Navigation – Plan du site
Marie d’Agoult (1805 - 1876)

Introduction

Charlotte Foucher

Texte intégral

1En 1841, le retour d’Ingres en France à l’issue de son séjour romain déclencha chez Marie d’Agoult (1805-1876), salonnière, écrivaine et plus tard historienne, l’envie de s’essayer à la critique d’art. C’est aussi à cette époque de remise en question personnelle – elle venait de se séparer de son mari et entretenait une relation houleuse avec le compositeur Franz Liszt – que Marie d’Agoult fut encouragée par Émile de Girardin à publier un article sur les fresques de Paul Delaroche, qu’elle refusa de signer de son vrai nom pour lui préférer le pseudonyme masculin de Daniel Stern. Elle choisit vraisemblablement ce prénom en souvenir de son fils Daniel mort à vingt ans, et Stern, qui signifie étoile en allemand, comme un hommage à ses origines maternelles et à son pays natal. Elle débuta donc sa carrière d’écrivaine par le journalisme en publiant sous ce pseudonyme, entre 1841 et 1842, trois articles dans La Presse qui alimentèrent le culte d’Ingres et de ses élèves. Si le premier asseyait la supériorité de son héros en portant un jugement sévère sur l’art de Delaroche, l’un de ses principaux rivaux, les deux suivants faisaient plutôt l’éloge de son style et de celui de ses suiveurs (Flandrin, Lehmann, Chassériau…). Les discours sur l’art de Marie d’Agoult révèlent aussi le statut d’une femme qui, loin de se cantonner au seul rôle passif de muse et de salonnière, faisait paraître ses articles dans un grand quotidien français pour qu’ils soient lus par un large public. De même, elle prit soin d’éviter l’écueil d’une réception stéréotypée de ses critiques, par le camouflage de ses identités de femme et d’amie du peintre. Dans ses articles, Marie d’Agoult fit preuve d’un jugement personnel acéré et argumenté. Elle affirma et assuma toujours clairement ses positions, qui convergeaient toutes vers la promotion de la supériorité de l’esthétique ingresque. Raillant son culte de l’artiste qui frôlait parfois le dithyrambe, une critique anonyme, publiée en 1842 dans le journal satirique du Charivari, stigmatisa, via la parodie, le discours de Marie d’Agoult sur le Portrait de Cherubini par Ingres ; critique anonyme qui prétendait ainsi défaire une « mystification qui dur[ait] depuis trop longtemps » (Charivari 1842, p. 1-2).

2Dans la seconde partie de sa vie, ses activités de critique d’art laissèrent progressivement la place aux essais philosophiques et aux ouvrages historiques et littéraires. Elle publia notamment en 1846 un roman semi-autobiographique intitulé Nélida (anagramme de Daniel…), histoire d’un peintre que l’inspiration abandonne à la perte de l’être aimé, puis, quatre ans plus tard, une Histoire de la Révolution de 1848 en trois volumes qui lui valut l’estime et le respect de tous.

Oeuvres d'arts commentées par Marie d'Agoult dans les articles publiés pour La Presse

Bibliographie

Charivari 1842

Le Charivari, « Salon de 1842. Charge et portraits », 8 mai 1842.

Colombo 1997

Laura Colombo, Marie d’Agoult. Autoritratto di un intelletuale romantica, Reggio Emilia, Diabasis, 1997.

Stock-Morton 2000

Phyllis Stock-Morton, The Life of Marie d’Agoult, alias Daniel Stern, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2000.

Tinterow, Hale et Bertin 2000

Gary Tinterow, Charlotte Hale et Éric Bertin, “‘Portraits by Ingres: Image of an Epoch’: Reflections, Technical Observations, Addenda, and Corrigenda,” Metropolitan Museum Journal, 2000, vol. XXXV, p. 193-219.

Walton 2000

Whitney Walton, Eve’s Proud Descendants: Four Women Writers and Republican Politics in Nineteenth Century France, Stanford, Stanford University Press, 2000.

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Foucher, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Charlotte Foucher, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/3713

Droits d’auteur

Tous droits réservés