Navigation – Plan du site
Patrimoine photographié, patrimoine photographique - Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.)
Inventaires photographiques du patrimoine – Photographie comme outil d’étude du patrimoine

Les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis par Théodule Devéria

Clémentine Durand

Résumé

Les photographies de Th. Devéria, conservées principalement au musée d’Orsay mais également à la Bibliothèque nationale de France, figent sur le papier les sculptures grecques découvertes aux abords du Sérapéum de Memphis en 1851. Cet ensemble, composé de dix-sept épreuves positives, constitue la plus ancienne documentation photographique que nous connaissions pour ces sculptures memphites. Elles apparaissent comme un témoignage plus fiable que les dessins réalisés par A. Mariette, attestant l’état de conservation des figures au moment de leur découverte au milieu du XIXe siècle. Ces photographies sont d’autant plus précieuses qu’elles documentent un état de conservation à tout jamais perdu. Elles s’imposent donc comme des outils indispensables à l’étude des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis. Elles permettent notamment d’entrevoir le style majestueux des statues, très atténué aujourd’hui par les épreuves du temps.

Texte intégral

  • 1  Je remercie M. François Queyrel, directeur d’études en archéologie grecque à l’EPHE, qui m’a donné (...)
  • 2  Feyler, G., MEFRA, 1987, p. 1019-1047

1Dès l’invention du procédé photographique, un lien immédiat s’est établi entre l’archéologie et la photographie1. Déjà, en 1839, en présentant devant la chambre des Députés l’invention de Nicéphore Niepce et de Jacques Mandé Daguerre, François Arago évoquait les avantages du daguerréotype pour copier les hiéroglyphes couvrant les murs des monuments égyptiens. La découverte de la photographie coïncidait en outre avec le développement de la conscience patrimoniale et l’organisation des premières missions archéologiques scientifiques2. L’image photographique apparut donc immédiatement comme un outil privilégié de représentation du patrimoine, immortalisant les monuments à un moment précis de leur histoire. Les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis réalisées par Théodule Devéria au milieu du XIXe siècle en sont un parfait exemple. Devenues des œuvres patrimoniales, elles apportent un éclairage nouveau sur les sculptures de Memphis. C’est pourquoi nous souhaitons présenter ici cet ensemble et mettre l’accent sur son intérêt pour l’étude de ces statues relativement méconnues d’époque hellénistique.

  • 3 David, E., 1994.

2Le célèbre égyptologue français Auguste Mariette3 découvrit en 1851 le Sérapéum de Memphis. Alors employé en tant qu’auxiliaire à la conservation des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, il fut envoyé en mission scientifique en Égypte pour une durée de six mois afin de négocier pour la France l’acquisition de manuscrits coptes, syriaques, éthiopiens et arabes. Rencontrant des difficultés pour les acquérir, il délaissa sa mission pour entreprendre des fouilles dans le désert au sud du Caire, sur le site de Saqqarah, la nécropole de la ville pharaonique de Memphis. C’est dans la partie nord de ce site qu’il découvrit un sphinx ensablé. Ce vestige rappela à A. Mariette un passage de Strabon (Géographie, XVII, 807) mentionnant l’existence d’un Sérapéum disparaissant sous le sable à Memphis : « On trouve (à Memphis) […] un temple de Sérapis dans un endroit tellement sablonneux que les vents y amoncellent des amas de sable sous lesquels nous vîmes des sphinx enterrés, les uns à moitié, les autres jusqu’à la tête, d’où l’on peut conjecturer que la route vers ce temple ne serait pas sans danger si l’on était surpris par un coup de vent. » Il fut dès lors convaincu qu’il avait découvert le Sérapéum de Memphis, nécropole des taureaux sacrés Apis dans la religion pharaonique et temple de Sérapis à partir de la domination grecque des Lagides.

3A. Mariette commença à dégager ce qui se révéla être une allée de sphinx. Au cours de cette fouille, l’égyptologue mit au jour une statue de style résolument grec figurant un personnage assis, drapé dans un himation et jouant de la lyre (fig. 3). Immédiatement à la suite de cette première figure apparurent dix autres statues, également de style grec, disposées en hémicycle et dans lesquelles A. Mariette reconnut des grands hommes de la Grèce antique : des poètes et des philosophes (fig. 24).

  • 4  Edgar, C.C., 1903, p. 28-29, n° 27507.
  • 5  Id., ibid., p. 28, n° 27506.

4En poursuivant les déblaiements, une allée dallée qu’A. Mariette nomma le dromos surgit des sables. Il constata que ce dromos était bordé latéralement par deux banquettes maçonnées qu’il appela, selon le terme arabe et en fonction de leur orientation, les mastabas nord et sud. Il découvrit, sur le mastaba sud, les statues en calcaire de style grec d’une panthère (fig. 7) et de deux paons faisant la roue (fig. 8 et fig. 9),chevauchés tous trois par un personnage enfant ou adolescent, sans doute Dionysos, puis un faucon à tête humaine barbue, une sphinge et les restes d’une sirène à longue chevelure, conservée maintenant dans les réserves du musée du Caire4. Sur le dallage même du dromos, apparurent un lion (fig. 15), chevauché par un jeune cavalier dont il ne subsistait que les jambes, ainsi qu’une sirène jouant de la lyre, aujourd’hui visible au musée du Caire5 (fig. 23). Sur le mastaba nord, vers son extrémité orientale, le fouilleur découvrit un quadrupède à tête léonine, également monté par un jeune cavalier(fig. 13). On l’identifie parfois comme étant Cerbère, le gardien des Enfers.

  • 6 Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.

5Excepté les deux statues de sirènes qui ont été transportées dès le milieu du XIXe siècle au musée de Boulaq, l’ancêtre du musée du Caire, toutes les statues ont été laissées in situ. Elles furent peu à peu recouvertes par les sables et tombèrent dans l’oubli, jusqu’à ce que le Service des Antiquités de l’Égypte décide de faire désensabler ce secteur de Saqqarah en 1938. Malheureusement la guerre interrompit les fouilles et le Service des Antiquités fit rapidement ré-ensabler les monuments du Sérapéum dans un souci de conservation des vestiges. En 1950, Jean-Philippe Lauer, architecte à Saqqarah de 1926 à 2001, entreprit une ultime exhumation des statues du Sérapéum. Entre 1950 et 1952, l’helléniste Charles Picard6 put ainsi procéder à une étude approfondie des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis.

  • 7  Wilcken, U., Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts, XXXII, 1917, p. 140-203  (...)
  • 8  Maspero, G., 1882.
  • 9 Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.

6L’Hémicycle des Poètes et des Philosophes, parmi lesquels on parvient non sans difficulté à reconnaître Pindare, Homère et Platon7, est aujourd’hui partiellement visible sous un auvent protecteur construit en 1955 (fig. 29). En revanche, les statues représentant des animaux chevauchés par un Dionysos enfant qui se trouvaient sur le mastaba sud ont été de nouveau enfouies, toujours pour des raisons de conservation. En effet, les statues taillées dans le calcaire local ont subi d’importantes dégradations depuis leur première découverte par A. Mariette au milieu du XIXe siècle. Elles ne pouvaient pas rester exposées aux intempéries et aux visiteurs du Sérapéum. Ainsi l’histoire longue et mouvementée de ces monuments nécessite l’étude de la documentation ancienne. Jusqu’à présent nous disposions uniquement de l’ouvrage posthume de A. Mariette8 sur le Sérapéum de Memphis, comprenant des dessins au trait des statues (fig. 17-22). La documentation photographique la plus ancienne que nous possédions pour étudier ces sculptures est celle, fort riche, réalisée par J.-P. Lauer et C. Picard dans les années 19509 (fig. 24-28).

  • 10  Bergmann, M., Cambridge, 2007, p .246-263, qui mentionne pour la première fois ces photographies.

7Une source jusqu’alors méconnue peut aujourd’hui compléter l’étude des sculptures memphites10. Il s’agit des photographies réalisées par Théodule Devéria en 1859, huit ans après la découverte des monuments.

  • 11 David, E., 1994, p. 110.

8Fils du lithographe romantique Achille Devéria et neveu du peintre Eugène Devéria, Théodule Devéria (1831-1871) développa un goût pour l’égyptologie en dessinant les bas-reliefs égyptiens que possédait son père. Il entra au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre en 1855, où il fut plus tard nommé conservateur, et se rendit en Égypte pour la première fois en décembre 1858 à la demande de A. Mariette. Sa mission était de « faire conjointement avec M. Auguste Mariette de nouvelles recherches sur les Antiquités »11. Parti le 10 décembre 1858, il y resta jusqu’en avril 1859, assistant le célèbre égyptologue dans ses fouilles.Ils travaillèrent notamment au dégagement des tombes de l’Ancien Empire à Saqqarah. À cette occasion, Th. Devéria réalisa un certain nombre de photographies des statues grecques du Sérapéum découvertes par A. Mariette quelques années auparavant.

  • 12  Feyler, G., MEFRA, 99, n° 2, 1987, p. 1019-1047.
  • 13  Mariette, A., Paris, 1857, 36 pl.

9Th. Devéria ne fut pas le seul à pratiquer la photographie sur les sites archéologiques12 au milieu du XIXe siècle. En effet, si l’égyptologue allemand Richard Lepsius fut le premier à utiliser la photographie à des fins scientifiques avant 1850, l’emploi de ce procédé tendit à se généraliser à partir du milieu du siècle ; citons notamment Maxime du Camp dans son voyage en Orient avec Flaubert en 1850, qui cependant ne dirigea pas de fouilles. C’est dans ce contexte que Victor Place photographia les fouilles de Khorsabad. De même, l’américain John B. Greene exécuta des calotypes représentant le résultat des fouilles qu’il avait entreprises en 1855 dans le temple funéraire de Ramsès III à Medinet Habou en Égypte. A. Mariette fit reproduire par les photographes parisiens Paul Berthier et Charles Marville le matériel égyptien découvert entre 1851 et 1854 au Sérapéum de Memphis et destiné au musée du Louvre13.Alors que les archéologues se servaient exclusivement du dessin et du procédé de l’estampage pour reproduire leurs découvertes, l’avantage de la photographie résidait dans sa rapidité d’exécution ainsi que dans l’exactitude du résultat obtenu. Il est vrai que les savants avaient tendance à reprocher au dessin de ne pas représenter les monuments tels qu’on les trouvait et de trahir leur style original en les représentant systématiquement d’après les canons de l’art classique. Ils établissaient nettement la supériorité de la photographie sur le dessin.

  • 14  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.

10Th. Devéria, chargé du relevé des inscriptions et de l’étude des monuments avec A. Mariette, a réalisé, lors de son séjour, des vues de nombreux objets et monuments dans toute l’Égypte notamment des reliefs de Karnak, d’Edfou, d’Éléphantine, d’Abydos et des tombeaux de Saqqarah. On connaît également de lui de nombreuses reproductions de gravures et de dessins anciens, mais surtout une abondante production liée à ses travaux auprès de A. Mariette. Portraits et paysages viennent enrichir cet ensemble encore peu connu et lui confèrent une étonnante variété14.

  • 15  Les deux tirages de la BnF étant identiques, nous n’en avons reproduit qu’un seul ici.
  • 16  Je remercie M. Thomas Cazentre, conservateur en charge de la photographie du XIXe siècle au départ (...)

11Concernant le Sérapéum de Memphis, dix-sept épreuves (tirages) des sculptures grecques nous sont parvenues. Quinze photographies étaient rassemblées dans un album avec d’autres prises de vues d’Égypte réalisées par Th. Devéria. Elles ont appartenu à Th. Devéria, avant d’être données par sa mère aux Musées Nationaux, sans doute peu de temps après la mort de l’ancien conservateur du Louvre en 1871. Elles ont été attribuées au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre qui a confié les épreuves et les négatifs au musée d’Orsay, en 1986, en échange de tirages modernes. Les deux dernières photographies sont des tirages15 (fig. 12) du même négatif (cote RESERVE EI-3-BOITE FOL B, n° 16)et ont été retrouvées récemment dans les collections du département des estampes et des photographies de la Bibliothèque nationale de France. Elles proviennent d’un don16 fait en 1921 par les héritiers du peintre et photographe Paul Berthier (1822-1912), qui a également participé, en tant que photographe, aux fouilles menées par A. Mariette.

12Les dix-sept épreuves semblent avoir été réalisées à partir de vingt-six négatifs, dont vingt-cinq sont conservés au musée d’Orsay et un à la Bibliothèque nationale de France. Th. Devéria a employé la technique du calotype avec un négatif en papier salé qui présente l’avantage d’être mat et d’accentuer les contrastes. Les tirages furent ensuite réalisés sur du papier albuminé qui est plus brillant et plus fréquemment employé à l’époque. La structure fibreuse du négatif sur papier, très appréciée des artistes pour l’aspect « moelleux » des contours, nuit légèrement au rendu précis des détails. Il existe plusieurs négatifs pour le même sujet à photographier. Th. Devéria craignait peut-être de rater la photographie à moins qu’il n’ait cherché à produire des effets différents avec des éclairages variés.

13Les fouilles étant terminées depuis quelques années déjà, Th. Devéria n’a pas pu photographier les statues en cours de dégagement. Les photographies représentent donc principalement des vues des statues isolées, selon un point de vue frontal et sans indication d’échelle. Néanmoins, trois photographies présentent un ensemble de deux à quatre statues. Nous pouvons aussi remarquer qu’une épreuve figure deux statues de l’Hémicycle des Poètes et des Philosophes de dos et qu’une autre présente un animal du dromos de dos.

14Il convient de présenter rapidement l’ensemble des dix-sept épreuves. Deux photographies représentent trois statues de philosophes, l’une est au format vertical (fig. 1), l’autre est horizontale (fig. 2). Une épreuve figure une vue de quatre animaux du groupe du dromos (fig. 6).Viennent ensuite les vues de statues isolées, notamment de la première statue de l’Hémicycle, Pindare, dont on conserve deux épreuves(fig. 3 et fig. 4) comme pour le « Cerbère » (fig. 13 et fig. 14). Th. Devéria a aussi réalisé une vue de la panthère (fig. 7) et deux du lion, une du profil droit et l’autre du profil gauche (fig. 15 et fig. 16). Le musée d’Orsay conserve également trois photographies des deux paons du groupe du dromos : deux représentent un paon vu de face (fig. 8 et fig. 9). On peut se demander s’il s’agit de deux photographies de la même statue ou si elles reproduisent chacun des deux paons qui composent le groupe animalier ornant le dromos de Memphis. L’éclairage étant différent, il est difficile de trancher mais il est tentant d’y voir la représentation des deux paons qui composaient le monument. La troisième photographie représente encore un paon, cette fois-ci vu de dos (fig. 10). Th. Devéria avait également réalisé un tirage des deux premières statues de l’Hémicycle vues de dos (fig. 5).Enfin,les trois dernières photographies de l’ensemble que nous décrivons sont quasiment identiques(fig. 11 et fig. 12). Elles montrent l’une des sirènes (au musée égyptien du Caire, n° 27506) du groupe animalier peu de temps après sa découverte et avant restauration. Les statues sont photographiées seules, dans une vue presque toujours frontale, épurées de tout élément de contexte ou de paysage. L’objectif de ces prises de vues semble donc être documentaire.

15Les photographies sont pour la plupart signées et datées par l’auteur. Sur treize des dix-sept épreuves, nous avons l’indication d’une légende en bas des photographies, sur la droite : « Sérapéum grec de Memphis » et sur la gauche, « T. Devéria phot. 1859 ». Sur trois autres, à savoir l’épreuve de la sirène conservée au musée d’Orsay (fig. 11), le lion vu du côté droit (fig. 16), et la photographie de la panthère(fig. 7), figure seulement la mention « Memphis » écrite, en bas, au milieu ou à droite, sans aucune autre indication. L’une des deux photographies du Cerbère (fig. 13) ne porte, quant à elle, aucune inscription.

  • 17  Mariette, A., Paris, 1857, p. 30

16Quoi qu’il en soit, on remarque que toutes les sculptures du Sérapéum n’ont pas été photographiées. Malgré le but documentaire de ces photographies, il semble donc qu’il n’y ait pas eu une volonté de reproduire toutes les statues avec un systématisme scientifique qui devait, du reste, être peu fréquent au milieu du XIXe siècle. L’usage de ces tirages reste énigmatique. Ces photographies étaient-elles de simples souvenirs personnels pour son propriétaire (destinées à l’étude et à la délectation), ou devaient-elles servir d’illustrations pour des publications ? Nous savons en effet que Th. Devéria assistait A. Mariette dans ses écrits ; il était notamment chargé de dessiner les planches des futurs livres de l’archéologue. Il surveilla également l’impression de son ouvrage sur le Sérapéum de Memphis17, quand ce dernier était retenu au Caire. Il semble donc que la pratique de la photographie chez Th. Devéria soit intimement liée à la documentation de ses travaux et à de futures publications, cependant les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis n’ont manifestement jamais été publiées.

  • 18  E. David, 1994.
  • 19  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.

17L’histoire de certaines photographies suscite quelques interrogations sur leur parcours dans les collections. Les trois photographies de la sirène sont, de ce point de vue, surprenantes (fig. 11 et fig. 12). La statue a en effet été classée, selon J.-P. Lauer, dans le lot d’objets revendiqués par l’administration du vice-roi en 1852 et entreposée au Caire18 jusqu’à la création en 1857 du musée de Boulaq, aménagé sous la direction d’A. Mariette lui-même. Ce musée fut ensuite transféré à Guizeh puis de nouveau au Caire à son emplacement actuel, où la sirène (27506) est toujours exposée. Lors du partage de fouilles en 1852, Th. Devéria n’était pas en Égypte et ne pratiquait pas encore la photographie, qu’il n’aurait commencée qu’en 1854, après y avoir été initié par son père19. Or la photographie de la sirène qui est conservée à la Bibliothèque nationale est bien signée par Th. Devéria et datée de 1859. On doit donc en déduire que, bien que les autorités égyptiennes aient décidé d’acquérir la statue de la sirène, celle-ci n’a pas été immédiatement transportée au musée de Boulaq. Elle a dû rester in situ au moins jusqu’en 1859.

  • 20  Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.
  • 21  Lauer, J.-P., RA 50, 1957, p. 45-57.
  • 22  Rhoné, A., Paris, 1877.
  • 23  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.
  • 24  Je remercie Mme Nadine Cherpion, responsable des archives de l’IFAO, de m’avoir transmis cette inf (...)

18Il semble que ni J.-P. Lauer ni Ch. Picard ne connaissaient l’existence des photographies de Th. Devéria en 195520 lors de leur publication sur les sculptures du Sérapéum. J.-P. Lauer découvre deux photographies de Th. Devéria par la suite21, lorsqu’un lot de documents photographiques ayant appartenu à Arthur Rhoné, ami de A. Mariette et auteur de l’Égypte à petites journées22, a été acquis en vente publique par J. Sainte-Fare Garnot, le directeur de l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire. Th. Devéria avait peut-être donné certaines de ses photographies à A. Rhoné23, avec qui il avait effectué un séjour en Égypte en 1865.Ce lot contenait entre autres une photographie du « Cerbère » et une de la sirène, que J.-P. Lauer attribue bien à Th. Devéria. Ces deux photographies ne sont apparemment plus conservées à l’Institut Français d’Archéologie Orientale. Les inventaires des archives24 de l’Institut ne mentionnent pas la présence actuelle ou passée de photographies de Th. Devéria dans ses fonds. Il s’agit peut-être de deux tirages, aujourd’hui perdus, s’ajoutant à ceux du Musée d’Orsay et de la Bibliothèque nationale de France, à moins que ces deux photographies n’aient été confiées au musée d’Orsay, ou précédemment au musée du Louvre, pour compléter le fonds photographique de Th. Devéria. Toutefois, au musée d’Orsay, il ne subsiste aucune mention d’une éventuelle provenance de l’Institut Français d’Archéologie Orientale pour ces photographies. L’histoire de ces documents dans les collections demeure donc mystérieuse. On a notamment constaté que tous les négatifs connus correspondent, d’un point de vue iconographique, à des tirages en positif. Le musée d’Orsay ne conserve pas le négatif correspondant à la sirène, cependant nous savons maintenant qu’il en existe un à la Bibliothèque nationale de France. Il est possible que tous les négatifs et que toutes les photographies des sculptures grecques de Memphis n’aient pas encore été retrouvés dans les collections patrimoniales.

19Il nous faut étudier de plus près ces photographies afin d’en comprendre l’importance pour l’étude des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis. Les œuvres qui composent l’Hémicycle des Poètes et des Philosophes ainsi que les sculptures animalières de Memphis ont été jugées par A. Mariette en trop mauvais état de conservation pour être déplacées et envoyées au musée du Louvre, comme la plupart des autres objets issus de la fouille. Elles ont donc été laissées sur place. Les photographies réalisées par Th. Devéria sont très précieuses, car elles nous montrent les statues peu de temps après leur découverte. Elles témoignent de l’état de conservation des sculptures en 1859. La comparaison avec les dessins au trait d’A. Mariette est particulièrement intéressante.

20De l’Hémicycle des Poètes et des Philosophes, Th. Devéria n’a photographié que la statue de Pindare (fig. 3 et fig .4).On trouve également une vue de dos de cette même sculpture et de la statue se trouvant immédiatement à côté (fig. 5).On constate que, sur son dessin (fig. 17), A. Mariette a restitué le visage du poète Pindare, qui a pu être identifié grâce à une inscription, aujourd’hui disparue, sur le socle de la statue. La photographie de Th. Devéria nous montre bien qu’en 1859 et sans doute dès sa découverte, le visage du Pindare était très endommagé. A. Mariette a donc pris quelques libertés dans ses dessins et n’a pas représenté les statues telles qu’il les voyait mais plutôt telles qu’il les imaginait. De la même manière, A. Mariette a dessiné la figure centrale de l’Hémicycle (fig. 18), qui représente sans doute Homère. Le poète épique est assis et drapé dans un himation. D’après le dessin, la tête était conservée, bien que l’on puisse émettre des doutes à ce sujet. En effet, la statue d’Homère a été retrouvée acéphale au cours des fouilles de J.-P. Lauer et Ch. Picard en 1951 (fig. 25 et fig. 31). La tête a été découverte séparée du corps par J.-P. Lauer (fig. 26). Malgré son état extrêmement fragmentaire, elle se singularise par un front haut et dégagé. Les cheveux étaient longs et retombaient sur les épaules. J.-P. Lauer et Ch. Picard distinguent dans les cheveux du poète une couronne de feuillage, probablement de lierre, contrairement au simple bandeau que A. Mariette a dessiné. Il est surprenant que A. Mariette n’ait pas fait apparaître ce détail singulier sur son dessin, ce qui fait penser que l'égyptologue a découvert la statue acéphale et qu’il a imaginé la tête d’après le modèle de celle des statues antiques de l’Homère aveugle qu’il connaissait par ailleurs.

21Th. Devéria a fait davantage de photographies des statues animalières du groupe du dromos. La photographie de la panthère (fig. 7)concorde avec le dessin de A. Mariette(fig. 19),bien que les bras de l’enfant, que l’on doit reconnaître comme étant le dieu Dionysos, soient brisés plus haut que sur le dessin. De même, la photographie du quadrupède dans lequel on identifie le gardien des Enfers Cerbère (fig. 14), dont les deux têtes latérales ont disparu, montre que le jeune dieu chevauchant le monstre était acéphale en 1859, contrairement à ce qui est figuré sur le dessin (fig. 20). Sur les photographies des paons (fig. 8 et fig. 9), les têtes de l’enfant Dionysos sont également manquantes, alors que l’un des paons dessiné par A. Mariette est chevauché par un Dionysos ayant conservé sa tête (fig. 21).

  • 25  Lauer, J.-P., RA 50, 1957, p. 45-57 ; Lauer, J.-P., RA 1959, p. 159-164.

22La photographie de la sirène est, une fois de plus, très riche d’informations. Les sirènes grecques sont des êtres hybrides mêlant des pattes et des ailes d’oiseaux à un corps de femme. La photographie de Th. Devéria (fig. 11) témoigne de l’état de conservation dans lequel la sirène a été retrouvée par A. Mariette. La sirène gît au sol ; les bras et les pattes, à partir des genoux, étaient perdus. Toute la partie arrière, comprenant les ailes et la queue, était manquante. La lyre que tenait la sirène était détachée du corps et l’on distingue nettement son point d’attache. La différence avec le dessin de A. Mariette, qui avait inclus des restitutions des ailes, des pattes et de la queue, est flagrante (fig. 22). Au musée du Caire, la sculpture a été restaurée entre 1859 et 1903 ; les pattes ont été rajoutées de façon à pouvoir exposer la sirène debout (fig. 23). La queue est également une restauration et la lyre faite d’une carapace de tortue a été replacée du côté gauche de la sirène. La créature jouait de la lyre en esquissant un pas de danse. La photographie nous apprend que la statue avait subi quelques mutilations légères, en particulier à la pointe du nez, qui a été retouchée, ainsi que sur l’épaule et la partie gauche du buste, où le calcaire présentait de petites épaufrures superficielles. Enfin, l’importance de cette photographie réside dans le fait qu’elle présente à côté de la sirène, à gauche de sa lyre, une deuxième tête féminine dont seul subsistait le visage encadré par quelques mèches de cheveux.Cette tête, ainsi que l’indique la torsion du cou, aurait été tournée et inclinée légèrement vers la droite, tout comme celle de sa voisine, et l’on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas là d’une deuxième sirène25 dont l’attitude aurait été sensiblement la même que celle de la première. Dans l’angle inférieur droit de la photographie, contre la tête de la sirène étendue, un fragment de pierre pourrait évoquer la forme d’une lyre. Ce fragment n’aurait-il pas constitué la lyre de la seconde sirène supposée ? Cette hypothèse est aussi séduisante que fragile : la tête et la lyre prouveraient l’existence d’une sirène s’ajoutant aux deux premières conservées au musée du Caire (n° 27506 et n° 27507), qui n’a jamais été signalée, ni par A. Mariette ni en 1951 par J.-P. Lauer. Cette photographie est en tout cas le seul document montrant la sirène avant sa restauration.

23Les photographies de Th. Devéria sont primordiales pour l’étude des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis, car elles démontrent le manque de fiabilité des dessins d’A. Mariette qui n’avait pu s’empêcher d’ajouter des éléments de restitution. L’égyptologue fournit déjà dans ses croquis une interprétation des statues.

  • 26  Maspero, G., Paris, 1882, p. 14.
  • 27  Maspero, G., o.c., p. 29.

24Les photographies de Th. Devéria peuvent également être comparées à des vues plus récentes des sculptures. Ces dernières ont été taillées dans du calcaire de piètre qualité qui avait tendance à s’effriter, comme l’avait déjà constaté A. Mariette26.Selon l’égyptologue, certains monuments du Sérapéum « sont si mal conservés et d’une pierre si friable, que c’était les vouer à une inévitable destruction que d’essayer de les bouger »27. Ils ont donc été laissés sur place. Lors du dernier dégagement en 1951, J.-P. Lauer et Ch. Picard ont découvert les statues bien plus endommagées qu’elles ne l’étaient un siècle auparavant. Le calcaire et le sable sont des matériaux poreux. Lors des intempéries, rares mais pas inexistantes au Caire, l’eau s’infiltre dans les statues par leurs fissures, provoquant la désagrégation du matériau et la disparition des volumes. Les figures animalières du dromos sont aujourd’hui toujours enfouies sous le sable, ce qui les préserve tout de même quelque peu de l’érosion et des dégradations qui peuvent être causées par l’homme. L’Hémicycle des Poètes et des Philosophes est quant à lui protégé depuis 1955 par un édicule en béton. Depuis le premier dégagement réalisé par A. Mariette, on ne peut que constater, en comparant les photographies de Th. Devéria aux photographies récentes, que les statues se dégradent inéluctablement.

25La photographie actuelle(fig. 30)de la première statue de l’Hémicycle des Poètes et des Philosophes représentant Pindare peut être mise en parallèle avec la photographie de la même statue réalisée cent cinquante ans plus tôt (fig. 4).La main gauche du poète et la partie supérieure de la lyre ont disparu. L’arrachement du visage s’est amplifié et s’étend jusqu’au sommet du crâne. L’avant-bras droit est manquant, tout comme la jambe droite, qui était déjà fragilisée en 1859 mais pas encore complètement brisée. Les volumes des pectoraux du poète sont mutilés et le bourrelet de plis formé par l’himation en laine barrant le torse a totalement disparu.La photographie de Th. Devéria permet par conséquent de comprendre que le poète est dans une position de repos avant ou après sa prestation lyrique, tenant son instrument de la main gauche. La photographie ancienne permet aussi de se rendre compte de la texture et de la souplesse que le sculpteur avait données au manteau de laine que porte Pindare. Le modelé du corps est également bien visible sur la photographie. La détérioration importante de la statue, qui est pourtant la mieux conservée de l’Hémicycle des Poètes et des Philosophes, empêche à présent toute observation d’ordre stylistique.

26Les deux photographies du lion (fig. 15 et fig. 16)du groupe animalier du dromos, peuvent également être comparées à une photographie plus récente. La statue, comme tous les autres animaux monumentaux en calcaire du Sérapéum, est actuellement enfouie sous le sable de Saqqarah. Les photographies les plus récentes dont nous disposons sont deux vues réalisées durant la campagne de fouilles de J.-P. Lauer dans les années 1950(fig. 27 et fig. 28).En 1859, la statue était relativement bien conservée, mais la patte postérieure droite était brisée et le buste du Dionysos enfant était déjà fortement rongé par le sable. La jambe gauche du jeune dieu était en revanche particulièrement bien préservée tout comme la tête du fauve. Un siècle plus tard, le corps de l’enfant Dionysos a complètement disparu, la jambe gauche subsiste, mais le drapé qui ceignait les hanches du dieu n’est plus visible, à l’instar des détails de la chaussure qu’il portait. Quant au fauve, l’ensemble de son dos semble être épaufré, rendant la musculature, pourtant très saillante à l’origine, légèrement moins visible. La tête du lion s’est particulièrement dégradée, les volumes sont extrêmement usés. Le mufle et les yeux ont disparu, on ne distingue plus que la gueule ouverte de l’animal. On pourrait faire le même constat pour toutes les sculptures grecques du Sérapéum de Memphis. Malgré les mesures de protection qui ont été adoptées, rien ne semble pouvoir endiguer la destruction du temps.

27Les photographies de Th. Devéria, conservées principalement au musée d’Orsay mais également à la Bibliothèque nationale de France, figent sur le papier les sculptures grecques découvertes aux abords du Sérapéum de Memphis en 1851. Cet ensemble, composé de dix-sept épreuves positives, constitue la plus ancienne documentation photographique que nous connaissions pour ces sculptures memphites. Elles apparaissent comme un témoignage plus fiable que les dessins réalisés par A. Mariette, témoignant de l’état de conservation des figures au moment de leur découverte au milieu du XIXe siècle. Ces photographies sont d’autant plus précieuses qu’elles documentent un état de conservation à tout jamais perdu. Elles s’imposent donc comme des outils indispensables à l’étude des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis. Elles permettent notamment d’entrevoir le style majestueux des statues, très atténué aujourd’hui par les épreuves du temps.

28Si l’intérêt documentaire de ces photographies a avant tout attiré notre attention, il ne faut pas oublier, par ailleurs, que le procédé photographique est toujours une interprétation. Si l’on vante sa fiabilité par rapport au dessin, cette pratique reste éminemment subjective. Dans le cas des photographies qui nous ont intéressés ici, nous pouvons rappeler que toutes les statues grecques du Sérapéum de Memphis n’ont pas été photographiées. Nous ignorons quelles sont les raisons qui ont amené Th. Devéria à faire un choix parmi les sculptures. Il semble, en tout cas, avoir été davantage intéressé par les figures animalières que par les poètes et les philosophes. Nous ne pouvons d’ailleurs que déplorer l’absence de photographies supplémentaires de ces sages de la Grèce antique, que nous avons les plus grandes difficultés à identifier aujourd’hui. Les photographies des sculptures grecques de Th. Devéria sont toutefois primordiales pour l’étude des œuvres d’art qu’elles immortalisent. Elles témoignent aussi de la grande sensibilité du photographe égyptologue, issu d’une famille d’artistes, et ont une dimension artistique autant qu’un aspect documentaire.

Pour voir les illustrations, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://flic.kr/​s/​aHsjE5E3cK

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Primitifs de la photographie. Le calotype en France, 1843-1860, Paris, Gallimard, 2010, p. 71-81.

Bergmann, M., The philosophers and the poets in the Sarapieion at Memphis, dans Schultz, P., Hoff (von den), R. (éd.), Early Hellenistic Portraiture. Image, Style, Context, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 246-263.

David, E., Mariette Pacha (1821-1881), Paris, éd. Pygmalion/G. Watelet, 1994.

Edgar, C.C., Greek Sculpture, Catalogue Général des Antiquités du Musée du Caire, Le Caire, Imprimerie de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 1903, p. 28-29.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Feyler, G., Contribution à l’histoire des origines de la photographie archéologique : 1839-1880, MEFRA, 99, n° 2, 1987, p. 1019-1047.
DOI : 10.3406/mefr.1987.1577

Lauer, J.-P., Picard, Ch., Les statues ptolémaïques du Sérapiéion de Memphis, Paris, PUF, 1955.

Lauer, J.-P., Autour des sirènes musiciennes du Sarapieion de Memphis, RA 1957, p. 45-57.

Lauer, J.-P., Les deux sirènes du Sarapieion de Memphis au musée du Caire. Note complémentaire, RA 1959, p. 159-164.

Mariette, A., Le Sérapéum de Memphis découvert et décrit par Aug. Mariette, Paris, Gide, 1857.

Maspero, G., Le Sérapéum de Memphis par A. Mariette-pacha publié d’après le manuscrit de l’auteur, Paris, F. Vieweg, 1882.

Rhoné, A., L’Égypte à petites journées : études et souvenirs, le Caire et ses environs, Paris, E. Leroux, 1877.

Wilcken, U., Die griechischen Denkmäler vom Dromos des Serapeums von Memphis, Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts, XXXII, 1917, p. 140-203.

Notes

1  Je remercie M. François Queyrel, directeur d’études en archéologie grecque à l’EPHE, qui m’a donné l’occasion d’écrire cet article, tiré de mon mémoire de master soutenu en 2010 à l’EPHE, ainsi que Raphaële Bertho, et Jean-Philippe Garric, en charge de la publication de la journée d’études « Patrimoine photographié, patrimoine photographique » ,avec la collaboration d’Anne Szulmajster-Celnikier et de Pierre-Olivier Védrine.

2  Feyler, G., MEFRA, 1987, p. 1019-1047

3 David, E., 1994.

4  Edgar, C.C., 1903, p. 28-29, n° 27507.

5  Id., ibid., p. 28, n° 27506.

6 Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.

7  Wilcken, U., Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts, XXXII, 1917, p. 140-203 ; Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955 ; Bergmann, M., 2007, p. 246-263.

8  Maspero, G., 1882.

9 Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.

10  Bergmann, M., Cambridge, 2007, p .246-263, qui mentionne pour la première fois ces photographies.

11 David, E., 1994, p. 110.

12  Feyler, G., MEFRA, 99, n° 2, 1987, p. 1019-1047.

13  Mariette, A., Paris, 1857, 36 pl.

14  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.

15  Les deux tirages de la BnF étant identiques, nous n’en avons reproduit qu’un seul ici.

16  Je remercie M. Thomas Cazentre, conservateur en charge de la photographie du XIXe siècle au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui m’a donné cette information.

17  Mariette, A., Paris, 1857, p. 30

18  E. David, 1994.

19  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.

20  Lauer, J.-P., Picard, C., Paris, 1955.

21  Lauer, J.-P., RA 50, 1957, p. 45-57.

22  Rhoné, A., Paris, 1877.

23  Aubenas, S., Roubert, P.-L. (dir.), Paris, 2010, p. 274.

24  Je remercie Mme Nadine Cherpion, responsable des archives de l’IFAO, de m’avoir transmis cette information.

25  Lauer, J.-P., RA 50, 1957, p. 45-57 ; Lauer, J.-P., RA 1959, p. 159-164.

26  Maspero, G., Paris, 1882, p. 14.

27  Maspero, G., o.c., p. 29.

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Durand, « Les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis par Théodule Devéria », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Clémentine Durand, « Les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis par Théodule Devéria », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://inha.revues.org/3982

Auteur

Clémentine Durand

Après un premier cycle d’études supérieures à l’École du Louvre où je me suis spécialisée en archéologie grecque et en archéologie égyptienne, j’ai obtenu le diplôme de muséologie de l’École du Louvre en réalisant un mémoire portant sur les collections de l'Égypte gréco-romaine du musée du Louvre. Enfin, dans le cadre du diplôme de Master II en archéologie grecque à l’École Pratique des Hautes Écoles, j’ai réalisé un mémoire de recherche sous la direction de M. François Queyrel sur les sculptures grecques du Sérapéum de Memphis. Je travaille actuellement en tant que chargée de ressources documentaires à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA).

Droits d’auteur

Tous droits réservés