Navigation – Plan du site
Patrimoine photographié, patrimoine photographique - Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.)
Discours photographiques sur le patrimoine – Point de vue photographique sur le patrimoine

Les dieux se découvrent … La magie de la photographie au service des anciens dieux de Crotone

Virginie Nobs

Résumé

La photographie est ici convoquée dans le cadre d’un projet de médiation des recherches archéologiques mené par l’Unité archéologique de l’Université de Genève. Préféré à la présentation des objets, le support photographique comporte en effet des avantages économiques et techniques, qui permettent d’envisager une véritable diffusion de l’exposition. Dans cette optique, Virginie Nobs insiste sur la nécessaire collaboration entre les chercheurs et le photographe.

Texte intégral

1Dans les grandes villes, l’offre culturelle est particulièrement dense. Créer une exposition attractive est aujourd’hui un défi. En effet, les grandes institutions disposent de moyens très importants et assurent ainsi des présentations grandioses. Comment, lorsque l’on ne peut compter sur de tels moyens, présenter un projet de qualité aussi réussi scientifiquement qu’esthétiquement ? La photographie est une réponse intéressante à cette question, à condition qu’elle soit pratiquée par des professionnels maîtrisant parfaitement le jeu de la lumière.

  • 1  Cet article est repris et développé à partir du poster conçu par Lorenz E. Baumer  et Virginie Nob (...)

2Cependant, toute exposition se doit de répondre à une problématique. Un simple alignement de beaux objets ne permet pas de leur donner vie. Dans le cas de l’exposition « Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre »1, le but premier est de permettre la redécouverte de cette cité oubliée. En effet, qui connaît Crotone aujourd’hui ? La ville moderne est aussi discrète que la cité antique qu’elle recouvre fut célèbre. Si l’environnement de cette si riche Grèce d’Occident n’a pas vraiment changé : hautes montagnes, larges étendues de terre très fertile, littoral superbe, peu de vestiges sont encore visibles. Une société brillante s’y développa, particulièrement aux VIe et Ve siècle av. J.-C. Cette dernière prit peu à peu son indépendance des cités ou régions-mères. Les contacts avec les indigènes, bien que peu documentés et difficiles à appréhender, contribuèrent certainement au développement de cette culture originale. La réputation de Crotone avait atteint les confins du monde grec dès le VIe siècle av. J.-C. Les meilleures athlètes venaient de cette cité bien éloignée des grands centres helléniques. La ville était connue pour sa salubrité, la douceur de son climat et l’établissement de l’une des plus prestigieuses écoles de médecine de l’époque ne pouvait que renforcer cette assertion.

  • 2  Stampolis, Tassoulas (éd.), 2004, p. 288.

3Aux VIe et Ve siècles av. J.-C., les athlètes crotoniates dominent les jeux panhelléniques. Entre 672 et 488 avant J.-C., Crotone compte douze vainqueurs dans les épreuves de course et de lutte seulement à Olympie2. Strabon rapporte que leurs performances étaient proverbiales : « le dernier des Crotoniates est le premier d’entre les Grecs » car des athlètes de Crotone prirent les sept premières places lors d’une compétition. Lorsque Zeuxis voulut peindre un tableau d’Hélène de Troie pour le temple d’Héra Lacinia, il choisit les cinq plus belles jeunes filles de la ville afin d’approcher la perfection car la beauté des habitantes était sans égale.

4Chassé par l’avancée des Perses, c’est à Crotone que le philosophe Pythagore de Samos développa son école. L’influence de son enseignement imprégnera la politique crotoniate, entraînant de graves heurts entre démocrates et oligarques.

  • 3  Stampolis, Tassoulas (éd.), 2004, p. 288.
  • 4  Diodore, Bibliothèque historique, 12,9.
  • 5  Paris, Musée du Louvre MR 2075.
  • 6  Strabon, Géographie, 6,1,12.

5Parfois, ces différents champs d’excellence se rejoignent comme chez Milon de Crotone, athlète le plus célèbre de son temps pour avoir remporté l’épreuve de lutte lors de six olympiades consécutives3. Il fut également un politicien influent membre de l’école pythagoricienne. Lors de la guerre contre les Sybarites, il aurait mené les troupes Crotoniates au combat armé d’une massue et revêtu d’une peau de lion4. Il jouait ainsi de sa force déjà légendaire pour se présenter en nouvel Héraclès. La mort de Milon, illustrée par une célèbre œuvre de Puget5, nous rappelle sa condition de mortel : ni dieu, ni héros ; représenté prisonnier, les mains retenues dans un tronc d’arbre qu’il tentait de fendre pour éprouver une fois encore sa force, il finit à la merci des bêtes sauvages6.

6Le sanctuaire d’Héra Lacinia, à quelques kilomètres de Crotone, était l’un des plus réputés de Grande Grèce. Les fouilles archéologiques ont permis de découvrir d’autres sanctuaires comme celui d’Apollon Alaios, de l’autre côté du territoire crotoniate, à Cirò Marina. De nombreux autres témoignages cultuels ont été mis au jour dans le territoire de la cité, mais aucune fouille exhaustive n’a permis d’approfondir ces trouvailles fortuites. Malgré ses richesses évidentes, la Calabre ne connaît que peu de recherches d’envergure.

7On pourrait penser qu’une cité d’une telle importance aurait livré de nombreux vestiges. Malheureusement, le destin mouvementé de la Calabre jusqu’à nos jours – nombreux changements de seigneurs au Moyen Âge, grandes familles romaines alimentant leur collection d’antiques dès la Renaissance puis fléchissement de l’intérêt national pour la région – n’a pas permis de mettre en valeur ce patrimoine.

8En raison du faible nombre de vestiges encore visibles, nous avons choisi d’aborder les sanctuaires urbains crotoniates au moyen des objets qui permettent d’en postuler l’existence. Comme la ville antique est recouverte par la ville moderne, seules quelques fouilles de sauvetage ont pu être menées. En raison de la nature même de ces fouilles, elles furent rapides et ne purent être étendues lorsque cela aurait été nécessaire. Les objets recueillis sont donc les seuls indices nous permettant de deviner l’existence de sanctuaires urbains crotoniates. Il est primordial d’en tirer le maximum d’informations et de retranscrire ces dernières aux spectateurs de la façon à la fois la plus proche de la réalité et la plus parlante.

9Consciente de l’importance de la région et de ses potentialités, l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève a décidé d’y développer un grand projet de recherche.

10Plutôt que de commencer diverses études puis d’en présenter les résultats, nous avons décidé de réveiller l’intérêt du public par une première exposition de sensibilisation. La question du choix muséographique s’est alors posée : monter une structure importante en déplaçant des objets ou trouver une autre solution plus mobile ? La seconde option a été retenue et est concrétisée sous la forme d’une exposition de photographies prises par le photographe d’archéologie Jürg Zbinden de l’Université de Berne.

11Les panneaux atteignent une hauteur de deux mètres et sont constitués de matériaux à la fois légers et recyclables : aluminium et carton. En effet, si l’armature est réalisée en métal, ce qui lui confère à la fois stabilité et solidité, le panneau lui-même est constitué de carton recyclé dont la structure alvéolaire crée un effet de transparence. Ainsi le spectateur peut à la fois regarder les panneaux et voir à travers ces derniers (fig. 1).

  • 7  Baumer L.E., Marino D. (éd.), 2010, p. 63-64, fig. 34-37.

12Sous le regard expert du photographe, les objets semblent prendre vie ! Des détails inédits à l’œil nu apparaissent, la finesse du modelé est pleinement mise en valeur. Par exemple, cette tête acrolithe en marbre, dont le visage est brisé et semble pour cette raison avoir perdu tout intérêt (fig. 2)7. Pourtant, la photographie fait apparaître de façon évidente la différence de travail des surfaces : polissage de la chair, fine bande piquetée destinée à l’ajustement du casque ou surface préparée pour son adhérence (fig. 3 et 4). Cette tête à priori inexploitable en raison de son état de conservation et de sa malheureuse aventure dans un bain d’acide, se révèle riche en enseignements. La présence de trous aux lobes des oreilles ainsi qu’une ligne gravée sur le cou nous révèlent le sexe féminin du personnage. Le travail de la surface permet de postuler non seulement la présence d’un casque, mais aussi le type de ce dernier. La découverte d’un acrolithe d’Athéna, lors d’une fouille de sauvetage en plein centre ville, rend possible la localisation de l’emplacement d’un sanctuaire urbain de la déesse.

13Pour garantir la qualité et le niveau des photographies, le photographe doit être excellent et les conditions de prises de vue optimales. Le choix des clichés à effectuer doit venir d’une longue concertation enrichie par l’expérience du photographe et de l’archéologue. Car seul le chercheur qui sait ce qu’il désire montrer peut guider les spectateurs.

14Les expositions photographiques sont donc très intéressantes pour qui désire présenter un sujet mais n’a pas les fonds permettant de régler les diverses assurances, les frais de déplacement, de montage, de présentation (vitrines sur mesure) et de surveillance. Dans le cas de l’exposition « Ô dieux de Crotone », les photographies allègent la charge administrative de l’exposition. Elles permettent d’épargner un souci légitime aux musées détenteurs des vestiges. Comme les pièces ne voyagent pas, elles ne sont pas soumises aux aléas du transport et ne risquent pas d’être endommagées. Les photographies constituent de plus un inventaire qui peut se révéler précieux pour la documentation des objets.

15Si les photographies ne remplaceront jamais les expositions de grande envergure, elles offrent une alternative intéressante pour les sujets plus circonscrits. En évitant de nombreux écueils administratifs, logistiques et financiers, elles permettent de présenter une thématique de façon exhaustive tout en épargnant les œuvres.

16Pour rendre toute leur beauté aux pièces présentées, une étroite collaboration a été nécessaire entre photographe et chercheur. La photographie archéologique devient alors elle-même une œuvre d’art et permet au visiteur de l’exposition de voir à travers l’œil de l’archéologue.

Fig. 1 : les panneaux en cours de fabrication dans l’atelier du graphiste.

Fig. 1 : les panneaux en cours de fabrication dans l’atelier du graphiste.

Photographie Lorenz Baumer (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève.

Fig. 2 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, vue de face.

Fig. 2 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, vue de face.

Photographie Jürg Zbinden, Berne (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève. Reproduite avec la permission d'utilisation de la Surintendance pour les Biens Archéologiques de la Calabre. Tous les droits réservés.

Fig. 3 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, profil gauche.

Fig. 3 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, profil gauche.

Photographie Jürg Zbinden, Berne (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève. Reproduite avec la permission d'utilisation de la Surintendance pour les Biens Archéologiques de la Calabre. Tous les droits réservés.

Bibliographie

Baumer L.E., Marino D. (éd.), Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition. Genève, Uni Dufour, 1er octobre au 22 décembre 2010, Paris, Institut national d’histoire de l’Art, Galerie Colbert, salle Longhi, 15 janvier au 1er avril 2011, Paris, 2010.

Stampolis N.C., Tassoulas Y. (éd.), Magna Graecia. Athlétisme et Olympisme à la périphérie du monde hellénique, Musée d’Art cycladique, Athènes, 2004.

Notes

1  Cet article est repris et développé à partir du poster conçu par Lorenz E. Baumer  et Virginie Nobs, présenté lors de la journée d’étude « Patrimoine photographié, patrimoine photographique ».

2  Stampolis, Tassoulas (éd.), 2004, p. 288.

3  Stampolis, Tassoulas (éd.), 2004, p. 288.

4  Diodore, Bibliothèque historique, 12,9.

5  Paris, Musée du Louvre MR 2075.

6  Strabon, Géographie, 6,1,12.

7  Baumer L.E., Marino D. (éd.), 2010, p. 63-64, fig. 34-37.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : les panneaux en cours de fabrication dans l’atelier du graphiste.
Crédits Photographie Lorenz Baumer (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, vue de face.
Crédits Photographie Jürg Zbinden, Berne (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève. Reproduite avec la permission d'utilisation de la Surintendance pour les Biens Archéologiques de la Calabre. Tous les droits réservés.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 : tête acrolithe d’Athéna, Museo Nazionale di Crotone, inv. 18774, profil gauche.
Crédits Photographie Jürg Zbinden, Berne (2010), Archives de l’Unité d’archéologie classique de l’Université de Genève. Reproduite avec la permission d'utilisation de la Surintendance pour les Biens Archéologiques de la Calabre. Tous les droits réservés.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Nobs, « Les dieux se découvrent … La magie de la photographie au service des anciens dieux de Crotone », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Virginie Nobs, « Les dieux se découvrent … La magie de la photographie au service des anciens dieux de Crotone », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/4415

Auteur

Virginie Nobs

Université de Genève, Unité d’Archéologie classique
Collaboratrice scientifique en charge de l’exposition « Ô dieux de Crotone » et des campagnes de prospection archéologiques en Calabre. Thèse de doctorat intitulée « La sculpture en pierre en Grande Grèce » en cours à l’Université de Genève, en co-tutelle avec l’EPHE, Paris, sous la direction de L.E. Baumer et F. Queyrel. Publication : V. Nobs, « 19 - Tête de femme âgée » et « 47- Tête de jeune fille », dans F. Queyrel, E. Galbois, L. E. Baumer, Catalogue des sculptures d’Uthina (sous presse) ; V. Nobs, Catalogue, dans : L. E. Baumer – D. Marino, éds., « Ô dieux de Crotone ! Lieux et témoignages du sacré à l’intérieur d’une ville antique de Calabre ». Catalogue publié à l’occasion de l’exposition, Genève, Uni Dufour, 1er octobre au 22 décembre 2010, Paris, Institut national d’histoire de l’Art, Galerie Colbert, salle Longhi, 15 janvier au 1er avril 2011, Paris 2010.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés