Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
Le fonds scientifique de Claude Rolley : bibliothèque et archives

Claude Rolley et ses archives : l'universitaire et le photographe

Sylvain Perrot

Résumés

À sa mort, Claude Rolley a légué un fonds d’archives particulièrement exceptionnel, qui reflète une vie universitaire consacrée à la sculpture ainsi qu’au bronze antique sous toutes ses formes. La présente communication se propose de donner un aperçu de l’ensemble de cette documentation, constituée de près de deux milliers de tirés à part, mais aussi d’un très grand nombre de photographies, représentant notamment les sites grecs qu’il a explorés : ce sont autant de témoignages sur les différentes stratégies de fouilles adoptées par ses contemporains comme sur leur travail pour mettre en valeur le patrimoine archéologique. Enfin, la correspondance qu’il entretenait avec les services archéologiques grecs, les conservateurs de musées, ou divers universitaires dans le monde, fait apparaître les conditions dans lesquelles il a pu travailler. On présentera ainsi des éléments précieux pour l’histoire de la discipline archéologique dans les années 1960-2000, où Cl. Rolley a pu maintes fois être au premier plan.

Texte intégral

1Le fonds d'archives de Claude Rolley est, à plusieurs titres, exceptionnel, et reflète toute une vie universitaire consacrée à la sculpture ainsi qu'au bronze antique, sous toutes ses formes, mais aussi à bien d'autres horizons. Le contenu de sa bibliothèque parisienne est revenu à la bibliothèque d'archéologie de l'ENS. La contribution d'A. Cavé a relaté l'intégration des ouvrages, à laquelle j'ai pu contribuer pour l'identification des livres en grec moderne. Mais plus spécifiquement, je suis chargé depuis septembre 2008 de l'inventaire et du dépouillement des archives. Le présent article se propose de donner un aperçu de l'ensemble de cette documentation, dans l'état actuel de mon travail. Il a essentiellement porté sur le tri des tirés à part, dont le nombre avoisine deux mille titres et qui avaient été rassemblés par Claude Rolley dans ses différents dossiers. Le fonds est également constitué d'un matériel iconographique, dont les supports varient entre négatifs, tirages et diapositives. Enfin, la grande majorité des documents regroupe toutes les notes manuscrites prises par Claude Rolley, mais aussi sa correspondance avec le milieu universitaire international ainsi que quelques documents dont l'intérêt est évident pour qui veut travailler sur l'histoire de l'archéologie française dans les années 1960-2000.

Tirés à part

2L'inventaire des tirés à part avait un double objectif : le premier, au même titre que les livres, était de permettre d'avoir une vision globale des archives de Claude Rolley et de tous ses travaux scientifiques ; le second était de préparer en amont leur catalogage, car ils seront progressivement intégrés au fonds de la bibliothèque d'archéologie de l'ENS. C'est dans cette perspective que j'ai élaboré une base de données recensant chaque tiré à part. À l'heure actuelle, où l'inventaire touche à sa toute fin, leur nombre s'élève à deux mille environ, sans compter les exemplaires en double.

3Exception faite de quelques titres en vrac, la plupart des tirés à part se trouvait dans des dossiers, qui reflètent les sujets sur lesquels travaillait Claude Rolley. Très soigné et méticuleux, il les avait lui-même rassemblés avec ses notes manuscrites dans des chemises. Il faut y ajouter ceux qu'il avait placés dans les ouvrages de sa bibliothèque, en particulier ceux dont il a fait le compte-rendu, pour les compléments bibliographiques. Il avait par ailleurs le soin de reporter au besoin le titre du tiré à part sur la page de couverture.

4Les données chiffrées sont reproduites dans le tableau suivant :

Bronzes

586

Terres cuites et céramiques

161

Sculptures

570

Monde grec oriental

320

Monde grec occidental, Italie (Rome et Etrurie)

159

Divers

76

5Si la grande majorité relève de l'archéologie des mondes anciens, il y en a quelques-uns plus originaux, dont le contenu avait dû susciter l'intérêt du mélomane averti qu'était Claude Rolley. Citons par exemple une étude d'Ang. Amandry sur le philhellénisme en France au moment de la guerre d'indépendance, parue dans la revue Ο ερανιστής en 1981. Elle aborde le sujet sous l'angle des partitions de musique écrites en France dans les années 1830 en soutien aux Grecs révoltés contre l'Empire ottoman. Elle y reproduit notamment quelques lithographies qui ornaient les couvertures de partition, lesquelles louaient la victoire de Navarin ou exaltaient le réveil des Grecs.

6
Ces tirés à part constituent évidemment une bibliothèque de référence pour les sujets d'étude de Claude Rolley, dont la consultation complètera avec bonheur celle des ouvrages. Le dépouillement de ces casiers a également fait sortir une quarantaine de périodiques et le même nombre de petits livres.

7Ces titres constituent aussi une source d'information majeure sur les échanges que Claude Rolley avait avec ses collègues universitaires. Il convient de citer en premier lieu celui qui fut le maître de Claude Rolley, Roland Martin, qui avait fait don de plusieurs de ses publications à son disciple, comme par exemple des actes de colloque, des extraits des MÉFRA... Outre de semblables tirés à part, Claude Rolley avait dans ses archives le discours tenu par Roland Martin lorsque ce dernier reçut la médaille d'or du CNRS. Il en sera question plus loin.

  • 1 En français dans le texte.

8Ses relations dans le milieu de l'archéologie française étaient multiples : ses intérêts nombreux et variés, reflétant la grande ouverture d'esprit qui était celle de Claude Rolley, l'ont conduit à échanger avec des collègues tant sur le monde grec, italien que micrasiatique. Son rayonnement intellectuel dépassait les frontières, évidemment auprès des universitaires grecs, mais aussi de la recherche allemande et anglo-saxonne. D'une part, je citerai ici le cas de la signature d'Ernst Langlotz, apposée par l'auteur sur une publication extraite du JdI 76 (1971), „Zur Deutung der Penelope“. On peut y lire la dédicace suivante, très révélatrice : „Monsieur Claude Rolley / in dankbarem Gedenken / der Begegnung in Delphi“, soit « Monsieur Claude Rolley / en souvenir reconnaissant / de notre rencontre à Delphes ». D'autre part, un chercheur anglais lui fit don « avec ses compliments1 » de son étude sur des objets en bronze. Il faut ajouter plusieurs dizaines de cartes de visite qui accompagnaient l'envoi de livres, tirés à part ou simples courriers.

9Disons enfin un mot des tirés à part que Claude Rolley envoyait en retour : j'ai retrouvé assez peu d'exemplaires de ses propres travaux, et il ne fait aucun doute qu'il en offrait la très grande majorité. Il avait mis de côté, pour lui, un exemplaire de son tiré à part sur les bronzes géométriques et orientaux de Délos, paru dans le premier supplément au BCH. Dans la deuxième de couverture de ce qu'il avait qualifié lui-même d' « exemplaire personnel » était collée une liste des noms à qui les autres étaient destinés. Parmi ses éminents lecteurs, ses collègues de l'École française d'Athènes sont naturellement bien représentés.

Photographies et diapositives

10À côté de toutes ces publications, les archives de Claude Rolley comprennent un très grand nombre de documents iconographiques. Il possédait ainsi plusieurs tiroirs pleins de diapositives, que ce soit des vues de sites archéologiques ou des photographies d'objets, pour certaines reprises dans des ouvrages publiés. Je n'ai pas encore eu le temps d'en faire l'exact inventaire, aussi me concentrerai-je ici sur les tirages papiers que j'ai pu parcourir. Je choisis de ne parler que de photographies prises par Claude Rolley sur des sites en Grèce : il y en a un bon nombre aussi d'Italie ou de Bourgogne.

  • 2 Je reproduis ici le texte dans sa forme originale.

11Claude Rolley aimait beaucoup la photographie, et j'en veux pour preuve le fait qu'il a souvent mentionné sur les pochettes de photographies et les tirages eux-mêmes la focale utilisée. Cette passion n'est pas étrangère au soin du détail qui l'animait dans ses études. Voici quelques lignes qu'il a écrites en préparant le compte-rendu du livre de H. J. Kellner, Der römische Tempelschatz von Weissenburg : « Dire un mot des photos : celles des 3 images de casques sont meilleures dans le vol. de la banque : p. 222-223. Pour 41 surtout, l'utilisation d'un objectif de trop courte focale fait disparaître la ressemblance évidente avec Alexandre2 ». C'est là bien résumer la précision qu'il exigeait, dans l'idée que le moindre détail a son importance et peut changer toute une interprétation.

1. Olympie, tas de bois, 1969

1. Olympie, tas de bois, 1969

© Cl. Rolley.

2. Olympie, tronc d'arbre abattu avec la palestre en fond, 1969

2. Olympie, tronc d'arbre abattu avec la palestre en fond, 1969

© Cl. Rolley.

12Claude Rolley fait preuve d'un grand sens de l'esthétique dans ses photographies.  C'est donc lui rendre hommage ici que d'en reproduire quelques-unes. Son réel talent me paraît particulièrement visible dans la série de clichés qu'il a pris en 1969 sur le site d'Olympie où il a beaucoup travaillé avec les archéologues allemands sur le matériel en bronze. S'il en a fait de très nombreuses photographies, son goût le portait aussi vers le site lui-même. Dans ce petit dossier consacré au sanctuaire de Zeus, on trouve de très belles photographies dont les objets sont parfois des plus originaux. Il aimait beaucoup les paysages : le dossier contenait deux clichés de la plaine avec vue sur le mont Khronion, où il me semble que Claude Rolley était particulièrement sensible aux lignes, verticales, horizontales et obliques, tout comme aux jeux d'ombre et de lumière, que rend parfaitement l'usage du noir et blanc. Cela apparaît plus nettement encore dans des clichés qu'il a faits de troncs d'arbres découpés : si une photographie montre le tas de bois comme une sorte de curiosité artificielle dans le paysage (fig. 1), une autre fait jouer la perspective : le gros plan sur le tronc d'arbre et sur ses détails s'inscrit en parfaite harmonie avec l'arrière-plan que j'identifie comme étant les colonnes de la palestre d'Olympie (fig. 2). Les lignes verticales des colonnes de pierre font contraste avec les lignes horizontales et obliques du végétal, tandis que les jeux d'échelle produisent un effet surprenant.

3. Olympie, tronc d'arbre abattu, 1969

3. Olympie, tronc d'arbre abattu, 1969

© Cl. Rolley.

4. Olympie, péribole nord du temple de Zeus, 1969

4. Olympie, péribole nord du temple de Zeus, 1969

© Cl. Rolley.

13Ce souci de la perspective, de l'oblique, je le retrouve dans une photographie du même tronc sous un autre angle (fig. 3) : les formes irrégulières de l'arbre permettent de jouer entre les lignes de fuite, droites pour les unes, brisées pour les autres. On peut la comparer à un cliché pris cette fois sur le temple de Zeus depuis le péribole nord (fig. 4). La verticalité du fût forme la base d'un triangle dont le sommet s'efface dans la perspective des murs de la cella, tandis qu'au premier plan s'impose la forme cylindrique du tambour de colonne, que découpent toutefois les arêtes des cannelures, tout en étant répétée à l'extrémité de la ligne de fuite par l'autre tambour de colonne, lui aussi placé sur la tranche.

5. Olympie, colonne de la palestre, 1969

5. Olympie, colonne de la palestre, 1969

© Cl. Rolley.

14Je qualifierais ainsi volontiers de mise en scène la technique photographique de Claude Rolley : l'objet est mis en perspective, la nature se mêle aux ruines ou les ruines à la nature, comme on le voit sur les deux dernières photographies du dossier. La première, en contre-plongée, montre le haut d'un fût de colonne et son chapiteau dorique avec un arbre en arrière-plan (fig. 5) : les annelets ciselés à la base de l'échine prouvent qu'il s'agit de l'une des nombreuses colonnes conservées et remontées de la palestre d'Olympie, vraisemblablement dans l'angle sud-est du monument. Sur la seconde photographie, on reconnaît les fûts de colonne dorique du temple classique de Zeus, laissés à terre, avec les arbres en arrière-plan, ce qui fait ressortir les contrastes.

15De manière générale, les effets de lumière sont particulièrement remarquables sur les photographies que Claude Rolley faisait de l'architecture en pierre, que ce soit le théâtre d'Épidaure ou le trésor d'Atrée à Mycènes : les différences d'éclairage, en extérieur comme en intérieur, permettent de savants jeux de contraste.

6. Athènes, vue de l'Erechtheion, 1954

6. Athènes, vue de l'Erechtheion, 1954

© Cl. Rolley.

7. Délos, lion de la terrasse des Lions, 1954

7. Délos, lion de la terrasse des Lions, 1954

© Cl. Rolley.

8. Athènes, chien du cimetière du Céramique, 1954

8. Athènes, chien du cimetière du Céramique, 1954

© Cl. Rolley.

16Claude Rolley voyageait beaucoup : il avait un petit dossier de photos intitulé « Grèce 1954 », qui montre tous les sites qu'il a pu visiter dans cette seule année : sites continentaux et insulaires de l'helladique (Mycènes, Phaistos, Santorin) et sites classiques (Athènes, Delphes). L'on voit dans cette petite collection le choix propre à l'auteur de confronter des photographies de différents sites, selon la technique photographique – à la photographie en contre-plongée de l'Erechtheion (fig. 6) répond celle de la tholos de Delphes – ou selon la thématique – ainsi les animaux gardiens, qu'ils soient lion à Délos (fig. 7) ou chien au Céramique à Athènes (fig. 8) : les photographies se suivaient dans l'enveloppe. Les intérêts de Claude Rolley se portaient aussi sur l'architecture plus récente, notamment byzantine comme le montrent les photographies des monastères de Daphni et de Mystra, mais aussi de la belle ville médiévale de Nauplies. C'est donc l'itinéraire d'un archéologue qui se donne à voir dans tous ces clichés de 1954 : il était alors jeune normalien, quelques années avant son entrée comme membre à l'École française d'Athènes.

9. Delphes, la Voie Sacrée entre le Trésor des Athéniens et le Portique des Athéniens, 1972

9. Delphes, la Voie Sacrée entre le Trésor des Athéniens et le Portique des Athéniens, 1972

© Cl. Rolley.

17Ces photographies nous en apprennent beaucoup en effet sur l'histoire d'un archéologue, et plus généralement sur celle de l'archéologie dans les quarante dernières années. Des clichés pris dans les années 1960-1970 constituent de formidables documents d'archives pour l'histoire même des sites archéologiques et de leur mise en valeur. Les clichés pris par Claude Rolley à Delphes en 1972 montrent combien la physionomie générale du site de Delphes s'est quelque peu modifiée en quarante ans, notamment dans les zones accessibles au public. Prenons l'exemple de la Voie sacrée, entre le trésor des Athéniens et le portique des Athéniens (fig. 9) : si l'on compare avec la situation aujourd'hui, il y a eu quelques changements, ainsi les cordes pour empêcher l'accès au public ou le redressement d'un fragment de colonne qui était couché. On constate aussi que le site et surtout ses environs sont plus boisés qu'auparavant, ce qui participe d'une mise en valeur qui dépasse largement le cadre du seul site archéologique. Et quelques blocs, notamment inscrits, connaissent leurs odyssées.

18À Némée en revanche, la différence est bien plus perceptible : entre 1961 et aujourd'hui, les services archéologiques grecs, avec l'aide des archéologues américains, ont pu restituer davantage de colonnes appartenant au temple de Zeus (en 1980-1984 et 1999-2002). L'effet obtenu par cette nouvelle anastylose est bien sûr très différent, les éléments verticaux étant de moins en moins solitaires.

  • 3 Je remercie ici les sœurs de Claude Rolley pour avoir retrouvé le nom de la pièce.

19Une autre problématique est celle de l'utilisation des vestiges archéologiques à des fins modernes, et notamment pour y donner des spectacles. Le cas de Delphes est bien connu, où le musée Sikelianos est consacré aux festivals modernes. Les photographies de Claude Rolley ajoutent l'exemple du théâtre de Thasos, qui, le 9 août 1967, a donné lieu à la mise en scène d'une pièce de théâtre, une tragédie grecque antique, les Troyennes d'Euripide3. Il s'agit donc d'un document précieux pour la réception et la mise en scène du théâtre antique dans la Grèce contemporaine : décor du bâtiment de scène, costumes...

Notes manuscrites

20La plus grande partie du fonds est naturellement constituée de toutes les notes manuscrites de Claude Rolley ou de ses papiers, qui couvrent un champ très varié.

21Plusieurs dossiers contenaient ses notes de cours. Il s'agit notamment des notes prises lors du séminaire de R. Martin. Il y a aussi ses préparations de cours, cette fois en tant que professeur, aussi bien à l'Université de Dijon qu'à l'École normale supérieure. Là encore les enseignements sont pluriels : céramique grecque, urbanisme grec mais aussi gallo-romain, mosaïque grecque et romaine, le sanctuaire de Delphes par les textes, le site de Délos, pour ne prendre que quelques exemples.

22Les papiers administratifs occupent aussi une part non négligeable, et notamment ses contrats d'édition et documents relatifs aux droits d'auteur, mais aussi son abonnement par exemple à la programmation de l'orchestre national de Lille. Sa grande activité de recenseur lui valait aussi beaucoup de demandes de compte-rendu, notamment par la Revue Archéologique, à laquelle il répondait généralement positivement. Dans la perspective de leur mise en ligne, à laquelle François Queyrel et Lorenz Baumer travaillent sur le site d'Histara, j'ai commencé à établir une liste de tous les comptes-rendus faits par Claude Rolley. J'en ai recensé à ce jour environ trois cents, dont deux-cent-cinquante pour la seule RA. Les autres ont été publiés dans la RAE, Gnomon, les Bonner Jahrbücher ou la REG, plus rarement dans la REA ou Syria ; il faudrait ajouter les revues bourguignonnes. Par ailleurs, il faisait chaque année le compte-rendu du congrès sur la Grande Grèce de Tarente dans Archéologia.

23Les livres reçus à cette fin contiennent les notes qu'il prenait à leur lecture et reflètent donc tout le travail de lecture préalable de l'auteur effectué pour ses comptes rendus comme pour ses propres monographies et articles. En attestent aussi ses lettres où il demande des clichés et les droits de les reproduire.

24J'ai déjà eu l'occasion de souligner le souci du détail et de la précision qui animait Claude Rolley, comme beaucoup de collègues ont pu en témoigner dans leurs communications : il tâchait d'être au courant des avancées de son domaine et n'hésitait pas à réévaluer certains de ces résultats au regard des nouvelles découvertes, des changements de lieu d'exposition, d'éventuels compléments bibliographiques... Ainsi conservait-il des exemplaires de ses propres tirés à part qu'il annotait. Certaines pages présentent même un « palimpseste » de différentes couleurs, qui manifeste un retour régulier à ses publications antérieures.

25Sa correspondance avec le milieu universitaire était bien sûr abondante. J'ai pu trouver un échange de lettres entre Claude Rolley et Paul Bernard, à propos d'une tête casquée trouvée au Turkménistan soviétique (nous sommes en 1990). Il répondait volontiers à ceux qui lui demandaient des orientations bibliographiques, prêt à reconnaître qu'il ne savait rien pour la question posée. Je propose ici un exemple qui me paraît emblématique, celui d'une feuille qui a servi à deux fins.

  • 4 Je reproduis ici le texte dans sa forme originale.

26Sur son verso, on identifie des notes que Cl. Rolley avait prises pour compte rendu sur le livre de G. Le Cloirec, Les Bronzes antiques de Corseul. Mais le recto portait un brouillon de lettre tentant de répondre à une question qui lui était posée sur un texte de Pausanias : « Cher Monsieur, la phrase de Pausanias signifie que l'offrande a été faite à Thèbes et, bien entendu, nous ne l'avons pas conservée. Le problème, me semble-t-il, est l'imparfait de Pausanias, εἶχεν ; où en a-t-il vu le texte ? / En d'autres termes, je ne sais rien. [...] Désolé de ne pas vous aider davantage4. »

27Dans plusieurs lettres, il fait preuve de son humilité et de l'estime dans laquelle il tient les chercheurs qu'il a pu côtoyer et dont il connaît la valeur. Son acribie dans les comptes-rendus lui a valu le respect de ses pairs, avec plusieurs lettres de remerciements pour sa finesse dans l'analyse mais aussi les remontrances de ceux qui lui reprochent de ne pas avoir bien compris les livres qu'ils avaient publiés.

28Je voudrais pour finir attirer l'attention sur un document tout à fait précieux pour l'histoire de notre discipline. Il s'agit d'une lettre dactylographiée, que j'ai retrouvée dans le livre de G. Korre, Τα μετά κεφαλών κριών κράνη, avec quelques prises de notes pour un compte rendu, publié dans la REG. La lettre, écrite en français, est datée du 5 mars 1971 et émane de l'Association des universitaires Grecs en Europe Occidentale. C'est en fait un appel à boycotter purement et simplement les manifestations organisées par le régime des colonels à l'occasion du cent-cinquantenaire de la guerre d'indépendance (25 mars 1821, retenu comme jour de la fête nationale). Je reproduis ici un extrait de ce courrier :

« Les militaires qui ont pris le pouvoir pour y instaurer une dictature (…) s'adressent aux hommes de culture afin d'obtenir leur collaboration et rompre ainsi le "cordon sanitaire" que les hommes libres ont imposé après le 21 avril 1967. De telles invitations sont adressées surtout aux hellénistes, archéologues et historiens, mais aussi à d'autres intellectuels.

Nous déplorons tout particulièrement le fait que les dictateurs qui gouvernent notre pays essaient d'exploiter ceux qui se rendent en Grèce, dans le but de démontrer au peuple grec que leur régime est accepté de ceux qui participent à de telles manifestations pour raffermir le joug qu'ils ont imposé à notre peuple. (...) 

Avant de mourir pour la liberté de la Grèce, Lord Byron disait : "La Grèce sera libre un jour." Lorsque ce jour reviendra, vous serez les bienvenus dans notre pays ; d'ici là nous vous prions de manifester votre opposition à ce régime en refusant ses invitations. »

  • 5 M. Papathomopoulos, « La dictature des colonels : ma formation de citoyen », lors de la journée Pi (...)

29Dans son intervention lors de l'hommage rendu à Pierre Vidal-Naquet, M. Papathomopoulos rappelait l'engagement d'intellectuels français contre le putsch militaire dès 19675. Sans doute la lettre vient-elle appuyer ce mouvement et avait-elle été mise dans le livre publié en 1970 à Athènes.

30En somme, c'est à travers ses archives que j'ai appris à connaître Claude Rolley, lui que je n'avais pas eu la chance de rencontrer de son vivant. Le dépouillement de cette documentation m'a montré un homme très ouvert, dont l'œil exercé voyait juste, à l'affût de ce petit détail qui peut changer toute une interprétation. L'ampleur de sa bibliothèque, sa renommée scientifique incontestable et sa grande simplicité me semblent répondre au portrait du chercheur que Roland Martin brossait en conclusion de son discours pour la remise de sa médaille d'or du CNRS : « N'oublions pas la leçon. Rejetons l'idée du chercheur enfermé dans sa tour d'ivoire. Qu'il sorte de son laboratoire, qu'il se fasse lui-même le diffuseur des résultats de sa science, qu'il la communique autour de lui par son enseignement. Que jamais un statut de chercheur n'aboutisse à la constitution de citadelles, entourées de béton. Je ne le conçois que sous la forme de vastes espaces, percés de longues allées, avec des ponts et des passerelles où circulent librement les idées et les réponses, où puissent souffler les vents du large, même si parfois, ils soulèvent des tempêtes. »

Notes

1 En français dans le texte.

2 Je reproduis ici le texte dans sa forme originale.

3 Je remercie ici les sœurs de Claude Rolley pour avoir retrouvé le nom de la pièce.

4 Je reproduis ici le texte dans sa forme originale.

5 M. Papathomopoulos, « La dictature des colonels : ma formation de citoyen », lors de la journée Pierre Vidal-Naquet, un historien dans la cité (10 novembre 2006). En ligne, consulté le 03 juillet 2012 : http://www.pierre-vidal-naquet.net/spip.php?article91.

Table des illustrations

Titre 1. Olympie, tas de bois, 1969
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 2. Olympie, tronc d'arbre abattu avec la palestre en fond, 1969
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 3. Olympie, tronc d'arbre abattu, 1969
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 4. Olympie, péribole nord du temple de Zeus, 1969
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 5. Olympie, colonne de la palestre, 1969
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 6. Athènes, vue de l'Erechtheion, 1954
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 7. Délos, lion de la terrasse des Lions, 1954
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 8. Athènes, chien du cimetière du Céramique, 1954
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 9. Delphes, la Voie Sacrée entre le Trésor des Athéniens et le Portique des Athéniens, 1972
Crédits © Cl. Rolley.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/4024/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Perrot, « Claude Rolley et ses archives : l'universitaire et le photographe », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Sylvain Perrot, « Claude Rolley et ses archives : l'universitaire et le photographe », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://inha.revues.org/4024

Auteur

Sylvain Perrot

Université de Paris IV

Droits d’auteur

Tous droits réservés