Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
Les découvertes récentes du Cap d'Agde

L’épave des Riches Dunes à Marseillan : autopsie d’un contexte archéologique sous-marin encore mystérieux

Luc Long

Texte intégral

Historique des découvertes

  • 1  Masson, Crauchet 1997.

1C’est à la fin du mois de décembre 2001, au hasard d’une promenade sous-marine, que Nicolas Figuerolles, plongeur amateur de Balaruc-les-Bains, découvre à petite profondeur, près de Marseillan, deux magnifiques statues en bronze. Une forte tempête hivernale vient de les dégager du sable. Elles reposent à deux mètres l’une de l’autre, par 6 mètres de fond, à environ 250 m au large. Soumis à l’érosion, le trait de côte dans ce secteur, entre le Cap d'Agde et Sète, a évolué de façon spectaculaire depuis ces dernières années1.

1. Claude Rolley ...1. Claude Rolley à Arles

1. Claude Rolley à Arles

Lors du premier examen des deux statues, en janvier 2002.

© Photo Pierre Drap.

Nous sommes à quelques centaines de mètres au sud de la tour du Castellas, amer remarquable devant l’étang de Thau, un littoral pourtant très fréquenté par les plongeurs. Face aux risques de pillage, N. Figuerolles, aidé par un second plongeur, J.-F. Chierbert, ramène les deux statues à la surface et prévient le DRASSM. Il s’agit de deux « grands » bronzes dont le premier, haut de près de 80 cm, représente un jeune garçon debout, en tunique courte, au déhanchement élégant. Sa main droite désigne de l’index un objet ou un animal, probablement un oiseau, qu’il tenait de la main gauche, malheureusement disparue. Le second, de près de 65 cm de haut, est un Eros sur son socle, dont les ailes et les bras, fondus séparément, ne sont pas conservés. Avant le départ des objets en restauration au laboratoire Arc’Antique (Nantes), Claude Rolley, contacté aussitôt, vient les examiner les 5 et 6 janvier 2002, à Arles, où ils font une courte escale. Lors de ce premier examen, il pense que ces œuvres de très belle facture, notamment le jeune garçon, peuvent être datées entre le ier siècle av. et le ier siècle ap. J.-C (fig. 1).

2Dès la fin janvier 2002, des recherches sont entreprises sur place par une équipe de plongeurs du DRASSM dirigée par J.-L. Massy et moi-même, avec l’aide de l’inventeur. Les explorations ont lieu dans une eau glacée par très faible visibilité, à un peu moins de 6 m de profondeur, contrairement aux 3,2 m théoriques affichés sur les cartes marines. La différence est due à l’érosion marine. Néanmoins, le banc de sable revient en force et envahit à nouveau la zone. L’inventeur parvient à situer approximativement la position initiale des deux statues. Quelques sondages à la suceuse et le recours au détecteur de métaux ne livrent aucune trace tangible d’une épave. Sur un vaste secteur, quelques concrétions dispersées, un bloc de pierre, des fragments de céramiques et d’amphores isolées rappellent que les navires fréquentaient cette zone entre le ive siècle av. J.-C. et le Bas-Empire. Trois jas d’ancre antiques, sous le sédiment, non loin de la position des statues, évoquent une probable zone de mouillage. Les premières hypothèses sur ce site énigmatique baptisé Riches Dunes 4 renvoient à un bateau échoué, peut-être dans l’obligation de se délester, ou à une épave disloquée dont il ne reste que très peu de choses.

  • 2  Jézégou 2003, p. 47.

3Quelques mois plus tard, dans la course que se livrent les plongeurs locaux face à Marseillan, un bloc en marbre aperçu furtivement lors de notre première mission est déclaré isolément le 26 mai 2002 par J.-F. Chierbert et G. Corporon. Situé selon les premières estimations à une cinquantaine de mètres des statues, ce parallélépipède de 1,80 m de long, est expertisé la même année par une deuxième équipe du DRASSM. Conduisant en effet des recherches sur plusieurs épaves lapidaires, entre Sète et Agde, M.-P. Jézégou et H. Bernard examinent ce bloc en détail et le dissocient du gisement Riches Dunes 4. Avec le mobilier trouvé alentour, il répond désormais à l’appellation Riches Dunes 52.

  • 3  Blanc-Bijon, Long 2005, p. 45-46.

4Mais au cours d’une nouvelle plongée d’exploration, le 10 mai 2003, la chance sourit de nouveau à N. Figuerolles. Cet habitué des lieux, qui connaît les moments propices pour plonger après chaque coup de mer, découvre un troisième objet exceptionnel à une quinzaine de mètres de la position des deux bronzes3. Le masque collé au fond par manque de visibilité, il tombe nez à nez avec le visage d'Apollon. Il s’agit cette fois d’un emblema de mosaïque, d’une cinquantaine de centimètres de côté, conservé dans son caisson de travertin. Légèrement incliné, l’objet, à demi dégagé du sable, laisse apparaître une partie de son décor : le jugement de Marsyas. Au moment de remonter la mosaïque qu’il sait menacée, l’inventeur sensibilisé par les problèmes de positionnement, laisse à sa place comme repère un mousqueton métallique. L’emblema est aussitôt confié au Laboratoire de restauration des mosaïques du musée d’Arles (MDAA), sous la direction de P. Blanc, tandis que V. Blanc-Bijon (CNRS-CCJ) est associée à l’étude.

5En 2003, des fouilles complémentaires sont reconduites séparément sur Riches Dunes 4 et Riches Dunes 5. Celles menées en juin sous ma direction doivent dresser le plan de Riches Dunes 4 et vérifier si les trois chefs d’œuvres font bien partie d’une même épave, tandis que M.-P. Jézégou poursuit en novembre l’exploration autour du bloc de marbre.

6En dépit d’une mauvaise visibilité, le contour du gisement Riches Dunes 4 apparait un peu plus clairement. Dispersé sur 85 m de long, le site est matérialisé à l’est par deux jas d’ancre, à l’ouest par le bloc de marbre. Il est encore difficile de préciser si nous sommes en présence d’un seul site ou de deux épaves mélangées. La partie la plus homogène du gisement mesure 50 m de long sur 20 m de large, elle s’apparente à une épave démembrée et « dilatée » par petit fond. Rares reliques du navire, des clous de charpente et des pièces de pompe de cale sortent enfin du sable. À la place de l’emblema et des statues émerge même maintenant une ancre romaine en fer. Dans sa concrétion ferrugineuse, elle a piégé des céramiques sigillées de la fin du ier siècle av. J.-C. qui offrent un repère chronologique précis.

7À 35 m de là, durant l’automne, le dévasage sur Riches Dunes 5 est élargi autour du bloc de marbre. Il livre de petits éléments de placage et d’architecture en marbre, qui peuvent avoir un rapport avec les statues et l’emblema dans le cas d’un transport d’objets décoratifs. Des plaques de doublage en plomb et des clous de charpente signalent là aussi les vestiges d’un navire, tandis que les fragments d’amphores et de céramiques, datés du ie ou du iiie siècle de notre ère, se démarquent nettement de la datation assignée par la vaisselle aux trois objets d’art

8En juillet 2004, lors de notre nouvelle campagne sur Riches Dunes 4, le retour progressif du banc de sable sous-marin recouvre maintenant la zone de fouille de près de deux mètres. Au fond d'un sondage profond, en entonnoir, l’ancre dégagée en 2003 livre de nouveaux fragments de céramiques sigillées qui confirment nos premières datations.

9En 2005 et 2006, au vu de l’ensablement persistant, une campagne de sondage acoustique est déclenchée à l’aide d’un sondeur à sédiment embarqué sur une petite vedette. La réalisation des mesures et leur traitement sont confiés à la société SOACSY qui utilise un sondeur paramétrique Innomar (SES-2000). Le positionnement des points par satellite est enregistré au moyen d’un DGSP Trimble DSM132/Omnistar, qui assure une précision planimétrique submétrique. Mais l’état agité de la mer oblige d’augmenter la vitesse du navire et crée en conséquence des anomalies acoustiques qui dégradent la qualité des signaux. Ces deux campagnes mettent néanmoins en exergue une douzaine d’anomalies ou d'évènements géologiques, à des profondeurs importantes (parfois - 8 m), plus proches de phénomènes naturels (résonance de poche de sable, interface sédimentaire) que de vestiges romains. Quoi qu’il en soit, l’apport sédimentaire excessif a raison de nos sondages profonds (jusqu’à 2,30 m dans le sable), empêchant toute vérification de ces points de croche.

10Au bilan, les diverses opérations menées sur le site des Riches Dunes plaident en faveur de plusieurs épaves mélangées. Ce phénomène reste vraisemblable dans un secteur où le bois des navires disloqués par petit fond n’est généralement pas conservé. Le recensement des épaves sur une plus large échelle, aux abords de la tour du Castellas et à proximité de Riches Dunes 4 et 5, illustre ce cas de mélange des cargaisons et les confusions liées à leur étude.

Les épaves autour des Riches Dunes

  • 4 Long 2003, p. 41.

11Une quinzaine d’épaves sont connues du DRASSM sur cette partie du littoral languedocien, entre Sète et Agde, face à l’étang de Thau4.

2a. Carte général...2a. Carte générale de localisation du site

2a. Carte générale de localisation du site

© Dessin Florence Richez.

2b Plan de répart...2b Plan de répartition des sites autour des Riches Dunes

2b Plan de répartition des sites autour des Riches Dunes

© Dessin Luc Long.

  • 5 Bernard, Robert, Terrer 2010, p. 262.

Comme aux Riches Dunes, il s’agit le plus souvent de regroupements d’objets épars sur de grandes superficies (environ 200 m2), sans réelles traces du navire. À l’évidence, la faible profondeur et les mouvements du sable qui couvrent et découvrent les épaves constituent un phénomène naturel et récurrent qui éparpille les regroupements d’objets et ne favorise pas la conservation des vestiges de bois. Si l’on excepte des gisements lapidaires antiques très éloignés des Riches Dunes (Les Tambours, au nord, en plage de Sète, Marseillan-Beauséjour au sud)5, cinq épaves se situent aux abords immédiats de la tour du Castellas, à quelques centaines de mètres de Riches Dunes 4 et 5. Trois sont antiques et, vu leur proximité, méritent d’être examinées en détail. Il s’agit de Riches Dunes 1-2, Riches Dunes 6 et Tour du Castellas 1 (fig. 2a, b).

  • 6  Pomey et al. 1989, p. 6 ; Jézégou 2001, p. 396.

12Les gisements Riches Dunes 1 et 2, espacés de 10 mètres l’un de l’autre, se situent à environ 750 m au sud de la tour du Castellas. Considérée d’abord comme une épave homogène, Riches Dunes 1 regroupe des amphores Dressel 1A très différentes et deux céramiques campaniennes de production et de chronologie distinctes6.

13Riches Dunes 2 paraît plus cohérent, avec un chargement de lingots de plomb et des amphores Dressel 20 au timbre de Caius Sempronius Polyclitus (première moitié du ier siècle ap. J .-C.). Roulés par les courants, des objets divers, provenant d’autres épaves ou d’un mouillage, se sont mêlés à cette épave. Il s’agit de deux amphores massaliètes (ive siècle av. J.-C.), un bloc en verre bleu et divers objets en bronze : poêlon, anse de situle, balance à curseur tardive (ve-viie siècles ap. J.-C.).

  • 7  Pomey et al. 1987-1988b, p. 5.

14Quatre galettes de cuivre découvertes en 19857, à 250 m au nord des lingots de Riches Dunes 2, constituent un gisement distinct, Riches Dunes 6, vraisemblablement d’époque impériale.

  • 8  Cf. infra.

15Enfin, l’épave Tour du Castellas 1, légèrement à l’est de la tour éponyme, gît à proximité du voilier américain Ellen Steven (1877) à côté duquel fut repêchée une tête d’Hermès en marbre8. Ce gisement antique comprend des amphores gréco-italiques de deux types (iie siècle av. J.-C.), quelques clous en bronze, un anneau en bois serti de plomb, un jas d’ancre en plomb et une petite ancre en fer. L’objet le plus remarquable est un trépied étrusque en bronze (début ve siècle av. J.-C.), qui n’a visiblement aucun rapport avec l’épave.

16Dans ce contexte, où les épaves sont très espacées, il se confirme que le gisement Riches Dunes 4-5 ne peut être confondu avec aucun autre. Il se trouve à 500 m au nord-est de Riches Dunes 1-2, à 400 m des lingots de cuivre de Riches Dunes 6, à 400 ou 500 m à l’ouest de Tour du Castellas 1.

  • 9 Long 2005b, p. 46.
  • 10 Lizé 1977, p. 138. Séjournant à Rome depuis le 20 septembre 1568 puis à Naples, au moment des fouil (...)

17Une dernière hypothèse a été émise à propos d’une galère de Philippe II sensée ramener à la cour d’Espagne quelques objets antiques originaires d’Italie9. La tête d’Hermès en marbre et le trépied étrusque en bronze auraient pu dans ce cas compléter un même lot, avec l’emblema et les deux statues en bronze ; l’excellent état de conservation de ces dernières, en dépit du séjour marin, reprenant ici tout son sens. Les archives mentionnent bien entre Sète et Agde, la perte en 1569 d’un vaisseau de l’amiral de Castille, Don Luis Zuniga y Requesens. Cet ambassadeur d’Espagne à Naples, vice-roi de Milan, a séjourné à Rome avant son départ10. De nombreux objets rattachables à un naufrage sont dispersés sur un vaste couloir et pourraient renforcer l’idée d’un transport d’antiques au xvie siècle. Une ancre grappin, de nombreuses concrétions, une cloche en bronze dont l’un des écussons évoque les armoiries de Don Luis Zuniga y Requesens, matérialisent peut-être plus à l’est, sur la plage du Listel, les vestiges très dispersés du vaisseau espagnol. Sur Riches Dunes 4, des fragments de vaisselle vernissée moderne et une assiette en étain confortaient cette hypothèse séduisante. Néanmoins, les recherches en plongée n’ont pu vérifier la présence de ce vaisseau et l’existence d’une ou de deux épaves romaines sur le gisement Riches Dunes 4-5, matérialisées par des clous et de petits objets, élude vraisemblablement, désormais, tout rapport avec un naufrage d’époque moderne.

Riches Dunes 4 

18Contrariées par les mauvaises conditions de plongée et le retour progressif du banc de sable, les fouilles menées de 2002 à 2005 ont permis de faire l’état des lieux et de dresser un plan de la zone. L’objectif principal consistait à retrouver les indices d’une épave et dissocier les éléments qui lui sont extérieurs. Comme les statues et l’emblema, les objets en place sont associés à une couche d’argile dure de couleur gris-noir, substrat vaseux terriblement dense et vierge. À l’inverse, les éléments potentiellement étrangers au site sont décollés du substrat vaseux et peuvent dans ces parages naviguer sur des kilomètres dans la couche de sable en mouvement, sans jamais se fixer. Ils présentent toujours, dans ce cas, des altérations dues à l’érosion marine.

3. Riches Dunes 4...3. Riches Dunes 4 et 5

3. Riches Dunes 4 et 5

Plan de répartition des objets dans le site.

© Dessin Luc Long.

19Au total, les gisements Riches Dunes 4 et 5 s’étendent sur 85 m de long. La partie la plus homogène du site mesure 50 m de long pour 20 m de large, avec l’ancre et l’emblema à l’est, le bloc de marbre à l’ouest (fig. 3). Cette surface peut regrouper les vestiges de deux navires partiellement mélangés ou d’une seule épave. Un navire de 15 à 20 m de long, démembré et fragmenté par petit fond, peut couvrir à lui seul toute la zone.

20Sur notre plan, la position des statues, calculée par recoupement, n’est précise qu’à quelques mètres, au demeurant, celle de l’emblema est confortée au centimètre près par le repère métallique déposé à sa place. Dans ce large couloir, plusieurs concrétions métalliques jalonnent le sol. Les concrétions A et B, à 15 m à l’est de l’emblema, sont peut-être à l’extérieur du site. La concrétion B est visiblement liée à des barres de fer.

21Plus à l’est, à 35 m de l’emblema, deux ancres, matérialisées par leur jas en plomb, ont peut-être été mouillées lors d’une manœuvre désespérée pour éviter au navire de s’échouer en plage. Les concrétions métalliques C, D et E (une ancre en fer et vraisemblablement des éléments de son jas) sont au centre du dispositif. Elles décrivent un axe est-ouest matérialisé sur 25 m de long par une première filière. C’est au centre de cet axe, à environ 6 ou 7 m vers le large, que gisaient les deux statues en bronze.

4. Riches Dunes 44. Riches Dunes 4

4. Riches Dunes 4

Tuyaux de plomb de la pompe de cale d'un navire.

© Dessin Luc Long.

5. Riches Dunes 45. Riches Dunes 4

5. Riches Dunes 4

Bagues en bronze d'un système de pompe de cale.

© Photo Stéphane Cavillon.

6. Riches Dunes 46. Riches Dunes 4

6. Riches Dunes 4

Clous en cuivre.

© Dessin Luc Long.

22Ensuite, une deuxième filière bifurque vers le sud, parallèlement à la plage. Elle atteint, à 14 m au sud-ouest de C1, une feuille de plomb roulée. La fouille minutieuse le long de ces deux axes a mis au jour des éléments relatifs à l’équipement et à la carène d’un navire antique. C'est d’abord le cas d’un tuyau en plomb de la pompe de cale, doté d'une collerette à chaque extrémité, localisé à 6 m au nord de la concrétion E (fig. 4), puis deux bagues en bronze, qui relèvent également du système de pompage, à 14 m au sud du tuyau (fig. 5). À environ 15 m au sud de cette deuxième filière, une urne en plomb écrasée se rattache également au système de pompage des eaux de la sentine. Enfin, à l’articulation des deux filières, dans l'espace compris entre la concrétion E, les deux bagues en bronze et une feuille de plomb roulée (zones C1 et C2), est apparu sous 20 à 50 cm de sable un grand nombre de clous en cuivre. Ces clous de section carrée se rangent en trois formats ; les grands ont une longueur supérieure à 17 cm, les clous de module moyen mesurent entre 12,5 et 15 cm, les petits 10,1 cm. Tous ces clous confirment bien la présence d’une carène de navire antique dont le bois a entièrement disparu (fig. 6).

  • 11 Gianfrotta, Pomey 1981, p. 307.
  • 12 Joncheray 1975a, p. 14 ; 1975b, p. 117.

23Au vu de sa position, l’ancre romaine en fer (concrétion C), découverte en 2003 dans la couche de vase, à côté de l’emblema, appartient très vraisemblablement au navire. Longue de 2,20 m pour 80 cm d’envergure et 35 cm d’épaisseur, elle désigne une embarcation de tonnage moyen pouvant atteindre au moins une quinzaine de mètres de long. À poste sur l’une des extrémités du bateau, ou remisée en fond de cale, elle a piégé dans sa corrosion quelques objets contemporains appartenant au navire. À titre d’exemple, l’association d’objets aux ancres du navire est fréquente. Sur l’épave de Montecristo, en Italie, une douzaine de coupes à vernis noir du chargement, une meule et une céramique du bord ont été emprisonnées dans la concrétion de l’ancre11. Sur l’épave Dramont C, près de Saint-Raphaël, c’est un pelvis, sur celles du Dramont D et F, ce sont des amphores de la cargaison12.

7a. Riches Dunes 47a. Riches Dunes 4

7a. Riches Dunes 4

Céramiques arétines agglomérées à la concrétion d'une ancre.

© Photo Luc Long.

7b. Riches Dunes 47b. Riches Dunes 4

7b. Riches Dunes 4

Céramiques arétines, 1) coupe Goudineau 2 ; 2) plat Goudineau 1.

© Dessins Luc Long.

  • 13  Forme Sig. It 1.1, Goudineau 1968 ; Pucci 1985 ; Dicocer 1993. L’un des deux fragments peut néanmo (...)
  • 14  Forme Sig. It. 7, Dicocer 1993, p. 556.
  • 15  Forme Sig. It 10.1.
  • 16  Forme Sig. It. 36.1.

24Selon ce principe, l’ancre de Riches Dunes 4 a ainsi amalgamé des fragments de céramique sigillée arétine, une anse d’amphore et un outil. Issu d’un service homogène, les tessons de vaisselle agglomérés se rapportent à deux assiettes Goudineau 1 (entre 40 et 15 av. J.-C)13 ; une coupe Goudineau 2 (entre 40 av. J.-C. et 10 ou 25 de notre ère)14 ; un fond de patère guillochée Goudineau 6 (entre 30 et 10 av. J.-C.)15 ; un fond de grand plat de la famille des bols Goudineau 21 (entre 30 av. J.-C. et le changement d’ère)16, enfin une anse d’amphore grecque, de Chios (entre les années 50 av. J.-C. et le changement d’ère), ou rhodienne, (diffusée jusque vers 25 av. J.-C.) (fig. 7a, b).

  • 17  La Voie de Rome 2008, p. 21.

25En marge de ce mobilier très homogène, fixé en place, d’autres objets très divers, roulés par le courant et l’action de la houle, sont éparpillés à la surface du site. Délogés de la vase et remis en mouvement par la mer, ils constituent des intrusions dangereuses pour l’étude des épaves qu'ils perturbent. Les plus anciens sont des vases non tournés du Néolithique et deux amphores massaliètes du ive siècle av. J.-C., tandis que le groupe le plus important, qui n’est guère homogène, comprend une dizaine de panses d’amphores Dressel 1A datées entre 130 et 50 av. J.-C. Elles ne peuvent provenir de Riches Dunes 1, à 500 m au sud-ouest de Riches Dunes 4, car le courant principal sur ce littoral est contraire. Les Dressel 1 sont néanmoins fort nombreuses sur tout le littoral gaulois et ont même été produites par des ateliers agathois17.

8. Riches Dunes 48. Riches Dunes 4

8. Riches Dunes 4

Mobilier épars : 1 et 2) vases non tournés ; 3 et 4) amphores massaliètes ; 5) Dressel 2/4 ; 6 et 7) Dressel 20 ; 8 et 11) Haltern 70 ; 9) céramique arétine ; 10) Lamboglia 2.

© Dessins Luc Long.

26On dénombre ensuite un col d’amphore Lamboglia 2, du ier siècle av. J.-C., puis du mobilier fragmenté d’époque républicaine tardive ou impériale : deux amphores Dressel 2-4, deux amphores Haltern 70, deux amphores Dressel 20, dont l’une est timbrée CQS, une anse d’amphore égéenne (ier-iiie siècle ap. J.-C.) et une amphore africaine du Bas-Empire. Le petit mobilier comprend une tegula, un pelvis, une lampe en plomb, quelques fonds d’assiettes vernissées modernes et une assiette en étain du xvie siècle (fig. 8). Un autre fond de grand plat en céramique sigillée arétine décoré de 4 timbres (lettres VI ou AV ?), de la famille des bols Goudineau 21 (entre 30 av. J.-C. et le changement d’ère), pourrait s’apparenter au groupe de l’ancre, renforçant ainsi la chronologie attribuée au naufrage.

9. Riches Dunes 49. Riches Dunes 4

9. Riches Dunes 4

Chronologie d'après la céramique.

© DAO Luc Long.

  • 18  Hesnard et al. 1988.

27Au bilan, il y a de fortes présomptions pour penser que le navire, matérialisé aux Riches Dunes par une ancre en fer, divers éléments de la pompe de cale et de nombreux clous de charpente, transportait bien les deux statues en bronze et l’emblema. Ces objets denses et métalliques, qui offrent moins de prise au courant et à la houle, se sont très vite fixés au sol argileux. Collée à l’ancre, la céramique sigillée demeure dans ce cas le seul mobilier léger immobilisé sur place. Excellent fossile directeur, elle situe le naufrage à la fin du ier siècle av. J.-C., probablement entre 30 et 15 av. J.-C. s'il s'agit d'une cargaison, quelques années plus tard pour un mobilier de cabine. Même si, dans ce dernier cas, la céramique de bord pouvait déjà dater de quelques années, le naufrage reste toujours antérieur au changement d’ère (fig. 9). Ce type de vaisselle est fréquent sur les navires originaires d’Italie, à la fin du ier siècle avant notre ère ou dans les toutes premières décennies du ier siècle ap. J.-C. On citera à titre d’exemple la céramique arétine de l’épave Grand Ribaud D, qui date le naufrage entre 9 av. J.-C. et le changement d’ère18.

Riches Dunes 519

  • 19  Je remercie vivement ma collègue Marie-Pierre Jézégou pour les informations aimablement transmises (...)

28

10a. Riches Dunes 510a. Riches Dunes 5

10a. Riches Dunes 5

Dévasage autour du bloc de marbre.

© Dessin H. Bernard et M.-P. Jézégou.

10b. Riches Dunes 510b. Riches Dunes 5

10b. Riches Dunes 5

Base en marbre.

© Photo M.-P. Jézégou.

  • 20  Bernard, Jézégou 2005, p. 52.
  • 21  Bernard, Jézégou, Blanc à paraître.
  • 22  Cette position inhabituelle de l’épave est interprétée par les fouilleurs comme une erreur de navi (...)

29La fouille menée en 2002 et 2003 par M.-P. Jézégou et H. Bernard sur Riches Dunes 5, a porté sur un rayon de 5 ou 6 mètres autour du bloc de marbre, à 35 m à l’ouest de Riches Dunes 420. Une quarantaine d’objets ont été localisés, principalement des éléments de placage de marbre, quelques petites concrétions, des fragments de poteries et des clous de cuivre (fig. 10a, b). Là aussi, le sédiment de surface, très meuble, est visiblement déplacé au gré de la houle et le mobilier de cette couche de sable n’est plus directement au contact du substrat. Toutefois, les fouilleurs considèrent que les objets retrouvés dans le sédiment meuble, qui ne sont plus à leur emplacement d’origine, ne doivent pas pour autant être exclus du site21. Du navire lui-même, des traces évanescentes sont les seules reliques comme sur Riches Dunes 4 et plus généralement sur les côtes sableuses : fragments de plaques de doublage de plomb froissés, portion de tuyau de plomb avec sa collerette provenant de la pompe de cale, concrétions et clous en cuivre de section carrée. Si ces vestiges peuvent avoir été apportés par les courants marins et la houle, la présence d’alignements de clous en bronze dans le substrat confirme la présence d’une épave en place et matérialise encore précisément, selon M.-P. Jézégou, le tracé de l’ossature du navire. Son axe est, curieusement dans ce cas, orienté nord-ouest/sud-est, soit perpendiculairement à la côte. De fait, sur cette partie du littoral français, la côte est orientée nord-est/sud-ouest et toutes les épaves sont habituellement disposées en travers de la houle, parallèlement à la côte et aux bancs de sable sous-marins22.

11. Riches Dunes 511. Riches Dunes 5

11. Riches Dunes 5

Tête d'Ibis.

© Photo M.-P. Jézégou.

30La cargaison du navire paraît constituée de plaques et d'objets décoratifs en marbre, à usage domestique. La pièce principale, d’un poids estimé à 3,3 t, est un grand bloc de marbre blanc des carrières de Dokimeion, orienté nord-ouest/sud-est, dans l’axe du navire. Il n'est pas brut de carrière puisque l'une de ses extrémités est taillée en demi-cercle. Il mesure 1,83 m de long, 77 cm de large et 48 cm d’épaisseur. De nombreux fragments de placage et des supports de marbre sont dispersés autour du bloc. On compte 21 plaques de marbre blanc gris de Proconnèse, toutes fracturées (28 cm x 20 cm, ép. 0,8 à 2,7 cm), dont l’une, triangulaire, se distingue par des dimensions plus importantes (44,2 x 55,5 cm, ép. 5 cm). Il y a par ailleurs 3 plaques supports de marbre blanc (19 à 22 cm de long, 9 à 11 cm de large, 2,5 à 4 cm d’ép.), dotées d’orifices tangents ou perpendiculaires pour le passage de tiges métalliques de scellement qui ont laissé des traces de rouille. Deux des trois supports rectangulaires sont en marbre de Carrare tandis que le troisième est en marbre de Thasos. Une colonnette en marbre blanc de Carrare, haute de 50,4 cm, très légèrement tronconique, peut s’adapter à une base ionique trouvée à proximité. Par sa forme, notamment une plinthe épaisse, cette base en marbre pentélique date peut-être de l’époque julio-claudienne, même si, comme le pensent les fouilleurs, la prudence s’impose lorsqu’on rattache aux canons de l’architecture monumentale des éléments de petit module. Enfin, une petite tête d’Ibis en plomb, de 12,5 cm d’envergure, à proximité de la colonnette, présente à la base du col des traces d’arrachement (fig. 11).

31Le mobilier de bord susceptible d’être rattaché à cette épave comprend un pelvis à lèvre débordante, anépigraphe, une tuile, peut-être relative au toit de la cabine, une meule, un petit bord de dolium et un col d’amphore Gauloise 4 collé à une concrétion de clou, daté entre la fin du iie siècle et le iiie siècle de notre ère. L’absence de timbre sur le mortier peut être caractéristique d’une datation tardive, postérieure à 160 ap. J.-C.

Conclusion

  • 23  La perte du voilier américain Ellen Stevens, à quelques centaines de mètre des Riches Dunes, illus (...)

32L’examen des données recueillies sur l’ensemble du gisement Riches Dunes 4 et 5 confirme l’existence par faible profondeur d’une ou deux épaves romaines totalement détruites par la mer. Le cas d’épaves partiellement superposées, dont les effets et les cargaisons se sont partiellement mélangés, est fréquent et ne doit pas nous étonner outre mesure. On sait en outre, grâce aux archives, que la destruction totale d’une épave dans ces parages est excessivement rapide23.

33La répartition du mobilier peut donc s’établir ainsi :

  • L’épave Riches Dunes 4, avec les deux statues en bronze et l’emblema, a probablement fait naufrage dans le dernier quart du ier siècle av. J.-C., comme paraît le confirmer la vaisselle arétine associée à l’ancre.

  • L’épave Riches Dunes 5 renferme, outre une petite tête d’Ibis en plomb, des objets en marbre, notamment un grand bloc et des éléments décoratifs disparates, pour l’essentiel des plaques de remploi. Les céramiques et un col d’amphore situent dans ce cas le naufrage à une époque plus tardive, au iie ou iiie siècle ap. J.-C. 

  • 24  Mille 2009.
  • 25  Pomey 1997, p. 88.

34À ce niveau de l’étude, compte tenu des maigres éléments relatifs aux navires et du bouleversement du fond marin, cette répartition en deux sites distincts peut constituer un bon compromis. L’hypothèse du double naufrage est, en outre, corroborée par l’analyse de B. Mille sur un échantillonnage de clous provenant des deux sites24. Les clous de Riches Dunes 4, à tête relativement large et aplatie, sont en cuivre non allié, à très faible taux d’impuretés. Ceux de Riches Dunes 5, à tête plus conique et tige plus grêle, sont en bronze faiblement allié et renferment nettement plus d’impuretés. Si ces résultats, basés sur la typologie et la composition élémentaire du métal, ne permettent pas de rattacher avec certitude ces clous à deux épaves distinctes, ils renforcent néanmoins l’hypothèse d’un double naufrage à peu de distance l’un de l’autre. Dans les deux cas, le tonnage paraît dérisoire et, en l’absence de lest, il faut admettre que leur chargement a été dispersé par la mer ou récupéré après le naufrage. Le tonnage d’un petit caboteur d’une quinzaine de mètres de long, dimension minimale de ces navires au vu de la taille des clous et de celle des ancres, pouvait varier entre 10 et 20 tonnes de port en lourd25. Parmi les indices de ces cargaisons hypothétiques, outre l’existence possible d’autres œuvres d’art ou de denrées périssables,on rappellera sur Riches Dunes 4 la présence d’au moins une amphore grecque et sur Riches Dunes 5 d’une amphore gauloise G4.

  • 26  Cette solution a également été envisagée par l’équipe qui fouille Riches Dunes 5 (Bernard, Jézégou (...)
  • 27  À titre d’exemple, on citera le ketch-brigantin Arc, perdu dans ce secteur le 3 janvier 1753 devan (...)
  • 28 Pomey 1970 ; Pomey 1997, p. 96 ; Pomey 2002, p. 11.

35Au demeurant, face à un gisement aussi dégradé, aucune solution n’est parfaitement satisfaisante. Si, comme nous venons de le voir, l’hypothèse de deux épaves s’appuie sur un faisceau d’arguments relativement convaincants : nature des chargement, localisation des objets, orientation des navires, chronologie des deux ensembles et disparité des clous de charpente, celle d’une épave unique ne peut être totalement exclue26. Un seul et même bateau, disloqué par les tempêtes, peut s’être fragmenté longitudinalement ou transversalement. En se détachant de quelques dizaines de mètres du reste du navire, une partie de la coque entraîne alors avec elle des éléments lourds de la cargaison qu’elle dissocie du groupe principal27. On connaît sur ce point la faiblesse congénitale et structurale de la carène des bateaux romains au niveau de la quille avant que ne se développe sous l’Empire l’usage de grandes broches en cuivre28. Une fois fracturée et arrachée par le banc de sable, la quille ne soude plus entre elles les deux moitiés longitudinales du navire. Mais d'autres arguments plaident en faveur d’un naufrage unique. Ainsi, n’est-il pas certain qu’un bateau romain utilise toujours d’un bout à l’autre de sa charpente des séries de clous parfaitement homogènes. Sur ce point, les analyses effectuées sur les clous de Riches Dunes 4 et 5 n’ont porté au total que sur neuf individus alors qu’un navire romain en renferme plusieurs centaines, voire plusieurs milliers selon sa taille. Quant aux deux tuyaux en plomb découverts à 30 mètres de distance, l’un sur Riches Dunes 4, l’autre sur Riches Dunes 5, ils sont très semblables et peuvent avoir appartenu à la même pompe ; on les retrouve généralement par deux sur les navires.

  • 29 Rolley 2003, p. 28-58.
  • 30  Blanc-Bijon, Long à paraître.

36Du point de vue chronologique, dans le cas d’un naufrage unique, la question se complique. La question est de savoir, toutefois, si la partition entre la chronologie haute de Riches Dunes 4, à la fin du ier siècle av. J.-C et la datation beaucoup plus tardive de Riches Dunes 5, vers la fin du iie siècle ou au début du iiie siècle ap. J.-C., peut être révisée. Sur ce point, la vaisselle sigillée collée à l’ancre présente en principe des garanties d’appartenance au navire. Homogène et cohérente, elle fournit une fourchette chronologique haute à l’épave Riches Dunes 4 qui convient assez bien aux statues en bronze et à l'emblema. Je renvois à ce propos, dans ce même volume, aux études spécifiques menées par Cl. Rolley , B. Mille et V. Blanc-Bijon. L'étude des statues, qui repose sur une série de critères stylistiques, décoratifs, métallurgiques, et sur leur interprétation historique, situe leur production en parfaite cohérence avec les sigillées arétines de Riches Dunes 4, à la fin du ier siècle av. J.-C.29. De même, celle de l'emblema, au vu d'arguments stylistiques et de son support en travertin, rattache l'objet au cercle des artisans orientaux qui exercent à Rome vers le milieu du ier siècle av. J.-C., voire à l'époque triumvirale30.

  • 31  Blanc, Bromblet 2009, p. 86.
  • 32  Gros 2001, p. 495. Le listel supérieur de la scotie avance, en outre, jusqu'à l'aplomb de la tange (...)

37À l’inverse, sur Riches Dunes 5, la datation d’un bon nombre d’objets est fluctuante, aussi bien pour la tête d’Ibis, fréquente à l’époque ptolémaïque, que pour les nombreux éléments de marbre du chargement. Ainsi, la pierre extraite des carrières phrygiennes de Dokiméion, dans laquelle a été taillé le grand bloc, est attestée en Gaule au ier siècle av. J.-C. C’est ce que confirme, par exemple, le portrait de César découvert dans le Rhône, à Arles31. Pour les autres marbres, une datation plus haute n’est pas à exclure, au contraire. Ainsi, la base attique qui sert de support à une colonnette présente deux tores de hauteur assez proche, aux proportions caractéristiques des modèles hellénistiques32.

38Par ailleurs, les fragments d’amphores et de céramiques dévasés autour du bloc de marbre étaient détachés du substrat, il peut donc s'agir d'objets erratiques comme le reconnaissent les fouilleurs. Au demeurant, dans l’hypothèse où ils appartiennent bien au navire, rien n’empêche de dater de la fin du ier siècle av. J.-C. un mortier anépigraphe, une meule, une tegula et un fragment de petit dolium. Le col d’amphore gauloise attaché à une petite concrétion, assurément plus tardif, a pu être tout simplement déplacé par la houle, comme semble le confirmer l'aspect très émoussé des fractures.

  • 33  Pomey 1970.
  • 34  L’épave antique la plus tardive avec un doublage en plomb semble être celle de Procchio, près de l (...)
  • 35 Joncheray 1988, p. 83.
  • 36 Alfonsi, Gandolfo 1988, p. 74.
  • 37 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 61.
  • 38 Hesnard et al. 1988, p. 116.
  • 39  Joncheray 1975a, p. 12.

39Pour ce qui concerne la datation du navire lui-même, dans le cas d'un naufrage unique, l’utilisation de clous en cuivre ou en alliage cuivreux, fréquents sous la République ou à l’époque augustéenne, est plus rare au iiie siècle où prédominent les clous de fer33. De même, le revêtement en plomb de la coque, associé à Riches Dunes 5, est rarissime à une époque aussi tardive34. Enfin, l'utilisation d'une urne en plomb pour recueillir les eaux de la sentine est principalement attestée au ier siècle av. J.-C et au tournant de notre ère. C'est le cas sur les épaves Cap Gros35, Île Rousse36, Grand Rouveau37, Grand Ribaud D38 et Dramont D39.

  • 40  Baudoin et al. 1994 ; Feugère 2003.
  • 41  Il manque les ailes et les bras de l’Éros, la main gauche, les pendentifs et le socle du jeune gar (...)

40On le voit, l’affaire ne peut être tranchée facilement et le naufrage d’un seul navire à la fin du ier siècle av. J.-C. est fort possible. Le regroupement d’éléments lapidaires (plaques, supports, base et colonnette) avec les statues et l’emblema nous renvoie dès lors à l’idée d’un navire chargé de marbres et objets d’art. Au ier siècle av. J.-C., face à l’engouement des Romains pour l’art hellénistique, le commerce par voie maritime des statues en bronzes et des objets d’architecture en marbre est extrêmement lucratif. On gardera à l’esprit quelques épaves attachées à ce trafic : Mahdia, près des côtes tunisiennes, Anticythère, en mer Égée, et, plus près de nous, Fourmigue C, à Golfe-Juan, et SM4, à l’est des Saintes-Maries-de-la-Mer40. Au demeurant, par son faible volume, l’épave des Riches Dunes ne reflète pas les besoins d’un programme architectural, mais plutôt une commande privée visant l’ornementation d’une riche demeure romaine en Gaule ou de son jardin. De nombreux objets ont, à bord, une origine orientale, comme le confirment certains marbres, la tête d’Ibis et le jeune garçon en bronze, que Cl. Rolley  rattachait à l’Egypte ptolémaïque. Toutefois, l’origine italienne de quelques plaques de marbre et de l’emballage de l’emblema élimine l’idée d’un navire venu directement d’Alexandrie. Enfin, si l’on excepte le grand bloc à peine dégrossi, peut-être une commande de stèle comme le pense M.-P. Jézégou, force est de constater que les marbres usagés et les statues en bronze partiellement mutilées évoquent un commerce de récupération41. Aucun des éléments manquants n’ayant été retrouvé sur place, ces fractures paraissent plutôt antérieures à l’embarquement. Il est peu probable, toutefois, que de telles sculptures fussent commercialisées pour le prix du métal. À en croire Cicéron, au ier siècle av. J.-C., lors de sa correspondance avec Atticus, la recherche des œuvres d’art reste une préoccupation constante chez les riches notables et la représentation du jeune garçon, même mutilée, conserve sans doute encore au changement d’ère une forte valeur artistique. On peut se demander, par ailleurs, si les plaques et les supports de marbres, incomplets et de faible valeur commerciale, ne servaient pas plutôt à caler des marchandises dans le navire.

41En conclusion, même si nous privilégions l’idée d’une seule épave échouée vers la fin du ier siècle av. J.-C., le gisement des Riches Dunes reste problématique et n’est pas d’une étude facile. Son dossier devra, en conséquence, être réexaminé au fur et à mesures des découvertes et des avancées en ce domaine. Pour l’instant, on le voit, toutes les hypothèses doivent être encore considérées avec prudence.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Alfonsi, Gandolfo 1988 : H. Alfonsi, Ph. Gandolfo, « Note sur la pompe de cale de l’épave de dolia de l’Île Rousse », Cahiers d’archéologie subaquatique, VII, 1988, p. 69-75.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Baudoin et al. 1994 : C. Baudoin, B. Liou, L. Long, « Une cargaison de bronzes hellénistiques. L’épave Fourmigue C à Golfe-Juan », Archaeonautica, 12, 1994.
DOI : 10.3406/nauti.1994.1142

Bernard, Jézégou 2005 : H. Bernard, M.-P. Jézégou, « Carte archéologique du Languedoc 2003 : les Riches Dunes 5 à Marseillan », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2003, ministère de la Culture, 2005, p. 52-55.

Bernard, Jézégou, Blanc à paraître : H. Bernard, M.-P. Jézégou, Ph. Blanc, L’épave Riches Dunes 5 à Marseillan (Hérault) : un transport d’objets décoratifs à usage domestique au iie siècle après J.-C., Aix-en-Provence, à paraître.

Bernard, Robert, Terrer 2010 : H. Bernard, R. Robert, D. Terrer, « Fouilles sous-marines et découvertes archéologiques : le commerce du marbre, Sète (Hérault) – L'épave antique de marbre Plage de Sète 2 », dans X. Delestre et H. Marchesi (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherche, (Actes du colloque d'Arles, 28-29-30 octobre 2009), Errance, 2010.

Blanc, Bromblet 2009 : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, « Déterminer l’origine des marbres sculptés », dans L. Long et P. Picard (dir.), César. Le Rhône pour mémoire, Vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, Arles, 2009, p. 84-87.

Blanc-Bijon, Long 2005 : V. Blanc-Bijon, L. Long, « Épave Riches Dunes 4 : description de l’emblema », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2003, ministère de la Culture, 2005, p. 46-47.

Blanc-Bijon, Long à paraître : V. Blanc-Bijon, L. Long, « L’emblema de mosaïque découvert en mer, au large du Cap d'Agde », dans La Mosaïque gréco-romaine, IX, Coimbra, à paraître.

Blanc-Bijon, Long et al. 2008 :V. Blanc-Bijon, L. Long, P. Blanc, M.-L. Courboulès, « L’emblema découvert en mer, au large d’Agde. Technique de fabrication : technique de restauration », dans IXe Conférence internationale sur la conservation de la mosaïque (ICCM), (Hammamet, 28 novembre - 3 décembre 2005), Tunis/Los Angeles, 2008, p. 340-343.

Corsi-Sciallano, Liou 1985 : M. Corsi-Sciallano, B. Liou, « Les épaves de Tarraconaise à chargement d'amphores Dressel 2-4 », Archaeonautica, 5, éd. CNRS, 1985.

Dicocer 1993 : Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale, dir. M. Py, Lattara 6, Lattes, 1993.

Feugère 2003 : M. Feugère, « Le commerce antique des bronzes d’art », dans Mystère des bronzes antiques, cat. exp. (musée de l’Ephèbe, Le Cap d'Agde), Le Cap d'Agde, 2003, p. 62-63.

Gianfrotta, Pomey 1981 : P.-A. Gianfrotta, P. Pomey, L’Archéologie sous la mer, Paris, 1981.

Golf 1998 : A. Golf, Ellen Steven, rapport de sondage 1998, DRASSM 98-68.

Goudineau 1968 : C. Goudineau, La Céramique arétine lisse, Fouilles de l’École française de Rome, t. IV, Bolsena, 1968.

Gros 2001 : P. Gros, L'Architecture romaine, 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hesnard et al. 1988 : A. Hesnard, M.-B. Carré, M. Rival, « L’épave romaine Grand Ribaud D (Hyères, Var) », Achaeonautica, 8, 1988.
DOI : 10.3406/nauti.1988.1135

Illouze 1988 : A. Illouze, Épaves de Camargue d’Aigues-Mortes à Fos-sur-Mer, du xve au xixe siècle. Contribution à l’histoire des naufrages, Nîmes, 1988.

Jézégou 2001 : M.-P. Jézégou, F. Leroy, A. Cablat et al.,« Découvertes sous-marines », dans M. Lugand et I. Bermond (dir.), Agde et le bassin de Thau, Paris, 2001, p. 387-408.

Jézégou 2003 : M.-P. Jézégou, « Les Riches Dunes 5 à Marseillan », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2002, ministère de la Culture, 2003, p. 47.

Joncheray 1975a : J.-P. Joncheray, « Étude de l’épave Dramont D : Les objets métalliques », Cahiers d’archéologie subaquatique, IV, 1975, p. 5-18.

Joncheray 1975b : J.-P. Joncheray, « Une épave du Bas-Empire : Dramont F », Cahiers d’archéologie subaquatique, IV 1975, p. 91-146.

Joncheray 1988 : J.-P. Joncheray,« L’épave du cap Gros, matériel du ier siècle av. J.-C., pompe de cale en bois », Cahiers d’archéologie subaquatique, VII, 1988, p. 57-83.

La Voie de Rome 2008 : La Voie de Rome. Entre Méditerranée et Atlantique, le port d’Agde, C. Sanchez (dir.), cat. exp. (Pessac, Archéopôle d'Aquitaine, 2008-2009), Pessac/Paris, 2008.

Lizé 1977 : P. Lizé, Répertoire de naufrages en Manche, Atlantique et Méditerranée, Dreux, 1977.

Long 2003 : L. Long, « Les Riches Dunes 4 », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2002, ministère de la Culture, 2003, p. 42-43.

Long 2005a : L. Long, « Les Riches Dunes 4, étude de terrain », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2003, ministère de la Culture, 2005, p. 40-44.

Long 2005b : L. Long, « Épave dite de la Sancta Maria, plage du Listel, entre Marseillan et Sète », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2003, ministère de la Culture, 2005, p. 46-47.

Long, Blanc-Bijon 2005 : L. Long, V. Blanc-Bijon : « Épave Riches Dunes 4 : description de l’emblema. », Bilan scientifique du Drassm, 2003, 2005, p. 44-46.

Masson, Crauchet 1997 : M. Masson, L. Crauchet, Évolution du littoral Languedoc-Roussillon de 1945 à nos jours, rapport de première phase, CETE Méditerranée, IPSEAU, étude no 96-66-086, mars 1997.

mille 2009 : B. Mille, Analyse de clous de charpente de navire, alliage cuivreux, sites de Riches-Dunes 4 et Riches-Dunes 5 (Marseillan-Plage, Hérault), compte rendu d'étude du C2RMFR17581 du 25 mai 2009.

Parker 1992 : A.-J. Parker, Ancient Shipwrecks of the Mediterranean & the Roman Provinces, BAR International Series 580, Oxford, 1992.

Pomey 1970 : P. Pomey, Recherches sur la construction navale à l’époque romaine, mémoire de maîtrise sous la direction de G. C. Picard, Paris, 1970.

Pomey 1997 : P. Pomey, La Navigation dans l’Antiquité, Aix-en-Provence, 1997.

Pomey 2002 : P. Pomey, « Remarque sur la faiblesse des quilles des navires antiques à retour de galbord », dans L. Rivet et M. Sciallano (dir.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac, 2002.

Pomey et al. 1989 : P. Pomey, L. Long, M. L’Hour, F. Richez, « Recherches sous-marines », Gallia informations 1987-1988, 1, Paris, CNRS, 1989, p. 2-78.

Pucci 1985 : G. Pucci, Terra sigillata italica, Atlante delle forme ceramiche, 2. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo, Rome, 1985, p. 359-406.

RMC 1880 : Revue maritime et coloniale, ministère de la Marine et des ses Colonies, Nancy, 1880.

Rolley 2003 : Cl. Rolley, « Analyse stylistique de l’Enfant Romain », dans Mystère des bronzes antiques, cat. exp. (musée de l’Ephèbe, le Cap d'Agde), le Cap d'Agde, 2003, p. 57-59.

Notes

1  Masson, Crauchet 1997.

2  Jézégou 2003, p. 47.

3  Blanc-Bijon, Long 2005, p. 45-46.

4 Long 2003, p. 41.

5 Bernard, Robert, Terrer 2010, p. 262.

6  Pomey et al. 1989, p. 6 ; Jézégou 2001, p. 396.

7  Pomey et al. 1987-1988b, p. 5.

8  Cf. infra.

9 Long 2005b, p. 46.

10 Lizé 1977, p. 138. Séjournant à Rome depuis le 20 septembre 1568 puis à Naples, au moment des fouilles de la Villa Hadriana, le Commandant Mayor embarque à Civitavecchia le 24 mars 1569 pour Barcelone. Après une escale à Gênes et ne pouvant s’arrêter à Marseille, l’escadre, forte de 24 navires, essuie une tempête dans le golfe du Lion le 18 avril : quatre bateaux sombrèrent, les autres subirent de grosses avaries.

11 Gianfrotta, Pomey 1981, p. 307.

12 Joncheray 1975a, p. 14 ; 1975b, p. 117.

13  Forme Sig. It 1.1, Goudineau 1968 ; Pucci 1985 ; Dicocer 1993. L’un des deux fragments peut néanmoins appartenir aussi à un plat Goudineau 43 (entre 10 av. J.-C et 50 ap. J.-C.).

14  Forme Sig. It. 7, Dicocer 1993, p. 556.

15  Forme Sig. It 10.1.

16  Forme Sig. It. 36.1.

17  La Voie de Rome 2008, p. 21.

18  Hesnard et al. 1988.

19  Je remercie vivement ma collègue Marie-Pierre Jézégou pour les informations aimablement transmises sur ce site.

20  Bernard, Jézégou 2005, p. 52.

21  Bernard, Jézégou, Blanc à paraître.

22  Cette position inhabituelle de l’épave est interprétée par les fouilleurs comme une erreur de navigation, le navire s'étant jeté en plage en cherchant à accéder à l'étang par un grau.

23  La perte du voilier américain Ellen Stevens, à quelques centaines de mètre des Riches Dunes, illustre bien les condition de naufrage d’un navire antique : « En raison du temps extrêmement mauvais, il ne put entrer dans le port de Sète et regagna le large. Poussé dans la direction d’Agde et entraîné par le courant dans les brisants, il a fait côte à environ 150 m en face, et à 500 m de la tour sémaphorique du Castellas. Peu de temps après, dans la soirée, le voilier est complètement démoli par les coups de mer. Des débris et des barils couvrent la mer jusqu’au rivage où ils arrivent en se heurtant… »(RMC 1880, 238 ; Golf 1998).

24  Mille 2009.

25  Pomey 1997, p. 88.

26  Cette solution a également été envisagée par l’équipe qui fouille Riches Dunes 5 (Bernard, Jézégou 2005, p. 55).

27  À titre d’exemple, on citera le ketch-brigantin Arc, perdu dans ce secteur le 3 janvier 1753 devant le môle de Sète : « Les débris du brigantin se dispersent de telle sorte qu’il ne reste rien à l’endroit où il a échoué » (Golf 2002, p. 114, ADH). Lors d’un autre sinistre dans le Golfe du Lion : « Le vapeur L’Huveaune périt corps et bien dans la nuit du 25 au 26 décembre1870 au large de la Pointe de Beauduc. La partie arrière du bateau a été jetée sur la plage d’Aigues-Mortes » (Illouze 1988, p. 87).

28 Pomey 1970 ; Pomey 1997, p. 96 ; Pomey 2002, p. 11.

29 Rolley 2003, p. 28-58.

30  Blanc-Bijon, Long à paraître.

31  Blanc, Bromblet 2009, p. 86.

32  Gros 2001, p. 495. Le listel supérieur de la scotie avance, en outre, jusqu'à l'aplomb de la tangente verticale du tore, comme sur les modèles de Grèce ou d'Asie Mineure.

33  Pomey 1970.

34  L’épave antique la plus tardive avec un doublage en plomb semble être celle de Procchio, près de l’île d’Elbe, de la fin du iie siècle de notre ère (Parker 1992, p. 342). Au demeurant, le cas est exceptionnel et le plomb, onéreux et pénalisant la capacité de transport des navires, semble avoir été remplacé très tôt par des enduits et des peintures de coque plus simples à appliquer (Pomey 1997, p. 97).

35 Joncheray 1988, p. 83.

36 Alfonsi, Gandolfo 1988, p. 74.

37 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 61.

38 Hesnard et al. 1988, p. 116.

39  Joncheray 1975a, p. 12.

40  Baudoin et al. 1994 ; Feugère 2003.

41  Il manque les ailes et les bras de l’Éros, la main gauche, les pendentifs et le socle du jeune garçon.

Table des illustrations

Titre 1. Claude Rolley à Arles
Légende Lors du premier examen des deux statues, en janvier 2002.
Crédits © Photo Pierre Drap.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 2a. Carte générale de localisation du site
Crédits © Dessin Florence Richez.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 2b Plan de répartition des sites autour des Riches Dunes
Crédits © Dessin Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-3.png
Fichier image/png, 866k
Titre 3. Riches Dunes 4 et 5
Légende Plan de répartition des objets dans le site.
Crédits © Dessin Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-4.png
Fichier image/png, 203k
Titre 4. Riches Dunes 4
Légende Tuyaux de plomb de la pompe de cale d'un navire.
Crédits © Dessin Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-5.png
Fichier image/png, 239k
Titre 5. Riches Dunes 4
Légende Bagues en bronze d'un système de pompe de cale.
Crédits © Photo Stéphane Cavillon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 6. Riches Dunes 4
Légende Clous en cuivre.
Crédits © Dessin Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-7.png
Fichier image/png, 209k
Titre 7a. Riches Dunes 4
Légende Céramiques arétines agglomérées à la concrétion d'une ancre.
Crédits © Photo Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 7b. Riches Dunes 4
Légende Céramiques arétines, 1) coupe Goudineau 2 ; 2) plat Goudineau 1.
Crédits © Dessins Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-9.png
Fichier image/png, 177k
Titre 8. Riches Dunes 4
Légende Mobilier épars : 1 et 2) vases non tournés ; 3 et 4) amphores massaliètes ; 5) Dressel 2/4 ; 6 et 7) Dressel 20 ; 8 et 11) Haltern 70 ; 9) céramique arétine ; 10) Lamboglia 2.
Crédits © Dessins Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-10.png
Fichier image/png, 363k
Titre 9. Riches Dunes 4
Légende Chronologie d'après la céramique.
Crédits © DAO Luc Long.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-11.png
Fichier image/png, 329k
Titre 10a. Riches Dunes 5
Légende Dévasage autour du bloc de marbre.
Crédits © Dessin H. Bernard et M.-P. Jézégou.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-12.png
Fichier image/png, 612k
Titre 10b. Riches Dunes 5
Légende Base en marbre.
Crédits © Photo M.-P. Jézégou.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 11. Riches Dunes 5
Légende Tête d'Ibis.
Crédits © Photo M.-P. Jézégou.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3912/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Long, « L’épave des Riches Dunes à Marseillan : autopsie d’un contexte archéologique sous-marin encore mystérieux », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Luc Long, « L’épave des Riches Dunes à Marseillan : autopsie d’un contexte archéologique sous-marin encore mystérieux », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://inha.revues.org/3912

Auteur

Luc Long

Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Chargement des illustrations

Chargement des illustrations