Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
Claude Rolley et la Grèce

Claude Rolley et la Revue archéologique

Marie-Christine Hellmann

Résumés

L’auteur évoque le rôle de premier plan joué par Claude Rolley à la Revue archéologique : par sa chronique des recherches récentes sur les bronzes grecs et romains comme par ses nombreux comptes rendus et sa participation régulière aux comités qui élaborent la revue et apportent leur aide à sa rédaction.

Entrées d’index

Texte intégral

1Parler du très gros travail accompli par Claude Rolley à la Revue archéologique ne peut se réduire à l’évocation de sa chronique annuelle des recherches sur les bronzes grecs et romains, un ensemble fondamental et unique. Il nous faudra aussi parler d’un fait certainement moins connu, en dehors d’un petit cercle, car sa grande disponibilité et ses multiples compétences lui ont permis d’intervenir régulièrement dans la rédaction de la revue, à différents niveaux, ainsi que dans ses orientations scientifiques et éditoriales.

  • 1  RA 2005, p. 355-364.
  • 2  Sur www.cairn.info la « barrière mobile » est à cinq ans et la consultation de toutes les années e (...)

2La « chronique des bronzes », comme Claude Rolley lui-même l’appelait, a été éditée dans la RA pendant vingt-quatre ans, de 1983 à 2006, toujours dans le deuxième fascicule annuel ; la dernière livraison, assez courte car il était déjà malade quand il l’a rédigée, a paru fin février 2007, donc très peu de temps après sa mort. Il avait constitué et publié un index des titres1 analysés de 1983 à 2004. Cette chronique est accessible sur le portail Cairn2 depuis l’année 2001.

3Au début et jusqu’en l’an 1988 compris, Claude Rolley n’envisageait de recenser que les publications récentes sur les bronzes grecs, une façon de mettre à jour la monographie synthétique qu’il avait fait paraître en 1983 sous le même titre. Dans son esprit, la chronique était bien un mode de recension ; il n’a d’ailleurs pas donné de compte rendu d’ouvrage à la Revue archéologique entre 1983 et 1988 – on relève juste un petit article rendant compte, en 1984, du colloque international sur les bronzes antiques. L’avantage de la formule souple d’une chronique, par rapport à une ou plusieurs recensions, c’est qu’elle permettait de regrouper les ouvrages relevant de la même période ou du même thème, en s’y attardant et en ajoutant des notes parfois bien développées, voire des images. En outre, la chronique se trouvait mentionnée dans le sommaire de la revue, ce qui mettait immédiatement en valeur les travaux sur les objets en bronze. Ayant commencé très tôt à écrire des comptes rendus d’ouvrages variés – dans le premier fascicule de la RA 1967, il montrait déjà sa connaissance de la petite plastique de bronze à Olympie, mais en 1969 il analysait une monographie de site, consacrée à Emporio de Chios –, Claude Rolley avait compris l’intérêt que pouvait présenter un article rédigé « à propos » d’un livre : dans la RA 1972, il avait déjà offert sur 11 pages largement illustrées une étude intitulée « Composition et tracés régulateurs dans les coupes attiques », à partir d’un ouvrage en anglais sur les médaillons de coupes à figures noires et rouges. C’est donc en connaisseur des différents modes de publication qu’il opta en 1983 pour une « chronique des bronzes », avant de revenir en 1988 à la rubrique « comptes rendus » de la RA pour commenter des ouvrages traitant de figurines en terre cuite ou de statues. Tantôt ils lui étaient arrivés directement, tantôt il les avait reçus par l’intermédiaire de la revue. Dans cette rubrique, il s’est aussi exprimé sur des titres où il n’était pas seulement question de bronzes, et même sur d’autres dont les objets en bronze étaient bien le sujet principal, mais il n’avait pas destiné ces livres à sa chronique, pour des raisons très diverses.

  • 3  Croissant, Verger 2007, p. 127.

4En 1989, le titre de sa contribution associe pour la première fois les bronzes grecs et ceux du monde romain. Bientôt il analysera aussi dans sa livraison annuelle des publications axées sur la Gaule romaine ou sur la civilisation celtique, ce qui était inévitable, à l’aune de son intérêt ancien pour les découvertes protohistoriques en Europe occidentale. Dans la forme définitive de cette chronique ont donc été retenues des monographies récentes, rédigées en différentes langues (en allemand, italien, anglais, grec, moins souvent en français) : avant tout les actes des Congrès internationaux sur les bronzes classiques, des catalogues d’exposition, des séries allemandes de référence telles que les Olympische Forschungen, les Prähistorische Bronzefunde, la série Samos… L’arc chronologique était largement ouvert et les secteurs géographiques vastes, allant de l’Anatolie à la Grande-Bretagne et de la protohistoire au Bas-Empire, sans qu’apparaisse réellement sa légère préférence pour l’âge archaïque. Les objets et les domaines étudiés n’étaient pas moins variés : trouvailles de fouilles terrestres et sous-marines, pièces cachées dans les réserves des musées et dans des collections privées, sans oublier tout l’aspect technique et les analyses des métaux (non seulement le bronze, mais aussi le fer et d’autres métaux plus rares, utilisés pour la toreutique). Claude Rolley passait ainsi avec aisance des épingles ou des fibules aux vases et aux chaudrons en faisant un détour par les armes, les haltères, les miroirs, bref tout l’instrumentum et ce qu’on classe habituellement dans la catégorie des « petits objets » – un terme tout à fait inapproprié –, enfin les figurines et les statues, aussi bien celles de petit format que les pièces colossales. Le commentaire était à l’image de son auteur : on y retrouvait son extraordinaire sens de l’objet et son goût marqué du concret, sa curiosité d’esprit, son érudition à la fois immense et implacable car alliée à ce que d’autres ont appelé sa « redoutable franchise3 », le tout fondé sur une familiarité longue et constante avec les objets comme avec une bibliographie multilingue. Il soignait aussi particulièrement l’illustration de cette chronique. Elle n’a pas toujours existé, mais elle a vite profité de son intérêt personnel pour cette technique ; qu’il s’agisse de ses propres clichés, pris de préférence en noir et blanc, ou de ceux qui avaient été commandés, il suivait de près et avec un œil critique la façon dont l’imprimerie allait les reproduire.

5Depuis le décès de son auteur, on m’a plusieurs fois demandé si cette « chronique des bronzes » allait continuer. Il est évident qu’elle nous manque déjà, qu’il s’agisse d’apprécier des métaux ou même des objets en terre cuite ou en pierre, dont Claude Rolley parlait parfois à titre de comparaison. De nombreux lecteurs consultaient la Revue archéologique avant tout pour connaître l’avis de Claude Rolley, sinon pour lui seul ; d’après les statistiques électroniques du portail Cairn, deux années de la « chronique des bronzes » figurent toujours parmi les six ou sept articles de la RA les plus consultés ou téléchargés. Il ne fait pas de doute que cet ensemble a grandement contribué à la réputation de notre revue. Mais il m’a toujours semblé que la « chronique des bronzes », telle qu’elle avait été publiée, était pour ainsi dire consubstantielle de son auteur ; elle disparaissait forcément avec lui. C’était son œuvre, il y tenait et il y pensait toute l’année, de sorte qu’il pouvait rédiger son texte assez vite. Sa manière très personnelle d’aborder le contenu d’un nouveau livre et son style d’écriture (où des phrases courtes alternent avec des phrases plus longues) étaient immédiatement reconnaissables, d’autant que la composition de l’ensemble était toujours très calculée, une petite étoile de séparation se trouvant insérée entre les parties majeures : il avait réussi à imposer à la rédaction de la revue cette petite étoile, uniquement pour sa contribution, car il la jugeait indispensable. Si, un jour, un groupe de spécialistes – car on imagine mal qu’une seule personne y suffise désormais – se lance dans une entreprise comparable, avec le souci de rendre service à la communauté scientifique, ce sera nécessairement une « chronique des bronzes » différente.

  • 4  Cf. les souvenirs évoqués dans Meirano 2009.

6D’autres pourront s’étendre sur tous ces comptes rendus que Claude Rolley a rédigés pour la Revue archéologique, toujours avec l’œil du connaisseur intransigeant4, et sans craindre la polémique. De mon côté, je dois préciser que, si sa disparition représente une réelle perte pour cette revue, ce n’est pas uniquement à cause de tous les manuscrits qu’il livrait chaque année avec autant de ponctualité que de rigueur dans la saisie.

7En effet, Claude Rolley ne ratait pas une occasion de participer aux travaux de la rédaction de la RA, puisqu’il répondait toujours rapidement lorsqu’on le sollicitait ou l’interrogeait sur divers points : des questions terminologiques et techniques (y compris en informatique, par exemple en fournissant des polices de caractères) ou photographiques (problèmes de contraste, montage d’une maquette), enfin il ne refusait jamais l’expertise ainsi que la correction des nouveaux manuscrits soumis au Comité de lecture et de rédaction de la revue. Tantôt il était lui-même rapporteur d’un manuscrit (une tâche difficile, à laquelle il prêtait beaucoup d’attention), tantôt il intervenait à propos d’autres manuscrits adressés à la Revue archéologique, étant d’une exceptionnelle fidélité aux deux réunions annuelles de son comité de lecture et de rédaction. Il était déjà bien souffrant quand il a tenu à y participer le 6 juillet 2006, pour la dernière fois. Comme on s’en doute, il pouvait être très sévère – en argumentant longuement ses réserves, il a été à l’origine de certains refus de publication –, mais il me semble qu’il n’était pas injuste, et encore moins arbitraire. Ses remarques, toujours précises, n’étaient inspirées par aucun clan ni aucune école, mais par la simple conviction qu’il fallait viser le plus haut niveau scientifique, que la publication était le stade ultime de la recherche et qu’elle devait par conséquent être soignée. De toute façon il n’était pas non plus avare de louanges lorsqu’il les jugeait méritées, et il reconnaissait avec probité ses propres erreurs.

8Il était membre du Comité de lecture et de rédaction de la Revue archéologique depuis le début de l’année 1985 ; du moins, c’est alors que son nom apparaît sur la deuxième de couverture, en même temps qu’il se trouve parmi les membres du Comité de direction, formé après le grave accident de santé survenu en 1982 au directeur, Roland Martin. Le groupe restreint qui constitue le Comité de direction a pour mission d’assister le directeur et le directeur adjoint de la revue, lorsque des décisions importantes sont à prendre (c’est aussi lui qui veille à leur élection, en cas de nécessité) ; il est responsable de la politique scientifique et, finalement, de toute la ligne éditoriale de la revue. Claude Rolley, qui aura connu cinq directeurs successifs de la Revue archéologique, était très assidu à la réunion annuelle du Comité de direction, et pas pour y faire de la figuration. Il n’était pas de ceux qui ont une opinion sur tout ou veulent imposer de manière autoritaire leur point de vue, il ne cherchait pas non plus à jouer à l’éminence grise – ce n’était pas son style. Il écoutait soigneusement, puis, quand il pensait pouvoir donner un avis fondé, il intervenait avec autant de liberté que de fermeté. C’était une bonne méthode pour convaincre.

9On aura compris que la Revue archéologique a perdu en Claude Rolley bien plus qu’un collaborateur très régulier : un réel ami, droit, et d’une fidélité sans faille.

Bibliographie

Croissant, Verger 2007 : Fr. Croissant, St. Verger, « Claude Rolley (1933-2007) », RA 2007, p. 121-128.

Meirano 2009 : V. Meirano, « Claude Rolley, un ricordo », ASAtene 80, ser. III, 7, 2007 [2009], p. 299-300.

Notes

1  RA 2005, p. 355-364.

2  Sur www.cairn.info la « barrière mobile » est à cinq ans et la consultation de toutes les années en ligne est gratuite pour les personnes abonnées à la version imprimée de la RA. Les années antérieures à 2001 seront prochainement accessibles par le portail JStor.

3  Croissant, Verger 2007, p. 127.

4  Cf. les souvenirs évoqués dans Meirano 2009.

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Hellmann, « Claude Rolley et la Revue archéologique », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Marie-Christine Hellmann, « Claude Rolley et la Revue archéologique », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/3943

Auteur

Marie-Christine Hellmann

Directrice de la Revue archéologique
Directeur de recherche au CNRS, UMR 7041

Droits d’auteur

Tous droits réservés