Navigation – Plan du site

Texte intégral

1S’il nous a semblé essentiel de donner à lire ces textes, c’est qu’ils témoignent, réunis, d’une diversité d’intérêts, de points de vue et de formes que l’on ne pouvait présumer. Car, si les noms célèbres de Germaine de Staël, Élisabeth Vigée-Lebrun ou Marie d’Agoult ont traversé les siècles et ne sont pas sans évoquer un ou des moments glorieux de l’histoire culturelle française des xviiie et xixe siècles, il est fort peu probable que la contribution de l’une d’entre elles à la pensée sur l’art et à ce que l’on appelait les beaux-arts puisse s’ancrer dans notre mémoire commune sur quelque texte ou idée précise que ce soit. Pourtant, non seulement ces trois célébrités ont participé remarquablement à la production de discours critiques, théoriques et historiques – comme on le verra dans les pages qui suivent, par les ouvrages ou extraits retenus –, mais de surcroît, nos recherches ont fait surgir de nombreuses autres auteures qui, pour la plupart, eurent une production littéraire variée, dans laquelle nous avons sélectionné des passages sur l’art. De Félicité de Genlis, nous publions deux textes inédits : Essai sur les arts et Catalogue pittoresque du cabinet de tableaux de Monsieur le comte de Sommariva (Nancy, bibliothèque municipale). De même, certaines artistes, en marge de leur œuvre, écrivirent sur l’art de leur temps ou saisirent l’autobiographie pour livrer une forme de schéma idéal de la formation d’une artiste (Maria Cosway, Élisabeth Vigée-Lebrun).

2L’anthologie nous a semblé la modalité la plus efficace pour faire connaître ces voix méconnues et souvent inconnues, car, au-delà des travaux publiés dans le premier volume, les textes de ces femmes auteures peuvent être lus, appréciés et compris sans médiation. Leur richesse engagera certainement de nouvelles recherches que ce premier sondage n’épuise aucunement. Le second parti pris de notre sélection – imposé par ce long siècle (1750-1850) d’une modernité politique européenne en transformation, compte tenu de la redistribution des frontières et des identités nationales – tient à son ambition de panacher les discours d’auteures françaises, anglaises, italiennes et allemandes, qui côtoyèrent les institutions (les expositions publiques du Salon et le Muséum central des arts bientôt renommé musée Napoléon) et les artistes contemporains (Adélaïde Labille-Guiard, Jacques-Louis David, Angélique Mongez, François Gérard, Nisa Villers, Marguerite Gérard, Anne-Louis Girodet, Auguste Biard, Jean-Auguste-Dominique Ingres, Paul Delaroche… jusqu’à Rosa Bonheur). Aussi proposons-nous aux lectrices et aux lecteurs, pour la première fois traduits en français, des textes allemands de Helmina von Chézy et Johanna von Haza, et des textes anglais de Marianne Colston, Maria Cosway (certains également traduits de l’italien) et Anne Plumptre.

3Nous avons opté pour une organisation chronologique plutôt que thématique car la variété des textes et des centres d’intérêts ne permettait pas de couper les discours de manière satisfaisante. En revanche, chaque auteure est présentée dans une courte introduction qui met en contexte les extraits choisis et révèle d’entrée les thèmes abordés.

4Quatre fils rouges structurants peuvent être dégagés de cet ensemble, même si la pluralité des formes que prirent ces écrits aurait pu conduire à d’autres subdivisions. Les positionnements théoriques de ces femmes sur la création s’exprimèrent en effet dans des romans (Staël), des lettres (Candeille), des essais (Staël, Genlis), des mémoires (Vigée-Lebrun), des critiques de salons (d’Agoult, Savignac, Haza), des récits de voyage (Colston, Plumptre), ou encore des chroniques parisiennes pour un journal étranger (Chézy).

  • 1  Voir Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont (dir.), Plumes et pinceaux. Discours de femmes su (...)

5On découvrira d’abord la grande culture de nombre d’entre elles qui connaissent et apprécient l’art ancien, l’architecture, l’urbanisme, autant que la gravure, la sculpture et la peinture des écoles françaises, italienne et nordique. Cette culture étendue s’appuie sur des références théoriques, de Roger de Piles à Denis Diderot en passant par Winckelmann et l’abbé Du Bos (Genlis, Staël), mais s’inscrit également dans le domaine dynamique des savoirs à l’œuvre, des réflexions sur la pédagogie et l’éducation à finalités variables : Vigée-Lebrun, auteure d’un manuel destiné à une jeune portraitiste (réédité ici dans sa totalité) et B. (peut-être Pauline Auzou ou Albertine Clément-Hémery, comme le propose ici Amandine Gorse1) prônant l’instruction des femmes – en l’occurrence artistique, mais ses propos s’inscrivaient dans une prescription plus générale – en vue de leur émancipation.

6Le deuxième aspect qui a retenu notre attention, par sa récurrence, tient à l’attention particulière que plusieurs auteures portèrent à la question des arts et de la société dans leurs relations les plus diverses : que ce soit l’étude des collections privées ou publiques (la galerie de Dresde par Staël ou la collection Sommariva par Genlis, mais aussi les spoliations dans le cadre des conquêtes napoléoniennes qui constituèrent le Muséum par Colston ou encore le musée de Lenoir par Anne Plumptre) ; les publics du Salon et la nécessaire contribution à la formation de leurs goûts par la critique (Maisonneuve, Syva) ; la question des commanditaires (Candeille) et notamment les stratégies de contournement de la censure via la flatterie des portraits royaux (Montanclos).

Gérard David, Jug...Gérard David, Jugement de Cambyse

Gérard David, Jugement de Cambyse

1498, huile sur toile, 182 × 159 cm, Bruges, Groeningenmuseum, volet de droite.

7Une certaine dimension politique de l’art et ses parties liées aux constructions identitaires nationales semblent s’établir à cette époque qui va, approximativement pour la France, de d’Angiviller, surintendant des Bâtiments du roi, au musée de l’Histoire de France voulu par Louis-Philippe, en passant, bien sûr, par le Musée impérial de Dominique Vivant Denon. Au cours de cette période, certaines femmes auteures subirent l’expérience traumatique d’une Europe réduite en lambeaux par la violence des ambitions conquérantes de l’armée française, mais surent la dépasser et la métamorphoser en une aventure intellectuelle transnationale. Dans une conscience particulièrement aiguë des désastres de la guerre, quelques voix, dont celle de Germaine de Staël, firent valoir – même dans un schéma nord-sud exaspéré, qui conduisit aux récits nationalistes du début du xxe siècle – la nécessité de s’approprier les textes sur l’art quasi inconnus des pays voisins (la Suisse, l’Allemagne, l’Angleterre). Anne Plumptre, quant à elle, au détour d’une visite dans la grande galerie du Louvre qui la mit face au Jugement de Cambyse de Gérard David (1498, Bruges, Groeningenmuseum), crut repérer en l’usage abusif de la guillotine par la Révolution le dernier avatar des mœurs cruelles de l’Ancien Régime, et établit une correspondance entre les siècles de torture passés et la facilité du peuple français à exposer et à regarder des scènes d’une violence insoutenable, à ses yeux de Britannique. Dans ces méandres si porteurs de l’art et de l’identité nationale, les bienfaits de la conquête furent loués par une autre voyageuse britannique – peut-être sensible à la situation comparable des marbres du Parthénon dans son pays : Marianne Colston soutint en effet que la restauration par la France des peintures spoliées les avait en quelque sorte sauvées de la détérioration. Quant à Johanna von Haza, elle fut celle qui complexifia le plus les relations éminemment politiques qu’entretenaient l’art et les identités sexuelles et raciales : face au Marché aux esclaves sur la côte d’Or africaine d’Auguste Biard (vers 1835, Hull, City Museums and Art Galleries, Wilberforce House), elle enjoignit indirectement le spectateur à faire le rapprochement entre la situation des esclaves noirs et celle des esclaves blancs – c’est-à-dire les couches les plus misérables du continent – et des femmes, « esclaves » elles aussi, que la « civilisation européenne met sur le marché sous le nom d’épouses ».

8Ce qui nous amène au dernier argument prépondérant dans la sélection des textes constituant cette anthologie : les prises de position des unes et des autres quant au statut de la femme en général et de la femme artiste en particulier. Dans l’introduction du volume d'essais, les positions et les idées les plus novatrices et les plus conceptualisées sur la condition des femmes dans le domaine de la création ont été discutées : nous n’y reviendrons pas. Il s’agira seulement de pointer ici les idéologies, plus ou moins explicites, de textes apparemment moins engagés dans ce premier féminisme mais qui, au détour d’un commentaire stylistique, d’une attribution, ou encore d’une anecdote biographique, donnent à saisir un point de vue personnel sur les femmes dans les mondes de l’art.

9Les opinions des unes et des autres divergent ostensiblement et, à la lecture de cette anthologie, on ne peut présumer d’une doxa. En revanche, une préoccupation partagée se manifeste, par exemple, via des propos sur une nature féminine supposée : B. croit reconnaître le sexe de son auteure à la vue de son tableau tandis que Mme de Maisonneuve limite sa recension du Salon aux œuvres dont elle pense qu’elles intéresseront ses lectrices du Journal des dames, laissant de côté les tableaux censés attirer exclusivement les hommes. Marie-Camille de G. exhorte les artistes à abandonner l’image stéréotypée de la femme objet du désir, alors que Mme de Montanclos croit nécessaire de préciser, en marge de l’éloge qu’elle fait de la pastelliste et miniaturiste Mlle Navarre, que cette dernière travaille seule à ses ouvrages. Dans ce contexte hésitant, Helmina von Chézy déclare, pour sa part – et dans un paradoxe assumé –, qu’elle a « ignoré les femmes, pas seulement parce que les noms de Chaudet, [Vigée-] Lebrun, Mongez, Benoist, Romany, Lorimier, Mme Kugler sont partout connus, mais aussi parce qu[’elle n’est] pas d’avis que les femmes puissent amener des progrès quelconques dans l’art, même si elles touchent souvent, comme le font aussi ces artistes de mérite, une des plus agréables cordes de l’art et animent leurs toiles de la magie du sentiment ».

10D’autres incongruités, mais aussi des pépites, d’autres idées, des artistes inconnus, d’autres très célèbres, des auteures toujours intéressantes surgiront au cours de la lecture de ce recueil, qui se veut à la fois un échantillon et un florilège.

NdÉ : Nous avons choisi de moderniser, le cas échéant, l’orthographe et la ponctuation des textes. Une introduction situe le travail de chaque auteure, suivie d’une brève bibliographie. Sauf mention contraire, les notes de bas de page sont des auteures elles-mêmes.

Nous avons tenté de retrouver les œuvres mentionnées, vues, commentées par les auteures, avec les informations techniques dont nous disposions (auteur, titre de l’œuvre, technique, dimensions, lieu actuel de conservation) : nous en donnons la liste à la fin de chaque rubrique (y compris pour celles non identifiées ou dont l’identité est incertaine à nos yeux, ou encore non localisées malgré nos recherches).

L’ensemble de cette anthologie est désormais consultable en ligne, en accès libre et gratuit, assorti d’une iconographie plus complète, de manière à s'approcher le plus possible de ce qu'ont vu dans les musées et les Salons, les femmes de l'époque.

Enfin, les notes sans mention particulière sont des auteures elles-mêmes ; les autres sont signalées par (NdÉ) (note de l'éditeur), (NdT) (note du traducteur) ou (NdA) (note de l'auteur de l'introduction).

Document annexe

Notes

1  Voir Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont (dir.), Plumes et pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Volume 1, Dijon, Les presses du réel/INHA, 2012, p. 245 ; et l'introduction d'Amandine Gorse dans ce volume.

Table des illustrations

Titre Gérard David, Jugement de Cambyse
Légende 1498, huile sur toile, 182 × 159 cm, Bruges, Groeningenmuseum, volet de droite.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3722/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Anne Lafont, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/3722

Droits d’auteur

Tous droits réservés