Navigation – Plan du site
Patrimoine photographié, patrimoine photographique - Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.)
Inventaires photographiques du patrimoine – Photographie comme outil d’étude du patrimoine

L’historique du Fonds photographique de plaques de verre noir et blanc du Musée national de Belgrade sur les monuments médiévaux

Dubravka Preradović

Résumé

Dubravka Preradović retrace l’histoire du fonds photographique du Musée national de Belgrade, qui constitue une documentation rare et ancienne sur les monuments médiévaux serbes. Les premières campagnes débutent en 1907, grâce notamment à l’engagement de  l’historien de l’art  Vladimir R. Petković, auteur d'importantes recherches sur l’art serbe, et se poursuivent jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Une politique d’inventaire qui dure un peu plus de 30 ans, avec un changement notable en 1935. En effet, les campagnes photographiques s’autorisent alors des recherches et publications sur les objets représentés pour privilégier l’inventaire seul. Un parti pris qui aboutit aujourd’hui à la constitution d’un fonds de 7000 plaques de verres largement méconnu, devenu un patrimoine, mais dont aucun inventaire n’a été publié à ce jour.

Texte intégral

  • 1  Le nombre exact de plaques enregistrées s’élève à 7521. Les plaques photographiques sont de trois (...)

1Dans le Fonds de documentation rare et ancienne sur les monuments médiévaux, le Musée national à Belgrade abrite, entre autres, une collection qui compte plus de sept mille clichés photographiques sur plaques de verre, pris entre 1907 et le début de la Seconde Guerre mondiale.1 Cette collection importante englobe les photographies de presque trois cents sites dans le territoire de la Serbie, du Kosovo-Metochie, de la Macédoine, du Monténégro, d’Herzégovine, de la Dalmatie et de la Grèce (Mont Athos). Outre les photographies d’architecture, de sculptures et de peintures murales, la photothèque contient, dans une moindre mesure, des photographies des objets abrités dans les trésors des monastères.

2Le nom de l’architecte Mihajlo Valtrović (1839-1915), indissociable des premières recherches scientifiques sur l’art médiéval serbe, se trouve au début de notre travail relatif à la documentation photographique du Musée national sur les monuments médiévaux, même si les chercheurs de la génération suivante se sont engagés dans la constitution de cette collection importante. Mihajlo Valtrović fut le directeur du Musée national entre 1881 et 1905 et c’est grâce à son engagement qu’a été acheté le premier appareil photographique pour cette institution. Nous pouvons noter également chez Valtrović l’intention, manifestée pour la première fois, de photographier l’architecture et les peintures des églises médiévales pour les besoins de la documentation scientifique.

  • 2  Bogdanović 1978.
  • 3  Bogdanović 1978, p. 68.

3En 1871, grâce à Valtrović et à l’architecte Dragutin Milutinović, a commencé en Serbie, sous les auspices de la Société des sciences serbes (aujourd’hui l’Académie serbe des Sciences et des Arts), l’étude des églises et des monastères serbes à la manière des premières approches scientifiques en la matière.2 Le travail sur le terrain des deux chercheurs, qui fut mené intensément jusqu’en 1884, nous a laissé en héritage une collection précieuse composée de premiers plans au sol et de relevé de l’élévation d’églises ainsi que d’un grand nombre de croquis et dessins de détail de l’architecture ou des sculptures et d’aquarelles des peintures murales. Pour préparer la recherche, dans l’été 1890, Valtrović et Milutinović envisageaient de décrire les monuments, d’élaborer leurs plans au sol et leurs relevés de l’élévation sur la base de mesures prises avec précision, de faire des calques des inscriptions et des ornements ainsi que des moulages en plâtre de la sculpture architecturale ; ils envisageaient aussi de photographier, afin d’accélérer le travail, l’extérieur des bâtiments et les peintures murales.3 D’après les données disponibles, il s’agit là du premier projet clairement exprimé de photographier des monuments à des fins scientifiques. Malheureusement, ce projet n’a pas été réalisé, mais une autre donnée témoigne que Valtrović était conscient des avantages qu’apportait la prise de clichés. En tant que directeur du Musée national, Valtrović s’était consacré, avec beaucoup d’attention, à la présentation des collections et à la constitution d’un inventaire professionnel. Afin d’élaborer la documentation muséale de base et de photographier les monuments sur le terrain, Valtrović, en 1891, a lancé l’initiative pour l’achat de l’équipement photographique. Il a adressé une demande à l’Académie royale serbe, dans laquelle était écrit, entre autres :

  • 4  Les archives du Musée national, numéro 9 du 16 mars 1891.

« C’est la raison pour laquelle je prends la liberté de proposer à l’Académie royale serbe, en tant qu’autorité de tutelle, d’acheter un appareil photographique avec tout l’équipement nécessaire pour la réalisation complète des photographies [...] Lors de l’achat de l’appareil photographique, je veillerai à ce que celui-ci soit utilisable au musée même aussi bien qu’à l’extérieur, et vérifierai s’il n’est pas plus utile d’acheter, du point de vue du coût et de la réussite de l’entreprise, un appareil spécial pour le musée, et un petit appareil de voyage, pour la prise des clichés des ouvrages anciens et de leur entourage à travers notre pays. »4.

  • 5  Valtrović 1899, p. 125.

4Six ans séparent la lettre citée de l’achat du premier appareil photographique pour le musée. Dans le rapport sur le travail du Musée national pour l’année 1897, il est indiqué que le Musée avait, « pour répondre plus facilement aux demandes au profit de la science et pour se constituer une collection ordonnée de photographies de ses propres objets [...], acheté l’appareil photographique, désiré depuis longtemps, qui pourrait lui être également utile lors des excursions muséales, des fouilles et de la collecte des objets ethnologiques »5. Malheureusement, nous ne savons pas ce qui a alors été photographié, étant donné qu’une partie de la documentation constituée avant la Première Guerre mondiale a été détruite. D’autre part, les recherches sur les monuments médiévaux n’avaient pas eu lieu pendant cette période, faute de moyens.

  • 6  Đorđević 1997.
  • 7  Valtrović 1906, p. 239-240.
  • 8  Petković 1907 a, p. 213-214.

5En 1905, Valtrović voit sa succession à la fonction du directeur du Musée national assurée par un archéologue connu, Miloje Vasić (1869-1956), tandis qu’à la fonction de son adjoint est nommé l’historien de l’art Vladimir R. Petković, qui venait de terminer ses études doctorales à Munich et à Halle.6, C’est grâce à l’intervention de Valtrović que Petković est envoyé à l’étranger en tant que boursier de l’État pour étudier des monuments médiévaux byzantins, afin de se préparer pour son travail au Musée national. Son arrivée inaugure « la création d’un département particulier du Musée national, le département pour les antiquités byzantines et serbes ».7 Jeune historien, d’éducation européenne, Petrović privilégie, comme priorité dans son travail, « l’étude des monuments artistiques du passé serbe : la création d’une collection d’antiquités serbes et byzantines, que ce soit en rassemblant au Musée national de nombreux objets d’art, dissipés dans nos musées, ou en créant une collection d’enregistrements (photographiques, dessins et reproductions en couleurs) des peintures murales des églises serbes et des moulages en plâtre des reliefs et des ornementa sculptés. »8

  • 9  Archives du Musée national, numéro 97 du 12 avril 1906.
  • 10 Millet 1903.
  • 11  Les clichés pris pendant ces voyages sont publiés dans les albums des fresques médiévales en Yougo (...)

6Un concours de circonstances rattache le début de l’engagement de Petković dans l’étude des monuments médiévaux au nom du célèbre byzantiniste français, Gabriel Millet. En effet, en 1906, Millet est arrivé en Serbie et les architectes Petar Popović et Vladimir Petković ont été désignés par le ministre des affaires religieuses pour l’accompagner. Leur tâche était également d’élaborer des plans de restauration et d’entretien des monastères serbes.9 Pendant ce voyage d’un mois, l’équipe a visité un grand nombre d’églises et de monastères, ce qui a permis au chercheur français de rassembler suffisamment de matériel pour son livre intitulé L’ancien art serbe. Les églises (Paris 1919), qui présente la première périodisation par styles de l’architecture médiévale serbe, qui reste fondamentalement valable aujourd’hui encore. Lors de ce voyage, il a fait un grand nombre de photographies qui ont enrichi la Collection Chrétienne et Byzantine, fondée par Millet à l’École des Hautes Études.10 Après « Le magnifique voyage de 1906 », comme l’avait écrit Millet en personne, il est encore revenu à cinq reprises aux monuments médiévaux dans ce territoire, entre 1924 et 1935.11

7Le Musée national ne pouvait pas assurer à Vladimir Petković les moyens de prendre des photographies pendant ce voyage. Dans le rapport, conservé aux archives du Musée national, il a indiqué :

  • 12  Archives du Musée national, numéro 153 du 30 mai 1906.

« Il serait encore nécessaire d’enregistrer (d’abord prendre en photographies) les peintures murales de nos monastères et églises du Moyen Âge et de les publier. Je prends la liberté d’exprimer qu’il faudrait confier cette tâche dans les plus brefs délais à notre Musée national. À l’instar de l’École des Hautes Étudesà Paris, qui possède, à l’heure actuelle, la plus importante collection de reproductions de monuments artistiques byzantins, notre Musée pourrait également servir de base à la création d’une collection de photographies. D’une part, elle rendrait considérablement plus facile l’étude de nos monuments artistiques, et d’autre part, elle les sauvegarderait pour l’avenir. Ainsi nous pourrions épargner aux étrangers l’effort de prendre en photographies nos objets et de nous en informer. Par la vente de ces photographies, le Musée s’assurerait une sorte de revenu. »12.

  • 13  Petković 1906.
  • 14  Petković 1907 b.

8Cependant les recherches réalisées en 1906 ont abouti à la parution de deux études de Petković, L’iconographie des églises monastiques en Serbie13 et l’étude monographique sur le monastère Zica, la première dans la série des discussions de Petković sur l’histoire, l’architecture et les peintures murales de cette église.14

  • 15  Petković 1908, p. 325-326.
  • 16  Ibid, 326-327.

9Les travaux amorcés par l’étude de Zica ont été poursuivis l’année suivante, en 1907. À cette occasion, ont été prises environ quatre-vingt photographies des peintures murales de l’église, ce qui a « jeté les fondations de la collection des photographies, qui sera très utile aux futurs chercheurs, comme un moyen auxiliaire pour l’étude de notre art médiéval. »15 Conformément au programme mentionné du département, pendant les recherches à Zica, a commencé également le travail sur la constitution de la deuxième collection importante du Musée national : la collection des copies des fresques, qui se développera au cours des années suivantes, après la Première Guerre mondiale. Outre les copies des fresques, il était envisagé de commencer la confection de moulages en plâtre des sculptures et des modèles d’églises. La fresque représentant la « Vierge en pose d’orante » du tympan du porche entre le narthex et le naos a été déposée, en raison du risque de chute du mur, et transportée au Musée national.16 Tout cela visait à la création d’un département du Musée national pour l’étude de l’art médiéval serbe.

  • 17  Pour plus de détails sur les campagnes photographiques et les monuments étudiés pendant cette péri (...)

10Jusqu’en 1912, lorsque débuta la Première Guerre balkanique et que Petković fut mobilisé, de nombreuses photographies de monuments qui se trouvaient sur le territoire de la Serbie furent prises.17 La recherche des monuments en ancienne Serbie et Macédoine, planifiée pour 1911, n’était pas réalisable en raison de l’épidémie de choléra dans ces régions. Les conditions pour la poursuite des recherches, puis pour la prise de photographies des monuments, n’ont été réunies qu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Environ trente monastères et églises ont été étudiés et photographiées pendant quatre campagnes, entre 1907 et 1911. Les recherches ont permis d’avoir un aperçu du degré de conservation des monuments et, ainsi, le Musée a pris des initiatives pour leur protection. Dans le même temps, ce travail systématique a abouti à la publication, assez souvent, des premiers travaux professionnels sur les peintures murales étudiées.

  • 18  „Заједнички скуп Академије философских наука и уметности, 12. јануар 1920“, Годишњак СКА, XXVIII, (...)

11Le Musée national a attendu la fin de la Première Guerre mondiale dans une situation très peu enviable. Le bâtiment du Musée national fut gravement endommagé par un bombardement aux premiers jours de la guerre et une partie importante des fonds du musée fut endommagée ou perdue pour toujours. C’est pendant la Première Guerre mondiale qu’a également été détruite une grande partie de la photothèque. Bien que les monastères Kalenić et Ravanica aient été photographiés avant la Première Guerre mondiale, lorsque Petković avait soumis pour publication à l’Académie royale serbe les manuscrits des monographies du Monastère Ravanica et du Monastère Kalenić, en 1920, on décida qu’ils pourraient être imprimés seulement « après la soumission, par l’auteur, de photographies de bonne qualité des peintures murales qui conviendraient à une publication de l’Académie ».18 Il est évident qu’à ce moment il n’y en avait plus au Musée national.

12Les conditions pour la poursuite des recherches sur les monuments médiévaux n’ont été réunies qu’en 1920. La correspondance du directeur de l’époque du Musée national, Vladimir Petković, avec les ministres compétents, témoigne des dimensions de cet exploit, au sens propre du mot. Dans sa demande, adressée en avril, au ministre de l’Éducation et des Affaires religieuses, il est indiqué :

  • 19  Les archives du Musée national, numéro 122 du 18 avril 1920.

« Étant donné que lors de mon futur voyage exploratoire à Novi Pazar, Kosovska Mitrovica et au-delà, dans la vallée de la rivière Lim, avec MM. Pasko Vucetić et Anto Mudrovcić, qui vise à étudier des églises anciennes, je passerai par des zones d’insécurité, je prends la liberté de demander au ministre de l’Armée et de la Marine de mettre à ma disposition trois revolvers avec vingt cartouches chacun, pour lesquels je paierai en cas d’utilisation. »19

  • 20  Les archives du Musée national, numéro 123 du 18 avril 1920.
  • 21  Les archives du Musée national, numéro 143 du 27 avril 1920.
  • 22  Petković 1921, p. 150.

13Dans le même temps, il adressa une autre demande, dans laquelle il réclame, pour des raisons de sécurité, « le nombre nécessaire de gendarmes à cheval dans les régions comme accompagnement, pour mise à disposition »20. Avant son départ, il s’adressa aussi au ministre des Transports, le sollicitant de « bien vouloir me délivrer pour cela (le voyage, NDLA) trois billets de transport gratuits de 2e classe et deux billets de 3e classe pour deux préposés, direction Belgrade-Skopje et ensuite jusqu’à Kosovska Mitrovica, retour à Belgrade, avec le droit de porter jusqu’à 800 kg de bagages. »21 Pendant ce voyage, outre les photographies, 150 au total, ont également été exécutés des aquarelles des fresques, des dessins de plastique architectural et des plans de base des églises.22

14À partir de 1920, les études des monuments médiévaux ont eu lieu chaque année jusqu’en 1928. Le travail a continué jusqu’en 1934, mais il fut considérablement réduit en raison des circonstances financières défavorables.

  • 23  Petković 1922 a, p. 241-244.
  • 24  Petković 1923, p. 132-133.
  • 25  Petković 1924 a, p. 288-289.
  • 26  Petković 1925, p. 179-180.
  • 27  Petković 1926, p. 340.

15En 1921, les conditions ont été finalement réunies pour l’étude des monuments en Macédoine23, tandis que, l’année suivante, c’était le tour des monuments en Métochie et dans la vallée de la rivière Lim. En 1922, l’équipe du Musée national, conduite par Petković, a fait un grand nombre d’aquarelles, dessins de relevé et trois cents photographies. Pendant les recherches ont aussi été relevées 250 inscriptions et graffites anciens, majoritairement inconnus jusqu’alors.24 Grâce au soutien financier du Musée national, d’autres experts entreprirent, la même année, des études sur des monuments médiévaux, pratique qui sera poursuivie. Les études et recherches des monuments en Macédoine ont repris en 1923, cette fois dans les régions de Prespa et d’Ohrid.25 Toutes les églises ont été photographiées du point de vue architectural, des aquarelles des ornements ont été faites, les inscriptions et les graffites recopiés et les peintures murales photographiées elles aussi. L’année suivante, en 1924, les recherches ont été effectuées au Monténégro, dans la vallée de la rivière Lim et dans les environs de Prizren.26 L’année 1925 a été importante en raison de la création d’un laboratoire photographique au Musée national. Cette même année ont été faites, pour la première fois, des photographies, « de la façon photographique la plus moderne, en couleur ».27 En 1926, le travail porta sur les monastères de Fruska Gora, puis de Decani où a été photographié le trésor presque entier, le Patriarcat de Pec, etc.

  • 28  Sur les monuments photographiés jusqu'en 1934 voir : Preradović 2006, p. 38-41 (avec bibliographie (...)
  • 29  Mano-Zisi 1935, p. 250-251.
  • 30  Dans le cadre de l’édition „Les monuments serbes“, fondée en 1922, sont publiées sept textes d’imp (...)

16Bien que les moyens pour la photographie des monuments médiévaux aient été retirés du budget en 1927, le Musée en a trouvé pour poursuivre, durant la période suivante, le travail dans ce domaine, mais de façon considérablement réduite.28 En 1934, le conservateur de l’époque de la collection historique et médiévale a entamé l’inventaire des clichés relatifs aux fouilles archéologiques et aux monastères médiévaux. Comme l’on ne pouvait pas continuer à photographier systématiquement les monuments médiévaux, il a été décidé de procéder à « la photographie des ouvrages les plus importants eu égard au futur catalogue du musée ».29 Il n’y a pas eu de nouvelles campagnes photographiques jusqu’en 1936 et le catalogue envisagé n’a pas été publié jusqu’à nos jours. Cette période fructueuse pour les études sur l’art médiéval à l’initiative du Musée national a abouti non seulement à une photothèque riche, mais aussi à de nombreux textes de spécialistes sur les peintures murales et l’architecture des églises étudiées ainsi qu’à toute une série de monographies bien documentées et à des publications dont les auteurs sont les experts les plus renommés de l’époque.30

  • 31  Pour le Musée du prince Pavle voir : Subotić 2009.

17En 1935, le Musée du prince Pavle a vu le jour grâce à l’association du Musée historique et des arts (comme s’appelait le Musée national à l’époque) et du Musée de l’art contemporain. Le musée nouvellement constitué fut installé dans les locaux adaptés du Nouveau Palais et son travail a été marqué par une exposition permanente représentative et par des expositions prestigieuses organisées avant la Seconde Guerre mondiale.31

  • 32  Kašanin 1936, p. 429.
  • 33  Ibid.
  • 34  Sur les campagnes photographiques pendant la période comprise entre 1936 et 1940 voir : Preradović (...)
  • 35  Archives du Musée national, Musée du prince Pavle, numéro 83 du 27 février 1939.

18La direction du Musée souhaitait créer de grandes archives photographiques centrales de tous les monuments artistiques importants dans le pays.32 Au sous-sol du musée se trouvait un atelier photographique à équipement moderne pour l’époque. L’inventaire des plaques photographiques qui avaient pour sujet des monastères médiévaux a été poursuivi et des armoires spéciales ont été achetées pour ces plaques.33 En 1936, la photographie des monuments médiévaux a été reprise. Sur la base du matériel présent dans les archives du Musée national, il est possible de déterminer quels monuments ont été photographiés ainsi que leur date.34 Cependant cette activité a pris à ce moment un tour un peu différent. Tandis que les photographies des monuments médiévaux étaient inséparablement liées, jusqu’en 1935, aux études de ces derniers et aboutissaient, la plupart du temps, à la publication parallèle des premiers ouvrages professionnels sur l’architecture et les peintures murales des monuments considérés, le profil des campagnes a été modifié à partir de 1936. L’objectif consistait désormais à photographier le plus grand nombre possible de monuments et à produire le nombre maximal de clichés. En 1937 ont été photographiées presque vingt églises. En 1938, sont apportés au musée environ mille clichés non seulement des églises et monastères du territoire de la Serbie mais aussi des monuments « de l’art dalmate et vieux croate sur le littoral », lit-on dans le rapport.35 Au cours des deux années suivantes, outre les autres monuments, l’église du monastère Decani a été en particulier photographiée, pendant sa reconstruction à cette époque. Le début de la Seconde Guerre mondiale a interrompu le travail de prise de clichés des monuments.

  • 36  Archives du Musée national, Musée du prince Pavle, numéro 588 du 10 novembre 1941.

19Pendant deux décennies, entre les deux Guerres mondiales, plus de dix mille clichés ont été pris,36 sur presque trois cents églises et monastères. Une partie du fonds a été détruite pendant la Seconde Guerre et ainsi l’on compte aujourd’hui plus de sept mille négatifs, comme nous l’avons indiqué au début. Cette collection est une source d’informations inépuisable et un instrument incontournable dans l’étude de l’architecture et des peintures murales. Elle est également un document important sur l’état des monuments avant, pendant et après les restaurations effectuées entre les deux Guerres mondiales. Ces photographies contiennent assez souvent des informations qui ne sont plus accessibles sur le terrain. En effet, comme l’avait souligné Petković au moment de la fondation de la collection, c’est grâce à ces clichés que de nombreux monuments disparus totalement ou en partie, pour des raisons diverses, sont sauvegardés pour la postérité. Malheureusement, il n’existe toujours pas de catalogue de cette collection et elle est souvent négligée dans les recherches contemporaines, parce qu’en effet elle n’est pas assez connue. En somme, ces clichés s’avèrent être une source d’information et un document exceptionnel en soi, qui appartiennent aujourd’hui de plein droit au patrimoine photographique.

20Abréviation :

21Godišnjak SKA = Godišnjak Srpske Kraljevske akademije (Годишњак Српске краљевске академије)

Fig. 1. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges 

Fig. 1. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges 

(Musée National de Belgrade, cliché no B1054)

Fig. 2. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges

Fig. 2. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges

 (D. Preradović, 2006)

Fig. 3. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur

Fig. 3. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur

 (Musée National de Belgrade, cliché no 948)

Fig. 4. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur

Fig. 4. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur

 (D. Preradović, 2006)

Bibliographie

Bogdanović 1978 = Bogdanović S., Mihajlo Valtrović i Dragutin Milutinović kao istraživači srednjovekovnih starina, dans Bogdanović S., Mišković-Prelević Lj. (éd), Izlozi srpskog učenog društa. Istraživanja srpske srednjovekovne umetnosti 1971-1884, Beograd 1978, p. 5-90.

Couson 1988 = Couson D., Catalogue des documents photographiques originaux du fonds Gabriel Millet, préface de Gordana Babic, p. 11-12, Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences religieuses, vol. XC, Peeters, Louvain, 1988.

Đorđević 1997 = Djordjević I., Petković R. V., dans Ćirković S. et Mihaljčić R., Enciklopedija srpske istorijografije, Beograd, 1997, p. 568.

Kašanin 1936 = Kašanin M., Muzej kneza Pavla, Jugoslovenski istorijski časopis, god. II, sv. 1-4,Ljubljana-Zagreb-Beograd, p. 421-430.

Millet 1903 = Millet G., La collection chrétienne et byzantine des hautes études, École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Paris, 1903.

Millet 1954, 1957, 1962 = Millet G., La peinture du Moyen Âge en Yougoslavie (Serbie, Macédonie et Monténégro), Album présenté par Frolow, Anatole, vol. I, Paris, 1954, vol. II, Paris, 1957, vol. III, Paris 1962.

Mano-Zisi 1935 = Mano-Zisi Đ., Srednjevekovno i historijsko odeljenje, Godišnjak SKA, 43, Beograd 1935, p. 249-253.

Mirković, Tatić 1925 = Mirković L., Tatić Ž., Markov manastir, Novi Sad 1925.

Petković 1906 = Petković R. V., Ikonografija manastirskih crkava u Srbiji, Nova Iskra, god. VIII, vol. 10, Beograd 1906, p. 301-305 ; vol. 11-12, Beograd 1906, p. 341-346.

Petković 1907 a = Petković R. V., Izveštaj o radu u odeljenju Narodnog Muzeja za srpske i vizantijske starine u godini 1906, Godišnjak SKA, 20, Beograd 1907, p. 213-221.

Petković 1907 b = Petković R. V., Žiča, Starinar, god. I, 1, Beograd, 1907, p. 141-187.

Petković 1908 = Petković R. V., Izveštaj o radu u Odeljenju za srpsku i viyantijsku umetnost u Narodnome Muzeju u god. 1907, Godišnjak SKA, 21, Beograd 1908, p. 325-332.

Petković 1921 = Petković R. V., Narodni muzej u 1920. god, Godišnjak SKA, 29, Beograd 1921, p. 141-151.

Petković 1922 a = Petković R. V., Izveštaj o stanju i radu Narodnog muzeja u 1921. god, Godišnjak SKA, 30, Beograd 1922, p. 238-252.

Petković 1922 b = Petković R. V., Manastir Ravanica, Beograd, 1922.

Petković 1923 = Petković R. V., Narodni muzej u 1922. godini, Godišnjak SKA, 31, Beograd 1923, p. 130-133.

Petković 1924 a = Petković R. V., Narodni muzej u 1923. godini, Godišnjak SKA, 32, Beograd 1924, p. 284-316.

Petković 1924 b = Petković R. V., Manastir Studenica, Beograd, 1924.

Petković 1925 = Petković R. V., Historijsko-umetnički muzej u 1924. god, Godišnjak SKA, 33, Beograd 1925, p. 178-226.

Petković 1926 = Petković R. V., Istorijsko umetnički muzej u 1925. god., Godišnjak SKA, 34, Beograd 1926, p. 310-354.

Petković, Tatić 1926 = Petković R. V., Tatić Žarko, Manastir Kalenić, Vršac, 1926.

Petković 1930, 1934 = Petković R. V., La peinture serbe du Moyen Âge, vol. I, Beograd 1930, vol. II, Beograd, 1934.

Preradović 2006 = Preradović D, Fotodokumentacija o srednjovekovnim spomenicima Narodnog muzeja u Beogradu, Naša Prošlost, 7, Kraljevo 2006, p. 29-49.

Preradović 2009 = Preradović D, Muzej kneza Pavla – srednjovekovno odeljenje, dans Cvjetićanin T. (éd.), Muzej kneza Pavla, Beograd, 2009, p. 142-163.

Stanojević, Mirković, Bošković = Stanojević S., Mirković L., Bošković Đ., Manastir Manasija, Beograd 1928.

Subotić 2009 = Subotić I., Od Muzeja savremene umetnosti do Muzeja kneza Pavla. Aristokratizam, profil visokih vrednosti, politička volja, dans Cvjetićanin T. (éd.), Muzej kneza Pavla, Beograd, 2009, p. 6-57.

Valtrović 1899 = Valtrović M., Izveštaj o radu u Narodnom muzeju godine 1897, Godišnjak SKA , 11, 1897, p. 113-129.

Valtrović 1906 = Valtrović M., Izveštaj o radu u Narodnom muzeju godine 1905, Godišnjak SKA , 19, 1906, p. 235-241.

Velmans 1969 = Velmans T., La peinture du Moyen Âge en Yougoslavie (Serbie, Macédonie et Monténégro), IV, Paris 1969.

Notes

1  Le nombre exact de plaques enregistrées s’élève à 7521. Les plaques photographiques sont de trois formats : А (18 × 24 cm), B (13 × 18 cm) et C (11× 8 cm).

2  Bogdanović 1978.

3  Bogdanović 1978, p. 68.

4  Les archives du Musée national, numéro 9 du 16 mars 1891.

5  Valtrović 1899, p. 125.

6  Đorđević 1997.

7  Valtrović 1906, p. 239-240.

8  Petković 1907 a, p. 213-214.

9  Archives du Musée national, numéro 97 du 12 avril 1906.

10 Millet 1903.

11  Les clichés pris pendant ces voyages sont publiés dans les albums des fresques médiévales en Yougoslavie. Millet 1954, 1957, 1962 ; Velmans 1969. Il est également publié un catalogue de cliché relatifs aux monuments dans ce territoire. Couson 1986.

12  Archives du Musée national, numéro 153 du 30 mai 1906.

13  Petković 1906.

14  Petković 1907 b.

15  Petković 1908, p. 325-326.

16  Ibid, 326-327.

17  Pour plus de détails sur les campagnes photographiques et les monuments étudiés pendant cette période, voir : Preradović 2006, p. 32-35 (avec bibliographie).

18  „Заједнички скуп Академије философских наука и уметности, 12. јануар 1920“, Годишњак СКА, XXVIII, (Београд, 1921), 52.

19  Les archives du Musée national, numéro 122 du 18 avril 1920.

20  Les archives du Musée national, numéro 123 du 18 avril 1920.

21  Les archives du Musée national, numéro 143 du 27 avril 1920.

22  Petković 1921, p. 150.

23  Petković 1922 a, p. 241-244.

24  Petković 1923, p. 132-133.

25  Petković 1924 a, p. 288-289.

26  Petković 1925, p. 179-180.

27  Petković 1926, p. 340.

28  Sur les monuments photographiés jusqu'en 1934 voir : Preradović 2006, p. 38-41 (avec bibliographie).

29  Mano-Zisi 1935, p. 250-251.

30  Dans le cadre de l’édition „Les monuments serbes“, fondée en 1922, sont publiées sept textes d’importance exceptionnelle, tous richement illustrés. Petković 1922 b ; Petković 1924 b ; Mirković, Tatić 1925 ; Petković, Tatić 1926 ; Stanojević, Mirković, Bošković 1928, Petković I, 1930, II, 1934.

31  Pour le Musée du prince Pavle voir : Subotić 2009.

32  Kašanin 1936, p. 429.

33  Ibid.

34  Sur les campagnes photographiques pendant la période comprise entre 1936 et 1940 voir : Preradović 2006, p. 42 ; Preradović 2009, p. 161-162.

35  Archives du Musée national, Musée du prince Pavle, numéro 83 du 27 février 1939.

36  Archives du Musée national, Musée du prince Pavle, numéro 588 du 10 novembre 1941.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges 
Crédits (Musée National de Belgrade, cliché no B1054)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2. Monastère Djurdjevi Stupovi, église de Saint Georges
Crédits  (D. Preradović, 2006)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur
Crédits  (Musée National de Belgrade, cliché no 948)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3927/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 4. Monastère Zica, église de l’Ascension de Notre Seigneur
Crédits  (D. Preradović, 2006)
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Pour citer cet article

Référence papier

Dubravka Preradović, « L’historique du Fonds photographique de plaques de verre noir et blanc du Musée national de Belgrade sur les monuments médiévaux », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Dubravka Preradović, « L’historique du Fonds photographique de plaques de verre noir et blanc du Musée national de Belgrade sur les monuments médiévaux », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3927

Auteur

Dubravka Preradović

 (dubravka.preradovic@gmail.com)
Formation : 
2011 : Soutenance d'une thèse de doctorat en histoire et archéologie du monde byzantin et post-byzantin (co-tutelle : Università di Udine et EPHE) ; 
2008 : Magistère en histoire de l’Art, (Faculté de Philosophie, Université de Belgrade) ; 
2002-2003 : Spécialisation “FOR. MED”. « Nouvelles technologies par la valorisation et la gestion du patrimoine culturel méditerranéen » (Centro Universitario Europeo per i Beni Culturali, Ravello) ; 
2000 : Diplôme d’Histoire de l’Art (Faculté de Philosophie, Université de Belgrade). 
Expérience professionnelle : 
2003-2007 & 2010 – à présent : Conservatrice au département médiéval, Musée national de Belgrade ; 
2001-2003 : Conservatrice à la « Galerie des fresques », Musée national de Belgrade.
Publications :
Fotodokumentacija o srednjovekovnim spomenicima Narodnog muzeja u Beogradu, Naša Prošlost, 7, Kraljevo 2006, p. 29-49 (résumé en anglais : Photo documentation of medieval monuments kept at the National museum in Belgrade, p. 49) ; Muzej kneza Pavla – srednjovekovno odeljenje, dans Cvjetićanin, T. (éd.), Muzej kneza Pavla, Beograd, 2009, p. 142-163.

Droits d’auteur

Tous droits réservés