Navigation – Plan du site
« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley - Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.)
Objets en bronze et circulations méditerranéennes

Les plus anciens objets en bronze dans les sanctuaires de la Grande-Grèce et de la Sicile : les cas du Timpone Motta en Sybaritide et de Bitalemi à Gela

Rossella Pace et Stéphane Verger

Texte intégral

  • 1  Rolley 1983 et 2003.

1Il a souvent été observé que certains sanctuaires grecs de la Grande Grèce et de la Sicile ont livré des objets antérieurs à la fondation de la colonie dont ils dépendaient, objets pour la plupart originaires des sociétés indigènes préexistantes, pour certains importés d’autres régions, parfois lointaines. Cette problématique intéressait Claude Rolley, car elle constituait une variation occidentale autour du thème qui l’avait longtemps retenu, en Grèce même : celui de l’origine des sanctuaires et de la transition problématique entre lieux de culte mycéniens et sanctuaires grecs d’époque protogéométrique et géométrique1.

2Nous avions donc eu tous deux l’occasion de discuter avec lui de ce problème, l’une à partir du cas des sanctuaires de la chôra de Sybaris, l’autre à partir de ceux de la Sicile méridionale. Et nous arrivions à des conclusions assez sensiblement différentes : l’une insistant sur la continuité des formes de dévotion, du ixe au viiie siècle, c'est-à-dire de l’apogée des sociétés œnôtres aux premières générations de la colonie achéenne ; l’autre mettant au contraire l’accent sur la complexité des processus de déposition, de conservation et d’offrande, qui pouvait expliquer la présence d’objets de l’âge du fer dans des contextes grecs d’époque archaïque.

3Ces deux optiques, qui sont l’une et l’autre défendues par certains des archéologues spécialistes des pratiques cultuelles en Grèce d’Occident, ne sont qu’apparemment incompatibles. La différence de vue peut certes être mise au compte des manières différentes, plus ou moins critiques, d’aborder la documentation archéologique : la mise en évidence d’un lot d’objets métalliques anciens dans un lieu de culte contraint-elle à en faire remonter la date de création ou bien peut-elle être plutôt le signe d’une complexité plus grande des circuits qui conduisent les objets à être déposés dans le sanctuaire ? Mais, bien souvent, elle s’explique aussi par le fait qu’il existe des différences intrinsèques entre les situations archéologiques prises en compte par les uns et par les autres. Ce sont ces différences qui doivent faire l’objet d’un examen précis et qui induisent à se méfier de toute généralisation hâtive.

4Il faudrait arriver à bâtir une typologie des situations rencontrées, en fonction de la composition des séries d’objets supposés antérieurs à la création du sanctuaire dans lequel ils se trouvent, de l’état de ces pièces, de leurs conditions de découverte, mais aussi du contexte historique dans lequel s’insère le lieu de culte, par rapport à la colonie dont il dépend et aux sociétés indigènes qui l’entourent. Nous nous contenterons ici d’examiner deux dossiers qui, apparemment semblables, constituent sans doute les deux faces opposées d’une réalité cultuelle très variable : le sanctuaire du Timpone Motta à Francavilla Marittima en Calabre, dans le territoire de Sybaris, et le sanctuaire de Bitalemi à Gela en Sicile méridionale. Les deux situations sont a priori comparables, puisque les deux cités dont dépendent ces lieux de culte ont été fondées pendant la même génération : dans le dernier quart du viiie siècle av. J.-C. pour Sybaris et au tout début du viie pour Gela.

Les plus anciens objets en bronze du sanctuaire du Timpone Motta à Francavilla Marittima (Calabre)

  • 2  Le site, mis en évidence par P. Zancani Montuoro, a été fouillé en collaboration avec M. W. Stoop, (...)
  • 3  C’est d’ailleurs à cette phase récente de la fréquentation du sanctuaire que Claude Rolley s’est i (...)

5Le site de Francavilla Marittima est bien connu par les fouilles qui ont été menées d’abord par Paola Zancani Montuoro et par Maria W. Stoop, de 1963 à 1969, puis par la Surintendance archéologique de la Calabre, de 1982 à 1984, et enfin par Marianne Kleibrink depuis 19932. Le sanctuaire d’époque grecque occupe le sommet d’une colline élevée, le Timpone della Motta, dont l’occupation protohistorique commence au cours de l’âge du bronze moyen et récent (xive-xiiie siècle av. J.-C.). L’occupation de l’âge du fer (ixe-viiie siècle av. J.-C.) est importante. Elle est marquée notamment par la construction d’un grand bâtiment à abside sur poteaux de bois qui peut être qualifié d’anaktoron, dans lequel, suppose-t-on, se pratiquaient des activités cultuelles et dévotionnelles. Le sanctuaire doit être mis en place peu de temps après la fondation de Sybaris, et l’un des premiers édifices cultuels grecs se superpose exactement à l’édifice antérieur. Le lieu de culte semble survivre à la destruction de Sybaris en 510 av. J.-C.3, mais sa fréquentation est alors beaucoup plus modeste et épisodique.

Des objets en bronze de l’âge du bronze récent et final

6Les plus anciens objets métalliques mis au jour sur le Timpone Motta datent de l’âge du bronze récent ou final, à une époque où les indices de fréquentation du site sont par ailleurs très rares.

1. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du bronze

1. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du bronze

1. d’après Peroni, Cardarelli 1977-79 ; 2. d’après Papadopoulos 2003.

  • 4  Peroni, Cardarelli 1977-79, p. 123, fig. 3, n4 ; Stoop 1987, p. 30, fig. 26 ; Pascucci 1994, p.  (...)
  • 5  Bettelli 2006, p. 143-144, fig. 2, 6 et 8.

On ne sait pas dans quel contexte stratigraphique ils ont été retrouvés. Le premier d’entre eux est un couteau à lame légèrement courbe et poignée à languette à rebords épaissis et munie de cinq rivets, dont quatre conservés (fig. 1, 1). Maria W. Stoop puis Renato Peroni et Andrea Cardarelli l’ont identifié comme relevant du type de Scoglio del Tonno défini par Vera Bianco Peroni4. Des exemplaires très semblables proviennent, en dehors du site éponyme, de Coppa Nevigata et de la grotta Pertosa ainsi que de la tombe 4 de la nécropole de Torre Castelluccia. Ces contextes de découverte indiquent une datation à l’âge du bronze récent. Ils se trouvent dans des sites importants caractérisés par la présence d’éléments de typologie ou d’origine égéenne. Des couteaux de typologie proche ont d’ailleurs été mis au jour en Grèce, notamment dans la grotte de Psychro en Crète, qui avait sans doute une vocation cultuelle5.

  • 6  Papadopoulos 2003, p. 126-127, fig. 156, e-f.

7La deuxième pièce provient du lot rapporté de l’Institut d’archéologie classique de l’université de Berne6. Elle ne semble pas avoir fait l’objet d’une identification précise. Il s’agit d’une rouelle fragmentaire qui présente un décor ajouré aisément restituable (fig. 1, 2) : une croix dont les quatre branches sont terminées par un motif en trident. On peut y reconnaître clairement une tête d’épingle en rouelle rapportée appartenant à une série bien connue en Italie centrale et septentrionale de la fin de l’âge du bronze moyen ou du bronze récent jusqu’au viie siècle av. J.-C. (plutôt qu’un pendentif en rouelle, à cause du diamètre réduit).

2a. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix

2a. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix

A. exemplaires de l’Italie et de la Grèce : 1. Francavilla marittima, Timpone Motta (d’après Papadopoulos 2003) ; 2. Grotta di Polla ; 3. Porto Perone ; 4. Argos (d’après Matthäus 1980) ; 5. Chiusa Pesio (d’après Rubat Borel 2009) ; 6. Cnossos (d’après Coldstream, Catling 1996) ; 7. Mycènes (d’après Matthäus 1980).

2b. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix

2b. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix

B. Carte de distribution : 1. Chiusa Pesio ; 2. Bologne, Borgo Panigale ; 3. Grotta di Polla ; 4. Francavilla Marittima, Timpone Motta ; 5. Porto Perone ; 6. Mitopolis ; 7. Argos ; 8. Tirynthe ; 9. Mycènes ; 10. Cnossos.

  • 7 Kossack 1954.
  • 8 Matthäus 1980, p. 117-122 ; Coldstream, Catling 1996, p. 526-528.

Le type compte diverses variantes qui se distinguent par le motif ajouré de la rouelle. Celui de l’exemplaire de Francavilla Marittima, qui est une variation à partir du motif 19 de la typologie de Georg Kossack7, compte un petit nombre d’exemplaires dont la distribution géographique est significative8 (fig. 2).

  • 9  Rubat Borel 2009, p. 99, fig. 67, 5 et 66.

8Quelques-uns proviennent de la région d’origine des épingles à tête en rouelle rapportée, c’est-à-dire l’Italie du Nord. On en trouve un dans l’habitat de Borgo Panigale près de Bologne, daté du bronze récent ou final, et un, récemment publié, dans le dépôt du Monte Cavanero à Chiusa Pesio dans le Piémont9 (fig. 2, 5), qui contient surtout des objets du xe siècle av. J.-C., mais aussi quelques pièces plus anciennes, depuis l’âge du bronze moyen. En Italie méridionale, le type est connu dans le niveau IV de la grotte de Polla en Campanie (fig. 2, 2), qui contient un fragment de tasse de l’Helladique récent IIIC. Un exemplaire peut-être en plomb ou en étain a été mis au jour dans le grand habitat de Porto Perone près de Leporano dans les Pouilles (fig. 2, 3), dans un contexte contemporain de l’Helladique récent IIIB-C.

  • 10 Coldstream, Catling 1996, p. 526-528, fig. 165 et pl. 265, f5.

9D’assez nombreuses têtes d’épingle de cette variante précise ont été découvertes en Grèce, comme à Mycènes (deux exemplaires en plomb, dont un fragmentaire qui pourrait être plutôt un pendentif), à Tirynthe et dans la nécropole de Mitopolis en Achaïe, dans des contextes qui ne sont pas connus. Un exemplaire de la tombe XXII de la nécropole de Deiras à Argos en Grèce (fig. 2, 4) se trouvait dans un contexte daté de l’Helladique récent IIIC. Un autre, enfin, faisait partie du mobilier de la très riche tombe 200, sub-minoenne, de la nécropole septentrionale de Cnossos en Crète10 (fig. 2, 6). Sur tous ces exemplaires, l’extrémité des branches est bifide. La variante à tridents, qui est celle de Francavilla Marittima, n’est connue que sur un exemplaire en ivoire ou en os provenant d’une tombe à chambre de Mycènes (fig. 2, 7). On connaît par ailleurs un moule en pierre servant à fabriquer ce type d’objet à Kastanas en Macédoine, dans un contexte d’époque géométrique, et des empreintes sur des pithoi de Tyrinthe.

  • 11 Lattanzi, Vagnetti 1983-1984.

10Notons que les trois sites de l’Italie du Sud d’où proviennent des têtes d’épingle en rouelle rapportée de la variante concernée ont livré des traces de contacts avec le domaine égéen : c’est tout particulièrement le cas à Porto Perone, mais aussi dans le niveau IV de la grotte de Polla, d’où provient un fragment de tasse mycénienne peinte de l’Helladique récent IIIC. Le Timpone Motta a lui aussi restitué un fragment de vase à anse en étrier mycénien, dont la date (SH IIIB)11 s’accorde parfaitement avec celle de la tête d’épingle.

11Ces vestiges de l’âge du bronze récent et final sur le Timpone Motta sont ainsi très peu nombreux, mais tout à fait exceptionnels, car ils placent le site à l’intérieur d’un réseau bien connu de relations à longue distance entre la péninsule italique et le monde égéen. Mais peut-on aller plus loin dans l’interprétation de leur présence ? Sont-ils les derniers vestiges d’un riche habitat qui aurait par ailleurs entièrement disparu ? Les traces d’un ancien lieu de culte « naturel » de l’âge du bronze, au sommet d’une colline dont la position topographique est exceptionnelle ? Les reliques d’un passé héroïque pieusement conservées ou retrouvées à l’âge du fer ou au début de la période coloniale ?

  • 12 Verger 2003a, p. 173-174, fig. 57, 1-2.

12La prudence est ici de rigueur, car la documentation est sans doute tributaire de l’avancée des recherches et du caractère très détruit des phases anciennes sur le sommet du Timpone Motta. On rappellera à ce propos le cas des plus anciens objets en bronze du sanctuaire de Claros en Ionie, qui sont de petits couteaux d’époque mycénienne tardive. Lorsque nous les avions identifiés12, parmi les offrandes mêlées au remplissage du premier autel archaïque d’Apollon, ils étaient totalement isolés sur l’ensemble du site pour cette période et ne pouvaient donc être considérées que comme des antiquités parvenues dans le lieu de culte longtemps après la disparition du type. Les nouvelles fouilles menées par Nuran Şahin ont maintenant livré des traces assez conséquentes d’une fréquentation cultuelle de la fin de l’âge du bronze, parmi lesquelles des céramiques mycéniennes chaque année plus nombreuses. Elles semblent aussi indiquer une continuité du culte entre ces premières manifestations et l’époque géométrique. Méfions-nous donc des interprétations tranchées, fondées sur une documentation trop exiguë.

Une série importante d’objets indigènes de l’âge du fer

  • 13  Fouillée et publiée par Paola Zancani Montuoro, voir Zancani Montuoro 1970-71, p. 7-36 ; Zancani M (...)

13Après ces quelques objets de l’âge du bronze final, on trouve sur le Timpone Motta une série importante d’ornements en bronze de l’âge du fer, composée de types d’objets présents dans les tombes féminines riches de la nécropole de Macchiabate, au pied de la colline13. Toutes ces pièces datent du ixe et des trois premiers quarts du viiie siècle av. J.-C., c’est-à-dire qu’ils sont antérieurs à la fondation de Sybaris. Comme on le précisera systématiquement, la plupart des catégories d’objets considérées sont représentées à la fois dans les fouilles régulières de P. Zancani Montuoro, M. W. Stoop et M. Kleibrink et dans les lots issus des pillages des années 1970 et 1980, ce qui garantit la fiabilité de l’ensemble.

3. Francavilla Marittima, Timpone Motta, fibules de l’âge du fer

3. Francavilla Marittima, Timpone Motta, fibules de l’âge du fer

1. d’après Peroni, Cardarelli 1977-79 ; 2, 7-8, 12. d’après Kleibrink 2004 ; 3, 5, 9-10, 13-14. d’après Papadopoulos 2003 ; 4, 6, 11. d’après Lo Schiavo 1983-84b.

  • 14 Stoop 1974-76, p. 147, n3, tav. LXX, 6b ; Peroni, Cardarelli 1977-79, p. 123, fig. 3, n3 ; Lo S (...)
  • 15 Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, fig. 18, n5 ; Papadopoulos 2003, p. 79- (...)
  • 16 Lo Schiavo 1983-84b, p. 132, n16-17 ; Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, f (...)
  • 17 Papadopoulos 2003, p. 85, fig. 106, a-b, n233.
  • 18 Papadopoulos 2003, p. 71, fig. 91, a-b, n181.
  • 19 Lo Schiavo 1983-84b, p. 132-134, n18, fig. 46, 18.
  • 20 Kleibrink 2003, fig. 18,3 ; Kleibrink 2004, fig. 28,2.
  • 21 Papadopoulos 2003, p. 85-86, fig. 106, c-f, n234-235.

14Parmi les fibules, on peut mentionner d’abord un exemplaire à arc simple filiforme très légèrement épaissi, décoré de chevrons incisés, et à porte-ardillon court14 (fig. 3, 1). Il s’agit d’un type assez fréquent dans les nécropoles de l’âge du fer de la Campanie (notamment à Sala Consilina) et de la Calabre, qui se trouve dans des contextes de la seconde moitié du ixe ou de la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Plusieurs fibules fragmentaires, dont deux publiées, provenant, l’une, des fouilles récentes, et l’autre, de fouilles illégales, appartiennent au type serpentiforme méridional à arc à section uniformément circulaire, qui date du ixe ou de la première moitié du viiie siècle15 (fig. 3, 2-3). Il en va de même pour une série assez importante de fibules à arc en forme de plaque ovale à côte centrale décorée ou non (fibula ad arco scudato)16 (fig. 3, 4-8). Le Timpone Motta en a livré plus d’exemplaires que l’ensemble de la nécropole de Macchiabate. Ils proviennent à la fois des fouilles anciennes et récentes et du lot issus des fouilles illégales des années 1970-1980. Le groupe, très fréquent dans la nécropole de Macchiabate (comme dans d’autres de la Calabre ionienne), des fibules à quatre spirales fixées par un rivet central à un arc plat rubané n’est représenté au Timpone Motta que par deux fragments provenant des pillages : un arc avec un seul trou de rivet17 et une spirale déroulée, cassée au niveau du trou du rivet central18 (fig. 3, 9-10, peut-être aussi fig. 7, 12). Une fibule à arc rubané revêtu d’une plaque losangique d’ivoire19 (fig. 3, 11), d’un type fréquent dans la nécropole de Macchiabate où il est daté du viiie siècle, provient des fouilles anciennes, alors que les fouilles de M. Kleibrink ont donné une belle fibule du même type mais avec une plaque rectangulaire à côtés échancrés20 (fig. 3, 12). Des arcs rubanés avec deux trous de rivets (fig. 3, 13-14) de la même série font partie du mobilier issu des pillages21.

4. Francavilla Marittima, Timpone Motta, armatures de « chalcophone »

4. Francavilla Marittima, Timpone Motta, armatures de « chalcophone »

D’après Papadopoulos 2003.

  • 22 Papadopoulos 2003, p. 110-111, n403-404, fig. 137, a-e ; Martelli 2004, p. 12-14, avec bibliograp (...)
  • 23 Zancani Montuoro 1974-76, p. 27-34, n59, figg. 8-10, tavv. IX-XIII.

15La série des éléments de parure comprend les principales catégories d’objets mis au jour dans les tombes de l’âge du fer de la nécropole. Les plus importants d’entre eux sont deux armatures de « chalcophones » provenant des fouilles illégales22 (fig. 4, 1-2). Elles sont de longueurs différentes et appartenaient probablement à deux objets distincts. Elles sont identiques à celles du « chalcophone » de la très riche tombe 60 de Macchiabate23, c’est-à-dire qu’elles appartiennent à une variante, à volutes et barre centrale étroite, caractéristique de la Sybaritide et différente de celle des nécropoles de la zone de Crotone.

5. Francavilla Marittima, Timpone Motta, anneaux composites de l’âge du fer

5. Francavilla Marittima, Timpone Motta, anneaux composites de l’âge du fer

D’après Papadopoulos 2003.

  • 24 Papadopoulos 2003, p. 112-117, n413-415, figg. 139-145 ; Martelli 2004, p. 14 ; Zancani Montuoro (...)

16Est également présent dans la tombe 60, et plus généralement bien représenté dans la nécropole, le groupe des disques composites formés d’un large anneau en tôle au centre duquel s’ajustait un disque plein bombé à bélière centrale, qui devait être fixé sur le vêtement24. Deux anneaux périphériques et un disque central se trouvent dans le groupe des objets issus des fouilles clandestines (fig. 5, 1-3). Comme pour les armatures de « chalcophone », il ne semble pas que les fouilles régulières en aient livré.

  • 25 Papadopoulos 2003, p. 108, fig. 135-136, b, n388.
  • 26 Albanese 1993, p. 67-70, fig. 25, SC70 et SC75, pl. 13.

17Un au moins des anneaux massifs fermés à section circulaire des fouilles illégales25 (fig. 5, 4) doit provenir d’un ornement formé d’un groupe d’anneaux semblables de taille croissante, comme celui de la tombe 79 de Temparella. Ce type de grand pendentif composite, relativement rare dans la nécropole de Macchiabate, est en revanche très bien représenté tant en Calabre qu’en Basilicate et en Campanie, ainsi que dans quelques rares contextes de la Sicile (comme le dépôt de San Cataldo26).

6. Francavilla Marittima, Timpone Motta, hélices, tubes et chaînettes de l’âge du fer

6. Francavilla Marittima, Timpone Motta, hélices, tubes et chaînettes de l’âge du fer

1, 5. d’après Kleibrink 2004 ; 2-4, 6, 11-19. d’après Papadopoulos 2003 ; 7-10, 20. D’après Stoop 1974-76 et 1987.

  • 27 Papadopoulos 2003, p. 90-92, fig. 116, n259-261 ; Stoop 1987, p. 27, n22-23 ; Kleibrink 2003, f (...)
  • 28 Kleibrink 2004, fig. 28, 6, à gauche.
  • 29 Greci, Enotri e Lucani 1996, p. 52-53, scheda 1.6, et p. 43.

18Des fouilles anciennes et récentes et des pillages, proviennent aussi de longs tubes formés d’un fil enroulé en hélice27. Certains, à fil de section rubanée28 (fig. 6, 1-2), peuvent appartenir soit à des « chalcophones » de la variante locale ou plus largement méridionale (du type diffusé aussi en Basilicate, comme à l’Incoronata, à Pisticci ou à Tursi, Valle Sorigliano), d’autres, dont le fil a une section plutôt circulaire (fig. 6, 3-8), à différents types de pendentifs composites, comme ceux des tombes 117 et 112 de l’Incoronata en Basilicate, soit encore à des bracelets annulaires d’un type rare, attesté à Macchiabate (encore une fois, dans la tombe 60), et, d’une autre variante, dans la tombe 63, mais aussi dans d’autres nécropoles riches, comme celle de Tursi, Valle Sorigliano (tombe 28 – fig. 8)29.

  • 30 Papadopoulos 2003, p. 111-112, n405-412 ; Stoop 1987, p. 28, n24.

19Des tubes en tôle de bronze enroulée sur elle-même, provenant des fouilles anciennes et des pillages30 (fig. 6, 9-17), peuvent être attribués à des « sonagliere », ces pendentifs composites semblables aux « chalcophones » dans lesquels les armatures sont plus simples et les tubes hélicoïdaux justement remplacés par des tubes pleins. On les trouve dans les mêmes contextes que les ornements précédents, comme la tombe 60.

7. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du fer

7. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du fer

1, 10-15, 23. d’après Papadopoulos 2003 ; 2-4, 5-7, 16, 24. d’après Stoop 1974-76, 1980 et 1987 ; 8-9, 17-18, 21-22. D’après Kleibrink 2003 et 2004 ; 20. d’après La Genière 1992.

  • 31 Papadopoulos 2003, p. 86-87, n243-245, figg. 109, a-f ; Stoop 1987, p. 27, n7. Cfr Zancani Mont (...)

20Cette même sépulture a livré aussi, près de l’amas de grandes parures, au niveau du bras droit de la défunte, cinq petits disques en fine tôle de bronze ornés par estampage d’une série de cercles concentriques et munis de petits trous périphériques permettant de les coudre sur un support en tissu ou en cuir. Deux exemplaires identiques fragmentaires proviennent des fouilles anciennes et des explorations illégales sur le Timpone Motta31 (fig. 7, 1-2).

8. Tursi, Valle Sorigliano, mobilier de la tombe 28

8. Tursi, Valle Sorigliano, mobilier de la tombe 28

D’après Greci,Enotri e Lucani 1996.

  • 32 Stoop 1987, p. 24, fig. 6.
  • 33 Stoop 1987, p. 23-24, n3-5 ; Papadopoulos 2003, p. 70-71, fig. 90 et 91, c-d, n178-180 et 182 ; (...)
  • 34  Stoop 1980, p. 177, fig. 36.
  • 35  Voir par exemple quelques exemplaires dans des tombes du Villanovien IIA de Tarquinia : Hencken 19 (...)

21Parmi les parures féminines indigènes, on peut encore mentionner, dans le matériel des fouilles anciennes, un pendentif en rouelle moulé en une pièce, composé de trois anneaux concentriques reliés par quatre languettes disposées en croix32 (fig. 7, 3). C’est un type très largement diffusé dans les cultures de l’âge du fer de l’Italie du Sud, que l’on trouve aussi bien en Calabre (par exemple dans la tombe 76 de Temparella à Macchiabate) qu’en Campanie et en Basilicate. Ces parures devaient orner notamment des ceintures composites, comme c’est le cas dans la tombe 28 de Valle Sorigliano à Tursi (fig. 8). C’est dans cette même sépulture que l’on trouve les meilleurs parallèles pour une riche série de pendentifs à double spirale provenant à la fois des fouilles anciennes, récentes et des recherches clandestines33 (fig. 7, 5-13). Une petite rouelle simple formée d’un cercle rempli d’une croix a été mise au jour dans les fouilles anciennes34 (fig. 7, 4). Elle fait partie d’une série très largement diffusée dont l’origine et la datation sont donc difficiles à préciser35.

  • 36  Stoop 1974-76, pl. 70, 2, en bas à droite ; Papadopoulos 2003, p. 88-89, n251-257.
  • 37  Stoop 1974-76, pl. 70, 2, en haut à droite.
  • 38  Papadopoulos 2003, p. 86-87, fig. 109, a-d. Voir dans la tombe 60 : Zancani Montuoro 1974-76, p. 2 (...)
  • 39 Kleibrink 2003, fig. 18, 6 ; Kleibrink 2004, fig. 28, 7.
  • 40 Kleibrink 2003, fig. 18 ; Kleibrink 2004, fig. 28, 4.

22Enfin, des chaînettes formées de séries de paires de petits anneaux enchaînées, caractéristiques de la parure de l’âge du fer méridional, apparaissent dans les fouilles anciennes et sont conservées parmi les matériels volés36 (fig. 6, 18-20). On en connaît divers exemplaires dans les tombes de Macchiabate, par exemple accrochées à des fibules à spirales en fer. La tombe 28 de Tursi en contient plusieurs, qui sont fixées à des anneaux composites et à des bracelets (fig. 8). Elle a livré aussi des groupes de petits anneaux enfilés dans un seul anneau plus grand (fig. 7, 16), caractéristiques de la parure féminine méridionale de l’âge du fer, dont M. W. Stoop a publié un exemple provenant du Timpone Motta37. Les petits boutons en tôle hémisphériques à bélière centrale, si nombreux dans certaines tombes, sont aussi attestés sur le Timpone Motta par deux exemplaires issus des fouilles clandestines38 (fig. 7, 14-15). Les parures annulaires sont rares : on peut mentionner seulement une bague à extrémités en double spirales qui doit être de production indigène de l’âge du fer39. Un anneau épais, fait d’un fil enroulé comme sur une bobine, issu des fouilles de M. Kleibrink40 (fig. 7, 18), peut être interprété comme une parure de tête – boucle d’oreille ou élément de coiffure – comme il en existe deux exemplaires de part et d’autre de la tête de la défunte de la tombe 60 de Macchiabate, par exemple.

  • 41 Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, fig. 18, n9. La Genière 1992, pl. XIII, (...)
  • 42 Zancani Montuoro 1966, p. 216-221, fig. 9 ; Zancani Montuoro 1970-71, p. 9-14, fig. 2, pl. II,b  ; (...)

23Pour en terminer avec les parures féminines de l’âge du fer, on doit enfin mentionner quatre petits pendentifs moulés qui représentent un couple enlacé provenant des fouilles anciennes et de celles de M. Kleibrink41 (fig. 7, 19-22). Ce type d’ornement est un des très rares qui présentent une composition figurative dans la production métallurgique locale. Des exemplaires ont été mis au jour dans deux tombes féminines riches de la nécropole : un dans la tombe 57 de Temparella, suspendu à une chaînette du type mentionné précédemment, et surtout deux dans la « tomba Strada », d’où provient la célèbre coupe en bronze orientale historiée42.

  • 43  Papadopoulos 2003, p. 125, fig. 155.
  • 44  Comme l’a montré M. Martelli (Martelli 2004, p. 9, fig. 15-16).

24L’ensemble d’objets féminins en bronze du Timpone Motta est enfin complété par une quenouille massive renflée en son centre, ornée de stries, de cannelures et de motifs en arêtes de poisson, avec des extrémités tronconiques43 (fig. 7, 23). L’objet évoque assez précisément la quenouille de la tombe 410 de l’Incoronata en Basilicate44, qui est simplement moins renflée au centre et présente des trous pour la suspension d’une chaînette.

  • 45  Stoop 1987, p. 28-30, fig. 25.

25Parmi les objets en bronze de l’âge du fer du Timpone Motta, on observe une très forte prédominance des ornements féminins. Il existe une seule pièce spécifiquement masculine. Il s’agit de la garde en bronze d’un poignard à lame et poignée en fer45 (fig. 7, 24), d’un type caractéristique de Francavilla Marittima, qui est présent dans les deux sépultures masculines les plus importantes de Macchiabate : la tombe 87 de Temparella et la tombe à outils de Cerchio Reale.

Une hellénisation précoce des formes indigènes de dévotion féminine au viiie siècle ?

  • 46  Pace 2010.
  • 47  Verger 2010.

26La série d’objets en bronze de l’âge du fer du Timpone Motta appelle des commentaires bien différents de ceux qui ont été faits à propos des pièces de l’âge du bronze. D’abord parce que, pour cette époque, les fouilles récentes ont mis en évidence non seulement une série de céramiques abondante, constituée à la fois de productions locales et d’importations grecques, mais aussi des édifices, parmi lesquels la grande maison Vb à abside sur poteaux de bois. L’interprétation de cet édifice prête à discussion46. S’agit-il d’un véritable édifice cultuel, consacré à une divinité féminine ayant compétence sur les activités des femmes de la communauté, notamment sur le tissage ? S’agit-il plutôt d’un anaktoron dans lequel, autour d’un foyer commun, à côté des activités domestiques d’une famille ou d’un groupe dominants de l’agglomération (parmi lesquelles la fabrication de grands tissus), prenaient place des pratiques rituelles et dévotionnelles documentées essentiellement par les nombreux objets métalliques qui se trouvaient dans les strates de l’âge du fer du secteur ? Il est bien délicat de répondre, pour Francavilla Marittima, à cette question de l’identification des fonctions du bâtiment, lorsque l’on sait qu’elle prête encore à discussion dans les cas apparemment plus clairs et mieux connus de l’« hérôon » de Lefkandi et du premier « temple » d’Apollon à Erétrie en Eubée47.

27Quoi qu’il en soit, il est difficile de supposer que les nombreux éléments de parure en bronze mis au jour proviennent de déchets domestiques. En l’absence de toute trace de sépulture sur le sommet du Timpone Motta, il faut bien supposer que tous ces ornements ont fait l’objet d’un ou de plusieurs dépôts votifs. La présence de certains d’entre eux dans des strates homogènes de l’âge du fer indique que les actes de dévotion qu’ils illustrent ont été le fait de la communauté indigène qui occupait le site avant la fondation de Sybaris.

28Les catégories d’objets présentes sur le Timpone Motta se trouvent dans les sépultures féminines les plus importantes de la nécropole de Macchiabate, comme la tombe 60 de Temparella ou la « tomba Strada ». Le seul objet masculin rencontré renvoie aussi aux mobiliers les plus riches (T 87) ou particuliers, comme celui de la tombe dite d’Epeios du Cerchio Reale. Ce sont donc les niveaux les plus élevés de la communauté indigène de Francavilla Marittima qui sont concernés par ces actes de dévotion. Il est étonnant de constater à quel point le lot d’objets en bronze du Timpone Motta reflète de manière fidèle la composition des mobiliers funéraires contemporains. Les critères de sélection appliqués habituellement dans le domaine funéraire ont été transférés dans le domaine domestique ou communautaire des dévotions religieuses.

29M. Kleibrink date la première phase de construction sur le Timpone Motta des deuxième et troisième quarts du viiie siècle av. J.-C. C’est l’époque de l’apogée de la communauté indigène de Francavilla Marittima, marquée dans la nécropole par une importante série de riches tombes féminines et masculines. C’est aussi le moment où les premiers indices significatifs d’une ouverture aux circulations maritimes à longue distance se font sentir : vases métalliques de Méditerranée orientale, céramiques grecques, notamment eubéennes, importées et peut-être fabriquées sur place. C’est sans doute en prenant en compte ce contexte particulier d’une puissante communauté indigène qui, à la fois, marque son identité par la richesse du vêtement cérémoniel des femmes les plus importantes et est réceptive aux produits grecs de l’époque géométrique, qu’il faut interpréter la série métallique ancienne du Timpone Motta.

30C’est aussi ce qui rend la compréhension de l’édifice Vb si délicate. D’un côté, il s’agit de la version emphatisée d’une maison œnôtre de l’âge du fer, dans laquelle se déroulaient les activités habituelles d’une maisonnée aristocratique indigène d’Italie méridionale. De l’autre, elle présente les caractéristiques architecturales des grands édifices cultuels grecs de l’époque géométrique, auxquels elle a peut-être emprunté le plan et la monumentalité. De la même manière, pour les objets métalliques qui y ont été mis au jour : d’un côté, ils sont l’expression la plus aboutie d’une forme de représentation des personnages éminents, dont on trouve généralement les manifestations dans les nécropoles ; de l’autre, ils proviennent d’un contexte non funéraire et évoquent les offrandes de parures qui se multiplient à la même époque dans les sanctuaires de la Grèce. Il n’est donc pas impossible qu’à l’occasion des premiers contacts réguliers avec les groupes de marins venus de l’Egée au cours du viiie siècle av. J.-C., certaines familles importantes de la communauté indigène de Francavilla Marittima aient adopté des pratiques dévotionnelles et des types architecturaux d’origine grecque en les adaptant aux exigences de la société locale.

31Comme l’a maintes fois rappelé M. Kleibrink, on observe une certaine continuité dans les formes de dévotion sur le Timpone Motta entre la fin de l’époque indigène et le début de la période coloniale : les mêmes catégories d’objets de parures féminines sont offertes, dans les mêmes lieux ; les actes rituels prennent place dans des bâtiments cultuels qui se substituent avec une grande précision topographique à l’ancien anaktoron. Mais cette observation peut conduire à plusieurs interprétations différentes. Soit on considère que le culte grec de la fin du viiie et du viie siècles av. J.-C. reste fortement marqué par une composante indigène et qu’Athéna, la divinité titulaire du lieu de culte, était déjà vénérée, sous une forme plus générique, avant la fondation de Sybaris. Soit on suppose plutôt que les pratiques religieuses indigènes ont été transformées, dès le milieu du viiie siècle av. J.-C., par l’apport et l’adaptation d’usages cultuels grecs – eubéens ? – d’époque géométrique, qui se sont implantés quelques décennies avant la fondation de la colonie achéenne. Le passage de l’édifice Vb, avec sa série d’« offrandes » féminines indigènes, aux premiers temples, accompagnés des nombreuses offrandes grecques, serait ainsi marqué par une certaine continuité archéologique à cause non d’une persistance de traits indigènes dans le culte achéen, mais plutôt d’une hellénisation précoce des pratiques religieuses indigènes.

  • 48  NSc 1879, p. 50, 248 et 249 ; NSc 1888, p. 239. Pour une étude exhaustive du site, voir Pace 1999  (...)
  • 49  Pace 2001, p. 33-69.

32Le sanctuaire du Timpone Motta n’est sans doute pas le seul à refléter à la fois la continuité et les ruptures qui marquent les pratiques votives en Sybaritide à la fin du viiie siècle av. J.-C. On observe une situation semblable pour le sanctuaire de Cozzo Michelicchio, qui est beaucoup plus mal connu car il a été fouillé anciennement48. On y retrouve néanmoins, mêlés aux offrandes d’époque grecque, une série de parures indigènes des ixe-viiie siècle av. J.-C. ainsi que quelques objets anciens importés, comme un manche de rasoir villanovien et divers pendentifs grecs, certains d’époque géométrique peut-être antérieurs à la fondation de Sybaris49.

Les plus anciens objets en bronze de la couche 5 du sanctuaire de Bitalemi à Gela (Sicile)

  • 50  Pour une présentation récente de la documentation et de la bibliographie, voir Hinz 1998, p. 56-64
  • 51 Orsi 1906, col. 575-730.
  • 52 Orlandini 1965-1967, 1966, 1967 et 1968.
  • 53 Sguaitamatti 1984 ; Uhlenbrock 1988.
  • 54  Fiorentini 1993, p. 721.
  • 55  Orlandini 2003, p. 508.

33Le sanctuaire de Bitalemi occupe le sommet d'une petite éminence située à environ 400 m à l'ouest de la longue colline sur laquelle s'étendait la cité grecque de Géla, en Sicile méridionale, à l’époque archaïque50. Par rapport à la ville, il se trouve sur la rive opposée du fleuve Géla, dont il domine l'embouchure. Le site a été identifié par Paolo Orsi qui y effectua un premier sondage en 190151. Piero Orlandini en reprit l'exploration dans les années 1960 et effectua, de 1963 à 1967, une série de sondages qui lui permirent d'explorer toute la plate-forme sommitale, sur une surface de 2000 m2 environ. Les résultats extraordinaires de cette grande fouille furent présentés dans une série d'articles préliminaires importants52 et plusieurs catégories de matériel donnèrent lieu à des monographies53. Une nouvelle exploration eut lieu en 1991, face à la menace de fouilles clandestines, mais elle toucha essentiellement les niveaux supérieurs d'époque romaine impériale et atteignit tout de même le niveau d'époque classique54. En 1994, enfin, l'Institut d'archéologie de l'Université d'État de Milan effectua un sondage dans le secteur de la pente sud-est de la colline, jusqu'aux niveaux les plus profonds, qui étaient encore intacts55.

  • 56  Sur la fin du sanctuaire de Bitalemi, voir maintenant Baumer 2010, p. 123-127 et p. 140-143.

34Le sanctuaire de Bitalemi eut une durée de vie relativement courte, de la seconde moitié du viie à la fin du ve siècle av. J.-C. Son abandon est mis en relation avec le siège et la destruction de Géla par les Carthaginois en 40556. Malgré la reconstruction de la ville par Timoléon dans la seconde moitié du ive siècle av. J.-C., le sanctuaire ne fut pas restauré et le site ne fut fréquenté qu'épisodiquement jusqu'à l'époque augustéenne, pendant laquelle une ferme s'installa sur la colline.

  • 57 Orlandini 2003, p. 507, fig. 1-3 ; Orlandini 1966, p. 20-21, pl. 10, 4 ; Dubois 1989, p. 175-176, n(...)

35L'identification de la divinité vénérée dans le sanctuaire est assurée par une petite série de graffites sur des vases en céramique attiques du ve siècle av. J.-C., qui indiquent clairement que le sanctuaire de Bitalemi était consacré à Déméter Thesmophoros et que l’on y pratiquait des cérémonies cultuelles féminines pouvant être identifiées aux thesmophories57. La présence massive, dans la couche 4, de statuettes en terre cuite représentant une femme tenant un porcelet dans une main et un pavot dans l'autre confirme cette attribution. Aucune inscription ne provient de la couche 5, mais rien ne permet de supposer que l'identité de la divinité a changé au cours du vie siècle av. J.-C.. La présence de plusieurs outils agricoles, comme des faux, une bêche et des socs de charrue, dans les niveaux de la première moitié du vie siècle av. J.-C. est à mettre plus précisément en relation avec une divinité qui a en charge le renouveau et la croissance de la végétation et des récoltes.

36Piero Orlandini a mis en évidence deux phases bien distinctes dans la vie du sanctuaire, correspondant aux deux couches inférieures de la stratigraphie. La couche 5, qui repose directement sur le substrat naturel, est formée de sable très pur accumulé sur une épaisseur de plus d'un mètre, qui contenait quelques vestiges de petits bâtiments à soubassement de brique crue. Elle est scellée par la couche 4, un épais lit d'argile dans lequel étaient fondés les murs de petits édifices en pierre. L'abondance et la richesse des séries céramiques importées et fabriquées localement permettent de fixer assez précisément les cadres chronologiques de l'histoire du sanctuaire.

37Le matériel le plus ancien se trouve au fond de la couche 5. Il s'agit d'imitations locales de coupes protocorinthiennes géométriques tardives de la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. Un seul vase protocorinthien authentique – un aryballe piriforme fragmentaire – a été identifié. Aucune céramique antérieure au milieu du viie siècle av. J.-C. n'a été repérée. La vie du sanctuaire commence donc plus d’un demi-siècle après la fondation de la cité à la fin du viiie ou au début du viie siècle. Plus haut, dans l'épaisseur de la couche 5, on trouve une majorité de céramiques du Corinthien moyen, auxquelles sont associées des coupes ioniennes et des vases de fabrication locale de la première moitié du vie siècle. La céramique attique est rare, mais on compte au moins une amphorette à figures noires de la première moitié du vie siècle av. J.-C. Enfin, au sommet de la couche, au contact avec l'argile de la couche 4, apparaissent les vases du Corinthien récent I et II associés aussi à de la céramique locale et à des produits de Grèce de l'Est du deuxième tiers du vie siècle. La couche 5 couvre donc une période allant de la seconde moitié du viie au troisième quart du vie siècle.

  • 58  Orsi 1906, col. 720-725.
  • 59  Orlandini 1965-1967.

38L'une des particularités de la couche 5 du sanctuaire de Bitalemi est le grand nombre d'objets et de fragments de bronze qui y ont été mis au jour. Paolo Orsi avait déjà attiré l'attention sur ce fait58, mais c'est Piero Orlandini qui en a véritablement montré toute l'importance en présentant une série de 31 dépôts formés d'une masse de ce métal, sous forme de morceaux de lingots ou de fragments d'objets manufacturés59. Ces lots proviennent de toute l'épaisseur de la couche de sable et de l'ensemble de la superficie explorée. Les plus anciens ont été découverts tout au fond, au niveau où se trouvent les céramiques du dernier quart du viie siècle. Les plus récents, qui sont aussi les plus nombreux, proviennent des trente premiers centimètres superficiels de la couche 5. Ils datent du deuxième tiers du vie siècle. Ces dépôts ont été interprétés comme des offrandes de métal brut sous forme d'aes rude, plus rarement formatum ou signatum, et de fragments d'objets usagés ou anciens conservés pour la masse de métal qu'ils représentent.

  • 60  Nous avons abordé la question des objets métalliques de Bitalemi dans Verger 2003b et 2011.

39La plupart des objets et fragments d’objets sont contemporains de la première phase de fréquentation du sanctuaire, celle de la couche 560. Ils couvrent la même fourchette chronologique que les céramiques grecques locales et importées avec lesquelles ils étaient associés. Ce sont d’abord des éléments du vêtement et de la parure des femmes grecques qui fréquentaient le sanctuaire, des vases et des ustensiles (comme des râpes) utilisés lors des actes rituels – libations, sacrifices, préparation des repas pris collectivement sur place. On trouve par ailleurs des séries d’objets, la plupart du temps fragmentaires, de la fin du viie et de la première moitié du vie siècle av. J.-C., mais qui viennent de régions plus ou moins éloignées de la Sicile méridionale : lot de fibules originaires de la péninsule italique, notamment de la façade adriatique ; parures annulaires et petits ornements caractéristiques du premier âge du fer, du sud, du centre et du centre-est de la France ; objets de la Macédoine et des Balkans et fragments de vases du Caucase. Ces séries étrangères ont suivi des parcours parfois complexes avant d’être déposées dans le sable de Bitalemi, mais toujours dans les limites chronologiques de la couche 5. D’autres objets, moins nombreux, sont, quant à eux, antérieurs pour les uns à la fondation de Gela, pour d’autres au moins à celle du sanctuaire de Bitalemi.

Avant la fondation de Gela : quelques objets indigènes de l’âge du fer sicilien

  • 61 Panvini 1998, p. 222, nVI.24.

40Parmi ces objets anciens, l'une des catégories les mieux représentées est celle des fibules siciliennes ou méridionales de l'âge du fer. Le premier fragment à considérer est une portion d’arc dissymétrique d’une grande fibule serpentiforme à section uniformément circulaire (fig. 9, 1), qui trouve un parallèle assez précis dans un exemplaire de la nécropole de Dessueri près de Butera61. Elle date du ixe ou de la première moitié du viiie siècle av. J.-C. Son origine sicilienne n’est pas entièrement assurée, puisque le type est plutôt rare dans l’île, alors qu’il est très fréquent dans les nécropoles de Calabre et, dans une moindre mesure, dans les régions voisines de la Basilicate et de la Campanie.

9. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer

9. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer

Dessins S. Verger.

  • 62 Lo Schiavo 1977-79a, p. 93, fig. 37, 2 et Lo Schiavo 1977-79b, p. 106-107.
  • 63  La Genière, Sabbione 1983, fig. 3, notamment 62-63 ; La Genière 1991, p. 109, fig, 48, 4 et 51, en (...)

41À Bitalemi, une autre fibule serpentiforme à section uniformément circulaire est caractérisée par un arc court à ressorts très rapprochés (fig. 9, 2). Des exemplaires identiques proviennent de la nécropole de Francavilla Marittima62 près de Sybaris et surtout de la montagne des Murge de Strongoli63. Le nombre relativement important d'exemplaires provenant de ce site pourrait suggérer une origine plutôt calabraise pour cette variante précise. Le type est daté, comme le précédent, de la seconde moitié du ixe ou de la première moitié du viiie siècle av. J.-C.

  • 64  Sur ce type, voir Bovio Marconi 1950, pl. 95-96 (de Ségeste et des environs d’Erice) et maintenant (...)

42Quatre autres fibules serpentiformes, dont une presque entière quoique tordue et cassée, appartiennent au type à appendice pourvu de cornes sur l’arc et à ressort de section rubanée (fig. 9, 3-6). Elles sont rares et plus particulièrement caractéristiques de la Sicile occidentale et centrale. Les exemplaires mis au jour dans les cités grecques de la côte méridionale de la Sicile proviennent de contextes compris entre la fin du viie et le troisième quart du vie siècle av. J.-C. Il s'agit toutefois de dépôts dans des sanctuaires qui contiennent des objets anciens et d'une couche d'habitat où les objets métalliques peuvent être les restes de pratiques votives domestiques complexes. La forme générale est celle des fibules serpentiformes méridionales. On a sans doute affaire à un modèle original sicilien inspiré, d’une part, des modèles de fibules serpentiformes d’Italie méridionale, et, d’autre part, d’éléments peut-être ibériques des xe-ixe siècle av. J.-C. Il doit être contemporain des modèles serpentiformes classiques les plus récents, qui datent de la fin du ixe et du viiie siècles av. J.-C.64.

  • 65  Comme à Ségeste par exemple : Bovio Marconi 1950, pl. 95.

43Une plaque en fine tôle de bronze ornée de quatre groupes de quatre petites spirales en fil riveté s’adaptait sur l'arc d'une fibule, sans doute en fer, qui a disparu (fig. 9, 7). L’exemplaire est bien conservé. Il s’agit aussi d’un type rare, que l’on rencontre, comme le précédent, en Sicile occidentale. L’absence de contextes connus65 empêche de préciser la datation de cette forme qui, comme les autres fibules à plaques siciliennes, doit se placer au viiie ou au viie siècle av. J.-C.

  • 66 Albanese Procelli 1993, fig. 25, SC70 et pl. 50.
  • 67 Zancani Montuoro 1977-79, p. 23-24, fig. 8, n2.

44Parmi les productions méridionales, on peut ranger un des rares objets intacts du dépôt 2 de P. Orlandini, qui est un grand anneau circulaire fermé lisse à section circulaire uniforme (fig. 11, 1). Sa forme est simple mais relativement rare en Sicile. Le dépôt de San Cataldo en a livré de nombreux exemplaires de différentes tailles66. Quelques rares exemplaires isolés proviennent de tombes de Sicile, mais, comme on l’a vu à propos de l’exemplaire de Francavilla Marittima, ce type de parure annulaire est surtout caractéristique du sud de la Campanie, de la Calabre et de la Basilicate au viiie et jusque dans la première moitié du viie siècle av. J.-C.67.

10. Gela, Bitalemi, couche 5, chaînettes en bronze de l’âge du fer

10. Gela, Bitalemi, couche 5, chaînettes en bronze de l’âge du fer

Photographies S. Verger.

Les anneaux simples faisaient partie de parures constituées de plusieurs anneaux concentriques reliés entre eux par des liens organiques, qui étaient portées sur le ventre ou la poitrine par les femmes indigènes de l'Italie du sud.

45Quelques tronçons de chaînettes formées de paires de petits anneaux enchaînés (fig. 10) peuvent être rapprochés de ceux que l’on a mentionnés à propos du Timpone Motta. Ils apparaissent surtout dans les nécropoles de l’âge du fer du sud de la péninsule italique, mais sont également attestés en Sicile au viiie et au début du viie siècle av. J.-C.

Avant la création du sanctuaire : des objets indigènes du viie siècle av. J.-C.

11. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer

11. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer

3. d’après Albanese Procelli ; les autres : dessins S. Verger.

  • 68 Albanese Procelli 1993, passim.

46La couche 5 de Bitalemi a également fourni quelques objets de l’âge du fer sicilien identiques à ceux que l’on rencontre dans les dépôts métalliques des viiie-viie siècle av. J.-C. Il s’agit d’abord de deux petits fragments de flammes de pointes de lance (fig. 11, 1-2). On trouve de nombreux fragments identiques dans le grand dépôt du Mendolito par exemple68.

  • 69 Albanese Procelli 1993, p. 147-148, fig. 45, pl. 34-35.
  • 70 Albanese Procelli 1993, p. 65, fig. 23, pl. 11, G12.

47Par ailleurs, le dépôt 28 de P. Orlandini, qui a été mis au jour au fond de la couche 5 et date donc plutôt du dernier quart du viie siècle, contenait un fragment d’anse de bassin triangulaire à anneau central de type sicilien présentant sur la tranche un décor de tresse moulé (fig. 11, 3-4 et fig. 12) qui est fréquent sur les anses du dépôt du Mendolito69 et attesté sur l’anse complète du dépôt de Giarratana70.

  • 71 Albanese Procelli 1993, p. 159-160, fig. 53, pl. 29.
  • 72 Albanese Procelli 1993, p. 159, fig. 53, pl. 29, M556.

48La troisième catégorie d’objets siciliens que l’on trouve dans les dépôts métalliques de Bitalemi est celle des « astragales », représentés par deux exemplaires entiers. L’un a des reliefs très arrondis et une surface lisse (fig. 11, 5). L’autre est plus anguleux et est orné de chevrons incisés (fig. 11, 6 et fig. 13). Il est identique, pour la forme, à plusieurs exemplaires du dépôt du Mendolito71 et, pour le décor, plus spécifiquement proche de l’un d’entre eux (M 55672).

12. Gela, Bitalemi, couche 5, fragment d’anse de bassin en bronze de l’âge du fer.

12. Gela, Bitalemi, couche 5, fragment d’anse de bassin en bronze de l’âge du fer.

Photographies S. Verger.

13. Gela, Bitalemi, couche 5, « astragale » en bronze de l’âge du fer

13. Gela, Bitalemi, couche 5, « astragale » en bronze de l’âge du fer

Photographies S. Verger.

49Ces différents fragments, caractéristiques des derniers dépôts indigènes de la Sicile interne à l’âge du fer, datent probablement du viiie ou de la première moitié du viie siècle av. J.-C., même si, à Giarratana ou au Mendolito, quelques pièces récentes indiquent que l’enfouissement des dépôts s’est poursuivi jusque dans la seconde moitié du viie siècle.

14. Gela, Bitalemi, couche 5, pommeau à décor ornithomorphe en bronze de l’âge du fer

14. Gela, Bitalemi, couche 5, pommeau à décor ornithomorphe en bronze de l’âge du fer

Photographie S. Verger.

  • 73 La Rosa 1968 (Adrano) ; Privitera 1997, p. 286-289, pl. 68, 4.

50Un autre objet sicilien, dont la fonction n’est pas clairement déterminée, est une pièce reposant sur une base creuse formée d’un disque surmonté d’un cylindre et ornée dans sa partie supérieure de quatre branches terminées par des têtes d’oiseaux aquatiques schématiques (fig. 14). Ce type de pièce rare est caractéristique de l’âge du fer de la Sicile orientale73. Un seul semble avoir été mis au jour en dehors de l’île, en Calabre, dans le lieu de culte de Calderazzo à Medma.

  • 74  F. Lo Schiavo dans Albanese Procelli 1993, p. 246, M461.
  • 75 Frasca 1982.

51D’autres pièces de vêtement et de parure peuvent être attribuées au faciès local du Finocchito, ou plus précisément de ses phases récentes de la première moitié du viie siècle av. J.-C. Un arc de fibule a navicella à arc orné de deux boutons latéraux et de cannelures sommitales (fig. 9, 8) appartient à un type bien connu dans les nécropoles indigènes de Sicile orientale74, notamment dans celle du Finocchito75. Le type est attribué à la phase IIb de cette nécropole, qui peut être datée du premier tiers du viie siècle av. J.-C.

15. Gela, Bitalemi, couche 5, perles en bronze de l’âge du fer

15. Gela, Bitalemi, couche 5, perles en bronze de l’âge du fer

Dessins S. Verger.

  • 76 Panvini 1998, p. 232-233.
  • 77 Frasca 1982.

52Les pièces les mieux représentées sont en fait les perles (fig. 15). On en compte environ 36 exemplaires. La plupart des variantes sont présentes, des perles olivaires courtes aux perles biconiques longues, mais la variante la plus allongée est absente. Dans plusieurs dépôts, elles ont été trouvées par groupes, ce qui pourrait indiquer qu’elles étaient déposées en colliers. C’est ce qui fait la différence entre les contextes indigènes, comme les nécropoles de Butera76 et de Monte Finocchito77 par exemple, où les perles sont trouvées par groupes, parfois de plusieurs dizaines d’exemplaires, et les contextes grecs, comme les nécropoles de Camarina et Mégara Hyblaea, où elles sont toujours isolées et portées comme des amulettes plutôt que comme des éléments d’une parure cohérente.

  • 78 Albanese Procelli 1993, p. 154-155, fig. 49, n494 et 497 et p. 192-193.
  • 79  Frasca 1982, passim.
  • 80 MAL XXV, col. 578, note 1.
  • 81 Frasca 1982, p. 66-70, fig. 15-16.

53Quelques rares fragments de perles de ces types se trouvaient dans le dépôt du Mendolito78, mais elles sont surtout très bien représentées dans les mobiliers funéraires des nécropoles indigènes de Sicile orientale, comme Monte Finocchito79 et Tremenzano80, où elles sont datées du viiie et de la première moitié du viie siècle av. J.-C. (phase Finocchito II de Massimo Frasca). Elles sont attestées jusque dans la seconde moitié du viie siècle (à Butera, en association avec de la céramique protocorinthienne originale ou d’imitation). La version longue et biconique n'apparaît que dans les tombes les plus récentes, qui datent de la première moitié du viie siècle81.

  • 82 Papadopoulos 2003, p. 72, n189, fig. 93, e-f.
  • 83 Pace 2001, p. 44-45, fig. 3, 4.
  • 84 Kilian 1975.

54Dans les tombes grecques, on peut en trouver toutes les variantes au moins jusque dans la première moitié du vie siècle av. J.-C., mais il est alors difficile de préciser s’il s’agit de parures encore portées et fabriquées couramment, ou bien de bijoux indigènes anciens conservés pour leur valeur magique supposée. Plusieurs perles olivaires ou biconiques siciliennes ont été mises au jour dans des sanctuaires grecs de Sicile orientale (à Syracuse), de Grande-Grèce (à Francavilla Marittima82 et Cozzo Michelicchio83 dans le territoire de Sybaris) et de la mer Égée (à Éphèse en particulier). Cela n'implique nullement qu'elles étaient fabriquées par les Grecs ou en dehors de l'île comme cela était supposé par Klaus Kilian84.

Quelques objets étrangers anciens

  • 85  Dans Pellegrini, Macellari 2002, p. 108, fig. 17, 5.
  • 86 Gastaldi 1979, p. 22, fig. 18 (t. 162).
  • 87 Pigorini 1877, p. 119, pl. 6, 1 et 6.
  • 88  Catalogue sommaire illustré 1989.

55Le dépôt 19 de P. Orlandini contient un fragment de hache à emmanchement transversal à grand appendice tronconique à la base du talon (fig. 11, 8). Rosa Maria Albanese Procelli85 le rapproche d’une hache de la tombe 162 de San Valentino Torio en Campanie, datée de la seconde moitié du viiie ou de la première moitié du viie siècle av. J.-C. Mais ce type d’appendice, qui ne se retrouve sur aucune autre hache de la région86, est en revanche bien connu dans les régions du nord de l’Adriatique87. L’exemplaire de Bitalemi pourrait être originaire de cette zone. Le parallèle le plus précis pour cette hache est un exemplaire entier conservé au musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, issu de l’ancienne collection de Jules Charvet, acquis semble-t-il à Turin mais de provenance malheureusement inconnue88.

16. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments de bouclier et d’anse en bronze de l’âge du fer

16. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments de bouclier et d’anse en bronze de l’âge du fer

Dessins S. Verger.

  • 89 Perdrizet 1908, p. 105, fig. 364-365, n528-530 ; Lerat 1980, p. 96, fig. 6. La question a été réc (...)
  • 90 Furtwängler 1890, n694 ; Kunze 1956, p. 42, fig. 20-21 ; Bol 1989, p. 1-2, pl. 1, A1-4.
  • 91  Lerat 1980, fig. 5.
  • 92  Sur les boucliers du type de Herzsprung, voir Hencken 1950 (avec carte de répartition à la fig. 19 (...)
  • 93 Perdrizet 1908, p. 105-106, pl. 17, 1 ; Aurigny 2009, p. 178, pl. 138, n256b.

56Les productions métalliques de la Méditerranée orientale sont représentées par un tout petit nombre de fragments anciens. Le premier d'entre eux est un bout de tôle fine ornée d'une composition au repoussé formée d'une ligne ondulée serpentant autour de cercles pointés (fig. 16, 1). Cette forme précise d'ornementation n'est attestée que sur une série de revêtements de boucliers circulaires présents notamment dans les plus grands sanctuaires de la Grèce, comme ceux de Delphes89 et, dans une moindre mesure, d'Olympie90. Certains de ces fragments devaient appartenir à des armes semblables au bouclier complet d’une tombe d'Idalion en Chypre91, sur lequel la frise forme la partie externe d'une décoration simple constituée de cercles concentriques à échancrure triangulaire caractéristique des boucliers du type de Herzsprung. Cette forme apparaît en Europe du Nord à l'âge du bronze final, peut-être dès le xiiie siècle av. J.-C.92. Le sanctuaire de Delphes a livré par ailleurs un fragment associant une frise périphérique curviligne et un registre rempli d'animaux obtenus au repoussé d'inspiration orientale93. Dans la plupart des cas toutefois, les fragments de Delphes, qui forment la série la plus importante, ne présentent aucune autre décoration que celle du méandre. On peut supposer que les boucliers ornés d'une composition du type de celle de Bitalemi sont des productions orientales, peut-être chypriotes, du viiie ou de la première moitié du viie siècle av. J.-C. Le fragment de Géla est le seul actuellement connu en Méditerranée occidentale.

  • 94 Kokalos, 22-23, 1976-1977, II, 1, p. 429-430, fig. 4.
  • 95 Young 1981, p. 124-126, pl. 64, E-F ; Toker 1992, p. 104-105 et 203-204, n83-84.

57Le deuxième objet probablement oriental est un fragment de tige coudée de section circulaire (fig. 16, 2). Malgré le caractère très fragmentaire de la pièce, on peut proposer d’y reconnaître un fragment d’anse montante de bassin. Le parallèle le plus proche provient du sanctuaire de Molarella à Licata94 sur la côte à l’ouest de Géla, qui appartient sans aucun doute à une anse de bassin phrygien du type des vases n° 51 et 52 du grand tumulus MM de Gordion daté du troisième quart du viiie siècle av. J.-C.95.

Les objets anciens de Bitalemi, témoins de formes complexes de dépôt du métal

58Parmi les objets métalliques les plus anciens de Bitalemi, on peut donc distinguer deux groupes. Le premier est constitué de pièces antérieures à la fondation de Gela. Or, on ne connaît pas de traces d’un établissement antérieur à la fondation de la colonie rhodio-crétoise sur l’ensemble du site. Le deuxième comprend des objets qui peuvent être postérieurs à la fondation de Gela, mais qui sont antérieurs à la création du sanctuaire. Or, le site n’a restitué aucun indice d’une fréquentation antérieure. Tous ces objets étaient donc des antiquités lorsqu’ils ont été déposés dans le sable de la couche 5.

59Il faut sans doute distinguer plusieurs situations différentes. Certaines pièces, comme les petites perles olivaires et biconiques, ont pu être longtemps conservées par les femmes grecques de Sicile, car elles servaient couramment d’amulettes pour la protection des petits enfants. Plusieurs tombes infantiles de Mégara Hybalea et de Sélinonte en ont ainsi livré. Elles ont donc pu parvenir dans le sanctuaire plusieurs décennies après la disparition du type dans les sociétés indigènes du centre de l’île. Elles ont alors dû se mêler aux petits objets de parure féminine grecs qui étaient également déposés dans le sable par les fidèles du lieu de culte.

  • 96 Albanese Procelli 1993, p. 161, fig. 54, M575 et p. 200.
  • 97 Egg 1983, p. 198-200, n18, fig. 4, 1, pl. 24, 1 et p. 204-205, pl. 26 ; Naso 2003, p. 11 -19, fig (...)

60D’autres pièces, comme celles que l’on trouve dans les grands dépôts de bronze indigènes, n’étaient sans doute plus en usage au moment de la création du sanctuaire. Il n'est pas impossible que ces fragments soient arrivés à Gela sous forme de lot constitué. Deux d'entre eux faisaient partie du dépôt 28, qui se trouvait au fond de la couche et avait donc été déposé dans le dernier quart du viie siècle av. J.-C., peu de temps après la création du lieu de culte. Or, on suppose maintenant que les derniers dépôts indigènes de Sicile ont été enfouis dans la seconde moitié du viie siècle, même s'ils contiennent des objets plus anciens. C'est le cas du grand dépôt du Mendolito, comme Rosa Maria Albanese a pu le montrer grâce à l'identification d'un rebut de fusion conservant encore une pointe de flèche à trois ailerons d'un type oriental qui n'est pas attesté avant le dernier tiers du viie siècle96. C'est aussi le cas de l'ensemble conservé au Römisch Germanisches Zentralmuseum de Mayence, qui contient un fragment de Glockenpanzer grecque de la seconde moitié du viie siècle97. L'enfouissement des grands dépôts métalliques de la Sicile indigène et l'entrée des objets siciliens dans le sanctuaire de Bitalemi sont deux phénomènes contemporains qui marquent une étape importante dans la transformation des sociétés indigènes de Sicile centrale et dans les relations rituelles qu'elles entretiennent avec les cités grecques de la côte méridionale de l'île.

  • 98 Albanese Procelli 1993, p. 63, fig. 23, G5, et p. 97.
  • 99 Sikania 2005, p. 246-247.

61La très grande majorité des objets en bronze déposés dans la couche 5 de Bitalemi est constituée de parures féminines. Les armes, en bronze comme d'ailleurs en fer, sont très rares. On peut mentionner seulement, en dehors des deux fragments de grandes lances indigènes, le morceau de revêtement de bouclier circulaire de type oriental. Ce dernier s'insère difficilement dans le tableau général des offrandes effectuées à Bitalemi. Or plusieurs dépôts indigènes tardifs contenaient des armes originaires de Grèce ou de Méditerranée orientale. On l'a vu pour ceux du Mendolito et du musée de Mayence. C'est aussi le cas pour celui de Giarratana, qui rassemblait des objets indigènes du viiie siècle. Il contenait aussi une pointe de flèche ou de javelot à soie effilée d'une forme par ailleurs inconnue en Sicile, que Rosa Maria Albanese attribue à un type fréquent dans la mer Égée et en Chypre, du bronze récent à l'époque archaïque98. Enfin, les nouvelles fouilles effectuées dans les bâtiments à vocation cultuelle de Polizzello ont livré un casque en bronze de type crétois datable de la seconde moitié du viie siècle99. On peut émettre l'hypothèse selon laquelle ce fragment de bouclier, unique en Méditerranée occidentale, faisait partie d'un lot d'objets indigènes entré dans le sanctuaire au moment de sa fondation ou peu de temps après, puis dispersé au gré de pratiques votives complexes dans plusieurs dépôts métalliques de la couche 5.

  • 100 Fiorentini 1969, p. 71-76.
  • 101 Albanese Procelli 1993, p. 109-207.

62Le temps qui s’est écoulé entre l’arrivée à Gela de tous ces objets indigènes anciens et leur dépôt dans le sanctuaire est difficile à estimer, mais il a pu être important. L’examen attentif des associations d’objets dans les divers lots votifs connus dans le sud de l’île permet de supposer, en effet, qu'il existait dans certaines cités grecques de cette région, dans le dernier tiers du viie et les deux premiers tiers du vie siècle av. J.-C., des formes de stockage probablement public du bronze usagé : certaines réserves contenaient essentiellement des fragments de lingots, d’autres des lots de fragments d'objets pour la plupart non grecs. On ne peut guère préciser davantage le mode de formation de la première forme, qui est documentée par le pithos 6 de Santa Anna à Agrigente100, faute d'étude morphologique et chimique précise des lingots. En revanche, diverses observations permettent de restituer la dynamique de formation du second type de stock. Y étaient regroupés des objets presque exclusivement non grecs apportés soit sous forme d'objets isolés utilisés sur place par les Grecs comme objets usuels (des vases étrusques par exemple), liés à des pratiques spécifiques (comme des vases originaires du Caucase) ou bien utilisés comme amulettes (comme des perles et petites pendeloques de Sicile indigène, de France du Sud et des Balkans), soit sous forme de lots constitués. Parmi ces derniers, on peut mentionner : d’une part, les petits lots de fragments d'objets indigènes de Sicile anciens, sans doute rassemblés dans l'intérieur de l'île selon les mêmes modalités que pour la constitution des dépôts métalliques indigènes101 ; d’autre part, d’importantes séries de fragments de parures et d'objets originaires des sociétés indigènes de la Gaule méridionale et centrale et datables de la fin du viie et de la première moitié du vie siècle.

63Ces réserves de métal très composites n'étaient pas immédiatement enfouies. Elles étaient accessibles et l'on pouvait en extraire des pièces isolées ou de petits lots, par exemple pour les besoins de certaines pratiques cultuelles collectives (illustrées par les trouvailles de Bitalemi) ou privées (documentées par les découvertes faites dans les maisons du quartier de l’agora de Sélinonte).

  • 102  Sur l’extrême complexité de la circulation du métal dans ces contextes, voir Verger 2006.

64Cette spécificité de la thésaurisation du métal dans les cités grecques du sud de la Sicile permet d’expliquer plus facilement la présence des objets les plus anciens de la couche 5 de Bitalemi : ils ont pu connaître un premier stockage dans leur communauté d’origine, puis être portés à Gela où ils ont rejoint une autre réserve accessible, dans laquelle ils ont pu rester pendant des années, voire des décennies avant d’en être extraits pour faire l’objet d’une offrande dans le thesmophorion de la cité102.

65Contrairement aux objets indigènes anciens du Timpone Motta, ils ne permettent de supposer ni un culte indigène antérieur à la fondation de la cité grecque, ni une fréquentation indigène précoce du thesmophorion, ni même une influence des formes indigènes de dévotion dans le culte thesmophorique à Gela. Ils illustrent plutôt une manière propre aux Grecs de la Sicile méridionale de gérer les stocks de métaux recyclés, en fonction de l’aspect et de l’origine des pièces qui les constituent, et d’en extraire une partie à des fins religieuses, dans le cadre de pratiques dévotionnelles d’une grande complexité, propres aux femmes qui fréquentaient les lieux de culte de Déméter et Korè. Dans ce contexte, on devait supposer que les objets indigènes anciens, ainsi que ceux qui provenaient de régions très lointaines, comme la Gaule ou le Caucase, avaient des vertus magiques particulières, reliques des temps antiques et des extrémités du monde.

Conclusion

66Les deux sanctuaires du Timpone Motta et de Bitalemi présentent divers points communs : ils dépendent d’une colonie grecque fondée à peu près au même moment ; ils abritent le culte de divinités féminines liées au cycle de la reproduction – une déesse assimilée à Athéna dans un cas, Déméter et Korè dans le second – ; ils ont livré des séries plus ou moins importantes d’objets antérieurs à la date d’installation du culte grec.

67Mais l’examen attentif de ces lots d’objets anciens oriente vers deux types d’interprétation radicalement opposés : d’un côté, ils permettent de mettre en évidence des formes de continuité entre des pratiques collectives indigènes peut-être précocement hellénisées et un culte grec colonial ; de l’autre, ils contribuent à reconstituer des formes complexes de circulation du métal recyclé entre les sociétés indigènes de la Sicile interne et les cités grecques de la côte, qui expliquent la conservation de fragments d’objets très anciens dans des lieux de culte créés ex novo seulement à la fin du viie siècle.

68Les deux exemples illustrés ici montrent au moins que, si l’on veut tirer des plus anciens objets métalliques d’un sanctuaire des indications sur l’origine et les débuts de ce dernier, seul un examen très précis et sans a priori de leur contexte de découverte et de leur relation avec le reste de la série métallique livrée par le site peut éventuellement empêcher de faire de grossiers contresens. Il faudrait, pour aller plus loin, entreprendre d’effectuer une typologie systématique des situations rencontrées dans l’ensemble du monde grec, tâche qui excèderait largement les limites de la présente contribution.

Bibliographie

Albanese Procelli 1990 : R. M. Albanese Procelli, « Appunti sui rapporti tra la metallurgia calabra e siciliana in età protostorica », dans A Sud di Velia I, Tarante, 1990, p. 117-131.

Albanese Procelli 1993 : R. M. Albanese Procelli, Ripostigli di bronzi della Sicilia nel museo archeologico di Siracusa, Palerme, 1993.

Arena 1992 : R. Arena, Iscrizioni greche arcaiche di Sicilia e Magna Grecia. Iscrizioni di Sicilia, II. Iscrizioni di Gela e Agrigento, Milan, 1992.

Aurigny 2009 : H. Aurigny, Delphes au viie siècle av. J.-C. Recherches sur les offrandes et la fréquentation du sanctuaire, mémoire de doctorat de l’université de Paris-Sorbonne, Paris, 2009.

Baumer 2010 : L. Baumer, « Fin d’un culte ? Sur la fermeture des sanctuaires de Déméter en Grande Grèce et en Grèce », dans Mémoires de la religion grecque, Paris, 2010, p. 119-143.

Bettelli 2006 : M. Bettelli, « Offerte votive e simboli di culto dall’Italia all’Egeo nel secondo millennio a. C. », dans A. Naso (éd.), Stranieri e non cittadini nei santuari greci, Firenze, 2006, p. 140-157.

Bianco Peroni 1976 : V. Bianco Peroni, I coltelli nell’Italia continentale (Prähistorische bronzefunde, VII, 2), Munich, 1976.

Boardman 1964 : J. Boardman, The Greeks Overseas, Londres, 1964 (rééd. 1980) [cité d'après l'édition italienne, Florence, 1986].

Bol 1989 : P.C. Bol, Argivische Schilde, Berlin/New York, 1989.

Bovio Marconi 1950 : J. Bovio Marconi, « El problema de los Elimos a la luz de los descubrimientos recientes », Ampurias. Revista de prehistoria, arqueología y etnología, 12, 1950, p. 79-96.

Catalogue sommaire illustré 1989 : Catalogue sommaire illustré des collections du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, Archéologie comparée, 2. Europe orientale, Asie, Océanie, Amérique, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989.

Coldstream, Catling 1996 : J. N. Coldstream, H.W. Catling, Knossos North Cemetery. Early Greek Tombs, II, Londres, 1996.

De Lachenal 2006 : L. De Lachenal, « Francavilla Marittima. Per una storia degli studi », dans F. van der Wielen - van Ommeren, L. De Lachenal (éd.), La dea di Sibari e il santuario ritrovato. Studi sui rinvenimenti dal Timpone Motta di Francavilla Marittima, I.,1. Ceramiche di importazione, di produzione coloniale e indigena (BdA volume speciale), Rome, 2006, p. 16-81.

Dubois 1989 : L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales de Sicile. Contribution à l'étude du vocabulaire grec colonial, Rome, 1989.

Fiorentini 1993 : G. Fiorentini, « Attività di indagini archeologiche della Soprintendenza ai Beni culturali e ambientali di Agrigento », Kokalos, 39-40, II, 1, 1993-1994.

Frasca 1982 : M. Frasca, La necropoli di Monte Finocchito, Palerme, 1982.

Frasca 1992 : M. Frasca, « Tra Magna Grecia e Sicilia : origine e sopravvivenza delle coppie-amuleto a figura umana », BdA, 76, 1992, p. 19-24.

Furtwängler 1890 : A. Furtwängler, Die Bronzen und die übrige kleineren Funde von Olympia, Berlin, 1890.

Gastaldi 1979 : P. Gastaldi, « Le necropoli protostoriche della valle del Sarno : proposta per una suddivisione in fasi », AION, 1, 1979, p. 13-57.

Graslund 1967 : B. Graslund, “The Herzsprung Shield Type and its Origine”, Acta archaeologica, 38, 1967, p. 59-71.

Greci, Enotri e Lucani 1996 : Greci, Enotri e Lucani nella Basilicata meridionale, Naples, 1996.

Hencken 1950 : H. Hencken, “Herzsprung Shields and Greek Trade”, AJA, 54, 1950, p. 295-309.

Hinz 1998 : V. Hinz, Der Kult von Demeter und Kore auf Sizilien und in der Magna Grecia, Wiesbaden, 1998.

Kilian 1975 : K. Kilian, „Trachtzubehör der Eisenzeit zwischen Ägäis und Adria“, Prähistorische Zeitschrift, 50, 1975, p. 9-140.

Kleibrink 2000a : M. [Maaskant] Kleibrink, « Enotri, Greci e i primi culti nell’ “Athenaion” a Francavilla Marittima », Magna Graecia, 35, 2000, p. 18 et 21-30.

Kleibrink 2000b : M. [Maaskant] Kleibrink, “Early cults in the Athenaion at Francavilla Marittima as Evidence for a Pre-colonial Circulation of nostoi stories”, dans F. Krinzinger (éd.), Die Ägäis und das westliche Mittelmeer: Beziehungen und Wechselwirkungen 8.bis 5 Jh. v. Chr., Vienne, 2000, p. 165-184.

Kleibrink 2003 : M. Kleibrink [Maaskant], Dalla lana all’acqua. Culto e identità nell’Athenaion di Lagaria, Francavilla Marittima, Rossano, 2003.

Kleibrink 2004 : M. Kleibrink, “Towards an Archaeology of Oinotria, observations on indigenous patterns of religion and settlement in the coastal plain of Sybaris (Calabria)”, dans P. Attema (éd.), Centralization, Early Urbanization and Colonization in First Millennium BC Italy and Greece, Leuven/Paris/Dudley, Ma, 2004, p. 29-96.

Kleibrink 2006 : M. Kleibrink, Oenotrians at Lagaria near Sybaris. A native proto-urban centralised settlement, Londres, 2006.

Kossack 1954 : G. Kossack, Studien zum Symbolgut der Urnenfelder- und Hallstattzeit Mitteleuropas, Berlin, 1954.

Kunze 1956 : E. Kunze, „Schildbeschläge“, dans V. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin, 1956, p. 35-68.

La Genière 1991 : J. de La Genière, « Au pays de Philoctète, la montagne des Murge ; recherches dans les nécropoles », dans J. de La Genière (éd.), Epéios et Philoctète en Italie. Données archéologiques et traditions légendaires, Naples, 1991, p. 75-116.

La Genière 1992 : J. de La Genière, « Greci e Indigeni in Calabria », AMSMG, terza serie 1, 1992, p. 111-120.

La Genière, Sabbione 1983 : J. de La Genière, C. Sabbione, « Indizi della Macalla di Filottete (Le Murge di Strongoli) », AMSMG, 1983-1984, p. 163-192.

La Rosa 1968 : V. La Rosa, « Bronzetti indigeni della Sicilia », Cronache di Archeologia e Storia dell'Arte, 7, 1968, p. 7-136.

Lattanzi, Vagnetti 1983-84 : E. Lattanzi, L. Vagnetti, « Documenti micenei dalla Motta », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 157-160.

Lerat 1980 : L. Lerat, « Trois boucliers archaïques de Delphes », BCH, 104, 1980, p. 93-114.

Lo Schiavo 1977-79a : F. Lo Schiavo, « Le fibule di bronzo : Catalogo degli esemplari dalle zone esplorate », AMSMG, 18-20, 1977-1979, p. 93-102.

Lo Schiavo 1977-79b : F. Lo Schiavo, « Alcune osservazioni sulle fibule di bronzo da Francavilla Marittima », AMSMG, 18-20, 1977-1979, p. 103-109.

Lo Schiavo 1980-82 : F. Lo Schiavo, « Le fibule di bronzo. Catalogo degli esemplari dalle Tombe T. 1-54 », AMSMG, 21-23, 1980-1982, p. 131-139.

Lo Schiavo 1983-84a : F. Lo Schiavo, « Le fibule di bronzo. Catalogo degli esemplari dalle Tombe T. 57-93 », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 111-126.

Lo Schiavo 1983-84b : F. Lo Schiavo, « Le fibule dall’acropoli sulla Motta », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 127-134.

Lo Schiavo 1983-84c : F. Lo Schiavo, « Fibule da Francavilla nel Museo Civico di Cosenza dono del Dott. Agostino De Santis », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 135-138.

Lo Schiavo 1983-84d : F. Lo Schiavo, « Altre osservazioni sulle fibule di bronzo da Francavilla », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 139-156.

Lo Schiavo 2009 : F. Lo Schiavo, « Fibule a gomito di tipo elimo ed altre fibule da Erice e Segesta », dans C. Ampolo (éd.), Immagine e immagini della Sicilia e di altre isole del Mediterraneo antico, Pise, 2009, p. 739-741.

Martelli 2004 : M. Martelli, « Riflessioni sul santuario di Francavilla Marittima », BdA, 127, 2004, p. 1-24.

Matthäus 1980 : H. Matthäus, „Italien und Griecheland in der ausgehenden Bronzezeit“, JDAI, 95, 1980, p. 109-139.

Orlandini 1965-1967 : P. Orlandini, « Gela ‑ Depositi votivi di bronzo premonetale nel santuario di Demetra Thesmophoros a Bitalemi », Annali dell'Istituto Italiano di Numismatica, 12-14, 1965-1967, p. 1-20.

Orlandini 1966 : P. Orlandini, « Lo scavo del thesmophorion di Bitalemi e il culto delle divinità ctonie a Gela », Kokalos, 12, 1966, p. 8-35.

Orlandini 1967 : P. Orlandini, « Gela : nuove scoperte nel thesmophorion di Bitalemi », Kokalos, 13, 1967, p. 177-179.

Orlandini 1968 : P. Orlandini, « Diffusione del culto di Demetra e Kore in Sicilia », Kokalos, 14-15, 1968-1969, p. 334-338.

Orlandini 2003 : P. Orlandini, « Il thesmophorion di Bitalemi (Gela) : nuove scoperte e osservazioni », dans G. Fiorentini, M. Caltabiano et A. Calderone (éd.), Archeologia del Mediterraneo. Studi in onore di Ernesto De Miro, Rome, 2003, p. 507-513.

Orsi 1906 : P. Orsi, « Gela. Scavi del 1900-1905 », MAL, 17, 1906, col. 1-758.

Pace 1999 : R. Pace, Le Site calabrais de Cozzo Michelicchio. Contribution à la connaissance de la plaine de Sybaris, mémoire de D.E.A. de l’université de Paris I, 1999.

Pace 2001 : R. Pace, « Les objets en bronze du site de Cozzo Michelicchio (Cosenza) », MEFRA, 113-1, 2001, p. 33-69.

Pace 2005 : R. Pace, « La storia del santuario di Cozzo Michelicchio attraverso i rinvenimenti di Luigi Viola », dans A. Comella et S. Mele (éd.), Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana, Bari, 2005, p. 669-676.

Pace 2008 : R. Pace, « La déesse et les jeunes filles : figures féminines du sanctuaire de Francavilla Marittima (Calabre) », Histoire de l’art, 68, 2008, p. 13-23.

Pace 2010 : R. Pace, « Le Timpone Motta à Francavilla Marittima, de la résidence indigènes au temple grec ? », Dossiers d’archéologie, 339, mai-juin 2010, p. 22-27.

Pace 2011a : R. Pace, « La Dea di Francavilla Marittima e le sue rappresentazioni », dans F. Quantin (éd.), Archéologie des religions antiques, Pau, 2011, p. 103-125.

Pace 2011b : R. Pace, « Orientalia a Francavilla Marittima », dans M. Intrieri et s. Ribichini (éd.), Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia. Popoli a contatto, culture a confronto, Rome, 2011, p. 81-107.

Panvini 1998 : R. Panvini, Gela. Il museo archeologico. Catalogo, Gela, 1998.

Papadopoulos 2003 : J. K. Papadopoulos, La dea di Sibari e il santuario ritrovato. Studi sui rinvenimenti dal Timpone Motta di Francavilla Marittima, II, 1. The Archaic Votive Metal Objects (BdA volume speciale), Rome, 2003.

Pascucci 1994 : Pascucci, « Francavilla-Timpone Motta. Abitato », dans R. Peroni et F. Trucco (éd.), Enotri e Micenei nella Sibaritide, II.Altri siti della Sibaritide, Tarante, 1994, p. 663-667.

Pellegrini, Macellari 2002 : E. Pellegrini, R. Macellari (éd.), I lingotti con il segno del ramo secco. Considerazioni su alcuni aspetti socio-economici nell’area etrusco-italica durante il periodo tardo arcaico, Rome, 2002.

Perdrizet 1908 : P. Perdrizet, Fouilles de Delphes, V, Paris, 1908.

Peroni, Cardarelli 1977-79 : R. Peroni, A. Cardarelli, « Novità sull’età del Bronzo in Calabria », AMSMG, 18-20, 1977-1979, p. 113-125.

Peroni, Trucco 1994 : R. Peroni, F. Trucco (éd.), Enotri e Micenei nella Sibaritide, Tarante, 1994.

Pigorini 1877 : L. Pigorini, « Fonderia di S. Pietro presso Gorizia », BPI, 1877, p. 116-127.

Privitera 1997 : F. Privitera, « Scavi e ricerche nei comuni di Calatabiano e Fiumefreddo di Sicilia e nella necropoli di Monte Judica », Kokalos, 43-44, 1997-1998, II, 1, p. 275-289.

Rolley 1983 : Cl. Rolley, « Les grands sanctuaires panhelléniques », dans R. Hägg (éd.), The Greek Renaissance, Stockholm, 1983, p. 109-114.

Rolley 1992 : Cl. Rolley, « L’Hérôon de Poseidonia et les bronzes de Sybaris », AMSMG, terza serie 1, 1992, p. 259-262. 

Rolley 2003 : Cl. Rolley, « Delphes de 1500 à 575 av. J.-C. : nouvelles données sur le problème “rupture et continuité” », dans Olympia 1875-2000 : 125 Jahre Deutsche Ausgrabungen, Mayence, 2003, p. 273-279.

Rubat Borel 2009 : F. Rubat Borel, « Tipologia e cronologia degli elementi del ripostiglio di Chiusa di Pesio », dans M. Venturino Gambari (éd.), Il ripostiglio del Monte Cavanero di Chiusa di Pesio (Cuneo), Alessandria, 2009.

Santuari della Magna Grecia 1996 : Santuari della Magna Grecia in Calabria, E. Lattanzi et alii (éd.), cat. exp., Naples, 1996.

Schauer 1980 : P. Schauer, „Der Rundschild der bronze- und frühen Eisenzeit“, JbRGZM, 27, 1980, p. 196-248.

Sguaitamatti 1984 : M. Sguaitamatti, L'Offrande de porcelet dans la coroplathie géléenne : Étude typologique, Mayence, 1984.

Sikania 2005 : Sikania. Tesori archeologici dalla Sicilia centro-meridionale (secoli XIII-VI a. C.), Palerme, 2005.

Stoop 1970-71 : M. W. Stoop, « Francavilla Marittima : B) Santuario sul Timpone della Motta. Bronzi », AMSMG, 11-12, 1970-1971, p. 38-50.

Stoop 1974-76 : M. W. Stoop, « Francavilla Marittima : B) Acropoli sulla Motta. Fibule ; Oro ; Argento e Oro ; Argento e Bronzo ; Argento », AMSMG, 15-17, 1974-1976, p. 147-152.

Stoop 1980 : M. W. Stoop, « Note sugli scavi nel santuario di Athena sul Timpone della Motta (Francavilla Marittima-Calabria) 3 », BABesch, 55, 1980, p. 163-179.

Stoop 1987 : M. W. Stoop, « Note sugli scavi nel santuario di Athena sul Timpone della Motta (Francavilla Marittima-Calabria) 7. Oggetti di bronzo vari (animali, ornamenti personali, armi, varia) », BABesch, 62, 1987, p. 21-31.

Toker 1992 : A. Toker, Museum of Anatolian Civilizations. Metal Vessels, Istanbul, 1992.

uckelmann 2011: M. Uckelmann, “The Function of Bronze Age Shields”,dans M. Uckelmann et M. Mödlinger (éd.), Bronze Age Warfare: Manufacture and use of Weapoury, BAR International Series 2255, Oxford, 2011, p. 187-199.

Uhlenbrock 1988 : J.-P. Uhlenbrock, The Terracotta Protomai from Gela, Rome, 1988.

Verger 2003a : S. Verger, « Note sur quelques objets en bronze du Sanctuaire de Claros », dans J. de La Genière et V. Jolivet (éd.), Cahiers de Claros II. L’aire des sacrifices, Paris, 2003, p. 173-177. 

Verger 2003b : S. Verger, « Des objets gaulois dans les sanctuaires archaïques de Grèce, de Sicile et d’Italie », CRAI, 2003, p. 523-569.

Verger 2006 : S. Verger, « À propos des vieux bronzes du dépôt d’Arbedo. Essai de séquençage d’un ensemble complexe », dans G. Bataille et J.-P. Guillaumet (éd.), Les Dépôts métalliques au second âge du fer en Europe tempérée, (Actes de la table ronde de Bibracte, 13-14 octobre 2004), Glux-en-Glenne, 2006, p. 23-55.

Verger 2010 : S. Verger, « Les débuts de l’architecture monumentale grecque du Ier millénaire av. J.-C. », Dossiers d’archéologie, 339, mai-juin 2010, p. 16-20.

Verger 2011 : S. Verger, « Dévotions féminines et bronzes de l’extrême Nord dans le thesmophorion de Gela », dans F. Quantin (éd.), Archéologie des religions antiques, Pau, 2011, p. 15-76.

Young 1981 : R. S. Young, The Gordion Excavations Final Reports, I. Three Great Early Tumulus, Philadelphie, 1981.

Zancani Montuoro 1966 : P. Zancani Montuoro, « Coppie dell’Età del ferro in Calabria », Klearchos, 29-32, 1966, p. 197-224.

Zancani Montuoro 1970-71 : P. Zancani Montuoro, « Francavilla Marittima : A) Necropoli di Macchiabate. Coppa di bronzo sbalzata », AMSMG, 11-12, 1970-1971, p. 7-36.

Zancani Montuoro 1974-76 : P. Zancani Montuoro, « Francavilla Marittima : A) Necropoli. Tre notabili enotrii dell’VIII sec. a. C. », AMSMG, 15-17, 1974-1976, p. 9-106.

Zancani Montuoro 1977-79 : P. Zancani Montuoro, « Francavilla Marittima : A) Necropoli di Macchiabate. Saggi e scoperte in zone varie », AMSMG, 18-20, 1977-1979, p. 7-91.

Zancani Montuoro 1980-82 : P. Zancani Montuoro, « Francavilla Marittima : A) Necropoli e ceramico a Macchiabate. Zona T. (Temparella) », AMSMG, 21-23, 1980-1982, p. 7-129.

Zancani Montuoro 1983-84 : P. Zancani Montuoro, « Francavilla Marittima : Necropoli di Macchiabate. Zona T. (Temparella, continuazione) », AMSMG, 24-25, 1983-1984, p. 7-110.

Notes

1  Rolley 1983 et 2003.

2  Le site, mis en évidence par P. Zancani Montuoro, a été fouillé en collaboration avec M. W. Stoop, dont les publications sont parues régulièrement dans les Atti e Memorie della Società Magna Grecia et dans BABesch. Voir aussi Pascucci 1994, p. 663-667 ; et sur les fouilles récentes Kleibrink 2000a, p. 18 et 21-30 ; Kleibrink 2000b, p. 165-184 ; Kleibrink 2003 ; Kleibrink 2006. Pour la bibliographie complète voir : « Francavilla Marittima », par J. de La Genière, dans BTCGI, VII, 1989 ; Santuari della Magna Grecia 1996, p. 189-220 ; De Lachenal 2006, p. 16-81 ; Pace 2011a.

3  C’est d’ailleurs à cette phase récente de la fréquentation du sanctuaire que Claude Rolley s’est intéressé plus spécifiquement, et notamment aux fragments brûlés d’hydries en bronze de l’« atelier du cratère de Vix » : Rolley 1992.

4  Peroni, Cardarelli 1977-79, p. 123, fig. 3, n4 ; Stoop 1987, p. 30, fig. 26 ; Pascucci 1994, p. 666 ; pour le type et les comparaisons, voir Bianco Peroni 1976, p. 14, n16-19, pl. 64, a.

5  Bettelli 2006, p. 143-144, fig. 2, 6 et 8.

6  Papadopoulos 2003, p. 126-127, fig. 156, e-f.

7 Kossack 1954.

8 Matthäus 1980, p. 117-122 ; Coldstream, Catling 1996, p. 526-528.

9  Rubat Borel 2009, p. 99, fig. 67, 5 et 66.

10 Coldstream, Catling 1996, p. 526-528, fig. 165 et pl. 265, f5.

11 Lattanzi, Vagnetti 1983-1984.

12 Verger 2003a, p. 173-174, fig. 57, 1-2.

13  Fouillée et publiée par Paola Zancani Montuoro, voir Zancani Montuoro 1970-71, p. 7-36 ; Zancani Montuoro 1974-76, p. 9-106 ; Zancani Montuoro 1977-79, p. 7-91 ; Zancani Montuoro 1980-82, p. 7-129 ; Zancani Montuoro 1983-84, p. 7-110. La série d’objets en bronze de l’âge du fer du Timpone Motta a été commentée récemment par M. Martelli (Martelli 2004).

14 Stoop 1974-76, p. 147, n3, tav. LXX, 6b ; Peroni, Cardarelli 1977-79, p. 123, fig. 3, n3 ; Lo Schiavo 1983-84b, p. 127, n1, fig. 44, 1 ; Pascucci 1994, p. 666.

15 Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, fig. 18, n5 ; Papadopoulos 2003, p. 79-80, 83 et 86, n225 et 236, figg. 102, a-b et 107, a-b.

16 Lo Schiavo 1983-84b, p. 132, n16-17 ; Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, fig. 18, n1 et 4 ; Papadopoulos 2003, p. 79 et p. 81, n219, fig. 100, a-b ; Martelli 2004, p. 13, fig. 29. D’autres exemplaires proviennent des tombes T16 e T93 et du “Complesso Primo”.

17 Papadopoulos 2003, p. 85, fig. 106, a-b, n233.

18 Papadopoulos 2003, p. 71, fig. 91, a-b, n181.

19 Lo Schiavo 1983-84b, p. 132-134, n18, fig. 46, 18.

20 Kleibrink 2003, fig. 18,3 ; Kleibrink 2004, fig. 28,2.

21 Papadopoulos 2003, p. 85-86, fig. 106, c-f, n234-235.

22 Papadopoulos 2003, p. 110-111, n403-404, fig. 137, a-e ; Martelli 2004, p. 12-14, avec bibliographie.

23 Zancani Montuoro 1974-76, p. 27-34, n59, figg. 8-10, tavv. IX-XIII.

24 Papadopoulos 2003, p. 112-117, n413-415, figg. 139-145 ; Martelli 2004, p. 14 ; Zancani Montuoro 1974-76, p. 83-92.

25 Papadopoulos 2003, p. 108, fig. 135-136, b, n388.

26 Albanese 1993, p. 67-70, fig. 25, SC70 et SC75, pl. 13.

27 Papadopoulos 2003, p. 90-92, fig. 116, n259-261 ; Stoop 1987, p. 27, n22-23 ; Kleibrink 2003, fig. 18,2.

28 Kleibrink 2004, fig. 28, 6, à gauche.

29 Greci, Enotri e Lucani 1996, p. 52-53, scheda 1.6, et p. 43.

30 Papadopoulos 2003, p. 111-112, n405-412 ; Stoop 1987, p. 28, n24.

31 Papadopoulos 2003, p. 86-87, n243-245, figg. 109, a-f ; Stoop 1987, p. 27, n7. Cfr Zancani Montuoro 1974-76, p. 23-24, n42 ; Zancani Montuoro 1980-82, p. 53, n1-2 ; Zancani Montuoro 1983-84, p. 36, n52.

32 Stoop 1987, p. 24, fig. 6.

33 Stoop 1987, p. 23-24, n3-5 ; Papadopoulos 2003, p. 70-71, fig. 90 et 91, c-d, n178-180 et 182 ; Kleibrink 2003, fig. 18, 7-8 ; Kleibrink 2004, fig. 28, 5.

34  Stoop 1980, p. 177, fig. 36.

35  Voir par exemple quelques exemplaires dans des tombes du Villanovien IIA de Tarquinia : Hencken 1968, p. 126, fig. 115, e et p. 137, fig. 122, i-k.

36  Stoop 1974-76, pl. 70, 2, en bas à droite ; Papadopoulos 2003, p. 88-89, n251-257.

37  Stoop 1974-76, pl. 70, 2, en haut à droite.

38  Papadopoulos 2003, p. 86-87, fig. 109, a-d. Voir dans la tombe 60 : Zancani Montuoro 1974-76, p. 23-24, n42.

39 Kleibrink 2003, fig. 18, 6 ; Kleibrink 2004, fig. 28, 7.

40 Kleibrink 2003, fig. 18 ; Kleibrink 2004, fig. 28, 4.

41 Kleibrink 2000b, p. 172, fig. 90 ; Kleibrink 2003, p. 67, fig. 18, n9. La Genière 1992, pl. XIII, n2-3 ; Pace 2008, p. 20 et note 31 ; Pace 2011a, p. 116.

42 Zancani Montuoro 1966, p. 216-221, fig. 9 ; Zancani Montuoro 1970-71, p. 9-14, fig. 2, pl. II,b  ; Zancani Montuoro 1983-84, p. 14-16, n10, pl. VI et LXXIII-LXXIV ; Frasca 1992, p. 19-24 ; Pace 2011b, p. 81-89.

43  Papadopoulos 2003, p. 125, fig. 155.

44  Comme l’a montré M. Martelli (Martelli 2004, p. 9, fig. 15-16).

45  Stoop 1987, p. 28-30, fig. 25.

46  Pace 2010.

47  Verger 2010.

48  NSc 1879, p. 50, 248 et 249 ; NSc 1888, p. 239. Pour une étude exhaustive du site, voir Pace 1999 ; Pace 2005, p. 669-676 ; et « Torre del Michelicchio », par R. Pace, dans BTCGI, sous presse.

49  Pace 2001, p. 33-69.

50  Pour une présentation récente de la documentation et de la bibliographie, voir Hinz 1998, p. 56-64.

51 Orsi 1906, col. 575-730.

52 Orlandini 1965-1967, 1966, 1967 et 1968.

53 Sguaitamatti 1984 ; Uhlenbrock 1988.

54  Fiorentini 1993, p. 721.

55  Orlandini 2003, p. 508.

56  Sur la fin du sanctuaire de Bitalemi, voir maintenant Baumer 2010, p. 123-127 et p. 140-143.

57 Orlandini 2003, p. 507, fig. 1-3 ; Orlandini 1966, p. 20-21, pl. 10, 4 ; Dubois 1989, p. 175-176, n155 ; Arena 1992, p. 30, XVII.2 - 48, avec la bibliographie précédente ; Orlandini 2003, p. 508, fig. 4.

58  Orsi 1906, col. 720-725.

59  Orlandini 1965-1967.

60  Nous avons abordé la question des objets métalliques de Bitalemi dans Verger 2003b et 2011.

61 Panvini 1998, p. 222, nVI.24.

62 Lo Schiavo 1977-79a, p. 93, fig. 37, 2 et Lo Schiavo 1977-79b, p. 106-107.

63  La Genière, Sabbione 1983, fig. 3, notamment 62-63 ; La Genière 1991, p. 109, fig, 48, 4 et 51, en bas.

64  Sur ce type, voir Bovio Marconi 1950, pl. 95-96 (de Ségeste et des environs d’Erice) et maintenant Lo Schiavo 2009.

65  Comme à Ségeste par exemple : Bovio Marconi 1950, pl. 95.

66 Albanese Procelli 1993, fig. 25, SC70 et pl. 50.

67 Zancani Montuoro 1977-79, p. 23-24, fig. 8, n2.

68 Albanese Procelli 1993, passim.

69 Albanese Procelli 1993, p. 147-148, fig. 45, pl. 34-35.

70 Albanese Procelli 1993, p. 65, fig. 23, pl. 11, G12.

71 Albanese Procelli 1993, p. 159-160, fig. 53, pl. 29.

72 Albanese Procelli 1993, p. 159, fig. 53, pl. 29, M556.

73 La Rosa 1968 (Adrano) ; Privitera 1997, p. 286-289, pl. 68, 4.

74  F. Lo Schiavo dans Albanese Procelli 1993, p. 246, M461.

75 Frasca 1982.

76 Panvini 1998, p. 232-233.

77 Frasca 1982.

78 Albanese Procelli 1993, p. 154-155, fig. 49, n494 et 497 et p. 192-193.

79  Frasca 1982, passim.

80 MAL XXV, col. 578, note 1.

81 Frasca 1982, p. 66-70, fig. 15-16.

82 Papadopoulos 2003, p. 72, n189, fig. 93, e-f.

83 Pace 2001, p. 44-45, fig. 3, 4.

84 Kilian 1975.

85  Dans Pellegrini, Macellari 2002, p. 108, fig. 17, 5.

86 Gastaldi 1979, p. 22, fig. 18 (t. 162).

87 Pigorini 1877, p. 119, pl. 6, 1 et 6.

88  Catalogue sommaire illustré 1989.

89 Perdrizet 1908, p. 105, fig. 364-365, n528-530 ; Lerat 1980, p. 96, fig. 6. La question a été récemment reprise dans son ensemble à partir de la série de Delphes dans Aurigny 2009, p. 36-395, pl. 133-141.

90 Furtwängler 1890, n694 ; Kunze 1956, p. 42, fig. 20-21 ; Bol 1989, p. 1-2, pl. 1, A1-4.

91  Lerat 1980, fig. 5.

92  Sur les boucliers du type de Herzsprung, voir Hencken 1950 (avec carte de répartition à la fig. 19), Graslund 1967 (avec carte à la fig. 9) et la présentation bibliographique synthétique dans Schauer 1980, p. 215-216 et 225. Voir aussi Boardmann 1964, p. 258, fig. 274. Voir plus récemment uckelmann 2011, p. 191-193.

93 Perdrizet 1908, p. 105-106, pl. 17, 1 ; Aurigny 2009, p. 178, pl. 138, n256b.

94 Kokalos, 22-23, 1976-1977, II, 1, p. 429-430, fig. 4.

95 Young 1981, p. 124-126, pl. 64, E-F ; Toker 1992, p. 104-105 et 203-204, n83-84.

96 Albanese Procelli 1993, p. 161, fig. 54, M575 et p. 200.

97 Egg 1983, p. 198-200, n18, fig. 4, 1, pl. 24, 1 et p. 204-205, pl. 26 ; Naso 2003, p. 11 -19, fig. 6-27, pl. 7-10, notamment pl. 10, 2a.

98 Albanese Procelli 1993, p. 63, fig. 23, G5, et p. 97.

99 Sikania 2005, p. 246-247.

100 Fiorentini 1969, p. 71-76.

101 Albanese Procelli 1993, p. 109-207.

102  Sur l’extrême complexité de la circulation du métal dans ces contextes, voir Verger 2006.

Table des illustrations

Titre 1. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du bronze
Légende 1. d’après Peroni, Cardarelli 1977-79 ; 2. d’après Papadopoulos 2003.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 2a. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix
Légende A. exemplaires de l’Italie et de la Grèce : 1. Francavilla marittima, Timpone Motta (d’après Papadopoulos 2003) ; 2. Grotta di Polla ; 3. Porto Perone ; 4. Argos (d’après Matthäus 1980) ; 5. Chiusa Pesio (d’après Rubat Borel 2009) ; 6. Cnossos (d’après Coldstream, Catling 1996) ; 7. Mycènes (d’après Matthäus 1980).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 2b. Les têtes d’épingle en rouelle à décor de croix
Légende B. Carte de distribution : 1. Chiusa Pesio ; 2. Bologne, Borgo Panigale ; 3. Grotta di Polla ; 4. Francavilla Marittima, Timpone Motta ; 5. Porto Perone ; 6. Mitopolis ; 7. Argos ; 8. Tirynthe ; 9. Mycènes ; 10. Cnossos.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 3. Francavilla Marittima, Timpone Motta, fibules de l’âge du fer
Légende 1. d’après Peroni, Cardarelli 1977-79 ; 2, 7-8, 12. d’après Kleibrink 2004 ; 3, 5, 9-10, 13-14. d’après Papadopoulos 2003 ; 4, 6, 11. d’après Lo Schiavo 1983-84b.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 4. Francavilla Marittima, Timpone Motta, armatures de « chalcophone »
Légende D’après Papadopoulos 2003.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 5. Francavilla Marittima, Timpone Motta, anneaux composites de l’âge du fer
Légende D’après Papadopoulos 2003.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 6. Francavilla Marittima, Timpone Motta, hélices, tubes et chaînettes de l’âge du fer
Légende 1, 5. d’après Kleibrink 2004 ; 2-4, 6, 11-19. d’après Papadopoulos 2003 ; 7-10, 20. D’après Stoop 1974-76 et 1987.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 7. Francavilla Marittima, Timpone Motta, objets en bronze de l’âge du fer
Légende 1, 10-15, 23. d’après Papadopoulos 2003 ; 2-4, 5-7, 16, 24. d’après Stoop 1974-76, 1980 et 1987 ; 8-9, 17-18, 21-22. D’après Kleibrink 2003 et 2004 ; 20. d’après La Genière 1992.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 8. Tursi, Valle Sorigliano, mobilier de la tombe 28
Légende D’après Greci,Enotri e Lucani 1996.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 9. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer
Légende Dessins S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 10. Gela, Bitalemi, couche 5, chaînettes en bronze de l’âge du fer
Légende Photographies S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 11. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments d’objets en bronze de l’âge du fer
Légende 3. d’après Albanese Procelli ; les autres : dessins S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 12. Gela, Bitalemi, couche 5, fragment d’anse de bassin en bronze de l’âge du fer.
Légende Photographies S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 13. Gela, Bitalemi, couche 5, « astragale » en bronze de l’âge du fer
Légende Photographies S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 14. Gela, Bitalemi, couche 5, pommeau à décor ornithomorphe en bronze de l’âge du fer
Légende Photographie S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 15. Gela, Bitalemi, couche 5, perles en bronze de l’âge du fer
Légende Dessins S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 16. Gela, Bitalemi, couche 5, fragments de bouclier et d’anse en bronze de l’âge du fer
Légende Dessins S. Verger.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3899/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Pour citer cet article

Référence papier

Rossella Pace et Stéphane Verger, « Les plus anciens objets en bronze dans les sanctuaires de la Grande-Grèce et de la Sicile : les cas du Timpone Motta en Sybaritide et de Bitalemi à Gela », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012.

Référence électronique

Rossella Pace et Stéphane Verger, « Les plus anciens objets en bronze dans les sanctuaires de la Grande-Grèce et de la Sicile : les cas du Timpone Motta en Sybaritide et de Bitalemi à Gela », in Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger (dir.), « Bronzes grecs et romains, recherches récentes » — Hommage à Claude Rolley, INHA (« Actes de colloques »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/3899

Auteurs

Rossella Pace

Stéphane Verger

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés