Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
La vaisselle en bronze, de l'âge du bronze à l'époque romaine

Un thymiatérion archaïque en bronze dans les collections du Louvre

Sophie Descamps-Lequime

Résumé

L’ustensile est longtemps demeuré ignoré car il était associé à un chaudron romain auquel il servait de pied. Le bronze, décrit en 1825 comme le « piédouche d’un vase carafé », est en fait un brûle-parfum de la fin du vie siècle av. J.-C., d’un type peu fréquent produit en Grèce du Nord et documenté par des exemplaires découverts à Trebenischte, Delphes et Pompéi. Son importance a conduit à le séparer du chaudron à l’issue d’une restauration récente, qui a mis en évidence les éléments modernes du montage. La provenance du vase composite peut être précisée. Il se trouvait en effet, antérieurement à son acquisition par le musée du Louvre, dans la collection de Joséphine à Malmaison et, comme la très grande majorité des bronzes antiques de l’Impératrice, avait été donné par le roi de Naples, Ferdinand IV, au couple consulaire en 1802. Il est donc probable que les deux éléments qui le composaient – le brûle-parfum et le chaudron vraisemblablement rapprochés dans l’atelier du musée de Portici au xviiie siècle –, provenaient des cités du Vésuve.

Entrées d’index

Lieux :

Delphes, Campanie

Index chronologique :

Antiquité, époque archaïque

Texte intégral

1Lorsque Claude Rolley venait au Louvre, il me posait invariablement une question qui servait d’entrée en matière à nos conversations sur la collection des bronzes antiques du musée. Il m’apostrophait en disant : « Quoi de neuf au Louvre ? » Je lui parlais des découvertes les plus récentes sur les objets exposés et en réserve – nouvelles identifications, restaurations en cours, résultats d’analyse. Et, quels que soient les sujets débattus, j’étais fascinée par sa mémoire exceptionnelle, qui lui permettait de citer immédiatement et de manière précise références bibliographiques ou éléments de comparaison.

1. L’ustensile avant restauration

1. L’ustensile avant restauration

Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2601.

© A. Conin.

  • 1  Br 2601, de Ridder 1915, p. 102, n2601, pl. 93. H. totale : 0.27m ; diam. max. 30 cm.
  • 2  Règne de Charles X. Collection Durand, n2794, Archives des musées nationaux, 1 DD 83.
  • 3  Le couvercle était encore décrit par Adrien de Longpérier dans l’inventaire de 1859, Inventaire Na (...)

2C’est ainsi que je lui avais présenté en 1999 un vase sur pied haut, entré au Louvre en 1825 avec l’achat par Charles X de la collection Durand1. L’objet était décrit à l’époque comme un « vase de forme carafée, porté sur un piédouche, avec son couvercle et une anse2 ». Son état n’avait pas été modifié depuis, à l’exception de la disparition du couvercle à une date indéterminée entre 1859 et 19083 (fig. 1).

2. Brûle-parfum

2. Brûle-parfum

Trebenischte, tombe I, musée de Sofia.

© DR.

3. Brûle-parfum

3. Brûle-parfum

Trebenischte, tombe X, Musée national de Belgrade.

© DR.

  • 4  Tombe I, masculine, ustensile conservé au musée de Sofia : Filow 1927, p. 78-79, n112, H. tot. 1 (...)
  • 5  Voir notamment, pour Pompéi, Tassinari 1993, I, p. 102-105 et II, p. 282, 283, pl. V : chaudrons à (...)
  • 6  Un chaudron a été retrouvé sur un plan de cuisson dans la cuisine de la maison des Vettii à Pompéi (...)
  • 7  Exemplaires de Pompéi avec couvercle et chaînette : Tassinari 1993, I, pl. CLXXXIII, 3 ; II, p. 28 (...)

3Il s’agissait d’un vase composite, constitué de deux ustensiles de dates et d’origines différentes, qui avaient été associés à l’aide de vis et de soudures modernes avant 1825. Et c’est surtout pour son support – un élément vertical aux parois concaves sur un trépied à griffes de lion – que je l’avais montré à Claude Rolley, car il était clair que le « piédouche » du premier inventaire s’apparentait à un type d’ustensile rare, illustré par deux exemplaires mis au jour dans des sépultures de la nécropole de Trebenischte, près du lac d’Ochrid, sépultures antérieures à la fin du vie siècle av. J.-C.4, et par un troisième bronze découvert à Pompéi (fig. 2-4). L’ustensile en partie supérieure – un chaudron à panse large et convexe, fortement coudée à une épaule presque horizontale et rectiligne – était en revanche romain. Des exemplaires comparables, à panse lenticulaire, ont en effet été retrouvés dans les cités du Vésuve et confirment que les chaudrons de ce type étaient en usage au ier siècle de notre ère5. Utilisés en cuisine, ils étaient posés sur de petits trépieds de fer installés sur les braises et servaient à cuire les aliments qui devaient mijoter6. Ces chaudrons présentent une anse mobile, dotée à ses extrémités de crochets en forme de tête de cygne stylisée retenus par deux bélières rivetées sous l’embouchure. Les couvercles sont reliés à l’anse par l’intermédiaire d’une chaînette fixée à un anneau, seul élément encore présent sur le chaudron de la collection Durand7. Aucun des ustensiles de ce type, retrouvés en fouille, n’a de pied. Ces rapprochements confirmaient, s’il en était besoin, le caractère hybride du vase conservé au Louvre.

4. Brûle-parfum

4. Brûle-parfum

Pompéi, Musée archéologique de Naples.

© DR.

5. Brûle-parfum fragmentaire

5. Brûle-parfum fragmentaire

Delphes.

© École française d’Athènes.

6. Brûle-parfum fragmentaire

6. Brûle-parfum fragmentaire

Delphes, fiche manuscrite de Claude Rolley.

© DR.

  • 8 Amandry 1991, p.197, fig. 5. H. 13,5 cm.

4Claude Rolley, observant le support encore associé au chaudron, avait immédiatement évoqué l’existence d’un exemplaire inscrit, découvert à Delphes en 1939 dans l’une des fosses de l’aire sacrée et daté de la seconde moitié du vie siècle av. J.-C.8 (fig. 5). Il avait ajouté : « J’ai quelque chose pour vous », et j’avais reçu deux jours plus tard la photocopie de la fiche descriptive qu’il avait rédigée à Athènes en mars 1962, complétée des références bibliographiques les plus récentes sur l’objet, avec un petit mot, qui résumait de manière concise le dossier : « Voici ce que j’ai. J’avais oublié l’article de Nenci : Bousquet a raison, la lecture de Nenci ne tient pas. Ma fiche est de 1962 : j’étais jeune et inexpérimenté ! » (fig. 6). Bien loin d’une inexpérience de jeunesse, qui aurait marqué les débuts de son parcours de chercheur, Claude Rolley m’apportait au contraire le témoignage d’une méthode de travail extrêmement rigoureuse, qui lui permettait de s’appuyer sur une documentation scientifique élaborée dès les premières prises de notes et enrichie, année après année, au gré des publications.

  • 9 Nenci 1990 ; Amandry 1991, p.197 ; Bousquet 1992, p. 476, n272.

5Pour le bronze de Delphes, seule la partie verticale de l’ustensile, évasée en haut et en bas, est conservée. La comparaison entre la photographie de l’objet et les notes de Claude Rolley est particulièrement instructive. Dimensions, dessins de l’ensemble et des détails principaux du décor, relevé de l’inscription, état de conservation, référence photographique, tous les éléments descriptifs susceptibles d’être utilisés ultérieurement pour la rédaction d’une notice ou la citation de l’objet à titre de comparaison, sont présents. L’observation est précise. Les quelques dessins et leurs commentaires suffisent à conserver le décor en mémoire : en haut et en bas, pour reprendre les termes de la fiche, les deux cyma recta ornées de godrons séparés par des pointes sont soulignées par des tores striés. Ces tores délimitent, avec une moulure médiane décorée de perles et de billettes, deux registres ornés de trois lignes de zigzags continus, d’un tracé relativement irrégulier. Claude Rolley avait observé que le motif de godrons est bien réparti en haut sur le pourtour de l’objet (« en haut, 16, ça tombe juste »), alors que la mise en place est plus approximative en bas avec dix-neuf godrons et un intervalle d’un demi-godron. Il avait relevé enfin les lettres de l’inscription, incisées dans l’arrondi des languettes. Une traduction de l’inscription a été proposée en 1990 par Giuseppe Nenci, qui considérait les caractères comme corinthiens, mais cette tentative n’a pas été retenue par Pierre Amandry et elle a été, par la suite, rejetée par Jean Bousquet. Aucun mot grec ne peut être reconnu9.

7. Le support de l’ustensile Br 2601 après dérestauration : le thymiatérion

7. Le support de l’ustensile Br 2601 après dérestauration : le thymiatérion

Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2601.1.

© Musée du Louvre, cliché Christian Larrieu.

  • 10  La restauration a été menée par Agnès Conin (rapport d’intervention, mars 2000).
  • 11  Tous les éléments modernes ont été conservés.
  • 12  Un autre exemplaire fragmentaire, retrouvé à Stobi, est mentionné par Cl. Rolley : Rolley 2003, p. (...)

6Un détail typologique semblait toutefois différencier l’ustensile du Louvre des exemplaires de Delphes, Trebenischte et Pompéi. C’était le seul à présenter une lèvre incurvée vers le bas. La décision fut donc prise de vérifier, dans le cadre d’une restauration, ce qui relevait du montage moderne et des éléments constitutifs des ustensiles antiques, afin de dissocier éventuellement les deux vases, si cela n’entraînait aucun dommage pour eux10. L’intervention a permis de confirmer le caractère moderne de la lèvre, qui a été retirée, après avoir été documentée, tout comme les fixations mécaniques et les soudures qui portaient atteinte à l’intégrité des deux vases antiques11. Le bronze du Louvre, séparé du chaudron auquel il servait de support, a retrouvé ainsi son apparence originelle, ce qui porte à six le nombre des ustensiles de même type repérés à ce jour12 (fig. 7).

  • 13  L’ustensile de la tombe X de Trebenischte, était considéré par Vulic 1933, p. 167, non comme un br (...)

7Les ustensiles publiés ont été interprétés comme des supports de candélabre ou de coupe, des porte-torches ou des brûle-parfums13. L’examen du bronze du Louvre permet de préciser quelle était leur fonction.

8. Dessin du profil du thymiatérion Br 2601.1

8. Dessin du profil du thymiatérion Br 2601.1

© Musée du Louvre, dessin de Stéphanie Noël.

9. Dessin de l’intérieur du thymiatérion Br 2601.1

9. Dessin de l’intérieur du thymiatérion Br 2601.1

© Musée du Louvre, dessin de Stéphanie Noël

10. Le thymiatérion Br 2601.1

10. Le thymiatérion Br 2601.1

Vue de l’orifice antique à l’intérieur de la coupelle.

© A. Conin.

  • 14  Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, inv. B. 2630, Zaïtseva 1997, p. 50, 51, fig. 9.
  • 15  Zaïtseva 1997. L’auteur a publié cent cinq ustensiles de ce type provenant des cités du nord de la (...)
  • 16 Zaïtseva 1997, p. 43, 44, fig. 5, nos 81-84.
  • 17 Zaïtseva 1997, p. 42, fig. 4, nos 72-76.
  • 18 Zaïtseva 1997, p. 40, 42, fig. 1-3, nos 4, 5, 19, 36, 44, 47, 49.
  • 19  Jean-Louis Durand m’a fait part de cette observation à la suite de ma communication. Je l’en remer (...)

8Le bord supérieur de l’objet est achevé et complet. Ses parois sont trop fines pour avoir servi de lit de pose à un élément qui aurait été rapporté et soudé. Il ne présente pas de gorge pour l’adaptation d’un couvercle. Une coupelle à fond horizontal est en revanche visible à l’intérieur de la colonnette creuse à hauteur de l’un des tores perlés. Elle a été aménagée directement dans la cire avant la coulée et comporte un orifice dont les parois conservent encore des restes de corrosion antique (fig. 8-10). Ces caractéristiques typologiques rapprochent l’objet du Louvre d’un ustensile de terre cuite, probablement d’Asie Mineure, qui présente une cloison horizontale avec un trou au centre et des traces de suie14. Plusieurs autres exemplaires de terre cuite, avec ou sans couvercle, ont été mis au jour dans les cités du nord de la mer Noire. Retrouvés dans les habitats (sanctuaires domestiques), les bâtiments publics, les temples et les sépultures, ils ont été interprétés comme des autels et des brûle-parfums15. Les plus anciens sont datés, par leur contexte de fouille, du ve siècle av. J.-C. Quelques brûle-parfums de Nymphaion présentent des traces de suie sur leurs parois16, et certains de Gorgippia ont une coupelle en partie supérieure, fixée à la barbotine17. Les coupes de plusieurs brûle-parfums d’Olbia présentent un orifice18 : ces ustensiles n’étaient sans doute pas destinés seulement à la combustion d’herbes odoriférantes dans leur coupelle mais pouvaient être maintenus directement au contact du feu. On peut supposer que l’élément vertical de l’ustensile du Louvre, intentionnellement rétréci dans sa partie médiane, était conçu pour agir comme une cheminée et conduire la colonne d’air chaud qui se dégageait de braises placées sous le trépied19. Ce dispositif, qui permettait de chauffer l’encens ou les herbes déposés dans la coupelle, conforte l’hypothèse selon laquelle l’exemplaire du Louvre était un thymiatérion. Il faudrait pouvoir observer les autres ustensiles, dont l’intérieur n’est jamais décrit dans les publications, pour préciser leur typologie et confirmer cette fonction qui semble toutefois vraisemblable.

11. Le thymiatérion Br 2601.1

11. Le thymiatérion Br 2601.1

Vu du dessous.

© A. Conin.

12. Le thymiatérion Br 2601.1

12. Le thymiatérion Br 2601.1

Détail de la partie supérieure.

© Musée du Louvre, cliché Christian Larrieu.

13. Œnochoé, Trebenischte, tombe I

13. Œnochoé, Trebenischte, tombe I

Détail du décor du pied, d’après Stibbe 2000, fig. 30.

© Musée de Sofia.

  • 20  Exemplaires de la tombe X de Trebenischte, de Pompéi et du Louvre (n. 4 et 12). Pour ce dernier, l (...)
  • 21  Exemplaire de la tombe I de Trebenischte (n. 4).
  • 22  Les languettes de l’ustensile de la tombe X de Trebenischte sont les plus creusées. Celles de l’us (...)
  • 23  Le bronze reproduit l’apparence de la cire qui a été lissée sommairement après avoir été appliquée (...)
  • 24  Tombe I de Trebenischte : cyma recta, languettes gravées à contour simple ; Delphes : cyma recta, (...)
  • 25 Filow 1927, n72, p. 59-61, fig. 63, pl. X-XI. Stibbe 2000, p. 42, fig. 30.

9Quatre des six bronzes ont conservé leur trépied à griffes de lion. Les couronnes présentent un motif de prismes20 ou un bandeau lisse orné de chevrons largement espacés21. Sur l’exemplaire du Louvre, les prismes sont surmontés d’un rang de perles et de billettes, que l’on retrouve également, mais avec un traitement plus sommaire, au-dessus du bandeau lisse du trépied de la tombe I de Trebenischte. Les plateaux horizontaux des trépieds sont ornés de languettes rayonnantes à double contour, séparées par un motif en pointe dans les intervalles. Ces languettes présentent des dépressions plus ou moins prononcées, plus ou moins régulières22, qui témoignent d’une élaboration des trépieds dans une matière malléable, avec une étape intermédiaire d’exécution dans de la cire23, ce que confirme l’aspect du revers de l’ustensile du Louvre (fig. 11). L’élément vertical, qui se dresse sur le plateau des trépieds, a un profil plus ou moins concave, interrompu par la présence de tores lisses ou perlés, encadrés de filets, qui délimitent des registres décorés ou non. Pour quatre des six exemplaires, les extrémités évasées, gorges simples ou en forme de doucine, sont décorées de languettes, qui peuvent être gravées ou présenter une dépression24. Les deux registres médians de l’ustensile de la tombe I de Trebenischte sont ornés de festons et de zigzags qui dessinent une imbrication de languettes pointues. Ceux de l’exemplaire de la tombe X sont lisses ; ceux de l’ustensile du Louvre sont dissymétriques, avec des languettes incurvées vers le haut pour l’un et l’absence de décor pour l’autre (fig. 12). L’ustensile de Pompéi se distingue des autres par un décor de losanges en creux dans les deux registres médians, et par l’alternance, en partie basse, de feuilles à pointe effilée et de palmettes, surmontées d’une double ligne ondulée. Les languettes des palmettes et les feuilles intermédiaires à pointe effilée sont concaves. Or, ce motif se décline également – les palmettes n’ayant alors que deux languettes – sur le pied en doucine de l’œnochoé de la tombe I de Trebenischte25 (fig. 13). On y retrouve la même opposition plastique d’éléments en creux (les feuilles et les languettes) et en relief (les filets qui dessinent les contours doubles des motifs, et la ligne ondulée ; les losanges dans les intervalles entre l’arrondi des languettes et l’extrémité des feuilles). Ce rapprochement est loin d’être unique. Le répertoire décoratif des brûle-parfums les plus complets est précisément celui des parties secondaires de plusieurs vases de bronze, parmi les plus luxueux, des sépultures de Trebenischte.

14. Cratère à volutes, Trebenischte, tombe I

14. Cratère à volutes, Trebenischte, tombe I

Détail du décor du pied, d’après Stibbe 2000, fig. 39.

© Musée de Sofia.

  • 26 Filow 1927, n65, p. 48-50, fig. 43-45.
  • 27 Filow 1927, n88, p. 71, fig. 87.
  • 28 Filow 1927, n63, p. 42-47, fig. 35a-c, 36, pl. VII-VIII ; Vassilev 1988 ; Stibbe 2000, p. 65, fig (...)

10Le cratère à colonnettes de la tombe VII présente un décor de prismes sur la lèvre et, sur les plaquettes horizontales des anses, le motif rayonnant, à partir d’un cercle, de languettes bidimensionnelles au contour redoublé séparées par une pointe. Ce motif, entouré d’un cercle perlé, rappelle le décor du plateau du thymiatérion du Louvre. La tranche des plaquettes est ornée d’un motif de godrons à double contour, surmontés d’un filet perlé. On retrouve également les prismes surmontés d’un filet perlé et de languettes au contour double, séparées par une pointe, sur le pied en doucine du même cratère26. Un motif identique de languettes décore la couronne d’un trépied de podaniptère de la tombe VI27. Les meilleurs artisans ont combiné motifs simplement gravés et traités plastiquement, comme on peut l’observer sur l’œnochoé de la tombe I. Les gorges creusées des volutes et des languettes de la palmette sous les pieds du couros de l’anse se distinguent par leur traitement plastique des godrons bidimensionnels répartis sur l’épaule lacunaire du vase. Cette plasticité des motifs est encore plus présente sur la pièce maîtresse de l’atelier qui a produit les vases : les feuilles à pointe effilée qui alternent avec des palmettes sur le pied en doucine du cratère à volutes de la tombe I ont un cœur en relief28 (fig. 14).

  • 29  Filow a publié en 1927 le matériel funéraire des sept tombes découvertes entre mai et juillet 1918 (...)
  • 30  L'hypothèse selon laquelle l’œnochoé de la tombe I, aurait été importée de Grande Grèce (Rolley 19 (...)
  • 31  Tel le cratère à volutes de la tombe I. Ces conclusions (Vokotopoulou 1997, p. 30 ; Rolley 2003, p (...)
  • 32  Rolley 2003, p. 134, 137, fig. 92, 6 et 10.
  • 33  Rolley 2003, p. 92, avec la première mention du thymiatérion du Louvre.
  • 34  À Trebenischte, il s’agissait d’une élite qui tenait vraisemblablement sa richesse du contrôle des (...)
  • 35  Les cratères-dinoi ont été trouvés non seulement à Trebenischte mais également dans plusieurs site (...)
  • 36  Vokotopoulou 1997, p. 29. Sont mentionnées également les chèvres d’un cratère retrouvé dans une sé (...)

11L’origine de l’atelier producteur des principaux vases de Trebenischte a divisé les spécialistes depuis la publication des sépultures par Filow et Vulić29. La vaisselle de bronze déposée dans les tombes ne dessine pas un ensemble entièrement homogène et il est encore possible d’hésiter sur les centres de production de certains vases qui pourraient être des importations corinthiennes ou de Grande Grèce dans la descendance laconienne30. I. Vokotopoulou et Claude Rolley ont apporté cependant des arguments décisifs sur ce dossier complexe : dans leur grande majorité, les ustensiles présentent des influences mêlées et un répertoire décoratif à dominante corinthienne, qui engagent à les attribuer à la production d’une colonie du nord-ouest de la Grèce, ouverte à de nombreux courants31. Les caractéristiques stylistiques de cette production « corinthisante » ont été précisées. Les anses du cratère à volutes de la tombe I de Trebenischte sont ornées de gorgones qui appartiennent au type de forme elliptique et souriant attaché à cette production32. Aussi, le décor du pied du même cratère, avec l’alternance de palmettes et de feuilles à pointe effilée, et le traitement plastique des motifs, qui oppose formes concaves et renflées, doivent-ils être regardés également comme représentatifs de cette production de la Grèce du Nord-Ouest. Et c’est dans ce contexte de création qu’il faut, selon toute vraisemblance, situer les six brûle-parfums33. On objectera que les motifs, les objets de luxe, source d’inspiration pour les artisans, et les hommes pouvaient circuler. Toutefois la richesse de la région et la montée en puissance des élites, illustrées non seulement par le contenu des tombes de Trebenischte mais également par celui des sépultures de Sindos, de Vergina, ou d’Archontiko près de Pella, expliquent l’émergence d’une koinè culturelle en Grèce du Nord dans la deuxième moitié du vie siècle av. J.-C.34. Contacts et échanges suivaient, d’est en ouest et d’ouest en est, le tracé de la future via Egnatia. À titre d’exemple, les chèvres couchées sur l’épaule des cratères-dinoi de Trebenischte, un type de vaisselle métallique qui correspondait à une préférence locale d’après la carte de répartition des autres ustensiles mis au jour35, rappellent celles des monnaies frappées à Aigai, la première capitale du royaume des Téménides36. Et il est clair que le répertoire décoratif commun au matériel funéraire des sépultures de Trebenischte et aux thymiatéria était profondément ancré en Grèce du Nord. Il s’agissait à proprement parler d’une mode, avec des motifs comparables, déclinés non seulement sur différents types de vaisselle métallique, mais également dans d’autres domaines de la création artistique – éléments de parure en or et décors architecturaux – de production locale.

  • 37  Rolley 2003, p. 91. Les datations les plus récentes des contextes funéraires dans lesquels ont été (...)
  • 38  Vokotopoulou 1997, p. 249, 250.
  • 39  Les phiales d’argent à omphalos doré retrouvées dans les tombes macédoniennes de la deuxième moiti (...)
  • 40  Sindos, tombe 52, Σνδος 1985, p. 233, 235, n374.
  • 41 Der Thrakische Silberschatz 1988, p. 64, 65, n2.
  • 42  Nécropole de Kozani, tombe II. Kozani, Musée archéologique, inv. 589. Vokotopoulou 1997, p. 249-25 (...)
  • 43  Sur cette phiale, les petites palmettes centripètes ont été remplacées par un simple arc de cercle
  • 44  Voir toutefois Jeffery 1990, p. 133, 135, 137, n2, pl. 22: vers 500 av. J.-C.
  • 45  Vokotopoulou 1997, p. 250.
  • 46  Les témoignages les plus anciens proviennent de Rhodes : une phiale d’argent, d’une sépulture à cr (...)
  • 47  Des voies de circulation maritime vers l’ouest existaient également, comme en témoigne la présence (...)
  • 48  Temple daté de la fin du vie siècle ou du début du ve siècle av. J.-C., voir en particulier Bakala (...)
  • 49  Par exemple les cornes à boire de la tombe I, Filow 1927, n35, p. 30, pl. VI.1, et de la tombe V (...)
  • 50  Vulić 1932, p. 13, 14, fig. 15 et 17.
  • 51  Vulić 1932, p. 13. On voit bien, p. 14, fig. 17, que le motif du bord supérieur était rapporté.
  • 52  Gobelet de la tombe V : Filow 1927, n36, p. 31, pl. VI.2. ; gobelets de la tombe VIII : Vulić 19 (...)
  • 53  Tombe masculine, Σνδος 1985, n217, 218, p. 135, 136.
  • 54  Tombe féminine, Σνδος 1985, n108, p. 76.

12Les motifs des pieds du cratère à volutes et de l’œnochoé de la tombe I de Trebenischte, qui font alterner palmettes et feuilles à pointes effilées, ont été notamment rapprochés des décors de plusieurs phiales d’argent à omphalos doré, retrouvées dans des sépultures macédoniennes de la deuxième moitié du vie siècle et des premières décennies du ve siècle av. J.-C.37. Les épithètes des phiales mentionnés dans les inventaires des sanctuaires illustrent la variété de décors qui tiraient précisément parti de l’opposition entre éléments concaves et convexes38. D’après les trouvailles, certains types semblent avoir été particulièrement appréciés en Grèce du Nord (Macédoine et Thrace)39. Le pied du cratère présente ainsi une variante simplifiée du décor illustré par les phiales mises au jour à Sindos40, Rogozen41 et Kozani42. La phiale de Sindos a été déposée dans une tombe masculine datée de 510-500 av. J.-C. environ. Les feuilles à pointes effilées y alternent avec des fleurs de lotus ouvertes à quatre pétales et composent un motif rayonnant depuis l’omphalos. À l’intérieur de l’ustensile, tous les éléments sont concaves, à l’exception du cœur des feuilles à pointe effilée, et tous les contours, en partie communs, sont soulignés par une ligne en relief. Des arcs de cercle, qui suivent la courbure de la base des feuilles et se rejoignent sous chaque fleur de lotus, limitent un espace dans lequel viennent se loger de petites palmettes centripètes. L’auteur du décor du pied du cratère a retenu du motif trois des quatre pétales de la fleur de lotus, mais non la fleur elle-même, et les feuilles à pointe effilée avec renflement médian. Il a remplacé les petites palmettes à quatre languettes qui comblaient l’espace entre l’omphalos et les fleurs de lotus, par un motif de losange encadré de deux palmettes. Or ce motif est précisément celui qui a été adopté pour dessiner la fleur de lotus sur la phiale du trésor thrace de Rogozen43. La troisième phiale mésomphalos de même type a été découverte dans une tombe du cimetière d’époque classique de Kozani. Si elle est bien contemporaine de la dédicace qui a été incisée sur sa lèvre, elle pourrait dater du début du ve siècle av. J.-C.44. Son inscription, qui la consacre à l’Athéna des Mégariens, semble avoir été écrite en alphabet local, même s’il existait une cité homonyme en Macédoine de l’Ouest45. Cette phiale inscrite témoigne de la circulation des objets précieux et donc de celle des modèles qui ont pu inspirer les toreutes. Plusieurs vases d’argent – des phiales et un canthare – de la fin du viie siècle et de la première moitié du vie siècle av. J.-C., retrouvés à Rhodes et à Milet dans des contextes souvent datés, confirment l’antériorité du répertoire décoratif et son élaboration en Grèce de l’Est46. À l’origine, ce sont toutefois des languettes puis des palmettes, et non des fleurs de lotus, qui alternent avec les feuilles à pointe effilée. Le motif est vraisemblablement venu en Macédoine par une voie terrestre, depuis l’Asie Mineure en passant par la Thrace47. On peut observer en effet qu’il a été accueilli en Grèce du Nord et utilisé localement : on le retrouve par exemple entre les volutes des chapiteaux ioniques du temple d’Athéna à Néapolis (Kavala), où des phiales ont été sculptées en léger relief48. Un motif dérivé, composé de palmettes à deux ou à trois languettes et de feuilles à pointe effilée soulignées par des arcs de cercle, a été adopté aussi pour décorer la bordure d’or d’ustensiles d’argent de forme non grecque – cornes à boire et gobelets hauts – des sépultures de Trebenischte, destinés à la population locale et fabriqués pour elle49. La concavité des feuilles à pointe effilée et des palmettes est reproduite sous l’embouchure des gobelets hauts de la tombe VIII50. Ce décor des cornes à boire et des gobelets hauts était obtenu par l’estampage de feuilles d’or qui étaient soudées ensuite sur les ustensiles d’argent51. Or les gobelets présentent également, en partie basse et en partie haute, un deuxième registre de feuilles imbriquées comme des écailles sur deux ou trois rangs, motif qui entoure aussi l’omphalos d’une phiale d’argent de Maikop, légèrement plus récente52. L’identité du décor serait un argument en faveur de la production probable de phiales d’argent en Grèce du Nord ou du Nord-Ouest. Et ce sont encore les mêmes motifs estampés en relief plus ou moins prononcé qui se déclinent avec des combinaisons sans cesse renouvelées sur les éléments de parure en or des défunts. Le motif d’une phiale à omphalos a été notamment reproduit sur l’une des appliques qui ornaient le vêtement du guerrier enseveli dans la tombe 115 de Sindos vers 520 av. J.-C. : palmettes à trois pétales et feuilles à pointe effilée rayonnent à partir d’une bossette centrale. Le motif centrifuge est reproduit, agrandi, en périphérie, mais la découpe de l’applique n’en a pas tenu compte. Sur une autre applique à trois pointes triangulaires de la même sépulture, le motif simplifié – une alternance de feuilles à pointe effilée dirigées vers le haut et vers le bas – est au contraire parfaitement adapté à la surface qu’il décore53. Vers 500 av. J.-C., l’épistomion en or de la tombe 22 de Sindos, est orné du même motif, traité toutefois dans un relief plus faible54. Le goût pour le décor des phiales mésomphaloi du type de celles de Sindos ou de Kozani a donc été particulièrement développé dans les dernières décennies du vie siècle, comme en témoignent ces parures en or, moins soumises aux phénomènes de thésaurisation que les objets précieux. L’estampage des motifs, échos de l’organisation intérieure et extérieure des phiales, confirme l’attrait, à cette époque et dans cette région de la Grèce, pour le traitement plastique des éléments décoratifs en relief et en creux.

  • 55  Andronikos 1988, p. 2, fig. 3 ; Andronikos, Kottaridou 1988, p. 103-104, pl. 77 ; Heracles to Alex (...)
  • 56 Hassel 1967, p. 201, pl. 49. Forbeck, Heres 1997,p. 30. La localisation exacte de la tombe n’est pa (...)
  • 57  Hassel 1967, p. 202-203, fig. 2, pl. 51.2.
  • 58  Descamps-Lequime 2001 et Au royaume d'Alexandre le Grand 2011, n°45/1 p. 126-127. Le haut niveau a (...)

13Le brûle-parfum découvert à Pompéi et le pied de l’œnochoé de la tombe I de Trebenischte ont adopté une variante décorative, illustrée par un deuxième type de phiale d’argent à omphalos doré, également prisé à la fin de l’époque archaïque en Grèce du Nord. L’organisation du décor centrifuge obéissait à un autre principe de combinaison des mêmes éléments : neuf feuilles sont disposées radialement à partir de l’omphalos, puis neuf autres plus petites, entre les premières, de manière à ce que toutes les pointes effilées arrivent à même distance du bord. Des palmettes à trois languettes occupent les espaces entre les pointes des feuilles qui présentent toutes un cœur renflé. Ce décor périphérique est celui de l’élément vertical du brûle-parfum de Pompéi, et, avec deux languettes au lieu de trois, celui du pied de l’œnochoé. Une phiale d’argent de ce type, dit en calice de fleur, a été retrouvée avec onze phiales de bronze à décor de fleurs de lotus, dans la sépulture ΛΙΙ de Vergina, une sépulture royale datée de la toute fin du vie siècle av. J.-C.55. Une autre phiale d’argent de même type, datée du dernier quart du vie siècle av. J.-C., provient d’une tombe de Chalcidique56. Or le principe décoratif des feuilles à pointe effilée qui ont migré en périphérie et alternent avec des languettes est également présent sur le couvercle d’un autre ustensile mis au jour dans la même tombe57. Il s’agit là d’une version bidimensionnelle gravée qui présente comme une mise à plat des mêmes motifs (cercles concentriques, languettes rayonnantes et feuilles à pointe effilée au contour double séparées par de petites pointes) combinés différemment. Ce couvercle de bronze, traversé par deux bandes de fer rivetées, appartenait à un ustensile rare et particulièrement précieux, documenté par quelques exemplaires plus ou moins complets retrouvés à Sindos, Karabournaki, Vergina, Aphytis et à Trebenischte, un exaleiptron que sa technique virtuose – il associe le fer au bronze selon le procédé du frettage – conduit à attribuer à la Grèce du Nord58.

  • 59  Trebenischte, Stobi, Delphes et Pompéi.

14Le répertoire décoratif commun tant à la vaisselle grecque et indigène qu’aux éléments de parure, depuis Trebenischte jusqu’à la Chalcidique, n’implique pas nécessairement que les brûle-parfums ont été fabriqués dans l’atelier qui a produit les vases principaux des sépultures enchéléennes. Sans doute y avait-il aussi, à proximité des grands centres macédoniens, un ou plusieurs autres ateliers de bronziers, mais ceux qui dépendaient d'Aigai/Vergina, et des cités ou des colonies proches du golfe thermaïque n’ont pas encore été localisés. Les thymiatéria concernés sont trop peu nombreux pour que l’on puisse tirer parti de leurs provenances59. Leur production en Grèce du Nord paraît cependant très vraisemblable.

  • 60  De Pompéi à Malmaison 2008, p. 197, n105. C’est à Catherine Bastien que l’on doit l’analyse de l (...)
  • 61  Lazzarini, Zevi 1988.
  • 62  Sur la question de la présence de bronzes archaïques et classiques à Pompéi, voir Zevi, dans Lazza (...)
  • 63 Rolley 2000.
  • 64  Vokotopoulou 1984, p. 154 ; Vokotopoulou 1997, p. 126-127, 248-249, fig. 116-117 ; Rolley 1990, p. (...)
  • 65  Le rôle joué par des cités comme Apollonia ou Épidamne, au débouché des voies de circulation, n’ét (...)
  • 66 Lamboley 1984, p. 195, 196 ; Lamboley 1990, p. 237.

15L’origine du brûle-parfum du Louvre peut toutefois être précisée. L’inventaire de la collection Durand, rédigé en 1824 avant l’entrée des objets au Louvre, comporte, pour le chaudron et son support, la mention « Musée Malmaison60 ». Or les ustensiles de bronze rassemblés au château de Malmaison et acquis, pour une grande part, à la mort de l’impératrice Joséphine en 1814, par le chevalier Edme Durand provenaient essentiellement du don de Ferdinand IV au couple consulaire en 1802. Le roi de Naples et des Deux-Siciles avait prélevé les bronzes qu’il destinait à Bonaparte et à Joséphine dans les collections de son musée de Portici où se trouvaient conservées les œuvres des cités du Vésuve. Telle serait donc l’origine du chaudron et du thymiatérion, qui auraient pu être associés au xviiie siècle dans les ateliers du musée de Portici. Avec l’exemplaire de Pompéi décrit par Pernice, le thymiatérion du Louvre compterait alors parmi les plus anciennes antiquités grecques présentes en Campanie avant 79. Sans doute appartenait-il à un collectionneur romain, amateur de vaisselle de bronze comme le propriétaire de la villa dite de C. Julius Polybius à Pompéi61. Il est vraisemblable que de telles curiosités archéologiques, et tout particulièrement les thymiatéria grecs de la fin du vie siècle av. J.-C., n’étaient pas demeurées en usage durant des siècles mais provenaient plutôt de découvertes fortuites liées à des pillages de tombes62. Ces deux ustensiles avaient-ils été déposés dans de riches sépultures indigènes d’Italie méridionale ? Les relations entre les deux rives de l’Adriatique, et de manière plus large entre la Macédoine et l’Italie méridionale, jusqu’à la Campanie, sont bien attestées63. Dès l’époque archaïque, la vaisselle métallique de luxe, produite en Grèce du Nord et en Grande Grèce, circulait dans les deux sens, comme en témoignent le matériel funéraire des tombes messapiennes et macédoniennes : deux lébètes retrouvés à Pydna ont un parallèle à Cumes64. Les objets empruntaient, nous l’avons vu, la voie commerciale qui suivait le tracé de la future via Egnatia et reliait la Macédoine centrale à la côte illyrienne de l’Adriatique65. Le cheminement au travers du Pinde, et la traversée par le canal d’Otrante sont également confirmés par l’archéologie66.

Bibliographie

Amandry 1991 : p. Amandry, Guide de Delphes, le musée, École française d’Athènes (« Sites et Monuments » VI), 1991.

Andronikos 1988 : M. Andronikos, « Βεργίνα, 1988. Ανασκαφή του νεκροταφείου », ΑΕΜΘ, 1988, Thessalonique, 1991, p. 1-3.

Andronikos, Kottaridou 1988 : M. Andronikos, A. Kottaridou, « Ανασκαφή Βεργίνας », Praktika, t. 143, 1988, p. 99-107, pl. 78-82.

Au royaume d'Alexandre le Grand 2011 : Au royaume d'Alexandre le Grand. La Macédoine antique, S. Descamps-Lequime (éd.), cat. exp. (Paris-Louvre, 13 octobre 2011-16 janvier 2012), 2011.

Bakalakis 1936 : G. Bakalakis, « Νεάπολις-Χριστούπολις-Καβάλα », AE, 1936, p. 1-48.

Balkani 2007 : Balkani. Antiche Civiltà tra il Danubio e l’Adriatico, cat. exp. (Adria, Museo archeologico nazionale, 8 juillet 2007-13 janvier 2008), Milan, 2007.

Blanc, Nercessian 1992 : N. Blanc, A. Nercessian, La Cuisine romaine antique, Grenoble, 1992.

Bousquet 1992 : J. Bousquet, REG, Bulletin épigraphique, 105, 1992.

Carri da guerra 1997-1999 : Carri da guerra e principi etruschi, A. Emiliozzi (éd.), cat. exp. (Viterbe, palazzo dei Papi, 24 mai 1997-31 janvier 1998 ; Rome, museo del Risorgimento, 27 mai-4 juillet 1999), Rome, 1999 (réimpr.).

Chrysostomou 2009 : A. et P. Chrysostomou, « Τα νεκροταϕεία του αρχαίου οικισμού στο Αρχοντικό Πέλλας », AEMΘ, 20 χρόνια, Thessalonique, 2009, p. 477-490.

De Pompéi à Malmaison 2008 : De Pompéi à Malmaison. Les antiques de Joséphine, S. Descamps-Lequime, M. Denoyelle (éd.), cat. exp. (Rueil-Malmaison, musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, 22 octobre 2008-27 janvier 2009), Paris, 2008.

De Ridder 1915 : A. de Ridder, Les Bronzes antiques du Louvre. II. Les instruments, Paris, 1915.

Der Thrakische Silberschatz 1988 : Der Thrakische Silberschatz aus Rogozen Bulgarien, A. Fol (éd.), cat. exp. (Bonn, Mayence, Fribourg, Munich, Hambourg, 27 septembre 1988-5 novembre 1989), 1988.

Descamps-Lequime 2001 : S. Descamps-Lequime, « Un exaleiptron en fer et en bronze, de la nécropole macédonienne de Karabournaki, dans les collections du musée du Louvre », dans A. Giumlia-Mair (éd.), I Bronzi Antichi : Produzione e tecnologia. Atti del XV Congresso Internazionale sui Bronzi Antichi (Grado-Aquileia, 22-26 maggio 2001), Montagnac (« Monographies instrumentum » 21), 2002, p. 108-115.

Despini 2009 : A. Despini, « Gold Funerary Masks », AK, 52, p. 20-65.

Filow 1927 : B. D. Filow, Die Nekropole von Trebenischte am Ochrida-See, Berlin-Leipzig, 1927.

Forbeck, Heres 1997 : E. Forbeck, H. Heres, Das Löwengrab von Milet, (“Berl. WPr.” 136), 1997.

Greifenhagen 1970 : A. Greifenhagen, Schmuckarbeiten in Edelmetall, Berlin, 1970, I.

Hassel 1967 : F. J. Hassel, « Ein archaischer Grabfund von der Chalkidike », Jahrbuch des Römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, 14, p. 201-205.

Heracles to Alexander 2011 : Heracles to Alexander the Great, A. Kottaridi, S. Walker (éd.), cat. exp. Oxford, 7 avril-29 avril 2011), 2011.

Jeffery 1990 : L. H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece, 1961 (réimp. avec suppl. A. W. Johnston, Oxford, 1990).

Lamboley 1984 : J. L. Lamboley, « Le canal d’Otrante et les relations entre les deux rives de l’Adriatique », dans p. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, Actes du Ier colloque international de Clermont-Ferrand (22-25 octobre 1984), Clermont-Ferrand, 1987, p. 195-202.

Lamboley 1990 : J. L. Lamboley, « État de la recherche sur les relations sud-adriatiques. Bilan et perspectives », dans p. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, actes du IIe colloque international de Clermont-Ferrand (25-27 octobre 1990), Paris, 1993, p. 231-237.

Landolfi 1999 : M. Landolfi, dans Carri da guerra, cat. exp., 1997-1999, p. 240-241.

Lazzarini, Zevi 1988 : M. L. Lazzarini, F. Zevi, « Necrocorinthia a Pompei : una idria bronzea per le gare di Argo », Prospettiva, 53-56, avril 1988-janvier 1989, p. 33-48.

Missailidou-Despotidou 2006 : V. Missailidou-Despotidou, « Ανασκαφική έρευνα στην αρχαία Άφυτι », ΑΕΜΘ, 20, 2006, Thessalonique, 2008, p. 491-502.

Nenci 1990 : G. Nenci, « Una dedica di Creso a Delfi ? », Annali Sc. Norm. Pisa, 1990, p. 367-370, pl. LXX-LXXI.

Pernice 1925 : E. Pernice, Die hellenistische Kunst in Pompeji, Berlin-Leipzig, 1925.

Popovic et al. 1969 : Lj. B. Popovic, D. Mano-Zisi, M. Velickovic, B. Jelicic, Greek, Roman and Early-Christian Bronzes in Yugoslavia, Belgrade, 1969.

Rolley 1982 : Cl. Rolley, Les Vases de bronze de l’archaïsme récent en Grande Grèce, Naples, 1982.

Rolley 1990 : Cl. Rolley, « Bronzes en Messapie », dans I Messapi, Atti Taranto XXX (Taranto-Lecce, 4-9 octobre 1990), Tarente, 1991, p. 185- 207.

Rolley 1994 : Cl. Rolley, La Sculpture grecque. I. Des origines au milieu du ve siècle avant J.-C., Paris, 1994.

Rolley 2000 : Cl. Rolley, « Circulation des vases de bronze de la Macédoine à la Grande Grèce », dans Μύρτος. Μνήμη Iούλιας Bοκοτοπούλου, Thessalonique, 2000, p. 435-440.

Rolley 2003 : Cl. Rolley (éd.), La Tombe princière de Vix, Paris, 2003.

Rolley 2006 : Rolley, « La toreutique de Vergina est-elle un art de cour ? », dans A.-M Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos, V. Morizot (éd.), Rois, cités, nécropoles : institutions, rites et monuments en Macédoine, actes des colloques de Nanterre, décembre 2002 et d'Athènes, janvier 2004, Athènes et Paris, 2006 (« Μελετήματα » 45), p. 311-319.

Stibbe 2000 : C. M. Stibbe, The Sons of Hephaistos, Rome, 2000.

Strong 1966 : D. E. Strong, Greek and Roman Gold and Silver Plate, Londres, 1966.

Tassinari 1993 : S. Tassinari, Il vasellame Bronzeo di Pompei, Rome, 1993.

Vasilev 1988 : V. p. Vasilev, Bronzegefässe aus der Nekropole von Trebeniste. Untersuchungen zur antiken Metallbearbeitung (en bulgare, résumé en allemand), Sofia, 1988.

Vokotopoulou 1984 : I. Vokotopoulou, « La Macédoine de la protohistoire à l’époque archaïque », dans Magna Grecia, Epiro e Macedonia, Atti Taranto XXIV (Taranto, 5-10 0ttobre 1984), Tarente, 1985, p. 133-166.

Vokotopoulou 1997 : I. Vokotopoulou, Ελληνικ-τχνη. Αργυρ-και-χαλκιν-ργα-τχνης-στην-αρχαιτητα, Athènes, 1997.

Von Bothmer 1984 : D. von Bothmer, « A Greek and Roman Treasury », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, summer 1984, New Series, vol. XLII, I, 1984, p. 5-72.

Vulic 1932 : N. Vulić, « Ein neues Grab bei Trebenischte », ÖJh, XXVII, 1932, p. 1-42.

Vulic 1933 : N. Vulić, « Neue Gräber in Trebenischte », ÖJh, XXVIII, 1933, p. 164-186.

Vulic 1934 : N. Vulić, « La nécropole archaïque de Trebenischte », RA, 6e série, t. III, 1934, p. 26-38.

Winnefeld 1899 : H. Winnefeld, Altgriechisches Bronzebecken aus Leontini (“Berl. WPr.” 59).

Zaïtseva 1997 : K.I. Zaïtseva, « Vases rituels du ve siècle au ier siècle avant J.-C. de la côte nord de la mer Noire », Travaux du Musée national de l’Ermitage, 28 (« Culture et art du monde antique » 7), 1997, p. 38-53.

Σίνδος 1985 : Σίνδος. Κατάλογος της εκθέσης, I. Vokotopoulou, A. Despini, V. Misailidou, M. Tiverios (éd.), cat. exp. (Thessalonique, Musée archéologique), Athènes, 1985.

Notes

1  Br 2601, de Ridder 1915, p. 102, n2601, pl. 93. H. totale : 0.27m ; diam. max. 30 cm.

2  Règne de Charles X. Collection Durand, n2794, Archives des musées nationaux, 1 DD 83.

3  Le couvercle était encore décrit par Adrien de Longpérier dans l’inventaire de 1859, Inventaire Napoléon III. Mobilier de la Couronne, n1090, Archives des musées nationaux, 6 DD 3 : « Vase hémisphérique fermé, avec anse mobile et couvercle – Pied cannelé posant sur une base circulaire supportée par trois griffes de lion. » Il avait déjà disparu au moment de la préparation du catalogue des bronzes antiques du Louvre par A. de Ridder, comme en témoignent les dessins du conservateur dans son carnet n87, p. 95, daté du 11 février au 24 juin 1908.

4  Tombe I, masculine, ustensile conservé au musée de Sofia : Filow 1927, p. 78-79, n112, H. tot. 17,5 cm ; c’est vraisemblablement le même objet, après restauration, qui est publié dans Popovic et al. 1969, p. 73, n41, malgré une hauteur différente de 22 cm et la perte de deux des griffes du trépied.

Tombe X, féminine, ustensile conservé au Musée national de Belgrade, inv. 180/1 : Vulić 1933, p. 169, 179, n31, fig. 75.41, 92 ; Popovic et al. 1969, p. 73, n40 ; Balkani 2007, p. 126-127, n81 (avec une erreur sur la tombe). H. 13,5 cm. Pour Pompéi, voir Pernice 1925, p. 35, fig. 46.

5  Voir notamment, pour Pompéi, Tassinari 1993, I, p. 102-105 et II, p. 282, 283, pl. V : chaudrons à panse lenticulaire de type V 3132, 3133.

6  Un chaudron a été retrouvé sur un plan de cuisson dans la cuisine de la maison des Vettii à Pompéi : Blanc, Nercessian 1992, p. 54, fig. 56.

7  Exemplaires de Pompéi avec couvercle et chaînette : Tassinari 1993, I, pl. CLXXXIII, 3 ; II, p. 282.

8 Amandry 1991, p.197, fig. 5. H. 13,5 cm.

9 Nenci 1990 ; Amandry 1991, p.197 ; Bousquet 1992, p. 476, n272.

10  La restauration a été menée par Agnès Conin (rapport d’intervention, mars 2000).

11  Tous les éléments modernes ont été conservés.

12  Un autre exemplaire fragmentaire, retrouvé à Stobi, est mentionné par Cl. Rolley : Rolley 2003, p. 92, n. 70. L’ustensile du Louvre porte désormais le numéro usuel Br 2601.1 : H. 12,7 cm ; diam. max. de l’embouchure 6,4 cm ; diam. max. de la couronne du trépied 11,7 cm ; poids 593 g.

13  L’ustensile de la tombe X de Trebenischte, était considéré par Vulic 1933, p. 167, non comme un brûle-parfum à part entière mais comme le support d’un brûle-parfum.

14  Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, inv. B. 2630, Zaïtseva 1997, p. 50, 51, fig. 9.

15  Zaïtseva 1997. L’auteur a publié cent cinq ustensiles de ce type provenant des cités du nord de la mer Noire. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Aglaé Achechova-Bustany, pour la traduction de cet article.

16 Zaïtseva 1997, p. 43, 44, fig. 5, nos 81-84.

17 Zaïtseva 1997, p. 42, fig. 4, nos 72-76.

18 Zaïtseva 1997, p. 40, 42, fig. 1-3, nos 4, 5, 19, 36, 44, 47, 49.

19  Jean-Louis Durand m’a fait part de cette observation à la suite de ma communication. Je l’en remercie vivement.

20  Exemplaires de la tombe X de Trebenischte, de Pompéi et du Louvre (n. 4 et 12). Pour ce dernier, le motif de prismes s’interrompt à l’aplomb des pieds.

21  Exemplaire de la tombe I de Trebenischte (n. 4).

22  Les languettes de l’ustensile de la tombe X de Trebenischte sont les plus creusées. Celles de l’ustensile de la tombe I sont seulement traitées graphiquement.

23  Le bronze reproduit l’apparence de la cire qui a été lissée sommairement après avoir été appliquée dans le moule qui comportait en négatif les languettes du plateau. Les pieds de lion n’ont pas été coulés séparément. Ils ont été modelés en cire et adaptés au plateau en cire avant la coulée. L’élément vertical du thymiatérion a été coulé à part puis soudé au plateau.

24  Tombe I de Trebenischte : cyma recta, languettes gravées à contour simple ; Delphes : cyma recta, languettes gravées à contour double ; tombe X de Trebenischte : cyma recta, languettes creusées à contour double ; Louvre : gorge simple, languettes creusées à contour simple.

25 Filow 1927, n72, p. 59-61, fig. 63, pl. X-XI. Stibbe 2000, p. 42, fig. 30.

26 Filow 1927, n65, p. 48-50, fig. 43-45.

27 Filow 1927, n88, p. 71, fig. 87.

28 Filow 1927, n63, p. 42-47, fig. 35a-c, 36, pl. VII-VIII ; Vassilev 1988 ; Stibbe 2000, p. 65, fig. 39 ; Rolley 2003, p. 91, fig. 42.

29  Filow a publié en 1927 le matériel funéraire des sept tombes découvertes entre mai et juillet 1918, avec des incertitudes sur l’association de certains objets pour les cinq premiers tombeaux. Voir toutefois Stibbe 2000, p. 58 sur cette question. Vulić a fouillé la tombe VIII en 1930, quatre nouvelles tombes dont trois intactes en 1932 et quatre tombes dont la riche tombe XIII en 1933.

30  L'hypothèse selon laquelle l’œnochoé de la tombe I, aurait été importée de Grande Grèce (Rolley 1982, p. 91) s'oppose toutefois aux conclusions plus récentes qui attribuent l'œnochoé et le cratère à volutes au même atelier (Rolley 2006, p. 312).

31  Tel le cratère à volutes de la tombe I. Ces conclusions (Vokotopoulou 1997, p. 30 ; Rolley 2003, p. 91) s’opposent à celles de C. Stibbe qui défend la thèse selon laquelle les vases seraient pour une part des importations laconiennes ou corinthiennes, et pour une autre part les produits d’un atelier mixte, d’artisans laconiens et corinthiens, situé peut-être à Dodone : c’est dans cet atelier que le cratère à volutes et l’œnochoé de la tombe I auraient été élaborés par un maître laconien (Stibbe 2000, p. 71, 72, 97-99, 159-161). Le traitement du décor des pieds des deux vases et le choix des motifs rapprochent en effet le cratère et l’œnochoé.

32  Rolley 2003, p. 134, 137, fig. 92, 6 et 10.

33  Rolley 2003, p. 92, avec la première mention du thymiatérion du Louvre.

34  À Trebenischte, il s’agissait d’une élite qui tenait vraisemblablement sa richesse du contrôle des mines d’argent de la région, et qui avait nécessairement des contacts avec les colonies corinthiennes de la côte adriatique. Sindos se trouve situé à l’ouest du fleuve aurifère Echedoros, l’actuel Gallikos. Cette communauté culturelle, de Trebenischte à la Macédoine centrale, a déjà été observée à l’occasion de l’étude des éléments de parure de Sindos. Elle a été confirmée par la fouille des sépultures archaïques de la nécropole d’Archontiko, à quelques kilomètres de Pella. Les défunts y sont parés de bijoux de même type et, pour certains d’entre eux (tombe 279 par exemple), de masques d’or qui se révèlent plus proches par leur décor de ceux de Trebenischte que de ceux de Sindos. Cette pratique des masques funéraires, propre à la Grèce du Nord pour l’époque archaïque (Despini 2009), conforte l’hypothèse du caractère également local de la production des éléments de parure. En effet, les échos entre le décor des masques, des appliques fixées sur les vêtements et sur certains casques de type illyrien, et de bijoux comme les boucles d’oreilles ne sont pas fortuits : par exemple, les masques d’or de Trebenischte (Filow 1927, pl. 1.1 ; Vulic 1934, p. 30, fig. 15) présentent en bordure une torsade encadrée de filets perlés, qui rappelle le décor ajouré des boucles d’oreilles de Sindos (Σνδος 1985, nos 150, 321, 436, 512).

35  Les cratères-dinoi ont été trouvés non seulement à Trebenischte mais également dans plusieurs sites de la région macédonienne et nulle part ailleurs (Stibbe 2000, p. 68).

36  Vokotopoulou 1997, p. 29. Sont mentionnées également les chèvres d’un cratère retrouvé dans une sépulture d’Aiani.

37  Rolley 2003, p. 91. Les datations les plus récentes des contextes funéraires dans lesquels ont été trouvées les phiales peuvent s’expliquer par un phénomène de thésaurisation.

38  Vokotopoulou 1997, p. 249, 250.

39  Les phiales d’argent à omphalos doré retrouvées dans les tombes macédoniennes de la deuxième moitié du vie siècle et du début du ve siècle av. J.-C. offrent trois types de décor : une alternance de fleurs de lotus et de feuilles à pointe effilée (phiales de Sindos, Rogozen et Kozani, n. 40-42) ; deux rangées de feuilles à pointe effilée qui alternent en périphérie avec des palmettes (type en calice de fleur illustré par les phiales de Vergina, tombe Λ ΙΙ, d'Archontiko, tombe T279, et d’une tombe de Chalcidique, n. 55-56) ; un décor limité au pourtour de l’omphalos (languettes rayonnantes pour une phiale de la tombe 67 de Sindos, Σνδος 1985, p. 188-189, n309).

40  Sindos, tombe 52, Σνδος 1985, p. 233, 235, n374.

41 Der Thrakische Silberschatz 1988, p. 64, 65, n2.

42  Nécropole de Kozani, tombe II. Kozani, Musée archéologique, inv. 589. Vokotopoulou 1997, p. 249-250, n119.

43  Sur cette phiale, les petites palmettes centripètes ont été remplacées par un simple arc de cercle.

44  Voir toutefois Jeffery 1990, p. 133, 135, 137, n2, pl. 22: vers 500 av. J.-C.

45  Vokotopoulou 1997, p. 250.

46  Les témoignages les plus anciens proviennent de Rhodes : une phiale d’argent, d’une sépulture à crémation de Ialysos, avec sept languettes entre les feuilles à pointe effilée, de la fin du viie siècle ou du début du vie siècle av. J.-C. ; probablement une phiale d’argent, à omphalos doré entouré d’une file d’animaux et de sphinx, et palmettes à quatre pétales qui alternent avec les feuilles à pointe effilée (« perhaps Rhodian », von Bothmer 1984, n12, p.21) ; un canthare d’argent de Camiros (musée du Louvre, Bj 2165) avec un médaillon d’or au centre, décoré de palmettes à quatre pétales, qui alternent avec les feuilles à pointe effilée et dont le cœur est souligné par un arc et un motif triangulaire perlés, du premier quart du vie siècle av. J.-C. Deux phiales de bronze, fragmentaires, qui dateraient de la première moitié du vie siècle av. J.-C., ont par ailleurs été mises au jour dans la « tombe des lions » de Milet. Leurs palmettes ont cinq pétales, dont quatre arrondis et le cinquième, au centre, à pointe triangulaire. Deux phiales d’argent, d’Asie Mineure sans provenance plus précise, sont conservées à Berlin. Elles présentent également des palmettes à cinq pétales (Strong 1966, p. 56-58, fig. 12, pl. 8B-C, 9A ; Forbeck, Heres 1997, p. 26-31 ; Rolley 2003, p. 91). Le même motif se retrouve sur la base en forme de chapiteau d’une statuette de corè, support d’ustensile, qui peut être datée stylistiquement des années 580-560 av. J.-C. et qui proviendrait d’Ionie (Vokotopoulou 1997, p. 130, 251, fig. 122 ; Rolley 2003, p. 92). L’alternance de palmettes et de feuilles à pointe effilée aux contours redoublés, est incisée sur l’échine concave du chapiteau. Le tore encadré de filets, sous l’échine, s’apparente par son décor à celui de l’omphalos de la phiale conservée à New York. Notons également que l’abaque est orné du motif de prismes qui sera présent ultérieurement dans le décor des vases de Trebenischte et de certains des thymiatéria.

47  Des voies de circulation maritime vers l’ouest existaient également, comme en témoigne la présence de motifs comparables sur un aryballe d’argent d’une tombe de Léontinoi (Winnefeld 1899, p.30-31).

48  Temple daté de la fin du vie siècle ou du début du ve siècle av. J.-C., voir en particulier Bakalakis 1936, p. 8-11, 18, 21, fig. 10, 13, 27, 29ε.

49  Par exemple les cornes à boire de la tombe I, Filow 1927, n35, p. 30, pl. VI.1, et de la tombe VIII, Vulić 1932, p. 11, fig. 12 ; et les gobelets hauts de la tombe VIII, Vulić 1932, p. 12-15, fig. 15-18. L’association d’une corne à boire et d’un cratère à volutes métallique est attestée à la même époque dans un contexte corinthien colonial : elle figure dans la scène de banquet du fronton de Phigareto (Corfou), sculpté probablement vers 530-520 av. J.-C. (Rolley 1994, p. 190-191 et 193, fig. 173).

50  Vulić 1932, p. 13, 14, fig. 15 et 17.

51  Vulić 1932, p. 13. On voit bien, p. 14, fig. 17, que le motif du bord supérieur était rapporté.

52  Gobelet de la tombe V : Filow 1927, n36, p. 31, pl. VI.2. ; gobelets de la tombe VIII : Vulić 1932, p. 13-14, fig. 15-18 ; Strong 1966, p. 60, fig. 14b ; phiale de Maikop : Strong 1966, p. 75, pl. 14A ; Greifenhagen 1970, p. 56, pl. 29.1-2.

53  Tombe masculine, Σνδος 1985, n217, 218, p. 135, 136.

54  Tombe féminine, Σνδος 1985, n108, p. 76.

55  Andronikos 1988, p. 2, fig. 3 ; Andronikos, Kottaridou 1988, p. 103-104, pl. 77 ; Heracles to Alexander 2011, no 201, p. 100, fig. 89. Pour le phiale d'Archontiko, tombe T279, voir Chrysostomou 2009, p. 486, fig. 12. Cette tombe est datée vers le milieu du vie siècle av. J.-C.

56 Hassel 1967, p. 201, pl. 49. Forbeck, Heres 1997,p. 30. La localisation exacte de la tombe n’est pas connue. Une phiale retrouvée dans une tombe princière de Sirolo-Numana présente une variante de ce type avec, autour de l’omphalos, une frise de sphinx et d’animaux parmi lesquels figure un archer (Landolfi 1999 ; Rolley 2003, p. 91 n. 60, p. 228, fig. 177b et 178). Cette frise rappelle celle de la phiale rhodienne plus ancienne conservée à New York (note 45) et témoigne de l’existence d’une voie maritime qui reliait au vie siècle la Grèce de l’Est au Picenum.

57  Hassel 1967, p. 202-203, fig. 2, pl. 51.2.

58  Descamps-Lequime 2001 et Au royaume d'Alexandre le Grand 2011, n°45/1 p. 126-127. Le haut niveau atteint par la métallurgie du fer en Grèce du Nord est attesté également dès le vie siècle par le mobilier miniature présent dans les sépultures. Les exaleiptra mentionnés sont en fer, avec des anses et des attaches en forme de bobine en bronze. Ils peuvent être indépendants ou être fixés sur des trépieds de bronze. L’exemplaire de Karabournaki, conservé au Louvre, se trouvait dans une sépulture datée du premier quart du ve siècle av. J.-C. ; l’exemplaire complet, avec couvercle, d’Aphytis en Chalcidique, a été retrouvé dans une sépulture datée par son matériel de 480-470 av. J.-C. (Missailidou-Despotidou 2006, p. 493, 501, fig. 7).

59  Trebenischte, Stobi, Delphes et Pompéi.

60  De Pompéi à Malmaison 2008, p. 197, n105. C’est à Catherine Bastien que l’on doit l’analyse de l’inventaire de la collection Durand.

61  Lazzarini, Zevi 1988.

62  Sur la question de la présence de bronzes archaïques et classiques à Pompéi, voir Zevi, dans Lazzarini, Zevi 1988, p. 39-41.

63 Rolley 2000.

64  Vokotopoulou 1984, p. 154 ; Vokotopoulou 1997, p. 126-127, 248-249, fig. 116-117 ; Rolley 1990, p. 197, 203 ; Rolley 2000, p. 435, 436 et 438.

65  Le rôle joué par des cités comme Apollonia ou Épidamne, au débouché des voies de circulation, n’était pas négligeable. Rappelons que ces cités contrôlaient aussi la remontée maritime le long de la côte illyrienne de l’Adriatique, plus navigable que la côte italienne.

66 Lamboley 1984, p. 195, 196 ; Lamboley 1990, p. 237.

Table des illustrations

Titre 1. L’ustensile avant restauration
Légende Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2601.
Crédits © A. Conin.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2. Brûle-parfum
Légende Trebenischte, tombe I, musée de Sofia.
Crédits © DR.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 3. Brûle-parfum
Légende Trebenischte, tombe X, Musée national de Belgrade.
Crédits © DR.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 4. Brûle-parfum
Légende Pompéi, Musée archéologique de Naples.
Crédits © DR.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 5. Brûle-parfum fragmentaire
Légende Delphes.
Crédits © École française d’Athènes.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 6. Brûle-parfum fragmentaire
Légende Delphes, fiche manuscrite de Claude Rolley.
Crédits © DR.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-6.png
Fichier image/png, 167k
Titre 7. Le support de l’ustensile Br 2601 après dérestauration : le thymiatérion
Légende Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2601.1.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Christian Larrieu.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 8. Dessin du profil du thymiatérion Br 2601.1
Crédits © Musée du Louvre, dessin de Stéphanie Noël.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-8.png
Fichier image/png, 717k
Titre 9. Dessin de l’intérieur du thymiatérion Br 2601.1
Crédits © Musée du Louvre, dessin de Stéphanie Noël
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 10. Le thymiatérion Br 2601.1
Légende Vue de l’orifice antique à l’intérieur de la coupelle.
Crédits © A. Conin.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 11. Le thymiatérion Br 2601.1
Légende Vu du dessous.
Crédits © A. Conin.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 12. Le thymiatérion Br 2601.1
Légende Détail de la partie supérieure.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Christian Larrieu.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-12.png
Fichier image/png, 325k
Titre 13. Œnochoé, Trebenischte, tombe I
Légende Détail du décor du pied, d’après Stibbe 2000, fig. 30.
Crédits © Musée de Sofia.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 14. Cratère à volutes, Trebenischte, tombe I
Légende Détail du décor du pied, d’après Stibbe 2000, fig. 39.
Crédits © Musée de Sofia.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4400/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Descamps-Lequime, « Un thymiatérion archaïque en bronze dans les collections du Louvre », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Sophie Descamps-Lequime, « Un thymiatérion archaïque en bronze dans les collections du Louvre », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://inha.revues.org/4400

Auteur

Sophie Descamps-Lequime

Musée du Louvre

Droits d’auteur

Tous droits réservés