Navigation – Plan du site
Edmée de Syva (? - ?)

Edmée de Syva, Journal des demoiselles, 1848

[extraits choisis]

Texte intégral

« Salon de 1848 – Premier article »

Journal des demoiselles, no 5, 1848, 16e année, 4e série,
p. 152-155.

1Le 15 mars, à onze heures, ainsi qu’on l’avait annoncé, le Salon de 1848 a été ouvert. Une foule immense se pressait aux abords du musée ; elle n’a pas tardé à envahir les galeries et les salles destinées cette année à l’exposition des ouvrages d’art. Grâce au nombre et à l’étendue de ces salles, la circulation a toujours été facile, excepté cependant lorsqu’on rencontrait des masses d’individus arrêtés devant des toiles d’un ridicule si burlesque, qu’elles excitaient l’hilarité générale. Un Amour sortant d’un buisson de roses, le Rachat d’une esclave, Napoléon avec un vieux de la vieille, justifiaient, de reste, les éclats de rire dont on les a salués. La verve moqueuse de certains jeunes gens ne s’est pas bornée à ces bruyantes manifestations. Ils ont décoré ces toiles de couronnes d’immortelles et d’inscriptions. Au Rachat d’une esclave était attachée celle-ci : Aux grands artistes la Patrie reconnaissante. À un Portrait d’homme inimaginable : L’homme est l’animal qui ressemble le plus au singe. À un portrait de femme qui paraissait être de carton-pierre : Femme condamnée à l’exposition. À un paysage vert épinard : Pâturages, par un peintre en herbe. Il faut espérer que cette critique d’une nouvelle espèce aura un bon effet et que, dorénavant, la crainte d’obtenir des suffrages si peu flatteurs sera un frein salutaire contre les prétentions ambitieuses de l’incapacité. Du reste, plusieurs toiles les plus bouffonnes ont été bien vite retirées par leurs auteurs.

2Le nombre total des ouvrages exposés s’élève à 5 180. Il y a 4 589 tableaux et dessins. Les tableaux à l’huile, les miniatures, occupent la petite salle d’entrée, le grand salon carré, la grande galerie des anciens maîtres, jusqu’au fond de la dernière travée des Raphaël. Les dessins sont exposés dans la galerie d’Apollon ; les peintures sur porcelaine, comme toujours, dans la salle dite des Bijoux. On trouve réunis des pastels, des dessins et quelques peintures dans la salle des Sept Cheminées. Les galeries du bord de l’eau, habituellement consacrées à l’ancienne école française, contiennent aussi grand nombre de toiles nouvelles dans tous les genres ; l’architecture est exposée dans la dernière de ces salles. Les marbres, les bronzes, les plâtres, sont placés dans les belles salles du Musée égyptien.

3Beaucoup de nos peintres les plus renommés ont exposé cette année ; et néanmoins on compte les toiles vraiment remarquables, surtout celles dites historiques.

1. Auguste Couder...1. Auguste Couder, Le Serment du Jeu de paume (20 juin 1789)

1. Auguste Couder, Le Serment du Jeu de paume (20 juin 1789)

1848, huile sur toile, 421 x 580 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

4En entrant dans le grand salon, l’attention est d’abord attirée par Le Serment du Jeu de paume (20 juin 1789) de M. Couder (fig. 1). Ce tableau est destiné à orner les galeries du château de Versailles. La composition est bien ordonnée, l’effet en est satisfaisant. Quelques personnes critiquent les bras tendus, les mains levées des membres de l’assemblée des États généraux ; mais là se trouve l’inévitable difficulté du sujet et il nous semble que l’artiste a réussi habilement à la surmonter. On s’arrêtera toujours avec intérêt devant la représentation de ce grand fait historique, car cette scène, si vive, si animée, M. Couder l’a rendue d’une manière franche et vraie ; l’exécution en est soignée, et laisserait peu à désirer si les carnations n’étaient pas par trop violacées.

2. Jean-Victor Sc...2. Jean-Victor Schnetz, La Bataille d’Ascalon

2. Jean-Victor Schnetz, La Bataille d’Ascalon

1847, huile sur toile, 315 x 556 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

3. Jean-Victor Sc...3. Jean-Victor Schnetz, Les Funérailles d’une jeune martyre dans les catacombes de Rome

3. Jean-Victor Schnetz, Les Funérailles d’une jeune martyre dans les catacombes de Rome

1847, huile sur toile, 338 x 382 cm, Nantes, musée des Beaux-Arts.

5M. Schnetz a exposé deux ouvrages : La Bataille d’Ascalon (fig. 2), et les Funérailles d’une jeune martyre dans les catacombes de Rome (fig. 3).

6Un vieillard et un jeune homme portent le corps de la jeune Vierge qui est placé sur un linceul. Un fossoyeur, un flambeau à la main, attend à l’entrée du souterrain le cortège funèbre, un jeune pâtre baise le linceul de la sainte martyre, et sur le second plan, on voit une femme portant une fiole remplie du sang de celle qui vient de mourir pour n’avoir pas voulu renier sa foi en Jésus-Christ. Dans le lointain d’un paysage sombre et sévère, on aperçoit des soldats cherchant la trace des chrétiens.

7Ce sujet, plein de gravité et de tristesse, a été traité par M. Schnetz avec la plus noble simplicité. On est vivement ému en contemplant cette belle composition.

8Dans la Bataille d’Ascalon, M. Schnetz a montré combien son talent est flexible et varié. Ce sujet exigeait des qualités bien différentes de celles dont il a donné des preuves dans la Jeune Martyre. Ces qualités ne lui ont pas manqué et il a rendu, sinon avec une scrupuleuse vérité, au moins d’une manière très pittoresque, le fait d’armes que Guillaume de Tyr raconte ainsi :

9« En 1099, après la prise de Jérusalem, le khalife d’Égypte conçut le projet de couper la retraite aux croisés et de les exterminer au moment où ils penseraient mettre à la voile pour regagner leur patrie. En conséquence, il dirigea sur Ascalon une nombreuse armée, commandée par son émir l’apostat Élasdale. Le comte de Flandres, Baudoin, établi à Ramès, Ramla ou Ramala, envoya prévenir tous ses frères d’armes de l’arrivée des Égyptiens. Le comte de Toulouse, Raimond, et d’autres princes croisés, marchèrent contre les ennemis. À l’apparition soudaine des chrétiens, l’armée d’Élasdale, composée d’éléments hétérogènes, de nations inconnues les unes aux autres, imprévoyante, indisciplinée et ignorante, fut saisie de terreur. Le bruit courut parmi elle que l’Occident envoyait tous ses chevaliers ; alors la terreur s’empara de ces mécréants. Le fer acheva ce que la peur avait commencé. Raimond donna le signal de l’attaque et, après un engagement peu sérieux, 1 200 cavaliers et 9 000 hommes de pied mirent en fuite ces barbares, dont on ne pouvait même calculer le nombre, tant chaque jour ils avaient reçu de nouveaux renforts. »

10Ce récit, un peu vague, laissait une grande latitude à l’imagination de l’artiste. M. Schnetz a été très heureusement servi par la science ; il a su répandre un vif intérêt sur cette si vaste composition. Au premier plan se trouve un soldat apportant dans son casque de l’eau pour étancher la soif d’un pauvre blessé, qui est secouru par un moine. Ce groupe saisissant de vérité émeut profondément.

11M. Debon a aussi traité un sujet historique, sur de très grandes dimensions. C’est la défaite d’Attila dans les plaines de Châlons qu’il a représentée. Le roi des Huns, après avoir traversé le Rhin, arrive jusqu’aux plaines de Châlons. Il y rencontre Aetius et Théodoric, qui marchaient vers lui avec un reste de légion, les Alains et les Bourguignons. Mérovée, le jeune roi des Francs, s’étant mis à la tête des Francs et des Gaulois, afin de repousser l’invasion, contribua pour beaucoup à la défaite des Barbares. La mêlée fut effroyable ; 170 000 morts couvrirent la plaine, Théodoric fut tué, mais Attila vaincu repassa le Rhin.

12Il y a sans aucun doute beaucoup à louer dans l’œuvre de M. Debon. Elle atteste des efforts consciencieux, mais aussi il est impossible de ne pas reprocher à cet artiste la confusion qui règne sur sa toile : vainqueurs et vaincus sont enchevêtrés tellement qu’il n’y a pas moyen de les démêler ; on ne peut se rendre compte de l’action, et l’intérêt ne se portant sur aucun groupe, sur aucun personnage, il advient qu’on demeure froid en face d’un tableau qui devrait remuer vivement le spectateur.

13La Prise de Baruth par Amaury II en 1197, de M. Alexandre Hesse, est destinée, de même que la Bataille d’Ascalon, à la décoration de la salle des Croisades du musée de Versailles.

14Le roi Amaury II, le temple et l’hôpital, le chancelier d’Allemagne et les barons du pays donnèrent conseil d’aller assiéger Baruth. Les Sarrasins qui étaient sortis du château virent que les chrétiens approchaient rudement par mer et par terre ; ils retournèrent en arrière et croyaient rentrer au château mais ils virent la porte fermée par les esclaves chrétiens, qui, pour favoriser les armes des croisés, étaient sur la porte ainsi que sur la maîtresse tour, et criaient : « Dieu, et Saint-Sépulcre ! » Les Sarrasins, voyant qu’ils avaient perdu le château, s’enfuirent, et le château demeura aux chrétiens. 

4. Alexandre Hess...4. Alexandre Hesse, Prise de Baruth par Amaury II en 1197 [La Reprise de Beyrouth occupée par les troupes du sultan Saladin, par Amaury de Lurisman et Henri Ier Bratant, octobre 1197]

4. Alexandre Hesse, Prise de Baruth par Amaury II en 1197 [La Reprise de Beyrouth occupée par les troupes du sultan Saladin, par Amaury de Lurisman et Henri Ier Bratant, octobre 1197]

1842, huile sur toile, 173 x 383 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

15M. Alexandre Hesse a rendu avec une grande fidélité historique la prise de Baruth (fig. 4). Il y a beaucoup d’éclat et de vigueur dans son faire, peut-être même un peu trop ; les contours sont arrêtés si nettement que cela approche de la dureté, et les ombres poussent au noir d’une manière presque exagérée.

16La Sainte Cécile de M. Landelle est une œuvre de talent qui fait bien augurer de l’avenir de ce jeune artiste. Il a donné à la sainte une pose simple, gracieuse, et la figure a une expression pleine de noblesse. M. Landelle a bien voulu permettre que votre journal vous offrît une esquisse de son tableau. Vous la recevrez au mois de juin.

17La Mort de saint Jean-Baptiste, de M. Gleize, est une œuvre très remarquable dont le dessin offre un mérite réel.

18M. Duveau a représenté des émigrants bretons arrêtés par des républicains. Montés sur une faible barque, les émigrants sont parvenus, malgré la tempête, à s’éloigner du rivage. Ils vont bientôt atteindre le navire qui les attend. Tout à coup le passage leur est barré par un canot que dirigent les hommes à la mine sinistre et farouche. Les vieillards semblent frappés de stupeur, les femmes se tordent dans les angoisses du plus affreux désespoir, seul un jeune homme s’est élancé à l’avant de la barque, il tient un poignard à la main et combat corps à corps contre un des républicains. Le jeune émigrant est entièrement vu de dos. Néanmoins on sent qu’il est décidé à mourir s’il ne parvient à forcer le passage. M. Duveau a exprimé de la manière la plus énergique cette lutte suprême au milieu des vagues en fureur. L’aspect général de cette scène est terrifiant.

19Le tableau de M. Théodore Chassériau inspire des idées d’un tout autre ordre ; il n’y a rien que de gai, de brillant, de réjouissant dans le sujet qu’il a choisi : le jour du sabbat dans le quartier juif à Constantinople. On voit sur le premier plan les familles juives revêtues de leurs plus riches vêtements et réunies devant leur porte où elles se reposent tout le jour, selon l’usage. Des chefs arabes du désert de Biskra traversent dans le fond.

20Les premiers ouvrages de M. Théodore Chassériau se faisaient remarquer par la pureté du dessin, le modelé des formes. Pourquoi le jeune artiste a-t-il complètement changé de manière ? C’est à regretter, car il possède des qualités essentielles, et le mépris qu’il affecte maintenant de la correction ne peut que lui être funeste.

5. Rosa Bonheur, ...5. Rosa Bonheur, Taureau

5. Rosa Bonheur, Taureau

1848, sculpture, bronze, 18 x 33 x 11 cm, Bordeaux, musée des Beaux-Arts.

6. Rosa Bonheur, ...6. Rosa Bonheur, Brebis couchée

6. Rosa Bonheur, Brebis couchée

1848, sculpture, bronze, 9,9 x 22,1 x 11,7 cm, Fontainebleau, musée national du château.

21Nous n’avons encore rencontré de M. Biard que sa Promenade sous le cercle polaire. C’est un beau et bon tableau, saisissant de vérité ; la mer est très belle : les personnages, parmi lesquels on remarque l’auteur, sont bien groupés ; le dessin est soigné et l’ensemble offre un bel effet de couleur.

22Mlle Rosa Bonheur a fait d’immenses progrès : ces Bœufs et Taureaux du Cantal sont assurément un de ses meilleurs tableaux de l’exposition de cette année. Il y a de la simplicité et de la vigueur dans sa touche. Mlle Rosa Bonheur a dû faire de consciencieuses études pour atteindre au degré de perfection qu’elle déploie dans ses paysages. Cette artiste a exposé un essai en sculpture ; son taureau (fig. 5) et sa brebis en bronze (fig. 6) ne sont pas sans mérite.

Mme Edmée de Syva

« Salon de 1848 – Deuxième article »

Journal des demoiselles, no 6, 1848, 16e année, 4e série,
p. 185-187.

23Les tableaux religieux sont en grand nombre cette année à l’exposition. Parmi les plus remarquables, nous devons mentionner en première ligne la Descente de Croix de M. Achille Devéria (fig. 7).

7. Achille-Jacque...7. Achille-Jacques-Jean-Marie Devéria, Descente de Croix

7. Achille-Jacques-Jean-Marie Devéria, Descente de Croix

1848, huile sur toile, Chamagnieu, église paroissiale Saint-Christophe.

Cette grande composition est d’un excellent style, le sentiment évangélique y est traduit avec beaucoup d’habileté. La figure du Christ est belle et pleine de noblesse, la majesté divine y est empreinte à un haut degré. L’expression des têtes des autres personnages est d’une vérité parfaite, il est surtout impossible de rendre avec plus de naturel que ne l’a fait M. Achille Devéria la douleur profonde sous laquelle la Vierge tombe affaissée.

24M. Henri Lehmann possède des qualités éminentes ; il est bon dessinateur, et il en a fait preuve dans les tableaux des Saintes Femmes au pied de la Croix. Ici nous ne voyons pas le Christ ; il vient d’être détaché et emporté par Joseph d’Arimathie et par Nicodème. Un lambeau de draperie blanche est demeuré accroché à l’instrument du supplice de celui qui a voulu mourir pour le salut du monde. Le groupe des saintes femmes, dans la toile de M. Lehmann, est disposé avec science, mais il manque de simplicité, la recherche s’y fait trop sentir. On pourrait aussi reprocher à cet artiste de n’avoir pas donné à la douleur de ses personnages un caractère assez élevé.

8. Signol Émile, ...8. Signol Émile, Prise de Jérusalem par les croisés, 15 juillet 1099

8. Signol Émile, Prise de Jérusalem par les croisés, 15 juillet 1099

1847, huile sur toile, 324 x 556 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

25La Prise de Jérusalem en 1099, de M. Émile Signol, est une vaste composition traitée avec talent, et qui ne manque pas d’une certaine couleur locale (fig. 8). Voici le sujet de ce tableau. Les prédications de Pierre l’Ermite, appuyées par le pape Urbain II, avaient eu un succès inouï. Une multitude innombrable de chrétiens prirent l’engagement d’aller arracher le Saint-Sépulcre au pouvoir des infidèles. Comme signe de leur mission, ils attachèrent une croix à leur manteau. Des obstacles immenses devaient retarder l’accomplissement de la sainte entreprise des chrétiens. Leurs bandes indisciplinées eurent à supporter de grandes vicissitudes, si bien qu’au printemps de l’année 1099, les croisés n’étaient encore occupés qu’à conquérir les villes de la côte de Syrie. Ils furent puissamment secondés dans cette entreprise par les États commerçants d’Italie, surtout par ceux de Gênes et de Pise, fort intéressés à cette conquête dont ils attendaient de grands avantages. Mais au mois de mai, Godefroy de Bouillon et le légat du pape déclarèrent enfin qu’il était temps d’accomplir leur vœu. On réunit les débris de l’armée, et l’on se mit en marche contre Jérusalem. La conquête de la Ville sainte semblait être devenue impossible ; les assiégés étaient en plus grand nombre que les assiégeants, qui d’ailleurs manquaient de machines de guerre, de bois et de vivres. Heureusement l’enthousiasme des chevaliers suppléa à leur petit nombre. De l’immense armée des croisés il ne restait que quarante mille hommes, et quoique la garnison égyptienne, jointe aux habitants, s’élevât à soixante mille, Jérusalem fut prise au mois de juillet 1099, et Godefroy de Bouillon fut élu roi de la Terre sainte reconquise. 

26C’est à la salle des Croisades du musée de Versailles qu’est destinée la Prise de Jérusalem de M. Émile Signol.

27La grâce de la composition, le brillant et le charme du coloris distinguent Les Athéniens captifs à Syracuse, de M. Leloir ; Plutarque lui en a fourni le sujet. Dans la vie de Minus, il raconte que l’armée athénienne qui assiégeait Syracuse ayant été complètement battue, la plupart de ceux qui furent faits prisonniers moururent de maladies et de mauvais traitements. Quelques-uns seulement durent leur salut à Euripide ; car les Siciliens, aimant passionnément les œuvres de ce poète, traitaient favorablement ceux de leurs captifs qui pouvaient leur apprendre de ses vers, et finirent même par leur rendre la liberté.

28Il y a de charmantes têtes de femme dans le groupe de Siciliens et Siciliennes qui, assis en demi-cercle, écoutent attentivement et avec une naïve admiration un jeune Athénien réciter les vers de leur poète favori. L’exécution de M. Leloir se distingue par la finesse et l’élégance.

29M. Jean-Louis Hamon a intitulé Dessus-de-porte une toile qui mérite une destination moins modeste. Où pourrait-on voir une réunion plus gracieuse que celle de ces trois jolies jeunes filles à la mine riante et éveillée ? L’une joue du triangle, celle-ci de la guimbarde, l’autre d’un sistre placé près d’elle. Tout plaît, tout réjouit la vue dans cette œuvre d’une originalité remarquable.

30On ne saurait trop louer la sobriété d’effet qui caractérise le tableau de M. Guichard, représentant Les Saints Patrons des principales églises de la ville de Japon, invoquant l’appui de la Sainte Vierge, afin que par son intercession notre divin Sauveur répande ses faveurs sur cette ville. La correction du dessin, l’harmonie de la couleur, la simplicité de la composition attestent que M. Guichard a fait de laborieuses études, et que, sans cesser d’être original, on peut s’inspirer des œuvres des grands maîtres de l’art.

9. Eugène Devéria...9. Eugène Devéria, Femme des Pyrénées [Femme de la vallée d'Ossau et son enfant]

9. Eugène Devéria, Femme des Pyrénées [Femme de la vallée d'Ossau et son enfant]

1847-1848, huile sur toile, 29,2 x 97,3 cm, Bowes Museum, Barnard Castle.

31M. Eugène Devéria ne nous a donné qu’un seul tableau, représentant une Femme des Pyrénées, vue à mi-corps (fig. 9). Près d’elle est son enfant donnant à manger à une chèvre. L’aspect de ce groupe est très pittoresque ; la pose de la mère et de l’enfant a une grâce parfaite, et le tout est peint avec cette magie de couleur, cette verve étincelante, qualités distinctives du talent de M. Eugène Devéria.

32M. Schopin a envoyé à l’exposition trois tableaux. L’un, le Jugement de Salomon, dans lequel les figures sont de grandeur naturelle, est remarquable par l’absence d’affectation, le ton doux et harmonieux du coloris, et la noble élégance des formes des personnages. Les deux autres tableaux de M. Schopin appartiennent à la peinture de genre. Les sujets sont également tirés de la Bible. C’est d’abord la Réception de Jacob dans la famille de Laban, puis la Première Entrevue de Rachel et de Jacob. M. Schopin excelle à rendre les scènes bibliques, qu’il empreint d’un sentiment très naïf ; sa touche fine et brillante y répand une irrésistible séduction.

33MM. Amaury-Duval, Henri Lehmann, Alexandre Hesse et Hippolyte Flandrin ont exposé des portraits qui, par le style, la pureté du dessin, la perfection du modèle, la vérité de la couleur, s’élèvent à la hauteur de la peinture historique. Au reste, M. Hippolyte Flandrin vient de se placer au premier rang des peintres contemporains par les belles fresques dont il a orné le chœur de Saint-Germain-des-Prés. Cette grande œuvre suffirait à illustrer un artiste.

34Parmi les paysagistes habitués à obtenir les suffrages du public éclairé, nous citerons MM. Paul Flandrin, Philippe Rousseau, Cabat, François, Buttura, Lorot, Flers, Charles Leroux, Desgoffe, qui tous, cette année, ont parfaitement justifié leur réputation.

Mme Edmée de Syva

« Salon de 1848 – Troisième et dernier article »

Journal des demoiselles, no 7, 1848, 16e année, 4e série,
p. 214-215.

35La Condamnation de Jean Huss, de M. Martersteig, rend bien l’effet grave et sévère que comporte la situation. Au mérite d’une exécution très soignée cette toile réunit celui d’une grande fidélité historique. Condamné au feu pour crime d’hérésie, en 1415, par le concile de Constance, Jean Huss vient de s’agenouiller en présence de ses juges et il prie Dieu pour eux. Cette scène solennelle est retracée d’une manière saisissante par M. Martersteig.

36Jean Huss monta sur le bûcher le 15 juillet 1415. Près de mourir, il s’écria : « Vous tuez une oie (huss signifie oie, en bohémien), mais dans cent ans vous verrez naître un cygne. » Luther commença ses prédications en 1516, et ses partisans ne manquèrent pas de rappeler la prédiction de Jean Huss.

37Deux autres toiles de M. Martersteig retracent des traits de la vie du fondateur de la Réforme : dans l’une, on voit Luther brûlant la bulle du pape à Wittemberg et dans l’autre, Luther devant la diète assemblée à Worms.

38En 1517, Luther afficha à la porte de l’église de Wittemberg les thèses qui servaient de bases à la Réforme, en invitant à venir les discuter avec lui ; ces thèses s’élevèrent à quatre-vingt-quinze. Jean Eck, célèbre théologien de ce temps et un des plus violents ennemis des doctrines de Luther, décida Léon X à prononcer une bulle qui condamnait quarante et un articles des écrits de son antagoniste. Les livres de Luther furent brûlés à Louvain, à Mayence et à Cologne. Luther, poussé par son caractère irascible, fit élever un bûcher le 10 décembre 1520, devant la porte de Wittemberg. En présence de l’université entière et du peuple assemblé, on y entassa par son ordre les rescrits et les décrétales des papes, les livres du droit canon et les écrits d’Eck, puis il y fit mettre le feu, et quand la flamme brilla, il y jeta de sa propre main la bulle d’excommunication lancée contre lui. C’était se mettre en guerre ouverte avec l’Église. Le pouvoir temporel se joignit bientôt au pouvoir spirituel ; Charles Quint, récemment élu empereur d’Allemagne, intervint dans ce grand débat religieux ; Luther fut cité à la diète de Worms, afin de rendre compte de ses écrits et de ses actions devant l’empereur lui-même. Luther obéit, arriva à Worms le 16 avril 1521, et le lendemain, portant encore son habit de moine, il comparut devant l’empereur, qui était entouré de tout le corps germanique. Cette assemblée imposante parut l’éblouir un instant, mais elle n’ébranla pas sa résolution, et il présenta sa défense avec une fermeté inaccessible aux promesses et aux menaces. Il reconnut qu’il était l’auteur des écrits condamnés par le Saint-Siège, et refusa d’en rien rétracter. Les dernières paroles de sa défense furent celles-ci : « Me voilà devant vous ; je ne peux ni parler ni agir autrement. Mon Dieu, soyez-moi en aide ! Amen. »

39M. Martersteig a dû étudier profondément le caractère de Luther, car il a rendu avec une vérité parfaite le fougueux prédicateur de la Réforme, ce moine obscur et pauvre, devenu si célèbre.

40L’immortel ouvrage de Miguel de Cervantes, Don Quichotte, a fourni à M. Penguilly l’Haridon le sujet de deux charmantes toiles, empreintes d’une grande originalité. Sur l’une, on voit le noble Hidalgo, la lance en arrêt ; une ardeur chevaleresque le transporte ; il précipite Rossinante au galop, afin d’aller pourfendre les moulins à vent que son imagination transforme en autant de géants. Sur la seconde toile, c’est le retour de Don Quichotte. Quel contraste ! Le malheureux chevalier, le corps brisé, la mort dans l’âme, est monté sur le grison de son écuyer ; Rossinante, éreinté, suit derrière, et Sancho, qui dirige la triste cavalcade, frappe à la porte du manoir, qui ne verra plus sortir Don Quichotte que pour aller à sa dernière demeure.

41L’aspect de ces deux compositions est attendrissant. Une mélancolie profonde y est répandue, et la touche fine et spirituelle de M. Penguilly leur a donné un charme indicible.

42Il y a de la grâce, de la coquetterie, de la finesse dans la manière dont M. Chevet a retracé la scène de Charles VII et Agnès Sorel chez l’astrologue.

43Le roi Charles VII, voulant connaître le sort qui l’attend, consulte un astrologue en présence d’Agnès, qui veut aussi savoir quelle destinée lui est réservée. Le devin, probablement pour la flatter, lui prédit qu’elle régnera longtemps sur le cœur d’un grand roi. Agnès, saisissant cette occasion de faire entendre la vérité à Charles, se lève, lui fait une profonde révérence, et lui demande la permission de se rendre à la cour du roi d’Angleterre pour y remplir sa mission : « Sire, ajouta-t-elle, c’est lui, sans nul doute, que concerne la prédiction, puisque, bientôt, vous allez perdre votre couronne, et qu’il va la réunir à la sienne. » Ses paroles firent une telle impression sur le cœur du roi, que les larmes lui vinrent aux yeux. De là, il reprit courage, et renonçant à tous les divertissements, il fit si bien, par sa vaillance, qu’il chassa les Anglais de son royaume.

44M. Peyronnet a rendu avec infiniment de bonheur et de talent Le Retour au village. Je m’abstiendrai de tout éloge, M. Peyronnet ayant permis qu’une gravure de cet intéressant tableau vous fût donnée dans votre journal.

45Mlle Fabre d’Olivet a puisé le sujet d’un fort joli tableau de genre dans une nouvelle pleine d’intérêt de M. Töpffer. Il y a beaucoup de grâce et de sentiment dans la composition de Mlle Fabre d’Olivet. Ses deux femmes sont bien pesées, et il serait difficile, je crois, d’interpréter d’une manière plus heureuse les héroïnes de M. Töpffer.

46M. Auguste Moynier a parfaitement reproduit la douce et gracieuse physionomie de Mme F. T. On ne saurait trop adresser de félicitations à l’artiste sur l’habileté dont il a fait preuve en rendant son modèle avec une si grande vérité.

47Mlle Anna Martin a exposé une Étude de jeune fille et plusieurs portraits d’un bon style, et qui font beaucoup d’honneur à son talent déjà si bien connu.

Mme Edmée de Syva

Table des illustrations

Titre 1. Auguste Couder, Le Serment du Jeu de paume (20 juin 1789)
Légende 1848, huile sur toile, 421 x 580 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-1.png
Fichier image/png, 823k
Titre 2. Jean-Victor Schnetz, La Bataille d’Ascalon
Légende 1847, huile sur toile, 315 x 556 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-2.png
Fichier image/png, 697k
Titre 3. Jean-Victor Schnetz, Les Funérailles d’une jeune martyre dans les catacombes de Rome
Légende 1847, huile sur toile, 338 x 382 cm, Nantes, musée des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-3.png
Fichier image/png, 629k
Titre 4. Alexandre Hesse, Prise de Baruth par Amaury II en 1197 [La Reprise de Beyrouth occupée par les troupes du sultan Saladin, par Amaury de Lurisman et Henri Ier Bratant, octobre 1197]
Légende 1842, huile sur toile, 173 x 383 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-4.png
Fichier image/png, 460k
Titre 5. Rosa Bonheur, Taureau
Légende 1848, sculpture, bronze, 18 x 33 x 11 cm, Bordeaux, musée des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre 6. Rosa Bonheur, Brebis couchée
Légende 1848, sculpture, bronze, 9,9 x 22,1 x 11,7 cm, Fontainebleau, musée national du château.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 7. Achille-Jacques-Jean-Marie Devéria, Descente de Croix
Légende 1848, huile sur toile, Chamagnieu, église paroissiale Saint-Christophe.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-7.png
Fichier image/png, 228k
Titre 8. Signol Émile, Prise de Jérusalem par les croisés, 15 juillet 1099
Légende 1847, huile sur toile, 324 x 556 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-8.png
Fichier image/png, 367k
Titre 9. Eugène Devéria, Femme des Pyrénées [Femme de la vallée d'Ossau et son enfant]
Légende 1847-1848, huile sur toile, 29,2 x 97,3 cm, Bowes Museum, Barnard Castle.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/3720/img-9.png
Fichier image/png, 600k

Pour citer cet article

Référence papier

« Edmée de Syva, Journal des demoiselles, 1848 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Edmée de Syva, Journal des demoiselles, 1848 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/3720

Droits d’auteur

Tous droits réservés