Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
La vaisselle en bronze, de l'âge du bronze à l'époque romaine

Digressions autour de vases domestiques en bronze

Suzanne Tassinari

Texte intégral

  • 1  Je regrette de ne pouvoir renvoyer aux illustrations des catalogues de la vaisselle de Naples, vic (...)

1Je proposerai l’examen de quelques vases conservés au Louvre, choisis en fonction de leurs décors (diverses têtes d’enfants, de ménade, de Pan, décors végétaux), cherchant à déceler des signes de parenté avec des vases de Campanie1.

  • 2  Ce don a manifestement été fait avec une certaine prudence : « Che dandosi delle cose non volgari (...)
  • 3  The Eye of Josephine 2007, De Pompéi à Malmaison 2008.

2Dix-neuf vases provenant de Pompéi ou d’Herculanum sont conservés dans le département des Antiquités étrusques, grecques et romaines (AGER) du Louvre. Quatorze d’entre eux sont entrés au Louvre en 1825 : conservés à l’origine au musée de Portici, ils faisaient partie d’un ensemble de bronzes et autres antiquités donnés en 1802 au Premier consul par Ferdinand IV, roi des Deux-Siciles2, ensemble dispersé comme toute la collection de Joséphine après sa mort en 1814. Pour l’étude des vicissitudes de ces vases dans plusieurs collections entre 1814 et 1828, je renvoie aux essais de S. Descamps, M. Denoyelle et C. Meunier et aux notices parues dans les catalogues des récentes expositions d’Atlanta et de Malmaison3. Quatre autres vases campaniens donnés à Charles X par François Ier, roi de Naples, sont entrés au Louvre en 1825. En 1895, un vase provenant de Boscoreale a été offert par le baron Edmond de Rothschild.

  • 4  Les objets voyagent pour des raisons variées : voir dans César, le Rhône pour mémoire 2009 les div (...)

3À côté de ces vases, dont la provenance campanienne est assurée mais souvent peu précise (Pompéi ? Herculanum ? Quelle maison ?) sont conservés quelques exemplaires dont on ignore l’origine mais dont la forme et le décor justifieraient l’hypothèse d’une provenance campanienne. J’y ajouterai une amphore trouvée en Gaule à Neuvy-Pailloux, très proche d’amphores campaniennes, le lieu de sa découverte ne présumant nullement de celui de l’atelier dont elle vient4.

  • 5  Tassinari 1993.

4Les vases du Louvre s’insèrent dans la typologie créée en 19935. Il va de soi qu’à l’intérieur d’un type, tous les vases ne sont pas identiques, les différences dans la concavité du col et la convexité de la panse modifiant légèrement les profils, sans pour autant créer un nouveau type.

  • 6  Vasi in bronzo 2009, premier des cinq volumes consacrés aux vases conservés au M.A.N. de Naples.
  • 7  Sont intéressants les doutes exprimés par J. P. Desoeuvres sur un éventuel retour des habitants ap (...)
  • 8  Outre les vases campaniens conservés dans les musées de Berlin, Londres, New York, il en existe da (...)

5Quatre mille quatre cent quatre-vingts vases conservés à Pompéi et à Naples sont publiés ou en cours de publication6. Ce chiffre important ne donne toutefois qu’une image incomplète de la quantité des vases utilisés dans les cités détruites en 79. Pour avoir une idée de la totalité, il faudrait tenir compte de tous les vases disparus ou dispersés pour diverses raisons : vases endommagés par l’éruption volcanique au point de ne pas avoir été conservés, non jugés dignes parfois d’être conservés, vases emportés ou récupérés après l’éruption7, vases conservés dans les musées du monde entier (on pourrait les quantifier8) ou dispersés dans les collections privées et réapparaissant parfois dans le commerce d’art. Il faudrait aussi ajouter à cette énumération ceux qui sont toujours ensevelis dans les zones non fouillées et qui font d’autant plus rêver qu’on en ignore tout mais qui, sans doute, n’apporteraient pas de nouveautés typologiques et iconographiques.

6Ces milliers de vases rescapés de l’éruption de 79 constituent un fonds documentaire qu’il ne faut pas minimiser mais relativiser ; les siècles et les hommes nous ont privés de tous les autres récipients qui, par milliers, à la même époque, existaient dans le reste de la Campanie, à Rome, etc. et qui ont disparu progressivement. Sans la catastrophe de 79, les vases des villes vésuviennes auraient eu la même destinée que la majorité de la vaisselle du ier siècle. Il faut donc regarder cette documentation avec prudence et ne la prendre que pour ce qu’elle est, un témoignage riche mais un témoignage partiel de ce que fut la production au ier siècle, sans oublier la présence de vases plus anciens.Il ne faut pas oublier d’une part que, depuis 72, Pompéi avait vécu toute une série de tremblements de terre et il faut bien comprendre que les fouilles n’ont pas révélé un vécu de l’instant, pas « d’arrêt sur image », pas de cuisines en activité, ni de convives dans le triclinium, etc. ; l’éruption a seulement figé des corps tentant de se protéger. Les lieux de découvertes des vases ne sont pas non plus nécessairement des indices d’utilisation car ce que l’on découvre témoigne souvent d’un moment de désordre : des vases ont été retrouvés rangés dans des armoires, et d’autres dans des sacs près de la porte d’entrée de la maison. À Herculanum, la situation était pire car le flot de lave a déplacé les objets.

7Au xviiie siècle, la résurrection des vases lors des fouilles va paradoxalement accentuer leur mort. Non seulement, on les a sélectionnés en ne gardant que les « bons » mais, en les exposant à Portici, on les a enfermés, les vases en bronze entre eux, séparés de la vaisselle en céramique commune et des récipients en verre ; ils sont devenus des objets de curiosité que toute l’Europe savante venait contempler. On a tout de même présenté une cuisine, allusion brève à ce qui était une cité vivante où l’on se nourrissait quotidiennement. L’étude des objets par matériaux est une constante, démarche utile sans doute mais seulement initiale.

  • 9 Carandini 1977, note 10, p. 163.
  • 10  Intervention après l’exposé de Carandini 1977 p. 82 : « Non diamo a tutto l’etichetta “Capua”. Dir (...)
  • 11  Outre l’ouvrage de Petrowski 1993, il faut rappeler celui de Willers 1907.
  • 12  ANSII et CIPII désignent les noms de deux officines de bronziers étudiés : Massari, Castoldi 1985.

8Parler de vases des cités vésuviennes correspond à une réalité. C’est là qu’ils ont été trouvés. Mais où ont-ils été fabriqués ? Près de ces cités, à Capoue, si tant est que la production y ait toujours été florissante ? « Che la Campania fosse una grande area di produzione di suppellettile bronzea lo si può dedurre anche dell’ enorme quantità di oggetti in questo metallo, dalle caracteristiche assai omogenee, che sono state trovate nei centri vesuviani9. » Caton, Horace, Suétone, Pline ont célébré la qualité de la production de Capoue. Il est difficile d’imaginer que ce centre peu éloigné de Pompéi n’ait pas continué à jouer un rôle dans la production des vases à l’époque impériale, même si, comme le disait G. G. Franciosi10, il faut se méfier d’un pancapuanisme excessif. Nous savons peu de choses sur les artisans : seules les casseroles, « trullae », les patères et quelques strigiles portent des estampilles dont le nombre important témoigne de la multiplicité des officines11. On ignore les motifs qui ont conduit à marquer seulement un type de récipients, peut-être la forme plate de leur manche, mais il me semble en tous cas vraisemblable de penser que les CIPII, ANSII et autres12 n’ont pas limité leur travail à ces seuls types de récipients.

  • 13  Des documents, aujourd’hui disparus, signalés dans la relation de fouilles du 31 mai 1768, témoign (...)
  • 14  « La produzione avveniva in piccole officine individuali o in fabbriche di modeste dimensioni, il (...)

9L’ignorance quasi totale de l’emplacement des officines de bronziers à l’ouest du Vésuve et ailleurs en Campanie nous prive de la connaissance de leur faciès (matériel utilisé à l’intérieur, présence de « modèles », type d’objets fabriqués)13. Nous avons une seule certitude, celle de ne pas savoir quel pourcentage de la production représentent ces milliers de récipients trouvés, ni de combien d’ateliers ils proviennent. Toutefois, je partage avec F. De Martino et G. Massari14 la conviction que les officines dans lesquelles on fabriquait ces récipients étaient nombreuses et de petite taille, sans doute groupées dans un quartier, comme j’ai pu en observer au Burkina Faso (enquête dans un quartier de fondeur de Ouagadougou), au Maroc et au Népal.

  • 15  Sur la fonction complémentaire des vases, voir Nenova-Merdjanova 2000.

10La forme des anses, la présence d’un poucier, l’allure de l’ouverture du vase, étroite, large, évasée, à bec, à bord plat ou redressé, etc. permet de comprendre comment ils versent : en filet, en nappe (une cruche à embouchure trilobée ne laisse pas s’échapper le liquide comme un vase à bec). La forme plate du manche des casseroles implique qu’on s’en serve pour puiser. Chaque récipient suggère une utilisation complémentaire avec tel autre15 (verser dans, verser sur, puiser), mais ne nous éclaire pas sur cette utilisation dans les rituels de la vie quotidienne. Contenants divers, usages divers, mais quel usage, que verse-t-on ? Usage sacrificiel ? Service du vin ? Rituel de la toilette ?

  • 16  Voir l’étude de Kastenmeier 1984 concernant les diverses cuisines à Pompéi. Mutatis mutandi, on pe (...)

11Les vases utilisés dans la cuisine (chaudrons, marmites, poêles, bouilloires) et fabriqués par martelage ne sont pas décorés et, s’ils n’ont pas été nettoyés, portent des traces noirâtres d’exposition au feu. Restituer la vie dans une cuisine à l’aide des restes architecturaux (structures maçonnées, four), des récipients (marmites, chaudrons, grils, poêles) et aussi des recettes culinaires, serait possible, mais l’utilisation des vases non culinaires dans les rites de la vie quotidienne est, par contre, beaucoup plus difficile à appréhender16.

12Peu importe la différence numérique entre les collections du Louvre et celles de Naples, les questions engendrées, ici, devant une amphore, un bassin, etc., ou, là-bas, devant des vitrines qui donnent l’idée du multiple, de la série, sont les mêmes : nature de l’objet, usage, sens du décor, lieu de fabrication, lieu de vente ? Les vases de Pompéi et d’Herculanum venaient-ils d’ateliers différents ? Quels motifs guidaient le choix de l’acheteur, la proximité, la réputation d’une officine, le goût pour le décor, le besoin ou l’habitude de tel décor ?

13Les décors, présents exclusivement sur la surface des anses et jamais sur la panse comme cela se voit sur les vases en argent, sont très diversifiés, leur variété tenant en fait moins à celle des motifs utilisés qu’à leurs diverses combinaisons et interprétations. Les attaches offrent un espace un peu plus large que la tige et sont ornées de masques, rarement de figures en pied, parfois de végétaux. La majorité des images figurées vient du répertoire bachique (enfants bachiques, figures d’Éros, satyres jeunes et vieux, ménades, Pan).

Putto, Éros, amour, enfant bachique, boy, Bacchus enfant…

  • 17  Les références des divers vases du Louvre étudiés ici sont dues à Catherine Bastien.

14Une tête d’enfant orne l’anse du pot Br 2759 (fig. 1)17 à profil discontinu, avec une panse ronde et un col cylindrique déformé, à l’opposé de l’anse, par un bec projeté.

1. Anse de cruche à bec : enfant bachique

1. Anse de cruche à bec : enfant bachique

Boscoreale ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2759.

© Musée du Louvre, cliché J. Galland.

  • 18  Quatre vases trouvés en Judée ont un profil similaire, mais un seul a une embouchure similaire, le (...)
  • 19  Pour tous les types, je renvoie à la typologie créée en 1993.
  • 20  Il existe d’autres types d’ajouts d’une corolle entourée de volutes : ces pseudo-diadèmes sont pur (...)
  • 21  Lorsque le bas d’une tige est trop étroit pour encadrer le haut de l’attache, un élément de joncti (...)

Il s’agit d’un type assez rare18 que la forme en crosse de son anse invite à rapprocher du type E2000 à profil continu19. La partie antérieure de cette anse est ornée d’un cœur végétal avec une feuille centrale à pointe relevée servant de poucier, placée entre deux courtes feuilles latérales reposant sur deux bras allongés et lisses, fixés sur la partie antérieure de la lèvre du pot. Un bandeau transversal marque le sommet de la tige à structure végétale faite de trois feuilles dont on voit seulement les pointes à nervure centrale et à bord en relief, le reste disparaissant sous un décor en faible relief qui occupe toute la surface : sur le haut de la tige, un cœur d’acanthe d’où jaillit un court rinceau végétal descendant, dont les efflorescences sont insérées entre le bec et la pointe des ailes éployées d’un échassier ; l’animal est de profil tourné vers la gauche, ses longues pattes posées sur deux petits éléments oblongues figurant le sol. L’attache inférieure, terminée par une palmette, est ornée d’une tête juvénile couronnée d’une corolle de pétales épanouis20. Les extrémités de cette corolle, qui meuble le bas de l’espace situé sous la pointe des feuilles de la tige, sont occupées par la partie supérieure de volutes à révolution interne21.

  • 22 Yadin 1963, nos 18, 57 10 : “youth with puffy cheeks and belowing hair wearing a sort of diadem. Ba (...)
  • 23 Carella et al. 2008, no B 37 : Fanciullo con oca.

15L’enfant a une chevelure ordonnée sur deux rangs en boucles courtes et serrées, superposées sur deux rangs, son visage aux joues pleines a des petits yeux avec des paupières bien ourlées relevées à l’angle externe, des arcades sourcilières bien dessinées, le nez court un peu épaté, la bouche bien dessinée. Cette tête d’enfant dont le visage rond est proche de ceux des enfants bachiques a une chevelure totalement différente de toutes les autres, sans parallèles sur les vases conservés en Campanie mais proche de celle de l’attache de la cruche de Judée no 18 qui est ornée d’un masque juvénile à chevelure bouclée portant une sorte de diadème22. Une statuette en marbre de Pompéi23 a une coiffure bouclée similaire.

  • 24  De Cou 1912, no 24405, p. 191, pl. CXLII-CXLIV.
  • 25  Naples, M.A.N., nos 115565-115570, 69103-69104, 69092-69093 : les anses en crosse de ces pots à be (...)

16Ce pot fait partie d’une paire car un deuxième pot trouvé également à Boscoreale est conservé à Chicago24. Le sujet du décor est le même sur les deux anses mais il est inversé. Les deux pattes de l’échassier, l’une verticale, l’autre levée en oblique forment un triangle différent sur chaque anse, ouvert vers la gauche sur le pot du Louvre, ouvert à droite à Boscoreale. D’autres paires de vases sont connues et le décor de leurs anses est souvent en miroir25.

  • 26  Voir dans l’article de De Loos-Dietz 1991 une iconographie assez complète montrant divers vases en (...)
  • 27  Le décor des attaches de ces vases est plus rigide, l’échassier de face, les ailes ouvertes étalée (...)

17La rareté de son profil incite à penser qu’il vient d’un atelier différent de ceux qui produisaient les autres pots E2000. Le décor à l’échassier, surtout fréquent sur les vases en argent sur la panse desquels se déploie toute une scène nilotique26, existe aussi sur plusieurs attaches d’amphore montrant un échassier de face tenant dans son bec un serpent27.

2. Anse d’amphore : enfant bachique

2. Anse d’amphore : enfant bachique

Italie ( ?) ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2652.

© Musée du Louvre, cliché J. Galland.

3a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

3a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

Naples, Musée archéologique national ; 69470.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

4a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

4a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

Naples, Musée archéologique national ; 129392.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

5a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

5a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques

Naples, Musée archéologique national ; 69474.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

  • 28  Anse d’amphore (H. 12 cm). Italie (?). Collection Campana, 1861. Paris, musée du Louvre, départeme (...)
  • 29 Naples, M.A.N., nos 69469-69470, 129391-129392, 69474-69475.
  • 30  Guide de Delphes 1999, no et fig. 46. Delli Ponti 1973, no 69, pl. XLIV.

18Une autre tête juvénile que j’appellerai tête d’enfant bachique, orne l’attache d’une anse dont on ignore la provenance Br 2652 (fig. 2)28, mais dont le type, arqué et court, détermine l’appartenance à un type d’amphore à profil discontinu. Son décor est semblable à celui des anses de trois paires d’amphores du même type conservées à Naples (fig. 3a-b, 4a-b, 5a-b)29 et il ressemble, aussi, à celui de deux autres anses, l’une trouvée à Delphes, l’autre à Lecce30.

  • 31  Les attaches de plusieurs autres anses de ce type (Naples, M.A.N., nos 117432, 118763, 69473, 1160 (...)

19L’attache inférieure de chacune de ces neuf anses en forme de plaquette, peu visible parfois car recouverte par le décor, est terminée par une petite palmette31. La plaquette est ornée d’une tête juvénile avec un visage rond aux joues pleines et une chevelure répandue latéralement en boucles souples avec quelques mèches nouées et relevées au dessus du front, parfois entremêlées de corymbes à gros fruits et de feuilles de lierre.

20Ces neuf tiges ont une structure végétale, mais les feuilles d’eau qui la constituent disparaissent souvent sous le décor, ne laissant paraître que leurs extrémités banalisées sous forme de volutes qui encadrent le sommet de l’attache. Chacune d’elles est ornée d'éléments traités en faible relief : autel, corbeille de fruits, masque. Aucune de ces anses n’est totalement semblable à l’autre ; on a fait appel au même répertoire, mais chaque artisan l’a modelé différemment sans qu’on puisse déterminer s’il s’inspirait d’un objet, d’un plâtre, d’un dessin. Pourrait-on, s’agissant des anses de Pompéi, penser à des copies faites avec des talents divers à l’intérieur d’un ou plusieurs ateliers ? L’explication est moins simple pour les anses de Delphes et de Lecce, sauf s’il s’agit d’objets transportés et non fabriqués dans la région de leur découverte. Sans doute faut-il penser à l’existence d’un modèle, sans qu’on puisse savoir dans combien d’ateliers ‑ ou par combien de mains il a été copié. Le thème de l’enfant bachique est très fécond, la superposition de petits éléments sur les tiges est moins fréquent (voir infra).

21Sans parler de celles qui appartiennent à des figures d’Éros ailé, les têtes juvéniles au visage rond sont multiples, des visages similaires pouvant avoir des coiffures ou attributs différents.

6. Anse de pot B1222, détail : enfant bachique

6. Anse de pot B1222, détail : enfant bachique

Naples, Musée archéologique national ; 72610.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

7a-b. Anses d’amphore, détail : enfant bachique

7a-b. Anses d’amphore, détail : enfant bachique

Naples, Musée archéologique national ; 117432.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

8. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique

8. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique

Naples, Musée archéologique national ; 69054.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

9. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique

9. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique

Naples, Musée archéologique national ; 69056.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

10. Anse de cruche E2000, détail : enfant bachique

10. Anse de cruche E2000, détail : enfant bachique

Naples, Musée archéologique national ; 69091.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

22Sur les pots B 1222 (Naples, M.A.N., nos 72609, 72610, fig. 6) le visage est entouré d’un voile qui couvre le cou et, partiellement, la chevelure ornée de corymbes de chaque côté du nodus. Sur les amphores (Naples, M.A.N., nos 117432, 69494, fig. 7a-b), l’enfant est figuré en buste et le modelé est plus mou. Trois autres attaches appartenant à des anses de cruches à ouverture trilobée (D 2400, Naples, M.A.N., nos 69055, 69054, 69056, fig. 8, 9) montrent d’autres enfants bachiques dont le visage a aussi des joues pleines mais une chevelure différemment traitée (les mèches sont divisées par des incisions et celles du nodus sont moins hautes). Les masques d’une amphore de Pompéi (Tassinari 1993, no 3751, pl. CXVIII, 2-3) ont une expression différente due au modelé des joues, à la forme des lèvres et des yeux, à la chevelure aux mèches ondulées terminées par de petites boucles serrées, superposées deux par deux sur quatre rangs, coiffure identique à celle de la tête d’une cruche à bec E 2000 (Naples, M.A.N., no 69091, fig. 10). Sans pouvoir en tirer beaucoup de conclusions sur la circulation des modèles, on notera que la tige de ce dernier vase est ornée d’éléments en relief du même type que ceux des neuf premières anses. Ce système décoratif étant aussi présent sur quelques anses des pots à une anse B 1222, on peut se demander s’il faut l’attribuer à un seul atelier ou s’il été copié d’une officine à l’autre.

11. Anse de pot B1251, détail : enfant bachique/ménade

11. Anse de pot B1251, détail : enfant bachique/ménade

Naples, Musée archéologique national ; 111577.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

  • 32  Son attache est décorée d’un masque de satyre (oreilles pointues, cheveux courts à mèche frontale (...)

23Il existe aussi des masques moins soignés sur lesquels le nodus demeure le seul identifiant nécessaire mais non suffisant : de petites figures d’Éros ailé appartenant aussi à l’univers bachique ont ce type de coiffure, de même que quelques masques ambigus qui ont une allure d’enfant bachique mais portent comme les ménades un bandeau dont les pans apparaissent sous la chevelure (Naples, M.A.N., no 111577, fig. 11). Cette ambigüité ou plutôt confusion n’est pas toujours le signe d’un travail peu soigné, comme le montre une anse d’amphore sans provenance, publiée par H. Rolland32.

  • 33 Ercolano 2008, fig. 54 a, b, c, p. 165, no 90 c, d, e, f, p. 211 et p. 263, 273.
  • 34 Barr-Sharrar 1987, nos 131,132.
  • 35  Manfrini 1987. Voir aussi Hiller 2002, p. 462-477.
  • 36 Carella et al. 2008, B 38, E 08, E 09.

24On ne peut parler des enfants bachiques sans évoquer un type de documents qui a pu inspirer les artisans : les huit statuettes de putti de la villa des Papyri (Naples, M.A.N., inv. nos 5021, 5023, 5027, 5032 et M.A.N., inv. nos 5028, 5029, 5030)33, ainsi que les bustes de boys comme les appelle B. Barr-Sharrar34. D’autres statuettes d’enfants nus, portant parfois une nébride, coiffés comme les précédents, deviennent chez I. Manfrini des Bacchus Éros, sous-groupe des Bacchus enfant, certains autres étant appelés enfants bachiques35. Sous forme de statuettes ou de bustes, ce type de représentations inspirées de modèles tardo-hellénistiques existait en marbre et en bronze pour décorer les villas et jardins, utilisé parfois pour des éléments de fontaine36.

Ménade et Pan

25Dans le répertoire décoratif bachique, le thème de la ménade est fréquemment utilisé sur les attaches des anses ; les ménades sont nombreuses au milieu des multiples figurations d’Éros, de satyres, de Pan, et leur présence ne semble pas choquante. Cependant leur identification n’est pas simple car, seule leur tête est figurée sur les vases.

12a-b. Anses d’amphore ; détails : bustes de ménade

12a-b. Anses d’amphore ; détails : bustes de ménade

Naples, Musée archéologique national ; sans no .

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

  • 37 Barr-Sharrar 2008.
  • 38 Amphore de Naples, M.A.N., s. n. Proches de ceux de Janbol (Barr-Sharrar 1987, C. 150), deux autres (...)

Les images de femmes aux visage et corps renversés, à la coiffure échevelée, au vêtement en désordre, comme on en trouve sur les vases grecs ou les sarcophages, n’existent pas sur des cratères en marbre ou en bronze (celui de Derveni37). On ne dispose pas non plus, comme c'est le cas pour les têtes de Pan ou de satyres, d’attributs tels que cornes ou oreilles pointues ; les têtes de méduse sont toujours entourées de serpents, même sur des créations fantaisistes presque caricaturales. Les têtes des ménades sont rarement pourvues d’identifiants tels que couronne végétale, corymbes, nébride. Elles ont pratiquement toutes le même type de chevelure divisée par une raie médiane, coiffée à la hauteur des tempes en bandeaux sous lesquels sortent deux longues boucles qui viennent encadrer le visage et, assez fréquemment, se superposer aux pans d’un bandeau pas toujours visible sur le front. Sur les nombreuses têtes de ménades, le même schéma est utilisé, avec des rendus extrêmement différents suivant la qualité du modelé qui peut être précis, soigné ou, c’est le cas le plus fréquent, assez médiocre. À ma connaissance, il n’existe sur les vases du M.A.N. et de Pompéi qu’un seul buste de ménade offrant une image différente (fig. 12a-b) : sa chevelure est ornée d’une couronne de lierre et ses boucles, qui n’ont pas la rigidité habituelle, sont défaites et pendent sur ses épaules. Sa poitrine est à demi couverte d’une dépouille qui laisse nu le sein gauche38.

  • 39  Carella et al. 2008, p. 92, B 26.

26Ménade ou Bacchus ? La ressemblance entre leurs images est grande. La question se pose car de nombreuses statuettes et hermès en marbre sont appelés Bacchus ou, si le choix est difficile, tête dionysiaque comme en témoigne clairement le commentaire à propos d’une tête de Dionysos : « L’ermetta riproduce un modello di IV secolo a. C., rielaborato in età romana, ed utilizzato sia per l’iconografia di Apollo, sia di Ariadne che di una Menade39. »

13. Anse de pot B 1222 : ménade

13. Anse de pot B 1222 : ménade

Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2812.

© Musée du Louvre, cliché Ch. Larrieu.

14. Anse de pot B 1222, détail : ménade

14. Anse de pot B 1222, détail : ménade

Pompéi, Antiquarium ; P.1149.

© Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.

  • 40  Anse de pot à embouchure ronde. H. 16,4 cm. Provenance inconnue. Paris, musée du Louvre, départeme (...)
  • 41  Cf. Carella et al. 2008, E 14 : statuette en marbre de lièvre mangeant une grappe de raisin. Même (...)

27L’anse Br 2812 (fig. 13)40 n’a pas de provenance connue, mais le type du visage de son attache inférieure l’apparente à des exemplaires campaniens. Elle appartenait à un type de pot à large ouverture, bord plat et profil continu (Tassinari 1993, B1222). Sa tige, assez corrodée, était lisse, avec une structure végétale visible seulement à la base sous la forme d’une courte feuille centrale à pointe relevée, placée entre deux enroulements de volutes pouvant correspondre ‑ c’est le cas ici ‑ aux extrémités de feuilles latérales. La gaine de feuilles d’eau qui couvre fréquemment les tiges est tronquée, apparaissant seulement sous un filet transversal dont la présence traduit un souci de finition harmonieuse. Sur l’attache supérieure, plusieurs gaines de feuilles se superposent : une gaine courte de feuilles lisses couvre la base d’une autre gaine faite d’une longue feuille centrale lisse, à pointe relevée, servant de poucier, encadrée par deux feuilles d’acanthe (?) de profil, dont les pointes se recourbent en laissant un ajour et dont les bords reposent sur le train arrière d’un lièvre ; l’animal dont on voit clairement l’oreille rabattue et l’œil rond est allongé, en train de manger une grappe de raisin maintenue entre ses pattes antérieures41. Une tête féminine posée sur une palmette constitue l’attache inférieure ; sa coiffure est ordonnée en bandeaux ondulés couvrant la naissance de deux longues boucles. Ainsi coiffée, cette tête avec un visage large aux traits réguliers s’apparente à celui de ménades campaniennes (fig. 14 ; Pompéi, Tassinari 1993, nos 1149), et le décor de l’attache supérieure confirme son appartenance au monde bachique.

28En restant dans le cercle bachique, il est intéressant d’examiner quels liens pourraient avoir avec la Campanie trois anses sans provenance connue, les nos Br 2805, Br 2803, Br 2804.

15. Anse de pot B 1222 : Pan

15. Anse de pot B 1222 : Pan

Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2805.

© Musée du Louvre, cliché Chuzeville.

16. Anse de pot B 1262, détail : Pan

16. Anse de pot B 1262, détail : Pan

Pompéi, Antiquarium ; P.14053.

© Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.

  • 42  Anse de pot à embouchure ronde. H. 21 cm. Provenance inconnue. Collection Durand, 1825. Paris, mus (...)
  • 43  Tassinari 1993, type C 1221, pl. 53 à 56. Cf. Pagano 1999, «Due tipi di brocche monoansate : Gener (...)
  • 44  Il faut relire l’article de Cl. Rolley (Rolley 1999) dans lequel, à la suite de A. Rumpf, il insis (...)

29L’anse Br 2805 (fig. 15)42 a une structure végétale. La partie supérieure se développe au-delà d'un étroit bandeau transversal, lisse : trois courtes feuilles lisses recouvrent deux autres feuilles à longues pointes enroulées qui reposent sur le col d'oiseaux, entre lesquelles un doigt en surplomb, au-dessus de l'ouverture du pot, jaillit d'une corolle à bord festonné. Les pouciers en forme de feuille plate ou recourbée sont plus courants que ceux en forme de doigt, sans que ceux-ci soient très rares. On en trouve sur une catégorie de pots à ouverture et panse très larges, nombreux en Campanie, dont l'anse a une attache en fleur de lotus ou en feuille de platane43. La tige a un décor végétal complexe : sur la base de deux feuilles d’eau dont les pointes enroulées encadrent l'attache inférieure, se superposent, en faible relief, les deux arceaux d’une guirlande couvrant la naissance d’un candélabre végétal descendant sur lequel alternent feuilles d'acanthe et tigelles à longues effloraisons rehaussées d'argent. L'attache inférieure représente un masque de Pan avec des oreilles caprines et des cornes étalées à pointes courbées, entre lesquelles sinue une mèche de cheveux dont la pointe jouxte celle du candélabre végétal ; la chevelure a des mèches ondulées et nerveuses comme celles de la barbe. Cette position horizontale des cornes, généralement dressées à la verticale ou en oblique, est rare. On connaît au moins trois exemples : le plus ancien orne une lanterne de Vergina, et deux autres viennent de Pompéi (fig. 16)44. Il est exclu de faire une confusion avec Zeus Ammon dont les cornes étalées ne sont pas de même nature et qui, en outre, n’a pas d’oreilles caprines.

  • 45  Anse de pot à embouchure ronde. H. 16,3 cm. Provenance inconnue. Collection Durand, 1825. Paris, m(...)
  • 46  De Ridder 1915, p. 119, pl. 101.

30L’anse Br 280345 au décor assez mouaurait pu appartenir à un pot B 1250, sa tige étant un peu étroite pour s’adapter à un pot B 1222. Entre deux bras en forme de têtes d’oiseaux, la partie supérieure est ornée d’une tête de satyre âgé tenant lieu de poucier. Le haut de la tige à structure végétale caractérisée par une longue feuille à décor incisé (acanthe banalisée) à pointe relevée au-dessus de l’attache inférieure est orné d’une dépouille de panthère en faible relief aux pattes antérieures nouées (la présence d’une panthère faisant davantage partie de l’univers bachique – celui de l’attache inférieure – que celle d’un lion, suggérée par De Ridder46). Cette attache, encadrée par deux volutes qui élargissent la base de la tige, figure un masque de Pan aux cornes en forme de croissants : le visage aux traits sommairement modelés (cavités oculaires indiquées par un enfoncement triangulaire, oreilles pointues horizontales) a une chevelure courte aux mèches indifférenciées, celles de la moustache et de la barbe forment de longues boucles.

17. Anse de pot B 1222 : Pan

17. Anse de pot B 1222 : Pan

Italie (?) ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2804.

© Musée du Louvre, cliché Chuzeville.

  • 47  Anse de pot à embouchure ronde. H. 18,4 cm. Italie (?). Collection Campana, 1861. Paris, musée du (...)

31La partie supérieure de l’anse Br 2804 (fig. 17)47 est faite de trois feuilles lisses ; celle du centre large, avec une nervure centrale en relief sert de poucier, les latérales plus minces ont une pointe ajourée, enroulée en volute reposant sur le col d’un oiseau à très long bec (ibis) dont les yeux et les ouïes sont sommairement modelés. Sur la tige à structure végétale manifestée par deux feuilles d’eau écartées, avec des pointes enroulées, se déploie, de haut en bas, un décor en faible relief constitué d’une dépouille de tête de bouc, sous la barbe duquel figurent ses deux pattes antérieures nouées, entre lesquelles descend la queue sinuant entre les feuilles d’eau. Le modelé des têtes est assez mou, les boucles de la toison sont similaires à celles du masque de Pan qui forme l’attache inférieure. Son visage large, au front bas, est couronné par deux rangées de douze boucles, opposées six par six et structurées par de larges incisions obliques suggérant des cheveux drus. Les traits sont bien dessinés, l'arcade sourcilière froncée, les yeux ont une pupille creuse (jadis incrustée d’argent) et les joues bien modelées, le nez droit avec des narines larges mais fines. Les mèches de la moustache recouvrent la commissure des lèvres lippues, se mêlant aux mèches de la barbe, toutes animées de mouvements de torsion indiqués par des incisions courbes (reprises à froid ?) sans volume. Les cornes côtelées, écartées, à peine reliées à la tête, reposent sur la base de la tige établissant la continuité du décor entre celle-ci et l’attache.

  • 48  Motif de têtes de boucs affrontées dans Pagano 1999, dans Vasi in bronzo 2009, nos 78, 110.

32Les tiges des deux anses Br 2805 et Br 2804 ont une construction décorative similaire (gaine de feuilles d’eau couverte par un candélabre végétal, ornement très courant sur les vases de Campanie et, sur l’autre tige, par une dépouille de bouc, décor moins fréquent et différemment traité48). Le motif de l’attache est le même sur les deux, une tête de Pan différemment traitée, la diversité ne venant pas seulement de la position des cornes mais des traits du visage. La forme du nez du Pan Br 2804, le traitement des mèches de sa barbe à laquelle de longues incisions donnent une allure hirsute, ne sont pas habituelles ; par contre, les deux rangées de petites boucles serrées renvoient un peu, quoique plus mécaniques, à celles de l’enfant de Boscoreale Br 2759 (fig. 1). Il est sans doute présomptueux de douter de l’éventualité de l’origine campanienne de ce dernier puisque artisans et ateliers sont totalement inconnus et que, on l’a vu pour les enfants bachiques, les images peuvent être très variées. En outre, même si, précisément à cause de leur variété, on ne peut pas refuser une image insolite, je dirai seulement qu’au sein de tous les visages barbus, n’apparaît aucune autre barbe ainsi traitée.

33Les décors végétaux à base d’acanthes et de feuilles d’eau sont omniprésents sur tous les types de récipients ; très souvent limités à l’espace de la tige, ils peuvent aussi couvrir l’attache.

  • 49  On se souvient de l’article de Berta Segall où celle-ci analysait le symbolisme de l’association e (...)

34Décors figurés et décors végétaux ne sont pas étrangers les uns aux autres. Les signes diffèrent mais sans doute pas le message. Même répétitifs, très banalisés, déformés, ces multiples jeux d’acanthe et de feuilles d’eau ne sont pas gratuits : ils sont porteurs d’un symbole de vitalité. Ils appartiennent à une large tradition culturelle et sont transmis par de multiples canaux dont les décors architecturaux ne sont pas les moindres49.

18. Anse d’amphore à décor végétal, vue d’ensemble

18. Anse d’amphore à décor végétal, vue d’ensemble

Pompéi ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2643.

© Musée du Louvre, cliché Chuzeville.

19. Anse d’amphore à décor végétal, détail

19. Anse d’amphore à décor végétal, détail

Pompéi ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2643.

© Musée du Louvre, cliché Chuzeville.

  • 50  Amphore. H. 38 cm. Trouvée à Pompéi le 4 juillet 1822. Don de François Ier, roi de Naples, 1825. P (...)

35L'amphore Br 2643 (fig. 18, 19)50 appartient à un type très répandu en Campanie. Ses anses ont une structure végétale ascendante : la base de tige est cernée par deux courtes feuilles lisses à pointe en volute externe descendante, encadrant un cœur d’acanthe et se superposant à la base de deux grandes feuilles d'acanthe de profil, dont les bords crantés s’écartent sur quatre petits cœurs d'acanthe superposés, le dernier ouvert sur un autre cœur de feuilles lisses qui donne naissance à un fleuron largement épanoui à long pistil. Sur l'attache en forme d'écusson pointu cerné par un étroit relief végétal (bord enroulé de feuille), sous-jacent au cœur végétal de la base de la tige et le prolongeant harmonieusement, un petit cœur de feuilles lisses à pointe enroulée se superpose à un deuxième cœur de trois longues et minces feuilles d’acanthes.

36Dans le répertoire des nombreuses anses campaniennes, il n'existe aucune anse absolument similaire à celle du Louvre, pas plus d’ailleurs qu’on n’en trouve de similaires entre elles. Généralement, sur les anses d'amphores, le décor de la tige se développe suivant un double mouvement, ascendant et descendant, de part et d'autre d'un bandeau en relief situé au sommet de la courbure de l'anse, alors qu'ici, le décor est totalement ascendant depuis la base de la tige. Toutefois, ce décor est parfaitement représentatif de la façon de traiter le thème végétal en Campanie : structure végétale avec une alternance de feuilles d'acanthe et de feuilles d'eau, bouton floral.

20. Anse d’amphore : décor à palmette

20. Anse d’amphore : décor à palmette

Neuvy-Pailloux ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2699, 2653-2654.

© Musée du Louvre, cliché Chuzeville.

  • 51  Amphore. H. 36,5 cm (bas de la panse non conservé). Trouvée à Neuvy-Pailloux (Indre) en 1844. Écha (...)

37Bien qu’elle ait été découverte dans la tombe de Neuvy-Pailloux, l’amphore (Br 2699, 2653-2654, fig. 20)51 appartient morphologiquement à un type peu fréquent répertorié en Campanie (une quinzaine d’exemplaires à profil continu martelés d’une seule pièce). La plupart des anses de ce type de vase ont une structure végétale à composition axiale, se développant sur la partie supérieure de l’anse et sur la tige, de chaque côté d‘un bandeau transversal placé à la courbure de l’anse. L’anse de Neuvy-Pailloux est en forme de longue gaine de deux feuilles d'eau dont les pointes, écartées et retournées en volutes à révolution externe, couvrent le bord de deux feuilles d'acanthe, elles aussi superposées à deux autres feuilles d’eau largement ouvertes entre lesquelles jaillit le pédoncule d’une palmette ; ces feuilles, dont les pointes courbées vers l’intérieur forment un ajour avec le pédoncule, accostent la base d'une palmette à neuf lobes à bord rond.

21. Anse d’amphore : décor à palmette

21. Anse d’amphore : décor à palmette

Naples, Musée archéologique national ; sans no.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

22. Anses d’amphore : décor à palmette

22. Anses d’amphore : décor à palmette

Naples, Musée archéologique national ; sans no.

© Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.

23a-b. Anses d’amphore : décor à palmette

23a-b. Anses d’amphore : décor à palmette

Pompéi, Antiquarium ; P.12168.

© Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.

  • 52  Les deux premières sont sans numéro d’inventaire, la troisième, de Pompéi, porte le no P 12168.

38En dépit de l’absence de traces de son acheminement jusqu’à Neuvy-Pailloux, il n’est pas interdit de penser que cette amphore, trouvée dans la tombe d’un homme ayant servi dans l’armée romaine, puisse avoir une origine campanienne. Trois autres paires d’anses semblables sont conservées à Naples (fig. 21, 22, 23a-b)52. Elles ne sortent pas d’une même matrice, même si l’on pensait à un travail de reprise de détails dans la cire, mais sont inspirées par un modèle ou un thème commun : le modelé de la palmette et celui de la gaine végétale sont très proches sur les anses de Naples ; sur celle de Pompéi, la tige est plus étroite et la palmette plus géométrique.

  • 53  Pagano 1999.
  • 54  Di Cresce 1996.
  • 55  Mendicino 1998.

39Les têtes d’enfants bachiques, de ménades, de Pan sont, avec celles de satyres jeunes et âgés et les masques de théâtre, des éléments décoratifs très présents sur tous les vases fermés. La qualité de leur modelé diffère selon les types de vases : à quelques exceptions près, les pots B 122253 ont des anses dont le décor est très soigné, ce qui n’est pas le cas pour les pots B 1250-1260, qui, selon les remarques faites par A. Di Cresce54, étaient utilisés surtout dans la sphère privée de la vie quotidienne, à la différence des amphores, B 1222 et autres cruches à bec qui auraient pu avoir un usage public, notamment pendant les repas. D’autres motifs, telle la tête de Méduse, qu’elle soit de type archaïsant, de type humanisé ou que ce soit une figuration presque caricaturale, ne sont utilisés que sur certains types de vases amphores, pots B 1222 et cruche à bec, type E55. Les patères et les bassins ont un répertoire décoratif tout à fait divers, animalier et végétal : les têtes n’y apparaissant que rarement soit sur l’extrémité des manches soit sur les attaches des anses. Les multiples emprunts au registre animal (têtes d’oie, de serpent, de chien, de griffon) sont communs aux vases paniers et aux bassins.

  • 56  Il s’agit de deux services comprenant chacun une patère, un trépied, une œnochoé et un pot dont le (...)
  • 57  Nous devons à A. Gallo une recherche érudite, conduite comme une enquête policière, dans laquelle (...)
  • 58  Je me suis souvent interrogée sur la signification de cette sphinge pensant la tête appuyée sur la (...)

40Tous les vases sont techniquement parfaitement fabriqués, ils sont équilibrés, versent bien, leurs anses et poignées sont aisées à manipuler. Quand il ne s’agissait pas d’objets rares, de collection, l’utilité et la qualité technique du récipient guidaient sûrement le choix de l’acheteur. Existait-il d’autres motifs ? En dehors de récipients comme ceux de la maison de Giulio Polibio qui attestent d’un goût affirmé de leur propriétaire inconnu pour le bel objet56, comment déterminer ce qui a présidé au choix des acheteurs entre des récipients de la même catégorie, l’un peu décoré, l’autre médiocrement ? Quelle était la destination de l’objet, la lecture du décor faite par l’acheteur, appréciation qui est sûrement différente de la nôtre ? On peut regretter qu’il existe peu de récipients dont la présence soit aussi chargée de sens que ce bassin orné d’une scène des lupercales trouvé à Pompéi dont A. Gallo a fait une lecture érudite57. Il est possible que ce ne soit pas un cas isolé mais l’ensemble de la décoration des anses faite de motifs isolés (masques, autels, paniers de fruits, guirlandes…) ne se prête pas au même discours. Les motifs isolés ne sont pas gratuits, ils font écho de façon plus indirecte à un fond culturel pas toujours déchiffrable58.

41Le décor des vases était-il intégré au système décoratif de l’ensemble de la maison ? Étant donné la propension à décorer les murs, on peut penser qu’on aimait aussi les vases ornés, leur décor fût-il médiocre. On ne possède malheureusement plus de textiles, mais ceux-ci devaient être nombreux et contribuer à meubler un espace, reflétant certainement l’opposé d’une esthétique du vide, sûrement plus proche, si l’on ose suggérer cette comparaison, de l’atmosphère des intérieurs peints par Vuillard que de celle de maisons japonaises dépouillées.

  • 59  Je ne sais comment fonctionnent ces images, mais il n’est pas sûr qu’elles puissent être décodées (...)

42Certains spécialistes de l’étude des images de la céramique grecque se proposent, dans une démarche anthropologique, d’en restituer la lecture que faisaient les Grecs qui vivaient à l’époque où ces vases ont été produits. Ces images-là étaient représentées sur l’espace de panses dont la dimension se prêtait à des récits fort différents de ceux permis par l’espace étroit d’une tige ou d’une anse59. On ne peut pas s’interroger et interroger ces anses de la même façon, mais au moins poser une question pragmatique : pourquoi les anses, moyens de préhension du vase, sont-elles ornées puisque leur décor reste caché par la main de l’utilisateur ? La première réponse d’ordre technique est qu’il est beaucoup plus facile et rapide de modeler ou de mouler une anse pour la couler que de faire un décor au repoussé sur une panse en bronze. La seconde réponse est une interrogation : quand on utilise un vase, on cache le décor de l’anse mais en dehors des temps d’utilisation (repas, sacrifices domestiques…) les vases sont visibles. Certes, on connaît des armoires remplies de récipients, armoires fermées, mais on cite aussi, sans que ce soit un lieu de hasard imputable à la panique de l’ultime jour, des vases trouvés notamment dans le tablinum : dans ce type d’espace public comme dans celui du triclinium, les vases montraient leur décor.

  • 60  Wyler 2004, p. 940-941.

43Les vases dont nous trouvons le décor soigné ou médiocre étaient-ils perçus de la même façon ? Il est difficile de comprendre ce qui présidait au choix de l’acheteur mais, entre une tête d’enfant bachique, une ménade ou un satyre, on était toujours dans la sphère bachique. Si les fresques donnent à voir des récits mythologiques, pourquoi n’aurait-on pas aimé des vases décorés, allusivement certes, faute de pouvoir se développer sur l’espace réduit des anses ? Il faudrait savoir si, au moins dans des cas privilégiés, il existe un lien général entre tous les décors. Dans son étude sur les motifs dionysiaques dans les maisons de Pompéi, S. Wyler parle d’un message unitaire : « Quelles réponses anthropologiques peut-on envisager à la lumière de ces images sur le statut, la personnalité sociale, le goût des commanditaires ; des concepteurs et des spectateurs de ces décors60 ? » N’étaient les différences chronologiques, on aimerait que le jeu d’échos entre tous les motifs décoratifs de la maison dont « les propriétaires revendiquent ouvertement aux yeux de toute la cité leur culture hellénistique dont le dionysisme est l’une des composantes particulières » puisse s’étendre aussi aux cinq vases trouvés dans une pièce à gauche de l’atrium et dont les anses sont ornées du groupe Bacchus-silène-panthère.

44Il ne semble pas qu’il existe un lien étroit entre le décor des vases en bronze et celui des fresques murales, mais ce lien existe avec les objets en marbre qui ornaient demeures et jardins (oscillae, hermès, statuettes) et avec les petits masques qui ornaient le mobilier. Je renvoie à cette étude déjà citée sur les sculptures en marbre de Pompéi dont les thèmes montrent une grande similitude avec ceux de la vaisselle. Sur les murs dominaient les scènes mythologiques ; les objets, vases et diverses sculptures en marbre animaient et imprégnaient un vécu quotidien. On se situe à un niveau différent de celui dont parle S. Wyler. Lorsque les textes citent des vases, ils le font pour parler de beaux objets, souvent aussi pour faire une allusion à leur usage mais il me semble n’avoir jamais lu un passage qui parle du décor choisi pour des raisons précises. Pourquoi a-t-on choisi un enfant bachique ? Le même type d’amphore offrait une sphinge, un Éros, une ménade, etc. Pourquoi avoir choisi une anse dont le décor est totalement végétal alors que d’autres anses avaient un décor mixte ? Nous ignorons dans quel contexte l’acheteur faisait son choix et je me demande si, outre le fait du goût et du prix, ce choix d’un décor plutôt que d’un autre était très important, les divers motifs figurés et végétaux renvoyant, quelle que soit leur qualité, au monde bachique.

45Et comme il faut nous garder de faire des villes du Vésuve des camps retranchés, il faut bien penser que cette atmosphère bachique trouvait des échos bien au-delà de la Campanie. Il faut enfin ne pas être réductif : entre le dionysisme à composante intellectuelle et quelque imprégnation plus vague et immédiate, il y a des nuances.

46Dis-moi, Claude, quelle réponse obtiendrait-on si nous interrogions dans une rue napolitaine tous ceux qui portent une corne, un œil de sainte Lucie, une médaille ou une croix, sur le sens et les raisons de cette implication ? S’agit-il de liens réels, de convictions transmises de façon ancestrale, reliant par imprégnations non rationnelles à des croyances parfois peu explicites ? Ce besoin d’être relié, socialement et personnellement, sur un plan intellectuel mais aussi de manière sensible, irrationnelle, explique la présence de décors sur ces objets quotidiens, aussi muets que parlant.

Bibliographie

César, le Rhône pour mémoire 2009 : César, le Rhône pour mémoire : vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, L. Long, P. Picard (éd.), cat. exp. (Arles, musée départemental Arles antique, 24 octobre 2009-19 septembre 2010), Paris, Actes Sud, 2009.

The Eye of Josephine 2007 : The Eye of Josephine. The Antiquities Collection of the Empress in the Musée du Louvre, M. Denoyelle, S. Descamps-Lequime (éd.), cat. exp. (Atlanta, High Museum of Art, 11 octobre 2007-16 mai 2008), Atlanta, High Museum of Art, 2007.

Barr-Sharrar 1987 : B. Barr-Sharrar, The Hellenistic and early Impérial decorative bust, Mayence, Philipp von Zabern, 1987.

Barr-Sharrar 2008 : B. Barr-Sharrar, The Derveni krater: Masterpiece of Classical Greek Metalwork, Princeton, American School of Classical Studies at Athens, 2008.

Byvank-Quarles van Ufford : L. Byvank-Quarles van Ufford, « Les vases en argent à échassier conservés à Istanbul », dans Mélanges Mansel, Ankara, 1974, p. 335-343.

Carandini 1977 : A. Carandini, «Alcune forme bronzee conservate a Pompei e nel Museo Nazionale di Napoli», dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei nella prima età impériale, Roma, 1977, p. 163-169.

Carella et al. 2008 : A. Carella, L. A. D’Acunto, N. Inserra, C. Serpe, Marmorea pompeiana nel Museo Archeologico Nazionale di Napoli. Gli arredi scultorei delle case pompeiane, Rome, L'Erma di Bretschneider, 2008.

D’Agostino-Fleming 1987 : I. d’Agostino-Fleming, O Vasilhame de bronze romano: produção e consumo no inicio do periodo impérial, thèse, Sao Polo,Universidade de Sao Paulo, 1987, inédite.

D’Alconzo 1999 : P. D’Alconzo, L’Anello del Re. Tutela del patrimonio storico-artistico nel regno di Napoli (1734-1824), Florence, EDIFIR, 1999.

De Cou 1912 : Herbert F. de Cou, “Antiquities from Boscoreale in Field Museum of Natural History”, Publications of Field Museum of Natural History. Anthropological series, vol. VII, no 4, Chicago, 1912.

De Loos-Diez 1991 : E. P. de Loos-Dietz, « Un échassier avec un serpent », BABesch, 66, 1991, p. 133-114.

De Martino 1979 : F. De Martino, Storia economica di Roma antica, 2 vol., Firenze, 1979, vol. 1, p. 318.

De Ridder 1915 : A. De Ridder, Les Bronzes antiques du Louvre. II. Les instruments, Paris, éd. Ernest Leroux, 1915.

Delli Ponti 1973 : G. Delli Ponti, I Bronzi del Museo Provinciale di Lecce, Galatina, 1973.

Guide de Delphes 1999 : Guide de Delphes, le Musée, École française d’Athènes, Paris, Éd. de Boccard, 1999.

Des Méloizes 1845 : E. Des Méloizes, Monuments historiques de l'Indre. Essai sur l'origine du tombeau gaulois ou gallo-romain de Neuvy-Pailloux, par M. Thabaud de Linetière, précédé du rapport de M. Des Méloizes sur la découverte de ce monument, Maillé, Châteauroux, 1845.

Desoeuvres 1993 : P. Desoeuvres, “Did some Pompeians return to their city after the eruption of Mt Vesuvius in 79?”, dans L. Franchi dell’ Orto (éd.), Ercolano 1738-1988. 250 anni di ricerca archeologica, atti del Convegno internazionale (Ravello-Ercolano-Napoli-Pompei, 30 octobre-5 novembre 1988), Rome, «L’Erma» di Bretschneider, 1993, p. 65-179.

Di Cresce 1996 : A. Di Cresce, Per un Catalogo del Vasellame bronzeo di Pompei ed Ercolano nel Museo Archeologico Nazionale di Napoli : B 1240-1260, thèse, Naples, Università degli Studi di Napoli «FEDERICO II», 1996.

Ferdière et al. 1993 : A. Ferdière, A. Villard, La Tombe aristocratique de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges, Paris, DAF, 1993.

Pompei 1997 : Pompei. Abitare sotto il Vesuvio, M. Borriello, A. d'Ambrosio, S. De Caro, P. Giovanni Guzzo (éd.), cat. exp. (Ferrare, Palazzo dei Diamenti, 29 septembre 1996-19 janvier 1997), Ferrara, Ferrare Arte, 1996.

Gallo 2005 : A. Gallo, « Lupercalia. Una inedita testimonianza in un bacille bronzeo pompeiano », Rivista di Studi Pompeiani, XVI, 2005, p. 65-91.

Görecki 2000 : J. Görecki, „Metallgefässproduktion in Pompei?“, Kölner Jahrbuch, 33, 2000, p. 445-467.

Gralfs 1988 : B. Gralfs, „Metallarbeitende produktionstätten in Pompeji“, BAR, 433, 1988.

Hayes 1984 : J. W. Hayes, Greek, Roman and related Metalware in the Royal Ontario Museum, Toronto, 1984.

Hiller 2002 : H. Hiller, „Römische Statuettenpaare feckeltragender Eroten in hellenisticher Tradition“, dans Atti del Convegno internazionale sui bronzi antichi, (Grado-Aquileia, 2001), 2002, p. 462-477.

Kastenmeier 2007 : P. Kastenmeier, I luoghi del lavoro domestico nella casa pompeiana, 2007.

Kent Hill 2007 : D. Kent Hill, “Roman jugs with barbotine”, Journal of Walters Art Gallery, IX, 1946, p. 69-79.

De Pompéi à Malmaison 2008 : De Pompéi à Malmaison, les Antiques de Joséphine, M. Denoyelle, S. Descamps-Lequime (éd.), cat. exp. (Rueil-Malmaison, musée national des châteaux de Malmaison et Bois Préau, 22 octobre 2008-27 janvier 2009), Paris, RMN, 2008.

Manfrini 1987 : I. Manfrini-Aragno, Bacchus dans les bronzes hellénistiques et romains, Lausanne, 1987.

Manfrini 2009 : I. Manfrini, « Images mises en gestes », MÊTIS, N. S. 7, 2009, p. 43-61.

Manfrini, Strawczinski 2007 : I. Manfrini, N. Strawczinski, « Une forge ambiguë », MÊTIS, N. S. 5, 2007, p. 51-90.

Massari, Castoldi 1985 : G. Massari, M. Castoldi, «Vasellame in bronzo romano- L’officina dei CIPII», dans Archeologia dell’Italia settentrionale, I, Côme, 1985, p. 1-81.

Mastroroberto 2006 : M. Mastroroberto, «Le coppe della reconciliazione», dans P. G. Guzzo (éd.), Argenti a Pompei, cat. exp., Naples, musée archéologique national, 2 avril - 11 septembre 2006, Milan, Electa, 2006, p. 30-43.

Mendicino 1997 : D. Mendicino, Per un Catalogo del Vasellame bronzeo di Pompei ed Ercolano nel Museo Archeologico Nazionale di Napoli : E1000, E2000, E3000, thèse, Naples, Università degli Studi di Napoli «FEDERICOII », 1998.

PIO IX a Pompei 1987 : PIO IX a Pompei, Memorie e testimonianze di un viaggio, cat. exp. (Naples, 1987), pl. 8 à 15, nn. 12.

Ercolano 2008 : Ercolano. Tre secole di scoperte, M. Borriello, M. P. Guidobaldi, P. G. Guzzo (éd.), cat. exp. (Naples, Musée archéologique national, 16 octobre 2008-13 avril 2009), Milan, Electa, 2008.

Nenova-Merdjanova 2000 : R. Nenova-Merdjanova, “Bronze vessels and the toilette in roman times”, dans From the Parts to the Whole, acta of the 13e International bronze Congress (Cambridge, Massachussets, May 28 - June 1), vol. 1,1996, Portsmouth, Rhode Island 2000, p. 200-205.

Nuber 1972 : H. U. Nuber, „Kanne und Griffschale ; Ihr Gebrauch im täglichen Leben und die Beigabe in Gräbern des römischen Kaiserzeit“, Bericht des Römisch-germanischen Kommission, 53, 1972, p. 1-32.

Pagano 1999 : A. Pagano, Per un Catalogo del Vasellame bronzeo di Pompei ed Ercolano nel Museo Archeologico Nazionale di Napoli: BROCCHE B 1222, thèse, Naples, Università degli Studi di Napoli «FEDERICO II», 1998.

Fiorelli 1860 : G. Fiorelli, Pompeianarum Antiquitatum Historia, Volumen primum MDCCCLX, Volumen Secundum MDCCCLXII, Naples, 1860, 1862.

Petrovszky 1993 : R. Petrovszky, Studien zu römischen Bronzegefässen mit Meisterstempeln, Espelkamp, (Kölner Studien zur Archäologie der römischen Provinzen, 1), 1993.

Pirozzi 1998 : A. Pirozzi, Per un Catalogo del Vasellame bronzeo di Pompei ed Ercolano nel Museo Archeologico Nazionale di Napoli, I BACILI, thèse, Naples, Università degli Studi di Napoli «FEDERICO II», 1998.

Rolland 1965 : H. Rolland, Bronzes antiques de Haute Provence, Paris, éd. du C.N.R.S., (Gallia suppl. 18), 1965.

Rolley 1999 : Cl. Rolley, « La lanterne de Philippe II et le rôle de la toreutique macédonienne », dans Ancient Macedonia, Sixth International Symposium, vol. 2, Thessalonique, 1999, p. 967-974.

Masques de fer 1991 : Masques de fer, un officier romain du temps de Caligula, F. Beck, H. Chew et. al. (éd.), cat. exp. (Saint-Germain-en-Laye, Musée des antiquités nationales, 6 novembre 1991-4 février 1992), Paris, RMN, 1991.

Segall 1966 : B. Segall, Tradition und Neuschöpfund in der frühalexandrinischen Kleinkunst, Winkelmansprogram, 1966.

Tassinari 1993 : S. Tassinari, Il Vasellame bronzeo di Pompei, Rome, «L’Erma» di Bretschneider, 1993.

Tassinari 2002 : S. Tassinari, « Observations sur la fabrication des anses de récipients de Pompéi », dans Atti del XV Congresso Internazionale sui bronzi antichi, (Grado-Aquileia), 2002, p. 363-369.

Tassinari 2010 : S. Tassinari, Regards croisés,dall’imagine alla storia, 2010.

Vasi in bronzo 2009 : Vasi in bronzo – Museo Archeologico Nazionale di Napoli. Brocche, askoi, vasi a paniere, S. Tassinari (éd.), Naples, Electa Napoli, 2009.

Willers 1907 : H. Willers, Neue Untersuchungen über die römische Bronzeindustrie von Capua und von Niedergermanien, besonders auf die Funde aus Deutschland und den Norden hin, Hanovre-Leipzig, 1907.

Wyler 2004 : S. Wyler, « Dionysos domesticus. Les motifs dionysiaques dans les maisons pompéiennes et romaines (ier s. av. - ier s. ap. J.-C.) », MEFRA 2004, 116, p. 933-951.

Yadin 1963 : Y. Yadin, The finds from Bar Kokhba in the Cave of Letters, Jerusalem, Judean Desert Studies, 1963.

Zevi 1978 : F. Zevi, «Il prezioso triclinio di C. Giulio Polibio», Magna Grecia, XIII, 14, mars-avril 1978, p. 1-2.

Notes

1  Je regrette de ne pouvoir renvoyer aux illustrations des catalogues de la vaisselle de Naples, victimes d’une publication au long cours. Toutefois, tous ces vases, de table, de toilette et de cuisine, ont fait l’objet de douze Tesi di Laurea, soutenues à l’Università degli Studi di Napoli «FEDERICO II», Facolta di Lettere e Filosofia et sont consultables sur place. Avec Stefania Adamo-Muscettola, qui fut leur professeur dans cette université, j’ai assumé la conduite de ces thèses, soutenues entre 1995 et 2001 par Rosella Tunzi, Amelia Di Cresce, Teresa Sarnataro, Daniela Mendicino, Alessandra Pagano, Annalisa Pirozzi, Fiorenza Proto, Giuseppina Di Palma, Linda De Luca, Claudia Di Bello, Roberta Marciano, Lorena Munno (cf. Vasi in bronzo 2009, p. 11-22). Deux d’entre elles ont été publiées en 2009 dans ce premier des cinq volumes consacrés aux vases conservés au Musée archéologique national (M.A.N.) de Naples.

2  Ce don a manifestement été fait avec une certaine prudence : « Che dandosi delle cose non volgari si debbi pero fare in modo, che niente pera il Museo del suo splendore ritenendosi delle cose veramente di primo ordine. E dandosi dei pezzi pregevoli, non dei quali ne esistono qui altri simili. »Ce don suscite aussi un jugement sévère sur Ferdinand IV : « Tra luci ed ombre, disattenzioni e cure, la permanente concezione che i Borboni avevano del patrimonio storico-artistico come propria esclusiva proprietà è denotata dalla disinvoltura con cui fu fatto dono a Napoleone nel 1803 -cessate temporaneamente le ostilità con la Francia ‑ di non pochi reperti provenienti dagli scavi ercolanesi, tra cui dei preziosi rotoli ed un affresco raffigurante Apollo e le Muse. »(D’Alconzo 1999, p. 91).

3  The Eye of Josephine 2007, De Pompéi à Malmaison 2008.

4  Les objets voyagent pour des raisons variées : voir dans César, le Rhône pour mémoire 2009 les divers vases en bronze trouvés dans le Rhône.

5  Tassinari 1993.

6  Vasi in bronzo 2009, premier des cinq volumes consacrés aux vases conservés au M.A.N. de Naples.

7  Sont intéressants les doutes exprimés par J. P. Desoeuvres sur un éventuel retour des habitants après l’éruption (Desoeuvres 1993).

8  Outre les vases campaniens conservés dans les musées de Berlin, Londres, New York, il en existe dans des collections plus réduites, telles celle du Museo Profano della Biblioteca Apostolica del Vaticano et celle des vases offerts à l’Impératrice du Brésil, conservée au musée de Sao Paolo (cf. D’Agostino-Fleming 1987).

9 Carandini 1977, note 10, p. 163.

10  Intervention après l’exposé de Carandini 1977 p. 82 : « Non diamo a tutto l’etichetta “Capua”. Dire Nola o Capua o Neapolis significa riferirsi a realtà economiche molto diverse. »

11  Outre l’ouvrage de Petrowski 1993, il faut rappeler celui de Willers 1907.

12  ANSII et CIPII désignent les noms de deux officines de bronziers étudiés : Massari, Castoldi 1985.

13  Des documents, aujourd’hui disparus, signalés dans la relation de fouilles du 31 mai 1768, témoignaient de la présence d’un atelier à Pompéi : « Levandosi del terreno nel recinto esterno della città, si è trovato un vaso di diametro palmi 2 e di altezza pal. 1 ½, con dentro del bronzo attaccato allo stesso vaso; si crede un crogiuolo per fondere i metalli :dentro di questo vaso vi erano pezzi di creta al di dentro vuoti con un buco da uno de’ lati, che forse sono delle forme per gettarvi metallo. N 37 pezzi di forme di creta fra le quali in una si conosce l’impronta d’un ganghero, e nell’altra pare quella di una chiave di condotto ; in alcuni pezzi vi no dentro dei ferri, ed in altra una creta gialla.Due vasi di ferro al di fuori e di dentro di bronzo. N 28 tazzette di creta. N 5 pezzi di creta. N 5 pezzi di mezze statuette di creta senza testa e senza braccia. Due mezze statuette di creta. » (Fiorelli 1860, I, p. 218).

À propos des ateliers de bronziers de Pompéi, mon opinion est différente de celle de Bettina Gralfs (Gralfs 1988). Elle a, toutefois, reconnu, s’agissant de fouilles anciennes, la difficulté d’interpréter les indices précieux mal identifiés lors de la fouille et ayant pu disparaître.

14  « La produzione avveniva in piccole officine individuali o in fabbriche di modeste dimensioni, il che si spiega perché i mezzi tecnici disponibili non richiedevano una concentrazione di forze e di lavoro, ma una specializzazione di attività che si riconosce dalle iscrizioni. In Roma vi era un forte collegio di fabbri e cosi in altre città dell’impero. » « Il modo consueto di produzione rimasse prevalentemente quello della bottega individuale artigiana o della piccola fabbrica con pochi addetti, mentre fabbriche di dimensioni maggiori risultano eccezioni alla regola. Lo stesso spettacolo, fatte delle debite proporzioni quantitative, ci offre Pompei dove non esiste alcuna impresa, cui si possa dare il nome di fabbrica nel senso moderno del termine. » (De Martino 1979, p. 318).

« In assoluto dovevano richiedere meno personale delle manifatture di ceramica e laterizi… sia per cause esterne (meno richiesta di prodotti), sia per nécessita inferiore di spazio, di grande impianti e di personale. » (Massari, Castoldi 1985, p. 20).

15  Sur la fonction complémentaire des vases, voir Nenova-Merdjanova 2000.

16  Voir l’étude de Kastenmeier 1984 concernant les diverses cuisines à Pompéi. Mutatis mutandi, on peut voir en Inde, au Népal, un type similaire d’installations culinaires maçonnées.

17  Les références des divers vases du Louvre étudiés ici sont dues à Catherine Bastien.

Cruche à bec (H. 15,2 cm). Trouvée dans la Villa de Boscoreale (ne faisait pas partie du trésor). Don E. de Rothschild, 1895. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2759.

18  Quatre vases trouvés en Judée ont un profil similaire, mais un seul a une embouchure similaire, les autres sont rondes. Cf. Yadin 1963 (fig. 27, pl. 22, nos 17, 18, 19 et fig. 28, pl. 21, no 20). Voir aussi une paire de vases similaires à embouchure ronde trouvée en Syrie dans Hayes 1984, nos 155- 156 et un pot du M.A.N. de Naples, no 124463.

19  Pour tous les types, je renvoie à la typologie créée en 1993.

20  Il existe d’autres types d’ajouts d’une corolle entourée de volutes : ces pseudo-diadèmes sont purement décoratifs, ce ne sont pas des attributs propres à la tête qu’ils coiffent (ménades, enfants …). Cf. Tassinari 2002.

21  Lorsque le bas d’une tige est trop étroit pour encadrer le haut de l’attache, un élément de jonction est ajouté entre les deux, pour éviter que l’attache ou la tête servant d’attache ne semble suspendue à la tige ; ceci advient au moment de la réalisation des cires de la tige et de l’attache modelées séparément et jointes ensuite.

22 Yadin 1963, nos 18, 57 10 : “youth with puffy cheeks and belowing hair wearing a sort of diadem. Bacchus?” Le décor de la tige, une feuille d’acanthe, est différent de celui de Boscoreale ; d’après la description, l’attache semble très similaire, mais la qualité de la photo empêche une comparaison très précise.

23 Carella et al. 2008, no B 37 : Fanciullo con oca.

24  De Cou 1912, no 24405, p. 191, pl. CXLII-CXLIV.

25  Naples, M.A.N., nos 115565-115570, 69103-69104, 69092-69093 : les anses en crosse de ces pots à bec ont une forme semblable à celle de Boscoreale. Cf. Mendicino 1998.

26  Voir dans l’article de De Loos-Dietz 1991 une iconographie assez complète montrant divers vases en argent et mosaïques ornés d’échassiers dans un décor nilotique.

27  Le décor des attaches de ces vases est plus rigide, l’échassier de face, les ailes ouvertes étalées sur les bords de l’attache, tient dans son bec un serpent dont le corps s’enroule autour d’une de ses pattes. Naples, M.A.N., nos 69666, 69627, 69629 ; Pompéi, no 10284.

28  Anse d’amphore (H. 12 cm). Italie (?). Collection Campana, 1861. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2652.

29 Naples, M.A.N., nos 69469-69470, 129391-129392, 69474-69475.

30  Guide de Delphes 1999, no et fig. 46. Delli Ponti 1973, no 69, pl. XLIV.

31  Les attaches de plusieurs autres anses de ce type (Naples, M.A.N., nos 117432, 118763, 69473, 116003, 69467, 69468), ornées de sujets différents (bustes, sphinge, Éros), reposent toutes sur une large plaquette accostée latéralement de volutes et terminée par une palmette.

32  Son attache est décorée d’un masque de satyre (oreilles pointues, cheveux courts à mèche frontale dressée) avec un visage rond assez proche de ceux des enfants bachiques, portant, qui plus est, un bandeau avec des corymbes et des feuilles de lierre, parure rare chez les satyres. Cf. Rolland 1965, p. 142, no 302, fig. 302.

33 Ercolano 2008, fig. 54 a, b, c, p. 165, no 90 c, d, e, f, p. 211 et p. 263, 273.

34 Barr-Sharrar 1987, nos 131,132.

35  Manfrini 1987. Voir aussi Hiller 2002, p. 462-477.

36 Carella et al. 2008, B 38, E 08, E 09.

37 Barr-Sharrar 2008.

38 Amphore de Naples, M.A.N., s. n. Proches de ceux de Janbol (Barr-Sharrar 1987, C. 150), deux autres bustes de ménades appartenant à des amphores ont une coiffure plus rigide (Naples, M.A.N., nos 116003, 118763).

39  Carella et al. 2008, p. 92, B 26.

40  Anse de pot à embouchure ronde. H. 16,4 cm. Provenance inconnue. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2812.

41  Cf. Carella et al. 2008, E 14 : statuette en marbre de lièvre mangeant une grappe de raisin. Même thème sur l’oscillum C 04.

42  Anse de pot à embouchure ronde. H. 21 cm. Provenance inconnue. Collection Durand, 1825. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2805.

43  Tassinari 1993, type C 1221, pl. 53 à 56. Cf. Pagano 1999, «Due tipi di brocche monoansate : Genere B 2000 e Categoria C», dans Vasi in bronzo 2009, C 1221, nos 20-77.

44  Il faut relire l’article de Cl. Rolley (Rolley 1999) dans lequel, à la suite de A. Rumpf, il insistait sur la nature caprine et non bovine des cornes ‑ « elles naissent au milieu du front » ‑ et sur l’étrangeté de leur association avec un masque de satyre portant des feuilles de lierre. Cl. Rolley n’a pas expliqué la raison d’être de l’horizontalité des cornes, s’intéressant surtout à la contamination iconographique Pan/satyre à propos de laquelle il citait divers exemples campaniens et provinciaux et un masque de Pan pourvu de cornes horizontales. Voir aussi Tassinari 1993, pl. CVIII, fig. 1, 2, nos 14053, 20341.

45  Anse de pot à embouchure ronde. H. 16,3 cm. Provenance inconnue. Collection Durand, 1825. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2803.

46  De Ridder 1915, p. 119, pl. 101.

47  Anse de pot à embouchure ronde. H. 18,4 cm. Italie (?). Collection Campana, 1861. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2804.

48  Motif de têtes de boucs affrontées dans Pagano 1999, dans Vasi in bronzo 2009, nos 78, 110.

49  On se souvient de l’article de Berta Segall où celle-ci analysait le symbolisme de l’association entre acanthe et feuille d’eau (Segall 1966).

50  Amphore. H. 38 cm. Trouvée à Pompéi le 4 juillet 1822. Don de François Ier, roi de Naples, 1825. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2643.

51  Amphore. H. 36,5 cm (bas de la panse non conservé). Trouvée à Neuvy-Pailloux (Indre) en 1844. Échange des Méloizes, 1857. Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Br 2699 (vase) Br 2653-2654 (anses recollées).

À l'étude de Des Méloizes 1845, s'ajoutent deux études récentes sur la tombe de Neuvy-Pailloux : Ferdière 1993 notamment p. 156-200 et Masques de fer 1991, p. 120-130.

52  Les deux premières sont sans numéro d’inventaire, la troisième, de Pompéi, porte le no P 12168.

53  Pagano 1999.

54  Di Cresce 1996.

55  Mendicino 1998.

56  Il s’agit de deux services comprenant chacun une patère, un trépied, une œnochoé et un pot dont les anses sont finement ciselées. Ces récipients étaient posés sur le sol dans un angle du triclinium, près d’une statue en bronze d’Apollon. Ce sont des récipients de types courants mais la qualité du traitement de leur décor est exceptionnelle. Cf. Zevi 1978 et Pompei 1997, nos 275-280.

57  Nous devons à A. Gallo une recherche érudite, conduite comme une enquête policière, dans laquelle il démontre que la présence de cette pelvis dans la demeure d’un membre de la gens des Epidii, famille ayant des liens anciens avec les Fabii, était loin d’être anodine, la gens des Fabii formant avec celle des Quinctiales une confraternité sacerdotale, les luperci. Cf. Gallo 2005.

Voir aussi l’article sur les coupes de Moregine, dites «Coppe della riconciliazione» dans Mastroroberto 2006.

58  Je me suis souvent interrogée sur la signification de cette sphinge pensant la tête appuyée sur la patte antérieure gauche, qui orne l’attache d’une amphore (Naples, M.A.N., no 69467) Tassinari 2010. Est-elle le fruit de la fantaisie d’un artisan ou une allusion à un texte ? Les anses d’une amphore romaine trouvée à Tsotyli, en Macédoine, en forme de dauphins, la gueule ouverte sur une lyre, évoquaient sans doute facilement dans l’antiquité le mythe d’Arion. Conservée au Musée Archéologique d’Athènes, elle est en cours de publication.

59  Je ne sais comment fonctionnent ces images, mais il n’est pas sûr qu’elles puissent être décodées comme celles de la coupe de la Fonderie, étudiées par I. Manfrini et N. Strawczynski (Manfrini, Strawczynski 2007), ou celles d’une coupe du Badisches Landesmuseum, lues par I. Manfrini (Manfrini 2009).

60  Wyler 2004, p. 940-941.

Table des illustrations

Titre 1. Anse de cruche à bec : enfant bachique
Légende Boscoreale ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2759.
Crédits © Musée du Louvre, cliché J. Galland.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 2. Anse d’amphore : enfant bachique
Légende Italie ( ?) ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2652.
Crédits © Musée du Louvre, cliché J. Galland.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 3a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques
Légende Naples, Musée archéologique national ; 69470.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 4a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques
Légende Naples, Musée archéologique national ; 129392.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 5a-b. Anses d’amphore : enfants bachiques
Légende Naples, Musée archéologique national ; 69474.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 6. Anse de pot B1222, détail : enfant bachique
Légende Naples, Musée archéologique national ; 72610.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 7a-b. Anses d’amphore, détail : enfant bachique
Légende Naples, Musée archéologique national ; 117432.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 8. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique
Légende Naples, Musée archéologique national ; 69054.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 9. Anse de cruche D2300, détail : enfant bachique
Légende Naples, Musée archéologique national ; 69056.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 10. Anse de cruche E2000, détail : enfant bachique
Légende Naples, Musée archéologique national ; 69091.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 11. Anse de pot B1251, détail : enfant bachique/ménade
Légende Naples, Musée archéologique national ; 111577.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre 12a-b. Anses d’amphore ; détails : bustes de ménade
Légende Naples, Musée archéologique national ; sans no .
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 13. Anse de pot B 1222 : ménade
Légende Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2812.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Ch. Larrieu.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 14. Anse de pot B 1222, détail : ménade
Légende Pompéi, Antiquarium ; P.1149.
Crédits © Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 15. Anse de pot B 1222 : Pan
Légende Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2805.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Chuzeville.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 16. Anse de pot B 1262, détail : Pan
Légende Pompéi, Antiquarium ; P.14053.
Crédits © Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 17. Anse de pot B 1222 : Pan
Légende Italie (?) ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2804.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Chuzeville.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 18. Anse d’amphore à décor végétal, vue d’ensemble
Légende Pompéi ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2643.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Chuzeville.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 19. Anse d’amphore à décor végétal, détail
Légende Pompéi ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2643.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Chuzeville.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 20. Anse d’amphore : décor à palmette
Légende Neuvy-Pailloux ; Paris, musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Br 2699, 2653-2654.
Crédits © Musée du Louvre, cliché Chuzeville.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-20.png
Fichier image/png, 31k
Titre 21. Anse d’amphore : décor à palmette
Légende Naples, Musée archéologique national ; sans no.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 22. Anses d’amphore : décor à palmette
Légende Naples, Musée archéologique national ; sans no.
Crédits © Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, cliché Ph. Folliot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 23a-b. Anses d’amphore : décor à palmette
Légende Pompéi, Antiquarium ; P.12168.
Crédits © Wolfgang Goethe Universität, Frankfurt am Main, Seminar für Griechische und Römische Geschichte, Abt. II. Geschichte und Kultur der Römischen Provinzen sowie Hilfswissenschaften der Altertumskunde, cliché L. Göppner.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4028/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Tassinari, « Digressions autour de vases domestiques en bronze », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Suzanne Tassinari, « Digressions autour de vases domestiques en bronze », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 28 mars 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://inha.revues.org/4028

Auteur

Suzanne Tassinari

Musée du Louvre

Droits d’auteur

Tous droits réservés