Navigation – Plan du site
Helmina von Chézy (1783 - 1856)

Introduction

David Blankenstein

Texte intégral

1À l’apogée de l’Empire, Helmina von Chézy publia les deux volumes de Leben und Kunst in Paris seit Napoleon I. (1805 et 1807). Bien que le recueil rende compte de sa vie et de celle de la société parisienne l’environnant, il ne s’agit pas d’un récit autobiographique, mais plutôt d’un état de ses observations professionnelles, journalistiques et poétiques. Ce recueil hétérogène comprenait des lettres, des descriptions de châteaux, de musées, de collections, de bibliothèques, d’œuvres artistiques et littéraires, mais aussi des portraits de personnages de la société parisienne, et des anecdotes relatant les événements culturels importants de l’époque, enfin, des traductions de trouvailles littéraires. L’ouvrage, publié par le Landes-Industrie-Comptoir Weimar de l’illustre, et très commerçant, éditeur Friedrich Justin Bertuch, poursuit un double objectif : nourrir l’imaginaire d’un large public allemand, avide de détails sur la vie scintillante de la métropole, et s’adresser au cercle érudit d’Outre-Rhin, qui déplorait – à l’instar de Goethe – la médiocrité des informations disponibles sur les arts et les sciences à Paris, et l’absence de recensement fiable des courants artistiques contemporains et des biens conservés dans les collections publiques et privées. Bien que ni artiste, ni universitaire – profil impensable pour une femme à cette époque –, Helmina von Chézy, élevée par sa mère et sa grand-mère, deux femmes de lettres affranchies des conventions d’alors, était consciente de sa légitimité à aborder le monde des arts. Grâce à ses relations avec les artistes, les mécènes, les scientifiques et les administrateurs culturels – français et allemands expatriés –, elle put en effet avoir un accès privilégié aux idées qui circulaient sur l’art, ses styles, son histoire, ainsi qu’aux lieux cachés au grand public.

2Le chapitre sur la « nouvelle école française » reproduit dans cette anthologie témoigne de la préoccupation de l’auteure à faire connaître des éléments méconnus de la vie culturelle parisienne : Chézy comble ainsi les connaissances lacunaires sur l’art contemporain français en Allemagne en évoquant, certes, la génération davidienne, mais en introduisant aussi celle encore inconnue de leurs élèves comme Gérard, Gros, Ingres parmi d’autres. Le fait que l’auteure ne s’en tint pas aux visites annuelles aux Salons, mais qu’elle construisit un récit relativement systématique et cohérent à partir de fréquentations d’ateliers, de collections, d’échanges avec les artistes et les connaisseurs, dépasse les attentes de l’époque concernant les articles d’une correspondante à l’étranger. Ses références occasionnelles à l’histoire de l’art, ses comparaisons et ses analyses stylistiques, ses observations du milieu social de l’art et des conditions structurelles de la production artistique y sont argumentées librement, sans qu’elle se censure eu égard à sa condition de jeune femme. Cependant, cette condition est peut-être la raison même de la quasi-absence d’informations sur la réception de l’ouvrage en Allemagne, alors qu’il constitue le récit le plus complet de l’époque sur les arts à Paris en langue allemande

Oeuvres commentées par Helmina von Chézy dans son ouvrage La Vie et les Arts à Paris depuis Napoléon Ier

Bibliographie

Blankenstein et Lohmann 2010

David Blankenstein et Malte Lohmann, « Helmina von Chézy », dans Michel Espagne et Bénédicte Savoy (dir.), Dictionnaire des historiens de l’art germaniques, Paris, éditions du CNRS, 2010, p.  35-42.

Chézy [1805-1807] 2009

Helmina von Chézy, Leben und Kunst in Paris seit Napoleon I., Bénédicte Savoy (éd.), Berlin, Akademie-Verlag, [1805-1807] 2009.

Hundt 1997

Irina Hundt, „Geselligkeit im Kreise von Dorothea und Friedrich Schlegel in Paris in den Jahren 1802-1804“, dans Hartwig Schultz (éd.), Salons der Romantik. Beiträge eines Wiepersdorfer Kolloquiums zu Theorie und Geschichte des Salons, Berlin/New York, W. de Gruyter, 1997, p. 83-133.

Solovieff 2005

Georges Solovieff, « Une irréductible : Helmina de Chézy (1783-1856) », dans Georges Solovieff (éd.), Cinq figures féminines méconnues du Romantisme allemand, Reims/Paris, Firmin/Didot, 2005, p. 233-299.

Struckmeyer et Blankenstein 2009

Nina Struckmeyer et David Blankenstein, « Saisir la vie, transférer des savoirs : Helmina de Chézy à Paris sous le Premier Empire », Histoire de l’art, 2009, no 64, p. 95-102.

Pour citer cet article

Référence papier

David Blankenstein, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

David Blankenstein, « Introduction », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/3687

Droits d’auteur

Tous droits réservés