Navigation – Plan du site
Patrimoine photographié, patrimoine photographique - Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.)
Patrimonalisation des fonds photographiques – Opération de classification et de redocumentation

Sculptures antiques et photographies à Constantinople : le Nouveau Mendel

Anne-Laure Pierre, Marc Bui et François Queyrel

Résumé

Le projet de Nouveau Mendel consiste à mettre en relation sous forme de base de données le Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées impériaux ottomans, publié par Gustave Mendel en trois volumes en 1912 et 1914, avec des tirages albuminés inédits de photographies des sculptures qui font l’objet des notices de ce catalogue. Ces photographies du studio Sebah et Joaillier conservées à l’INHA constituent un ensemble intégré à la photothèque mise en place par Jacques Doucet entre 1909 et 1913, dont seront rapidement indiquées les caractéristiques. Le travail de l’atelier photographique est situé dans l’histoire et comparé à d’autres initiatives du même genre. La consultation de cette documentation sur Internet permettra d’accéder aux informations grâce à des interrogations en mode plein texte et d’obtenir des résultats sous forme de listes et d’albums.
Nous avons travaillé dans le champ de la numérisation intelligente et de la mise en relation du texte et de l’image sur le catalogue des sculptures des musées de Constantinople publié par Gustave Mendel en 1912-1914, pour le mettre en ligne en 2012 lors du centenaire de la publication avec des photographies inédites conservées à l’INHA (fonds Doucet) et prises par un atelier photographique qui a disparu en 1952. Le choix de travailler sur cet ouvrage est en effet lié à la découverte dans la bibliothèque de l’INHA d’un fonds photographique très important de tirages photographiques de sculptures antiques des musées de Constantinople de peu antérieurs à la publication du catalogue. La plupart de ces photographies sont restées inédites, car la publication faite par Gustave Mendel en 1912-1914 ne reproduit que des gravures faites à partir de ces photographies.

Texte intégral

1Avec la collaboration de Lorenz Baumer, Annick Fenet, Louis Formé-Bècherat, Marianne Gomes, Catherine Jolivet-Levy, Karolina Kaderka, Gérard Paquot et  Coralie Petermann.

Présentation du projet

  • 1 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impér (...)

2Le projet du « Nouveau Mendel » est né de la collaboration entre l’École pratique des Hautes Études (équipe Histara, EA 4115, et Laboratoire des systèmes complexes, LAISC) et l’Institut national d’histoire de l’art (Département de la Bibliothèque). Nous voudrions remercier pour leur soutien le directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), Antoinette Le Normand-Romain, ainsi que Martine Poulain, directrice de la Bibliothèque de l’INHA, et le président de l’École pratique des Hautes Études (EPHE), Jean-Claude Waquet ; le conseil scientifique de l’EPHE a décidé de soutenir ce projet au titre du « bonus qualité-recherche » de l’établissement, dont les services administratifs ont secondé le bon avancement1. C’est un travail d’équipe qui aboutit à la réalisation du Nouveau Mendel : le comité de pilotage est constitué de Marc Bui, directeur d’études à l’EPHE (laboratoire LAISC), Anne-Laure Pierre, Responsable des collections photographiques, dessins et cartons verts, Bibliothèque de l’INHA, François Queyrel, directeur d’études à l’EPHE (équipe d’accueil Histara) ; Catherine Jolivet-Levy, directeur d’études à l’EPHE et directrice du Centre Gabriel Millet, et Lorenz Baumer, professeur ordinaire d’archéologie classique à l’université de Genève et chercheur associé de l’équipe Histara, ont activement collaboré à la conception du projet ; l’équipe a été coordonnée par Annick Fenet, docteur en histoire et archéologie des mondes anciens, Marianne Gomès, titulaire d’un D.E.A. en archéologie classique, qui toutes deux ont aussi contrôlé la relecture des textes, et Gérard Paquot, auditeur à l’EPHE, qui est aussi l’auteur des photographies numériques prises sur les tirages du fonds Doucet ; Karolina Kaderka, doctorante en archéologie classique à l’EPHE, et Bénédicte Rizetto, étudiante et employée à la bibliothèque de l’INHA, ont établi un catalogage des tirages photographiques complété d’un tableau de correspondance entre numéros de clichés et numéros de notices. Une équipe de techniciens du CEDEJ, placée sous la responsabilité d’Hala Bayoumi, a procédé à la mise en forme du texte et des gravures et à la relecture partielle du texte numérisé. Dans le cadre du Laboratoire des systèmes complexes de l’EPHE, dirigé par le professeur Marc Bui, Coralie Petermann (doctorante en 2e année) et Louis Formé-Bècherat (stagiaire) ont été chargés de l’aspect informatique du projet (base de données et site web).

Le catalogue de Gustave Mendel2

  • 2 Rédaction : François Queyrel.
  • 3 La sculpture byzantine figurée au musée archéologique d'Istanbul, Nezih Firatl, Catherine Metzge (...)

3Le Catalogue des Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople de Gustave Mendel, qui a paru de 1912 à 1914 (en trois volumes), reste l’ouvrage de référence pour la sculpture antique venue de tout l’empire ottoman qui est encore conservée au musée archéologique d’Istanbul et il n’est pas disponible pour une consultation en ligne. Chaque notice de catalogue correspond à une sculpture en donnant ses dimensions, sa provenance et sa description. Seules les sculptures byzantines, en nombre moins important que les sculptures grecques et romaines, ont fait l’objet d’un nouveau catalogue refondu en 19903.

  • 4 S. Reinach, Revue archéologique XXIV (4e série) 1914, 2, p. 172.

4Ce catalogue de Gustave Mendel (1873-1938), de 1833 pages et 1413 notices, est illustré de zyncographies de Georges Payraud réalisées d’après des photographies originales. Son auteur, ancien normalien, membre de l’École française d’Athènes (promotion 1898), travailla pour ce faire pendant dix ans aux musées impériaux de Constantinople, dans le contexte de rivalité franco-allemande de l’avant-Première Guerre mondiale où les deux nations s’efforçaient d’obtenir des autorités ottomanes des autorisations de fouilles. Suite aux démarches faites par Hamdy Bey, Directeur du musée, le jeune archéologue fut attaché officiellement à cet établissement en 1904, recevant un traitement co-financé par les gouvernements turc et français et en 1910, sous la pression de Halil Bey, le nouveau Directeur, reçut le titre de « conservateur ». Dans un compte rendu, Salomon Reinach souligna ainsi l’importance de l’ouvrage qui venait de paraître4 :

5Un « beau catalogue, le plus complet […] qui ait encore été publié d’une collection de marbres antiques […] un ouvrage destiné à être consulté par des générations d’archéologues, qui ‘met au point’ d’une façon définitive le travail de la génération précédente […]. On reste confondu de la somme de travail que l’auteur a fournie et aussi de sa perspicacité, car ces monuments étaient loin d’avoir tous été publiés et il lui a fallu, pour nombre d’entre eux, faire œuvre personnelle d’exégète […]. L’en­semble formera un répertoire archéologique de premier ordre, fait d’ailleurs pour être consulté dans le cabinet plutôt que sur place ; mais il sera facile d’en extraire, à coups de ciseaux, la matière d’un catalogue sommaire pour les visiteurs ».

6Nous avons voulu, non pas l’actualiser, ce qui aurait fait double emploi avec le travail qui est en cours au musée, mais rendre cet instrument de travail accessible avec des illustrations photographiques qui présentent un intérêt pour le spécialiste aussi bien que pour le visiteur : il ne s’agit pas de suivre le conseil de Salomon Reinach et de produire un « catalogue sommaire », mais bien de permettre un accès simple et immédiat à une documentation de référence. Le « Nouveau Mendel » permet d’abord de consulter ce catalogue peu accessible en bibliothèque à un public spécialisé (chercheurs, étudiants, conservateurs, etc.) ou curieux (notamment les visiteurs du musée évoqués ci-dessus). Cet outil documentaire vise ainsi un triple intérêt : culturel (visites du musée, préparation de cours, etc.), scientifique (comparaisons stylistiques et iconographiques) et historiographique (histoire des collections et de la discipline).

7Différents modes de consultation sont offerts : on peut feuilleter les volumes du catalogue sous forme d’images du texte avec ses gravures, mais on peut aussi accéder à une base de données. Pour que les résultats de la recherche soient fiables, nous nous sommes astreints à offrir un texte entièrement relu : la version numérique obtenue par un logiciel de reconnaissance des caractères a été entièrement revue et corrigée sur le texte imprimé. La base de données offre de surcroît une couverture photographique inédite des objets, constituée par des prises de vue contemporaines de l’ouvrage. On pourra envisager à plus long terme une actualisation des informations sur les sculptures (conservation, bibliographie, interprétation, couverture photographique, etc.). La réunion de ces données en une base de données se présente pour l’utilisateur sous forme de notices, interrogeables par un moteur de recherche.

  • 5 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impér (...)
  • 6 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impér (...)

8Dans l’introduction du catalogue, Gustave Mendel révèle certains principes qui ont guidé son travail5. Les notices du catalogue sont réparties suivant les salles d’exposition des sculptures, mais il souligne que cette présentation par salles est toute conventionnelle, car, dès la parution du premier tome du catalogue, la présentation avait changé ; c’est pour cette raison qu’il n’indique pas de numéro de salle : « la division en salles, transportée dans ce catalogue, n’y est guère plus qu’un artifice typographique »6. L’ordre topographique suivi correspond à la présentation antérieure au mois d’octobre 1911.

9Cette introduction présente aussi un rapide historique du musée qui met en relief le rôle joué par Hamdy Bey à partir de 1881, quand il en fut nommé directeur général. Le problème des provenances se pose avant cette date et Mendel a cherché dans les archives du musée à déterminer la provenance des pièces du fonds ancien.

  • 7 Réunies en volume : S. Reinach, Chroniques d’Orient. Documents sur les fouilles et découvertes da (...)
  • 8 A. Joubin, Musée impérial ottoman. Catalogue des sculptures grecques, romaines, byzantines et fra (...)

10La bibliographie a été réunie par Mendel pour le volume I jusqu’en 1910, mais elle n’est pas exhaustive ; il a privilégié la bibliographie relative à l’histoire des découvertes et des collections. Ses sources privilégiées sont S. Reinach, avec ses « Chroniques d’Orient » publiées dans la Revue archéologique et son catalogue du musée de 18827, et A. Joubin, avec ses catalogues de 1893, réédité, et de 18988.

Les photographies des œuvres du Musée archéologique de Constantinople par le studio Sebah et Joaillier9

  • 9 Rédaction : Anne-Laure Pierre.

11Le projet Nouveau Mendel (EPHE-INHA) doit son origine en partie à l’effort de revalorisation des fonds photographiques produit par la bibliothèque de l’INHA entre 2007 et 2009. Grâce à l’apport nécessaire d’une subvention de la fondation Getty, un inventaire complet des fonds photographiques a permis d’en évaluer précisément la teneur historique, documentaire et patrimoniale. Pièce maîtresse, la Photothèque Jacques Doucet se caractérise par une ambition et des moyens rarement employés au début du XXe siècle pour la constitution d’une collection de photographies. Dans la programmation, la valorisation devant faire suite au travail d’inventaire, plusieurs sous-ensembles semblaient dignes d’intérêt et susceptibles de faire l’objet de partenariats avec les chercheurs en histoire de l’art. Les photographies des œuvres du Musée archéologique de Constantinople par le studio Sebah & Joaillier en sont un exemple

La photothèque Jacques Doucet

  • 10 Jérôme Delatour : « Le fonds photographique de Jacques Doucet : passé, présent, avenir », dans Le (...)

12Dès la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (BAA) en 1908, Jacques Doucet souhaita mettre à disposition des étudiants en histoire de l’art le maximum d’œuvres par le biais de reproductions. Avec René-Jean, responsable de la bibliothèque, et Louis-Eugène Lefèvre, il jeta les bases d’une collection de photographies, outil privilégié qui devrait illustrer tous les domaines de l’histoire de l’art10. L’histoire de l’art était alors un champ d’étude récent, défini comme « science auxiliaire de l’histoire » à la Sorbonne. Elle se limitait à l’étude des arts de l’Antiquité à l’époque contemporaine (1930), du monde gréco-romain et chrétien méditerranéen. Par ailleurs Jacques Doucet s’intéressait également à l’art indien.

  • 11 Citons les collaborations avec Émile Espérandieu, Victor Goloubev, Gabriel Millet, Paul Pelliot, (...)

13L’essentiel des acquisitions se fit de 1908 à 1914. Doucet souhaita obtenir des épreuves de grande qualité et s’adressa pour cela aux grands éditeurs photographiques, à partir de leurs catalogues imprimés, ainsi qu’aux institutions (musées, universités) pour qu’elles fassent bénéficier la bibliothèque de leurs propres contacts ou qu’elles mettent à sa disposition leurs fonds photographiques. Surtout, Jacques Doucet fédéra un réseau d’experts autour de lui : archéologues-explorateurs, marchands d’arts, conservateurs, libraires-éditeurs. Il finança des projets éditoriaux ou des recherches, ce qui permit à la Bibliothèque de récupérer de nombreuses archives et documents de travail11. En 1918 la bibliothèque d’art et d’archéologie fut donnée à l’Université de Paris.

Les photographies du musée de Constantinople

  • 12 On ne connaît qu’une plaquette qui donne un aperçu des clichés commercialisés par le studio Sebah (...)

14La photothèque est divisée en grands ensembles : Archéologie gréco-romaine, Architecture, Dessins, Peintures, Sculptures. L’ensemble « Archéologie gréco-romaine » est composé en majorité de collections muséographiques : British Museum, Glyptothèque de Munich, Louvre, musée archéologique de Naples, collections du musée d’Athènes et celles du musée d’Istanbul. Pour le musée d’Istanbul, ou plutôt, à l’époque, de Constantinople, il s’agit de 1050 épreuves albuminées (de format 9 × 13 à 18 × 24 cm) représentant des sculptures antiques gréco-romaines ou byzantines, portant pour la plupart un numéro de photographie et la signature caractéristique du studio Sebah & Joaillier. Ont-elles été achetées ou données à la BAA ? Il ne reste aucune trace dans les archives de cette acquisition. À notre connaissance, il n’existe pas de catalogue édité de ces photographies, qui semblent avoir été réalisées lors d’un inventaire des œuvres du musée archéologique12. La référence du Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, Musées impériaux ottomans, 1912-1914, de Gustave Mendel, citée en légende des images, permet d’en donner l’origine : elles ont en effet servi de support aux gravures d’illustrations de ces volumes.

15La présence d’archéologues-conservateurs français au musée de Constantinople éclaire en partie ce don, car ces personnes ont pu faire le lien et collecter ces images pour la BAA : Salomon Reinach (1858-1932), membre de l’École d’Athènes, qui publie un Guide du musée en 1882 ; André Joubin (1868-1944), chargé de mission au musée de 1893 à 1898 et premier directeur de la BAA à partir de 1918 ; Gustave Mendel (1873-1938), membre de l’École d’Athènes, lui-même conservateur des musées impériaux pendant dix ans à partir de 1904 et responsable de cette première somme ; et enfin Gabriel Millet (1867-1953), membre de l’École d’Athènes, directeur d’études à l’EPHE, qui réunit une importante documentation iconographique, aujourd’hui conservée au sein de la même institution sous la dénomination de « Photothèque Millet », où se trouvent également deux albums consacrés aux sculptures du musée archéologique d’Istanbul, réunissant des photos Sebah & Joaillier.

16La qualité des épreuves, leur excellent état de conservation et l’homogénéité du lot forment un ensemble remarquable. Les photographies, comparées à leur version en gravure, montrent quantité de détails émouvants du contexte des prises de vues : silhouette d’un opérateur, bordure d’une fenêtre ou feuilles mortes dans le jardin du musée ; les œuvres sont souvent photographiées dans un premier état de traitement muséographique, juste arrivées des fouilles. Elles témoignent également d’un savoir-faire photographique propre aux grands studios du XIXe siècle : netteté, qualité de l’éclairage sur les œuvres, cadrages.

Le studio Sebah et Joaillier

17Sebah & Joaillier est un studio stambouliote réputé : situé à Péra, le quartier européen de la ville, il résulte de l’association vers 1890 de Jean Sebah (1872-1947) qui signe aussi Jean-Pascal Sebah, fils du photographe Pascal Sebah (1823-1886, installé dès 1857), et de Polycarpe Joaillier. De nombreux studios photographiques étaient installés à Péra : l’Anglais James Robertson dès 1841, le Suédois Guillaume Berggren en 1870, les frères Abdullah (dont le fonds sera repris par Sebah & Joaillier en 1899).

  • 13 Library of Congress, Abdul Hamid II Collection.

18Au temps de Pascal Sebah, le studio travaille pour Osman Hamdi Bey (1842-1910), artiste-peintre, directeur du Musée de Constantinople à partir de 1881, qui lui demande des vues de Constantinople et des portraits. Il est aussi à l’origine d’une commande sur les costumes qui donnera lieu à un magnifique album de phototypies : Les costumes populaires de la Turquie, ouvrage publié sous le patronage de la Commission impériale ottomane pour l’Exposition universelle de Vienne, 1873. Plus tard, le sultan Abdul Hamid II, soucieux de montrer la modernisation de son pays, commande des clichés au studio Sebah & Joaillier, portant particulièrement sur les écoles et l’éducation en Turquie, pour un ensemble de 51 albums envoyés à l’exposition universelle de Chicago en 189313. Le studio est photographe officiel du sultan.

  • 14  « The archive of negative belonging to Sebah & Joaillier, Abdullah bros and Iskender were most of (...)

19Le fonds Sebah & Joaillier fut repris par Agop Iskender après la mort de Jean Sebah, mais disparut après 1952. Il n’existe donc plus de clichés originaux de ce photographe, ni du fonds des frères Abdullah qui avait été repris par la firme14. Cette mémoire visuelle, qui participe de l’identité nationale turque ne peut donc qu’être reconstituée à travers l’inventaire des fonds photographiques où les épreuves Sebah & Joailler sont dispersées : Estampes et Photographies (BNF), Musée des arts décoratifs, collections photographiques de l’INHA entre autres. Notre analyse des photographies Sebah & Joaillier passant en vente de 1970 à 2010 montre qu’à l’inverse des photographies touristiques, qu’on retrouve régulièrement sur le marché, les vues des œuvres du musée archéologique n’ont pas été diffusées, mais furent plutôt réservées au milieu scientifique. Ces photographies sont présentes dans la photothèque Gabriel Millet (EPHE), les archives Salomon Reinach (archives 41, bibliothèque INHA), André Joubin (archives 10, idem), la photothèque de la chaire Archéologie de la faculté de Paris (créée par Maxime Collignon) et la photothèque Doucet, ces deux derniers fonds également conservés à la bibliothèque de l’INHA.

La base de données Nouveau Mendel et sa consultation15

  • 15  Rédaction : Marc Bui.

20 Les textes des notices sont mémorisés numériquement dans une base de données relationnelle et normalisée. Cette base a été construite de telle sorte qu’elle a pu dès sa mise en place accueillir les textes bruts des notices, avec un traitement minimal. Elle pourra recevoir a posteriori des informations plus détaillées extraites des notices (date d’entrée au musée, lieu de découverte, etc.). Le choix d’une technologie web permet non seulement une ouverture au grand public, mais autorise également la mise en place d’une interface d’administration directe et simplifiée pour sa gestion.

Fig. 1. Interface de l’application du Nouveau Mendel

Fig. 1. Interface de l’application du Nouveau Mendel

21En effet, cette base de données est consultable depuis un site web public, visible sur tous supports et navigateurs. Un utilisateur lambda se plaira à naviguer de façon aléatoire via le lien « une notice au hasard » ou à visionner une galerie d’images sous forme de diaporama, alors qu’un utilisateur avisé préférera utiliser les fonctions de recherches avancées pour consulter tous les documents en relation avec une notice en particulier, ou demander à recevoir une image protégée en haute qualité.

22Quant à l’administrateur, il aura la possibilité de se connecter sur le site afin d’avoir des droits de modification en direct des notices afin de corriger des erreurs ou rajouter des informations.

Fig. 2. Une notice

Fig. 2. Une notice

23Ce projet devrait également mettre en place un grand nombre de scripts automatisés ne nécessitant pas d’intervention humaine coûteuses en temps et en effort. Ainsi, dès à présent des scripts d’import automatisé des données ont été mis en place afin d’alimenter la base de données directement à partir des textes des notices du catalogue. D’autre part, un recensement des images et photographies ayant été fait, il a servi à alimenter la base également.

24Une perspective intéressante est l’application des nouvelles techniques de recherche d’informations en langue naturelle. Il est en effet possible d’utiliser les données des notices et de procéder à une catégorisation automatisée des œuvres en utilisant les techniques de la sémantique vectorielle. Les fonctions de recherche se verront ainsi améliorées par des propositions de notices ayant un contenu sémantique proche de la notice cible de la requête de recherche. Ainsi, si nous recherchons un sarcophage, le site pourra nous proposer des liens vers des notices de stèles funéraires proches de ce sarcophage, même si le mot sarcophage n’apparaît pas dans leur texte.

Notes

1 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impériaux ottomans, Constantinople, 1912-1914 ; voir Éclats d'antiques. Sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople, Martine Poulain, François Queyrel et Gérard Paquot (éd.), catalogue d'exposition, Paris, INHA, 24 avril-20 juillet 2013, Paris, 2013. La présente communication y est publiée sous une forme modifiée : Marc Bui, Gérard Paquot, Anne-Laure Pierre et François Queyrel, Le Nouveau Mendel. Mise en ligne sur Internet, ibid., p. 193-203 ;  voir Nouvelles de l’INHA 38, août 2010, p. 7.

2 Rédaction : François Queyrel.

3 La sculpture byzantine figurée au musée archéologique d'Istanbul, Nezih Firatl, Catherine Metzger, Annie Pralong et Jean-Pierre Sodini (éd.), Paris, 1990.

4 S. Reinach, Revue archéologique XXIV (4e série) 1914, 2, p. 172.

5 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impériaux ottomans, Constantinople, I, 1912, p. IX-XXII.

6 G. Mendel, Sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées de Constantinople, Musées impériaux ottomans, Constantinople, I, 1912, p. IX.

7 Réunies en volume : S. Reinach, Chroniques d’Orient. Documents sur les fouilles et découvertes dans l’Orient hellénique de 1883 à 1890, Paris, 1891. (http://www.archive.org/stream/chroniquesdorie01reingoog#page/n9/mode/2up).

8 A. Joubin, Musée impérial ottoman. Catalogue des sculptures grecques, romaines, byzantines et franques, Constantinople, 1893 ; Musée impérial ottoman. Bronzes et bijoux, catalogue sommaire, Constantinople, 1898.

9 Rédaction : Anne-Laure Pierre.

10 Jérôme Delatour : « Le fonds photographique de Jacques Doucet : passé, présent, avenir », dans Les nouvelles de l’INHA n° 15 (juin 2003), p. 2.

11 Citons les collaborations avec Émile Espérandieu, Victor Goloubev, Gabriel Millet, Paul Pelliot, Paul Vitry, la Faculté de Paris, l’école française d’Athènes, la Société asiatique, l’EFEO, etc. Voir Autographes René Jean 143-145, bibliothèque de l’INHA : www.inha.fr/spip.php ?article1495

12 On ne connaît qu’une plaquette qui donne un aperçu des clichés commercialisés par le studio Sebah & Joailler : Catalogue général des collections de vues de Constantinople, Athènes, Brousse, Smyrne et environs, Constantinople, imp. Zellich, s.d.

13 Library of Congress, Abdul Hamid II Collection.

14  « The archive of negative belonging to Sebah & Joaillier, Abdullah bros and Iskender were most of them rotted away, destroying a precious documentary record of the late ottoman empire and early Turkish republic », in Egine Ozendes, From Sebah & Joaillier to Foto Sabah [Texte imprimé] : orientalism in photography, Istanbul : Yapı kredi, 1999, p. 245.

15  Rédaction : Marc Bui.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Interface de l’application du Nouveau Mendel
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4431/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 2. Une notice
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4431/img-2.png
Fichier image/png, 397k

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Pierre, Marc Bui et François Queyrel, « Sculptures antiques et photographies à Constantinople : le Nouveau Mendel », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Anne-Laure Pierre, Marc Bui et François Queyrel, « Sculptures antiques et photographies à Constantinople : le Nouveau Mendel », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://inha.revues.org/4431

Auteurs

Anne-Laure Pierre

Bibliothécaire diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie.
L’auteur est en outre dotée d’une licence en Histoire de l’art et d’un Master en Sciences de la documentation et de l’information. Elle a mené deux grands chantiers d’inventaire de collections photographiques (Musée de l’Homme, 1997-2003 ; INHA, 2007-2010) qui l’ont conduit à prendre position sur le passage du statut de collection photographique documentaire à celui de collection patrimoniale.
Publications : Inventaire des Photographies de l’INHA, document PDF, mise en ligne mai 2009 sur http://www.inha.fr/, rubrique Fonds patrimoniaux / Photographies ; Présentation du Fonds Michel Leiris, document PDF, mis en ligne en janvier 2008 sur http://las.ehess.fr//, rubrique Bibliothèque / Archives scientifiques. Auteur de divers comptes rendus (livres, journées d’études).

Marc Bui

Professeur des Universités et Directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE)
L’auteur anime le laboratoire interdisciplinaire d’informatique des systèmes complexes. Le LaISC combine recherche fondamentale en informatique et actions transversales intéressant les composantes de l’EPHE essentiellement au travers de projets pluridisciplinaires, en particulier avec une activité BQR orienté vers l’archéologie (F. Queyrel). Publications: M. Bui, M. Ahat, V. Hoareau, Opinion Dynamics with Semantic Space and Multi Agent, ROADEF 2011, Saint-Etienne mars 2011. Concours : M. Bui, M. Ahat, W. Lenhard, H. Baier, Y. Hoareau, S. Jean-Lharose, G. Denhiere (2007). Le concours DEFT’07 envisagé du point de vue de l’Analyse de la Sémantique Latente (LSA). Dans Acte du Défi Fouille de Texte 2007. Congrès de l’Association Française d’Intelligence Artificielle (p. 133-143).

François Queyrel

Directeur d’études à l’EPHE, Responsable de l’EA 4115 INHA-EPHE
François Queyrel, ancien élève de l’École française d’Athènes, enseigne l’archéologie grecque comme directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études. Il a publié des ouvrages sur l’histoire de la sculpture grecque, notamment classique et hellénistique, et porte un intérêt particulier à l’histoire de l’archéologie figurée.

Droits d’auteur

Tous droits réservés