Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
Claude Rolley et la Grèce

Regards nouveaux sur deux quadriges delphiques

Anne Jacquemin et Didier Laroche

Entrées d’index

Lieux :

Delphes

Index chronologique :

Antiquité

Notes de l’auteur

ID : Inscriptions de Délos

Texte intégral

  • 1  Rolley 1990 ; Rolley 2003.
  • 2  Rolley 1994, p. 344-347.
  • 3  FD III 3, 383, ll. 35-36 (décret en l'honneur de juges rhodiens : décision de gravure sur la base (...)
  • 4  Jacquemin, Laroche 1986. Pour la tige en bronze doré, voir p. 300. Pour la restitution du fût, voi (...)

1En hommage à Claude Rolley, nous avons choisi de présenter le résultat de réflexions nouvelles sur deux groupes de bronze qui comptent parmi les réalisations les plus imposantes du sanctuaire delphique : le quadrige syracusain dont l'élément le mieux conservé est le cocher, le célèbre « aurige de Delphes », auquel Claude Rolley consacra un gros article dans le BCH 1990 et l'exposé de clôture du Symposion Passavant au Liebighaus de Francfort en 20001, sans parler des pages du tome premier de sa Sculpture grecque2 d'une part, « le char en or dédié par le peuple rhodien3 », pour lequel il nous proposa un fragment de tige de bronze doré qui pourrait être le montant vertical droit de la rampe du char du Soleil, d'autre part4. Nous avons discuté bien des fois avec lui à Delphes, dans le sanctuaire et au musée, de ces deux monuments et le séminaire doctoral organisé en novembre 2005 par l'École française d'Athènes fut encore une occasion d'aborder la question des grands bronzes delphiques.

2Notre étude abordera les deux monuments à l'inverse de l'ordre chronologique, parce que les remarques sur le char des Rhodiens sont purement techniques et sans incidence sur la perception du monument, alors que celles que nous ferons sur le quadrige syracusain changent notre vision de cette offrande.

La mise en place du groupe d'Hélios sur la base rhodienne

  • 5  Jacquemin, Laroche 1986, p. 291 et 293.
  • 6  Cette carrière, alors en Carie, n'était pas loin de Rhodes. Les carrières de Milas, toujours en ex (...)

3Lorsqu’en 1986 nous avons publié notre article sur le char des Rhodiens (fig. 1), nous étions restés perplexes5 devant une série de quatre mortaises (fig. 2) disposées en couronne à l'assise supérieure accueillant, outre le groupe en bronze du char, de son conducteur et des chevaux, les éléments en pierre du lever du soleil, le support du char en pierre rose de Mylasa, bien appropriée pour évoquer les couleurs de l'aurore6 et le décor de vagues dont il reste un bloc.

1. Reconstitution...1. Reconstitution du pilier rhodien avec le groupe d'Hélios de la phiale italiote

1. Reconstitution du pilier rhodien avec le groupe d'Hélios de la phiale italiote

2. Pilier des Rho...2. Pilier des Rhodiens : assise supérieure

2. Pilier des Rhodiens : assise supérieure

3. Pilier des Rho...3. Pilier des Rhodiens : interprétation des mortaises de l'assise supérieure

3. Pilier des Rhodiens : interprétation des mortaises de l'assise supérieure

  • 7  L'hypothèse de vestiges d'un emploi antérieur n'est guère probable, ce serait en effet la seule as (...)

Larges de 5 cm, profondes de 3 cm, ces mortaises se prolongent jusqu'au bord de la plinthe. Bien qu’elles se présentent comme des mortaises de crampons en Pi, il ne peut s’agir d’un liaisonnement entre blocs, puisqu’elles se dirigent toutes vers l’extérieur de la plinthe7. Lorsqu’on observe leur disposition en plan, on constate qu’elles s’inscrivent dans un schéma de distribution régulière avec trois crampons sur les petits côtés et quatre sur les longs côtés (fig. 3). Il est donc logique de restituer l’ensemble des quatorze crampons selon ce schéma, puisque les crampons restitués correspondent aux blocs manquants.

  • 8  Martin 1965, p. 159, fig. 65. Voir aussi le dessin de M. Korres dans Tournikiotis 1994, p. 63 fig. (...)
  • 9  Martin 1965, p. 158 : les exemples concernent des colonnades, des frontons et des charpentes.

4Au Parthénon, de longues tiges de fer encastrées dans la corniche passent sous les orthostates tympanaux et se recourbent derrière eux8. Nous avions donc songé à des liens métalliques assujettissant un cerclage destiné à maintenir les pierres qui venaient sur la plinthe9, mais on se heurte à des impossibilités matérielles. Nous avons ensuite cru distinguer des traces de rouille sur le bandeau plat à la base du bloc orné de vagues et nous avons alors pensé à un décor métallique qui aurait été accroché par les tiges venant dans les mortaises. Mais ces crampons étaient totalement disproportionnés pour une telle fonction.

  • 10  Nous avons également consulté le site des archives fédérales allemandes où nous avons trouvé d'int (...)

5Tout cela n'était guère satisfaisant. En fait, nous ne nous étions pas posé la question de la mise en place du groupe en bronze doré d’Hélios, ni celle de la sculpture du décor marin d’où surgissait son char. Ce sont les images du remontage du quadrige de la Porte de Brandebourg à Berlin présentées dans un DVD du magazine Der Spiegel qui nous ont apporté une piste nouvelle pour l’interprétation de ces mortaises10.

  • 11  En 1994, on créa, dans la partie nord de la porte, un espace du silence destiné à rappeler que la (...)
  • 12  Bundesarchiv, Bild 102-02370 (travaux en octobre 1928) ; 102-13180 (travaux mars 1932) ; 183-58897 (...)

6Le groupe sculpté berlinois a, on le sait, connu une histoire mouvementée depuis la fin du xviiisiècle où la porte avait été conçue comme « porte de la Paix » surmontée par le quadrige d'Eiréné entrant dans la ville. La déesse avait des ailes, mais c'était bien la Paix qu'on célébrait, comme le montrait la frise de l'attique, tandis que les métopes utilisaient une thématique parthénonienne pour célébrer les guerres de Frédéric II heureusement arrivées à leur terme. Le quadrige de Schadow connut un premier démontage en 1807 pour être installé à Paris. Lors du retour triomphal du quadrige à Berlin en 1814, Schinkel décora la déesse de la croix de fer et de l'aigle prussien. Fort endommagées par les bombardements de la fin de la seconde guerre mondiale, les statues furent démontées en 1950 – on ne garda qu'une tête de cheval – et remplacées en 1958 par des copies fondues à Berlin-Ouest à partir des moules réalisés en 1943, mais la déesse qui se trouvait alors à Berlin-Est n'avait plus ni aigle ni décoration. Le groupe, qui avait quelque peu souffert de la liesse populaire en novembre 1989, fut descendu pour restauration et replacé le 17 juin 1991 : la déesse retrouvait son aigle et sa croix de fer11. Les photographies prises lors des divers démontages et remontages montrent toujours la présence et l’importance d'une plateforme de travail pour procéder aux manipulations sur les sculptures12.

  • 13  Musée de Birmingham. On pourra évoquer aussi le tableau de Karl Friedrich Schinkel, Regard sur l'Â (...)
  • 14  Même Marie-Christine Hellmann, qui porte une attention particulière à la vie du chantier de constr (...)
  • 15  Orlandos 1966, p. 14 et n. 19 (Théophraste, Histoire des Plantes, V 6, 2) et p. 47, n2 (Nonnos, (...)
  • 16 Orlandos 1966, p. 45.
  • 17 IG I3 476, fig. XIII col I, 18-25 (échafaudage aux colonnes du porche nord) ; l. 25-28 (échafaudage (...)
  • 18  IG II2 1672, 178-179. Voir Feyel 2006, ÉL 3.
  • 19  ID 165, 33-34 (en 275) ; 199A, 54 (en 274) ; 290, l. 240 et 241 (en 246) – dans la seconde occurre (...)
  • 20  Le cas est différent avec les architectures de briques où les trous de boulin – terme inconnu du l (...)
  • 21  Deux des chevaux de Saint-Marc pèsent respectivement 834,75 et 897 kg : Les Chevaux de Saint-Marc (...)

7Ces photographies berlinoises évoquent une autre image, due à l’inspiration du peintre Lawrence Alma-Tadema, le tableau montrant Phidias faisant visiter le chantier du Parthénon13. Pour des raisons de composition picturale, le peintre n’a pas situé correctement en hauteur cette plateforme, mais l’image a le mérite d’illustrer une étape importante de la réalisation de la frise. Curieusement, les archéologues ont été moins attentifs au problème des moyens d'accès aux emplacements de travail que les artistes : les images d'échafaudage, du moins pour l'architecture grecque, sont quasi inexistantes, on ne rencontre guère que des machines élévatrices de pierres, mais rien vraiment pour les ouvriers14. Même si A. K. Orlandos mentionne le nom grec ancien de l'échafaudage (κρον ou κριον, généralement au pluriel), les deux seuls exemples qu'il donne sont empruntés l'un à Théophraste qui recommande le figuier pour les échafaudages, comme pour tout support vertical, l'autre aux Dionysiaques de Nonnos15. On notera, dans ce dernier cas, l'emploi du verbe γομφω (goujonner), alors que l'unique technique de construction d'échafaudages signalée par A. K. Orlandos est celle de l'assemblage de bois ronds au moyen de cordes16. Les comptes de l'Érechthéion des sixième et septième prytanies de l'année 408/7 av. J.-C. mentionnent le versement de sommes à des artisans qui ont retiré des échafaudages ayant servi à mettre en place les reliefs du mur nord, et à faire les cannelures des colonnes du porche. Ces mêmes comptes indiquent également le versement de sommes à d'autres artisans qui ont, en revanche, monté des échafaudages à l'intérieur de l'édifice pour la décoration du plafond17. Les comptes d'Éleusis en 329/8 av. J.-C. conservent pour la sixième prytanie le nom d'un métèque, Agathôn, qui a pris en adjudication la pose des échafaudages nécessaires au ravalement et au stucage des pilastres d'ante du sanctuaire de Pluton et au dépôt d'une couche de poix pour étanchéifier le plafond18. Dans les comptes de Délos de l'époque de l'Indépendance apparaît non seulement la mise en place des échafaudages, mais aussi leur fabrication19. Les témoignages écrits relatifs à des structures provisoires qui ne laissent guère de traces archéologiques20 sont donc assez rares, mais ne doivent pas faire oublier la nécessité de telles installations pour toute construction de quelque importance. Si un cheval du groupe pesait quelques 900 kg21, il faut restituer environ 4 tonnes pour les chevaux et la statue du dieu. Toujours pour ce qui concerne le groupe sculpté, à ce poids il faut ajouter la caisse du char – qui était en bronze ou en marbre – plus les dauphins bondissants situés à au moins deux angles de la plateforme, et enfin divers décors marins dont l'un (une coquille) a laissé son empreinte sur la pierre aux vagues.

4. Pilier des Rho...4. Pilier des Rhodiens : restitution de l'échafaudage pour la construction du pilier

4. Pilier des Rhodiens : restitution de l'échafaudage pour la construction du pilier

5. Pilier des Rho...5. Pilier des Rhodiens : mise en place des sculptures au niveau de la plate-forme supérieure de l'échafaudage (le cheval est celui du groupe du jockey de l'Artémision)

5. Pilier des Rhodiens : mise en place des sculptures au niveau de la plate-forme supérieure de l'échafaudage (le cheval est celui du groupe du jockey de l'Artémision)

  • 22  De ce décor animalier ne subsistent que la trace d'une fixation pour sculpture de pierre – point c (...)
  • 23  Voir Bundesarchiv, Bild 183-M1015-327, le démontage des vestiges du groupe de la porte de Brandebo (...)

8Dans le cas du pilier rhodien, la nécessité de disposer d’une plateforme stable de travail (ξλωμα) donne l’explication des tiges métalliques : elles ont servi à assujettir au pilier le plancher qui prolongeait le monument à l'assise terminale. C'est sur cette plate-forme, dernier plateau d'un échafaudage (fig. 4 et fig. 5), que se tenaient les ouvriers qui ont réceptionné le char, Hélios et les chevaux, montés un à un, comme leurs confrères berlinois ; c'est là que se tenaient les artisans qui ont sculpté le décor de vague et peut-être les dauphins22. Cette installation soignée a sûrement servi à la mise en place du groupe. À l'issue des travaux, il a suffi de scier la partie saillante des crampons ; leur section coupée n'apparaissait pas, pour un spectateur en contrebas, en raison du débord de la moulure. Comme Pausanias ne mentionne pas le monument, nous pouvons peut-être imaginer que le quadrige fut victime de la cupidité de Néron, quoique la mention d'un char d'Hélios près du Forum Bovis de Constantinople puisse également faire songer, comme pour la colonne serpentine voisine, à un transfert dans la nouvelle capitale. Dans un cas comme dans l'autre, il a également fallu implanter un échafaudage autour du pilier23.

6. Le char d'Héli...6. Le char d'Hélios, phiale italiote

6. Le char d'Hélios, phiale italiote

Musée du Louvre, K174 (autorisation A. Pasquier pour BCH 1986).

  • 24 Taranto nella civiltà della Magna Grecia 1971, pl. XL ; Trendall, Cambitoglou 1982, p. 979, n29. (...)
  • 25  Jacquemin, Laroche 1986, p. 299, fig. 7 ; Trendall, Cambitoglou 1982, p. 979, n29.215 : groupe d (...)
  • 26  Jacquemin 2004, p. 97-108.

9La comparaison avec des quadriges modernes montre que le sculpteur rencontre de grandes difficultés à rendre bien visible le conducteur du char : le long guidon que tient l'Eiréné-Niké de Berlin est la solution trouvée par Schadow pour présenter la déesse. Les figures qui ornent le char du Brabant de la place du Cinquantenaire à Bruxelles sont debout sur la rambarde du char. Le char de l'Hélios du Grand-Palais à Paris est inversé : la paroi se trouve à l'arrière. Que voyait-on de l'Hélios rhodien ? L'iconographie des vases italiotes du ive siècle recourt aussi à des artifices pour donner à voir Hélios, sans avoir pourtant l'obstacle de la vision en contre-plongée (fig. 6). Ainsi, sur une phiale du musée de Bari, le peintre a écarté excessivement les timoniers et les a rapprochés des bricolliers, afin de montrer l'aurige de face24 ; en revanche, le choix d'une vue latérale sur la phiale K 174 du Louvre résout en grande partie le problème25. Un quadrige n'était sans doute pas la meilleure mise en scène possible, si elle ne s'imposait dans le cadre d'une imitation divine ou héracléenne pour les rois hellénistiques et les imperatores romains26.

L'emplacement du groupe de l'Aurige

10En rapprochant les éléments du groupe dit de « l'aurige » conservé à Delphes d'un texte de Pausanias relatif au monument élevé à Olympie par Deinoménès, le fils d'Hiérôn de Syracuse, en mémoire des trois victoires de son père, Claude Rolley avait proposé d'associer le monument non plus à une hypothétique victoire de Polyzélos, mais aux trois victoires bien réelles de son frère Hiérôn. Dans sa seconde étude consacrée à l'aurige, Claude Rolley corrigeait sa restitution en prenant en compte les remarques de François Salviat : puisque l'étalon Phérénikos avait permis à Hiérôn de remporter ses deux victoires au cheval monté à Delphes, il n'y avait aucune raison d'avoir deux chevaux isolés encadrant le quadrige, alors qu'à Olympie où les victoires étaient dues à Phérénikos pour l'une, à un cheval anonyme pour l'autre la représentation des deux chevaux s'imposait. Dans son exposé du Liebighaus, Claude Rolley soulignait qu'une restitution avec un seul cheval était plus satisfaisante à tous points de vue.

7. Reconstitution...7. Reconstitution du groupe de l'aurige, nouvelle proposition présentant côte à côte l'étalon Phérénikos et le quadrige

7. Reconstitution du groupe de l'aurige, nouvelle proposition présentant côte à côte l'étalon Phérénikos et le quadrige

D'après un dessin de F. Krischen, reproduit et colorié dans P. Themelis, Guide de Delphes, 1980. Modifié par D. Laroche.

  • 27  Hampe 1941.
  • 28  Les sources littéraires et épigraphiques montrent que les attelages sont plus souvent composés de (...)
  • 29  Hampe 1941, p. 42 fig. 32.
  • 30  Chamoux 1955, p. 26.
  • 31  Pausanias, VI 12, 1 et VIII 42, 8-9 : il cite les épigrammes de dédicace et de signature à propos (...)
  • 32  Eckstein 1969, p. 54-60.
  • 33  Jacquemin 1999, p. 69 et 126 : proposition de replacer sur la fondation le monument consacré par A (...)
  • 34 Korres 2000, p. 296-313.
  • 35 Raubitschek 1949, p. 205, n174.
  • 36 Stevens 1946, p. 17-19.
  • 37 Korres 2000, p. 310-311, fig. 20-22.
  • 38  Korres 2000, p. 312-313, fig. 23-25.
  • 39  Pausanias, VI 1, 6. Sur les monuments de victoire à la course de chars à Olympie, voir Lévêque 194 (...)
  • 40  Pausanias, VI 4, 10.
  • 41  Pausanias, VI 12, 6. Il pourrait en être de même du char de Cratisthénès de Cyrène (Pausanias, VI (...)
  • 42  Pausanias, VI 9, 5.

11Un seul cheval, c'était déjà la proposition de R. Hampe27 qui ne prenait en compte que les vestiges : deux catégories de jambes – des jambes plus fines pour les juments du quadrige, des jambes plus fortes pour l'étalon Phérénikos28 – et un bras d'enfant tenant manifestement un cheval. Pour permettre de visualiser le groupe ainsi recomposé, le dessin (fig. 7) s'inspire de la restitution de R. Hampe dessinée par F. Krischen29, mais en replaçant les statues telles qu'elles étaient sur la base, puisque Fr. Chamoux a bien montré, par l'étude des mortaises, que le quadrige se présentait de face30. Peut-on aller plus loin dans les propositions de restitution, compte tenu des éléments conservés, à savoir l'aurige, des fragments de chevaux et du char, un bras d'enfant et une dalle antérieure du monument qui porte la moitié de la dédicace ? Il nous reste peu de vestiges de bases ayant porté des quadriges : nous n'avons rien du monument d'Hiérôn à Olympie que Pausanias évoque deux fois31 et ce que nous possédons du monument de Gélôn dans ce même sanctuaire nous apporte peu d'indications, sinon que la dédicace était gravée sur la face antérieure, comme l'indique la forme des mortaises pour les sabots32. Cela ne nous permet que de restituer de façon probable un char sur la grande base à encastrement de la place du pronaos à Delphes (SD 521)33. C'est pourquoi l'étude des bases de chars de l'acropole d'Athènes par Manolis Korrès présente ici un grand intérêt. Plus que les quadriges hellénistiques, c'est le quadrige de Pronapès dont une dalle de la base a été découverte lors du démontage des éléments de la porte ouest du Parthénon dans son état d'église paléo-chrétienne34. Vainqueur aux Isthmia, aux Néméa, aux Panathénées, Pronapès avait consacré un monument à Athéna35. G. P. Stevens avait restitué un quadrige avec l'aurige dans le char36. L'identification de cinq autres blocs de l'assise porte-statues a conduit M. Korres à modifier la proposition de restitution. En effet, la base présentait à l'arrière, à côté des mortaises pour les pieds des chevaux, des semelles pour deux statues humaines. Comme les vestiges interdisent de placer plus de quatre chevaux sur la base, M. Korrès propose deux restitutions : un quadrige vide, dont les chevaux sont tenus, deux par deux, par des palefreniers37 – cette solution présente l'inconvénient de rompre l'organisation habituelle de l'attelage qui sépare nettement les timoniers des chevaux de volée –, ou un quadrige avec l'aurige qui tient trois chevaux sur quatre, les deux timoniers et le cheval de volée droite, à l'arrière, à droite, Pronapès lui-même, le propriétaire qui avait été déclaré vainqueur, à gauche, un palefrenier tenant le cheval de volée de gauche38 – là encore la rupture de la logique de l'attelage fait problème. La disposition des chevaux, des hommes en pied et celle de l'inscription avec la liste des concours invitent à se demander si Pronapès n'aurait pas remporté des victoires avec deux biges différents et s'il n'aurait pas voulu faire figurer ses deux attelages, mais on ignore si cette épreuve, connue à Athènes, existait alors à l'Isthme et à Némée... Dans le cas de la base delphique, on pourrait imaginer une disposition voisine de celle que propose M. Korrès, mais la présence d'un cinquième cheval résout alors le problème des rênes : qui mettre dans le char ? L'aurige, comme il est d'usage ? Hiérôn, en sachant bien qu'il n'est pas venu à Delphes ? Nous aurions alors à pied le jockey de Phérénikos (ou son palefrenier) et l'aurige (mais est-ce vraisemblable ?) ou Hiérôn. La façon dont Pausanias décrit le monument de la Spartiate Kynisca – « sur une base de pierre un quadrige, le cocher et la statue de Kynisca39 » – laisse entendre que c'est le cocher qui est sur le char et que la propriétaire est figurée en pied à côté. Il en est de même du monument de Lampos de Philippes qui présente « la statue d'un éleveur de chevaux avec son char et sur le char est montée une jeune fille40 » : Pausanias a pris l'aurige pour une jeune fille à cause de sa longue robe, la xystis, ou le conducteur serait Nikè, mais dans ce cas, la figure féminine aurait eu des ailes. Le périégète éprouve le même embarras pour décrire le char de Timôn d'Élis41. Quand il évoque le monument de Gélôn, il distingue bien, en revanche, parmi les œuvres de Glaukias d'Égine figurant sur la même base, le char et la statue du tyran42.

8. Reconstitution...8. Reconstitution en plan du groupe de Hiéron, avec l'aurige à pied à côté du char

8. Reconstitution en plan du groupe de Hiéron, avec l'aurige à pied à côté du char

9. Fondation SD 5...9. Fondation SD 535, vue de l'état actuel

9. Fondation SD 535, vue de l'état actuel

10. Fondation SD ...10. Fondation SD 535, plan de l'Atlas

10. Fondation SD 535, plan de l'Atlas

Plan extrait de FD II Atlas, complété par l'élévation sud.

12. Plan montrant...12. Plan montrant l'alignement de la porte nord du temple, de la porte SD 528 et de la base attribuée au groupe de Hiéron

12. Plan montrant l'alignement de la porte nord du temple, de la porte SD 528 et de la base attribuée au groupe de Hiéron

  • 43  Pausanias, VI 12, 1.
  • 44  Pausanias, VI 12, 7.

La description du monument d'Hiérôn « un char en bronze et un homme monté dessus » – il ne peut s'agir que de l'aurige – « des chevaux de selle, un de chaque côté du char, et des enfants sont assis dessus » est claire sur ce point43. On ne peut rien dire du char de Théochrestos de Cyrène que Pausanias ne décrit pas, mais dont il paraphrase la dédicace44 : on pourrait cependant conclure que le propriétaire n'était pas représenté. Ces exemples d'Olympie inviteraient donc à garder l'aurige dans le char et à placer Hiérôn à côté, comme c'était le cas de Gélôn à Olympie. Inversement, la direction du regard de l'aurige s'expliquerait mieux, si, placé à côté des chevaux, il était légèrement tourné vers le cheval de volée de gauche. De même, la disposition des pieds suggère qu'il n'est pas sur le char, ce qui réclamerait une posture plus stable (fig. 8 : répartition du groupe sculpté). La disposition de la main de l'enfant et les restes de l'objet qu'il tenait incitent à exclure une représentation semblable à celle du monument d'Olympie avec un cheval monté et à choisir la version d'un cheval tenu à la main.

  • 45  Roux 1966, p. 277-287 ; Daux 1968.
  • 46  J. Pouilloux donne une description précise des vestiges, présente les différentes interprétations (...)
  • 47  Chamoux 1955, p. 9, 39-40 ; Pouilloux 1960, p. 92, suite p. 91, n. 2.
  • 48 Bommelaer 1991, p. 170, fig. 72.
  • 49  Pausanias, X 24, 7 ; Frickenhaus 1910, p. 249-273.

12La fondation rectangulaire située au-dessus de l'ischégaon (fig. 9) a longtemps été attribuée au sanctuaire de Poséidon, le Poteidanion, attribution qui a fait l'objet de discussions passionnées entre Georges Roux et Georges Daux45. Mais les fondations ne sauraient être celles d'un édifice ou d'un enclos : ce sont celles d'une base pleine46 (fig. 10). Or, les fragments du groupe de l'aurige ont été retrouvés en contrebas de cette fondation47 dont les dimensions conviennent à l'implantation du groupe du char et du cheval (fig. 11). Cette fondation surplombe un passage (Atlas 528) qui a été ultérieurement condamné et transformé en bassin48. A. Frickenhaus avait identifié cette niche dite de l'ischégaon avec le passage emprunté par Pausanias qui décrit la source Cassôtis derrière une porte dans un mur qui n'est pas très haut49. En prenant en compte le fait qu'à l'époque de l'installation du groupe syracusain l'ischégaon était moins haut, la base d'Hiérôn était bien mise en valeur dans un axe unissant le temple, le passage menant à Cassôtis et le monument syracusain. On notera que la porte nord du temple dans son état du ive siècle se trouve sur cette même ligne qui devait avoir un sens cultuel important liant Apollon à Cassôtis dont les eaux étaient indispensables aux cérémonies qui se déroulaient dans le temple (fig. 12).

13Le tyran de Syracuse, triple vainqueur aux Pythia, avait ainsi à Delphes un monument qui occupait une place significative. Présent avec son frère sur la place du pronaos, il jouissait d'une position dominante dans l'espace du sanctuaire.

Bibliographie

Bol 2003 : P. C. Bol (éd.), Zum Verhältnis vom Raum und Zeit in der griechischen Kunst, Passavant-Symposion, 8. Bis 10. Dezember 2000, Möhneser-Wamel, Bibliopolis, 2003.

Bommelaer 1991 : J.-Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le Site, Athènes, École française d'Athènes, 1991.

Chamoux 1955 : F. Chamoux, L'Aurige (FD IV 5), Paris, Éd. de Boccard, 1955.

Daux 1968 : G. Daux, « Le Poteidanion de Delphes », BCH 92, 1968, p. 540-549.

Eckstein 1969 : F. Eckstein, ΑΝΑΘΗΜΑΤΑ. Studien zu den Weihgeschenken des strengen Stils im Heiligtum von Olympia, Gebr. Mann Verlag, Berlin, 1969.

Feyel 2006 : M. Feyel, Les Artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classiques et hellénistiques à travers la documentation financière en Grèce, Athènes, École française d'Athènes (« Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », 318), 2006.

Frickenhaus 1910 : A. Frickenhaus, „Heilige Stëtten in Delphi“, MDAI(A) 35, 1910, p. 235-273.

Ginouvès, Martin 1985 : R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l'architecture grecque et romaine, 1. Matériaux, techniques de construction et formes du décor, Athènes/Rome, École française d'Athènes/École française de Rome (« Collection de l'École française de Rome », 84), 1985.

Hampe 1941 : R. Hampe, Der Wagenlenker von Delphi, Munich, F. Bruckmann,1941.

Hellmann 2002 : M.-C. Hellmann, L'Architecture grecque, 1. Les principes de la construction, Paris, Picard, 2002.

Jacquemin 1999 : A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes, Athènes, École française d'Athènes (« Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », 308), 1999.

Jacquemin 2000 : A. Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la Grande fouille : Essai de bilan, (Actes du colloque d’Athènes - Delphes 17-20 septembre 1992), BCH suppl. 36, Athènes, École française d'Athènes, 2000.

Jacquemin 2004 : A. Jacquemin, « En pied, à cheval ou en char… images du pouvoir à Delphes », dans Perrin, Petit 2004, p. 97-108.

Jacquemin, Laroche 1986 : A. Jacquemin, D. Laroche, « Le char d'or consacré par le peuple rhodien », BCH 110, 1986, p. 285-307.

Jacquemin, Laroche 1987 : A. Jacquemin, D. Laroche, « Chronique des fouilles : Delphes - Région à l'est de l'autel de Chios », BCH 111, 1987, p. 613.

Korres 1995 : M. Korres, From Pentelicon to the Parthenon, Athènes, Melissa, 1995.

Korres 2000 : M. Korres, « Αναθηματικά και τιμητικά τέθριππα στην Αθήνα και τους Δελφούς », dans Jacquemin 2000, p. 293-329.

La Coste-Messelière 1969 : P. de La Coste-Messelière, « Topographie delphique », BCH 93, 1969, p. 730-758.

Les Chevaux de Saint-Marc 1981 : Les Chevaux de Saint-Marc, Venise, cat. exp. (Paris, Grand Palais, 10 avril-10 août 1981), Paris, Réunion des Musées nationaux, 1981.

Lévêque 1946 : P. Lévêque, « Les quadriges d'Olympie », RA 1946/II, p. 129-138.

Martin 1965 : R. Martin, Manuel d'architecture grecque, Paris, Picard, 1965.

Orlandos 1966 : A. K. Orlandos, Les Matériaux de construction et la technique architecturale des Grecs, I, trad. du grec par Vanna Hadjimichali, Paris, Éd. de Boccard, 1966.

Orlandos 1968 : A. K. Orlandos, Les Matériaux de construction et la technique architecturale des Grecs, II, trad. du grec par Vanna Hadjimichali et Krista Laumonier, Paris, Éd. de Boccard, 1968.

Perrin, Petit 2004 : Y. Perrin, Th. Petit (éd.), Iconographie du pouvoir, Saint-Étienne, Publications de l'université de Saint-Étienne, 2004.

Pomtow 1912 : H. Pomtow, Delphica III. Bericht über die Ergebnisse einer dritten Reise nach Delphi (Separat-Abdruck aus der Berl. Philol. Wochenschr. 1911/1912, n49 ff., Sp. 1547 ff. [erster Teil], 1912, n29 ff., Sp. 923 ff. [zweiter und dritter Teil]), Leipzig, 1912.

Pouilloux 1960 : J. Pouilloux, La Région Nord (FD II), Paris, Éd. de Boccard, 1960.

Raubitschek 1949 : A. E. Raubitschek, Dedications from the Athenian Acropolis, Cambridge (Mass.), Archaeological Institute of America, 1949.

Rolley 1990 : Cl. Rolley, « En regardant l'aurige », BCH 114, 1990, p. 285-297.

Rolley 1994 : Cl. Rolley, La Sculpture grecque, 1. Des origines au milieu du ve siècle, Paris, Picard, 1994.

Rolley 1999 : Cl. Rolley, La Sculpture grecque, 2. La période classique, Paris, Picard, 1999.

Rolley 2003 : Cl. Rolley, « L'expression du mouvement dans les statues immobiles », dans Bol 2003, p. 299-309.

Roux 1966 : G. Roux, « Les comptes du ive siècle et la reconstruction du temple d'Apollon à Delphes », RA 1966, p. 245-291.

Schober 1931 : F. Schober, s.u. « Delphoi », RE Suppl. IV 2, 1931, col. 61-152.

Stevens 1946, Hesperia 15, 1946, p. 1-26.

Taranto nella civiltà della Magna Grecia 1971 : Taranto nella civiltà della Magna Grecia, atti del decimo convegno di studi sulla Magna Grecia, (Taranto 4-11 ottobre 1970), Naples, Arte Tipografica, 1971, 2 vol.

Tournikiotis 1994 : P. Tournikiotis (éd.), The Parthenon and its Impact in Modern Times, Athènes, Melissa, 1994.

Trendall, Cambitoglou 1982 : A. Trendall, A. Cambitoglou, The Red-Figured Vases of Apulia II, Oxford, Oxford University Press, 1982.

Weiss 1986 : C. Weiss, s.u. « Eos », LIMC III 1, 1986, p. 747-789.

Yalouris 1990 : N. Yalouris, s.u « Helios », LIMC V 1, 1990, p. 1005-1034.

Notes

1  Rolley 1990 ; Rolley 2003.

2  Rolley 1994, p. 344-347.

3  FD III 3, 383, ll. 35-36 (décret en l'honneur de juges rhodiens : décision de gravure sur la base dudit monument).

4  Jacquemin, Laroche 1986. Pour la tige en bronze doré, voir p. 300. Pour la restitution du fût, voir compléments Jacquemin, Laroche 1987.

5  Jacquemin, Laroche 1986, p. 291 et 293.

6  Cette carrière, alors en Carie, n'était pas loin de Rhodes. Les carrières de Milas, toujours en exploitation, sont parmi les plus connues de Turquie et la pierre est vendue sous le nom de « Red Milas ».

7  L'hypothèse de vestiges d'un emploi antérieur n'est guère probable, ce serait en effet la seule assise du monument à se composer de remplois.

8  Martin 1965, p. 159, fig. 65. Voir aussi le dessin de M. Korres dans Tournikiotis 1994, p. 63 fig. 7, repris dans Hellmann 2002, p. 201, fig. 289.

9  Martin 1965, p. 158 : les exemples concernent des colonnades, des frontons et des charpentes.

10  Nous avons également consulté le site des archives fédérales allemandes où nous avons trouvé d'intéressantes vues de la remise en place en 1958 du quadrige, mais aussi de divers travaux de restauration en 1928 et 1932 et les saisissantes images de l'enlèvement des restes du groupe en 1950.

11  En 1994, on créa, dans la partie nord de la porte, un espace du silence destiné à rappeler que la porte était à l'origine la porte de la Paix.

12  Bundesarchiv, Bild 102-02370 (travaux en octobre 1928) ; 102-13180 (travaux mars 1932) ; 183-58897-0001 (installation du quatrième cheval, 27 septembre 1957). On trouvera également des images des démontages des chevaux de Saint-Marc, en 1915 et 1942 : Les Chevaux de Saint-Marc 1981, fig. 149 et 152, p. 114-116.

13  Musée de Birmingham. On pourra évoquer aussi le tableau de Karl Friedrich Schinkel, Regard sur l'Âge d'Or de la Grèce, à la Pinacothèque de Berlin, dont une partie représente la mise en place des plaques de la frise orientale du Parthénon, tableau reproduit sur la jaquette de Rolley 1999.

14  Même Marie-Christine Hellmann, qui porte une attention particulière à la vie du chantier de construction dans le monde grec (Hellmann 2000, p. 82-102), ne montre aucune reconstitution d'échafaudage. On notera cependant que sur la figure 92 p. 87, empruntée aux reconstitutions de M. Korres (Korres 1995, fig. 22), qui montre un treuil à poulies montant les blocs de larmier lors de la construction du Parthénon, un échafaudage permet d'accéder de l'espace tympanal au toit. Un dessin souvent reproduit, dû à A. K. Orlandos (Orlandos 1968, p. 58, fig. 49) montre deux ouvriers mettant en place des blocs à l'aide de leviers : ils sont déjà au-delà de la sixième assise, mais on ne sait comment ils y sont arrivés ; on peut certes dire que l'échafaudage est hors champ. Le même mot latin d'origine grec machina désigne aussi bien un échafaudage pour faire les cannelures d'une colonne qu'une machine de levage, ce dernier sens étant le seul du terme grec μηχαν (Ginouvès, Martin 1985, p. 116, nos 227 et 119). Pour l'architecture romaine, la présence fréquente de trous de boulins dans les maçonneries en brique a sensibilisé depuis longtemps les archéologues à la question des échafaudages.

15  Orlandos 1966, p. 14 et n. 19 (Théophraste, Histoire des Plantes, V 6, 2) et p. 47, n2 (Nonnos, Dionysiaques, 40, 477).

16 Orlandos 1966, p. 45.

17 IG I3 476, fig. XIII col I, 18-25 (échafaudage aux colonnes du porche nord) ; l. 25-28 (échafaudage à l'intérieur de l'édifice) ; fig. XVI, col II, 134-140 (échafaudage au mur nord). Voir Feyel 2006, ÉR 9 ; 34 ; 36 ; 40 ; 47 ; 62 ; 78 ; 80 ‑ les artisans en question sont des métèques ou des esclaves.

18  IG II2 1672, 178-179. Voir Feyel 2006, ÉL 3.

19  ID 165, 33-34 (en 275) ; 199A, 54 (en 274) ; 290, l. 240 et 241 (en 246) – dans la seconde occurrence de cette dernière inscription est employé le verbe κριοποιεν (fabriquer des échafaudages). Voir Feyel 2006, DÉL 251, 276, 656 (regroupement de μισθωτο anonymes) et 692 (autres anonymes désignés par le participe aoriste du verbe exprimant leur action).

20  Le cas est différent avec les architectures de briques où les trous de boulin – terme inconnu du lexique grec ancien – attestent la présence des échafaudages. On notera avec intérêt que le Dictionnaire méthodique de l'architecture grecque et romaine ne trouve à citer que peu de termes du grec ancien dans le domaine des échafaudages, hors le terme générique κριαet celui de ξύλωμαpour désigner le plancher de travail (Ginouvès, Martin 1985, p. 116-118).

21  Deux des chevaux de Saint-Marc pèsent respectivement 834,75 et 897 kg : Les Chevaux de Saint-Marc 1981, p. 145 ; les blocs les plus imposants de la base du char des Rhodiens, blocs carrés de 1,14 m de côté et hauts de 0,50 m, pèsent 1,620 tonnes.

22  De ce décor animalier ne subsistent que la trace d'une fixation pour sculpture de pierre – point confirmé par Cl. Rolley et J. Marcadé qui avaient examiné pour nous le bloc en question – sur l'unique élément conservé du décor de vagues et la mention d'une tête de dauphin en calcaire par H. Pomtow qui l'avait vue dans la cave du musée d'alors (Pomtow 1912, p. 79). Cet objet semble avoir déjà disparu dans les années 1920.

23  Voir Bundesarchiv, Bild 183-M1015-327, le démontage des vestiges du groupe de la porte de Brandebourg en avril 1950.

24 Taranto nella civiltà della Magna Grecia 1971, pl. XL ; Trendall, Cambitoglou 1982, p. 979, n29.216. Pour les auteurs, ce vase du groupe de Stuttgart représenterait Éos. Il est cependant parfois difficile de distinguer Hélios et Éos, lorsqu'ils sont représentés de face, conduisant leurs chars : voir Weiss 1986, p. 750-753 et Yalouris 1990, p. 1008-1012.

25  Jacquemin, Laroche 1986, p. 299, fig. 7 ; Trendall, Cambitoglou 1982, p. 979, n29.215 : groupe de Stuttgart.

26  Jacquemin 2004, p. 97-108.

27  Hampe 1941.

28  Les sources littéraires et épigraphiques montrent que les attelages sont plus souvent composés de juments (voir par exemple Hérodote, VI 103 : les attelages qui permirent à Cimon, le père du vainqueur de Marathon, et à Évagoras de Sparte d'être trois fois olympioniques ; Bousquet 1992, p. 585-596 : l'attelage de Callias III, d'après l'épigramme de Delphes), mais que le cheval de la course montée peut être aussi bien un étalon, comme Phérénikos, qu'une jument comme la célèbre Aura qui termina la course sans jockey (Pausanias, VI 13, 9-10).

29  Hampe 1941, p. 42 fig. 32.

30  Chamoux 1955, p. 26.

31  Pausanias, VI 12, 1 et VIII 42, 8-9 : il cite les épigrammes de dédicace et de signature à propos d'une autre œuvre du bronzier Onatas d'Égine conservée à Phigalie.

32  Eckstein 1969, p. 54-60.

33  Jacquemin 1999, p. 69 et 126 : proposition de replacer sur la fondation le monument consacré par Arkésilas de Cyrène, vraisemblement à la suite de sa victoire aux Pythia en 462 (Pausanias, X 15, 6-7).

34 Korres 2000, p. 296-313.

35 Raubitschek 1949, p. 205, n174.

36 Stevens 1946, p. 17-19.

37 Korres 2000, p. 310-311, fig. 20-22.

38  Korres 2000, p. 312-313, fig. 23-25.

39  Pausanias, VI 1, 6. Sur les monuments de victoire à la course de chars à Olympie, voir Lévêque 1946.

40  Pausanias, VI 4, 10.

41  Pausanias, VI 12, 6. Il pourrait en être de même du char de Cratisthénès de Cyrène (Pausanias, VI 18, 1).

42  Pausanias, VI 9, 5.

43  Pausanias, VI 12, 1.

44  Pausanias, VI 12, 7.

45  Roux 1966, p. 277-287 ; Daux 1968.

46  J. Pouilloux donne une description précise des vestiges, présente les différentes interprétations qui en ont été faites et refuse de conclure (Pouilloux 1960, p. 98), ce qu'avait déjà fait Schober (Schober 1931, col. 115-116, n200). À l'époque de la Grande fouille, il restait quelques blocs en place de l'assise de réglage : voir La Coste-Messelière 1969, p. 746, fig. 6 qui reproduit un extrait d'un dessin fait par A. Tournaire en 1900.

47  Chamoux 1955, p. 9, 39-40 ; Pouilloux 1960, p. 92, suite p. 91, n. 2.

48 Bommelaer 1991, p. 170, fig. 72.

49  Pausanias, X 24, 7 ; Frickenhaus 1910, p. 249-273.

Table des illustrations

Titre 1. Reconstitution du pilier rhodien avec le groupe d'Hélios de la phiale italiote
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 2. Pilier des Rhodiens : assise supérieure
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 3. Pilier des Rhodiens : interprétation des mortaises de l'assise supérieure
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 4. Pilier des Rhodiens : restitution de l'échafaudage pour la construction du pilier
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 5. Pilier des Rhodiens : mise en place des sculptures au niveau de la plate-forme supérieure de l'échafaudage (le cheval est celui du groupe du jockey de l'Artémision)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 6. Le char d'Hélios, phiale italiote
Légende Musée du Louvre, K174 (autorisation A. Pasquier pour BCH 1986).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 7. Reconstitution du groupe de l'aurige, nouvelle proposition présentant côte à côte l'étalon Phérénikos et le quadrige
Légende D'après un dessin de F. Krischen, reproduit et colorié dans P. Themelis, Guide de Delphes, 1980. Modifié par D. Laroche.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 8. Reconstitution en plan du groupe de Hiéron, avec l'aurige à pied à côté du char
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-8.png
Fichier image/png, 788k
Titre 9. Fondation SD 535, vue de l'état actuel
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre 10. Fondation SD 535, plan de l'Atlas
Légende Plan extrait de FD II Atlas, complété par l'élévation sud.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-10.png
Fichier image/png, 389k
Titre 11. Base de l'aurige
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 12. Plan montrant l'alignement de la porte nord du temple, de la porte SD 528 et de la base attribuée au groupe de Hiéron
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4392/img-12.png
Fichier image/png, 459k

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jacquemin et Didier Laroche, « Regards nouveaux sur deux quadriges delphiques », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Anne Jacquemin et Didier Laroche, « Regards nouveaux sur deux quadriges delphiques », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 26 juillet 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://inha.revues.org/4392

Auteurs

Anne Jacquemin

Université de Strasbourg

Didier Laroche

École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Chargement des illustrations

Chargement des illustrations