cliché provient de la documentation d’Arthur Rhoné et les annotations sont de la main d’Ambroise Baudry. La photographie est intitulée « Amis et serviteurs de Mariette » et l’identité des personnages ainsi détaillée : « A. Baudry, architecte au Caire, le vieux Salhib, ancien reiss ou surveillant indigène des fouilles de Mariette à Abydos, devenu aveugle, Kourshid effendi, le circassien, gardien du musée de Mariette à Bulaq, Jules Bourgoin, architecte dessinateur et publiciste, attaché à la mission archéologique française ».
Crédits Collection particulière
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bideault, « Jules Bourgoin. Une vie pour l'ornement », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, p. 4-5.

Référence électronique

Maryse Bideault, « Jules Bourgoin. Une vie pour l'ornement », in Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait, Paris, Institut national d'histoire de l'art (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4582

Droits d’auteur

Tous droits réservés