Navigation – Plan du site
Marceline Desbordes-Valmore (1786 - 1859)

Introduction

Christine Planté

Texte intégral

1Née à Douai en 1786 dans une famille d’artisans bientôt ruinée, Marceline Desbordes a une jeunesse marquée par la Révolution, les ruptures familiales et l’expérience de la pauvreté. Entrée au théâtre à dix ans, partageant avec sa mère une vie errante qui la mène jusqu’aux Antilles en 1802, elle est actrice jusqu’en 1823, et épouse le comédien Prosper Valmore à Bruxelles en 1817. Son premier livre, Élégies, Marie et Romances, est publié en 1819, suivi de huit recueils poétiques entre 1820 et 1860, ainsi que de plusieurs romans, dont L’Atelier d’un peintre (1833). L’originalité de ses textes lui vaut une reconnaissance non négligeable dès la période romantique. Saluée de son vivant par Lamartine, Balzac, Sainte-Beuve, Hugo, elle est une des rares femmes poètes inscrites dans la tradition poétique française.

2Des liens familiaux lui donnent une familiarité avec le monde de la peinture. Son oncle, Constant Desbordes (1761-1828, peintre de portraits principalement, à qui on doit aussi une Scène de vaccine [Douai, musée de la Chartreuse] exposée au Salon de 1822 pour laquelle sa nièce a posé comme modèle), n’a pas fait une carrière spectaculaire, faute d’ambition, mais il a suscité l’estime de ses contemporains et parmi ses élèves on trouve Paul Delaroche, Gustave Drouineau et Michel Drolling. Marceline Desbordes a pu fréquenter son atelier lors de ses séjours parisiens, d’abord en 1805-1806, quand elle jouait à l’Opéra-Comique, Constant Desbordes étant alors installé dans l’ancien couvent des Capucines où ont travaillé notamment Girodet, Gros et Ingres ; puis en 1819-1820, alors qu’il avait déménagé à la Childeberte, lieu important de la vie artistique romantique. C’est là que Marceline Desbordes-Valmore fait la connaissance de l’écrivain Hyacinthe de Latouche, qui devient son amant. Son fils Hippolyte a été élève de Delaroche, puis de Delacroix, de 1840 à 1844 – sans néanmoins devenir peintre. Sa fille aînée Hyacinthe, dite Ondine, a pris, adolescente, des cours de dessin auprès de Mme Hortense Haudebourt-Lescot.

3Marceline Desbordes-Valmore n’a pas laissé de critique d’art (non plus que de critique littéraire en tant que telle) et semblait souscrire au préjugé qui refuse aux femmes l’autorité critique et esthétique. Mais dans ses écrits en prose, elle met en scène des figures d’artistes et une réflexion sur la création nourries de son expérience personnelle. Louis Aragon, qui republia son roman L’Atelier d’un peintre (1833) en feuilleton dans les Lettres françaises fin 1949, y voyait « un grand roman de la peinture » où « il est question comme nulle part ailleurs de la beauté qui sort des mains humaines ».

4Les deux textes proposés ici (le premier : un extrait de L’Atelier d’un peintre, le second : un poème sans doute contemporain du Salon de 1847 auquel il fait allusion) font entendre, au-delà d’une soumission apparente aux préjugés sexistes du temps, un point de vue très personnel. Ils présentent deux lieux fondamentaux de l’expérience picturale, l’atelier et le Salon, symétriquement situés : l’un, privé, en amont ; l’autre, public, en aval de l’œuvre. La narratrice pose sur l’art un regard décalé, à la fois par force (par son manque de culture) et par choix (par la discrète affirmation de critères autres). La reprise des stéréotypes d’une féminité sensible et ignorante permet de déplacer l’évocation vers la relation subjective (du peintre, et aussi des spectateurs) au tableau, et d’interroger les hiérarchies admises.

5L’Atelier d’un peintre, dont l’action se situe sous le premier Empire, montre une communauté utopique et hiérarchisée de jeunes hommes tout dévoués à l’idéal du Beau, respectueux de l’autorité du maître au sein d’une sorte de famille élective. La jeune Ondine (double fictif de la romancière à qui elle a donné le surnom de sa fille aînée) n’y est admise que dans une position marginale. Cantonnée dans un rôle quasi domestique, assumant des goûts naïfs et entachés de prosaïsme, elle fait entendre dans le dialogue avec son oncle M. Léonard (transposition de Constant Desbordes) une réflexion timidement critique sur les grandes questions de la représentation, et sur la hiérarchie des artistes et des œuvres (George Sand, une vingtaine d’années plus tard, utilisera elle aussi la forme du dialogue familier pour développer une critique littéraire vivante, non dogmatique). La fin du chapitre montre pourtant Ondine nourrissant des ambitions de peintre, encouragée par le succès de sa contemporaine Hortense Lescot (sur lequel insiste la voix narrative, au prix de distorsions chronologiques, puisque certains tableaux cités n’ont en fait été exposés que plus tard, sous la Restauration).

6Le poème, qui n’a pas été publié du vivant de Marceline Desbordes-Valmore, présente sur le manuscrit des hésitations non tranchées (non reproduites ici) et ne figure pas dans le recueil posthume des Poésies inédites de 1860. Il évoque une femme errant dans la foule du Salon de 1847 et qui se définit elle-même comme un « esprit sans culture », aux « sens imparfaits ». En proie à la nostalgie d’une nature qu’elle dit ne retrouver nulle part dans les tableaux qui l’entourent, elle est saisie par la rencontre d’un Christ dont elle ne nomme pas l’auteur (vraisemblablement le Christ en croix de Delacroix, aujourd’hui au Walters Art Museum de Baltimore). Le poème ne livre aucune description méthodique, il insiste avec exaltation sur la leçon mystique et politique du tableau, et sur l’expérience de la souffrance vécue par l’artiste, qui seule peut porter cette vision que les mots ne sauraient « rendre ». L’émotion passe par une double identification implicite de la poète au Christ et au peintre, et le dernier vers peut s’entendre comme une paraphrase de l’Évangile (Madeleine est pardonnée car elle a beaucoup aimé, Luc, VII, 47). Insistant sur l’emploi de couleurs « introuvables » et sur le traitement de la lumière, Desbordes-Valmore rejoint les notations de Paul Mantz et de Théophile Gautier dans leurs comptes rendus, qu’elle n’avait sans doute pas lus (Gautier rapproche, pour la couleur, ce Christ des derniers tableaux de Prud’hon, autre peintre admiré par Desbordes-Valmore).

Tableaux commentés par Marceline Desbordes-Valmore dans les passages choisis de L'Atelier d'un peintre

Bibliographie

Ambrière 1987

Francis Ambrière, Le Siècle des Valmore, Paris, Le Seuil, 1987, 2 vol. 

Aragon 1954

Louis Aragon, « L’Atelier d’un peintre. Marceline Desbordes-Valmore romancière », dans La Lumière de Stendhal, Paris, Denoël, 1954, p. 215-229.

Bann 2007

Stephen Bann, “The Studio as Scene of Emulation: Marceline Desbordes-Valmore's L'Atelier d'un peintre”, French Studies: A Quarterly Review, January 2007, Volume 61, Number 1, p. 26-35.

Desbordes-Valmore (1833) 1992

Marceline Desbordes-Valmore, L’Atelier d’un peintre, Paris, Charpentier, 1833 ; rééd. Lille, Miroirs éditions, 1992.

Planté 1998

Christine Planté, « L’Atelier d’un peintre de Marceline Desbordes-Valmore, le roman d’une poète », George Sand Studies, 1998, vol. xvii, no 1 & 2, p. 43-54.

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Planté, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

Christine Planté, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://inha.revues.org/3699

Droits d’auteur

Tous droits réservés