Navigation – Plan du site
Johanna von Haza (1794 - 1849)

Introduction

France Nerlich

Texte intégral

1L’historiographie n’a retenu de Johanna von Haza qu’une vision morcelée, éclatée, qui correspond assez bien au caractère erratique de sa biographie et de sa carrière. Née en 1794 dans une famille aristocratique polonaise, elle grandit dans l’effervescence du milieu intellectuel, littéraire et musical de Dresde et Weimar sous la tutelle de son précepteur Adam Müller, grand théoricien politique du romantisme, promoteur de la littérature et de la poésie contemporaine, et rédacteur de la revue littéraire Phöbus. Il est probable que Johanna ait été marquée à cette époque par la lecture de Corinne ou l’Italie de Germaine de Staël à qui Müller consacra plusieurs articles et qu’il rencontra à Dresde en mai 1808. L’impossibilité pour la femme de génie de trouver une place dans la société contemporaine devient en effet un leitmotiv de la réflexion de Johanna von Haza qui allait elle-même mener une existence indépendante et itinérante à travers l’Europe.

2Très liée à la famille de Goethe dont elle se revendiquait la fille spirituelle, elle évolua dans le cercle intellectuel « féminin » d’Ottilie von Goethe, mais aussi dans le milieu savant et littéraire de Dresde, Leipzig, Weimar, Paris, Londres, etc. Tout d’abord établie en Saxe, elle collabora à différentes revues avec des articles sur la musique, la littérature ou l’art de son temps sous le pseudonyme masculin de Heinrich Paris. Mais son horizon était déjà européen : elle recommandait ainsi des poètes français comme Charles Nodier au public allemand, collaborait à l’Encyclopédie des gens du monde de Jean-Henri Schnitzler pour faire connaître des comédiennes allemandes aux Français, et élaborait un système didactique expérimental pour l’enseignement de la grammaire française dans un ouvrage financé par la duchesse d’Orléans. Très clairement, Johanna construisit sa carrière dans une dimension transnationale, s’établissant en France, en Suisse ou en Angleterre, signant ses publications tour à tour Heinrich ou Henri Paris, selon qu’elles paraissaient en allemand ou en français, se servant de recommandations d’amis français pour entrer en relation avec des intellectuels anglais. De fait, ses lettres révèlent un caractère intrépide, un humour caustique et une très grande lucidité sur les rouages du monde éditorial.

3Alors qu’en Allemagne la plupart des comptes rendus d’exposition étaient encore publiés dans la presse, Johanna mit toute son énergie à publier ses Premières Impressions d’un dilettante […] en un volume autonome. Publiés un an plus tôt, ses commentaires ironiques des tableaux de Düsseldorf exposés à Dresde (Haza 1837) avaient agacé l’historien d’art Franz Kugler par leur outrecuidance à l’égard des grands noms de l’époque. C’est qu’en effet Johanna von Haza ne voulait pas soumettre son jugement aux autorités établies, mais porter sur les œuvres un regard spontané et sensible, plus proche du public que des érudits autoproclamés. Ce postulat de naïveté est – aussi dans sa dimension ironique et polémique – un héritage de la culture critique romantique, mais Johanna von Haza doublait sa réflexion sur la perception subjective et collective d’une réflexion sur la signification sociale des œuvres. Il était impossible pour elle d’oublier face aux œuvres ce qui se passait dans le monde. Aussi le commentaire consacré au Marché aux esclaves sur la côte-d’Or africaine de François Auguste Biard (1835, Hull, City Museums and Art Galleries, Wilberforce House) dépassait-il le seul commentaire esthétique pour s’interroger sur la condition des esclaves « blancs » dans les sociétés dites civilisées. Le conflit entre idéalisme esthétique et lucidité sociale qui s’exprime dans son discours traduit une forme de désenchantement postromantique. Quelques années plus tard, Johanna allait approfondir son constat de l’aliénation des femmes en réagissant à la naïveté des utopies émancipatrices saint-simoniennes (Haza 1844). En attendant, son compte rendu de la première exposition de la Société d’art de Leipzig de 1837 participait à la fois de l’émergence du genre de la critique d’art autonome en Allemagne et de la transgression de ses codes par l’introduction d’une réflexion sociale sur l’art.

Bibliographie

Haza1837

Johanna von Haza, Kreuz-und Quergedanken eines Dresdener Ignoranten vor den Düsseldorfer Bildern, Leipzig et Dresde, 1837.

Haza 1844

Johanna von Haza, alias Heinrich Paris, Éphémères rhénanes, feuilles volantes, Strasbourg, G. Silbermann, 1844.

Heyter-Rauland 1997

Christine Heyter-Rauland, „Jeannette von Haza alias Heinrich (Henri), Paris, Erste Spuren einer Mitarbeiterin von Gottfried Webers Cäcilia“, dans Axel Beer, Christina Pfarr et Wolfgang Ruf (éd.), Festschrift Christoph-Hellmut Mahling zum 65. Geburtstag, Tutzing, 1997, p. 553-560.

Nerlich 2010

France Nerlich, La Peinture française en Allemagne, 1815-1870, Paris, 2010, p. 155-160.

Reuss et Staengle 2003

Roland Reuss et Peter Staengle, „‚Das Schöne gehört jedem…’ Zwei bisher unveröffentlichte Kleisthandschriften aus Kleists Dresdener Zeit,Berliner Kleist-Blätter, 2003, Bd. 15, p. 17-28.

Pour citer cet article

Référence papier

France Nerlich, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

France Nerlich, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3709

Droits d’auteur

Tous droits réservés